Archives mensuelles : décembre 2014

Cohn-Bendit, Mélenchon et Zemmour

 Étant loin de mes bases, je vais très vite. Ce qui suit n’a pas à voir explicitement avec l’objet de Planète sans visa, qui est la tragédie écologique. Mais toute régression manifeste vers le tribalisme, la haine, le racisme ne peut que nous éloigner tous des questions essentielles, et pour cette raison, je devais écrire ce qui suit. Je suis effaré par la réaction de Cohn-Bendit et de Mélenchon. Je résume : Zemmour donne un entretien au quotidien Il Corriere della Sera, que vous trouverez ci-dessous dans sa version originale italienne.  Mélenchon a rendu publics certains morceaux, l’affaire a enflé, et finalement Zemmour se fait virer d’I-Télé, ce qui lui permet de hurler à la Lune et à la censure des bien-pensants. Là-dessus, Cohn-Bendit et Mélenchon protestent contre son éviction.

Je ne parlerai pas de leurs arguments, car ils m’indiffèrent. Comment ces gens peuvent-ils être à ce point aveugles ? Ma lecture des mots criminels de Zemmour est simple : ils dessinent les contours d’un nouveau, mais cette fois véritable fascisme (ici pour une partie de la traduction). Je n’emploie pas ce mot à la légère, et voici pourquoi. Le Front National a toujours compté dans son sein des petites crapules, en effet fascistes. Mais lui-même n’a jamais été qu’un mouvement d’extrême-droite, répugnant certes, mais incapable de créer un mouvement de masse, mais incapable de viser des objectifs ouvertement antirépublicains.

Zemmour, qui critique au passage le FN – trop « à gauche » au plan social -, va bien plus loin. Il recrée, fantasmatiquement pour l’heure, les conditions qui ont permis le pire il y a 74 ans, quand le régime de Vichy imposait un statut aux juifs, leur interdisant tant de professions. Il justifie dès l’avance les pires crimes racistes à venir, en proclamant que les musulmans ne sont bons qu’à être expulsés. Et il le fait, amis, à la manière des salauds de jadis, sans prendre la peine de constater que la grande majorité sont français. Autrement dit, il conteste leur nationalité, et dès lors, tous les déchaînements deviennent possibles.

Zemmour n’est qu’un symptôme peut-être, mais de la guerre qui menace. On le sent palpiter à l’idée du chaos et de la guerre civile, qu’il évoque directement. Et dans son petit esprit franchouillard, ce ne seraient pas les racistes comme lui, les responsables, mais les victimes elles-mêmes, décrétées « inassimilables ». Et cela, mes amis, c’est le discours des nazis face aux juifs, ni plus ni moins. Je relis – oui, je relis – les milliers de pages de l’incroyable Journal de Joseph Goebbels, grand chef du Troisième Reich. Eh bien, on  voit parfaitement comment le crime total est tourné de telle manière que les seuls responsables en sont ceux qui meurent dans les chambres à gaz.

Oh ! non, Zemmour n’est pas nazi. Ce n’est qu’un terrible imbécile. Un épouvantable irresponsable qui jouit de ses si maigres dispositions intellectuelles et morales. Pourquoi se gênerait-il ? L’époque l’adule, l’époque le porte en triomphe. J’en ai fini. Pourquoi Cohn-Bendit et Mélenchon ne voient-ils pas ce qui crève les yeux ? Pour la première fois depuis la guerre, un écrivant célèbre et populaire dessine le cadre d’une politique du meurtre. La seule explication est que ces supposés chefs politiques sont eux aussi de cette époque pathétique. Dans d’autres circonstances, ils feraient rire. Cohn-Bendit, l’ancien, le très ancien révolté devenu un pauvre pépère, salarié-pigiste d’Europe 1, marchand d’armes à mi-temps via Lagardère. Et Mélenchon, amoureux transi de Mitterrand et Jospin, recyclé dans les odes à la Révolution française. Oui, à un autre moment, j’aurais rigolé de bon cœur.

————————-

Corriere della Sera – Stefano Montefiori
IL SUCCESSO DI ZEMMOUR, L’ARRABBIATO ANTI-ÉLITE «LA FRANCIA SI È SUICIDATA»

Contro i gay, gli immigrati, l’Ue: ha venduto mezzo milione di copie

PARIGI Il premier socialista Manuel Valls lo detesta e lo cita più volte come minaccia alla convivenza civile ma questo non fa che accrescere la fascinazione di tanti francesi per Éric Zemmour, 56enne editorialista del Figaro , ubiquo polemista radiotelevisivo e autore di « Le suicide français » (Albin Michel), un saggio di 500 pagine sui «quarant’anni che hanno distrutto la Francia».
Contro l’eredità del maggio 68, il femminismo, l’immigrazione, l’Europa e le nozze gay, Zemmour ha scritto un libro pieno di rimpianto per l’epoca d’oro (secondo lui) in cui gli uomini sapevano imporre la loro autorità di padri e mariti e la Francia non era «invasa dai musulmani salafisti». Soprattutto, «Il suicidio francese» è da due settimane primo in classifica, si avvia a raggiungere il mezzo milione di copie vendute e a battere il record del bestseller anti-Hollande di Valérie Trierweiler.

Che cosa ci dice, della società francese, un successo simile? Se lo aspettava?

«Da un punto di vista personale è un’immensa soddisfazione, ovviamente. Per la struttura mi sono ispirato al libro di un italiano, Patria 1978-2008 di Enrico Deaglio: non l’ho letto, ma ho preso da lì l’idea di mescolare la cultura popolare e il saggio politico. Mi aspettavo di creare dibattito, ma non di vendere così tanto. Questo successo è un plebiscito politico, ideologico. La gente mi ferma per strada e mi dice che finalmente qualcuno esprime la loro sofferenza. Il popolo francese non si rassegna a vedere la Francia morire sotto i suoi occhi».

Il suo libro è una specie di manifesto reazionario e populista.

«Ma io lo rivendico, il populismo. Apparentemente la facciata resiste, Parigi è sempre bella e le ragazze fanno ancora girare la testa, ma sotto la superficie tutto è marcio. Il populismo è il rifiuto di rinunciare alla nostra maniera di vivere».

E chi sarebbe responsabile di questo attentato alla vecchia Francia?

« Le Monde ha scritto che il mio è un libro complottista. Ma io non denuncio un complotto, critico un’evoluzione della società imposta dalle élite francesi. Negli ultimi quarant’anni queste élite hanno agito secondo le tre D: derisione, decostruzione, distruzione della Francia, in nome dei grandi ideali, ovvero l’Europa, l’apertura al mondo, il progresso».

La modernità, la globalizzazione, l’immigrazione, riguardano tutti, non solo i francesi.

«È vero, ma solo in Francia c’è un simile odio di sé veicolato dalle élite. Non fanno che ripeterci che non siamo abbastanza tedeschi, o americani, o svedesi. Tutti i modelli sono buoni, tranne il nostro. Poi, in Italia non c’è Stato forte, la società è abituata a difendersi. Noi ci sentiamo traditi dallo Stato. Siamo il Paese con la prima comunità musulmana d’Europa».

Ma le élite che lei denuncia difendono la laicità, per esempio. La Francia è uno dei pochi Paesi dove il burqa, e pure il velo nelle scuole, sono vietati.

«Ma sono residui, insufficienti, di un sistema ormai finito. Il modello francese era l’assimilazione, ossia “tutti possono essere francesi se fanno lo sforzo di essere francesi”. I miei antenati erano berberi di religione ebraica, non erano certo i galli, ma io oggi dico che i miei antenati sono i galli. Tutto questo non esiste più. I musulmani hanno un loro codice civile, è il Corano. Vivono tra di loro, nelle periferie. I francesi sono stati costretti ad andarsene».

Lei allora che cosa suggerisce? Deportare [ce mot n’a pas été prononcé devant Zemmour, NDLR] cinque milioni di musulmani francesi?

«Lo so, è irrealista, ma la storia è sorprendente. Chi avrebbe detto nel 1940 che un milione di pieds-noirs , vent’anni dopo, avrebbero lasciato l’Algeria per rientrare in Francia? O che dopo la guerra 5 o 6 milioni di tedeschi avrebbero lasciato l’Europa centro-orientale dove vivevano da secoli?».

Parla di esodi provocati da tragedie immense.

«Io penso che stiamo andando verso il caos. Questa situazione di popolo nel popolo, di musulmani dentro i francesi, ci porterà al caos e alla guerra civile. Milioni di persone vivono qui, in Francia, e non vogliono vivere alla francese».

Ma che significa vivere alla francese?

«Significa dare ai figli nomi francesi, essere monogami, vestirsi alla francese, mangiare alla francese, formaggio per esempio. Scherzare nei caffè, fare la corte alle ragazze. Amare la storia di Francia, sentirsi i depositari di questa storia e volerla continuare, sto citando Ernest Renan».

Se la prende con una supposta ideologia cosmopolita e totalitaria ma lei, Éric Zemmour, è sempre in tv.

«Io dico le cose che la maggior parte dei francesi pensano, da cui il successo clamoroso del mio libro. Contro di me però c’è l’ideologia dominante delle élite, ormai screditate, che provano a imporre alla società quel che è corretto pensare: il mariage pour tous , il femminismo, l’Europa, la globalizzazione, l’immigrazione vista come una ricchezza. Ma il popolo non la pensa così».

Lei punta a fare l’ideologo del Front National?

«No, su certi temi siamo lontani, il Front National per esempio non si è schierato abbastanza contro il matrimonio degli omosessuali, e da un punto di vista sociale ormai è troppo a sinistra. Ma io non mi pongo sul terreno dei partiti, la mia dimensione è quella delle idee. Conduco una guerra culturale, come direbbe Gramsci».

Absent pour quelques jours

Je m’en va. Je ne suis déjà plus derrière mon écran pour quelques jours. Si je ne peux écrire d’ici là, je vous souhaite évidemment un bon Noël. J’avais envisagé l’an passé de me déguiser en qui vous savez, avec houppelande et compagnie, et puis j’ai renoncé. Cela dit, il me reste encore quelques jours pour trouver un traîneau. Je vous tiens au courant.

Pendant mon absence, les commentaires ne pourront évidemment pas apparaître seuls. Mais je m’en occuperai dès que possible. Salut et fraternité.

La mer des Caraïbes, poubelle française

Cet article a été publié par Charlie Hebdo le 11 décembre 2014

Ces gens-là ne respectent rien. Contrairement à tous les engagements, le préfet de Martinique a fait couler un bateau dégueulasse de 99 mètres de long en pleine mer. C’est moins cher que de démanteler, et Ségolène Royal s’en contrefout.

« Lanmé sé pa an poubel ». C’est du créole martiniquais, et ça veut dire que la mer, bande de saligauds, ce n’est pas une poubelle. Une toute petite foule a crié ces mots dans les rues de Fort-de-France il y a quelques jours, pour protester contre l’immersion en mer des Caraïbes du Cosette, un bateau tout ce qu’il y a de dégueulasse. Mais voyons l’affaire de plus près.

En 2010, une très vieille coque de 99 mètres de long s’amarre dans le port de Fort-de-France, et devient ce qu’on appelle un bateau-ventouse, incapable de reprendre la mer. Les marins roumains et sud-américains ne sont pas payés depuis des mois, et leur sécurité même est en danger, car le Cosette, lancé en 1966, n’est plus entretenu. Que font les autorités ? Rien. Le temps passe jusqu’à ce que Jacky  Bonnemains, à Paris, se mette au boulot. Le fondateur de Robin des Bois (http://www.robindesbois.org) est devenu, au fil des décennies, l’un des  grands connaisseurs de la sécurité maritime et des mouvements de bateau.

En février 2014, il alerte, ce qui est son métier principal. Selon ses informations, le préfet de Martinique s’apprêterait à immerger le Cosette à 25 kilomètres des côtes, au droit d’une fosse marine où un autre bateau, le Master Endeavour, a déjà été coulé en 2008. Est-ce vrai ? Bien sûr, et c’est sacrément gonflé, car le Grenelle de la Mer – aussi fantaisiste que l’autre, celui de 2007 – s’est engagé sur le papier à développer une filière française de démantèlement et recyclage des bateaux en fin de vie. Le coup de gueule de Bonnemains empêche la manœuvre, et dans la foulée, celui-ci fait des révélations sensationnelles.

Les navires changent souvent d’identité, et le Cosette a épuisé dix noms au total, dont celui de Zanoobia. En janvier 1987 commence une invraisemblable virée : 10 000 fûts toxiques, résidus de l’industrie chimique européenne, partent d’Italie en bateau vers Djibouti, avant d’être détournés vers le Venezuela. Là-bas, ils sont déchargés en cachette, et provoquent la mort d’un gosse. Caracas obtient de l’Europe le retour des fûts, réembarqués, qui arrivent un jour à Tartous, un port syrien. C’est si dégueulasse et dangereux que la Syrie d’Assad – le père – obtient lui aussi un retour à l’envoyeur.

C’est alors –en mars 1988 – qu’entre en scène le Zanoobia, qui essaie de débarquer ses poisons à Salonique, en Grèce, avant d’être contraint à deux mois de ronds dans l’eau en Méditerranée, car personne ne veut accueillir le merdier. Les fûts sont amochés, au point qu’une partie de l’équipage se chope des migraines, des conjonctivites, des eczémas, des bronchites. Pour finir, le gouvernement italien accepte les déchets, qui sont déposés à Gênes. L’histoire, qui a fait le tour du monde, jouera un grand rôle dans la signature l’année suivante – en 1989 – de la Convention de Bâle, un traité international censé réglementer le transport international de déchets dangereux.

Retour en Martinique, fin octobre 2014. En Martinique même, on commence à protester contre le projet d’immersion du Cosette, notamment autour de l’Assaupamar (Association pour la sauvegarde du patrimoine martiniquais). Officiellement, et jusqu’au 3 novembre, le préfet prétend que le Cosette repartira vers l’Europe à bord d’un puissant « transporteur de colis lourd », un supernavire. « Un tel scénario, raconte Bonnemains à Charlie, nécessite des mois de préparation et coûte affreusement cher ». Mais tout est pipeau. Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, informée depuis des mois, laisse faire. Le 4 novembre dans la nuit, une très opportune voie d’eau se déclare à bord du Cosette. Il n’est plus question de démantèlement. À toute allure, on traîne la ruine flottante au large, et on la fait sauter.

Il y a peut-être une explication : la présence du Cosette gênait d’évidence un projet de terminal pour conteneurs très cher au cœur des aménageurs locaux. On a en tout cas décidé de balancer aux poissons des boues d’hydrocarbures, des PCB, des peintures toxiques, probablement de l’amiante. Bonnemains devrait attaquer devant le tribunal administratif le 15 décembre. Mais personne ne fera revenir le Cosette des Abysses.

L’Espagne en pleine movida politique

Ces deux articles ont été publiés par Charlie Hebdo le 11 décembre 2014


Incroyable mais vrai. En Espagne, où les politiciens peuplent les prisons par dizaines, un nouveau parti,
Podemos, menace aussi bien la droite que la gauche. Surprise : c’est un mouvement antiraciste, féministe, écologiste, antifasciste. ¡ Y que viva !

Ce n’est peut-être qu’un feu de paille, mais il réchauffe le cœur, ce qui n’est pas si mal. L’Europe crève de nationalistes et de fascistes plus ou moins bien déguisés, mais pendant ce temps, l’Espagne respire un tout autre air. Podemos – « Nous pouvons » – mouvement né en janvier 2014, a envoyé cinq députés européens à Bruxelles dès mai. C’était déjà retentissant, mais les derniers sondages présentent aujourd’hui Podemos comme le premier parti d’Espagne, avec près de 30 % d’intentions de vote. Un parti antiraciste, antifasciste, féministe, écologiste au moins dans le discours.

Les plus foldingues imaginent un gouvernement Podemos après les élections générales de l’an prochain. D’ores et déjà, les deux partis qui se partagent les postes, le Partido Popular – la droite affairiste, au pouvoir – et le Partido Socialista Obrero Español – la gauche affairiste, en mal d’alternance – flippent leur mère, espérant que Podemos ne résistera pas à ses divisions internes, à l’évidence fortes.

D’où vient l’alien ? De la rue, ainsi que l’explique Pablo Echenique dans l’entretien qu’il a accordé à Charlie. L’Espagne a ses traditions, qui ne sont pas les nôtres. Il y a près de 80 ans, quand ce vieux salaud de Franco se révoltait contre la République – le 17 juillet 1936 -, la Confederación Nacional del Trabajo, cette fameuse CNT anarchiste, regroupait plus d’1 500 000 membres. À comparer avec les 30 000 encartés du parti communiste stalinien. Ceux de Podemos ne revendiquent pas ouvertement  cette glorieuse filiation, mais les grandes idées ne meurent (peut-être) pas.

Où va l’Espagne ? Elle paraît s’éloigner en tout cas des lamentables expériences politiques passées. On n’a pas idée en France du degré de corruption atteint sur place. Une économie basée sur une pyramide de Ponzi a fait pousser comme champignons des centaines de programmes immobiliers fantômes, qui ne seront jamais habités. Au bord du littoral massacré, les lotissements pourrissent, sans être même raccordés au système de distribution d’eau. L’aéroport de Ciudad Real, au sud de Madrid, a englouti 1 milliard d’euros avant d’être mis aux enchères en 2013 faute de passagers. Dans quelles poches sera passé l’argent public ainsi gaspillé ?

À Madrid, la presse titre depuis des mois sur des scandales à répétition qui touchent aussi bien la droite que la gauche. Le dernier en date, sans doute le plus vaste, s’appelle « Operación Púnica » depuis que la justice a commencé d’envoyer en taule des dizaines de politiciens. Au cœur de l’affaire, Cofely, filiale de GDF-Suez. Son directeur-général a été arrêté, et notre presse française adorée se tait.

Podemos, la meilleure surprise de ces dernières années.

ENTRETIEN

« Avant le mouvement des Indignés, j’étais un idiot politique »

On rencontre le nouveau député européen Pablo Echenique-Robba dans un bar où il siffle une deuxième bière, aidé par une assistante. Cette figure de Podemos ne peut pas boire tout seul, car il circule à bord d’un pesant fauteuil roulant de 110 kilos. Il est né avec une énorme saloperie appelée Amyotrophie spinale, sorte de faiblesse des muscles. Mais le cerveau paraît en excellent état. Chercheur au CSIC – équivalent espagnol de notre CNRS -, physicien de haut niveau, il a soudain basculé dans la politique. À part cela, il est drôle, déconneur, entouré d’une nuée de jeunes qui font plaisir à voir. Parmi eux, Adrian Pacin, qui lui glisse à l’oreille : « Charlie, c’est le meilleur des journaux ». On y va.

Charlie : Quel âge as-tu et d’où viens-tu, politiquement parlant ?

Pablo Echenique : J’ai 36 ans, et je viens d’une sorte de néant. Comme bien des gens en Espagne et dans le monde, et jusqu’à ces dernières années, j’étais un idiot politique. J’aspirais à une vie normale, sans problèmes. Et puis est arrivé le M15.

Charlie : Je précise pour les lecteurs. Le M15, c’est le mouvement du 15 mai (2011), celui qu’on appelé en France Los Indignados.

P. E-R : Je dois te dire que cela a été très spectaculaire, car à la vérité, tout est parti d’une toute manif de jeunes – 200 personnes peut-être – sur la place Puerta del Sol, dans la nuit du dimanche 15 mai. Ils ne demandaient que des choses banales, comme un toit, un revenu pour vivre, un travail, des écoles. Mais la police du gouvernement socialiste en place a tenté de les virer de la place, et alors a commencé une Assemblée de rue improvisée, qui a décidé de rester et de dormir là. Quelques jours plus tard, il y avait des foules immenses sur toutes les places d’Espagne, ou presque. Moi, je suis descendu aussi sur la place de ma ville, Saragosse, mais avec mon fauteuil roulant, je ne pouvais pas entrer dans les tentes pour y dormir (rire important). Alors les gens ont  commencé à se parler, à critiquer le système de consommation, le capitalisme, et comme l’occupation a duré des mois, les discussions aussi.

Charlie : Un mouvement de jeunes ?

Oui, au départ, certainement. Mais il a vite compté des gens plus vieux, et au bout d’un temps assez bref, les sondages ont indiqué que 80 % de la population espagnole comprenait et approuvait le M15. Entre nous, heureusement que le moi de mai espagnol ne ressemble pas au moi de mai finlandais. Il s’est agi d’une fête en plein air, avec beaucoup de musique, de danses, de rire. Ce qui a tous réunis, c’est ce slogan repris des millions de fois : « No somos mercancía en manos de políticos y banqueros ». Nous ne sommes pas des marchandises entre les mais des politiciens et des banquiers. Nous revendiquions le droit d’être des gens normaux en face de dirigeants de multinationales qui passent d’un avion privé à un hôtel de Monte-Carlo, en passant par un yacht. Ça peut te paraître naïf, mais n’oublie pas que le M15 a mis en mouvement des tas de gens qui n’étaient pas politisés.

Charlie : Pourquoi ça a marché ? Tu as une idée ?

Je crois qu’Internet a joué un grand rôle. Je sais que le monde n’a pas commencé avec ce réseau, et qu’il y a toujours eu des luttes, mais Internet a permis de ne pas s’adresser seulement à une petite élite éduquée, mais directement à de larges couches de la population. Le monopole de la parole publique a explosé. Toutes sortes de choses qui ne pouvaient être dites par les moyens d’expression traditionnels, dominés par des groupes de presse, ont enfin pu circuler. Nous avons ainsi pu unir des fronts qui restaient séparer : les luttes de femmes, le combat des handicapés, les bagarres ouvrières, les revendications de santé publique…

Charlie : Je vois que tu ne cites pas l’écologie…

Oh que si ! Je suis très écologiste moi-même, et sur le long terme, je suis pour la décroissance. On ne peut pas continuer ainsi sur une planète aux ressources finies. Mais à court terme, je crois nécessaire de se battre pour ce qui nous unit tous. Comme le dit le philosophe Carlos Fernández Liria en résumant le programme de Podemos, « que se cumpla la ley ». Il faut faire respecter la loi. Pour tous les Espagnols, il y a la question clé de la fraude fiscale, dont on dit qu’elle pourrait atteindre 250 milliards d’euros par an. On attaque les garagistes et les plombiers, alors que 80 % vient des grandes fortunes espagnoles, contre lesquelles rien n’est fait.

Charlie : Il reste pour toi une différence entre la droite – le PP – et la gauche – le PSOE ?

Sur le plan des réformes de société, ce n’est pas la même chose. Mais pour ce qui concerne l’économie, c’est pareil. À titre personnel, je refuse toute alliance électorale. Aux élections générale de 2015, ou nous formons le gouvernement, sans eux, ou nous devons incarner une opposition sans état d’âme.