Henri Guaino, héros de Crimée, vainqueur du Kilimandjaro

J’ai écrit des portraits de grands sagouins militaires pour Charlie cet été, et le dernier, imaginaire lui, était consacré au spécialiste du bazooka Henri Guaino. Le voici. J’espère que cela vous fera sourire.

——————————————————-

Pendant deux mois, Charlie propose des portraits de chefs militaires. C’est notre concours de l’été : qui est le plus grand assassin ? Que volent les têtes et que s’empilent les cadavres ! Dans cette uchronie, on rendra hommage au président Henri Guaino, ci-devant ministre de la Défense et de l’Attaque. Après avoir maté les Barbaresques au loin, il a su comme personne rétablir l’ordre dans la bagatelle de 1321 quartiers jadis appelés « difficiles ».

——————-

 

Henri Guaino est né malheureux en 1957, car la Garde Républicaine avait refusé tout net de descendre en Arles pour l’occasion. Très vite il mordit sa mère, très vite il se mordit les doigts. Maman Guaino fut obligé, pour le sauver, de l’emmailloter comme on faisait en Afrique bien avant que la race blanche ne vienne y proposer les couches Pampers. Traumatisme.

Enfant, il fut triste et solitaire, s’amusant à tirer des fléchettes empoisonnées sur le globe terrestre que tonton Raymond lui avait acheté à la place du père Noël, empêché. Il acquit une telle dextérité que jamais la France ne fut touchée par les pointes de fer. Mais le Mali, le Sénégal, le Tchad, la Mauritanie et le Congo, pardon, un vrai gruyère. Jeune garçon sage, il essaya trois fois d’entrer à l’ENA, mais il échoua, sans bien comprendre ce qui lui arrivait. Ou le comprenant trop bien. Il nota scrupuleusement le nom de tous les reçus et y découvrit celui de Abdoulaye Baldé (Sénégal), Joseph Charles Doumba (Cameroun), David Houdeingar (Tchad) et Patrick Katsuva (Congo). Pour l’occasion, il ressortit le jeu de fléchettes de son enfance.

Comme il ne savait plus où il habitait, il alla partout. Chez les gaullistes de gauche – Séguin -, chez les gaullistes de droite – Pasqua -, chez les autres, comme Chirac. Mais son envol commença avec Sarkozy, quand il écrivit pour lui le Discours de Dakar. Extrait : « Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires, vit avec les saisons, (…) ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles ». Vengeance.

Serait-il oublié sans sa glorieuse réplique, au moment de l’attentat de Nice, le 14 juillet 2016 ? En deux mots, un djihadiste tue ce jour-là 85 personnes au volant de son 19 tonnes, et Guaino trouve alors une parade radicale : « Il suffit de mettre à l’entrée de la promenade des Anglais un militaire avec un lance-roquette et puis il arrêtera le camion, voilà c’est tout ! ». On s’en souvient, cette sortie valut à Guaino le poste de ministre de la Défense dans le premier gouvernement Robert Ménard, après le triomphe de Sarkozy à la présidentielle de mai 2017. Mais pas à n’importe quel prix. Sur TF1, il revendiqua de la sorte sa nomination : « Vous avez vu comme moi que l’intitulé du poste a changé, à ma demande. Je suis à partir de ce soir ministre de la Défense et de l’Attaque ».

Trois semaines plus tard, il était devant la Jungle de Calais, assis dans la tourelle d’un char Leclerc de 57 tonnes. Certes, ses tirs d’obus de 120 mm coulèrent au passage un ferry rempli de 680 vacanciers britanniques. Mais le concassage par les lourdes chenilles aura bel et bien fait disparaître pour deux mois dans la boue le campement de romanichels afghans qui déshonorait la France. Le reste est dans toutes les mémoires.

Le 25 octobre 2017, la ville d’Alger fut copieusement arrosée de missiles tirés depuis le porte-avions Charles-de-Gaulle, à bord duquel se trouvait M. Guaino. Ridicule d’exagération, la Fédération internationale des droits de l’homme prétendit que l’attaque avait fait 3200 morts et 8000 blessés. Mais pourquoi Alger ? S’il est vrai que la cible de départ semble avoir été Rakka, en Syrie, était-il pour autant acceptable d’accuser le ministre de s’être trompé de bouton ? Indigné comme rarement, M. Guaino lâcha au cours des séances de questions à l’Assemblée : « Mais que ce monsieur Mélenchon prenne ma place ! Il verra alors que toutes les villes barbaresques se ressemblent comme deux gouttes d’eau ».

Les premières années du quinquennat, qui devait devenir un décennat, démontrèrent la puissance des armes françaises sur le champ de bataille. Guerre de Crimée – 702 000 morts -, conquête du Pôle Nord, du Kilimandjaro – au-dessus des 5800 mètres -, et de l’île Saint-Christophe-et-Niévès (en riposte à la fourberie anglaise dans le dossier européen). Un bilan étonnamment positif puisque la France, au total, n’aura eu à déplorer que 317 000 morts, contre plus d’un million dans le camp de nos ennemis. Répondant aux grotesques accusations de torture systématique – un rapport évoque sans preuve l’énucléation de 28 000 prisonniers birmans -, M. Guaino préféra la légèreté, notant : « De toute façon, on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs ». À quoi l’antinational Besancenot, juste avant d’être arrêté, osa répliquer : « Moi, je vois bien les œufs cassés, mais où est l’omelette ? »

Pouvait-on défier les grands de ce monde et composer éternellement avec les djihadistes français ? Quand il annonça le 2 janvier 2018 la fusion immédiate de son vaste ministère avec celui de l’Intérieur, mais aussi l’interconnexion avec les fichiers de la sécurité sociale, de Pôle Emploi, des Allocations familiales, des gagnants au Loto et au PMU, du RSA, d’Air France et de la SNCF, du Club Méditerranée et des clubs Mickey, chacun comprit que l’histoire était en marche.

Dans la foulée, on retira la nationalité française aux harkis et à leurs descendants, avant d’en remettre un premier contingent aux autorités comoriennes, très conscientes du cadeau fait par la France. Et bien sûr, on embastilla. Au total, au 1er mars 2022, 1 million 633 258 Arabes et assimilés étaient en détention administrative illimitée. Qui dans des prisons nouvelles. Qui sur des paquebots réquisitionnés. Qui sur le Larzac. Qui sous la tente dans les Alpes. Qui aux îles Kerguelen. Qui sur la Lune. Qui en orbite géostationnaire.

On n’oubliera pas, dans ce tableau de la Renaissance nationale l’arasement total de 1 321 de ces quartiers qu’on disait « difficiles », et leur remplacement in situ par un gigantesque concours national de Roses nouvelles, gagné deux années de suite par la merveilleuse Maman Guaino, nom délicatement donné à une grande fleur jaune très odorante.

Où sont partis les habitants anciens ? Telle est la vaine polémique qu’a tentée une opposition incapable d’énoncer la moindre idée constructive. Le président Guaino, puisqu’il est désormais notre chef suprême, a coutume de répondre à la manière d’un coup de fouet sur la croupe d’un baudet : « Où sont-ils allés ? Mais qu’est-ce que j’en sais, moi ? La France est-elle un pays de liberté, oui ou non ? ».

 

19 réflexions au sujet de « Henri Guaino, héros de Crimée, vainqueur du Kilimandjaro »

  1. Henri Guaino, une arme de destruction massive !

    « …la merveilleuse maman Guaino… » ! Entendant cela, Wolfgang partit d´un grand éclat de rire ! Et j´ai fait de même, non sans mal, parce qu´il vaut mieux rire de toute cette noirceur que d´en pleurer !
    « Parfois le rire s´étrangle, mais c´est notre seule arme, l´humour… »
    Cabu

    Merci Fabrice pour cet article.

  2. Et vlan pour Guaino ! ! Ce type m’a toujours donné des crises d’urticaire avec son allure de 1er de la classe frustré prêt à tout pour se mettre en avant, y compris les propos et bavardages les plus violents, les plus insultants, les plus idiots (discours de Dakar, à Dakar !Il fallait oser !).
    Il n’a rien à envier à ce triste facho de Buisson, l’ami téléphonique du bouffon de Neuilly… (il est toujours à Neuilly d’ailleurs le Sarko ? Bon euh… on s’en tape royalement en fait…).
    Pas étonnant du tout qu’il ait un moment fait bon ménage avec Sarkozy, ça relève des mêmes pathologies…
    J’espère que ses âneries sur le bazooka niçois seront sont chant du cygne… Mais avec la présidentielle à venir, tout est hélas possible les amis, surtout le pire ! Macron/Juppé/Le pen… vous imaginez ?
    Libérez nous de la Vème République, vite ! Mettons définitivement fin à ce régime monarchique pour établir une vraie démocratie ! Virons TOUS les candidats aux présidentielles : leur candidature doit agir comme un stigmate infâmant car elle ne peut être que cela. Seuls des psychopathes dangereux peuvent souhaiter se présenter à cette élection qui va finir d’achever la démocratie dans ce pays !

  3. pas sourire, rire! Depuis l’Albanie, où un autre grand cinglé avait fait construire des mini-bunkers sur toutes les côtes de son pays pour se défendre d’hypothétiques ennemis.

  4. Cher Fabrice, chers tous,
    Pardonnez mon incursion dans cet échange car ce qui suit est hors sujet mais très Planète. Ne sachant pas comment déposer ce message pour qu’il soit vu…je le dépose ici.

    Suivant ton appel à témoignages autour des paysages ayant irrémédiablement (diablement !) changés, je voudrais te signaler cette conférence de Perrine Hervé – Gruyer (voir le lien ci-dessous). Sans doute es-tu au courant et sans aucun doute, tu connais ces personnages, Charles et Perrine, à l’origine et à la tête du projet de la ferme du Bec Helloin. On les voit dans le premier volet du film “ Demain “ concernant l’alimentation, et donc l’agriculture, sujet qui t’es cher et dont je partage largement l’amour et le soucis. J’ai eu récemment l’occasion de passer une journée à la ferme du Bec avec l’un de leurs proches collaborateurs, passionnant et passionné. Outre la beauté édénique des lieux – on ne parle plus ici d’une exploitation, mais bien d’un jardin nourricier – qu’ils ont forgés, modelés et cultivés au double sens du terme, il y a là-bas foison de propositions mises en oeuvre pour changer enfin de paradigme. Bien plus qu’une méthode, c’est une façon d’être au monde qui est proposée et beaucoup d’amour. L’attention au territoire, aux terroir et à la terre y est absolue et magnifique. La productivité de ce lieu étonne et est sujette à controverse, on s’en fiche, mais la proposition fondamentale sans doute est de cultiver manuellement sur de petites surfaces, pratiquer une agriculture biologique et intensive en main d’oeuvre. Wendell Berry, le poète et paysan américain disait dans un entretien intitulé Resettling America « we must put people back in the fields, a lot of people and the cattle back on the grass where it belongs… ». Au Bec Helloin, à peine un hectare est cultivé et cette surface produit bien plus et bien meilleur que dix hectares en culture dite traditionnelle. Mais ce qui est plus intéressant encore, c’est que la ferme s’étend en réalité sur vingt hectares et que c’est bien cette superficie entière qui participe de sa belle performance (et oui, toujours la démonstration à faire) grâce à un environnement diversifié, forestier, équilibré et foisonnant de faune. Mieux cultiver, sur moins de surface, avec plus de gens, c’est plus de forêt, c’est plus de prairies, c’est plus de faune, et tout cela participe de la richesse des lieux. Le territoire est habité et on en prend soin, comme si un remembrement à l’envers était en cours. Actuellement, Perrine et Charles sont en train de mettre en place ce qu’ils appellent un paysage de résilience, sur dix hectares dont ils disposent en lien direct avec les surfaces cultivées. Ils y planteront une foret, dense et nourricière, diverse et habitée car il faut faire la preuve que nos territoires sont à reconquérir, la preuve par l’efficacité bien sûr, mais aussi par la beauté et le bien être que cela procure. Tu sais tout cela cher Fabrice et sans doute je m’exprime mal, mais il me semble qu’il se joue là une alternative possible et qui doit absolument trouver des porte-voix et de nombreux relais…

    Amitiés

    Nicolas

    http://www.acteursduparisdurable.fr/agenda/retrouver-la-nature/une-permaculture-nourriciere

  5. vous voilà donc écrivain de fiction, vous l’investigateur!
    vous m’avez fait rire
    merci encore pour votre blog toujours intéressant

  6. J’ai du mal a commenter, cet article passe mal!

    Ca parait outrancier, mais ca l’est-il vraiment?
    Ca parait une fiction, mais ca l’est-il vraiment?

    Les Francais sont etrangement divises, entre les fous de la guerre de civilisation comme BHL et Cie qui hurlent sur tous les tons « nous sommes en guerre » et Michel Serres qui repete a longueur de temps que « l’Europe vit une periode de paix unique dans l’histoire »!

    Les Anglais sont plus lucides; Meme leur presse officielle reconnait que la realite est plus horrible qu’il n’y parait: Pas une seule annee s’est ecoulee durant le dernier siecle sans que leur pays ne soit en guerre quelque part.

    https://www.theguardian.com/uk-news/2014/feb/11/british-forces-century-warfare-end
    https://www.theguardian.com/uk-news/2016/sep/08/britains-secret-wars-oman
    http://www.independent.co.uk/news/world/politics/world-peace-these-are-the-only-11-countries-in-the-world-that-are-actually-free-from-conflict-9669623.html

    Difficile d’imaginer que la situation soit tres differente pour la France. A part une exception, la seule peut-etre dont on aurait pu etre fier si elle n’avait pas ete gachee par les revirements des dernieres annees: Le refus actif de participer a l’invasion de l’Irak en 2003. 1 million de morts quand meme, et le compteur tourne encore. Mais l’Europe est un havre de paix.

    1. Je ne renvoie bien sur pas dos a dos Michel Serres, personnage profondement gentil, et les assoiffes de guerre qui la font deja chez les autres et travaillent a l’etendre partout et meme chez eux. Si le texte de Fabrice sonne si horriblement familier, n’est-ce pas parceque nous nous sommes deja habitues a ce langage, et qu’etant ainsi si pres de l’accepter, comme a peine surpris, nous avons presque accepte aussi sa realite?

  7. Merci pour ce film, Martine.
    Bravo à Pierre Athanaze pour sa pédagogie et à Bougrain pour sa sensibilité assumée.
    Comme lui, la catastrophe écologique « m’inquiète et me bouleverse ».

  8. Lire « La présidente » de François Durpaire et Farid Boudjellal, une BD uchronique, ou plutôt prospective tant elle est vraisemblable, et tant l’attitude des personnages politiques que nous connaissons est particulièrement bien vue. Il y a même le Brexit, alors que la BD est sorti il y a un an !
    C’est vrai que la présidentielle qui s’annonce se présente comme une bouffonnerie désespérante. Mais bon, les moutons ont besoin d’un berger, non ? Roger Waters, quand il a écrit en 1977 « Animals », de Pink Floyd, inspiré par je ne sais plus quel auteur, a fait preuve d’une lucidité certaine. On est en plein dedans, avec les « chiens de garde ». Brrrr….glaçant.

  9. Merci,

    La chercheuse admet « faire partie des gens qui sont un peu workalcoholic », « qui se mettent à 200% » car ils « ont besoin d’une certaine mission ».

    Elle a cofondé une société de biotechnologie, CRISPR Therapeutics, qui cherche à utiliser la technologie CRISPR-Cas9 pour combattre certaines maladies, par exemple du sang ou certains cancers. Elle est actionnaire et conseillère scientifique de cette société qui vient de s’allier au groupe BAYER.

    BAYER s’offre Monsanto pour 66 milliards de dollars

    ——-

    http://lesbrindherbes.org/2016/09/14/si-ca-vous-a-echappe-mutation-du-travail-le-noir-horizon-de-la-robotisation-arte/#comment-97093

    Saluti a tutti

  10. hé hé ELLE EST BELLE !

    Quel chemin pour un simple collaborateur.

    ps : rien à voir mais Fabrice peux tu nous éclairer sur Haudricourt ? Je ne connais pas, mais l’homme à l’air intéressant de prime abord.

  11. Dans la serie « est-ce du second ou du troisieme degre », voici notre President de la Republique, M. Francois Hollande, prononcant a New York l’eloge du plus grand « sagouin militaire » et pire criminel de guerre de la seconde moitie du XX siecle:

    https://www.youtube.com/watch?v=mH55F9C5ahM&feature=youtu.be

    Notre President evoque son « adolescence », et l’admiration que deja il vouait a ce personnage.

    D’ou vient Hollande? De la planete Mars?

    Ou bien, est-il le representant typique de cette generation, que Michel Serres appelle « petite poucette », qui passait il y a 30 ans le plus clair de son temps devant la tele, et aujourd’hui a regarder ce que font ses « amis » sur facebook?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *