Christophe Castaner est une brêle

Vous connaissez peut-être Christophe Castaner, petit patron de la République en marche de Macron. Le monsieur s’est présenté comme tête de liste socialiste aux élections régionales (Provence-Alpes-Côte d’Azur) de 2015 avant de rejoindre Macron, l’homme du business et des transnationales l’année suivante. C’est dire la profondeur de ses nobles convictions. Il est en outre, car on ne lâche rien, sous-ministre en charge des Relations avec le Parlement. Un poste, on se doute, où les principes valsent à mesure que se vident les bouteilles à la Buvette de l’Assemblée, où l’on ne boit pas que du lait de jument.

Pourquoi parler ce jour d’un personnage aussi minuscule ? Parce que. Parce que je viens de lire une de ses déclarations. Ainsi que vous savez, la police a chassé provisoirement les occupants de la forêt de Bois Lejuc, où des écologistes protestaient depuis des années contre un projet d’enfouissement de déchets nucléaires, censé maintenir le poison pour 100 000 années et plus.

Eh bien, Castaner, sur commande bien sûr, s’est aussitôt employé, en petit perroquet, à répéter sur BFM les « éléments de langage » qu’on lui avait préparés. Ce qui a donné : « Il y a une occupation illicite, ce ne sont pas de gentils écologistes dans la forêt. Il n’est pas question qu’il y ait des zones de non-droit ». Pas de zone de non-droit. Pas question. Voilà un homme qui parle au nom d’un gouvernement qui tolère, accepte et bien souvent plébiscite les zones de non-droit d’une nature autrement dévastatrice, et qui fait semblant – car au fond, qu’en a-t-il à foutre ? – de s’indigner. Mais on ne l’entendra jamais batailler sérieusement contre les paradis fiscaux, qui ruinent peuples et pays. Contre la toute-puissance des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), qui ruinent peuples et pays. Contre la mondialisation de l’économie, qui ruine peuples et pays. Contre le système de production et de consommation défendu par son maître, qui ruine la planète et tous ses habitants, humains compris.

Regardez-le si vous le voyez aujourd’hui ou demain sur un écran. Et dites-moi le fond de votre pensée. N’est-il pas une brêle de première ?

Une réflexion au sujet de « Christophe Castaner est une brêle »

  1. Il était déjà une brêle de première en 2013 quand, en bon PS, il coordonnait le Plan Loup 2013-2017 qui a mis des centaines de loups au tapis, un balle dans le corps.
    A la sortie de ce plan, il claironnait que tout le monde était satisfait, éleveurs comme associations de protection de la nature. Quel menteur, quel manipulateur.
    Ce système que nous devons faire basculer dans le vide qu’il génère lui même propulse ce genre de manipulateur à la tête de l’Etat.
    Jusqu’à quand va-t-on supporter cela comme des bêlants ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *