Pour Pascal Wick, berger nomade (un livre magnifique)

Il y a des jours de bonheur. Oh que oui ! Malgré cette satanée crise de la vie, j’adore être sur terre. Et voir. Et entendre. Et parler. Et le reste, ô combien ! Il y a des jours où une lettre, à elle seule, vous fait sauter de joie. Comme celle que je viens de recevoir. Comme celle de Pascal Wick, berger et nomade. Je vous en livre des extraits : « Déjà bien des lunes que nous nous sommes croisés. J’espère que tu vas bien et que la vie te traite avec tout le respect qui t’est dû. De mon côté, je n’ai aucune raison de me plaindre. L’Ancien est toujours nomade et se lève de bonheur (…) Au cours de ma vie j’ai vendu, en dehors de ma force de travail, des agneaux, des fromages, des légumes, du bois de chauffage, et j’en passe (…) Pour l’instant, je suis en douce Drôme, où je m’occupe pas mal de potagers pour les amis. J’ai aussi un mulet avec qui je fais des tours. L’année dernière, nous avons traversé une bonne partie de l’Espagne ensemble ».

Pascal Wick. Je l’ai rencontré il y a dix ans, au printemps 1999. Il ne fallait pas être grand clerc pour comprendre que cet homme grand de taille et de front était aussi doté d’esprit, et de cœur. Il vivait dans une camionnette aménagée, en compagnie de Clark, un beau border-collie. Quelqu’un m’avait signalé son existence, car il éduquait dans les Pyrénées des chiens appelés à défendre les troupeaux contre les (très) rares attaques d’ours. Pascal était, d’après ce « découvreur », exceptionnel. Eh bien, je confirme : exceptionnel.

Sa vie était restée accrochée au chalet de son enfance dans les Alpes. Gosse, il vivait là, isolé pendant des mois par la neige, entouré de chiens, de chats, de brebis et même de lagopèdes et de tétras-lyres. Même à la belle saison, on n’y parvenait qu’à pied ou à cheval. Pour la raison inepte qu’il ne fichait rien à l’école, il fut envoyé en pensionnat, à Annecy si ma mémoire ne défaille pas. Et ce fut la fin du monde. De ce monde réel, idéel, imaginaire.

Que fit-il ? Je ne sais plus très bien. Il obtint un doctorat en économie, travailla en Algérie, découvrit les États-Unis et ses universités, passa des temps considérables à écouter du jazz dans des boîtes comme il existe là-bas, rencontra en Tunisie un poète analphabète qui lui apprit combien la vie est courte, magnifique, incertaine et précieuse. Après quelques détours, malgré une proposition de l’université canadienne McGill – de celles qu’on ne refuse pas -, il devint berger itinérant entre Drôme et Méditerranée, avec femme et bientôt enfant. Vers 1973.

Berger itinérant, c’est-à-dire avec troupeau perpétuellement transhumant de la mer à la montagne et retour. Toute l’année. Ne cherchez pas, cela n’existe pas. Mais cela existe. Je n’ai plus eu aucun contact avec Pascal depuis dix ans, depuis que ne m’arrive cette lettre qui me fait tant plaisir. Que devient-il ? Si vous avez envie de le savoir, lisez donc le livre unique qu’il vient de publier au Seuil : Journal d’un berger nomade. Et si vous êtes déçu, n’hésitez pas à me secouer les puces en retour. Mais vous ne le serez pas.

Ce que raconte Pascal, sous la forme donc d’un éphéméride, c’est sa vie de berger. Il a la langue précise, heureuse, directe en même temps qu’imagée. Disons qu’il nous aide à voyager, à cheminer avec lui par mille détails et anecdotes. Ses tribulations commencent le 11 avril 1996, par un matin sans nuages, tandis qu’une petite brise descend de la sierra Nevada, en Espagne andalouse. Pascal écrit : « Nous allons bientôt prendre la route du nord, quitter Yegen… ». Yegen ! Croyez-vous au hasard, gens de peu de foi ? Ce nom-là a fait vibrer des cordes jusqu’au plus profond de moi. Yegen ! L’écrivain britannique Gerald Brenan a écrit un livre inoubliable sur les années qu’il passa à Yegen, dans les années 20 du siècle passé. Al sur de Granada – je l’ai lu en espagnol, faute de traduction française – veut dire Au sud de Grenade. C’est un chef-d’œuvre qui raconte cette région des Alpujarras, tout imprégnée encore de la présence arabe, jusque dans la conception de ces villages blancs accrochés à la pente, face à la Méditerranée. J’y suis allé. À Yegen. J’y reviendrai, car je ne peux faire autrement.

Et retour à Pascal. En ce printemps 1996, il part avec deux chiennes. D’abord Maïza, « la rapidité, la vivacité », ensuite Brook, « le calme et le sérieux ». Il les aime. Il est presque incroyable de voir une telle intensité dans le regard d’un humain pour une bête. Si, je sais ce que j’écris. Presque. Les étapes se succèdent. Draguignan. Les Juges. Ambel. On retrouve des amis, on se prépare pour la grande traversée. Le 12 mai, notre homme et ses chiennes sont à Paris. Le 13, il débarque à Detroit, satisfait d’entrer aux États-Unis par la file des « Non Citizens Aliens ». Avec les Aliens. Avec les autres et les étranges étrangers, toujours. Il retrouve ses animaux et poursuit sa route.

Mais je dois bientôt arrêter, car je ne vais pas refaire tout le voyage. Pascal se rend à Billings, dans le Montana, où un propriétaire, Teddy Thompson, lui donne 1200 dollars par mois pour garder son troupeau. Le lieu se situe dans les Rocheuses, une zone sauvage appelée du nom indien d’Absaroka. Il y entend chanter le loup, il y aperçoit le puma, il y croise d’innombrables coyotes. Mais surtout, surtout, il doit composer avec la présence d’ours, dont le fameux grizzli. Je vous laisse découvrir ses jugements, que je ne partage pas nécessairement. C’est en tout cas passionnant. Il est passionnant qu’un berger amoureux du Grand Dehors comme l’est Pascal Wick nous parle de la coexistence si difficile entre l’homme et tout ce qui n’est pas lui.

Bon. Vous ferez ce que vous voulez. Pour qui n’a pas d’argent, 19 euros représente une somme, je le sais. Il n’y a pas le feu, pas au point de dévaliser la banque du coin. Le livre de Pascal Wick est là pour un moment, qui durera. Au-delà, j’ai ressenti en lisant, et je ressens encore en écrivant que la vie ne peut être la soumission aux conditions qui nous sont faites. Je prendrai volontiers le livre de Pascal pour un doux appel caché à la révolte la plus radicale qui soit. Jeunesses, n’avouez jamais vos rêves, et vivez-les ! Jeunesses, n’acceptez rien de ce qu’on attend de vous ! Jeunesses, attrapez la queue du lion de montagne à pleines mains, aussi courte soit-elle, aussi difficile que cela soit ! Jeunesses, marchez ! Et vieillesses de même. golden goose outlet golden goose outlet

20 réflexions au sujet de « Pour Pascal Wick, berger nomade (un livre magnifique) »

  1. Des présentations comme celle-là, tu en refais quand tu veux. Quel bonhomme ! Et les références littéraires sont toujours les bienvenues… 😀

  2. Aaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! les rêves ne sont pas fait pour être dits mais vécus et peut-être même que la vida e sueno (et j’aime tant vivre !) ! Je lance en soufflant un bisous à Pascal qui sait si bien t’inspirer , à travers l’alambra et les jardins de cordoba .

  3. J’ai aimé voyager léger en sa compagnie pendant les 250 pages de ce récit.
    “Toute ma vie n’a été qu’une série d’allègements, pour aller au plus simple, au moins encombrant, une suite de détachements, une volonté de limiter les dépendances à l’essentiel: le toit et le couvert.”
    Et aussi apprendre à “se raser sans miroir”!
    “J’aime couper court à cette habitude de se regarder quotidiennement et plus dans une glace”.[…]
    “Une fois rasé, j’ai plongé dans la rivière.”

  4. Fabrice a écrit “Jeunesses, n’avouez jamais vos rêves, et vivez-les !”
    Il y a du Ed Abbey sous la plume et dans le coeur de l’auteur de ce blog! 🙂

    “Tout ce que je peux faire, maintenant, c’est offrir une ultime prière aux jeunes, aux braves, aux énervés, aux en-quête, aux égarés.
    Au-delà du mur de la ville irréelle, au delà des enceintes de sécurité coiffées de fil de fer barbelé et de tessons de bouteille, au delà des périphériques d’asphalte à huit voies, au delà des berges bétonnées de nos rivières temporairement barrées et mutilées, au delà de la peste des mensonges qui empoisonnent l’atmosphère, il est un autre monde qui vous attend. C’est l’antique et authentique monde des déserts, des montagnes, des forêts, des îles, des rivages et des plaines. Allez-y. Vivez-y. Marchez doucement et s’en bruit jusqu’en son coeur. Alors…”
    Edward Abbey, Un fou ordinaire, ed. Gallmeister

  5. Oui cher Raton Laveur,
    Abbey est magnifique, Gallmeister est un superbe éditeur; dans la même lignée: l’or des fous, de Rob Schulteis et une guerre dans la tête de Doug Peacock(qui fut un ami intime de Abbey et participa à son inhumation dans un lieu secret du desert de l’ouest américain).

    Merci Fabrice pour ces instants de poésie et de beauté fulgurante; je vais me précipiter chez mon petit libraire(indépendant) pour acheter cet ouvrage. Tu as ouvert la trappe des souvenirs en mentionnat les Alpujarras que j’ai parcouru.

  6. Merci pour cette présentation Fabrice, qui donne très envie de lire le livre de Pascal. Je vais me le procurer et/ou alors le suggérer en achat auprès de ma médiathèque préférée. Pour celles et ceux qui n’ont pas trop les moyens, c’est une bonne alternative ! Ecologique de surcroit.

  7. j’ai aussi connu un berger nomade qui du Lot a l’Espagne guidait ses moutons. C’était un être lumineux et différent de bien d’autres personnes. En plus de sa beauté intérieure, il était ma-gni-fique. Un superbe brun bouclé, la peau bronzé, musclé et les yeux bleus miosotis. Des fois, les brebis ont bien de la chance non ?!!

  8. Fabrice, il y a de quoi être jaloux. Mais l’amitié, c’est bien aussi, même si elle est virtuelle… enfin si elle passe par un canal virtuel comme internet je veux dire

  9. Bonjour Fabrice,

    Ici les Juges

    nous nous sommes aussi croisés…à Terre Sauvage. Il y a longtemps. Bravo pour ce texte sur le berger dont je connais si bien -eh oui- le parcours. Quelque soit l’endroit ou l’on aille, que ce soit Yegen l’andalouse, ou Terre Sauvage sur papier glacé, des routes sous les étoiles se croisent un jour.

    Bien à vous
    Fran

  10. Bonjour,
    J’ai entendu Pascal Wick à la radio dimanche et j’ai été touchée par ses propos et par cet homme simple et profond. Et faisant quelques recherches sur internet je tombe sur ce commentaire qui me touche aussi. Je file donc acheter le livre de Pascal Wick et je garde votre site dans mes favoris.
    Elle est pas belle la vie ?
    Merci.
    Marie-Bé

  11. Bonsoir Fabrice,

    Sa coule de source y’a du Ed Abbey dans son parcourt.
    Paraphrasé par lui meme “C’est à la marge que l’on peut le mieux distinguer l ‘essentiel du superflu.”
    Le Nomade des temps moderne en phase avec la nature.Abel(Pascal), parle peu,mais raconte bien,,,
    Ces sensations d’homme libre faite de rencontre et de vécue me donne la peche d’y croire encore et encore… a la liberté d’agir comme bon nous semble.
    Ed(Abbey),toi qui hére dans la Dead Valley,tes fils spirituel Pascal(Wick) et Doug(Peacock) on pris le relais et sa me rassure d’etre de cela.
    Liberté tant chéri te voilà narré par un homme de bien.
    Ba,tout ce blabla pour dire simplement que j’ai adoré;
    A bientot la compagnie au coin d’un feux a la belle étoile.

    Merci a toi Fabrice.
    Fraternellement,jean-marc.

  12. Après une longue abscence de métropole, quel bonheur de trouver ce site et ce commentaire émouvant et tellement…vrai !!
    J’ai perdu de vue Pascal depuis 6 ou 7 ans et la vie a fait que je n’ai plus pris le temps de….
    Pardon.
    Je vais acheter ce livre dont j’entends parler depuis…..bien avant sa parution !!
    Je vais également retrouver l’auteur…
    Merci. Gisèle

  13. j’écris depuis remi parce que je n’ai pas internet.

    Pascal contacte moi, c’est très important pour moi de te parler et de te revoir.
    amitié gab.

    gabriel serve
    le vendôme c
    1 place jean jaurès
    26100 romans
    04 75 72 47 51

  14. Mon copain Marc de la Drôme vient de me conseiller ce livre extraordinaire, et je vois que toi aussi tu l’aimes !
    C’est super.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *