La Mafia, c’est vraiment pas du vent

 Cet article a paru dans Charlie Hebdo le 17 juillet 2013

Les flics font tomber un à un les « rois de l’éolien », des chefs de la mafia qui se font des couilles en or grâce aux parcs éoliens financés par l’Europe. Pendant ce temps, en France, des boîtes propres sur elles lancent des projets délirants, comme sur les crêtes des Vosges.
——————————————————–
La mafia, les petits gars, se moque bien de l’idéologie. Avec le fric pour totem, qu’il vienne du corps des femmes, de l’héro des junkies ou du trafic d’AK-47 – un beau fusil d’assaut -, on va toujours plus loin qu’avec des jérémiades. Le dernier exemple en date n’étonnera personne : les flics européens d’Europol expliquent dans un rapport tout chaud tout frais:  « Les mafias italiennes (…) investissent désormais dans le secteur des énergies renouvelables pour blanchir leurs revenus illégaux et bénéficier des aides européennes ». En tête de gondole, les éoliennes. Disons sans vouloir vexer les cognes que ce n’est pas réellement un scoop.

L’an passé, la police italienne a saisi 350 millions d’euros de biens divers, appartenant à la ‘Ndrangheta, la mafia calabraise. Et dans le lot, le plus grand parc éolien d’Europe, situé à Crotone. Une bien belle réalisation de 48 aérogénérateurs construits grâce à une cascade de prête-noms et sociétés-écrans basés en Allemagne et en Suisse.

Rebelote il y a quelques semaines. Des unités spécialisées de Palerme ont découvert au Luxembourg une charmante boîte appelée Lunix, enchevêtrement de sociétés de Malte, du Panama et d’ailleurs, dont le point commun est la construction d’éoliennes en Sicile et bien au-delà. Prix de l’ensemble, à la louche : 1,3 milliard d’euros.

Derrière la vitrine, celui qu’on appelle le « roi des éoliennes », Vito Nicastri. Un proche, très proche du boss de Cosa Nostra, Matteo Messina Denaro, en fuite depuis 1993. En 2009, il existait déjà 900 éoliennes en Sicile, dont certaines dépassant les 100 mètres de haut, et des milliers en construction. Aucun chiffre plus récent n’est disponible, mais on peut faire confiance à Vito Nicastri pour avoir pulvérisé ses records précédents. La province sicilienne de Trapani, à elle seule, compte des centaines d’éoliennes, et un projet soulève une vraie grosse colère dans la ville de Mazàra del Vallo, où 48 éoliennes géantes de 190 mètres de haut pourraient être bâties à moins de trois kilomètres des côtes.

Pourquoi tant d’efforts de la part des mafias ? Un, l’Europe, cette brave fille aveugle, refile d’énormes subventions à qui veut construire des éoliennes, ce qui tombe à pic. Deux, l’Italie accorde un prix de rachat de l’électricité produite par les éoliennes trois fois supérieur à celui de pays européens comme la France. Le résultat est qu’une installation est rentable dès la deuxième année. Ensuite, bingo.

La mafia exerce-t-elle ses talents éoliens en France ? Nul ne sait, nulle enquête ne le prouve. Mais il se passe chaque jour de nouveaux événements. D’innombrables comités bagarrent contre l’installation massive d’éoliennes, qui se surajoutent aux centrales nucléaires. Pour l’heure, EDF est contraint de racheter au prix fort l’électricité d’origine éolienne à ses producteurs, mais cela risque de changer.

La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), saisie par des associations, devrait annuler en septembre le tarif d’achat imposé à EDF, estimant qu’il constitue une aide d’État non déclarée. Le 11 juillet, l’avocat général de la Cour s’est en effet prononcé dans ce sens, et il est presque toujours suivi par elle.

Dans ce cas, la crise du secteur serait immédiate. Faut-il pleurer ? Faut-il en rire ? Le débat est complexe, et on ne l’ouvrira pas aujourd’hui, non par peur de se faire écharper, mais par manque de place. Ce qui est sûr, c’est que le vent a rapporté beaucoup de fric à de vraies boîtes industrielles, comme par exemple Ostwind, filiale française d’un groupe allemand lancé en 1992. Sur le papier (http://www.ostwind.fr), « la conviction écologique est le moteur d’Ostwind depuis ses débuts ».

Dans la réalité, faut voir. Il y a deux semaines, une vraie manif à l’ancienne a eu lieu au col du Bonhomme, sur les fabuleuses crêtes des Vosges. Ostwind vient d’obtenir du préfet du Haut-Rhin l’autorisation de défricher le terrain, prélude à la construction d’éoliennes au milieu d’un des plus beaux paysages de France, abri derniers grands tétras du coin. Ouais, faut voir.

Déja 10 commentaires

  1. Géry le 25 juillet 2013

    Il y a peu d’endroits vraiment propices à l’installation d’éoliennes en France: principalement les côtes bretonnes, les crètes qui séparent les masses d’air atlantique et méditerranéenne (Cévennes, Haut Languedoc), la vallée du Rhône. Autant de paysages pas beaux du tout qu’il n’est pas très gênant de saccager.
    J’ose imaginer que si EDF/RTE avait décidé d’y installer des milliers de KM de lignes HT, ça ne serait jamais passé.

    toutes les capacités éoliennes installées (de l’ordre de 1% de la capacité de production) couvrent à peine la croissance annuelle de la consommation en tendance longue…

  2. LBL le 25 juillet 2013

    Bonjour,

    Merci Fabrice.

    http://yannlapopelayo-tpe.e-monsite.com/pages/les-debuts/

    —-

    La Commission européenne a demandé à la France des «clarifications» sur un projet controversé d’implantation d’éoliennes au col du Bonhomme (Haut-Rhin) en raison d’”impacts potentiels” sur l’environnement, notamment pour une espèce de gallinacés, dans un courrier dont l’AFP a obtenu copie mardi.

    Dans cette «demande d’information complémentaire», l’Europe dit avoir été alertée d’un risque d’”absence de protection adéquate du grand tétras”, espèce de gallinacés classée “vulnérable”, emblématique des forêts de montagne.

    Le col du Bonhomme est en effet situé à proximité de sept zones protégées du réseau Natura 2000 et le projet se situe «au coeur d’une aire de présence stratégique» de ce gallinacé, remarque la Commission.
    Le préfet du Haut-Rhin a donné son feu vert au défrichage du terrain vosgien le 12 juin, en vue de la construction de cinq éoliennes d’une puissance totale de 11,5 mégawatts.

    Les permis de construire ne sont cependant pas encore délivrés et le préfet a promis, à cette occasion, d’être «particulièrement attentif à l’insertion du projet dans le site, au respect de l’environnement et à la préservation des espèces protégées».

    Un projet similaire avait été refusé par la France en 2009. La Commission européenne souhaite désormais savoir «quels éléments d’analyse ont conduit le représentant de l’État à s’écarter» des avis antérieurs.

    Bruxelles souhaite par ailleurs recevoir l’étude d’impact du projet.

    Une manifestation organisée par une douzaine d’associations de défense de l’environnement est prévue samedi après-midi au col du Bonhomme.

    Dans sa stratégie nationale d’actions en faveur du grand tétras, le ministère de l’Ecologie avait précisé que «l’implantation d’éoliennes est à éviter autant que possible» dans les zones de présence de cet animal, rappelle la Commission européenne.

    Les défenseurs du projet, parmi lesquels le maire écologiste de Kaysersberg Henri Stoll, arguent de leur côté que la forêt d’épicéas qui doit être défrichée constitue de toute façon un biotope défavorable au grand tétras, et affirment que les éoliennes en question n’auront «aucun impact notoire» sur l’espèce.

    —-

    Attention.

    http://www.romandie.com/news/n/Le_systeme_de_refroidissement_de_Fukushima_brusquement_arrete75250720130957.asp

    Bien a vous,

  3. […] La Mafia, c’est vraiment pas du vent From fabrice-nicolino.com - Today, 3:24 PM […]

  4. mariemelina le 25 juillet 2013

    http://labrique.net/numeros/numero-33-octobre-novembre-2012/article/du-beton-au-betail

    c’est réglo, c’est pas mafieux, mais c’est vraiment pas mieux! “En Picardie aussi on s’attelle au redressement productif. Au Nord d’Abbeville, le bétonneur Ramery projette la construction de la plus grande exploitation laitière française : 1000 vaches et 750 veaux et génisses seront élevé-es hors-sol, dans un hangar. Adossé à cette super-ferme sans pâture, un méthaniseur d’une puissance de 1,5 MegaWatts produira de l’électricité à partir des déchets organiques qui ne manqueront pas d’en sortir…
    les bêtes ne sont perçues qu’à travers un rapport utilitaire : des machines organiques, intermédiaires entre les granulés et la viande ou le lait.

  5. f56 le 25 juillet 2013

    “EDF est contraint de racheter au prix fort l’électricité d’origine éolienne à ses producteurs”
    Au prix fort, c’est un peu fort.
    Le prix de rachat pour l’éolien est de 8,2centimes€ le kWh, les dix premières année, les cinq années suivantes le tarif de rachat est dégressif. EDF revend le kWh 12c€ aux particuliers.
    Le kWh produit par une centrale nucléaire est de l’ordre de 5c€ le kWh.
    Le kWh issu d’une centrale photovoltaïque est racheté 12c€.

  6. Marieline le 26 juillet 2013

    Bonjour,
    Y a-t-il des études qui montrent que l’installation d’éoliennes peut gêner la faune ?

    Méthane: la bombe invisible
    La libération du gaz emprisonné sous l’océan Arctique pourrait coûter 60 000 milliards de dollars à l’économie mondiale :

    http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/383677/methane-la-bombe-invisible?utm_source=infolettre-2013-07-25

  7. f56 le 26 juillet 2013

    Bonjour Marieline.
    Un document, avec synthèses d’études à partir de la page 17

    http://www.raee.org/windharvest/WP8_rapport.pdf

  8. stan le 27 juillet 2013

    Blague pour Padre Fabrizio.

    ” - un beau fusil d’assaut - ”

    AG1 AK-47 qui rafale ?

  9. Philou le 29 juillet 2013

    Le problème n’est pas l’éolien, mais le manque de contrôle de la production énergétique par les citoyens, d’où ces dérives.
    Un livre à lire à ce sujet : Gomorra.

  10. jmdesp le 2 août 2013

    @f56 : C’est inexact, les clauses d’indexation ont amené ce prix en moyenne à 88,6€ pour 2013, cf annexe 1 des délibération de la CRE sur les charges 2013 http://www.cre.fr/documents/deliberations/proposition/cspe-et-contribution-unitaire-2013

    Ensuite *aucun* parc éolien français n’atteint le seuil où cela commence à devenir dégressif, donc le revenu est bien garanti 15 ans.

    Pour le solaire, c’est par contre plutôt plus généreux, les installation simplifié sont entre 15 et 17 c suivant le bonus, la taille, mais une majeure partie du volume se fait sur le petit intégré à 30c.

    Mais sinon, on ne peut pas directement comparer le prix d’achat de l’éolien au prix de revente aux particuliers qui contient le transport, tout aussi nécessaire avec l’éolien industrielle, comme le montre le cas de cette station de transformation construite spécialement pour l’éolien : http://www.lavoixdunord.fr/region/coupelle-neuve-un-premier-poste-electrique-rien-que-pour-ia36b49150n1351548
    Elle passe le courant de 20kV à 90kV, pour pouvoir l’emmener plus loin puisque la production est supérieure à la consommation locale.