Daniel Cordier in memoriam

Il vient de mourir à l’âge de 100 ans. J’aurais voulu que Daniel Cordier jamais ne nous quitte. En 2009, sur Planète sans visa, j’avais écrit cela sur ce chef-d’œuvre humain qu’est Alias Caracalla. Voici l’extrait :

Je suis en train de lire un récit fascinant, le mot n’est pas trop fort, bien que galvaudé. Il s’agit de Alias Caracalla, de Daniel Cordier (Gallimard). Je précise par précaution que si l’on n’a pas des lumières sur la période qui court de 1930 à 1945 – au moins -, sa lecture n’est pas aisée. Qui est Cordier ? Né en 1920, dans une famille bordelaise plutôt riche, il baigne dans une culture politique royaliste, antisémite, fasciste. Militant de l’Action Française, admirateur frénétique de Charles Maurras, il ne rêve que de détruire la République et d’en fusiller, éventuellement lui-même, les chefs.

Le 17 juin 1940, il écoute la radio dans la maison de Pau où il habite en compagnie de sa mère et de son beau-père, lui-même violemment maurassien. Les Allemands ont percé les défenses françaises, Paris est occupé, la débâcle est complète. À la radio, Pétain réclame ce 17 juin les conditions d’un armistice, véritable coup de poignard dans le dos des Anglais, jusqu’ici nos alliés. Cordier monte à sa chambre, et se met à pleurer, comme dans la comptine. Cet ultranationaliste, qui misait tant sur le Maréchal, le voit désormais pour ce qu’il est : un épouvantable traître. Et il s’embarque in extremis sur un rafiot qui quitte Bayonne au moment où les troupes nazies arrivent.

La seule chose que Cordier sait, c’est qu’il lui faut combattre ceux qu’il appelle sans façon les Boches. Sa valeur suprême s’appelle la France, la France éternelle. Le navire, finalement, ne gagne pas comme attendu l’Afrique du Nord, mais Londres. Cordier fait partie des deux ou trois cents (très) jeunes pionniers du mouvement gaulliste naissant. Vous avez bien lu : deux ou trois cents. Et le livre, déjà fort instructif, devient passionnant. Aussi étrange que cela paraisse, nombre des volontaires de ce périlleux An 1 de la résistance militaire anti-allemande sont de jeunes fascistes. Des ennemis de la République, qui s’indignent, comme Cordier lui-même, de toute allusion favorable à la gauche, de tout semblant d’accommodement avec la démocratie.

Je suis obligé de passer sur les événements. Cordier suit un entraînement militaire de très haut niveau, qui dure deux années, puis il est parachuté en France, où il devient le secrétaire particulier d’un homme qu’il ne connaîtra, dans la clandestinité, que sous le nom de Rex. Ce n’est qu’après la guerre que Cordier apprendra que Rex n’est autre que Jean Moulin, chef de la résistance en France, mort après sa capture par les Allemands. En 1942, quand il se met au service de Rex, Cordier est encore dans les vapeurs nationalistes et chauvines. Par extraordinaire – j’ignore s’il a tenu un journal, je sais qu’il a mené un travail acharné d’historien -, Cordier parvient à nous présenter ce temps sous la forme d’un éphéméride, jour après jour, donc, avec une infinité de détails et de dialogues. Ce n’est pas un vieil homme – Cordier va sur ses 90 ans – qui raconte, mais un jeune, qui vit. Et c’est pure merveille. Cordier se débarrasse peu à peu, couche après couche, sous nos yeux mêmes, de son bagage raciste et fasciste. Il devient un démocrate. Il devient un ennemi de la dictature. Il devient ce qu’il aurait eu tant de mal à être dans d’autres circonstances : un homme libre.

Voici une première nouvelle, prodigieuse, chargée de tous les espoirs du monde : il est possible de changer. De devenir meilleur. Plus généreux. Plus humain, et en profondeur. N’est-ce pas réellement magnifique ? Mais Cordier nous administre une autre leçon, aussi belle que terrible. Il est probable que la France de 1942 à 1944 – environ 40 millions d’habitants , ne comptait pas plus de 300 000 résistants, dont un certain nombre, disons inefficaces. Autrement dit, dans un pays vendu au pire du pire – le nazisme -, où l’on traquait les Juifs jusque dans les greniers avant de les envoyer vers la mort, grâce au concours empressé de nos flics et de nos gendarmes, la quasi-totalité de la population regardait ailleurs.

Regardait ailleurs ? Cela ne vous rappelle rien ? Chirac, oui Chirac avait déclaré au Sommet de Johannesbourg, en 2002 : « Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs ». Et, ma foi, en cette occurrence en tout cas, n’avait-il pas raison ? Mutatis mutandis, je crois que la crise écologique nous place dans une situation qui rappelle, de loin certes, celle de juin 1940 à Londres. Il est inutile, sans intérêt, sans espoir de penser qu’il faut convaincre 64 millions de Français de changer de mode de vie. Chacun sait qu’il se passe quelque chose de fou, mais la plupart préfèrent s’occuper de leurs affaires personnelles. Et cela continuera.

Et cela continuera. La responsabilité qui repose sur les refusants, et qui ne sont pas encore des agissants n’en est que plus écrasante. Il faut tout endurer, serrer les dents, serrer les rangs, et préparer le moment où, enfin, peut-être, tout basculera. Si ce jour se produit jamais, il va de soi que les premiers à se lever, les premiers à dire un Non ferme et retentissant, seront aussi les oubliés de la fête. C’est une règle, une loi sociale qui ne se démentira pas. Ceux qui triompheront, si triomphe il y a finalement, seront les mêmes que ceux qui nous crachent au visage aujourd’hui. Car eux savent tout du fonctionnement réel du monde, alors que nous nous contentons de sa partie rêvée, enchanteresse, bouleversante et risquée.

Je vous le dis comme je le pense : les combattants de la vie sont seuls. Les véritables écologistes sont seuls par force, et le resteront, et n’auront jamais droit, dans le meilleur des cas, qu’à une poignée de mains entre deux portes. Et alors ? Oui, franchement, et alors ? Ceux qui se lèvent aujourd’hui et se lèveront demain le font et le feront parce qu’ils sont mûs par un mystérieux appel des profondeurs. Pourrions-nous faire autrement ? Serais-je capable de ne pas écrire ce que j’écris ici ou ailleurs ? Évidemment, non. Je ne mérite, vous ne méritez aucun avantage, pas le moindre remerciement. Vous êtes ? Alors soyez.

J’ajoute un dernier point tout provisoire. Nous sommes encore dans un moment d’accumulation des forces. Ce qui nous attend sera incomparablement plus difficile. Il faudra, un moment ou l’autre, mettre en jeu notre monde personnel, des équilibres chèrement payés, des situations, des bonheurs peut-être. Il est donc bien trop tôt pour dire qui fera partie de la petite bande de notre Londres à nous. De notre 18 juin à nous. Je serais bien stupide, pour ce qui me concerne, de prétendre que j’en serai. Dans ce domaine, comme dans l’amour, il faut des preuves. On verra donc. On verra bientôt. De ce point de vue, Copenhague n’a pas de sens particulier. Ou plutôt, si : cette conférence prouve qu’il nous faut suivre un autre chemin. Solitaire ? Nous n’avons pas le choix.

Les djihadistes de la pêche bretonne

Qui oserait écrire sur Facebook et sous son nom : « Ça fait que commencer ! Daech va venir vous voir, bande de bâtards ! ». Qui ? Un certain Emmanuel N., pêcheur breton de son état, qui glisse amoureusement ce complément : « Fdp [fils de pute], suceur de cailloux, enculeur d’arbres, allé acheter des dents pour manger du flippeur le requin et de la baleine, c trop bon à manger. A bonne entendeur bande de chien de fils de chien, ta mère la pute crevard, vaut mieux pas que je vs voit. Fdp, fdp et enfants de putin ».

Mignon. Un peu répétitif, un peu déjà vu, mais vraiment mignon comme tout, cher Emmanuel. Le monsieur semble mécontent, mais pourquoi, dites ? L’affaire commence début août. Une équipe de Sea Shepherd lance un zodiac semi rigide, le Clémentine, à l’assaut des vagues bretonnes. Rappelons que Sea Shepherd (seashepherd.fr) est une association de combat créée et présidée par le Canadien Paul Watson. Ses équipes, ses bateaux vont au contact des écumeurs des mers, prenant de grands risques pour la sauvegarde des requins et baleines, mais aussi des phoques, des thons, et bien sûr des dauphins.

Début août, donc, la Bretagne. Le 30 – et ce n’est qu’un exemple -, ceux du Clémentine filment à distance un navire qui remonte dans ses filets dormants cinq dauphins, tous morts bien sûr puisque ces mammifères ont besoin de respirer en surface. Selon les estimations de Sea Shepherd, 10 000 dauphins et cétacés seraient ainsi tués sur les côtes françaises. « Nous sommes les seuls témoins de cette tuerie à grande échelle perpétuée au large, à l’abri des regards », expliquent les activistes.

D’où ce léger courroux des pêcheurs de dauphins. Lesquels ont créé un groupe Facebook sobrement appelé « Contre Sea Shepherd ». Il n’y a pas que l’ami Emmanuel. Citons parmi les poètes Alex P., qui prévient ses amis : « Le zod [le zodiac Clémentine] est à port la forêt à côté de la gendarmerie maritime. Bon défoulement ». À quoi Jean-Christophe C. répond : « Fo les couler ». Damien F. renchérit : « Je vais aller le mettre au fond celui là » et le plus aimable de tous, Jacques T. prévient : « Le premier que je trouve à bord est décapité ». Que des beaux projets, que des saintes idées.

Est-ce tout ? Point. Les pêcheurs si sympathiques publient aussi une photo de Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd en France. Et d’origine marocaine. Commentaire de Miroslav Z., bon Français comme son nom l’indique : « A-t-elle son visa en règle quand même. Quand tu vois sa gueule… ».

Le Comité national des pêches, qui ressemble tant à une FNSEA des mers, a pondu un communiqué très éclairant sur lui-même : « Depuis trois ans, l’ONG Sea Shepherd harcèle les pêcheurs français dans le golfe de Gascogne, pour filmer des captures accidentelles de mammifères marins. Ce harcèlement continu, souvent de nuit, au moyen d’un zodiac se rapprochant très rapidement des navires de pêche est dangereux ».

Lamya : « Ces gens, qui nous ont traité d’abordeurs, terme lourd en mer, mentent comme des arracheurs de dents. Nous avons constamment respecté les règles maritimes, à commencer par les distances de sécurité. Et la gendarmerie maritime l’a d’ailleurs reconnu. La vérité, c’est qu’ils se sentent les propriétaires des mers. S’ils entendent privatiser l’océan, qu’ils le disent clairement. Ce que révèle hélas cette histoire, c’est que même les petits bateaux de pêche, qui sont des centaines dans le golfe de Gascogne, font partie du problème. Car ils ont le droit de placer des kilomètres de filets dans les zones d’habitats du dauphin, ce qui conduit nécessairement au massacre. Mais en Australie, non ».

Non ? Non. Sur les côtes de l’île-continent, le dauphin est réellement protégé, et les pêcheurs, sous risque de perdre leur licence, n’ont pas le droit de poser des filets dans les zones habitées par ces animaux. Sea Shepherd a déposé plainte pour diffamation contre le comité des pêches. Et pour apologie du terrorisme contre les braves pêcheurs du groupe Facebook. Sûr qu’on va leur tirer les oreilles.

——————————————————

Le Sri Lanka veut plus de nos cadavres

Bien fait pour notre gueule à tous. Qu’est donc le Sri Lanka ? L’ancienne Ceylan aux senteurs de rêve est une larme posée sur l’Océan indien, face au continent asiatique, face à l’Inde. Un très, très beau pays de 23 millions d’habitants, hélas divisé jusqu’au crime le plus abject entre Tamouls – 18 % -, majoritairement hindouistes, et Cinghalais – 75% -, essentiellement bouddhistes. Mais ce n’est pas de cela qu’il s’agit.

L’an passé, le Sri Lanka demande gentiment à l’Angleterre de reprendre une centaine de containers d’ordures diverses. Des déchets médicaux, des matelas, des plastiques, des rebus dangereux non identifiés. L’ensemble puait atrocement, ce qui finit par attirer l’attention, ballots que sont les envoyeurs.

Une plainte du Centre for Environmental Justice (CEJ) précisait (1) : « Also, population will be exposed to several health risks due to the pathogens in the clinic or other waste found in the imported waste. This could also have negative impacts on the biodiversity ». Sans surprise, risques pour la santé et la biodiversité.

Et tout repartit donc vers Boris Johnson, après des renvois similaires venus du Cambodge, des Philippines, d’Indonésie, de Malaisie à destination du continent américain. Cette fois, le Sri Lanka veut retourner, après décision de justice, 242 containers qui débordent de restes de morgues anglaises, y compris de corps humains, qu’on ne pouvait d’évidence cramer ou enterrer au Royaume-Uni, ce grand pays dépourvu de cimetières. Et nous là-dedans ? On préfère les grands espaces africains.

(1) indianexpress.com/article/explained/explained-why-sri-lanka-is-sending-back-waste-to-the-uk-6912941/

————————————————————-

Les vers de terre sont des Amish

Ça prend la forme d’une étude scientifique de plus, intitulée « Residues of currently used pesticides in soils and earthworms: A silent threat? » (1). Ce qui veut dire : « Résidus de pesticides couramment utilisés, dans les sols et dans les vers de terre, une menace silencieuse ? ».

Que dit-elle ? Trois fois rien, cent fois plus : ses auteurs ont travaillé sur une plaine céréalière proche de Chizé (Deux-Sèvres), qui se situe non loin d’une célèbre station du CNRS. Et recherché les restes de 33 pesticides dans 180 échantillons de sol et 155 vers de terre au total. Premier constat d’ambiance : 100% des sols analysés et 92% des vers de terre contenaient au moins un pesticide.

Beaucoup plus dérangeant : les espaces semi-naturels, les haies, les champs traités, les cultures bio étaient contaminés. Dans 40% des cas, les chercheurs ont retrouvé une mixture de plus de dix pesticides différents, et les quatre substances les plus présentes sont l’herbicide diflufenican, l’insecticide imidaclopride, les fongicides boscalid et époxiconazole.

Détaillons, cela vaut la peine. Il n’y a pas de données chez l’homme pour le premier, le diflufenican. Chez le chien et les rongeurs, il est toxique pour le foie. Et probablement pour leur ADN. L’imidaclopride est la matière active du Gaucho massacreur d’abeilles. C’est un néonicotinoïde. Le boscalid est un SDHI, extrêmement dangereux (2) et l’époxiconazole a été retiré du marché l’an passé à cause de ses effets de perturbation endocrinienne.

Au moment où ces mots sont écrits, l’Assemblée nationale, après un petit tour devant le Sénat, s’apprête à voter une seconde fois pour le retour des néonicotinoïdes interdits depuis une loi de 2016, à l’usage de la betterave industrielle. Si ces gens étaient autre chose que des idéologues, nul doute qu’ils s’intéresseraient aux études scientifiques (3). N’accusent-ils pas les protecteurs des écosystèmes d’être des obscurantistes ? Des Amish adorateurs de la bougie, pour reprendre le mot de ce pauvre président si peu savant ?

(1) sciencedirect.com/science/article/pii/S0167880920303534

(2) J’ai consacré au sujet « Le crime est presque parfait (LLL).

(3) cnrs.fr/fr/neonicotinoides-malgre-le-moratoire-de-lue-un-risque-persiste-pour-les-abeilles

Ces cancers d’ouvriers qu’on ne veut pas voir

Il y a deux textes à lire. D’abord une présentation, signée par moi, Fabrice Nicolino. Puis un entretien avec Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche honoraire à l’INSERM, que je juge vertigineux.

Pressés jusqu’à la dernière goutte

Je ne vais pas jouer la comédie : j’ai grandi et vécu en Seine-Saint-Denis, où j’ai habité aux Bosquets de Montfermeil, mais aussi à Villemomble, Clichy-sous-Bois, Drancy, Bondy, Noisy-le-Sec, Pantin, Aulnay-sous-Bois, Montreuil, entre autres.

Je ne connais aucun territoire mieux que ce désastre zébré par la nationale 3 et l’autoroute A3. Mon vieux, mort à 49 ans, y fut ouvrier. J’y ai été, autour de l’âge de 17 ans, apprenti-chaudronnier, travaillant dans un atelier de Montreuil où l’on fabriquait exclusivement des comptoirs de bistrot. Le soir, chaque soir, je me lavais les cheveux dans le lavabo de la minuscule cuisine, et ils étaient noirs de poussière métallique et de graisses diverses. Chaque soir.

Le récit savant qu’Annie nous livre ci-contre, je crois que je le connaissais avant qu’elle ne me le livre. Les prolos peuvent crever la gueule ouverte. Pendant des décennies, le parti communiste stalinien, les syndicats, les groupes de gauche ou d’extrême-gauche ont fait de la classe ouvrière le sel de la terre. Groupe à vocation universelle, elle était la clé d’une société neuve, qui abolirait le malheur et fracasserait l’injustice, toutes les injustices.

Et puis tout a été englouti. Le parti socialiste a fini par se boucher le nez et se tourner vers les fameuses couches moyennes, urbaines, dont il espérait obtenir un vote éternel. Le parti communiste s’est dissous dans l’éther. Le discours et le verbe ont abdiqué.

Ne restaient plus en place que les prolos. Avec des gueules de prolos. Avec des gestes et des mots de prolos. Avec des clopes au bec, et quelquefois un verre dans le nez. L’espérance de vie des 5% d’hommes les plus friqués est de 84,4 ans, contre 71,7 ans pour les 5% les plus pauvres.  Un peu moins chez les femmes. Non seulement les prolos crachent plus vite leurs poumons, mais dès cinquante ou soixante ans, ils ont mal partout. Et pas les autres, tenus au chaud loin des chantiers et des ateliers.

Plus personne ne se souvient que les prolos ont redressé l’économie de ce pays après 1945, quand il s’agissait de tirer du charbon et du fer des mines du Nord et de la Lorraine. Et visiblement, aucun des bureaucrates, statisticiens, épidémiologistes de mes deux n’a envie de reconnaître notre dette à tous. Aucun ne veut faire le bilan réel de la reconstruction, des Trente Glorieuses si Affreuses, de l’amiante, du benzène, des poussières de bois ou de ciment, des journées passées au cul des bagnoles à réparer, de la silice, des fumées de soudage, du goudron brûlant épandu sur les routes.

Les prolos auront tout fait, et en échange, partent à la benne. Pendant le premier confinement, il aurait fallu être aveugle pour ne pas voir comment fonctionne une société de classe. Dans les trams venus de Bondy, Bobigny, Saint-Denis, à 5 heures, à 6 heures, à 7 heures, les mêmes que toujours se serraient de près, malgré le coronavirus, pour faire tourner la machine. Les autres, qui se lèveraient plus tard et resteraient devant leur écran un café à la main, n’en auraient pas été capables.

Ainsi va la vie, qui est à dégueuler. Ce pays richissime ne parvient pas même à trouver un million d’euros pour en savoir un peu plus sur le sort réservé à ses esclaves en bleu. Faut-il encore s’étonner que des centaines de milliers d’entre eux se soient tournés vers ces canailles du Rassemblement national ?

———————————-

Annie Thébaud-Mony, directrice de recherches honoraire à L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), mène un travail sans précédent sur les cancers professionnels. Un grand nombre d’ouvriers, exposés à des produits cancérogènes, tombent malades. Sans être reconnus en maladie professionnelle. Sans obtenir la moindre réparation.

Annie Thébaud-Mony, directrice de recherches honoraire à L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), mène un travail sans précédent sur les cancers professionnels. Un grand nombre d’ouvriers, exposés à des produits cancérogènes, tombent malades. Sans être reconnus en maladie professionnelle. Sans obtenir la moindre réparation.

Il faut éclairer notre lanterne. Un GISCOP, qu’est-ce que c’est ?

Annie : Bon, ça veut dire Groupement d’intérêt scientifique sur les cancers d’origine professionnelle. Il en existe deux en France. Le premier en Seine-Saint-Denis, le second dans la basse vallée du Rhône, notamment le Vaucluse. Ils ont été créés pour en finir avec l’invisibilité des cancers professionnels. Vous le savez, la France connaît une explosions du nombre de cancers, dont l’incidence dépasse désormais 400 000 cas par an en France, un chiffre qui a doublé en trente ans. Les autorités officielles de la santé refusent d’appeler un chat un chat, et d’employer le seul mot qui vaille, celui d’épidémie. Pour les cancers professionnels, c’est encore pire : l’enquête nationale SUMER (Surveillance Médicale des Risques)  a révélé qu’en 2017, 11 % des travailleurs salariés, soit près de 2,7 millions de personnes, étaient exposés à des substances ou procédés cancérogènes, et ce sans protection pour une grande majorité d’entre eux.

Mais sont-ils reconnus ?

Annie : Les cancers professionnels reconnus et indemnisés ne représentent que 0,5 % des nouveaux cas de cancer, ce qui est dérisoire par rapport aux estimations, même les plus basses, de la proportion de cancers liés au travail.

Plus que toute autre maladie professionnelle, le cancer est une maladie inégalitaire, souvent mortelle, irréparable et pourtant évitable. Contrairement à l’idéologie dominante qui veut que le cancer résulte de comportements à risque, la genèse de chaque cancer s’inscrit dans une histoire, celle de la rencontre entre les organismes humains et les substance toxiques. Où celles-ci sont-elles particulièrement présentes? Dans les usines, dans les garages, sur les chantiers du BTP et de la construction, dans les hôpitaux, dans la manutention et le stockage de produits chimiques et pétrochimiques, etc.

Cette sous-estimation du nombre de cancers professionnels paraît presque incroyable.

C’est pourtant une certitude. En France, il n’existe aujourd’hui aucun recensement des expositions aux cancérogènes, de leur présence sur les lieux de travail et dans la carrière des travailleurs exposés. Il n’existe pas non plus de registres de cancer donnant des informations sur les expositions professionnelles aux cancérogènes. Les registres existant (qui couvrent environ 20% de la population) ne sont là que pour compter les malades et les morts, en faisant croire que chacun est responsable par ses comportements (tabac, alcool) de son cancer.

Les GISCOP s’attaquent donc à un Himalaya. Comment ?

Au point de départ, il y a vingt ans, un groupe de travail constitué de sociologues, toxicologues [Henri Pézerat, l’homme qui a révélé le scandale de l’amiante, en était], médecins du travail, cliniciens hospitaliers, médecins de santé publique, syndicalistes a réussi à intéresser le conseil départemental de la Seine-Saint-Denis et le Ministère du travail pour la création d’une enquête permanente. Dans cette démarche, chacun fait ce qu’il sait faire : les médecins établissent le diagnostic, les sociologues reconstituent les parcours professionnels des patients, des experts des conditions de travail et des risques toxiques identifient les cancérogènes auxquels ces patients ont pu être exposés, puis l’équipe accompagne le parcours du combattant de la reconnaissance en maladie professionnelle.

Les résultats parlent d’eux-mêmes. Les quelques 1300 vies de travail reconstituées sont en grande majorité celles d’ouvriers, et 85% d’entre eux ont été lourdement exposés des décennies durant, à des cocktails de cancérogènes reconnus. Sur ce nombre, grâce à ce travail, plus de 300 victimes de cancers professionnels ont été reconnues et indemnisées. Le système de réparation des maladies professionnelles est tellement restrictif que nous n’avons pu aller plus loin. Les tableaux des cancers professionnels ne retiennent qu’une vingtaine de substances susceptibles de provoquer un cancer, alors qu’il en existe au moins des centaines, sinon des milliers.

Et qu’en est-il du GISCOP Vaucluse ?

C’est aussi l’histoire d’une rencontre. En 2015, avec le sociologue du CNRS Moritz Hunsmann, nous avons eu une longue discussion avec Borhane Slama, chef de service d’oncologie hématologique au Centre Hospitalier d’Avignon. Il était très préoccupé par l’augmentation des cas de cancers hématologiques dans son service. En créant un nouveau GISCOP, nous avons formé une équipe et celle-ci a montré que ces cancers touchaient des ouvriers – dont beaucoup passés par l’agriculture intensive -, dont 90% d’entre eux étaient fortement poly-exposés pendant des décennies. Les pesticides participent grandement aux cocktails de cancérogènes en contact avec ces travailleurs.

Vous pourriez évoquer un cas concret ?

Bien sûr. Par exemple Mohamed N. En 2003, l’hôpital Avicenne de Bobigny diagnostique chez cet homme de 51 ans un cancer des sinus. Le GISCOP reconstitue son parcours professionnel. De 1973 à 1985, il a été OS chez Citroën, dont des postes de soudeur et de fondeur. Licencié, il alterne des périodes de chômage et d’activité dans le BTP ou le gardiennage avant de travailler de 1993 à 2003 pour un sous-traitant d’Air France. Il s’agit dans ce dernier cas de nettoyer l’extérieur des avions avec des produits décapants et… toxiques. Les cancérogènes que nous avons identifiés sont les fumées de soudage, la silice, l’amiante. Et les chromates dont l’exposition est reconnue pouvoir provoquer les cancers des sinus associés à l’exposition. Mohammed N… décède en 2008, laissant une famille avec plusieurs enfants mineurs et une situation économique catastrophique. Mais son dossier de reconnaissance va durer…12 ans, accompagné par le GISCOP 93. Les juges ont tranché en faveur de la reconnaissance, en dépit des avis négatifs des médecins de trois commissions. Nous avons été plus têtus qu’eux.

En somme, et c’est atroce, votre démarche paie, et fait surgir une vérité que personne ne veut voir. Mais jusqu’à quel point êtes-vous soutenus ?

Actuellement, le budget de chacun des GISCOP est de l’ordre de 120 à 150 000 euros par an. Petit élément de comparaison :  l’assurance-maladie rembourse désormais les thérapies géniques (pour les lymphomes notamment) dont le coût avoisine les 500 000 euros par patient – soit plus de trois fois l’actuel budget d’une année de fonctionnement d’un GISCOP. Il faudrait justement un budget pérenne d’environ 500 000 euros par an pour chaque structure, et les menaces s’accumulent. Les institutions telles l’Agence régionale de santé (ARS) Ile de France et le ministère du travail regardent ailleurs, malgré de très nombreuses relances, et pourraient ne pas renouveler leurs subventions en 2021. Quant au Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis, le plus fidèle des financeurs du GISCOP 93, il risque de voir disparaître son budget propre et devrait alors renoncer à nous accorder son soutien financier.

Les deux équipes – celle du 93 et celle du 84 – ont répondu à des appels à projet, que les exigences bureaucratiques transforment en un exercice extrêmement chronophage.  Les réponses négatives – 14 sur 16 pour le GISCOP 84 depuis 5 ans – sont autant de claques données à des chercheurs dont le temps de travail déborde en permanence les limites du raisonnable.

Mais enfin, pourquoi ne veulent-ils pas financer des travaux aussi limpides que bon marché ?

Notre approche est manifestement en décalage avec le type de recherches que souhaitent financer les institutions. Pour une partie des évaluateurs de nos projets, le travail exposé à des cancérogènes n’est pas un objet de recherche légitime, pas plus que les processus de non-recours aux droits, ou la production des inégalités sociales de santé. Une illustration de ce décalage se trouve dans l’évaluation de notre projet par la Fondation de France en 2018, dont le résumé se termine ainsi :

« Le comité vous encourage à inclure au sein de votre équipe un épidémiologiste méthodologiste afin de garantir que les hausses de malades constatées sont significatives et que les clusters de malades repérés par les dossiers hospitaliers ont aussi une significativité robuste qui atteste de l’intérêt scientifique des repérages de facteurs de risque ».

Selon ce raisonnement, il faudrait donc prouver une fois encore, chez des patients atteints de cancer, que des cancérogènes avérés sont réellement cancérogènes ! Et non pas en étudiant la réalité empirique de l’exposition professionnelle aux cancérogènes de patients atteints de cancer mais en recherchant la significativité statistique d’un « sur-risque » pour cette population. Cette idée, très souvent exprimée par nos évaluateurs et interlocuteurs institutionnels, se fonde implicitement sur le postulat erroné de l’existence d’un niveau normal et donc « acceptable » de survenue de cas de cancer dans la population, et traduit une incompréhension profonde de la démarche GISCOP.

Dans une perspective pluridisciplinaire de recherche en santé publique, nous considérons que tout patient atteint de cancer ayant potentiellement subi des expositions professionnelles à des cancérogènes est digne d’intérêt – et ce pour des raisons scientifiques, de justice sociale et de santé publique. La démarche GISCOP considère la survenue d’un cancer comme un événement-sentinelle, à partir duquel il devient possible de rendre visible les expositions subies par les patients dans leur travail – et d’agir en prévention.

Les filouteries de l’agence européenne

Les bureaucraties sont globalement les ennemies de la vérité. Ce qui s’appelle enfoncer une porte ouverte. On devait plutôt prendre ses gouttes, au lieu de quoi, on pique sa millième crise de rage depuis disons le mois de juin. Mais parlons plutôt, puisqu’on ne peut pas l’étrangler, de l’Agence européenne de l’environnement (AEE). Cette structure de l’Union européenne (1) a pour but proclamé de « fournir des informations fiables et indépendantes sur l’environnement ».

Bon, on se doute déjà que c’est une blague, car par quel miracle, avec un tel fil à la patte, pourrait-on se montrer indépendant ? Mais n’importe : l’AEE vient de publier un rapport que vous trouverez sur son site. C’est simple : en Europe, la nature va très mal. Certes, on le sait, mais ça s’aggrave. 81% des habitats naturels étudiés sont dans un état mauvais ou médiocre. La dernière fois, il y a une courte poignée d’années, c’était 77%.

Le Lituanien Virginijus Sinkevičius, commissaire européen à l’Environnement, interrogé dans le rapport, enfile trois perles, déclarant : « Cette évaluation de l’état de la nature est le “bilan de santé” le plus complet jamais réalisé dans l’UE. Elle montre très clairement que nous continuons à perdre notre milieu vital ». Bon, la logique élémentaire devrait conduire à abandonner sa bagnole, son chauffeur, ses petits fours, son salaire mirobolant, ses innombrables avantages de fonction, non ? Et d’annoncer, flamberge au vent, qu’on se lance dans une croisade pour la reconquête de notre « milieu vital ». Non ?

Non. Ces gens sont perdus à jamais et nous abreuvent de textes émollients, passant de litotes en euphémismes. La raison en est très simple : ils se contrefoutent du sens premier, synonyme de cataclysme. Qu’attendent-ils ? Que 100% des habitats soient foutus pour un siècle ou dix ? Le rapport n’emploie même pas le mot de pesticide, sans doute parce qu’un des rédacteurs, plaisamment pris en main par un lobbyiste, aura estimé que toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire.

Dans le détail, c’est pire. Ce pourcentage de 81%, qui est de loin l’information capitale, est noyée au beau milieu de développements grotesques. On lit par exemple dans l’introduction, texto : « Le rapport de l’AEE montre une évolution positive des efforts de conservation ». Avant de comprendre, mais c’est volontairement confus, que l’on parle des minuscules zones protégées sous l’appellation « Natura 2000 ».

Et tout à l’avenant. L’expression « situation désespérée » est remplacée par « avenir incertain ». Ces aveugles volontaires nous l’assurent, « sur le plan politique, il y a également de l’espoir grâce à la nouvelle stratégie de l’UE en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030 et à la stratégie «De la ferme à la table», deux éléments essentiels du pacte vert pour l’Europe ».

Mais bien entendu, il faut des études. Beaucoup d’études. Quand vous entendez un expert, parlant de la crise écologique, qu’il faut encore d’autres travaux, vous pouvez être certain qu’il est là pour embobiner, consciemment ou non. Extrait : « Actuellement, de nombreuses lacunes persistent en termes de données, notamment en ce qui concerne les espèces et les habitats marins ».

Quant à lui, le paragraphe « Perspectives » commence par cette phrase d’anthologie : « Le rapport met en évidence certaines évolutions positives, principalement à l’échelle nationale ou régionale. Un certain nombre d’espèces et d’habitats ont connu des améliorations, comme la grenouille agile en Suède, les lagunes côtières en France et le gypaète barbu au niveau de l’UE ».

Ne nous y trompons pas, c’est de la canaillerie. Propre sur elle, estampillée Union européenne, mais canaillerie tout de même. Comme ces désinformateurs sont habitués à ce que leurs chefaillons les félicitent de leurs douteux exploits, ils n’imaginent pas que quelqu’un les chope au col et leur demande des comptes. En quoi ils ont parfaitement raison. Les opinions, la nôtre de même, sont inertes, amorphes, complices pour dire toute la vérité du grand mensonge.

(1) eea.europa.eu/fr/about-us

—————————————————————

Ce ministre qui me crache à la gueule

Cadeau. Le 15 septembre, j’étais reçu avec des amis par Barbara Pompili, ministre de l’Écologie, pour lui remettre 1 135 000 signatures en soutien de l’Appel des coquelicots, pour l’interdiction des pesticides. Mais pendant l’été, j’avais aussi demandé rendez-vous à Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture.

Le 31 juillet, j’adresse un mail au directeur de cabinet de Denormandie, Fabrice Rigoulet-Roze. J’écris : « Nous souhaitons vivement remettre ces signatures à monsieur Denormandie (…) Il nous semble que le grand mouvement démocratique que nous avons suscité doit pouvoir s’exprimer devant monsieur le ministre. Dans une atmosphère de respect mutuel ».

Le 6 août : « Je vous adresse à nouveau mon message du 31 juillet, qui se sera peut-être perdu en route ». Réponse : « Elle est en en effet bien parvenue et j’avais quelques urgences à gérer avant de vous répondre ». Le même jour, Victor Schmidt, chef de cabinet : « J’ai bien pris connaissance de votre message et de votre demande d’entretien, mais il ne m’est pas possible d’y accorder une suite favorable pour le moment ».

Je réponds : « Merci de votre réponse (…) Le mois d’août est en effet particulier, et c’est pourquoi j’ai pris soin de présenter ma demande de longues semaines à l’avance » Et puis silence total. Le 7 septembre, j’écris aux deux : « Je m’étonne beaucoup de ne pas avoir reçu de réponse à ma demande de rendez-vous avec M.Denormandie. Je vous rappelle que je suis le président du mouvement « Nous voulons des coquelicots », et que mon premier courrier date du…31 juillet ». Le 11, j’insiste : « Est-ce que la politesse républicaine ne commanderait pas, au moins, d’accuser réception de mes courriers ? Le mépris dont vous faites preuve à mon égard, qui représente 1 100 000 citoyens de ce pays, ce mépris n’est pas digne de ce pays. Du moins dans l’idée que je m’en fais ». Réponse de Schmidt : « Nous tâchons dans la mesure du possible de répondre à chacune des sollicitations, dans des délais aussi raisonnables que possible ». Et puis silence définitif.

———————————————————————–

Le soleil au service de la destruction

Jusqu’où ira la malignité ? À Oradour-sur-Vayre, dans le Limousin – 40 km au sud-ouest de Limoges – une saloperie se prépare. Allons-droit au but : un proprio – il habite l’Aveyron – veut sacrifier 47 hectares où l’on produit du sarrasin bio. En y installant une immensité de panneaux photovoltaïques (1). Le mec qui les installerait, prenant sans doute les habitants pour de braves couillons (2) s’essaie à une grossière désinformation : « Le projet photovoltaïque va non seulement permettre la poursuite de la culture du sarrasin, mais va aussi permettre le développement d’autres pratiques agricoles ». Tu parles, Charles.

On préférera sûrement écouter Jean-Pascal Farges, de Vox Plebeia (3) : « Il n’y avait surement pas d’autres endroits que celui de ces champs (…), près d’un village de quelques dizaines d’habitants, dans une commune d’un peu plus de 1 500 âmes où même les GPS se perdent. L’industrie verte n’aime pas la campagne et se fout des bouseux qui y vivent encore. Mais le plus incroyable c’est que l’industriel prétend conserver voire sanctuariser la nature qu’il recouvre. En Haute-Vienne, l’agence de la transition écologique, l’ADEME, a identifié plus de 115 sites propices à l’implantation d’usines solaires (friches industrielles, parkings, etc.) Mais non, ce sont les cultures bio qui les branchent, c’est la dévastation des terres agricoles qui les font vibrer (…) Les habitants, les riverains, les associations, les agriculteurs ? Pas consultés ; ça serait sans doute trop démocratique ! ».

(1) On peut contacter, mais faut se magner, Oradour Défense Environnement. Tel : 06 08 17 63 56. vodeasso87@gmail.com.

(2) https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/haute-vienne/au-pays-arbre-eau-panneaux-solaires-sont-ils-bienvenus-1876844.html

(3) youtube.com/channel/UCBp64IrWs6CRlLvIiEw003w

Ceux qui ont voulu tuer Seralini

Attention, brûlure à l’âme. Pour bien lire L’Affaire Roundup à la lumière des Monsanto Papers (par Gilles-Éric Seralini, avec Jérôme Douzelet, Actes Sud), il faut raconter en préambule une histoire qui se perd désormais dans les brumes. Le 19 décembre 2012, le biologiste Seralini publie une étude dans une revue scientifique de bonne tenue, Food and Chemical Toxicology (FCT) . Comme il est de règle, l’article a été relu par des pairs avant publication. D’emblée, c’est la tornade, une tornade en vérité voulue par Seralini, qui a accepté l’aide et les conditions d’une boîte de com pour transformer l’événement en bombe médiatique. C’est que des rats de laboratoire nourris avec un maïs transgénique et/ou du Roundup (dont le constituant principal est le glyphosate) ont développé d’affreuses tumeurs. Les photos l’attestant font le tour du monde.

Une partie des chercheurs, en France et ailleurs, vont contester le travail de Seralini. Cela n’a rien d’anormal, car s’il dit vrai, l’édifice mondial des OGM – et peut-être celui des pesticides – est tout entier menacé. Mais un autre phénomène s’est déclenché, sans que personne ne le comprenne sur l’instant. Après des mois d’une polémique planétaire sans précédent, la revue FCT décide en novembre 2013 de « rétracter » ce qu’elle avait publié. C’est-à-dire la retirer de ses sommaires. L’étude ne figurerait pas même dans les archives. Une telle décision n’a jamais été prise qu’en cas de fraude ou d’erreurs involontaires. Or il n’y a pas fraude. Ni d’erreurs involontaires.

En janvier 2014, dans un édito, le rédacteur-en-chef de FCT, Wallace Hayes, fournit une explication ridicule : l’étude aurait été effacée parce que non concluante. À ce compte-là, la moitié des études au moins, et peut-être bien davantage, auraient depuis beau temps disparu. L’explication de cette étrangeté radicale sera apportée sur un plateau grâce aux Monsanto Papers. En deux mots, une décision judiciaire contraint Monsanto, en 2017, à rendre publics des montagnes de documents internes, sous la forme de courriels, de comptes rendus de réunions, de rapport, de correspondances.

Ce que l’on voit apparaître est sordide. Hayes est lié secrètement par un contrat de consultant avec Monsanto. Mais bien au-delà, il se confirme ce que beaucoup pressentaient depuis longtemps : Monsanto ment, truque, entretient un cabinet noir auteur des coups les plus tordus. Dont la destruction systématique de la réputation des scientifiques jugés dangereux pour ses intérêts. Dont Seralini ? Dont Seralini surtout, car le Roundup est le produit-phare de Monsanto.

Venons-en au livre. Le biologiste, s’appuyant sur les Monsanto Papers – vu leur nombre, ils n’ont pas tous été dépiautés -, démontre sans peine qu’il est ciblé par cette structure sans foi ni loi depuis au moins 2005. Il insiste sur un point qui reste très méconnu : le vrai grand danger du Roundup, ce n’est pas le glyphosate, mais ce qu’on appelle tantôt surfactants, tantôt adjuvants, tantôt formulants, que l’on ajoute à la matière active de départ. L’ensemble serait incomparablement plus toxique que le glyphosate lui-même.

Le tout – les dates, les noms, les faits – donne la nausée, car il n’y a aucun doute que l’on a voulu assassiner moralement, psychologiquement, professionnellement Seralini. Il est évident que Monsanto était prêt à tout pour ruiner la réputation de Seralini. À tout ? Seralini évoque une infection terrible et fulgurante qui le cloue sur un lit d’hôpital anglais, entre la vie et la mort, à un moment très important de sa défense. Le plus fou sans doute, le plus terrible pour Monsanto en tout cas, c’est que l’on suit Seralini quand il se demande « Hasard ou parapluie bulgare ? ». Se peut-il ? Je ne sais pas.

Deux choses pour finir. Un, je n’ai aucune lumière sur l’étude de 2012, et mon soutien à Seralini ne porte pas sur cette question. Deux, et j’en suis bien désolé, je dois dire que ce livre si nécessaire souffre de sa confusion. Il eût sans doute fallu un travail d’édition plus exigeant et c’est tout de même bien dommage.

———————————————————————–

Cette PAC aussi verte que l’herbe des cimetières

Est-ce que cela finira un jour ? Non. Le 23 octobre, le Parlement européen a voté le texte d’une nouvelle Politique agricole commune (PAC), qui s’étendra jusqu’en 2027. La somme mobilisée représente au total 387 milliards d’euros, dont 58,12 milliards pour la seule année 2020, soit 34,5% du budget général de l’Union européenne. Énorme ? On est d’accord.

Non, Charlie n’a pas lu les centaines de pages du document, rédigées dans une langue que seuls ses rédacteurs connaissent. En tout cas, le ministre français de l’Agriculture, Julien Denormandie, applaudit le vote et parle d’une « PAC plus verte, et surtout plus juste ». Nos amis du mouvement « Pour une autre PAC » (pouruneautrepac.eu) parlent à propos du texte voté d’un « absurde fourre-tout », mêlant une poignée d’amendements apparemment positifs et un texte profus qui les noie et les contredit. On maintient le cap d’une agriculture industrielle, favorable aux grandes surfaces et à l’exportation, qui se contrefout des équilibres naturels.

Rappelons où en est l’agriculture française. 200 fermes disparaissent chaque semaine, le tiers des paysans en activité vont prendre leur retraite dans les toutes prochaines années, un quart sont sous le seuil de pauvreté. Les insectes et les oiseaux disparaissent à des rythmes jamais observés, principalement à cause des pesticides, dont la consommation a augmenté d’au moins 20% dans le même temps qu’on prétendait en diminuer l’usage. L’élevage concentrationnaire transforme des millions d’animaux en bagnards.

Compte-tenu du rapport de forces en Europe, cela n’est pas près de changer. Ne serait-il pas temps de penser à d’autres stratégies ? Qui suit, fût- ce loin, ce dossier constate combien les mots eux-mêmes sont piégés. Les opposants français à cette politique – comme les valeureux de la Confédération paysanne – ne cessent de parler depuis plus de vingt ans de la nécessité d’une PAC plus « verte », mot fétiche facilement détourné par tous les Denormandie européens. Rien n’est simple, mais n’est-il pas temps d’un débat sur le débat ?

————————————————————————

En Suisse, les pesticides se baladent librement

Les Suisses seront-ils moins cons que nous ? En 2021, grâce à une mobilisation sur le terrain à la manière des Coquelicots de chez nous, on votera. Des activistes tranquilles ont en effet déposé une Initiative – terme consacré –, appuyée par 140 000 signataires. Elle réclame qu’on ajoute à la Constitution des phrases comme : « L’utilisation de tout pesticide de synthèse dans la production agricole, la transformation des produits agricoles et l’entretien du territoire est interdite ».

L’Office de la nature et de l’environnement du canton des Grisons, tout ce qu’il y a d’officiel, vient de publier un rapport expliquant (1) : « i prodotti fitosanitari impiegati in Alto Adige oltrepassano effettivamente il confine e arrivano fino a Valchava ». Les pesticides qui sont épandus dans le Haut-Adige passent bel et bien la frontière suisse et arrivent à Valchava, hameau suisse des Grisons. Or Valchava se trouve à 1440 mètres d’altitude – bonjour l’air pur -, mais surtout à 14 km de la frontière italienne. Conclusion : « vi è una grande necessità di agire ». Ben oui, il y a grande nécessité d’agir.

Rappelons pour rire ce qui s’est passé en France. Le 11 mai 2019, le maire de Langouët Daniel Cueff prend un arrêté qui interdit l’usage des pesticides à moins de 150 mètres de bâtiments. Retoqué bien sûr, l’arrêté permet en tout cas de poser la question de l’empoisonnement de tous, paysans compris. Le gouvernement, éternellement à la botte, interdit désormais l’épandage de pesticides à moins de cinq mètres – dix au mieux – des habitations.

(1) gr.ch/IT/media/Comunicati/MMStaka/2020/Seiten/2020092901.aspx