Tous les articles par fabrice

samedi 25 mars, 14 heures, France-Inter

 

Je suis désolé d’être si constamment ailleurs qu’ici. C’est grâce à un lecteur, François N., que je reprends provisoirement mes esprits. Demain, samedi 25 mars, je serai au salon du Livre de Paris, sur le stand de Radio-France, puis celui de mon éditeur, Les Liens qui Libèrent. À 14 heures, direct sur France-Inter, au cours de l’émission CO2 mon amour. Si vous traînez dans les parages, je serai heureux de vous saluer.

Encore sur mon livre

 

Lecteurs et amis, je vous néglige : mon dernier article ici date de près d’un mois. Il était consacré à la sortie de mon dernier livre, Ce qui compte vraiment (Les liens qui libèrent, LLL). Il s’ajoute à cela un mauvais état physique, lié en partie à cette funeste matinée du 7 janvier 2015. Cela passera sûrement.

En tout cas, je reviens à mon livre, sorti le 22 février. Si vous avez envie, c’est maintenant, car le sort d’un livre se joue désormais dans les 15 premiers jours de sa parution. Vous trouverez ci-dessous son prologue. Et je vous salue bien, un peu rapidement, car au moment où je vous écris, je déguste un lot de douleurs bien peu agréables.

Voici l’introduction :

 C’est bien étrange. D’un côté, le monde entier déborde de nouvelles angoissantes. De l’autre, chacun poursuit sa petite route, comme si de rien n’était. L’accélération de l’effet de serre fait basculer l’un des systèmes essentiels de la vie sur terre. Relativement stable depuis 12 000 ans, le climat est devenu chaotique, de plus en plus imprévisible à terme, et menace de dislocation de nombreuses sociétés humaines. Je rappelle que ces 12 000 années passées, ô combien favorables à l’activité humaine, ont vu naître l’agriculture et des structures historiques glorieuses, entres autres l’Empire jaune en Chine, la civilisation de la plaine du Gange en Inde, l’Égypte des Pharaons, la Grèce antique et Rome, les Incas, les Aztèques. Que serions-nous sans la bienveillance du climat ?

Le reste est également connu. Les espèces et les espaces disparaissent à un rythme sans équivalent depuis bien avant les débuts de l’aventure humaine. Il existe même un consensus mondial, chez les biologistes de la conservation, pour affirmer que nous vivons la « sixième crise d’extinction » des espèces, la dernière ayant entraîné la disparition des dinosaures il y a 66 millions d’années. La chimie de synthèse a libéré dans tous les milieux des dizaines de millions de molécules différentes qui se marient constamment et dessinent le paysage plutôt sinistre d’un empoisonnement universel. Les sols agricoles et fertiles sont largement épuisés, érodés, stérilisés, au moment même où la population humaine s’approche des dix milliards d’habitants. Les forêts meurent, comme les océans, et les cours d’eau sont gorgés de miasmes et flanqués de barrages qui les transforment bien souvent en égouts à ciel ouvert. Je n’ai pas le cœur d’en dire plus, car le constat est indiscuté.

L’époque, inouïe à bien des égards, demanderait des géants d’une taille encore inédite, et ne nous offre qu’une collection pathétique de Lilliputiens se battant entre eux pour les flonflons d’une fête terminée depuis longtemps. Il y a concours national – et international – de la pensée magique, du coup de menton suivi d’un coup de gueule, de griffe, de matraque. Les institutions que l’on croyait solides menacent ruine. La sécurité sociale agonise, la retraite sent le fagot, l’école est une impasse sans fond, le travail disparaît dans le moindre trou du chemin, la nourriture même est surchargée de molécules toxiques. Et l’eau. Et l’air. Et toute la vie.

Ce serait donc le moment du suicide. L’idéal contemporain serait d’annoncer sa mort en direct sur les réseaux sociaux, ce territoire de western où quelques-uns font la loi à leur profit intégral. Mais je crois que je vais passer mon tour. Je ressens tout au contraire la nécessité de relever la tête, et de sortir enfin de la sempiternelle lamentation.

Oui, il est vrai, et chacun le sait, que tout disparaît à vive allure. Les espaces, les espèces, la forêt, l’océan, l’éléphant, l’abeille, le requin, le papillon. Dans ces conditions, et sauf phénoménal sursaut, l’homme va connaître les heures les plus terribles de son existence terrestre. Y a-t-il espoir ? Je le pense, contre certaines évidences. Mais cela suppose une énergie collective dont on peut douter qu’il soit encore possible de la trouver dans de vieux pays fatigués comme la France. Inévitablement, on se demande – je me demande – si le souffle des grands soulèvements n’est pas épuisé. Car l’avenir exige bien davantage que ce qui a conduit à 1789, moment qui reste notre véritable gloire nationale. Le temps à venir aura besoin de valeurs qui paraissent être en perdition. De courage. De volonté. De solidarité. De coopération d’un bord à l’autre de toutes les mers.

Mais parions. Pour commencer d’avancer, pour imaginer un début d’ébranlement, il faut du mouvement. Ce que je vais vous présenter sans détour, ce sont des pistes. De vastes routes possibles où l’esprit des hommes peut s’engager sans trembler. Ainsi qu’on le verra, elles rompent tout contact avec les formes politiques existantes. Puisse cette présentation servir, aujourd’hui ou demain, ici ou bien encore là-bas.

Je vais vous parler de la France, car cela reste mon pays. Mais aussi du monde, car c’est aussi mon pays. Il faut oser penser autre chose, et ce pour tous les habitants de la Terre, hommes et femmes, végétaux et animaux, fleuves et rivières. J’ai la prétention d’affirmer que vous ne perdrez pas votre temps en lisant ces pages.

Ce qui compte vraiment (mon prochain livre)

Je vais droit au but, car ceci est un appel. Je publie le 20 – ou le 22 – février un livre dont le titre est Ce qui compte vraiment (Les liens qui libèrent). Je vais essayer de vous mettre sa couverture en PDF, de manière que vous puissiez vous rendre compte. J’ai un besoin aussi évident qu’essentiel de votre aide, pour de multiples raisons. Ce livre sort en pleine campagne présidentielle, dont il se moque éperdument, et la plupart des journaux n’en ont, d’avance, rien à faire. Je ne vous demanderai jamais de me faire confiance a priori, mais vous pouvez, et je crois que vous devez faire circuler la nouvelle de sa parution.

J’ai ouvert ce blog il y aura dix ans cet été, et j’ai bien dû y écrire 1500 articles, ce qui n’est pas rien, je pense que vous le savez. Je l’ai fait bénévolement bien sûr, à la réserve près qu’il m’a régulièrement coûté des sous. Non seulement je ne me plains pas, mais je dois dire que je suis pleinement satisfait d’avoir apporté informations et jugements sur l’infernale crise écologique dans laquelle nous sommes tous plongés. Je ne crois pas que mes lecteurs ont été volés, et comme ils sont – vous êtes – des milliers, je m’avance et vous dis : donnez-moi un coup de main. C’est à votre portée, et si vous avez pris intérêt et plaisir à me retrouver ici ces dernières années – et ce n’est pas fini ! -, eh bien faites usage de ce que je pourrais appeler un contre-don. Recopiez  et diffusez ce petit mot, ou mieux encore écrivez-en un à votre manière, que vous enverrez à vos amis et connaissances. Je suis très certain que, de votre engagement, peut naître un succès d’édition.

Pourquoi ? Mais parce que ce livre est un contrepoint, et même un contre-pied à tous les discours politiques en cours. Lesquels ne parlent ni ne parleront de notre planète en déroute. À l’opposé de ce que j’écris généralement, ce livre n’est pas vraiment de dénonciation. Je l’ai voulu non optimiste, car c’était au-dessus de mes forces, mais en tout cas tourné vers un avenir possible pour tous. Ici, ailleurs, humains, animaux, plantes, mers et rivières. J’y passe en revue cinq questions à mes yeux décisives – le sort des campagnes en France; la restauration des écosystèmes dans le monde; la situation des mers et de la pêche; le si grand malheur des eaux vives; la cohabitation avec ces Autres si proches que sont les animaux.

À chaque fois, je prétends démontrer qu’il y a une voie, un espoir véritable, une faille dans le grand mur par laquelle nous pourrions nous faufiler. Ainsi que vous verrez peut-être, certains constats sont difficiles à contester. Et c’est bien pourquoi ce monde malade n’a aucunement l’intention d’en parler. Mais vous, mes amis, mes lecteurs, et même mes critiques ? Ne croyez-vous venu le temps de dire enfin ce que nous pensons ? Ce que nous voulons ? Ce que nous devons, envers et malgré toutes les forces de la destruction ?

Ce que vous pouvez faire peut vous sembler sans importance. Moi, je suis convaincu que j’ai besoin du moindre geste du dernier d’entre vous. Au fait, votre présence m’aide constamment à faire face. Car je crois que je fais face.

CE QUI COMPTE VRAIMENT

Cliquer ci-contre pour La couverture