Archives de catégorie : Industrie et propagande

Mais d’où vient ce salopard de virus ?

Tout le monde en a marre, non ? Des milliers d’heures sur les radios et télés, des kilomètres de signes dans les gazettes auront été consacrés au coronavirus. Pour dire et répéter les mêmes choses dans un sens puis dans l’autre, et retour. Non ?

En mars 2020, quand nous n’en étions qu’au début, l’infectiologue Didier Sicard, pas plus con que tant d’experts de TF1 ou de France-Inter, s’interrogeait (1). Très au fait du sujet, il réclamait un examen en urgence des causes animales de la pandémie. Et comme il connaissait fort bien une partie de l’Asie, il ajoutait : « Ce qui m’a frappé au Laos, où je vais souvent, c’est que la forêt primaire est en train de régresser parce que les Chinois y construisent des gares et des trains. Ces trains, qui traversent la jungle sans aucune précaution sanitaire, peuvent devenir le vecteur de maladies parasitaires ou virales et les transporter à travers la Chine, le Laos, la Thaïlande, la Malaisie et même Singapour. La route de la soie, que les Chinois sont en train d’achever, deviendra peut-être aussi la route de propagation de graves maladies ». 

La nouvelle Route de la soie, qui fait se pâmer tant d’économistes et autres crétins, reliera à terme la Chine – on y achève une quatre-voies de 5000 km –, l’Asie centrale et même l’Europe où un Viktor Orbán, clone hongrois de Trump, est en train de vendre son pays à Pékin. Précisons à l’attention des grincheux que je ne suis spécialiste de rien. Je vois, car je lis, qu’une affaire mondiale comme celle-là recèle d’innombrables mystères. En fera-t-on le tour ?

Mais cela ne doit pas empêcher de parler de ce que l’on sait avec une raisonnable certitude. Et nul doute que la crise écologique planétaire est le responsable principal de l’émergence de tant de virus menaçants. La logique en est dans l’ensemble connue : les activités humaines remettent en circulation des organismes vivants neutralisés par des relations biologiques stables depuis des millénaires, parfois des centaines de millénaires.

L’incursion des humains – braconniers suivant la piste des bûcherons – dans les forêts tropicales les plus intouchées ne pouvait manquer d’avoir des conséquences. Et ce n’est qu’un petit exemple. Quantité de virus dits émergents sont en effet des zoonoses, des maladies ou infections qui passent de l’animal à l’homme. Tel est le cas d’Ebola, des hantavirus, du SRAS, de la fièvre du Nil occidental, probablement du sida. Ce n’est qu’un aperçu, car l’on compte environ 200 zoonoses, dont beaucoup sont bactériennes.

Dès le 17 avril 2020 – il y aura bientôt un an -, 16 responsables d’autant d’organismes scientifiques différents écrivaient (2) : « La pandémie de Covid-19 est étroitement liée à la question de l’environnement : c’est bien, encore une fois, une perturbation humaine de l’environnement, et de l’interface homme-nature, souvent amplifiée par la globalisation des échanges et des modes de vie, qui accélère l’émergence de virus dangereux pour les populations humaines ».

Et les mêmes posaient une question qui devrait pétrifier nos responsables : « À la lumière de la crise sanitaire que nous traversons, il est paradoxal de constater que les études de médecine et de pharmacie continuent d’ignorer largement la biologie de l’évolution, et que celle-ci est récemment devenue facultative pour les deux tiers d’un parcours scolaire de lycéen ».

En clair, tout le monde s’en tape. Pourquoi ? Parmi les nombreuses raisons en cause, j’en retiens deux. Un, nos chefaillons actuels, qui incluent les écologistes officiels, sont d’une inculture monumentale. Ils ne savent pas, obsédés que sont la plupart par leur sort personnel et leur place dans l’appareil d’État. Deux, les rares qui entrevoient une lueur n’ont pas le courage de remettre en question le monde qui est le leur, son organisation, ses buts.

Il y faudrait la force d’un Gandhi et nous n’avons à notre disposition qu’une classe politique et administrative plus bas-de-plafond que le dernier des nains de jardin. Voilà pourquoi votre fille est muette.

(1)franceculture.fr/sciences/didier-sicard-il-est-urgent-denqueter-sur-lorigine-animale-de-lepidemie-de-covid-19

(2) lemonde.fr/idees/article/2020/04/17/la-pandemie-de-covid-19-est-etroitement-liee-a-la-question-de-l-environnement_6036929_3232.html

———————————————————-

Jean-Louis Beffa, héros méconnu de l’amiante

Le coût de l’amiante est tel qu’il ne sera jamais calculé vraiment. L’industrie en a longuement profité, et maintenant la société paie les dégâts, les milliers de morts chaque année, les vies disloquées. Des braves se battent depuis 25 ans devant les tribunaux, et parfois gagnent, et souvent perdent, et continuent pourtant.

En 2017, une expertise judiciaire estimait qu’on ne pouvait pas connaître la date précise d’une contamination par l’amiante, menant droit à un non-lieu en 2018. Les magistrats jugeaient alors impossible de retenir la responsabilité pénale de tel ou tel dirigeant d’une entreprise. En l’occurrence, il s’agissait de l’usine Everite située à Dammarie-les-Lys, en Seine-et-Marne. Gros soupir de soulagement patronal.

Mais la cour d’appel de Paris vient d’infirmer ce non-lieu, et renvoie le dossier à des juges d’instruction. Selon eux, en effet, et il s’agit de citations tirées de son arrêt, « c’est toute la période d’exposition qui contribue à la maladie et/ou au décès ». Du même coup, « chaque dirigeant successif peut avoir participé, à son échelle de responsabilité, à l’exposition des salariés aux fibres d’amiante ».

C’est déjà beaucoup moins drôle pour certains, car Everite était une filiale de Saint-Gobain, ce qui nous rapproche fatalement d’un certain Jean-Louis Beffa. Ce personnage central du capitalisme français est entré à Saint-Gobain en 1974, dont il a été le P-DG dès 1986, quand il était encore légal d’empoisonner le prolo avec l’amiante.

Le cas est d’autant plus intéressant qu’un Beffa, dans notre sainte république, semble intouchable. Ingénieur des Mines, un temps membre du club Le Siècle, il a été aussi des conseils d’administration ou de surveillance de GF Suez, de Siemens, de la Caisse des dépôts, de BNP-Paribas, etc.

Cerise amiantée sur le gâteau, Beffa fait partie dès 1994 du conseil de surveillance du journal Le Monde, qu’il préside depuis 2017. En Italie, travaillant des années sur des milliers de pièces, un tribunal d’appel à condamné en 2013 l’industriel de l’amiante Stephan Schmidheiny à 18 ans de taule. Beffa, quelle chance.

———————————————————-

Les Tartarin veulent la peau du Loup

Comment va le Loup en France ? Pas bien. Je rappelle qu’il est revenu naturellement d’Italie il y a une trentaine d’années, après avoir été totalement exterminé. Pas bien, donc, et c’est l’Office français de la biodiversité (OFB) qui le détaille dans un rapport, avec le CNRS (1). Attention, l’OFB, c’est pas les Naturalistes en lutte : les chasseurs, pour s’en tenir à eux, siègent à son conseil d’administration.

Il n’empêche que le texte est limpide. S’appuyant diplomatiquement sur des « points de vigilance », ses auteurs constatent qu’entre 2014 et 2019, la mortalité atteint 42%, toutes classes d’âge confondues, contre 26% avant 2014. Ce qui rapproche l’espèce du point au-delà duquel la population commence à décliner.

En ajoutant d’autres signes préoccupants, les rédacteurs de la note sortent un peu plus du bois, et ils écrivent : « Plusieurs signaux vont dans le sens d’une dégradation de la dynamique de la population ». Et appellent entre les lignes, mais sans détour, à une révision de la politique actuelle, qui vise, ça c’est Charlie qui le dit, à contenir les oppositions et satisfaire quelques clientèles électorales.

Il n’y a aucun mystère : depuis 2014, des centaines de loups ont été butés « légalement », malgré leur statut de protection. Ils seraient 580 et en cette année qui commence, l’État donne le droit d’en abattre 121. Courons donner des leçons aux paysans africains sur la cohabitation avec les éléphants. Et aux gueux de l’Inde sur la sauvegarde des tigres, si mignons à la télé.

(1) https://www.loupfrance.fr/mise-a-jour-des-effectifs-et-parametres-demographiques-de-la-population-de-loups-en-france-consequences-sur-la-viabilite-de-la-population-a-long-terme/

Cadeau de Noël (européen) pour la Tunisie

La Tunisie. Sidi Bou Saïd et Djerba pour les ploucs d’ici, qui paient l’illusion et le décor. Derrière, il y a tout de même 12 millions d’habitants, dont tous ne sont pas des djihadistes prêts à fondre sur le touriste traité au thé à la menthe.

Or ils sont au Sud. Or nous sommes du Nord, ce qui nous donne le droit de vomir dans leur encolure et de leur adresser par cargos entiers ce qu’on ne veut plus enterrer ou brûler chez nous. L’association Robin des Bois exhume une histoire qui ne trouvera jamais sa place entre les nouvelles de Laeticia et la mort de l’ami – des éléphants – Giscard.

Que raconte Robin (1)? Qu’en avril 2020, en pleine panique coronavirale, les affaires continuaient. Un grand cargo quitte le port de Naples avec 282 conteneurs à bord, emplis jusqu’à la gueule de déchets ménagers et surtout hospitaliers. Le surtout est de moi, car enfin, faire voyager ainsi des boîtes de conserve et des restes d’ananas, est-ce bien raisonnable ? En revanche, n’est-il pas plus rentable, après avoir fait payer les hostos, d’expédier lancettes, perfuseurs, cathéters, aiguilles et poches de sang, éventuellement infecté chez les pauvres, de l’autre côté de la Méditerranée ? Si.

Après examen de la presse tunisienne, voici ce qu’on peut reconstituer de cette belle coopération Nord-Sud. Soit un journaliste courageux, Hamza Belloumi, qui présente sur la chaîne de télé privée El Hiwar Ettounsi une émission très regardée, « Les quatre vérités ». En 2019, après un reportage sur une école coranique où les enfants sont maltraités, il obtient une protection policière.

Début novembre 2020, il révèle l’existence d’un contrat qu’on devine juteux entre une société italienne basée à Naples, et une autre, Tunisienne, installée dans le port de Sousse. Cette dernière, Soriplast, prétend être spécialisée dans le recyclage des plastiques, mais reçoit sans broncher, selon le contrat signé avec les Italiens, 121 000 tonnes de rebuts ensanglantés par an, au prix de 48 euros la tonne. Le reportage révèle que 70 conteneurs sont déjà sous scellés et 212 en attente – de quoi ? – sur le port de Sousse.

Bien entendu, la Tunisie a signé, comme l’Italie d’ailleurs, toutes sortes de jolis textes qui prohibent totalement ce genre de trafics. Dans son cas, la convention de Bamako interdit l’importation en Afrique de tous les déchets dangereux, mais où est le mal, puisque cela fait marcher le commerce, et augmente d’autant le PIB d’un pays si tristement pauvre ?

Alors, dans une scène mille fois vue, on décide de faire péter le fusible de service, le directeur général de l’Agence nationale de gestion des déchets (ANGED). Bechir Yahya est relevé de ses fonctions, et les ministères, dont celui de l’Environnement, font les gros yeux, feignant de s’étonner qu’une telle horreur puisse se passer dans un pays si bien administré. Quant à la Direction générale de la douane, sans doute la mieux placée pour s’interroger sur 121 000 tonnes et des centaines de conteneurs, elle se montre, la charmante, « réservée ».

Oui et en effet, faut voir. Haythem Zaned, son porte-parole : « Nous ne sommes pas en mesure de nous prononcer sur cette affaire, car elle fait l’objet de litige avec la société en question ». Ainsi va le monde réel, dont ne parle jamais personne. À quand une inspection générale des docks de tous les ports français ? En France, le trafic de déchets à destination de l’Afrique se fait au grand jour. On sait depuis une enquête de Coraline Salvoch et d’Alain Pirot (2) que 60% de nos déchets électroniques finissent là-bas. En plaçant un GPS sur un vieil ordinateur déposé au coin d’une rue parisienne, ou une télé, ils ont pu suivre, et nous avec, leur grand voyage jusqu’à Lagos ou Accra. Que ne ferait-on sans ces décharges à ciel ouvert, où des gosses de dix ans, pieds nus, font des feux de camp avec notre filasse électronique et nos chers vieux disques durs ?

Notons qu’il n’y a pas que des mioches : regardons ensemble les belles aventures (3) d’Awal Mohamed, brûleur sur la décharge d’Agbogbloshie, dans la banlieue d’Accra (Ghana).

(1)robindesbois.org/les-cargos-de-dechets-voyagent-malgre-la-pandemie-covid-19/

(2)film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/55455_1

(3) youtube.com/watch?v=mIlNGjKJK-M

——————————————————–

Macron, l’homme qui parlait plus vite que sa parole

« J’irai au bout de ce contrat moral qui nous lie ». Ces mots fantaisistes sont de notre Macron préféré, le 29 juin 2020, face à 150 citoyens de la Convention Climat. Les 150 sont porteurs de 149 propositions que le président s’engage à défendre à l’exception de trois d’entre elles, pour lesquelles il abat, dit-il, « un joker ». Les autres seront transmises « sans filtre » soit aux députés, soit par référendum à tous les Français.

Et puis on part en vacances, les lobbies frappent à la porte grande ouverte de l’Élysée, et finalement tout devient à la fois brumeux et orageux. Alors parle le réalisateur Cyril Dion, l’un des animateurs de la Convention. Il a compris sans peine qu’un bel enfumage se préparait, et lance mi-novembre une pétition qui dit l’essentiel : « La parole présidentielle n’est pas respectée ».

Là-dessus, Macron pique sa crise, façon trépignements et coups de talon dans la moquette. Le 4 décembre, dans une interview à Brut destinée pourtant à amadouer la jeunesse, il compare l’attitude de Dion à celles des « fainéants » qui veulent tout sans seulement discuter. Il précise : « Je suis vraiment très en colère contre des activistes qui m’ont aidé au début et qui disent maintenant ‘il faudrait tout prendre’». Il a les boules, le pépère, faut le comprendre.

Dion est en effet tenu pour être « constructif ». Ne pas trop compter sur lui pour plastiquer le siège de Bouygues ou enlever Barbara Pompili. Il paraissait donc être le bon personnage pour le scénario élyséen, qui consiste à tout faire pour affronter au deuxième tout de 2022 miss Le Pen. Et gagner.

Mais les temps ont peut-être changé depuis le funeste Grenelle de l’Environnement de 2007, manipulé par Sarkozy. Dion, visiblement piqué au vif par les attaques de Macron, lui a aussi sec répliqué « Tenir parole, pour un président de la République, c’est le socle de nos démocraties ». Ajoutant plus tard : « Soit il est frappé d’amnésie, soit il est de très mauvaise foi et je penche pour la deuxième hypothèse ». Oui, les choses changent (un peu).

————————————————–

 La ferme des 1000 vaches jetée dans la bouse

Difficile à distance d’imaginer la joie de tant d’amis. Eh ! Philippe Pallu, Philippe Salle, Michel Guillochon, et tous les autres, vous atterrissez ? La ferme des 1000 vaches, en tout cas, c’est terminé. L’association qui s’est tant battue contre cette monstruosité, Novissen (novissen.com) a réussi à tenir le coup plus longtemps qu’elle. Au 1er janvier 2021, la ferme de Drucat, près d’Amiens (Somme) ne livrera plus un seul litre de lait industriel.

Le 17 novembre 2011, 200 personnes portaient sur les fonts baptismaux une association merveilleuse, Novissen. Elle aurait pu connaître le sort de tant de comités NIMBY (1), mais elle devint un acteur important de la critique efficace du monde. En se liant à la Confédération paysanne, Novissen parvint à forger un argumentaire de haute qualité contre la surindustrialisation de l’agriculture. Les fêtes annuelles étaient l’occasion de débattre et de repartir à l’assaut.

Depuis des années, la ferme était mal en point. Par la grâce des opposants, la filière française du lait refusait de commercialiser la production des 1000 vaches – qui ne furent jamais que 880 -, obligeant une entreprise belge à s’en occuper. Au plan judiciaire, Novissen avait obtenu il y a un an une victoire en faisant condamner une ferme qui refusait de s’en tenir aux 500 bovins prévus. Elle reste aujourd’hui, annonce-t-elle, « plus que jamais aux côtés de toutes celles et ceux engagés au quotidien pour que naisse un autre monde, plus humain, plus fraternel et soucieux du sort animal ». Chapeau !

(1) NIMBY veut dire Not in My BackYard, et désigne ceux qui se battent pour leur jardin, mais pas pour les autres.

Retiens la nuit jusqu’à la fin du monde

Définition : une méta-analyse, c’est une étude qui recense et ordonne une vaste série de travaux scientifiques portant sur une question donnée. Des chercheurs de l’université d’Exeter (Grande-Bretagne) viennent d’en publier une belle dans la revue Nature, ecology and evolution (1). Elle porte sur 126 études publiées, et ce n’est pas aujourd’hui que je ferai rire aux éclats.

En effet, elle révèle que la pollution lumineuse a des effets à peu près insoupçonnés. Son auteur principal, Kevin Gaston : « The effects were found everywhere – microbes, invertebrates, animals and plants ». Or donc, microbes, animaux, plantes seraient touchés. Et le même d’ajouter qu’il serait temps de considérer la pollution lumineuse comme le grand désordre systémique qu’il est. À côté, tout à côté mais oui, du dérèglement climatique.

Mais de quoi parle-t-on ? De la fin de la nuit, très simplement. L’éclairage des villes, des ports, des rues, des autoroutes, des fermes même fait reculer partout le vital repos nocturne. De nuit, les êtres vivants fabriquent une hormone, la mélatonine, qui régule les cycles du sommeil. Eh bien, toutes les espèces animales étudiées en ont un taux de production diminué à cause de la lumière, ce qui bouleverse tous leurs rythmes.

Des exemples ? Les insectes pollinisent moins. Les arbres sont en feuilles plus tôt au printemps. Les oiseaux de mer se tuent en heurtant les phares. Les oiseaux de terre chantent plus tôt, confondant l’aube et la gabegie lumineuse. Les rongeurs, qui se nourrissent la nuit, mangent moins à cause des illuminations. Les tortues de mer, attirées par les halos fous des hôtels, se perdent à terre, croyant avoir trouvé le jour.

Sommes-nous concernés ? Ce n’est pas impossible. Nous avons ainsi laissé déferler les lampes LED, ce douteux miracle qui nous a été vendu comme un « progrès ». Elles durent plus longtemps, mais profitant de cette « économie », les autorités de tout niveau en ont augmenté le nombre et la puissance. Or leur luminescence a un spectre plus large, comme le soleil.

Les images satellite montrent sans surprise une planète qui repousse sans cesse plus loin la nuit : l’augmentation des lumières extérieures serait d’au moins 2% par an. Mais il serait injuste d’accuser d’inaction nos gouvernants. Un pompeux Arrêté (3) « relatif à la prévention, à la réduction et à la limitation des nuisances lumineuses » a bien paru au Journal officiel du 27 décembre 2018. Grotesque et impuissant, il affirme que « les émissions de lumière artificielle des installations d’éclairage extérieur et des éclairages intérieurs émis vers l’extérieur sont conçues de manière à prévenir, limiter et réduire les nuisances lumineuses ». Je dirais même plus : il faut « prévenir, limiter et réduire ».

Pendant ce temps d’inaction radicale, les astronomes gueulent dans le vide. Ceux de l’Union astronomique internationale ont publié il y a quelque temps un document qui raconte la folie des satellites, cette autre menace (3), hélas en anglais. J’en extrais cette phrase : « Outre leur visibilité à l’œil nu, on estime que les traînées des satellites seront suffisamment lumineuses pour saturer les détecteurs des grands télescopes. Les observations astronomiques scientifiques à large champ seront donc gravement affectées ».

Rappelons que le crétin intersidéral Elon Musk, qui tient le président américain – après Trump, Biden ? – by the balls, programme d’envoyer au total 42 000 nouveaux satellites dans l’espace. Il vient de proposer de les équiper de pare-soleils. Authentique.

Il y aurait bien une solution, qui consisterait à éteindre la lumière dans des millions de points terrestres où elle n’est qu’un gaspillage évident. Et de la limiter ailleurs. Mais ainsi que le note Kevin Gaston, « notre aptitude à changer la nuit en quelque chose qui ressemble au jour va bien au-delà de la nécessité de le faire ». Mehr Licht – plus de lumière -, aurait murmuré Goethe sur son lit de mort. Sommes-nous assez cons pour ne plus supporter le noir, en plus du reste ?

(1) Le plus simple, désolé, est de taper sur un moteur de recherche : A meta-analysis of biological impacts of artificial light at night

(2) theguardian.com/environment/2020/nov/02/treat-artificial-light-form-pollution-environment

(3) legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000037864346/

(4) iau.org/news/pressreleases/detail/iau2001/

—————————————————————————————–

Mélenchon et Montebourg s’embrassent sur la bouche

Mélenchon, poil au menton. Lectrice énamourée, toi qui aimes le Grand Jean-Luc, lecteur envapé par le chef de la France insoumise, épargne-toi ce qui suit. Donc, le voilà candidat. Et l’un de ses amis, le député Adrien Quatennens, souhaite gentiment que Mélenchon fasse « équipe » avec Arnaud Montebourg. On voit l’intérêt : rassembler plus largement au premier tour, de façon à atteindre le second. Comme ces gens sont malins.

On le sait, la France Insoumise ne veut plus des accords politiciens d’antan, qui provoquent abstention ou, pire encore, le vote Le Pen. La clarté passe avant l’unité. Avec elle, on ne reverra pas de sitôt les accords pourraves qui décourageaient les meilleures volontés. Sauf que.

Sauf que Mélenchon se veut plus écologiste que René Dumont, Ivan Illich et André Gorz réunis. Montebourg colle-t-il avec le programme ? Ce petit monsieur, à peine nommé par Hollande ministre du Redressement productif – on ne rit pas -, s’empresse de déclarer en août 2012 que « le nucléaire est une énergie d’avenir », précisant pour les sourds que « la France a un atout extraordinaire entre ses mains [avec le nucléaire] qui lui a permis de bâtir son industrie ». L’année d’avant, il avait eu cette pensée visionnaire : le nucléaire « est le moyen d’avancer sur le chemin de la réindustrialisation ».

Six mois plus tard, il donne à la société Rexma un permis d’exploitation d’une mine d’or en Guyane. Dans un secteur du Parc National interdit à l’activité minière. Mais c’est cohérent, car Montebourg veut aussi rouvrir la criminelle mine de Salsigne, dans l’Aude. Tout pour la production !

Ajoutons enfin que Montebourg était jusqu’en 2016 un chaud partisan de l’exploitation des gaz de schiste en France, rêvassant de créer une industrie prospère, et bien entendu « propre ». Il s’appuyait sur un rapport secret, finalement publié par Le Figaro, qui vantait des « bonnes pratiques et des réglementations contraignantes, sous le contrôle de l’administration ». Ah ! charmant garçon. 1981, le retour.

——————————————————————————

Les SDHI en veulent aussi au poisson zèbre

Résumons ce qui ne peut pas l’être. L’agrochimie – Bayer-Monsanto, BASF, Syngenta – a ouvert un nouveau marché avec les fongicides SDHI, l’un des chevaux de bataille du mouvement des Coquelicots. Une procédure judiciaire lancée par les Coquelicots – soutenue par Générations Futures et FNE – réclame l’interdiction de trois de ces molécules. Pour commencer.

Pourquoi ? J’ai longuement raconté dans un livre (Le crime est presque parfait, LLL) comment une équipe scientifique a été violentée par l’administration française, en l’occurrence l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). Pierre Rustin et Paule Bénit, de l’INSERM, et quelques autres chercheurs avaient dès avril 2018 alerté sur le danger de ces nouveautés. Rustin, spécialiste mondial des maladies mitochondriales, et Bénit avaient pu montrer avec clarté que les SDHI s’attaquent au cœur de la respiration des cellules humaines et de quantité d’autres êtres vivants.

L’ANSES les a ridiculisés avant de faire (un tout petit peu) machine arrière devant l’accumulation des preuves. Et voilà que deux études récentes renforcent les pires inquiétudes. La première (1) montre que le bixafen, l’un des SDHI, provoque de graves anomalies in vivo du système nerveux chez le poisson zèbre, modèle de nombreuses études de toxicologie. Et la seconde (2) décrit la toxicité du fluxapyroxad, un autre SDHI, sur le développement de ce même poisson. L’ANSES, grande amie des hommes et des écosystèmes.

(1) https://insb.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/le-bixafen-un-sdhi-fongicide-provoque-des-anomalies-du-systeme-nerveux-chez-le-poisson

(2) sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0045653520312303

Les filouteries de l’agence européenne

Les bureaucraties sont globalement les ennemies de la vérité. Ce qui s’appelle enfoncer une porte ouverte. On devait plutôt prendre ses gouttes, au lieu de quoi, on pique sa millième crise de rage depuis disons le mois de juin. Mais parlons plutôt, puisqu’on ne peut pas l’étrangler, de l’Agence européenne de l’environnement (AEE). Cette structure de l’Union européenne (1) a pour but proclamé de « fournir des informations fiables et indépendantes sur l’environnement ».

Bon, on se doute déjà que c’est une blague, car par quel miracle, avec un tel fil à la patte, pourrait-on se montrer indépendant ? Mais n’importe : l’AEE vient de publier un rapport que vous trouverez sur son site. C’est simple : en Europe, la nature va très mal. Certes, on le sait, mais ça s’aggrave. 81% des habitats naturels étudiés sont dans un état mauvais ou médiocre. La dernière fois, il y a une courte poignée d’années, c’était 77%.

Le Lituanien Virginijus Sinkevičius, commissaire européen à l’Environnement, interrogé dans le rapport, enfile trois perles, déclarant : « Cette évaluation de l’état de la nature est le “bilan de santé” le plus complet jamais réalisé dans l’UE. Elle montre très clairement que nous continuons à perdre notre milieu vital ». Bon, la logique élémentaire devrait conduire à abandonner sa bagnole, son chauffeur, ses petits fours, son salaire mirobolant, ses innombrables avantages de fonction, non ? Et d’annoncer, flamberge au vent, qu’on se lance dans une croisade pour la reconquête de notre « milieu vital ». Non ?

Non. Ces gens sont perdus à jamais et nous abreuvent de textes émollients, passant de litotes en euphémismes. La raison en est très simple : ils se contrefoutent du sens premier, synonyme de cataclysme. Qu’attendent-ils ? Que 100% des habitats soient foutus pour un siècle ou dix ? Le rapport n’emploie même pas le mot de pesticide, sans doute parce qu’un des rédacteurs, plaisamment pris en main par un lobbyiste, aura estimé que toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire.

Dans le détail, c’est pire. Ce pourcentage de 81%, qui est de loin l’information capitale, est noyée au beau milieu de développements grotesques. On lit par exemple dans l’introduction, texto : « Le rapport de l’AEE montre une évolution positive des efforts de conservation ». Avant de comprendre, mais c’est volontairement confus, que l’on parle des minuscules zones protégées sous l’appellation « Natura 2000 ».

Et tout à l’avenant. L’expression « situation désespérée » est remplacée par « avenir incertain ». Ces aveugles volontaires nous l’assurent, « sur le plan politique, il y a également de l’espoir grâce à la nouvelle stratégie de l’UE en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030 et à la stratégie «De la ferme à la table», deux éléments essentiels du pacte vert pour l’Europe ».

Mais bien entendu, il faut des études. Beaucoup d’études. Quand vous entendez un expert, parlant de la crise écologique, qu’il faut encore d’autres travaux, vous pouvez être certain qu’il est là pour embobiner, consciemment ou non. Extrait : « Actuellement, de nombreuses lacunes persistent en termes de données, notamment en ce qui concerne les espèces et les habitats marins ».

Quant à lui, le paragraphe « Perspectives » commence par cette phrase d’anthologie : « Le rapport met en évidence certaines évolutions positives, principalement à l’échelle nationale ou régionale. Un certain nombre d’espèces et d’habitats ont connu des améliorations, comme la grenouille agile en Suède, les lagunes côtières en France et le gypaète barbu au niveau de l’UE ».

Ne nous y trompons pas, c’est de la canaillerie. Propre sur elle, estampillée Union européenne, mais canaillerie tout de même. Comme ces désinformateurs sont habitués à ce que leurs chefaillons les félicitent de leurs douteux exploits, ils n’imaginent pas que quelqu’un les chope au col et leur demande des comptes. En quoi ils ont parfaitement raison. Les opinions, la nôtre de même, sont inertes, amorphes, complices pour dire toute la vérité du grand mensonge.

(1) eea.europa.eu/fr/about-us

—————————————————————

Ce ministre qui me crache à la gueule

Cadeau. Le 15 septembre, j’étais reçu avec des amis par Barbara Pompili, ministre de l’Écologie, pour lui remettre 1 135 000 signatures en soutien de l’Appel des coquelicots, pour l’interdiction des pesticides. Mais pendant l’été, j’avais aussi demandé rendez-vous à Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture.

Le 31 juillet, j’adresse un mail au directeur de cabinet de Denormandie, Fabrice Rigoulet-Roze. J’écris : « Nous souhaitons vivement remettre ces signatures à monsieur Denormandie (…) Il nous semble que le grand mouvement démocratique que nous avons suscité doit pouvoir s’exprimer devant monsieur le ministre. Dans une atmosphère de respect mutuel ».

Le 6 août : « Je vous adresse à nouveau mon message du 31 juillet, qui se sera peut-être perdu en route ». Réponse : « Elle est en en effet bien parvenue et j’avais quelques urgences à gérer avant de vous répondre ». Le même jour, Victor Schmidt, chef de cabinet : « J’ai bien pris connaissance de votre message et de votre demande d’entretien, mais il ne m’est pas possible d’y accorder une suite favorable pour le moment ».

Je réponds : « Merci de votre réponse (…) Le mois d’août est en effet particulier, et c’est pourquoi j’ai pris soin de présenter ma demande de longues semaines à l’avance » Et puis silence total. Le 7 septembre, j’écris aux deux : « Je m’étonne beaucoup de ne pas avoir reçu de réponse à ma demande de rendez-vous avec M.Denormandie. Je vous rappelle que je suis le président du mouvement « Nous voulons des coquelicots », et que mon premier courrier date du…31 juillet ». Le 11, j’insiste : « Est-ce que la politesse républicaine ne commanderait pas, au moins, d’accuser réception de mes courriers ? Le mépris dont vous faites preuve à mon égard, qui représente 1 100 000 citoyens de ce pays, ce mépris n’est pas digne de ce pays. Du moins dans l’idée que je m’en fais ». Réponse de Schmidt : « Nous tâchons dans la mesure du possible de répondre à chacune des sollicitations, dans des délais aussi raisonnables que possible ». Et puis silence définitif.

———————————————————————–

Le soleil au service de la destruction

Jusqu’où ira la malignité ? À Oradour-sur-Vayre, dans le Limousin – 40 km au sud-ouest de Limoges – une saloperie se prépare. Allons-droit au but : un proprio – il habite l’Aveyron – veut sacrifier 47 hectares où l’on produit du sarrasin bio. En y installant une immensité de panneaux photovoltaïques (1). Le mec qui les installerait, prenant sans doute les habitants pour de braves couillons (2) s’essaie à une grossière désinformation : « Le projet photovoltaïque va non seulement permettre la poursuite de la culture du sarrasin, mais va aussi permettre le développement d’autres pratiques agricoles ». Tu parles, Charles.

On préférera sûrement écouter Jean-Pascal Farges, de Vox Plebeia (3) : « Il n’y avait surement pas d’autres endroits que celui de ces champs (…), près d’un village de quelques dizaines d’habitants, dans une commune d’un peu plus de 1 500 âmes où même les GPS se perdent. L’industrie verte n’aime pas la campagne et se fout des bouseux qui y vivent encore. Mais le plus incroyable c’est que l’industriel prétend conserver voire sanctuariser la nature qu’il recouvre. En Haute-Vienne, l’agence de la transition écologique, l’ADEME, a identifié plus de 115 sites propices à l’implantation d’usines solaires (friches industrielles, parkings, etc.) Mais non, ce sont les cultures bio qui les branchent, c’est la dévastation des terres agricoles qui les font vibrer (…) Les habitants, les riverains, les associations, les agriculteurs ? Pas consultés ; ça serait sans doute trop démocratique ! ».

(1) On peut contacter, mais faut se magner, Oradour Défense Environnement. Tel : 06 08 17 63 56. vodeasso87@gmail.com.

(2) https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/haute-vienne/au-pays-arbre-eau-panneaux-solaires-sont-ils-bienvenus-1876844.html

(3) youtube.com/channel/UCBp64IrWs6CRlLvIiEw003w

Ceux qui ont voulu tuer Seralini

Attention, brûlure à l’âme. Pour bien lire L’Affaire Roundup à la lumière des Monsanto Papers (par Gilles-Éric Seralini, avec Jérôme Douzelet, Actes Sud), il faut raconter en préambule une histoire qui se perd désormais dans les brumes. Le 19 décembre 2012, le biologiste Seralini publie une étude dans une revue scientifique de bonne tenue, Food and Chemical Toxicology (FCT) . Comme il est de règle, l’article a été relu par des pairs avant publication. D’emblée, c’est la tornade, une tornade en vérité voulue par Seralini, qui a accepté l’aide et les conditions d’une boîte de com pour transformer l’événement en bombe médiatique. C’est que des rats de laboratoire nourris avec un maïs transgénique et/ou du Roundup (dont le constituant principal est le glyphosate) ont développé d’affreuses tumeurs. Les photos l’attestant font le tour du monde.

Une partie des chercheurs, en France et ailleurs, vont contester le travail de Seralini. Cela n’a rien d’anormal, car s’il dit vrai, l’édifice mondial des OGM – et peut-être celui des pesticides – est tout entier menacé. Mais un autre phénomène s’est déclenché, sans que personne ne le comprenne sur l’instant. Après des mois d’une polémique planétaire sans précédent, la revue FCT décide en novembre 2013 de « rétracter » ce qu’elle avait publié. C’est-à-dire la retirer de ses sommaires. L’étude ne figurerait pas même dans les archives. Une telle décision n’a jamais été prise qu’en cas de fraude ou d’erreurs involontaires. Or il n’y a pas fraude. Ni d’erreurs involontaires.

En janvier 2014, dans un édito, le rédacteur-en-chef de FCT, Wallace Hayes, fournit une explication ridicule : l’étude aurait été effacée parce que non concluante. À ce compte-là, la moitié des études au moins, et peut-être bien davantage, auraient depuis beau temps disparu. L’explication de cette étrangeté radicale sera apportée sur un plateau grâce aux Monsanto Papers. En deux mots, une décision judiciaire contraint Monsanto, en 2017, à rendre publics des montagnes de documents internes, sous la forme de courriels, de comptes rendus de réunions, de rapport, de correspondances.

Ce que l’on voit apparaître est sordide. Hayes est lié secrètement par un contrat de consultant avec Monsanto. Mais bien au-delà, il se confirme ce que beaucoup pressentaient depuis longtemps : Monsanto ment, truque, entretient un cabinet noir auteur des coups les plus tordus. Dont la destruction systématique de la réputation des scientifiques jugés dangereux pour ses intérêts. Dont Seralini ? Dont Seralini surtout, car le Roundup est le produit-phare de Monsanto.

Venons-en au livre. Le biologiste, s’appuyant sur les Monsanto Papers – vu leur nombre, ils n’ont pas tous été dépiautés -, démontre sans peine qu’il est ciblé par cette structure sans foi ni loi depuis au moins 2005. Il insiste sur un point qui reste très méconnu : le vrai grand danger du Roundup, ce n’est pas le glyphosate, mais ce qu’on appelle tantôt surfactants, tantôt adjuvants, tantôt formulants, que l’on ajoute à la matière active de départ. L’ensemble serait incomparablement plus toxique que le glyphosate lui-même.

Le tout – les dates, les noms, les faits – donne la nausée, car il n’y a aucun doute que l’on a voulu assassiner moralement, psychologiquement, professionnellement Seralini. Il est évident que Monsanto était prêt à tout pour ruiner la réputation de Seralini. À tout ? Seralini évoque une infection terrible et fulgurante qui le cloue sur un lit d’hôpital anglais, entre la vie et la mort, à un moment très important de sa défense. Le plus fou sans doute, le plus terrible pour Monsanto en tout cas, c’est que l’on suit Seralini quand il se demande « Hasard ou parapluie bulgare ? ». Se peut-il ? Je ne sais pas.

Deux choses pour finir. Un, je n’ai aucune lumière sur l’étude de 2012, et mon soutien à Seralini ne porte pas sur cette question. Deux, et j’en suis bien désolé, je dois dire que ce livre si nécessaire souffre de sa confusion. Il eût sans doute fallu un travail d’édition plus exigeant et c’est tout de même bien dommage.

———————————————————————–

Cette PAC aussi verte que l’herbe des cimetières

Est-ce que cela finira un jour ? Non. Le 23 octobre, le Parlement européen a voté le texte d’une nouvelle Politique agricole commune (PAC), qui s’étendra jusqu’en 2027. La somme mobilisée représente au total 387 milliards d’euros, dont 58,12 milliards pour la seule année 2020, soit 34,5% du budget général de l’Union européenne. Énorme ? On est d’accord.

Non, Charlie n’a pas lu les centaines de pages du document, rédigées dans une langue que seuls ses rédacteurs connaissent. En tout cas, le ministre français de l’Agriculture, Julien Denormandie, applaudit le vote et parle d’une « PAC plus verte, et surtout plus juste ». Nos amis du mouvement « Pour une autre PAC » (pouruneautrepac.eu) parlent à propos du texte voté d’un « absurde fourre-tout », mêlant une poignée d’amendements apparemment positifs et un texte profus qui les noie et les contredit. On maintient le cap d’une agriculture industrielle, favorable aux grandes surfaces et à l’exportation, qui se contrefout des équilibres naturels.

Rappelons où en est l’agriculture française. 200 fermes disparaissent chaque semaine, le tiers des paysans en activité vont prendre leur retraite dans les toutes prochaines années, un quart sont sous le seuil de pauvreté. Les insectes et les oiseaux disparaissent à des rythmes jamais observés, principalement à cause des pesticides, dont la consommation a augmenté d’au moins 20% dans le même temps qu’on prétendait en diminuer l’usage. L’élevage concentrationnaire transforme des millions d’animaux en bagnards.

Compte-tenu du rapport de forces en Europe, cela n’est pas près de changer. Ne serait-il pas temps de penser à d’autres stratégies ? Qui suit, fût- ce loin, ce dossier constate combien les mots eux-mêmes sont piégés. Les opposants français à cette politique – comme les valeureux de la Confédération paysanne – ne cessent de parler depuis plus de vingt ans de la nécessité d’une PAC plus « verte », mot fétiche facilement détourné par tous les Denormandie européens. Rien n’est simple, mais n’est-il pas temps d’un débat sur le débat ?

————————————————————————

En Suisse, les pesticides se baladent librement

Les Suisses seront-ils moins cons que nous ? En 2021, grâce à une mobilisation sur le terrain à la manière des Coquelicots de chez nous, on votera. Des activistes tranquilles ont en effet déposé une Initiative – terme consacré –, appuyée par 140 000 signataires. Elle réclame qu’on ajoute à la Constitution des phrases comme : « L’utilisation de tout pesticide de synthèse dans la production agricole, la transformation des produits agricoles et l’entretien du territoire est interdite ».

L’Office de la nature et de l’environnement du canton des Grisons, tout ce qu’il y a d’officiel, vient de publier un rapport expliquant (1) : « i prodotti fitosanitari impiegati in Alto Adige oltrepassano effettivamente il confine e arrivano fino a Valchava ». Les pesticides qui sont épandus dans le Haut-Adige passent bel et bien la frontière suisse et arrivent à Valchava, hameau suisse des Grisons. Or Valchava se trouve à 1440 mètres d’altitude – bonjour l’air pur -, mais surtout à 14 km de la frontière italienne. Conclusion : « vi è una grande necessità di agire ». Ben oui, il y a grande nécessité d’agir.

Rappelons pour rire ce qui s’est passé en France. Le 11 mai 2019, le maire de Langouët Daniel Cueff prend un arrêté qui interdit l’usage des pesticides à moins de 150 mètres de bâtiments. Retoqué bien sûr, l’arrêté permet en tout cas de poser la question de l’empoisonnement de tous, paysans compris. Le gouvernement, éternellement à la botte, interdit désormais l’épandage de pesticides à moins de cinq mètres – dix au mieux – des habitations.

(1) gr.ch/IT/media/Comunicati/MMStaka/2020/Seiten/2020092901.aspx