Une belle année 2012 (pour presque tous)

Il vaut mieux en rire : je venais d’achever un article de Planète sans visa quand une mauvaise manœuvre me l’a fait effacer à jamais. J’y parlais de l’espoir qui nous reste – il n’est pas si ridicule – et des efforts de la vieille taupe chère au cœur de Marx dans son si fameux 18 Brumaire de Louis Bonaparte. Je n’ai plus le temps de recommencer, car une mission de la plus haute importance m’attend : allumer un feu. Dans la maison où je suis, le noir a gagné la pièce entière, et le froid. Il y a donc urgence.

En tout cas, sachez que je vous souhaite pour de vrai une belle année 2012. Malgré les angoisses qui nous étreignent, nous n’avons évidemment pas le droit de flancher. Au contraire, il nous faut avancer. Plus vite. Merci de votre présence.

28 réflexions sur « Une belle année 2012 (pour presque tous) »

  1. Un acte manqué ? En tout cas, un grand merci à toi d’exister.

    Vœu de bonheur

    tous nous souhaitons à chacun que tout aille bien
    que le coup ajusté justement le manque ;
    que, si touché, on ne le voie pas saigner ;
    que, quoique sanguinolent, il ne perde pas tout son sang
    que, même perdant son sang, il ne souffre pas ;
    que, ravagé de souffrance, il retrouve l’endroit
    où il n’a pas encore fait le premier mauvais pas
    à chacun nous souhaitons que tout aille bien

    (Ernst Jandl, traduit par Christian Prigent)

  2. Bonne année Fabrice !

    Bonne année les lectrices et lecteurs de PSV !

    Bonne année à toutes celles et ceux qui rampent, volent, braient, aboient, miaulent, bêlent, caquettent, coassent, croassent et j’en passe.

    Bonne année les arbres, les plantes, les fleurs, les légumes et les fruits de saison, le brf et les haies vives, les flaques et les mares, la pluie, le soleil, les nuages, la brume, les potagers du monde entier, les graines et mon Felco de 20 ans d’âge.

    De tout coeur de la part de OuiOui

  3. Bon feu ! Que cette année soit celle où tu penses à garder un feu allumé dans ton terrier souterrain .

    bises !

  4. 2012 à peine commencé qu’on se poêle déjà. Donc ça risque de chauffer. Pour la pièce, il ne fallait pas la jouer au poker. Quant à la marche forcée, courage à tous à cause du mur.

  5. Merci a toutes et tous. De tout coeur, merveilleuse année a vous aussi.

    N’attends pas que les événements arrivent comme tu le souhaites. Décide de vouloir ce qui arrive… et tu seras heureux.
    Epictète

    Fabrice. « Pour de vrai ». J’aime bien quand vous dites pour de vrai. On dirait un gosse. Gardons tous nos âmes d’enfants, elles ne nous tromperons jamais …

    Prenez soin de vous.
    Bon sang!
    Mettez un pull supplémentaire!
    Le rouge?

    :)))

    Amitiés

  6. Pull supplémentaire et couleur « tendance ».

    Pour avoir un bon pull au vert, le mettre dans un champ d’ail !

    😉

  7. clarté
    force
    harmonie
    que 2012
    soit douce
    à tous ceux qui se posent des questions
    et ne se contentent pas des réponses toutes prêtes
    et des chemins tout tracés

  8. Hors sujet, une bonne idée pour aider ceux de Notre Dame des Landes à passer une bonne année 2012:

    « Un ancien terrain militaire russe, qui devait être transformé en aéroport régional. Le projet a échoué, un parc solaire représentait une bonne solution de remplacement. »

    C’est dans Bastamag de ce jour, http://www.bastamag.net/article1997.html
    et c’est en Allemagne, mais rien n’interdit de transposer.

  9. Bonne année et meilleurs voeux à tout le monde sur ce blog.
    Pour Fabrice ne pas oublier que pour se chauffer au bois, avec une cheminée à foyer ouvert, il faut beaucoup de braise et peu de flamme.
    Sinon cela correspond à fumer un paquet de cigarettes par jour, et respirer autant de dioxine et de produits soufrés qu’en habitant à proximité d’une centrale urbaine d’incinération. (humour noir de fumée)

  10. Notre-Dame-des-Landes se veut être un miracle économique, surtout pas écologique. M’ouais, elle est Lourdes.

  11. Romain Gary dans « les Racines du Ciel »

    « Quand vous n’en pouvez plus, faites comme moi: pensez à des troupeaux d’éléphants en liberté en train de courir à travers l’Afrique, des centaines et des centaines de bêtes magnifiques auxquelles rien en résiste, pas un mur, pas un barbelé, qui foncent à travers les grands espaces ouverts et qui cassent tout sur leur passage, qui renversent tout, tant qu’ils sont vivants, rien ne peut les arrêter – la liberté, quoi! Et même quand ils ne sont plus vivants, peut-être qu’ils continuent à courir ailleurs, qui sait, tout aussi librement. Donc, quand vous commencez à souffrir de claustrophobie. des barbelés, du béton armé, du matérialisme intégral, imaginez ça, des troupeaux d’éléphants, en pleine liberté, suivez-les du regard, accrochez-vous à eux, dans leur course, vous verrez, ça ira tout de suite mieux… »‘ )

  12. Un élan d’amour pour la vie et tous les êtres de notre univers.

    2012 sera l’année du changement, de la transformation que nous attendons tous:
    l’ouverture des cœurs.
    Comme dirait P. Rabhi, je fais ma minuscule part du colibri et toutes nos gouttes vont bientôt former un océan.
    J’apprends à regarder la vie autrement. Je regarde la nature et je vois sa générosité, tout ce qu’elle nous donne, sans rien attendre en retour que la gratitude et la conscience de la vie.
    Peut-être que la mission de l’homme est d’admirer la beauté de la nature et de la mettre en valeur.

    Je souhaite que 2012 nous émerveille de beauté, de chaleur humaine, d’entraide, de générosité, et nous guide vers la révolution du cœur, des âmes et des consciences.

  13. Eh oui : allumer le feu pour se chauffer, tout comme cuire des légumes pour manger ou marcher/pédaler pour se déplacer, ça prend du temps, de l’énergie… On peut le déplorer parce qu’on aurait parfois mieux à faire (réécrire un billet très attendu, par exemple!).
    Et pourtant… ce sont tous ces gestes qui nous font vivre consciemment, qui nous aident à mesurer notre impact sur le monde qui nous entoure.

    Alors qu’appuyer sur le bouton du convecteur, déchirer l’emballage de n’importe quel « aliment »(!) industriel ou tourner la clé de contact de la voiture… tout ça, on peut le faire quasi-automatiquement, en pensant à autre chose, à ce qu’on fera tout à l’heure, demain… histoire d’alimenter notre vaniteuse fuite en avant!

    Ben tu vois que ton billet de Nouvel An était exceptionnel : sûre que jamais la version initiale ne m’aurait fait réaliser tout ça!!!

    Bonne Année à toi, Fabrice, et surtout : merci d’être là, on a besoin de toi!

  14. BONNE ANNEE A TOUS,
    Sa fait 20 ans que je suis arrivé en savoie.
    Merci à Fabrice pour ses qualitées de journaliste.

  15. « Dans ce monde qui marche sur la tête et s’entête à nous tenir loin les uns des autres : l’amour au milieu de tout, l’amour au milieu de nous, l’amour au milieu. »

  16. Tu disais dans la précédente publication « …je crois qu’une voie existe, aussi étroite qu’elle soit. Il faut forcer le passage, avancer, ne plus jamais reculer. »
    Mille fois merci de faire vivre et partager cette idée avec courage et détermination.
    Tous mes voeux pour cette année décisive.

  17. Dans les cotes d’armor, une sécheresse comme jamais, jusque fin novembre, réserves d’eau au plus bas, barrages quasi à sec, plus bas que si on les avait vidangé, motus, RAS, juste une petite panique de dernière minute, 2 semaines avant liquidation totale des réserves d’eau potable.
    5 janvier, 2 minuscules gelées depuis la fin de l’automne, rien d’anormal, c’est déjà arrivé, l’hiver va bien finir par arriver, ou le prochain sera rude, pas d’affolement.
    Coups de bol, décembre, mousson, tempête, on rattrape les précipitations de l’année, ben voyez, en moyenne, c’est bon, rien d’affolant, jamais.
    Petite discussion sur la pluie et le beau temps avant de vous souhaiter à tous, lecteur du Fabrice « empêcheur de rouler les gens dans la farine », Bloavezh Mat 2012.
    Ne lâchons rien.
    A suivre, l’impacte du docu Taste The Waste : http://0z.fr/VqNli

  18. A propos de la métaphore du feu, Char utilise celle de la lumière quand il est dans le maquis, entre 1942 et 1944 :

    « La vérité attend l’aurore à côté d’une bougie ».
    René Char, « Feuillets d’Hypnos »

  19. Mes meilleurs vœux à Fabrice ainsi qu’à tous les utilisateurs de ce blog.

    -Puissiez-vous tisser des centaines de liens – humains, pas électroniques – pour contrer l’isolement social (1) qui découle de notre forme de socialisation capitaliste et de notre démocratie marchande.

    -Puissiez vous aussi demander et obtenir un temps partiel si vous gagnez plus du salaire médian 1600€ et si vous êtes à deux.

    Quitte à prendre le transport en commun (Le horaires correspondent toujours lorsque l’on travaille moins).

    Deux pleins temps avec deux voiture est équivalent financièrement à deux mi-temps avec une seule voiture pour deux.

    En revanche c’est incomparable sur le plan de la santé, de l’humeur, du sommeil, de la saveur du temps libre non aliéné.

    (je le vérifie chaque année depuis 6 ans).

    Allez ! osez sortir de la « cage de fer » de la valeur -le travail abstrait- qui détermine notre vie, insère des marchandises entre les huamins, et met le Travail au centre de tout, allez, montrez votre nez et sortez faire un tour, y’a tout à recréer et à inventer hors économie 🙂

    Vous pourriez mettre la pression à votre employeur, c’est votre vie mince!, vous avez certainement le droit à passer à temps partiel, sinon ça se négocie en disant qu’un travail à temps plein n’est pas compatible avec une vie sociale/familiale digne et que vous luttez contre le chômage en donnant un part aux autres.

    N’oubliez pas Raoul Vaneigem (La vie s’écoule, la vie s’enfuit) :

    « Le travail tue, le travail paie,
    Le temps s’achète au supermarché,
    Le temps payé ne revient plus,
    La jeunesse meurt de temps perdu »

    http://audio.plusloin.org/plusloin/laviesecoule.mp3

    (1)
    – d’après une récente étude de l’Ined 1 personne sur 7 vit seule en France.

    -Cette forme de socialisation capitaliste inédite est celle de l’individu atomisé coupé du lien social et du lien avec les ressources qui ne s’occupe pas de ses enfants.

    Selon l’IGAS, les pères s’occupent de leurs enfants 42 min par jour contre 1h 40 pour les mères. Presque rien.

    (source : Vies de familles, magazine de la CAF 09/2011).

    Les grands-parents techno-séniors qui ont perdu leur vie à la gagner (Ah Le travail !)sont trop occupés à « rattraper le temps » avec leur camping-cars et leurs voyages en avion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *