Le grand Nil devient une guerre

Publié sur Charlie

La guerre ? Peut-être. Probablement. Tôt ou tard. Pour commencer, entre l’Égypte et l’Éthiopie. Après, on verra. Or, il s’agit de deux colosses, dont l’influence est à la mesure de leurs dimensions respectives. L’Éthiopie, oubliée du côté de la corne africaine, sans accès à la mer : 110 millions d’habitants. L’Égypte, pièce maîtresse de la question israélo-palestinienne : 100 millions. Entre eux, un poison liquide autant qu’une bénédiction : le Nil.

Le gouvernement d’Addis-Abeba vient de décider le remplissage d’un barrage géant sur le Nil bleu, ce bras essentiel du fleuve qui s’élance depuis le territoire éthiopien. Cela durera des années, car il s’agit d’un monstre capable d’emprisonner 75 milliards de mètres cubes d’eau. Inutile d’essayer, la représentation est impossible : 175 mètres de haut, 1,8 km de long, avec un lac de retenue de 1561 km2. Le barrage de la Renaissance devrait être le plus important barrage hydro-électrique de toute l’Afrique.

Et du coup, l’Égypte mobilise son armée, sans que l’on sache s’il s’agit d’un énième bluff. Son aviation pourrait, en théorie, bombarder le barrage. À qui appartient l’eau du Nil ? Bonne et désastreuse question. D’abord trois mots sur lui. Il a deux branches principales, dont l’une part du lac Victoria au sud, le Nil blanc. Et l’autre des hauts-plateaux d’Éthiopie, le Nil bleu. Au total, il traverse le Rwanda, le Burundi, la Tanzanie, l’Ouganda, l’Éthiopie, le Soudan et l’Égypte. Mais il longe également, par les lacs Victoria et Albert, le Kenya et la République démocratique du Congo, c’est-à-dire l’ancien Zaïre. À quoi il n’est pas absurde d’ajouter l’Érythrée, dont la puissante rivière Tekezé se jette dans le Nil Bleu.

À qui appartient le Nil ? Du temps qu’ils étaient soumis à l’Angleterre, le Soudan et l’Égypte ont tout piqué à la suite d’un traité inique signé 1929. En 1959 encore, l’Égypte signe avec le Soudan nouvellement indépendant un autre traité, pire si c’est possible : l’Égypte se réserve 55,5 milliards de mètres cubes sur les 84 milliards du débit annuel moyen du Nil, et octroie à son compère le Soudan 18,5 milliards au Soudan. Il reste 10 milliards pour tous les autres, à un moment où l’Égypte ne compte que 20 millions d’habitants. Aussi baroque que cela paraisse, il existe un principe juridique qui s’appelle « de première appropriation ».

Depuis 1959, la demande n’a cessé d’exploser, on s’en doute. Et l’Éthiopie, aussi conne que l’Égypte, a décidé de se « développer » de la même façon : usines à gogo – ici, avec capitaux chinois – villes délirantes, irrigation massive, etc. Dans ces conditions, elle n’a pas le choix : il lui faut l’eau du Nil Bleu.

Le grand malheur est que les deux pays considèrent que la question du Nil est existentielle pour chacun d’entre eux. Ce qui est vrai. L’Égypte dépend à plus de 90% des eaux du Nil, ruban d’eau au milieu d’un désert, et ne peut s’en passer. Le seul progrès envisageable serait de limiter l’évaporation du lac de barrage d’Assouan, cette merde construite par les Soviétiques, qui envoie dans l’éther, chaque année, 10 milliards de mètres cubes.

Côté éthiopien, on assure être le « possesseur originel » des eaux du Nil, ce qui confèrerait des « droits naturels ». Ajoutons au pastis que ce gros imbécile de Trump essaie en ce moment de tordre le bras de l’Éthiopie, car l’Égypte lui est précieuse dans son pathétique jeu proche-oriental.

Le sûr, c’est que le barrage – il n’est pas achevé – est là, et qu’on voit mal l’Éthiopie le détruire. Le sûr, c’est que l’Égypte menace celle-ci depuis des années d’une guerre ouverte. Le sûr, c’est qu’il n’y a en fait qu’une voie encore ouverte : changer radicalement de modèle, et adapter les besoins à ce que les écosystèmes peuvent offrir. Pour l’heure, les militaires égyptiens et Abiy Ahmed, Premier ministre éthiopien – sans rire, il est prix Nobel de la paix – préfèrent miser sur la magie. Où l’on voit que l’écologie est la seule manière humaine de s’attaquer à des conflits qui n’ont plus aucune solution dans le cadre habituel. L’écologie ou la guerre.

—————————

Denormandie, ministre attendu au tournant

Un beau petit jeune homme nous est né : Julien Denormandie. Le nouveau ministre de l’Agriculture est de formation ingénieur du génie rural (corps d’État devenu Ingénieurs des Ponts, des Eaux et des Forêts). C’est à noter, car bien qu’il soit trop jeune pour avoir agi, ses aînés sont les grands responsables techniques de la destruction des campagnes et du bocage, des haies et des talus boisés, au travers d’un procédé productiviste appelé remembrement.

Mais chacun a le droit de changer, surtout quand on n’a pas quarante ans. Attendons donc, sans trop d’illusions. La carrière du ministre précédent, Didier Guillaume, s’achève dans un pur et simple déshonneur. L’élu de la Drôme qu’il était a bataillé en faveur de la bio, mais arrivé rue de Varenne, siège du ministère, Guillaume s’est aussitôt couché dans un grand lit où l’attendait tout l’état-major de la FNSEA. Et il n’aura jamais été qu’un porte-voix de ce si étrange « syndicat ».

L’une de ses dernières interventions donne le ton : le 26 juin, alors que la promesse officielle était l’interdiction du glyphosate, Guillaume lâchait à la radio cette énormité : « On n’y arrivera pas, au “zéro glyphosate”, il faut dire la vérité. (…) Parce que si on dit “zéro glyphosate”, on arrêtera de produire de l’alimentation. »

Denormandie fera-t-il mieux ? Ce ne sera pas difficile, mais la question du glyphosate reste centrale. Les braves gens qui nous gouvernent se souviennent-ils que l’agriculture a 10 000 ans d’âge et le glyphosate – en tant qu’herbicide – 46 ans ?

Aux États-Unis, Bayer-Monsanto avait promis d’allonger 9 milliards d’euros pour indemniser 100 000 plaignants qui attribuent leur cancer à l’épandage de glyphosate, avant de retirer son offre. Mais en France, on a le temps, sauf peut-être Denormandie. Dès le premier jour, le grand lobby industriel appelé l‘Association nationale des industriels de l’agroalimentaire (ANIA), lui a envoyé un petit mot. En résumé, « l’ANIA se tient prête à participer activement au dialogue que le ministre instaurera avec tous les acteurs de la chaîne alimentaire ». Derrière les mots, les crocs.

————————

Au Mexique, un train fou déferle en pays maya

Des nouvelles du Mexique, sans les sombreros, sans les mariacheros – les adeptes du mariachi -, mais avec de vrais Indiens mayas. Rappel des faits : El tren maya (trenmaya.gob.mx, site de propagande) est un projet de voie ferrée de 1525 kilomètres, qui traverserait les États de Tabasco, de Campeche, de Quintana Roo et du Chiapas. En somme, le prodigieux Yucatan serait coupé en deux.

Officiellement « para mejorar la calidad de vida de las personas, cuidar el ambiente » Améliorer la qualité de vie et soigner l’environnement. Telle est l’obsession d’AMLO, le président « de gauche » élu en décembre 2018. Pas question d’avouer qu’on veut ainsi favoriser l’accès des touristes aux sites archéologiques de Cancún, Tulum, Calakmul, Palenque et Chichen Itzá.

Les opposants gueulent, et de plus en plus fort, tant les dégâts écologiques et culturels seraient monstrueux. Un nouveau document vient montrer que ce train fou accélèrerait l’exode rural dans toute la région traversée (1). Sans grande surprise, explique le texte, le projet entraînerait « la incorporación de las tierras y bienes naturales al desarrollo de actividades extractivistas y al mercado inmobiliario ». Autrement dit, la terre et les biens naturels seraient mis au service des activités minières et du marché immobilier.

En somme, on sait très bien que le train provoquera des expulsions massives dans des communautés installées depuis des siècles et la prolétarisation de nombreux paysans. On sait tout. Et la gauche européenne, y compris radicale, se tait.

(1) ccmss.org.mx/ccmss-tren-maya-nuevo-impulso-a-la-desruralizacion-de-la-peninsula-de-yucatan/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *