Un faucon, des buses, des hulottes, un moyen-duc et une famille de hérissons

Ce n’est pas pour vous faire bisquer – quoique -, mais aujourd’hui est un grand jour pour moi. Je vais aider à relâcher, je vais rendre la liberté à des buses, à un hibou moyen-duc, à un crécerelle, à des chouettes hulottes et à une famille de hérissons. C’est la joie, croyez-moi, j’en ai la tête tourneboulée. Ce n’est pas que je m’ennuie avec vous, mais il est près de midi, et je dois encore trouver un lieu – et l’aménager un tout petit peu – pour que la première nuit des hérissons ne se termine pas sous le coup de boutoir des sangliers.

Est-ce la belle vie ? Ça y ressemble, mais je sais tout de la durée de ces formidables illusions. Au fait, avez-vous entendu parler des phlébotomes ? J’ai beau aimer les animaux au-delà de ce que je peux en dire, ces bestioles, semblables à des moustiques miniatures, sont un poil insupportables. On ne les entend pas venir, et quand on sent la piqûre, c’est trop tard. Quand à les choper, c’est la croix et la bannière. On dit qu’ils remontent gaillardement vers le Nord, et qu’ils verront bientôt la Tour-Eiffel. Mais ce matin, ils sont planqués jusqu’au soir dans les antres, brèches et enfonçures des murs et des volets. Place donc au spectacle enchanté.

Baudouin de Menten est mort

Baudouin de Menten vient de mourir, dans des conditions que je crois connaître, mais ne peux confirmer. J’étais fort loin d’être intime, mais je peux dire que nous nous appréciions. Il menait un combat souvent génial pour le vivant – notamment les ours – et contre la totale idiotie de certains de ses plus vifs ennemis. Il avait créé et animé l’admirable site La Buvette des Alpages, qui était un régal pour tous ses lecteurs.

Je suis triste, réellement triste, et je pense en serrant les dents à sa veuve et à sa famille. Merde. Je commence à ne plus supporter du tout la mort.

Ce monolithe du mensonge qui se fissure

Bien entendu, tout explose. Je ne vous ferai pas l’injure de penser que vous l’ignorez. Tout, c’est-à-dire tout. L’Amérique de Trump. L’Angleterre du Brexit. La Pologne et la Hongrie du nationalisme fou. La Turquie des coups les plus fourrés. La France des attentats à répétition et de cette glissade éperdue vers les aventures promises par une droite revancharde. Plus rien ne tient debout, et c’est bien normal,  car nous sommes à l’heure des grandes destructions, des vraies régressions, et de la décomposition. Je précise à toutes fins utiles que je ne désespère pourtant pas. Nous avons, aussi faibles que nous paraissions, quelques cartes en mains. N’oublions jamais, je vous en conjure, que nous incarnons l’avenir du monde. Le seul avenir possible, faute de quoi ce sera la guerre de tous contre tous.

Bon, venons-en à mon papier du jour. Les grandes structures étatiques que l’on croyait définitives craquent, et c’est tant mieux. Mon premier exemple concerne le nucléaire, cette incroyable puissance, à moitié occulte, cachée dans le moindre repli de notre bannière nationale. Ce n’est pas la fin, mais très clairement la fin du début. Areva évite (peut-être) la faillite grâce à une augmentation de capital public – notre argent – qui risque d’être retoquée par l’Europe. EDF est à ce point surendettée que certains des plus fervents commencent à se demander si l’entreprise demeure viable. Tout concourt au désastre : les investissements honteux de madame Lauvergeon dans des mines d’uranium en carton-pâte; le fiasco retentissant des réacteurs EPR de Finlande et de Normandie, avant qu’on parle sérieusement de ceux en construction en Chine; le report ad æternam du démantèlement des vieilles centrales françaises; l’imbroglio franco-anglais autour du projet d’Hinkley Point; l’interminable feuilleton de l’enfouissement des déchets à Bure (Meuse). Etc. Et je tiens à cet et cætera.

Bure, justement. Quand le nucléaire régnait en maître absolu – hier encore -, nulle faction, nulle fraction de l’appareil d’État n’aurait osé la moindre critique publique. C’était un système parfait, que le monde entier nous enviait. Maintenant, c’est presque chaque jour qu’un avis de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ou même de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) vient nous alerter sur tel ou tel dossier brutalement devenu inquiétant. Le dernier en date est signé par l’Autorité environnementale (ici), énième machin créé par le ministère de l’Environnement, et qui abrite quantité d’ingénieurs du défunt corps des Ponts et Chaussées. Or ces derniers sont dans une opposition historique au corps des Ingénieurs des mines. Or ce dernier est largement à l’origine du programme massif de constructions de centrales nucléaires chez nous après 1974.

Voici le contexte de l’avis de l’Autorité environnementale, qui porte sur la gestion des déchets nucléaires. On en parle ces temps-ci, car des vaillants tentent de retarder – empêcher ? – l’enfouissement sous 500 mètres de nos déchets les plus dangereux, toxiques pour des milliers, parfois des millions d’années, éventuellement davantage. Or que lit-on dans ce texte dont je m’empresse de dire qu’il est aussi officiel que tant d’autres, comme ceux qui justifient par exemple Notre-Dame-des-Landes ? Ceci, qui n’est qu’un court exemple tiré du tout début : l’Autorité « s’interroge sur la capacité réelle des opérateurs à mettre en œuvre concrètement des mesures sur une durée qui dépasse largement la durée de toutes les civilisations dans l’histoire ». On peut aussi appeler cela le coup de pied de l’âne. Traduit de la langue bureaucratique, cela signifie que les gens de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) sont des branlotins. Ce n’est rien, rien d’autre qu’une rupture historique.

L’autre exemple qui me vient en tête, c’est le rapport (ici) de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses)  sur les pesticides. Il y a sept tomes à lire, et je vous mentirais en prétendant que j’en suis venu à bout. Mais je peux déjà faire un commentaire. Car on y lit des phrase qui eussent été impossibles il y a cinq ans. Ou il y a dix, quand je publiais avec mon ami François Veillerette Pesticides, révélations sur un scandale français (Fayard). Parmi elles, celle-ci : « Il est plausible que les informations colligées dans le texte permettent à des victimes d’attaquer l’Etat pour carence ». Ou celle-là : les recherches « témoignent unanimement du déficit de données sur les expositions aux pesticides des personnes travaillant dans l’agriculture en France ». Pratique, n’est-ce pas ? Quand on ne veut pas savoir si on a de la fièvre, il peut être utile de casser le thermomètre. Pas vu pas pris. Le crime parfait.

C’est tout pour aujourd’hui. Mais retenez : les vieilles coutures craquent. Hélas celles de la démocratie. Mais aussi, au passage, celles d’un vieux monde condamné.

PS : Pour une raison que j’ignore, il vous sera peut-être difficile d’ouvrir l’avis de l’Autorité environnementale cité plus haut. À toutes fins utiles, l’adresse complète : http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/160720_-_PNGMDR_2016-2018_-_delibere_cle1a57c4.pdf 

Une réponse à monsieur le sénateur Dantec

On va faire comme si vous aviez lu le papier précédent, que j’ai consacré à Ronan Dantec, sénateur EELV de Loire-Atlantique. Et si ce n’est pas le cas et que vous vouliez comprendre ce qui suit, je crois qu’il est préférable de vous y mettre. Vous pourrez lire aujourd’hui ma réponse à une lettre de monsieur Dantec, suivie de cette même lettre.  Voici ma prose.

Monsieur Dantec,

D’abord, un merci sincère pour votre intervention sur Planète sans visa. Vous n’étiez nullement obligé, et votre mot signifie que vous êtes ouvert à l’échange, fût-il polémique. Et je dois avouer d’emblée que mon texte n’a pas dû être très agréable à lire.

Avant de répondre sur le fond, deux points qui m’irritent le poil sans faire rien avancer entre nous. Un, j’étais présent à Notre-Dame-des-Landes le 9 juillet, et vous avez donc tort sans discussion, sur ce point en tout cas. Deux, je ne sais pas ce que vous sous-entendez en écrivant « Embarqué dans une croisade anti-EELV dont je serai curieux de connaître les ressorts ». Je ne le sais, mais vous sous-entendez, et cela me défrise, car je n’ai rien à cacher. Je n’ai par chance jamais appartenu à votre mouvement, mais j’ai eu l’occasion professionnelle, dès les années 1988-1989 de m’approcher de vos écuries d’Augias, et je crois pouvoir vous certifier qu’elles méritaient déjà d’être nettoyées de fond en comble, ce qui n’aura jamais été fait. Mes raisons de critiquer sans relâche un mouvement politique dérisoire qui a, pour notre malheur, préempté une cause sacrée, mes raisons sont politiques bien sûr, mais aussi morales. Et je crois devoir inverser l’ordre des mots. Morales, puis politiques. Votre mouvement disparaîtra à coup certain, tant il ne représente rien qu’une coterie, mais il aura fait beaucoup de mal à une société qui n’avait pas besoin de cela. Je vous rassure : je ne partage à peu près rien avec votre parti. Pas depuis hier. Depuis des lustres. Ne cherchez pas plus loin que l’écœurement. EELV m’écœure quand j’y pense, ce qui se fait heureusement de plus en plus rare.

Venons-en à votre réponse. Je sais, je crois savoir que vous êtes plutôt une bonne personne. J’ai toujours dit et souvent écrit que vos murs abritaient, malgré ce qu’ils contiennent aussi, des gens de qualité. Dont vous ? Je n’en sais rien, mais je suis tout prêt à le croire. Seulement, il resterait à le démontrer autrement que par les pénibles mensonges dont vous m’accablez. Un lecteur peu attentionné pourrait croire que vous répondez à un coup de gueule d’un certain Fabrice Nicolino. Au passage, sans lui donner le moyen de savoir ce que j’ai écrit, ce qui ne laisse pas d’être curieux. Mais passons : un semblant de réponse.

Hélas, vous rusez, tel le premier politicien venu. Car vous vous retranchez derrière vos « intentions », que j’aurais maltraitées ici même et dans un petit billet de Charlie. Or moi, j’ai parlé de faits concrets, que vous ne vous hasardez pas à contester. Et vous avez raison, car ils sont vrais. Oui, vous avez le 9 juillet, auprès d’interlocuteurs choisis, décrété que le combat contre l’aéroport était perdu et qu’il fallait songer à une « sortie de crise honorable ». Oui, vous avez annoncé que vous voyiez Hollande le lundi suivant, auprès de qui vous entendiez jouer le rôle de Monsieur Bons Offices. Et cela, monsieur Dantec, je vous mets au défi de le démentir formellement. Je sais, figurez-vous, et je suis sûr que vous savez que je sais. Soyez sûr que je ne me dégonflerai pas, car je ne sais pas faire.

Vos intentions vous appartiennent, et ne les connaissant pas, je ne les commente pas. En revanche, le double-jeu dans une affaire aussi cruciale que celle de Notre-Dame-des-Landes concerne tous les combattants de cette formidable mobilisation. Voilà en quelques mots ce que je souhaitais vous dire. Si vous êtes un homme honnête, ce qui n’a rien d’impossible, peut-être admettrez-vous, au moins au fond de vous même, qu’il peut être utile de tracer des limites au sol. Entre l’honneur et tout ce qui n’en est pas.

Encore merci – sincère – pour avoir accepté de venir ici.

 


LE TEXTE ENVOYÉ PAR RONAN DANTEC

Ma réponse à Fabrice Nicolino : à NDDL, il nous faut absolument préserver notre capacité à rassembler des cultures militantes différentes

Cher Monsieur,

Je ne souhaitais pas répondre à votre précédent billet mais votre écho dans Charlie ne me laisse guère le choix, tant il est chargé de violence verbale contre EELV, et en particulier à mon encontre. Je ne le souhaitais pas car répondre pourrait brouiller un autre message : l’admiration profonde que je nourris pour ceux qui maintiennent la vigueur de leurs plumes et de leurs crayons même quand ils se savent menacés. Je veux donc réaffirmer tout d’abord mon profond respect pour le courage permanent de l’équipe de Charlie.

Mais, vous le reconnaitrez sans nul doute, il faut aussi savoir se dresser contre les postures faciles et les excommunications à la va-vite.

Les intentions qui me sont prêtées dans cet écho au vitriol sont totalement infondées et je les déments fermement. Il y a d’ailleurs dès le départ une contradiction évidente que l’auteur, dont on a bien compris qu’il voyait tout cela de très loin, ne s’est guère embarrassé à démêler. Mais pourquoi aurais-je passé autant de temps et d’énergie avant et après le résultat de la consultation sur un aéroport de Notre-Dame-des-Landes, à souligner qu’elle ne légitimait pas le projet (Libération, RTL, Télénantes le soir de la consultation, tous les médias locaux, au point d’être aussi une des têtes de turc des pro-aéroports sur les réseaux sociaux) pour, quelques jours après, arrêter la lutte pour une poignée de cacahuètes ? La question n’a pas, semble-t-il, effleuré le journaliste. Si les intentions qui me sont prêtées étaient vraies, j’aurais mieux fait, comme d’autres, de solennellement reconnaître le résultat, de dire ma tristesse et mon respect de la démocratie, et le tour était joué !

Ce n’était pas mon choix tant ma colère reste grande sur la transformation par Manuel Valls de cette consultation en tentative de relégitimitation d’un projet indéfendable. Avancer aussi l’hypothèse, au risque d’un populisme atterrant, que je penserais d’abord à un accord électoral en Loire-Atlantique est même risible après l’échange extrêmement tendu que j’ai pu avoir en mars avec Manuel Valls au lendemain de l’annonce des modalités de la consultation (voir ici). Je vous propose, Mr Nicolino, de le visionner pour prendre la mesure de notre complicité politique ! Embarqué dans une croisade anti-EELV dont je serai curieux de connaître les ressorts, notre chroniqueur acrimonieux ne semble pas accepter un fait déjà ancien, sur le rôle des élus EELV pour porter, avec d’autres, la parole dans cette lutte, notamment au niveau national. Nous ne cherchons pas à l’accaparer, mais quand les journalistes nous appellent, nous leur répondons.

Cela nous donne aussi comme responsabilité de bien mesurer où en sont les acteurs de terrain qui portent historiquement cette lutte, notamment les paysans et leurs syndicats, qui continuent aujourd’hui comme hier à avoir notre soutien dans les choix qu’ils font pour la suite de la mobilisation. C’est de là que semble être partie cette incompréhension, pour ne pas dire ces ragots. Oui, j’ai passé mon samedi 9 juillet à NDDL à voir nombre d’acteurs, pour discuter de la suite, et aborder avec eux, sans tabous, toutes les hypothèses, y compris pour dissiper certaines rumeurs préexistantes sur l’attitude à venir de certains acteurs. « Un certain » chroniqueur ne s’est pas, semble-t-il, senti obligé d’en faire autant ! En quinze ans et des centaines d’interventions publiques sur le dossier NDDL, vous ne trouverez donc pas de propos de ma part fragilisant ce mouvement que je trouve exceptionnel sur bien des plans, notamment sur la capacité d’expertise citoyenne qu’il a générée. J’ai affirmé au lendemain de la consultation en Loire-Atlantique (cf. interview dans Libération du 27/06/16), que le refus du gouvernement d’en faire un véritable moment démocratique se concluait sur « deux camps encore plus mobilisés ». On peut difficilement faire plus clair. J’ai effectivement vérifié lors de la journée de mobilisation du 9 juillet dernier à NDDL, en rencontrant nombre de responsables associatifs et syndicaux que cette détermination était intacte, et la manifestation début octobre permettra de le vérifier à nouveau. Je l’ai fait en évoquant toutes les hypothèses possibles, ce qui ne veut pas dire que je les faisais miennes (c’est là que votre papier tourne au procès d’intention sur fond d’anti-EELV primaire). C’est donc bien cette détermination que j’ai pu ainsi mesurer, que je rappelle à ces interlocuteurs parisiens que je rencontre forcément (j’ai quand même beaucoup ri de l’évocation du repas à l’Elysée du 11 juillet où nous étions 300 pour accueillir le président sud-africain ; selon vous, avoir ses « entrées » signifierait donc juste être membre du groupe d’amitiés France-Afrique du Sud !). Et il n’y a pas aujourd’hui de ma part de négociation d’abandon de la lutte en rase campagne, que les choses soient ici bien claires. Seuls les pro-aéroports ont intérêt à faire courir ce genre de rumeurs.

A propos d’EELV, et ne vous en déplaise, notre action ne se limite pas aux interventions publiques. C’est d’ailleurs pour cela que je suis en colère contre cet écho peu responsable. Être brocardé par un distributeur auto-proclamé des bons et mauvais points de la lutte n’est pas d’une très grande importance, mais distiller l’idée que le mouvement se fractionne est plus fâcheux. J’en viens donc à me demander si cette lutte ne vous embête pas un peu, car ses principaux animateurs ont théorisé la complémentarité de l’action, y compris entre des militants aux cultures antagonistes. Contre tous les tenants des combats simplistes, avec les bons et les méchants, elle assume la complexité, y compris en intégrant donc, comble de l’horreur, d’affreux réformistes, des élus locaux en ménage ici et là avec d’encore plus horribles socialistes, ce qui est le comble de l’immoralité pour certains prédicateurs de la pureté des luttes !

Il me semblait pourtant, cher Monsieur Nicolino, que nous partagions un même sentiment sur l’enjeu de cette mobilisation, qui marque l’opposition entre deux visions, celle qui intègre la finitude de la planète comme une exigence s’imposant à toute action publique, face à celle, encore dominante, où s’insérer dans la compétition libérale, y compris entre territoires, reste une priorité inéluctable des choix politiques. Ces deux lectures du monde s’entrechoquent à NDDL, mais pour autant elles ne disent pas l’uniformité des deux camps, bien au contraire. La grande force des animateurs historiques de cette lutte a ainsi toujours été de conserver cette diversité des acteurs, chacun venant avec ses propres convictions et cultures militantes … y compris celles s’inscrivant dans le champ politique du compromis. Ainsi, même si vous ne portez de toute évidence pas EELV dans votre cœur, vous ne pouvez ignorer l’importance qu’ont eu les accords municipaux PS / EELV de Nantes et de Rennes pour obtenir, au printemps 2014, l’engagement du gouvernement à attendre les résultats des recours juridiques en cours avant tous travaux, accords politiques dont le respect reste plus que jamais ma priorité sur ce dossier, champ d’intervention où je suis probablement et humblement le plus utile.

Cette lutte est donc complexe, en tension, sujette aux rumeurs, aux mauvaises interprétations, chaque phrase mal prononcée peut donner lieu à des réactions en chaîne. Mais si nous brisons la capacité de cette lutte à marier des formes d’action d’essences différentes, voire antagonistes, alors cette mobilisation magnifique sera perdue.

J’assume aussi très profondément mes prises de position pour une recherche de solutions. La non-violence n’est pas une posture théorique, une facilité pour s’en laver les mains si les choses dérapent ; c’est bien chercher, de là où on est, à recréer un dialogue, y compris au cœur de la tension. C’est ce que j’ai toujours fait sur ce dossier, appelant sur place à l’arrêt de l’opération César, ou définissant au conseil national de la transition écologique (CNTE) ou dans la presse (cf. Presse Océan du 27 février 2016) les conditions d’une consultation aux résultats acceptables par les uns et les autres, après que le président de la République ait annoncé, suite au drame de Sivens, que la consultation locale pouvait être une réponse pour trancher les situations de blocage. Ma colère est grande car je pense effectivement qu’une consultation bien préparée, avec les expertises indépendantes manquantes, le bon périmètre et l’égalité des moyens, aurait été une vraie démarche non violente, une vraie solution, que Manuel Valls a donc sabordée.

Je n’ai pas à ce stade une idée de la manière d’éviter un affrontement qui pourrait être tragique, car on ne parle pas ici de risque statistique, mais de militants réels qu’on connaît, de jeunes qui peuvent être issus de nos familles. Je suis juste convaincu, dans cette période de surenchère dans les coups de menton et de retour plausible de la droite au pouvoir, que ce risque est bien réel. Il est donc de notre responsabilité de chercher à éviter tout nouveau drame sans pour autant abandonner une lutte légitime. Quitte donc à me retrouver brocardé par certains, au risque de phrases mal comprises, d’hypothèses posées et mal interprétées, je continuerai ce dialogue avec tous les acteurs …

C’est probablement plus risqué que de se contenter de slogans de postures, ça mérite sans nul doute d’être brûlé en place publique par les gardiens de la cause, mais il faut savoir, sans honte, tenir son fil.

Pour obtenir les liens hypertextes actifs contenus dans ce message, voir à cette page :
http://www.ronandantec.fr/index.php/tribunes/680-22-juillet-2016-ma-reponse-a-fabrice-nicolino-a-nddl-il-nous-faut-absolument-preserver-notre-capacite-a-rassembler-des-cultures-militantes-differentes

 

Magouilles à Notre-Dame-des-Landes (le cas Dantec)

Imaginez un peu. Les 9 et 10 juillet, les opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-landes organisaient un nouveau rassemblement de soutien, quelques jours après le référendum mijoté dans les arrières-cuisines de l’Élysée. L’ambiance est à la fête, une fête combative. Il n’est évidemment pas question de céder. Quelques chefs d’EELV sont là, dont David Cormand, bras articulé de Cécile Duflot, laquelle tente ainsi qu’on sait de se présenter à l’élection présidentielle de 2017.

On voit également sur place un certain Ronan Dantec, sénateur EELV de Loire-Atlantique, qui n’a été élu que grâce aux voix obligeantes, mais payantes, du parti socialiste, celui même de MM.Hollande et Valls. Les gens d’EELV sont présents, bien entendu, pour soutenir le si juste combat des zadistes et de leurs nombreux amis. Sauf que tout cela est totalement bidon. Voici ce que j’ai appris de sources hélas certaines : Dantec joue un double-jeu éhonté. D’un côté, il soutient le combat, mais de l’autre confie à quelques initiés de son goût que les jeux sont faits, que l’aéroport se fera, et qu’il faut désormais songer à « une sortie de crise honorable ».

Le monsieur se voit en monsieur Bons-Offices de l’Élysée, où il a ses entrées, et devrait même voir demain lundi 11 juillet François Hollande en personne.[Ici s’arrête ce que je garantis exact. La suite est un commentaire] L’objectif annoncé est d’offrir quelques colifichets de couleur aux combattants « raisonnables », de manière à isoler les irréductibles. En somme, de préparer le terrain à une intervention policière qui reste de toute façon nécessaire pour parfaire l’image de Manuel Valls. Le Premier ministre veut et cherche un affrontement à Notre-Dame-des-Landes car, pense-t-il, cela lui permettra d’éventuellement se présenter à l’élection présidentielle de 2022 comme un candidat acceptable et peut-être même désirable pour une partie de la droite. Son rêve nullement dissimulé est de devenir le Georges Clemenceau de ce début du siècle. Or Clemenceau, je je rappelle, est resté dans les livres comme l’homme qui sut faire tirer à balles réelles sur des grévistes, comme à Draveil, en 1908 (deux morts : Pierre Le Foll  et Émile Giobellina, 17 ans).

Une autre source, que je ne peux certifier elle, m’assure qu’à l’Élysée, Jean-Vincent Placé serait à la manœuvre sur le dossier Notre-Dame-des-Landes. Cela n’aurait rien d’étonnant chez un individu d’aussi considérables ressources, et serait cohérent avec les plans de carrière du monsieur. Quant à Dantec, pour y revenir une seconde, il me faut rappeler qu’il est sénateur. Je ne sais de quel poids pèse cette occurrence sur son attitude actuelle, mais en tout cas, sans le PS, Dantec n’est plus rien, politiquement parlant en tout cas.