Archives pour la catégorie Eau

Ce barrage qui arrose les amis

Cet article a été publié par Charlie Hebdo le 24 septembre 2014

À dix kilomètres de Gaillac (Tarn), l’infernal barrage de Sivens entend claquer 9 millions d’euros d’argent public en faveur de 22 irrigants. Les opposants, qui défendent au passage la vie des papillons, des grenouilles et des genettes, se ramassent plein de coups dans la gueule.

Charlie arrive après la bataille, et quelle bataille ! On résume pour ceux qui ne seraient pas au courant : une vallée doit disparaître sous les eaux d’un barrage appelé tantôt Sivens, tantôt Testet, deux lieux-dits. Où ? À Lisle-sur-Tarn (Tarn), à dix kilomètres de Gaillac et trente d’Albi. Ce vieux projet pourave date des années 60, à l’époque où le maïs intensif faisait la loi, toute la loi. Il a certes subi quantité de modifications, mais le fond reste le même : il s’agit de dorloter une poignée de paysans intensifs du coin en leur offrant une eau d’irrigation, payée sur fonds publics.

Après des années d’atermoiements, tout s’est emballé. Le projet, enfin dévoilé, est encore pire que tout ce qui avait été imaginé. Il s’agit de stocker 1,5 million de mètres cubes derrière un mur de 13 mètres de hauteur et de plus de 300 mètres de longueur. Les 45 hectares noieraient au passage l’une des plus belles zones humides de la région, et flingueraient les 94 espèces protégées vivant sur place. Soit des papillons et autres insectes aussi beaux que l’Azuré du serpolet, la cordulie à corps fin – une libellule -, le Grand Capricorne. Et la grenouille de Graaf. Et le campagnol amphibie. Et la lamproie de Planer, qu’on rapproche des poissons.

On s’en fout ? Exact, tout le monde s’en tape, sauf les opposants au délire. D’innombrables pleurnicheries officielles ont lieu chaque année en souvenir des zones humides défuntes. En France, plus de la moitié de ces terres si riches sur le plan biologique – marais, fagnes, tourbières, prairies mouillées – ont été drainées en cinquante ans. Le ministère de l’Écologie s’est fait une spécialité de colloques où l’on compte une à une les surfaces mortes. En résumé express, du béton, beaucoup de béton au profit d’un maïs assoiffé, subventionné, bourré de pesticides, au détriment des genettes, des martins pêcheurs et des milans noirs.

Combien ça coûte ? Un bras, un bras de près de neuf millions d’euros au total, qui ne profiterait qu’à 22 irrigants. Ce qui fait cher du pedzouille, et d’autant plus que le fric claqué sera à 100 % public : conseils généraux du Tarn et du Tarn-et-Garonne – 10 % chacun -, Agence de l’eau Adour Garonne – 50 % – et l’Europe enfin, à hauteur de 30 %. Ne pas se fier aux apparences : même s’il ne paie que 10 %, le grand Manitou de l’opération est le conseil général du Tarn.

Le Tarn, comme l’Ariège de Bel, comme les Bouches-du-Rhône de Guérini, comme le Nord-Pas-de-Calais de Dalongeville, est un fief socialo. Depuis 1945, la SFIO puis le PS règnent sans partage, mais sont tombés sur un os avec cette invraisemblable histoire de barrage, qui pourrait bien – rire préenregistré – être la goutte d’eau de trop. L’inamovible président du Conseil général, Thierry Carcenac, au pouvoir depuis 1991, comme un président azerbaïdjanais, s’entête d’une façon étonnante. Ce mystère doit bien avoir une explication.

En attendant, sur place, c’est baston et grèves de la faim. Un formidable collectif fédère les énergies, qui sont nombreuses (http://www.collectif-testet.org). À l’heure où vous lirez ces lignes, il est probable que le défrichement, préalable aux travaux du barrage eux-mêmes, sera terminé, sous haute protection policière. Les heurts violents, les jets de cocktails Molotov, les coups de matraque, les barricades n’ont pas cessé depuis des semaines. Comme à Notre-Dame-des-Landes, où un autre socialo déjà oublié – Ayrault – fantasme encore de construire un aéroport.

Qu’est-ce qu’on peut dire depuis Paris ? Qu’il ne faut pas lâcher, bien sûr. Qu’il faut tenir autant qu’il sera possible. Charlie, avec ses moyens dérisoires, soutient et soutiendra les énervés et enragés de Sivens, et toutes les plantes et animaux menacés de mort. Une mention pour notre excellent Premier ministre, Manuel Valls. Ignorant tout du dossier, qu’il découvrait, il a finalement osé (1) il y a quelques jours ces mots d’anthologie : « Mobiliser la ressource en eau est un élément décisif pour l’installation des jeunes agriculteurs, c’est pour cela que nous avons tenu bon à Sivens ». On te croit, grand socialiste.

(1) http://www.reporterre.net/spip.php?article6274

Total éventre la Patagonie argentine

Cet article a été publié par Charlie Hebdo le 28 mai 2014

Notre transnationale du pétrole bousille une réserve naturelle à la recherche de gaz de schiste, fracturation hydraulique en prime. Pendant que Margerie fait ici des risettes télévisées, ses engins s’en prennent là bas aux Indiens et aux pumas.

Avant de dire tout le mal nécessaire de Christophe de Margerie et de Total, sa pauvre chose, deux mots sur le génial Guillermo Enrique Hudson, appelé en anglais William Henry Hudson. Né en 1841, Hudson a décrit la pampa d’Argentine, jusqu’à la Patagonie, comme aucun autre (1). Avis autorisé de Joseph Conrad : « Il écrit comme l’herbe pousse ».

La Patagonie reste un lieu à part. Une immensité de steppes, de pampas, de montagnes, de glaciers, d’archipels. Une beauté insupportable pour la transnationale conjuration du gaz de schiste. Car voilà où nous en sommes : tandis que l’entreprise Total joue ici le fabliau du « développement durable » et de la « responsabilité environnementale », elle est en train de dévaster là-bas la Patagonie argentine.

Voyons l’insupportable détail. Total est présent en Argentine depuis 1978, au travers de sa filiale Total Austral S.A, et produisait entre 2009 et  2012 30 % du gaz argentin. Mais il s’agissait encore de gaz conventionnel alors que les réserves estimées de gaz de schiste désignent le pays comme un des principaux producteurs mondiaux de demain, juste derrière les États-Unis et la Chine.

On se souvient sans doute qu’une loi votée en quelques semaines, à l’été 2011, interdit en France l’usage de la fracturation hydraulique, qui oblige à injecter dans le sous-sol de grosses quantités d’eau sous pression, surchargée de dizaines, voire de centaines de produits chimiques toxiques. Sans ce cocktail de la mort, pas de « fracking », pas d’explosion de la roche, pas de libération du gaz.

Total a mis la main sur une zone longtemps oubliée de tous, dans la province de Neuquén, au nord-ouest de la Patagonie, tout contre la cordillère des Andes. Les Indiens y ont été gaiement massacrés au cours de la « Conquête du désert » de 1879, et il ne reste sur place que des Mapuche, dont tout le monde se contrefout.

Parmi les concessions accordées à Total, une attire fatalement l’œil, car elle est située dans une réserve naturelle en théorie protégée, Auca Mahuida. Un premier puits, Pampa las Yeguas X1, a déjà été percé. La zone est pourtant un territoire mapuche très riche en mammifères sauvages, au point que des biologistes la considèrent représentative de la « steppe patagonienne ». On y on trouve des guanacos – sortes de lamas -, des pumas, des maras – des rongeurs -, des grands tatous velus, des furets de Patagonie, et même des condors. Mais que comptent ces crétins en face des grandioses perspectives d’extraction ?

Tout autour de la réserve, 11 permis ont été accordés à Total, et le bal tragique des foreuses et des camions a déjà commencé autour de certains puits. Exemplaire, l’association Les Amis de la Terre vient de pondre un rapport très documenté (http://www.amisdelaterre.org/rapportargentine.html) qui ne laisse place à aucun doute sur le scrupuleux respect, par Total, de ses hautes valeurs morales. Carolina Garcia, ingénieure et militante locale, y raconte par ailleurs : « Le puits Pampa las Yeguas et les infrastructures qui y sont liées menacent [une] réserve de biodiversité, notamment des espèces telles que le nandou choique [ressemblant à une autruche], le condor, le guanaco ou le chat andin… Au-delà de cette aire, nous sommes mobilisés avec de nombreux habitants et communautés de la province, mais l’unique réponse des autorités est la répression et le déploiement d’une campagne de propagande pour soutenir l’industrie pétrolière  ».

Comme il se doit, Total jure que tout est en règle, et que toutes les autorisations ont été données. Qui ignore encore les paroles de cette chanson du business ? Margerie, le patron à moustache, est au mieux chez nous avec Hollande, qu’il rencontre quand il veut grâce à son cousin par alliance Jean-Pierre Jouyet, Secrétaire général de l’Élysée. Interdite chez nous à cause des désastres écologiques qu’elle provoque, la fracturation hydraulique est employée en Argentine contre les Mapuche, les condors, les pumas. Total, entreprise citoyenne.

(1) Voir par exemple Un flâneur en Patagonie et Sous le vent de la pampa (Petite bibliothèque Payot)

À quoi ça sert de savoir ?

Doris Lessing, dans Le Carnet d’or : « Certains livres ne sont pas lus comme ils le devraient parce qu’ils ont sauté une étape de l’opinion, qu’ils se fondent sur une cristallisation de l’information de la société qui n’a pas encore eu lieu ». En remplaçant livre par journal, on aura une idée de ce qui me tarabuste. Je viens de trouver par hasard mention d’une information capitale : 28 000 rivières de Chine, sur un total recensé de 50 000, auraient purement et simplement disparu (ici, en anglais).

Un mot sur la source, en précisant qu’il y en a d’autres. L’article que je vous invite à regarder, fût-ce rapidement, a paru dans un vieux quotidien en anglais, édité à Hong Kong depuis 1903, le South China Morning Post. Donc, ceci : la Chine a changé de visage au point que 55 % de ses rivières n’existent plus. Sur place, il y a un débat sur le sens de ce cataclysme.

Du côté des bureaucrates au pouvoir, on met en avant l’imprécision des cartes et leurs erreurs passées, ainsi que le réchauffement climatique. Les connaisseurs du dossier savent que l’explication est ailleurs. La Chine, devenue folle, pompe sans mesure aucune l’eau de ses rivières pour soutenir une expansion sans le moindre avenir. L’agriculture irriguée bien sûr, l’industrie lourde, les villes géantes consomment au point d’avoir endommagé le cycle de l’eau. Tentée par la fuite en avant, la Chine envisage depuis des années, reculant à chaque fois pour l’instant, de détourner l’eau s’écoulant du plateau tibétain pour abreuver le Nord assoiffé. Mais le passage à l’acte serait un casus belli pour l’Inde nucléaire, qui a un besoin vital de cette même eau au pied de l’Himalaya.

Je n’ai pas trouvé trace de la disparition des 28 000 rivières dans la presse française. L’information date d’un an, et même moi qui suis d’assez près le krach écologique chinois en cours, je ne l’avais pas vue passer. Mais moi, cela ne compte pas ! Penser qu’un pays de 65 millions d’habitants n’aura rien su de cela est autrement important. Pourquoi ? Oui, pourquoi une telle indifférence, une telle indigence dans la presse ? Le sujet est trop vaste pour être abordé aujourd’hui. Ce qui est sûr, c’est que tous nos politiciens, ceux du pouvoir actuel, ceux du pouvoir d’hier, et même un Mélenchon misent sur le marché chinois pour tirer ici ce qu’il appellent la croissance, quand moi je la nomme dévastation. Ont-ils jamais un mot sur le cauchemar chinois ? Jamais. Aucun. Ils s’en foutent, car ils s’en foutent.

J’ajoute un mot personnel. Vers la fin de 2004, il y a donc plus de neuf ans, j’ai proposé à un groupe de presse de lancer un journal mensuel servi sur abonnements. Un journal qui garantirait la présentation des principales informations sur la crise écologique dans le monde. Je travaillai avec deux amis, Olivier et Jean-Paul, et nous réalisâmes ce que, dans le jargon professionnel, nous appelons un numéro zéro. Un essai, quoi. Il n’y a pas eu de numéro 1, car le groupe a finalement calé, et je continue à le regretter, car nous avions réussi quelque chose de bon. Découvrant ces jours-ci l’affaire des 28 000 rivières, j’ai repensé à ce zéro, et j’ai relu ce que vous allez trouver ci-dessous.

Cela se décompose en plusieurs parties, et si vous n’avez pas le temps – ou l’envie – de tout lire, je vous conseille l’entretien avec le ministre chinois Pan Yue. Paru à l’époque dans l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, il raconte une histoire essentielle, et déjà, aucun journal français ne l’avait reprise. Il faut dire qu’à chaque fois qu’un hebdo de chez nous consacre un dossier à la Chine, il est tellement couvert de pubs à la gloire du luxe, de la mode, des parfums et des grosses bagnoles – ce que nous exportons si bien là-bas – qu’il lui est interdit de parler de ce qui pourrait déplaire aux annonceurs. Et donc, motus.

Motus. Tel est le mot qui décrit le mieux notre monde en face des vraies informations. J’ai le sentiment d’avoir fait de Planète sans visa un lieu où circule le vrai. Est-ce que cela sert à quelque chose ?

—————————————————–

Les papiers écrits entre fin 2004 et début 2005 pour un journal qui n’a jamais vu le jour

La Chine menacée par un krach écologique

Les rapports et alertes s’accumulent. Earth Policy Institute, organisme américain réputé, prévient que la croissance chinoise menace la planète entière d’une catastrophe à court terme.

Côté pile, la Chine fascine. Grâce à son étonnante croissance de 2004 – + 9,5% -, le PIB mondial a augmenté, malgré la crise, de 5,1%. Elle représente aujourd’hui 4% de la richesse produite dans le monde, mais ce pourcentage explose d’année en année. Les exportations s’envolent, le gigantesque marché intérieur s’ouvre enfin aux industriels du Nord. Et même si, en retour, le « grand atelier » du monde qu’est devenu la Chine inonde la planète de ses produits, notamment textiles, nos plus grands groupes industriels et financiers, de EDF à Alstom en passant par BNP-Paribas et Andeva, investissent massivement sur place.

L’exemple le plus spectaculaire est sans doute celui de l’automobile. La Chine reste très sous-équipée selon les critères occidentaux, avec probablement moins de 10 véhicules individuels pour 1 000 habitants, contre près de 600 en France. Mais les prévisions sont fantastiques : le parc automobile – tous genres confondus – devrait atteindre 36,5 millions d’unités en 2010, 80 millions en 2015 et…176 millions en 2020.

Un tel déferlement est-il réellement possible ? De nombreux spécialistes en doutent, et le font savoir. Dernier en date, un rapport du réputé Earth Policy Institute estime que l’hyper croissance chinoise menace le monde d’une sorte de krach écologique. En maintenant une croissance annuelle de 8% en moyenne, la Chine parviendrait en 2031 à un revenu par habitant de 38 000 dollars, qui est à peu près celui des Américains aujourd’hui.

Mais elle émettrait alors, note l’institut, autant de CO2 à elle seule que le monde entier en 2005. Autre chiffre saisissant : la terre produit chaque jour 79 millions de barils de pétrole (chiffres 2003). La Chine de 2031 aurait besoin pour ses besoins de 99 millions de barils quotidiens. Une telle perspective, alors que les découvertes de nouveaux gisements se font de plus en plus rares, est inconcevable. Mêmes projections pour le charbon – la Chine brûlerait davantage que toute la production mondiale actuelle – et l’automobile, dont le parc atteindrait 1,1 milliard de véhicules en 2031 si les Chinois « rattrapaient » les Américains.

Cette politique – et économique – fiction rejoint et renforce le camp des critiques du « miracle » chinois. Le WWF-International vient de publier de son côté une copieuse étude sur le rôle de la Chine dans le marché mondial du bois. Sans surprise, les chiffres révèlent que la croissance chinoise menace ce qui reste de forêts tropicales, notamment en Asie. Non seulement le pays est devenu l’un des premiers clients de pays forestiers comme l’Indonésie, la Malaisie ou la Russie, mais il est en outre la destination préférée des exportateurs de bois illégalement coupé. Les auteurs du rapport, Zhu Chunquan, Rodney Taylor et Feng Guoqiang, constatent : «  Alors que les Chinois utilisent en moyenne 17 fois moins de bois que les Américains, les importations chinoises de bois ont connu une augmentation spectaculaire au cours des dix dernières années et vont continuer à croître pour répondre aux besoins de l’énorme population et d’une croissance  économique rapide. »

La Chine est confrontée à de redoutables phénomènes d’érosion des sols et d’inondations répétées, que les autorités de Pékin attribuent en bonne part à la déforestation massive qui accompagne le développement. Le gouvernement a lancé de vigoureuses mesures de protection des forêts encore sur pied et entrepris des plantations massives, surtout en amont des fleuves et rivières.

En conséquence, la Chine produira toujours moins de bois domestique, et le rapport du WWF estime qu’en 2010, la Chine ne couvrira que moins de la moitié de ses besoins dans ce domaine. Le plus probable est donc que la facture chinoise de bois sera, écologiquement parlant, payée par les pays qui l’entourent.

La situation de la Chine est aujourd’hui si dégradée que les officiels, poussés par une nébuleuse mal connue en France – il pourrait y avoir là-bas 2 000 ONG écologistes – manifestent en public leur grande inquiétude. On lira ci-contre l’étonnante déclaration du ministre de l’Environnement, Pan Yue (voir le verbatim). Mais les réactions ne sont pas seulement verbales : ainsi le Bureau d’État pour la protection de l’environnement (Sepa) vient-il d’annoncer que 30 grands projets d’infrastructure étaient arrêtés pour violation des lois sur l’environnement. Leurs responsables ont été condamnés à des amendes.

Autre évolution importante : les échanges entre écologues chinois et occidentaux, voire américains, deviennent monnaie courante. Le responsable du très officiel Centre pour le développement des énergies renouvelables, Ren Dongming, a adressé ce printemps une lettre de remerciements enthousiastes à l’équipe du Worldwatch Institute de Washington. Grâce à ce groupe de chercheurs, dit-il, le Centre est parvenu à faire voter une loi après deux ans d’efforts. Celle-ci, qui entrera en vigueur en janvier 2006, oblige pour la première fois les opérateurs d’électricité à se tourner vers les énergies renouvelables. Lesquelles devraient atteindre, en 2010, 10% de la production d’énergie. « Mes chers amis, écrit Dongming, vous nous avez fourni une aide précieuse grâce à vos commentaires constructifs au moment de l’élaboration de la loi. Vous nous avez donné confiance ».

 ———————————————

« Le miracle sera bientôt terminé », déclare Pan Yue, ministre chinois de l’Environnement

Entretien paru dans l’hebdomadaire allemand Der Spiegel le 7 mars 2005

Der Spiegel : La Chine éblouit le monde avec son boom économique et sa croissance à 9,5 % en 2004. N’êtes-vous pas content de cette performance ?

Pan Yue : Naturellement je suis satisfait des succès de l’économie chinoise. Mais en même temps je suis inquiet. Nous utilisons trop de matières premières pour soutenir cette croissance. Pour produire 10 000 dollars de marchandises, nous dépensons sept fois plus de ressources que le Japon, presque six fois plus que les Etats-Unis et même presque trois fois plus que l’Inde. Les choses ne peuvent pas continuer comme cela.

Der Spiegel : Un tel point de vue n’est pas vraiment répandu dans votre pays.

Pan Yue : Beaucoup de facteurs se combinent. Nos matières premières sont rares, nous n’avons pas assez de terre, et notre population se développe encore. Actuellement, il y a 1,3 milliard d’habitants en Chine, deux fois plus qu’il y a cinquante ans. En 2020, nous serons 1,5 milliard. Les villes se développent en même temps que le désert gagne. Les terres habitables et utilisables ont été divisées par deux au cours des 50 dernières années.

Der Spiegel : Mais pendant ce temps, chaque année, la Chine renforce sa réputation de miracle économique.

Pan Yue : Ce miracle finira bientôt parce que l’environnement ne peut plus suivre. Les pluies acides tombent sur un tiers du territoire, la moitié de l’eau de nos sept plus grands fleuves est totalement inutilisable, alors qu’un quart de nos citoyens n’a pas accès à l’eau potable. Le tiers de la population des villes respire un air pollué, et moins de 20% des déchets urbains sont traités de manière soutenable sur le plan environnemental. Pour finir, cinq des dix villes les plus polluées au monde sont chinoises.

Der Spiegel : Les effets de cette dégradation sur l’économie sont-ils perceptibles ?

Pan Yue : Ils sont massifs. La pollution de l’air et de l’eau nous fait perdre entre 8 et 15% de notre PIB. Sans compter les dépenses de santé. Et puis n’oublions pas la souffrance humaine : à Pékin, de 70 à 80% des cas de cancer sont liés à l’environnement. Le cancer du poumon est devenu la première cause de mortalité.

Der Spiegel : Comment la population réagit-elle à ces problèmes de santé ? Les gens émigrent-ils vers des parties plus sûres du territoire ?

Pan Yue : Ces zones ne peuvent pas suffire aux populations qui s’y trouvent déjà. Dans l’avenir, nous devrons réinstaller 186 millions d’habitants de 22 provinces et villes. Or les autres régions ne pourront en absorber qu’environ 33 millions. Autrement dit, la Chine devra compter avec 150 millions de « migrants écologiques ». Ou si vous préférez, de réfugiés. (…)

 Der Spiegel : Et pourtant, les fanatiques de la croissance veulent continuer comme si de rien n’était.

Pan Yue :  Ils continuent de jouer le premier rôle. Selon eux, le PIB est la seule mesure des performances gouvernementales. Mais nous commettons une autre erreur en croyant qu’une économie prospère va automatiquement de pair avec la stabilité politique. Car plus l’économie se développe rapidement, plus nous courons le risque d’une crise politique si les réformes politiques ne suivent pas.(…) Et ce n’est pas tout.

Der Spiegel : Que voulez-vous dire ?

Pan Yue : Nous pensons que la croissance nous donnera les moyens financiers de faire face aux crises sur le front de l’environnement, des matières premières, et de la croissance démographique.

Der Spiegel : Et ce n’est pas possible ?

Pan Yue : Non, car il n’y aura pas assez d’argent, et de toute façon, nous n’aurons pas assez de temps. Les pays développés le peuvent, mais pas nous. Les différentes crises, sous toutes les formes et dimensions, nous auront frappés avant. Nous ne serons pas assez forts, économiquement, pour les surmonter.

traduit par nos soins

——————————–

Qui pourra nourrir la Chine ?

« Who will feed China ? ». Qui nourrira la Chine ? En écrivant en 1995 ce livre très dérangeant, l’ancien agronome Lester Brown décrivait un paradoxe : l’augmentation du niveau de vie des Chinois, impressionnante depuis vingt ans, risque de déstabiliser le marché mondial des céréales. À l’aide d’exemples relativement simples, il insistait sur les conséquences du changement de régime alimentaire. Ainsi, produire une tonne de poulet « coûte » deux tonnes de céréales. En mangeant toujours davantage de viande, en buvant plus souvent de la bière, 1,3 milliard de Chinois voient fatalement leurs besoins en céréales exploser. En ce début des années 90, par exemple, la Chine souhaitait multiplier par deux la consommation d’œufs, c’est-à-dire passer de 100 par personne et par an à 200. Mais un tel objectif, soulignait Brown, nécessiterait d’élever près d’1,4 milliard de poules, lesquelles dévoreraient la totalité de la production de céréales d’un pays comme l’Australie. À l’horizon 2030, toujours selon Brown, la Chine se verrait contrainte d’importer entre 200 et 369 millions de tonnes de céréales chaque année. Bien plus, en toute hypothèse, que ne pourrait en offrir le marché mondial.

Il y a dix ans, au moment de sa publication, ce livre avait provoqué de vives réactions des autorités chinoises. Lesquelles ne niaient aucunement l’ampleur du problème, mais assuraient pouvoir en venir à bout grâce à la croissance et à la mise en culture de nouvelles terres. De gros efforts ont en effet été consentis, surtout dans le nord-ouest, une région semi-aride qui concentre les rares terres encore disponibles pour l’agriculture. Mais selon des sources chinoises, ce volontarisme a augmenté l’érosion de sols fragiles, sous la forme inquiétante de gigantesques vents de poussière qui atteignent régulièrement Pékin.

Où en sommes-nous en ce début 2005 ? La Chine, pour la première fois depuis des années, a dû importer massivement des produits agricoles et a fini 2004 avec un déficit de sa balance commerciale dans ce domaine de 5,5 milliards de dollars. De sont côté, Brown vient de reprendre la parole aux Etats-Unis, constatant que la production chinoise de céréales en 2004 – 382 millions de tonnes – dépasse de loin celle des Etats-Unis, 278 millions de tonnes. Dans le même temps, la consommation de viande a atteint le record de 64 millions de tonnes l’an passé côté chinois, loin devant les 38 millions de tonnes produites aux États-Unis. Si la consommation par habitant des Chinois devait rejoindre celle des Américains – 125 kilos de viande par an et par habitant -, Pékin devrait produire 181 millions de tonnes de viande chaque année. Soit les quatre cinquièmes de la production mondiale en 2004. Avec quelles céréales pour les nourrir ? Sur quels territoires ? Aucun spécialiste ne peut répondre à cette question pourtant décisive.

Un livre de référence

Le livre de Lester Brown, Who will feed China, paru en 1995, a été précédé d’un long article publié dans la revue bimestrielle du Worldwatch Intitute (www.worldwatch.org), World Watch Magazine, en septembre 1994.

Poutine au paradis de la neige artificielle (sur les JO de Sotchi)

Publié par Charlie Hebdo du 22 janvier 2014

Les Jeux Olympiques de Sotchi commencent le 6 février, dans une ambiance délirante, faite de canons à neige et de flicages tous azimuts. Question : les Tchétchènes mangent-ils dans la main de Poutine ?

Applaudissements debout. Le 6 février prochain commencent les Jeux olympiques d’hiver 2014, à Sotchi (Russie). La cérémonie est splendide de bout en bout, Vladimir Poutine et notre grand camarade Joseph Staline saluent la foule à leurs pieds d’un langoureux baiser pleine bouche, à la russe. La vodka et la tête des traîtres à la patrie volent dans l’air refroidi des cimes. La neige fabriquée à coup de canons s’approche tout près des pistes.

La magie Sotchi dure depuis qu’on a découvert à la fin du IXe siècle des sources d’eaux thermales à Matsesta, village tout proche. Sotchi est une station balnéaire, fleurie dès le printemps d’hibiscus et de lauriers roses. Le tsar Nicolas II, avant ses ennuis de 1917, y descendait volontiers en famille. Staline y avait ses habitudes dès 1930, puis Khrouchtchev, puis Poutine soi-même. Maurice Thorez, défunt chef stalinien français, y barbotait avec madame Jeannette, et une plage sur la mer Noire porte toujours son nom, preuve qu’il est utile d’être une serpillière.

Mais ne nous égarons pas. Sotchi. Pourquoi Poutine a-t-il décidé d’organiser un événement mondial en ce point-là de la carte ? À priori, il n’y a pas pire. Un, les archives climatiques donnent une moyenne de 6 degrés au mois de février, ce qui n’est guère favorable aux frimas. Et de fait, les stations dédiées au ski, à 600 mètres d’altitude seulement,  sont et seront alimentées par une neige artificielle. Compter environ 1 m3 d’eau pour obtenir 2 m3 de neige.

Deux, le Caucase, ce gigantesque bobinard partagé entre Russie, Géorgie, Arménie, Turquie, Azerbaïdjan. Si par hasard tu prends ta bagnole depuis Sotchi et que tu longes la mer Noire, tu comprendras mieux. D’abord, il faut entrer en Abkhazie, une crotte de mouche de 240 000 habitants, peut-être bien russe, peut-être bien géorgienne, dont l’indépendance fantoche de 1992 est reconnue par cinq pays, dont la Russie, Nauru et Tuvalu. On ne rit pas.

Si tu arrives à sortir de là, bienvenue en Géorgie. Ce pays compte en son sein une autre entité, l’Ossétie du Sud, qu’elle considère lui appartenir, tandis que la Russie la juge indépendante depuis 2008. Vu ? Mais il y a aussi une Ossétie du Nord, semblant d’État faisant partie de la fédération de Russie. Avec comme charmants  voisins la République de Kabardino-Balkarie, la République de Karatchaevo-Tcherkessie, le Daguestan, l’Ingouchie, sans oublier la Tchétchénie, rattachés eux aussi à la Russie. On laisse tomber le kraï de Stavropol.

Revenons à nos moutons dérangés : pourquoi ce lieu cinglé ? On en restera à une hypothèse, qui tient le coup : Poutine aura voulu montrer qu’il en a de bien grosses. Depuis le début de sa carrière d’ancien kaguébiste (flic du KGB), il n’a cessé d’instrumentaliser les indépendantistes du Caucase, Tchétchènes en tête. On se souvient que, dès le début du massacre des Tchétchènes, en 1999, il avait promis de « buter les terroristes jusque dans les chiottes ». Outre les innombrables morts sur place – le bilan russe officiel parle de 160 000 tués -, il a multiplié des opérations tordues. Par exemple, l’empoisonnement par le gaz et le flingue de 170 personnes en 2002, au Théâtre de Moscou. Par exemple la très étrange attaque contre l’école de Beslan, en 2004, au cours de laquelle 344 civils, dont 186 mioches, ont été butés par les forces spéciales du régime.

Sotchi pourrait bien être une très grande opération de propagande, davantage destinée à l’opinion intérieure qu’à TF1 et ses clones du monde entier. Et en tout cas, comme par enchantement, les vilains et ténébreux islamistes ont réapparu. En juillet dernier, on a pu voir une vidéo de l’islamiste tchétchène Dokou Oumarov, proclamé ennemi public numéro 1 – façon Emmanuel Goldstein, personnage de 1984 -, qui menaçait de tout casser à Sotchi, où se trouvent « les ossements de nombreux musulmans enterrés le long de la mer Noire ».

C’est dans ce cadre, fictionnel ou non, qu’ont eu lieu les 29 et 30 décembre 2013 les attentats de Volgograd, l’ancien Stalingrad, avec des dizaines de morts à la clé. S’il s’agit d’un montage, on comprend pourquoi : Poutine a le plus grand intérêt à montrer sa force dans une région où les « terroristes » frappent sans répit depuis la disparition de l’Union soviétique en 1991. Il a du reste déclaré que les JO de Sotchi sont « le plus grand événement de l’histoire postsoviétique », ce qui prend tout son sens sur fond de contestation croissante de son pouvoir.

Le spectacle des JO, entre le 6 et le 23 février, a  été soigneusement mitonné par les maîtres-queux du FSB, qui a pris la suite du KGB. Témoin, s’il en était besoin, l’incroyable système de surveillance des communications mis au point par Poutine. Le quotidien britannique The Guardian (1) publiait en octobre une belle enquête de deux journalistes russes, Irina Borogan et Andrei Soldatov. Prenant les risques que l’on imagine, les deux kamikazes révélaient l’usage à Sotchi d’une technologie dite SORM (pour System for Operative Investigative Activities), sans cesse améliorée depuis 1990.

Tous les échanges, qu’ils passent par le Net ou le téléphone, seront moulinés, éventuellement enregistrés par le FSB, grâce à un système peut-être plus complet que celui de la NSA, ce Prism dévoilé par Edward Snowden. Tel est en tout cas l’avis d’un connaisseur, le Canadien Ron Deibert, le directeur de Citizen Lab (http://citizenlab.org), pour qui le système installé à Sotchi est « un Prism boosté aux stéroïdes ».

On s’en fout ? Pardi, on s’en fout bien. Loin de toute idée de boycott, mais gêné quand même aux entournures, Hollande a décidé de ne pas se rendre à Sotchi pour la cérémonie d’ouverture. Mais Valérie Fourneyron, cette ministre des Sports que personne ne connaît,  en sera, elle. En bon soldat de l’olympisme-sous-le-knout, elle assure que les JO sont l’occasion « d’obtenir des avancées politiques. Cela s’est produit en Chine et, on l’a encore vu en Russie ces dernières semaines avec des libérations d’opposants au régime ». Poutine en fait déjà dans sa culotte.

(1) http://www.theguardian.com/world/2013/oct/06/russia-monitor-communications-sochi-winter-olympics

———————————————————————-

50 milliards d’euros pour buter la panthère de Perse

Les comptes sont délirants. Bien qu’aucun chiffre vérifiable ne soit disponible, les JO d’hiver de Sotchi seront sûrement les plus coûteux – de loin – de l’Histoire. Le régime Poutine reconnaît, pour les seules dépenses d’infrastructures directement liées aux compétitions, 5 milliards d’euros d’investissements. Et au total, une facture de 50 milliards d’euros – les Jeux d’été de Pékin ont coûté 32 milliards -, qui sera peut-être pulvérisée.

Peut-être, car au passage, Poutine et ses potes auraient déjà siphonné 23 milliards d’euros selon l’opposant Boris Nemtsov. Des centaines de kilomètres de routes et de chemins de fer, des stations de ski ex nihilo, 77 ponts et bien entendu le village olympique sont au programme final. Le désastre écologique est aux dimensions du projet. Des forêts entières ont été détruites, des centaines de millions de tonnes de déchets balancés au ravin ou enfouis à la va-vite dans l’une des dizaines de décharges illégales de la région.

Des espèces emblématiques de la région, comme la panthère de Perse, risquent de disparaître, mais les JO ont été proclamés « verts » par Poutine en personne, et la panthère, mascotte officielle, figurera quand même sur les sacs et les colifichets, ce qui est bien l’essentiel.

Les écologistes locaux sont au premier rang de la contestation. Et les plus lourdement frappés. Evegueni Vitichko, par exemple, vient de se prendre trois ans de camp au moment où il s’apprêtait à rendre public un rapport. De son côté, l’ONG Human Rights Watch accuse les principaux sponsors de regarder ailleurs. Parmi eux, Atos, Coca-Cola, Dow Chemical, General Electric, McDonald’s, Omega, Panasonic, Procter et Gamble, Samsung et Visa. Comme c’est étonnant.

Des algues vertes pour chaque petit Français

Publié par Charlie Hebdo le 15 janvier 2014

La farce est splendide. D’un côté, on prétend mobiliser contre les marées vertes sur les côtes. De l’autre, le mal s’étend jusqu’en Méditerranée, et le gouvernement fait de nouveaux cadeaux aux porcheries industrielles.

Ce gouvernement est vraiment très con. Pas plus que sous Sarkozy, mais pas moins. Dans le même temps qu’il annonce chaque matin un plan de lutte contre les algues vertes, on apprend que ces dernières ont essaimé. On les trouvait en Bretagne, l’été ; elles sont désormais partout, et même en hiver. Qui le dit ? Un pompeux machin officiel nommé Commissariat général au développement durable (CGDD). Dans une note publiée ces jours-ci (Les proliférations d’algues sur les côtes métropolitaines), notre bel organisme publie une carte qui ne laisse place à aucun espoir : y en a partout. Partout.

Outre la Bretagne – 51 plages et 33 vasières touchées, mais bien plus selon les écologistes de la région -, toute la façade atlantique est dévastée, et même la Méditerranée. Bienvenue au club des gros dégueulasses pour le Calvados, les îles de Ré et d’Oléron, la Vendée, les débouchés de la Loire, de la Gironde, de l’Adour, du Rhône, du Var. C’est un festival. Dans un commentaire plutôt décoiffant, le CGDD constate l’existence de : « blooms phytoplanctoniques potentiellement dangereux pour la santé » Le bloom, c’est la floraison, ou plutôt l’explosion, et le phytoplanction les algues elles-mêmes, qui peuvent être microscopiques et atteindre plusieurs millions d’unités par litre d’eau. Millions.

Le CGDD distingue, sans s’appesantir sur ce vilain sujet, trois types de toxines. Les diarrhéiques, dans le genre Dinophysis. Les amnésiantes, qu’on trouve chez les Pseudonitzschia. Et les paralysantes, chez les Alexandrium. La bonne nouvelle, que Charlie transmet aimablement aux offices de tourisme concernés, c’est qu’on ne trouve pas de toxines paralysantes en Bretagne Sud. Ailleurs, si.

D’où vient le poison ? Sublime, le CGDD note scrupuleusement : « Selon les bassins hydrographiques et les années, de 54 % (Seine-Normandie) à 90 % (Loire-Bretagne) de l’azote présent dans les cours d’eau seraient d’origine agricole ». Or cet azote, qui vient du lisier des bêtes d’élevage, déversé par milliers de tonnes, provoque les marées vertes. Chacun le sait depuis bien quarante ans, mais tous les ministres de l’Agriculture depuis Chirac – il a occupé le poste entre 1972 et 1974 – ont préféré pisser dans un violon que d’embêter les porchers industriels.

La situation générale est donc hors de contrôle, mais il en faudrait davantage pour émouvoir nos Excellences. Au cours de la calamiteuse Conférence environnementale de septembre 2013, le gouvernement a affirmé du bout des lèvres, sans y croire une seconde, qu’il se donnait dix ans pour éliminer les algues vertes en…Bretagne. Ah ! les farceurs.

Un qui ne rit pas tous les jours de ces blagues lourdingues, c’est le Jean-François Piquot, pilier de l’association Eau et Rivières de Bretagne (http://www.eau-et-rivieres.asso.fr). L’homme ne se déplace jamais sans un chapeau sous lequel se cache une forte tête. Et pour lui, il est clair que « la guerre du cochon est rallumée ». Piquot ne parle pas directement des algues vertes, mais d’un incroyable décret passé inaperçu, publié en catimini le 27 décembre dernier. Jusqu’ici, il fallait une autorisation spécifique pour ouvrir toute porcherie de plus de 450 porcs. Grâce à Ayrault et Le Foll, le seuil passe à 2 000 bêtes. En dessous, que dalle. Pas d’enquête publique, pas d’étude d’impact.

« C’est un très mauvais coup porté à la protection de l’environnement, gueule Piquot. Alors que la France est déjà mise en cause par l’Europe pour l’inefficacité de ses actions de reconquête de l’eau, baisser la garde sur les outils qui permettent de réguler la concentration de l’élevage hors sol est une aberration ». Inutile de dire que la concentration de porcheries industrielles de grande taille ne peut qu’augmenter les épandages de lisier sur des surfaces agricoles déjà saturées d’engrais azotés. Et donc aggraver en proportion les marées vertes.

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, sait tout cela, comme il sait où mènera le projet de « Ferme des 1000 vaches » raconté ici fin décembre. Mais ce proche de Hollande a une mission, et une seule : empêcher que la FNSEA ne tire à son  tour sur l’ambulance de l’Élysée. Pour l’instant, ça tient. À peu près.