Archives de catégorie : Morale

Bruno Le Maire, branleur de la République

le texte qui suit a été publié sur le site web de Charlie, mais bon, je crois qu’il me tient à cœur. On verra vers la fin, si on a le courage de tout lire, qu’il y a un puissant rapport avec l’objet essentiel de Planète sans visa.

———————————

Attention, drame national en cours. Le Maire, ministre de l’Économie, est en embuscade, car il veut la place d’Édouard Philippe, et il ne s’arrêtera pas là. Il multiplie les rendez-vous radio et télé, ce qui met Philippe dans une rogne qu’on dit épouvantable. Mais au fait, c’est qui, ce zozo-là ?

Ainsi que le montre amplement sa vie, Bruno Le Maire est grand. Le sauveur de la France, d’Air France et de Renault a pourtant été petit, lui aussi. Né en 1969, il a pour papa Maurice – qui bosse pour le philanthrope Total – et pour maman Viviane. Viviane Fradin de Belâbre, directrice à Paris des établissements scolaires privés catholiques Notre-Dame de France. Le Seigneur est avec lui. À 12 ans, il est à Saint-Pierre de Rome, où sa belle voix de soliste des Petits Chanteurs de Chaillot lui permet de chanter devant Jean-Paul II. Un premier émoi.

On fait l’école au lycée Saint-Louis-de-Gonzague, partie du réseau de maman, dans une ambiance vachement sympatoche. Sur une photo merveilleuse (https://www.nouvelobs.com/politique/20150910.OBS5607/bruno-le-maire-le-rebelle-des-beaux-quartiers.html), on voit le petit Bruno installé pendant les vacances à une table de torture, sous le regard énamouré et néanmoins catholique de madame.

Bruno grandit et contre toute attente, s’envole vers l’École nationale supérieure (ENS). La famille renâcle un peu, car le lieu sent encore la gauche, mais bon, il rend un mémoire sur le thème « La statuaire dans À la recherche du temps perdu ». Soudain conscient que l’avenir est ailleurs, il enchaîne un parcours sans faute qui le mènera à l’ENA par Sciences Po. Et en 1998, alors qu’il n’a pas trente ans, il entre au ministère des Affaires étrangères.

Passons sur les détails : il accroche son char à celui de Villepin, et va le suivre partout jusqu’à Matignon, quand son héros devient le Premier ministre de Chichi en 2005.

Et c’est alors qu’il se fait branler. Mais voilà qu’on a brûlé une étape. Bruno le fringant épouse en 1998 Pauline Doussau de Bazignan. Venue de la haute bourgeoisie, elle ne semble pas avoir attendu trop souvent les soupes des Restaus du Cœur. On la retrouve avec surprise assistante parlementaire de son mari entre 2007 et 2013, à plein temps (https://www.mediapart.fr/journal/france/061013/lemploi-flou-de-lepouse-de-bruno-le-maire?onglet=full). Comme un Fillon ? Tout comme. On ne sait toujours pas ce qu’elle a fait, et son mari de ministre, sans doute par souci de discrétion, l’aura toujours présentée, pendant ces années, comme artiste-peintre et mère de ses quatre fils.

Mais revenons à la branlette. En 2004, Bruno le frétillant publie le récit de quelques années passées à cirer les chaussures de Villepin. Il est très heureux et se laisse aller à quelques confidences dans son livre-récit, Le ministre, dont celle-ci, qui se passe dans un grand hôtel de Venise : « Je me laissais envahir par la chaleur du bain, la lumière de la lagune qui venait flotter sur les glaces de la porte, le savon de thé vert, et la main de Pauline qui me caressait doucement le sexe ».

C’est l’extase. Certains pisse-froids de droite, comme l’immense Hervé Mariton, crachent : « Je ne raconte pas comment ma femme me caresse le sexe ». Et Sarkozy lui-même (https://www.lejdd.fr/Politique/Trierweiler-Le-Maire-Wauquiez-son-rapport-a-l-argent-les-confidences-gratinees-de-Nicolas-Sarkozy-698764) lâche : « Le pauvre, il écrit des livres que personne ne lit. Ah si, il y en a un que j’ai lu, c’est celui où il se masturbe ! ».

Mais chez tant d’autres, on crie au génie, au retour de Stendhal. Plus tard, Le magazine Charles (http://revuecharles.fr/bruno-le-maire-le-plus-proustien-des-republicains) écrira : « Bruno Le Maire, le plus proustien des Républicains ». Le notable fantaisiste Frédéric Mitterrand, ira encore plus loin : « C’est le seul lettré. C’est une dimension que les autres n’ont pas. Pour faire de la politique, il faut être un artiste. Churchill et de Gaulle l’étaient. Bruno Le Maire les rejoint dans ses origines sociales et sa pratique de l’État » (https://www.marianne.net/politique/frederic-mitterrand-le-plus-mitterrandien-cest-bruno-le-maire).

C’est très vrai, tout ça. Et pour s’en convaincre, les plus masochistes iront regarder de près ou de loin le gigantesque programme officiel de Bruno pour les élections de 2017. On s’en souvient peut-être, à l’automne 2016, un merveilleux combat au couteau a opposé, dans les primaires de la droite, les grands personnages que sont Juppé, Sarkozy, Fillon, Copé, Poisson, Kosciusko-Morizet.

L’arme fatale enrayée de Le Maire, c’était son génial programme en 1000 pages, encore accessible en ligne (http://yeswesign.fr/wp-content/uploads/2016/11/BLM-contrat-presidentiel.pdf), il y a trois ans et demi. Ça se lit avec un grand plaisir macabre, car tout est dit (ou presque). De façon tout à fait arbitraire, car il faudrait en fait citer les 1000 pages, signalons que Bruno le charmant veut :

  • « L’assouplissement des normes d’hébergement » pour les saisonniers agricoles venus du Maroc, de Pologne ou de Roumanie, car elles sont « trop contraignantes » ;
  • La réduction des dépenses publiques ;
  • La retraite à 65 ans dès 2020 ;
  • 10 000 places de prison supplémentaires ;
  • L’augmentation des prélèvements en eau de l’agriculture industrielle ;
  • « Évacuer la ZAD de “Notre-Dame-des-Landes” par une opération d’envergure » ;
  • « Durcir drastiquement les conditions du regroupement familial » ;
  • « Accroître le délai de rétention administrative [des migrants] jusqu’à 120 jours » ;
  • « Faire primer les accords d’entreprise » sur tous les autres, contrat de travail inclus. Etc, etc.

Notre blond Génie de Saint-Louis-de-Gonzague ne trouve pas moyen, en revanche, de parler de la crise écologique qui ravage le monde, France comprise. Sur les 281 entrées qu’on vient de compter une à une, pas une sur le dérèglement climatique qui menace de dislocation toutes les sociétés humaines. Pas une sur la sixième crise d’extinction des espèces, la pire depuis au moins 65 millions d’années, au temps de la disparition des dinosaures. Mais des odes à la bagnole et au nucléaire.

Bruno, si tu permets qu’on t’appelle Bruno pour finir, d’autres que Charlie finiraient par penser qu’un homme politique qui nie le réel fondamental avec autant de vigueur est tout simplement un con. N’hésite pas à poursuivre devant un tribunal ceux qui oseraient pareil attentat à ministre en exercice. On te soutiendra. Nous, nous sommes confiants. Quand tu décides de refiler 7 milliards de nos euros à Air France, on sait que tu fais cela pour le bien commun. N’as-tu d’ailleurs pas déclaré que grâce à ton engagement écologiste de toujours, Air France allait devenir « la compagnie aérienne la plus respectueuse de l’environnement de la planète » ? Ah Bruno, quelle classe ! Quel proustien ! Quel Stendhal !

L’éternel retour des prolos

J’ai une tendresse mortelle pour les prolos. Les prolétaires. Les ouvriers, et au-delà les si affreusement nommés sans-grade. Il y a tant de raisons à cela. Mon père aimé, mort quand j’avais huit ans, en était un. Il bossait 60 heures par semaine dans un atelier parisien de gravure-estampage. Rappelons un sens oublié du mot estamper, dans l’expression « se faire estamper ». Mon vieux s’est constamment fait estamper, et sa mort à 49 ans a selon moi à voir avec cette évidence.

Moi-même, j’ai été un jeune prolo. Si un jour je devais raconter ma vie, je dirais que, oui, j’ai été une sorte d’apprenti-chaudronnier quand j’avais 17 ans, âge où nul n’est sérieux. On bossait près de 50 heures par semaine. On embauchait à 7h30 et on finissait à 18h30. 11 heures de présence. Le soir venu, après que Jacquot – 42 ans, toutes ses dents – nous avait narré pour la centième fois ses profus exploits sexuels, je me lavais les cheveux dans le lavabo de la minuscule cuisine. Et ils étaient systématiquement noirs, lors même qu’à l’époque, j’avais les cheveux longs, teints au henné, et donc tirant sur le rouge. C’était en 1973.

Tendresse mortelle. La crise du coronavirus me fait fatalement penser à eux, que des générations de petits marquis de droite ou de gauche auront tant moqués. Quand j’étais jeune et que je croyais si vivement à la révolution sociale, les prolos étaient tenus, dans mes cercles en tout cas, pour le sel de la terre. Ils étaient la classe universelle, celle qui construirait enfin une société d’égalité complète. Une société sans classe.

Puis le monde a tourné, dans le mauvais sens. Les partis de gauche, les Mitterrand, les Jospin, les Marchais, les Laurent, les Mélenchon, ont pris le pouvoir, promettant tout et le reste, jurant qu’ils seraient au service des pauvres et des exploités. Je crois pouvoir écrire qu’on a vu. Un si lamentable Hollande n’avait plus qu’une envie : ne plus penser à ces choses qui vous gênent une digestion à la brasserie Lipp de Paris.

Le 10 mai 2011 – 30 ans, jour pour jour après la victoire de Mitterrand, et ce n’était pas un hasard -, la fondation Terra Nova disait adieu à la classe ouvrière. Les prolos, pouah ! Comme ce connard de Blair en Grande-Bretagne, nos intellectuels « de gauche » bien de chez nous donnaient congé aux prolos, définitivement éloignés du vote PS. Ce qui comptait désormais, et qui pouvait valoir encore des victoires électorales, c’était une coalition de diplômés, de jeunes, de femmes et de minorités. Ces gens-là se déclaraient progressistes, en ce que le progressisme a le devoir d’envoyer chier qui nourrit la société et lui assure sa stabilité. Tel fut le programme de Hollande en 2012, qui n’avait pas vu un ouvrier depuis le bref passage d’un plombier dans la maison de ses parents vers 1960.

Le coronavirus établit ce que tout le monde – qui n’est pas shooté à l’idéologie – sait d’évidence : ceux qui tiennent le manche s’appellent des tourneurs-fraiseurs, des chaudronniers – comme je fus -, des électriciens, des couvreurs, des chauffagistes, des employés subalternes, des pompistes, des bitumeurs et goudronneurs, des éboueurs, des routiers, des aide-soignantes, des infirmières, des maraîchers, des éleveurs, tant de petits paysans. Quand il s’est agi une énième fois d’aller au charbon, courant les vrais risques de contamination tout en étant payés au lance-pierres, ce sont eux qui sont montés au front. Les mêmes qui sortirent tant de fois des tranchées. Ceux qui « soufflent vides les bouteilles que d’autres boiront pleines ». Et pas les petits cons innombrables qui occupent tous les fenestrons publics, les radios, les journaux, les télés, les réseaux sociaux.

Moi qui ai tant cru à la révolution, oui, j’aimerais encore que vienne le jour de la vérité et de la justice.

Que penser de Didier Raoult ?

Vous suivez sans doute comme moi les aventures burlesques du professeur marseillais Didier Raoult. Lui prétend avoir trouvé la pierre philosophale. L’hydroxychloroquine, éventuellement en association avec un antibiotique, serait en mesure de guérir massivement des atteintes par le coronavirus. Beaucoup de médecins et chercheurs constatent que certaines règles de base de la publication scientifique n’ont pas été respectées. Parmi eux, fût-ce à voix basse, quelques-uns mettent en cause une personnalité violemment extravertie.

Les soutiens politiques de Raoult se situent le plus souvent chez des hommes et femmes de droite ou d’extrême-droite, mais un Julien Dray – problème mineur : est-il de gauche ? – le défend également. Pour finir, d’innombrables conspirationnistes, sur le net, profitent de l’occasion pour marteler qu’on nous cache tout, et même que les juifs seraient derrière une entreprise de démolition de la miraculeuse découverte, qui ne leur rapporterait pas assez. Pauvres salauds.

Que penser donc de cette histoire ? Je ne saurais dire, évidemment, si l’hydroxychloroquine est un bon médicament contre la pandémie. Peut-être. Peut-être pas. L’évidence, c’est qu’on ne dispose pas de preuve scientifique pour le moment. Mais cela reste possible, et en ce cas, comme tout le monde, j’applaudirai l’usage massif d’un médicament si bon marché. Mais en toute hypothèse, cela ne règle aucunement la question de la place de Didier Raoult dans le panorama général.

Il se trouve que cet homme a été chroniqueur pour l’hebdomadaire Le Point jusque fin 2018 me semble-t-il. Et qu’il y a balancé des tombereaux de graves conneries climatosceptiques. Suivez avec moi quelques menus exemples : « Le réchauffement climatique est incertain et la responsabilité de l’homme discutable » (2014), « Après une poussée thermique notable dans les années 1990, la Terre a globalement arrêté de se réchauffer depuis 1998. » (2014), « Question réchauffement climatique, la seule certitude des scientifiques est qu’il est impossible de prévoir la température qu’il fera sur la Terre dans dix, vingt ou trente ans ». (2014), « Cela laisse penser que les changements observés pendant le XXe siècle ne sont pas reliés à des activités humaines mais probablement dus à des variations liées au hasard ». (2014), « La planète ne se réchauffe plus depuis 1998. Jusqu’à cette date, le réchauffement brutal était lié à un phénomène météorologique : El Niño ». (2013), « Pour la première fois, on a vu des académiciens demander à une ministre – Valérie Pécresse – de condamner les propos hérétiques d’un géologue académicien – Claude Allègre – qui avait osé proposer une hypothèse alternative. Ce type de procès tient plus de l’approche religieuse que de la science ». (2013)

On l’aura compris, Raoult aura chaussé les lourds croquenots d’Allègre, vingt ans après lui. Car souvenons-nous qu’Allègre a enfilé les mêmes perles dans ses chroniques du…Point autour de l’année 1996. J’en sais quelque chose, car sauf erreur, j’ai été l’un des tout premiers – le premier ? – à ferrailler publiquement avec lui, lorsqu’il était si puissant. Raoult sur les traces d’Allègre, donc.

Je passe sur les plus de 3000 publications scientifiques qu’il a au moins cosignées dans sa carrière. Le fait est l’objet d’une polémique, car beaucoup se demandent par quel miracle un homme aurait pu à lui seul participer à autant d’études. Je rappelle qu’il est courant qu’un chercheur se maintienne au-dessous de cinquante articles parus dans la littérature scientifique en une vie de laboratoire. Mais je passe, car de cela, je me fous. Grand bien fasse à son ego.

Le climatoscepticisme, lui, ne passe pas. C’est un crime. Le héros de Raoult, Allègre, a été convaincu de pure et simple tricherie dans son dernier livre paru en 2014, L’Imposture climatique, utilisant par exemple une courbe directement truquée, ainsi que l’a démontré Sylvestre Huet dans L’Imposteur, c’est lui. Ce n’est pas indifférent, car Allègre, tout comme Raoult est un microbiologiste indiscutable, fut avant ses folies médiatico-climatiques un géochimiste reconnu mondialement, récipiendaire en 1986 du grand prix Crafoord. Où l’on voit que l’on peut être un vrai scientifique d’un côté, et une pauvre personne de l’autre.

Revenons à Raoult. Il est manifeste que l’homme tient de l’histrion et que son hypernarcissisme le conduit à privilégier l’épate et le contre-courant. Il veut être seul. Il veut clamer, briller, épater et confondre les nains qui l’entourent fatalement. C’est un genre. D’ailleurs, jusqu’à fin février, il prétendait publiquement que le coronavirus n’était à peu près rien du tout : « Il y a trois Chinois qui meurent, et ça fait une alerte mondiale ». Une belle conscience en action, n’est-ce pas ?

Et pourtant. Et pourtant, pourquoi être embarrassé ? Dans l’affaire de l’hydroxychloroquine, il a peut-être raison. Il arrive même à de fichus imbéciles d’avoir raison, et Raoult, quoi qu’il en soit de ses limites, n’est pas un idiot. Seulement, pas question d’oublier le reste. Un microbiologiste qui ose radicalement contester le travail des milliers de chercheurs associés au GIEC, vrais spécialistes dans leurs domaines respectifs, usant de son pouvoir médiatique pour influencer la décision publique, cela ne peut inspirer que du dégoût. Alors, Raoult est dégoûtant ? Il l’est.

Oui, il faut aider les paysans, mais

Ce qui suit est un communiqué du mouvement des Coquelicots, dont je suis le président.

——————————————–

Le ministre de l’Agriculture demande ce 24 mars 2020 aux «Français qui n’ont plus d’activité» d’aller aider les paysans en difficulté. Le mouvement des Coquelicots, dont les valeurs de base sont la solidarité et la coopération, ne peut qu’approuver dans son principe cet appel. Bien entendu, il faut tendre la main et partager son énergie.

Mais le ministre sort de son rôle de représentant de la Nation en utilisant des mots qui ne passent pas. Évoquant d’une manière étrange «l’armée des ombres» -la Résistance antifasciste de jadis-, il ajoute: «Rejoignez celles et ceux qui vont nous permettre de nous nourrir de façon propre, saine, durable». Et cela, c’est de la simple propagande. L’agriculture industrielle n’est ni propre, ni saine, ni durable. Les pesticides au cœur de ce système menacent la santé des paysans et la stabilité des écosystèmes. Ils ont d’ores et déjà décimé les populations d’oiseaux et d’insectes, dont les indispensables pollinisateurs que sont les abeilles.

Le mouvement des Coquelicots souhaite depuis ses origines de grandes retrouvailles entre la société et les paysans. Il proteste sans fin contre une politique – celle du ministre en place, celle des autres depuis plus de soixante ans – qui a fait disparaître les paysans et transformé ce pays, hors les grandes villes, les autoroutes et les lignes TGV, en un désert. La grande réconciliation, prélude à un retour de nombreux paysans à la campagne, est donc vitale. Mais pas n’importe comment.

Il est vrai que manque en ce moment une main d’œuvre rurale importante. Les sections départementales de la FNSEA ne cessent de publier des communiqués alarmés depuis des semaines. Exemple parmi d’autres, ce texte de la FDSEA du Bas-Rhin, qui démontre une fois de plus le rôle de ventriloque des ministres de l’Agriculture : «Aujourd’hui, de nombreuses personnes sont au chômage technique faute d’activité, nous pouvons leur fournir un travail sur cette période. Ils peuvent cumuler les ressources issues des différentes activités».

Dans l’agriculture mondialisée, il faut en effet chaque année des centaines de milliers de travailleurs saisonniers venus du Maroc, de Roumanie, de Pologne, d’ailleurs encore. Un coup de projecteur sur cette réalité permettrait de comprendre un peu mieux ce que signifie réellement cette industrie «propre, saine, durable». Bienvenue dans le monde impitoyable des contrats OFII, anciennement OMI, leur extrême précarité, leur absence de certains droits reconnus ailleurs. C’est cela que vont découvrir ceux qui iront travailler à la campagne.

Nous maintenons pourtant notre appel à aider nos voisins paysans, tous ceux qui sont à la peine, sans conditions. Mais nous refusons l’opération amnésie et amnistie en cours. On n’efface pas un désastre en appliquant une couche de peinture dessus, fût-elle verte. Plus que jamais, le mouvement des Coquelicots affirme son engagement pour des campagnes habitées par de très nombreux paysans. Bien payés et bien considérés parce qu’ils prendraient en compte les intérêts de tous les hommes et de tous les êtres vivants. Et donc, n’utiliseraient plus aucun pesticide de synthèse.

Communiqué des Coquelicots du 24 mars 2020

Trois belles découvertes

Je ne peux laisser passer ce lundi 23 mars 2020 sans partager quelques – bonnes et moins bonnes – nouvelles liées à l’apparition du coronavirus. Je suis bien convaincu que vous avez fait le même constat.

Et d’abord, bien sûr, il y a du fric, au point que, cette fois, on dirait bien qu’il pousse sur les arbres. Nos pauvres Excellences ont accepté de faire vivre ce pays dans l’anxiété sociale pendant six mois. À propos des retraites, sujet sur lequel il y aurait beaucoup à dire, qui ne plairait pas à tout le monde d’ailleurs. N’empêche : six mois. Dans le pire des scénarios de ma connaissance, le déficit du système français de retraites pourrait atteindre 27 milliards d’euros d’ici 2030. Et tout soudain, la France, l’Allemagne, l’Europe jonglent avec des centaines de milliards d’euros, pour commencer.

Il y a donc du fric. Deux immédiates questions. À quoi va-t-il servir entre les mains de ceux qui nous ont menés au désastre en sifflotant ? Et ne serait-il pas judicieux, pour une fois, de s’en emparer et de décider ensemble quel but écologique et social cette manne pourrait servir ? Une société libre a le devoir sacré de décider, après discussion et délibération, ce qu’on produit et à quelle fin. Non ?

Deuxième découverte des deux semaines passées : la politique bouge encore. J’ai assez écrit et décrit la soumission des politiques de tout bord à l’intérêt industriel pour m’interroger un peu. Une réunion au sommet, dix personnes au plus, deux heures de discussion, et l’on change les conditions de vie quotidienne d’un pays. Et l’on envoie promener du même mouvement, même si ce n’était évidemment pas l’intention, des entreprises considérables devant lesquelles on était couché en permanence. La leçon que j’en tire est évidente : on peut décider. On peut encore imposer sa loi. Certes, elle est aujourd’hui entre les mains de gens de très basse dimension humaine, mais cela pourrait changer demain. Non ?

Pour finir, la contrainte. Brutalement, on réalise que l’on peut imposer des mesures qui auraient paru dépourvues du moindre sens il y a quelques semaines. Au nom d’un intérêt supérieur, on peut donc limiter drastiquement la circulation, le déplacement, le mouvement presque. J’en rirais presque, pensant à cette ribambelle de crétins hurlant à la mort dès que l’on évoquait une mesure ferme contre le dérèglement climatique. Vous vous souvenez ? Halte à l’écologie punitive ! À bas les khmers verts ! Tous unis contre les ayatollahs de l’écologie ! Les avez-vous entendus hurler contre le confinement ? Pardi non, ils s’écrasent.

Bien sûr, ce confinement pose de graves problèmes politiques. Il n’est jamais bon de laisser la bride sur le cou aux appareils de coercition. Armée, police, services divers et parfois secrets ne lâchent pas volontiers la proie qu’on leur a laissée prendre. D’année en année – sur fond de djihadisme notamment – nous nous habituons à déléguer la sûreté de tous à des appareils spécialisés qui ne reflètent aucunement la société. Je ne dévoile pas un secret en disant que le vote lepéniste est exacerbé dans les casernes, les gendarmeries, les commissariats.

Néanmoins, les événements en cours me renforcent dans la certitude que lutter contre le dérèglement climatique et la sixième crise d’extinction ne pourra se faire dans le cadre que nous connaissons. Les formes actuelles, je le crois hélas, ne permettront pas de mobiliser les opinions à la hauteur souhaitable et pour tout dire obligatoire. En clair, je pense que la contrainte est désormais inévitable compte tenu du rythme des destructions en cours.

Je vois bien le risque d’être compris de travers. Je suis un amoureux définitif de la liberté, et je maudis tous les tyrans – de tous les rangs, de tous les camps, de tous les temps – et les tyranneaux. Je n’entends pas changer, et d’immenses combats pour la liberté s’imposent partout dans le monde. Mais selon moi, il va falloir arbitrer, plus que jamais. C’est-à-dire accepter qu’une décision collective puisse imposer sa loi à l’individu-roi de notre temps, ce chevalier à la triste figure de tant de réseaux sociaux. Mais à la condition impérieuse que se battre en vaille encore la peine. À la condition impérieuse que l’avenir que nous aurons forgé ensemble soit celui de tous. La liberté et la contrainte sont notre seul horizon discernable. Non ?