Archives pour la catégorie Morale

Pourquoi il nous faut une autre révolution

J’aime employer l’idée de rupture. Dans le sens de rupture mentale, dans le sens de rupture avec les pauvres idées de notre temps. Cela s’appelle une révolution, oui. Une révolution intellectuelle et morale sans laquelle nous n’avons aucune chance de mener à bien la tâche herculéenne qui est la nôtre : sauver au royaume si vaste encore du vivant, tout ce qui peut l’être encore. Nous inclus. Je précise que je ne réclame aucun bain de sang, dont on sait qu’on y retrouve toujours celui des peuples. Et il ne s’agit aucunement de faire du passé table rase, non. Il nous faut en vérité revisiter notre héritage, et ne conserver que ce qui nous renforce, ce qui nous permet d’être plus lucides, plus entreprenants, mieux armés en somme.

Armés ? Hélas oui, car c’est bien d’une guerre qu’il s’agit, bien plus complexe que celles menées par nos ancêtres. Pour s’en tenir au siècle passé, la guerre au fascisme opposait à peu près clairement la liberté, aussi fantasmatique qu’elle ait pu être, et la dictature la plus folle. La guerre au stalinisme de même, sauf que celle-ci n’a pas été menée, pour cause d’aveuglement plus ou moins volontaire de ceux qui auraient pourtant dû la faire. Notre combat de 2018 est bien plus confus, car le front passe à l’intérieur de nous-même, qui oppose les parties nobles de nos êtres et ce misérable tas de petitesses que nous abritons tous, à des degrés il est vrai variables.

Le si vaste abattoir des terres rares

Qui l’ignore ? Nous soutenons chaque jour, chaque matin ce monde sidérant, acceptant – exemple entre 1000 – d’acheter des produits dont nous savons sans détour que leur fabrication tue, mutile, empoisonne tout là-bas des gosses et des adultes. J’écris sur un ordinateur dont je sais qu’il vient de Chine, et qu’en ce pays totalitaire, tout est possible. Vous savez tout aussi bien que les « terres rares » nécessaires au photovoltaïque, aux éoliennes, aux tablettes et smartphones, aux bagnoles électriques sont entre les mains de la dictature chinoise, pour environ 90 % de la consommation mondiale. Et quand ce n’est pas le cas, elles sont extraites par la violence, parfois la torture, dans des pays aussi vertueux que la République démocratique du Congo, l’ancien Zaïre de Mobutu. Ne les appelle-t-on pas plaisamment les « minerais de sang » ?

Je crois que la chose la plus importante à comprendre, c’est que la machine économique, quelle que soit l’adjectif dont on l’affuble – capitaliste, industrielle, expansionniste ? -, est devenue une entreprise globale de destruction des écosystèmes, donc de la vie. À un rythme tel que le temps, sans qu’on puisse préciser, est compté avant les grands collapsus. Je vois que beaucoup d’entre nous s’épuisent à obtenir des miettes, croyant en cela qu’ils sauveront les agapes communes. Je ne me moque pas, mais ils me font penser à ces poules que l’on place devant un grillage, avec de l’autre côté des grains que leur bec, d’évidence, ne saurait atteindre. Elles picorent pourtant, sans cesse, sans penser jamais qu’il leur serait utile de contourner ce grillage, qui n’est qu’un leurre, car à cinq pas, on peut passer derrière et s’emparer du blé dur.

À chacun selon ses besoins, vraiment ?

Je veux dire simplement qu’il faut radicalement changer de perspective, et se poser d’autres questions que celles auxquelles nous sommes habitués. Mais évidemment, les obstacles sont innombrables. Je ne peux tous les évoquer ici, mais dans la poursuite de mon article précédent, je me concentrerai ce jour sur le marxisme, les marxismes, et leurs épigones. En partie, je l’ai déjà expliqué, mais je ne me lasserais pas d’y revenir. Que Marx ait été un grand penseur, qui serait assez sot pour le nier ? Seulement, le temps ayant passé, et connaissant l’état réel, en 2018, de la planète, on ne peut manquer d’interroger son œuvre. À côté du reste – je dis bien du reste, comme son extraordinaire acuité intellectuelle -, Marx apparaît comme un humain absurde, et à ce titre, définitivement de son temps.

Pourquoi ? Relisons ensemble ces mots de Marx, dans sa Critique du Programme de Gotha (1875) : « Jeder nach seinen Fähigkeiten, jedem nach seinen Bedürfnissen ! ». Eh oui, « de chacun selon ses capacités à chacun selon ses besoins ». Il n’est pas bien de faire parler les morts, mais je ne le fais pas, car ce sont bien les vivants qui défendent encore, bien que de plus en plus mal, ce grand précepte marxien. Je précise qu’on trouve aisément des traces de ce grand rêve – satisfaction des besoins de tous, sans limite – dans la tradition chrétienne, des socialistes d’avant Marx comme Louis Blanc ou Étienne Cabet. Et pourquoi ? Mais parce que la perspective est divine.

Oui, divine. Plus de contrainte, plus de frustration, donc plus de colère, probablement – dans l’esprit léger de ses propagandistes – plus de guerres ni d’affrontements. Le grand fantasme est là : on produira de plus en plus massivement, de plus en plus rationnellement, et les tares de la société capitaliste disparaîtront à jamais. J’avoue sans qu’on me chauffe les pieds que j’ai cru dans ma jeunesse à cette folie. Car c’est une bien grande folie.

Parlez-moi plutôt de George Perkins Marsh !

Marx a toutes excuses du monde, car humain, il n’était pas devin. La conscience des limites de la biosphère ne se posait que dans l’esprit de quelques prodigieux visionnaires dont, soit dit en passant pour ses admirateurs éblouis, Marx n’était pas (regarder plutôt du côté de ce contemporain de Marx). De vous à moi, plutôt que de lire, relire et commenter Feuerbach et Hegel, Marx aurait mieux fait pour nous de s’attaquer à Marsh, cet immense esprit ! Mais il est vrai qu’il n’avait aucune idée de ce qu’il allait déclencher. Les deux branches politiques qui allaient s’emparer de sa pensée, la tordant d’ailleurs en tous sens, continueraient toutes deux à propager l’ineptie d’une production matérielle sans frein ni contrôle. Chez les sociaux-démocrates bien sûr, qui ne tardèrent pas – et continuent d’ailleurs – à défendre de toutes leurs forces la société capitaliste qu’ils étaient censés transformer. Et les staliniens, évidemment, ce qui inclut dans mon esprit, sans l’ombre d’une hésitation, des courants en apparence critiques comme les différents trotskismes.

Tenez, Léon Trostki, le boucher de Kronstadt, encore glorifié aujourd’hui par un Olivier Besancenot. Dans l’essai Art révolutionnaire et art socialiste, publié au milieu des années 20 du siècle passé (On le trouve dans le recueil Littérature et Révolution, 10/18), Trotski écrit précisément ceci : « L’homme socialiste maîtrisera la nature entière, y compris ses faisans et ses esturgeons, au moyen de la machine. Il désignera les lieux où les montagnes doivent être abattues, changera le cours des rivières et emprisonnera les océans ». Non, je n’invente rien. Les bolcheviques d’avant même Staline rêvaient de foutre en taule les océans. Ce qu’ils n’ont d’ailleurs pas réussi : le monde réel  a envoyé les mers directement aux enfers.

Je tiens qu’il y a un fil, un solide cordage plutôt, reliant ceux – capitalistes et tous leurs personnels – qui ont bâti la si vaste usine à broyer les formes vivantes et ceux, tous ceux, qui prétendaient faire mieux qu’eux. Tous n’ont jamais eu en tête que de faire couler le ciment et l’acier liquide, de barrer les fleuves, de tuer les animaux, de sabrer les forêts, de dégueulasser la moindre parcelle, d’assassiner la beauté. Tous. Et c’est bien pourquoi je pense pouvoir revenir à mon point de départ. Il faut rompre.

Il faudrait donc sagement voter ?

Il faut rompre, et c’est effroyablement difficile, car nous sommes tous entortillés dans mille liens d’amitié et d’affection avec tant d’autres que nous, qui ne voient rien de cela. Mais enfin ! voter ? Certains ici, qui sont pourtant des amis électroniques, m’ont fait le reproche de ne pas voter. M’enfin, comme aurait dit Gaston Lagaffe, ne voient-ils pas que cet instrument précieux entre tous – le vote libre – est devenu une entrave supplémentaire ? Le temps des processus électoraux passés – si ce n’est pas cette fois-ci, ce sera la prochaine – est définitivement forclos, car nous sommes face à un neuf qui réclame une action immédiate. Les rituelles élections en détournent – de l’action – des millions d’entre nous qui ne demandent sans doute que cela.

L’élection, telle qu’elle s’insère dans le cadre d’une société de destruction, fait survivre une illusion qui fait croire, fondamentalement, deux choses. Un, que cela se joue là, ce qui est faux. Deux, que nous avons le temps d’attendre 2022 ou 2058, ce qui est d’une rare sottise. Dites ? Avez-vous vu surgir, depuis qu’existent les processus électoraux, quiconque disant la vérité sur le monde ? Jamais, et pour cause : ce système sélectionne ceux qui y adhèrent. Or il reste, dans les coins sombres, ignorés de presque tous, des milliers de gens valeureux capables de prendre en charge, bien mieux que les bouffons que nous connaissons, les rênes de la société. Un petit effort de mémoire : en 1944, quand les nazis firent enfin leurs valises de France, toute la classe politique et intellectuelle avait sombré avec l’occupant, et disparut dans les trappes profondes de l’Histoire.

Fût-ce la fin du monde ? Nullement. Une génération plus jeune, plus fraternelle, plus enthousiaste prit le relais. Certes, cette révolution-là n’en fut finalement pas une, mais il n’empêche : le jour venu, nous verrons, j’en suis convaincu, que nous sommes bien plus aptes que les fantoches au pouvoir à manier les affaires du monde. Désolé, comme je suis long ! Comme je suis loin de la mode Internet des billets courts et des tweets, et comme j’en suis heureux. Où veux-je en venir ?

Décidément non, pas de gauche

Où ? Je ne suis évidemment pas de gauche. Depuis bien longtemps, j’ai fait le tour de ces traditions politiques-là, et non, je ne suis pas de gauche. De droite ? Ne me faites pas rire de ce sujet sérieux. Je vomis cette engeance, mais comme je vomis l’engeance de(s) gauche(s). Pour la raison exprimée ci-dessus – produire à tout prix, entretenir le mythe de la satisfaction de besoins matériels inguérissables -, et pour quantité d’autres que je n’aborde pas. Seulement, est-ce que cela veut dire que j’accepte et respecte l’ordre social ? Tout au contraire.

Ce que je revendique haut et fort, c’est un programme nouveau, qui prenne en compte enfin – les gauches l’ont-elles fait au-delà des mots ? Non. – le sort de tous les misérables du monde. À commencer par ces paysanneries du Sud martyrisées par le commerce mondial si cher au  porte-monnaie de ceux du Nord. Qui prenne enfin en compte – cette fois, pour de vrai – l’existence d’une seule et même humanité, que pour la première fois dans notre longue histoire, la crise écologique a enfin réunifiée. Car oui, évidemment, il est désormais ridicule d’interpréter le monde, a fortiori de le transformer – « Die Philosophen haben die Welt nur verschieden interpretiert, es kömmt drauf an sie zu verändern » –, sans considérer le sort des masses indiennes ou chinoises, celui des gueux de Lagos ou de Bogotá. Avez-vous remarqué combien le discours des plus fervents critiques – en apparence – de notre monde, restent désespérément dans le cadre français, européen au mieux, ce qui revient au même ? Où est donc le refus des importations criminelles ? Et des exportations sanguinaires ? Les entend-on, les Besancenot et les Mélenchon ?

Serait-ce tout ? Eh bien non, ce ne serait jamais qu’un début. Car défendre le sort des hommes, de tous les hommes, du dernier déguenillé, n’est rien encore. Le programme dont je rêve prendrait également, sans trêve ni repos, la forme d’une résistance acharnée aux attaques, d’où qu’elles viennent, contre le vivant et les écosystèmes. Sauver l’homme, oui, mais aussi la fourmi, mais encore Wollemia nobilis, cet arbre découvert par miracle en 1994, dont on croyait le genre éteint depuis des millions d’années.

Ce si puissant besoin d’infini

Cela commande un changement complet d’optique ? Je crains fort que oui. Je suis même sûr qu’il faut envoyer au cimetière des idées néfastes, à une vitesse express, les Macron, Wauquiez, Le Pen, Mélenchon, par-delà les différences que vous connaissez tous. Même des Hamon ou Jadot, ou ces pauvres restes d’Europe-Écologie ? Enfin, voyons, vous qui m’avez lu jusqu’ici, n’est-ce pas pleinement évident ? Encore un mot sur ce funeste appétit de production matérielle sans limites. On sait de manière certaine que le Sud n’aura jamais ce que le Nord considère comme élémentaire. De l’eau au robinet, des chiottes à domicile, des bagnoles, des tablettes. Au passage, l’idée d’égalité entre les hommes, fondement tout théorique des discours de gauches, s’en trouve fracassée. Mais au-delà, je crois entrevoir que l’homme, ce si petit être, est parcouru par des rêveries indépassables d’infini. Plus son temps terrestre est ridiculement court, plus il semble se réfugier dans des délires de profusion qui font semblant de calmer les douleurs les plus intimes.

Oui, plus j’y pense, plus je crois que c’est fatal. L’homme a besoin de repousser ses dérisoires limites. Et c’est devenu totalement impossible dans l’ordre matériel où le pauvre animal que nous sommes croit voir la réalisation de son être. Que reste-t-il ? L’esprit. L’esprit humain – au reste, celui de tous les vivants – me semble être la seule destination possible. Car il est, en tout cas paraît dépourvu des limites triviales de nos existences communes. C’est en parcourant ensemble ce territoire encore vierge, en y chevauchant du matin jusqu’au soir, en découvrant de nouveaux rivages et d’immenses îles aux arbres géants que nous pouvons espérer avancer encore. Et peut-être trouver une voie qui soit autre que celle de la barbarie.

L’esprit contre la désolante certitude de la destruction ? L’esprit, comme arme de restauration de tout ce qui a été broyé ? Je n’ai pas le temps de plus détailler ce dimanche de février 2018. Mais j’y crois.

 

Mélenchon, la Russie de 1918, Maduro, la vérité

 

Je préviens de suite ceux qui n’ont pas envie de se creuser la tête, du moins aujourd’hui, ou demain. On peut préférer – et je préfère souvent – aller se balader le nez au vent, d’autant que, là où je suis ce samedi, il fait beau. Quant aux autres, les masochistes de Planète sans visa, veuillez accepter de ma part cette lente déambulation. Cela n’aura pas l’air, du moins au début, mais soyez sûrs que cela ramène au fond à la crise écologique et aux impasses politiques et idéologiques dans lesquelles nous nous sommes fourvoyés.

D’abord, amis et lecteurs, suivez-moi au Venezuela de M.Maduro, successeur désigné par le Maître en personne, Hugo Rafael Chávez Frías. Chávez, quoi. Il s’est passé là-bas quantité de choses détestables, mais l’une d’entre elles attire ce jour mon attention : l’élection de l’Assemblée nationale constituante du 30 juillet 2017. Je ne peux m’attarder, mais je dirais ce que tant d’autres ont dit : cette date est maudite. Le pouvoir chaviste, largement battu au cours des dernières élections législatives libres de décembre 2015, a décidé en conscience de truquer, par mille manières, cette pseudo-élection de 2017 (ici). L’Assemblée nationale, légalement élue, a été purement et simplement dissoute.

Je ne peux m’empêcher de penser à un précédent qui précède tous les autres : la dispersion de l’Assemblée constituante russe de 1918. Un peu d’histoire, pour commencer. En octobre 17, les bolcheviques, groupe ultraminoritaire, réussit par un coup de force – quelques dizaines de fusils ont suffi à « conquérir » le Palais d’hiver de Petrograd – un pouvoir d’État déliquescent. Mais la guerre – civile autant qu’étrangère – menace, et les bolcheviques, pris au piège de leur discours « démocratique », se voient contraints de se tourner vers la société pour un vote qui, pensent-ils, leur donnera toute légitimité pour continuer dans la voie choisie.

Et en novembre, un mois après le coup d’État, des élections législatives, aussi libres qu’il était possible en ce moment d’extrême tension sociale, ont lieu. Les femmes y ont le droit de vote, pour la première fois dans l’histoire de la Russie. Le résultat est désastreux pour les bolcheviques, malgré l’usage sans frein des (maigres) moyens d’État. Ils n’obtiennent que 168 sur 703. Les socialistes révolutionnaires – ce parti est essentiellement paysan -, héritiers du groupe Narodnaïa Volia (La volonté du peuple) sont les grands vainqueurs. Même les Cadets, qui représentent en partie la bourgeoisie libérale antitsariste, ont une vingtaine d’élus.

Cela ne cadre pas avec la théorie, cela ne convient ni à Lénine ni à Trostki, les deux principaux dirigeants bolcheviques. À la suite de différentes manœuvres, Lénine dissout une Assemblée libre, qui s’était donné comme président un adversaire du groupuscule au pouvoir, Viktor Mikhaïlovitch Tchernov. Comme vous le savez certainement, il n’y eut plus jamais aucun vote libre en Russie pendant le temps où les bolcheviques  – léninistes ou staliniens – ont tenu le pouvoir, c’est-à-dire pendant plus de 70 ans.

Moi, tel que vous commencez à me connaître, et tel que je suis aujourd’hui, j’aurais sans doute été un fervent opposant au bolchevisme. Je ne sais si j’aurais eu le courage – car qui sait, dans ce domaine si profond en soi ? -, mais j’espère bien que j’aurais pris les armes contre ce régime insupportable. Et ne croyez pas, comme l’ont répété des générations de perroquets, qu’il n’y avait qu’une alternative : ou le pouvoir bolchevique-stalinien, ou les Blancs et le retour du tsar. Moi, je sais bien que des frères lointains, ceux de Kronstadt, ceux de Makhno, ont affronté l’Armée rouge au nom d’idéaux bien supérieurs à ceux que les bolcheviques déployaient. Car ces héros d’il y a un siècle, se battaient vraiment pour l’égalité. Et la liberté. Et contre cette funeste bureaucratie qui servit si bien, si mal le pouvoir absolu de Staline.

Tel est l’un des nombreux points aveugles de ceux qui, à gauche ou à l’extrême-gauche, entendent encore faire la leçon. Comme ils ne parlent pas – je crois sincèrement qu’ils s’en foutent – de la manière dont Lénine s’est emparé du pouvoir, comme ils sont incapables de dire l’évidence qu’Octobre a été un putsch, finalement dirigé contre le peuple russe lui-même, ils continuent à défendre n’importe quelle sottise, car ce qui compte plus que tout, c’est bien entendu l’Idée. Ou bien plutôt l’énorme confort intellectuel, dans leur petit monde de courtisans clos sur lui-même, que leur confère leur posture de révolutionnaires de pacotille. De pacotille, ils sont, mais chut ! il ne faut surtout pas le dire.

De vous à moi, que reste-t-il de Lénine, dont les bureaucrates soviétiques ont fait paraître, au temps de la dictature, 55 volumes ? Oui, vous avez bien lu : 55 livres du Maître, dont il ne reste strictement rien. Dont aucune analyse n’éclaire notre présent, a fortiori notre avenir. Et pas un seul “intellectuel” de ce qu’on appelle la gauche radicale n’est seulement capable d’expliquer quoi que ce soit de cette histoire. Comment est-on passé en quelques décennies – la plupart des témoins de l’époque sont encore vivants, souvent écrivants ! – d’une glorification de la classe ouvrière à la détestation des ouvriers réels. Le marxisme était considéré par les mêmes, à quelques nuances près, comme une formidable manière de comprendre une société et sa trajectoire, de délier les nœuds les plus gordiens, de comprendre la moindre contorsion de l’Histoire. Que reste-t-il, nom de Dieu ? Des professeurs et des livres ennuyeux.

Oui, c’est le moment de parler de Mélenchon. Non, ce n’est pas une affaire personnelle. Je plains sincèrement ceux, nombreux dans la jeunesse, apparemment, qui croient voir en lui je ne sais quelle lumière. Mon Dieu, il m’est avis qu’ils ne savent pas ce qu’est un éteignoir. Non, cela n’a rien de personnel. Si je parle une fois de plus de lui, c’est parce que j’ai le sentiment qu’il éloigne une génération – en partie, n’exagérons rien – d’une prise de conscience décisive des vrais enjeux de notre temps. Et puisque j’ai commencé par le Venezuela, je finirai par ce pays malmené par les amis de Mélenchon.

Comme ce politicien n’a évidemment rien réglé de son pauvre passé politique – George Santayana : « Those who cannot remember the past are condemned to repeat it », Ceux qui ne peuvent se souvenir du passé sont condamnés à le revivre -, il s’oblige à dire les mêmes choses que Lénine face à une Assemblée qui ne lui convient pas. Oh pas lui ! l’homme est un peu plus malin que cela. Mélenchon n’a rien dit lui-même à l’été 2017, quand la bouffonne, sanglante et sinistre Assemblée truquée de Maduro a vu le jour. Il a préféré laisser parler deux de ses soutiens les plus capés, Coquerel et Corbière. Le premier a estimé alors, le 2 août 2017 que l’Assemblée de Maduro était  : «  une bonne idée (…), la seule solution si on veut éviter la guerre civile ». Quant au second, il aura lâché le même jour : « Quand on voit de France, on a parfois une désinformation totale. On a l’impression que tout un peuple est dressé contre le gouvernement. C’est plus compliqué que ça ». Tu l’as dit : plus compliqué.

Quel rapport avec la crise écologique ? Mais enfin, n’est-il pas évident ? Dans le moment tragique que nous vivons, nous ne pouvons plus nous permettre le mensonge. Moins que jamais. La base morale de notre lutte pour le sauvetage du vivant, c’est la vérité. Le vieux monde ment sur ce qu’il est, qu’il s’agisse de déni ou d’une volonté consciente. Mais les « critiques » à la manière de Mélenchon, bien plus près de leurs supposés ennemis qu’ils ne le croient, mentent aussi. Et on ne construira plus rien de solide sur des fondations aussi lamentables.

Merci à Nicolas Hulot

J’ai sévèrement secoué Nicolas Hulot à plusieurs reprises, et notamment après sa nomination au ministère de la Transition écologique. Il n’a guère aimé, et je comprends, car cela n’était pas agréable. Est-ce que je le regrette ? Non. Est-ce que je recommencerai ? Sûrement. Ai-je si peu que ce soit modifié mon jugement sur Emmanuel Macron (ici) ? Non.

Je me sens donc à l’aise pour remercier chaudement  Hulot, qui a eu un magnifique comportement sur le dossier de Notre-Dame-des-Landes. Il se trouve que dans les derniers mois, j’ai eu à agir dans cette sombre affaire, et j’ai pu voir de près le ministre au travail. Je ne sais pas si la décision aurait été différente sans lui, mais je le crains bel et bien, rétrospectivement. Que ceux qui aboient avec facilité et souvent sottise contre lui retiennent, au moins aujourd’hui, leurs cris.

Moi, qui connais Hulot depuis tant d’années, et malgré tout ce qui nous sépare, je tiens à le remercier publiquement et à lui renouveler mon estime et mon affection.

Fabrice Nicolino, le 17 janvier 2018

 

 

Un silence de mort

Je vous mets un article que j’ai publié dans Charlie, et qui concerne les conditions de sécurité infernales qui sont celles de l’équipe. Je le fais d’une part parce que cela vous concerne aussi, mais également parce que je suis écœuré. Quoi ! nos « intellectuels » – les Debray, Onfray Plenel, Finkielkraut, Todd, Halimi et tant d’autres – se taisent, eux qui aiment tant les parlotes. Et de même nos médiacrates bien à l’abri de leurs rédactions. Et nos politiques, bien sûr, et toutes ces nobles consciences qui n’ont strictement rien à branler de ce que des gens faisant un journal soient menacés de mort au beau milieu de Paris. Beaux parleurs et négateurs de la morale commune la plus élémentaire, je vous exècre.

Mon papier : Sécurité

Mais que faire de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ?

Je suis allé faire un tour dans la ZAD, et vous trouverez plus bas le long papier que j’en ai tiré pour Charlie. Mais avant cela, lisez donc cet article de Télérama (ici), qui raconte à quel degré de bêtise sont tombés les éditorialistes français. On croirait un gag, et merci au passage au journaliste Samuel Gontier, dont les commentaires m’ont bien fait rire. Si le mot de journaliste avait encore un sens digne d’être défendu, ces gens – Christophe Barbier, Ghislaine Ottenheimer, Yves Calvi, Gilles Bouleau, Anne-Sophie Lapix – seraient obligés de chercher un travail socialement utile, et ce serait sans moi.

Ils expriment une telle ignorance de ce dont ils parlent, une telle suffisance idéologique, un tel mépris de faits pourtant documentés, qu’ils en deviennent effrayants. Effrayants, car ils sont aux manettes. Mais qui est derrière cette fantasmagorie ? Assurément, pour moi en tout cas, is fecit cui prodest. Celui qui a fait est celui à qui ça profite. Je sens, narine à l’arrêt, l’action d’officines dont certains policiers ne doivent pas être éloignés. Il est clair qu’un continuum existe entre des intérêts politiques, des factions flicardes et certains organes de presse pleinement dégénérés. Lesquels ? Est-il besoin ? Je gage que nos livres d’histoire, s’il est demain une histoire encore, raconteront ce qu’ils décrivent aujourd’hui de l’extrême pourriture de la presse d’avant la guerre, quand les rédacteurs-en-chefs faisaient antichambre dans les ambassades pour vendre leurs éditoriaux en échange de valises de billets.

La ZAD n’est pas un paradis. C’est un lieu d’exception où des humains se posent les questions essentielles de toute vie. Et c’est bien cela que les tenants de l’ordre à tout prix ne supportent pas, et préfèrent voir étouffé sous les coups, et pire encore. Mais oui, les journalistes au petit pied savent encore reconnaître le souffle de la vraie liberté quand elle leur chatouille l’épiderme. Rien n’est pire à ces terrifiants Assis. Ils disent sans peine aimer Rimbaud, mais ils vomissent sa poésie, car elle les condamne au néant. Vous souvenez-vous ? Rassis, les poings noyés dans des manchettes sales,/Ils songent à ceux-là qui les ont fait lever/Et, de l’aurore au soir, des grappes d’amygdales/Sous leurs mentons chétifs s’agitent à crever.

Je suis donc allé sur la ZAD et ce que j’en ai écrit n’est pas irréprochable. Mais la distance entre mes mots et leur logorrhée est tout de même celle qui sépare le véridique du faux grossier. Mais peut-être me direz-vous votre sentiment ?

Mon reportage est  ici. Bonne lecture