Archives mensuelles : août 2015

Penser l’après CRISPR-Cas9 (vite !)

Je laisse la parole à Stéphane Foucart, qui signe ce jour dans Le Monde un article qui, je le crois du mois, fera date.

Editer la nature

agrandir la taille du texte
diminuer la taille du texte
imprimer cet article

Classer cet article

Depuis 2012, CRISPR-Cas9 se répand comme une traînée de poudre dans les laboratoires de biologie, les revues scientifiques, les offices de brevets. CRISPR-Cas9 est partout, sur toutes les lèvres. Pour la plus grande part d’entre nous, ce n’est qu’un acronyme obscur, mais pour un nombre croissant de scientifiques, CRISPR-Cas9 est la clé ouvrant la voie vers d’inimaginables eldorados. Et peut-être aussi vers des périls tout aussi grands.

De quoi s’agit-il  ? CRISPR-Cas9 n’est pas une molécule, c’est une nouvelle technique, révolutionnaire, de génie génétique. Elle permet d’apporter des modifications précises et ciblées à un génome, et ce bien plus rapidement et simplement que les méthodes utilisées jusqu’à présent. Pour mesurer la révolution en cours, il faut se figurer les biologistes en bûcherons disposant de simples haches, et se trouvant tout à coup munis de tronçonneuses dernier cri…

Les espoirs, immenses, concernent d’abord la santé et la recherche biomédicale. Très rapidement, CRISPR-Cas9 a permis des avancées spectaculaires – pour l’heure sur des animaux. Récemment, des chercheurs sont parvenus, grâce à cette technique, à guérir des souris adultes touchées par une maladie génétique du foie, en corrigeant le gène défaillant.

Potentialités vertigineusesDepuis des mois, les perspectives environnementales ouvertes par cette méthode sont au cœur des préoccupations. La science avance vite.  »  L’an dernier, des chercheurs et des experts exprimaient leurs inquiétudes sur les moyens alors hypothétiques d’utiliser les techniques de pointe en génie génétique pour transformer rapidement des populations entières de plantes ou d’animaux, résumait cet été la revue Nature. Ils mettaient en garde sur le fait qu’une telle perspective pourrait conduire à des conséquences écologiques non anticipées.  «  Ces oiseaux de mauvais augure avaient à l’époque été fort critiqués  : pourquoi sonner l’alarme sur quelque chose qui n’existait pas  ? Un an plus tard, c’est-à-dire aujourd’hui, une telle éventualité existe.

De fait, au printemps 2015, des chercheurs américains sont parvenus à utiliser CRISPR-Cas9 pour introduire chez des drosophiles des modifications susceptibles de se répandre très vite dans une population. Relâchés dans la nature, ces quelques individus ainsi modifiés verraient toute leur descendance être en effet porteuse de ces altérations  : les lois de la statistique et de la combinatoire étant ce qu’elles sont, ces traits artificiellement apportés à quelques individus pourraient se généraliser, en quelques années, à l’ensemble de leur espèce.

Là encore, les potentialités sont vertigineuses. L’exemple souvent cité est celui des moustiques vecteurs de maladies comme le paludisme. En mettant en circulation des individus modifiés pour pouvoir se débarrasser du protozoaire responsable de la maladie, et en attendant quelques années que ce trait se généralise, il deviendrait envisageable d’éradiquer totalement un mal qui tue plus de 600  000 personnes chaque année. Une kyrielle d’autres pathologies très désagréables, vectorisées par des insectes, pourraient être aussi vaincues de la sorte  : maladie du sommeil, fièvre jaune, maladie de Lyme, dengue…

Mais une fois cette boîte de Pandore ouverte, où s’arrêterait la course à l' »  édition   » de la nature  ? Il ne s’agirait plus – comme c’est le cas depuis le néolithique – de modifier les espèces animales ou végétales qui nous sont inféodées et qui nous nourrissent, mais d’influer de manière irréversible sur le reste du vivant.

D’autres perspectives surgissent en effet. Pourquoi, suggèrent déjà certains, ne pas utiliser ces nouvelles techniques pour éradiquer localement les espèces invasives, en y introduisant des gènes délétères  ? Débarrasser l’Europe du frelon asiatique, par exemple, ou soulager les lacs américains de la carpe chinoise et de la moule zébrée… Les exemples ne manquent pas.

 »  La question n’est plus de savoir si nous pouvons contrôler des espèces invasives en utilisant le génie génétique, mais si nous devons, ou non, le faire  « , écrivent Bruce Webber et Owain Edwards (Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation, Australie) dans une tribune publiée le 25  août dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.  »  Pour la première fois, nous avons un instrument suffisamment puissant pour éliminer de manière permanente une espèce-cible de la surface de la Terre  « , préviennent les deux spécialistes de biosécurité, pour qui les risques en jeu – énormes – exigent la mise en place rapide d’un cadre réglementaire ad hoc.

La tentation d’éditer la nature pourrait aussi faire son chemin au sein de communautés scientifiques où on ne l’attend pas. Les écologues et les conservationnistes, par exemple, redoutent une érosion de 30  % environ de la biodiversité d’ici à la fin du siècle, en raison du réchauffement. A bref ou moyen terme, la tentation pourrait être forte d’utiliser CRISPR-Cas9 pour  »  aider   » certaines espèces à s’adapter. Modifier le plancton pour qu’il tolère des eaux rendues plus chaudes et plus acides par nos émissions de dioxyde de carbone, donner à certains végétaux les armes pour faire face à l’avancée de nouveaux pathogènes, introduire artificiellement de la diversité génétique au sein d’espèces trop dépeuplées pour devenir prospères à nouveau…

Le transhumanisme aura un jour son pendant environnemental. Au lieu d’éviter le saccage du monde naturel, il professera au contraire de poursuivre jusqu’au bout le travail d’anthropisation engagé, pour sauver ce qui peut l’être grâce au génie génétique, mais aussi à d’autres techniques, comme la géo-ingénierie. A côté de ce débat qui s’annonce, celui que nous avons depuis vingt ans sur les cultures transgéniques fera figure de causerie gentillette au coin du feu.

par Stéphane Foucart

Attention, problème

 

Je vous prie de m’excuser, mais je rencontre un problème au-dessus de mes forces. Certains commentaires sont rejetés par le système informatique, sans que je sache lesquels. Avant que tout ne rentre dans l’ordre, ne criez pas de suite à la censure, car je n’y suis évidemment pour rien.

Le communisme ? Non merci

Voici plusieurs fois qu’un lecteur, Vegaby, intervient en défense du communisme. Il est bien entendu le bienvenu, mais franchement, je ne peux plus laisser passer sans réagir ses commentaires. Dans le dernier, il écrit d’emblée ceci : « La crise écologique vient d’où ? Elle vient d’une classe minoritaire dont l’ objectif est l’ enrichissement personnel sans aucune retenue et attention pour la planète, des gouvernements qui sont au service de cette classe et une majorité de gens qui sont soit dans la misère et vous pouvez toujours leur faire de la morale pour ne pas couper du bois ou ne pas braconner ou manger autrement …. »

Eh bien, non. La crise écologique est avant toute chose une interrogation, et selon moi métaphysique. Une fois que tous les arguments ont pu être échangés, que reste-t-il ? Une angoisse. Pourquoi ? Oui, pourquoi ce formidable appétit de tout détruire sur son passage ? Je ne peux fournir la réponse, mais la question vous est offerte sans arrière-pensée. Oui, pourquoi ?

Quand cela a-t-il commencé ? De très nombreux textes d’époque montrent sans conteste que, dans la si envoûtante Grèce antique déjà, on déforestait massivement sans aucun souci du lendemain. Et l’on sait désormais que même des populations restreintes comme les Indiens d’Amérique et les Aborigènes d’Australie se sont acharnés à traquer quantité d’animaux prodigieux, jusqu’à provoquer parfois leur extinction. Mais il est vrai que ces catastrophes demeuraient inconnues de la plupart. Au reste, ne l’auraient-elles pas été, cela n’aurait sûrement rien changé. Pour la raison évidente que personne n’avait la moindre perception de l’idée de limite. La forêt, l’eau, l’océan, les animaux et les plantes semblaient à tous une provende qui jamais ne serait épuisée.

Le grand tournant a été, clairement, cette révolution industrielle qui allait mettre entre les mains des humains des moyens matériels – à commencer par les machines – sans commune mesure avec ce qui avait préexisté. Or, dites-moi ? Les hommes étaient-ils, moralement, devenus meilleurs que les ancêtres ? L’évidence commande de dire les choses nettement : les civilisations humaines se sont emparées d’une puissance fulgurante, telle qu’aucun cadre régulateur ne pouvait la contenir. En quelques décennies, en deux siècles au total, l’humanité a créé les moyens de son malheur définitif. Je veux dire, bien entendu, de sa disparition complète.

Je vous l’avoue : je tiens ce tournant pour la Grande Tragédie, dont les autres découlent. Et je pense, avec quelques autres, qu’il serait sage, nécessaire, vital même, de maîtriser lentement les outils de notre intelligence concrète avant que de les répandre comme la peste qu’ils sont jusque dans la dernière des demeures du Sud le plus profond. Ceux qui penseront de moi que je suis l’ennemi du Progrès me feront un très grand plaisir. Car en effet, je le suis. Leur Progrès n’est autre qu’un immense Regrès, néologisme que j’ai retrouvé, après Élisée Reclus,  il y a vingt-cinq ans. Et qui veut dire le contraire de Progrès, bien sûr, mais qui mêle opportunément, selon moi, les mots regret et régression. Car nous sommes d’évidence dans la régression, et comme je regrette cette dernière !

Venons-en au communisme. Je crois sincèrement que je pourrais venir à bout d’un livre sur le sujet, mais j’ai pitié de mes potentiels lecteurs. En deux mots, le mouvement ouvrier s’est globalement fourvoyé. Et cela m’attriste, car cet élan prodigieux, qui s’est empalé sur la guerre de 14-18, puis sur le stalinisme, était de civilisation. Nul ne peut dire ce que cela aurait pu donner, mais sait-on jamais ? On comptait dans ses rangs de très beaux esprits, qui auraient peut-être donné des fruits inattendus. Et merveilleux.

Marx ? Oh ! comme j’en ai marre. Pas de lui, certes, que j’ai beaucoup lu dans mes jeunes années, et qui est en effet un penseur. Mais ses héritiers et thuriféraires m’emmerdent, et voici pourquoi en trois points, comme aurait fait l’illustrissime Eraste Petrovitch Fandorine, personnage admirable du romancier Boris Akounine (B.Akounine pour les intimes). Et d’un, Marx n’a qu’un seul héritage dans le réel des humains, et c’est le totalitarisme. Les bolcheviques russes, les maoïstes chinois, les barbudos cubains, les Vietnamiens, Laotiens, Khmers, Jacques Duclos et Maurice Thorez, les assassins d’Andreu Nin, les tueurs de la Stasi et du KGB sont tous des femmes et des hommes qui se réclamaient de Marx.

Et de deux, Marx n’est pas coupable, j’en suis d’accord. Mais peut-on raisonnablement le débarrasser de toute responsabilité ? Pour être direct et employer une phraséologie pour le coup adapté, ce serait pur idéalisme ! Une démarche matérialiste – ce mot pour les lecteurs marxistes – commanderait tout au contraire d’établir pourquoi une pensée pareille a pu être reliée à de telles abominations. Marx lui-même aurait été probablement d’accord, qui notait dans Les origines du coup d’État du 2 Décembre 1851 : « Les hommes font leur propre histoire, mais ils ne la font pas arbitrairement, dans les conditions choisies par eux, mais dans des conditions directement données et héritées du passé. La tradition de toutes les générations mortes pèse d’un poids très lourd sur le cerveau des vivants ».

Et de trois, Marx n’est pas et n’a jamais été écologiste. Le pauvre ! Mais pour une raison extrêmement simple : on ne pouvait considérer en 1848 ou en 1871 les limites physiques d’une planète qu’on croyait encore être une exubérante corne d’abondance. La vérité, mille fois répétée dans l’œuvre de Marx, c’est que l’industrialisation est la grande chance historique de l’humanité. Qui doit permettre, à terme, une production de biens matériels si imposante que l’on passerait « de chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins ». L’expression a été formulée ainsi une première fois par le socialiste français Louis Blanc en 1839, puis reprise par Marx dans son célébrissime Kritik des Gothaer Programms (Critique du Programme de Gotha) : « Jeder nach seinen Fähigkeiten, jedem nach seinen Bedürfnissen ! ». Parlant sous le regard perçant de Martine V. – Guten morgen ! -, je traduis cette phrase ainsi : « De chacun selon ses capacités à chacun selon ses besoins ». Or, les « besoins », revus et corrigés par l’industrie, sont insatiables. N’est-ce pas la base même de la destruction de tout pour la satisfaction de personne ?

Prétendre contre toute évidence que Marx a été écologiste me semble aussi funeste que de tirer un trait d’égalité entre lui et le Goulag. Ce me semble une manière tarabiscotée d’utiliser l’ombre du philosophe pour éclairer notre géante caverne. Faut-il le préciser ? L’ombre est une parcimonieuse dispensatrice de clarté.

——————————————

Quant au reste, de quel communisme nous parle donc Vegaby ? De celui des bolcheviques russes, qui a donné, sans compter le reste,  la mer d’Aral, le polygone de Semipalatinsk, la diminution drastique de l’espérance de vie ?  Ou peut-être veut-il dire que Trotski à la place de Staline aurait fait autrement ? Relisons ensemble l’essai Art révolutionnaire et art socialiste, publié au milieu des années 20 du siècle passé. Léon Trotski, y écrivait ceci : « L’homme socialiste maîtrisera la nature entière, y compris ses faisans et ses esturgeons, au moyen de la machine. Il désignera les lieux où les montagnes doivent être abattues, changera le cours des rivières et emprisonnera les océans ».

Cela veut tout de même dire quelque chose, non ? Emprisonner les océans ! Même Jean-Luc Mélenchon, qui rêve d’industrialiser la mer, n’aurait pas osé. Cela prouve, au milieu de milliers d’autres paroles et surtout d’actes que le communisme réel partageait l’imaginaire du capitalisme le plus débridé. Il fallait bâtir de toute urgence, grâce à ces pauvres neuneus manipulés que l’on appelle les stakhanovistes, des hauts-fourneaux par milliers et millions, des cités ouvrières ignobles, des complexes militaro-industriels plus criminels les uns que les autres, Le programme a été réalisé à Prague, à Nowa Huta, en Roumanie, dans la Chine du Grand bond en avant, à Hanoï, à Cuba, en Lituanie et en Lettonie, en Biélorussie, en Ukraine, dans toute l’Asie centrale, en Bulgarie, en Yougoslavie, en Albanie, rigoureusement partout. Et il l’aurait été en France si les crapules staliniennes nommées Duclos, Thorez, Fajon avaient par malheur pris le pouvoir en 1944.

Le stalinisme, nom du communisme réel, a détruit avec plus d’application que certains pays capitalistes pour la raison évidente que l’opinion publique y était constamment réprimée. L’objectif était le même que celui des États-Unis – que Khrouchtchev appelait d’ailleurs à rattraper en 1960 – ou de la France, ou de l’Allemagne. Il s’agissait de produire, produire, produire pour, officiellement du moins, massivement redistribuer. Sauf que les bureaucraties communistes, tout occupées à se partager le festin, ont partout ponctionné leurs sociétés pour pouvoir jouir d’un niveau de vie comparable à celui des nations capitalistes. Lesquelles faisaient la même chose, répugnante à mes yeux, mais sans cette hypocrisie inouïe qui consistait à prétendre travailler pour la classe ouvrière. Avez-vous idée du fossé matériel sans fond séparant les peuples sous le knout et leurs dirigeants « bien-aimés » ? À côté, comparant ce qui était comparable, la France, notre France tellement inégalitaire, aurait paru un pays de fraternité.

Il y aurait beaucoup d’autres choses à dire. Par exemple sur cette absurdité théorique – et fondatrice – selon laquelle la classe ouvrière étant la seule classe universelle, celle capable d’émanciper la société entière, toutes les autres devaient lui être subordonnées. À commencer par ces milliards de paysans – la vraie colonne vertébrale du monde – que les marxistes de toutes les époques et de tous pays ont toujours considéré comme de la merde. Je répète : de la merde. Dans la Russie bolchevique de 1923, bien avant donc le triomphe de Staline, une voix ouvrière valait 25 000 voix paysannes (ici). Quel sens merveilleux de l’égalité et de l’universalité !

Cela n’est pas réparable, car nous parlons là du cadre d’une pensée, qui ne saurait être réinventé. Un seul exemple suffira, même si je sais que le malentendu en surgira. Nous venons de dépasser le 13 août les ressources renouvelables de la planète pour toute l’année 2015 (ici). Tout ce qui sera boulotté d’ici décembre le sera sur le dos de la bête, l’épuisant mortellement, d’année en année. La conclusion crève les yeux : la promesse d’abondance capitaliste ne vaut pas mieux que la billevesée communiste sur le règne de biens matériels inépuisables pour tous.

Oui, il faut tout repenser et admettre un Grand partage des espaces et des biens entre tous les hommes, toutes les bêtes, toutes les plantes. Dans le domaine dérisoire de la politique française, cela commande de se battre contre la prolifération des objets. Contre la bagnole. Contre la vitesse. Contre l’omnipotence du numérique. Contre le nucléaire bien sûr. Ce qui signifie au passage reconnaître ce fait : les pauvres des pays riches ne sont pas des « pauvres absolus ». À l’échelle du monde, ils sont de très grands riches. Mais oui. Je sais que c’est choquant. Mais j’ajoute qu’il faut évidemment dynamiter les sociétés de classe du Nord, et faire disparaître les monstres sociaux et moraux que sont les bourgeoisies d’Occident. Ceci posé, j’estime avoir le droit, moi qui ai grandi dans le sous-prolétariat de la banlieue, de rappeler une seconde mon enfance.

Dans ces années lointaines – le début des années 60 -, nous n’avions à peu près rien. Nous achetions à crédit la nourriture quotidienne. Nous ne pouvions pas même rêver d’une voiture. Eh bien, lorsque que je vois des « pauvres » d’aujourd’hui disposer de tant d’objets matériels, j’ai le sentiment immédiat qu’ils auraient fait figure de grossiums en 1960. Je ne crois pas que les dominés d’ici ou d’ailleurs ont besoin de davantage de pouvoir d’achat. Ils ont besoin de dignité, de respect, de pouvoir, de beauté, d’égalité. Je suis définitivement du côté de mon cher grand poète Federico García Lorca. Dans un discours clamé en 1931 pour l’inauguration d’une bibliothèque, il a ces mots fabuleux, face à une foule de vrais miséreux : « No sólo de pan vive el hombre. Yo, si tuviera hambre y estuviera desvalido en la calle no pediría un pan; sino que pediría medio pan y un libro ». Ce qui veut dire, amis lecteurs : « L’homme ne vit pas seulement de pain. Et si j’avais faim, si j’étais désemparé dans la rue, je ne demanderais pas un pain. Non, je demanderais la moitié d’un pain et un livre ».

Quel mouvement « communiste » endosserait un tel dossard ? Je n’en vois pas. Je n’en vois pas car il ne peut y en avoir aucun. L’écologie, au sens que je donne en tout cas à ce mot désormais démonétisé, est la seule voie de l’avenir, s’il en est une. Elle contient le meilleur de l’expérience humaine, et trace les contours d’une construction enfin universelle. Dans ce monde possible et souhaitable, un ouvrier ne vaudra jamais 25 000 paysans et un Bill Gates sera traité à l’égal d’un paysan du Gange ou des plateaux andins. Ni plus ni moins. Quant à l’homme – tous les hommes -, il sera remis à sa place, ce qui donnera de l’espace et de l’espoir à toutes les espèces vivantes que nous jetons gaiement au tombeau.

 

À propos de l’homme providentiel

Amis et lecteurs, prenez ce texte comme un prolongement du précédent. Je crois comprendre que mes références au destin de De Gaulle ont pu troubler certains. Je m’explique donc un peu mieux. Suis-je devenu un adepte du fameux « homme providentiel » dans les bras duquel il fait si bon se blottir ? Pas exactement.

Personnellement, intérieurement, définitivement, je vomis toutes les hiérarchies et commandements, le pouvoir, en fait l’Autorité elle-même. Mais je dois ajouter que je ne fais pas de ce sentiment si net une politique. Non – hélas, mille fois hélas -, je ne pense pas que les sociétés humaines puissent vivre d’une manière telle que les structures autoritaires en deviendraient sans objet.

Concernant de Gaulle, je constate d’abord les faits. En juin 40, la presque totalité des courants politiques, estomaqués par la violence de la défaite, ont accepté de facto la fin de la République. Et si j’écris la presque totalité, c’est parce que les staliniens – que je honnis, Dieu sait -, demandaient eux la reparution légale de l’Humanité aux nazis pour la simple raison que Staline et Hitler avaient fait accord en 1939 sur le dos de la liberté. Le fameux pacte germano-soviétique rendait l’URSS et l’Allemagne nazie alliées. Au reste, alors que les plans d’invasion de l’URSS avançaient à grand pas dans le plus grand secret – d’août 40 à juin 41 – le pays stalinien exportait massivement des matières premières en Allemagne, qui lui permirent de parachever ses conquêtes depuis la Pologne jusqu’à la France. Et de réussir dans un premier temps l’écrasement de … l’Union soviétique.

Il n’y avait donc, à l’été 1940, aucune structure appelant à la résistance et à la guerre au fascisme. Sauf de Gaulle, ridicule en son petit clocher londonien. Qui avait osé défier l’ordre qui était le sien – il est très vite condamné à mort par Vichy et tous ses biens sont saisis – pour lancer la poignée de braves autour de lui dans une aventure sans esprit de retour. D’un côté, je rejette de mon âme le galonné, qui est tout de même à l’époque général de brigade. De l’autre, j’admire le rebelle.

Mais allons donc au-delà. Certaines des plus belles manifestations de la liberté humaine ont connu, elles aussi, cette personnalisation de leur gloire. C’est le cas de l’armée révolutionnaire insurrectionnelle ukrainienne, demeurée dans l’Histoire comme la Makhnovchtchina, du nom ce qu’il faut bien appeler son chef, Nestor Ivanovitch Makhno. Cette armée paysanne aurait atteint 50 000 combattants au plus fort de son action, en 1920, et on la tient généralement pour anarchiste. Anarchiste ? Avec un chef ? Eh oui. De même dans l’Espagne de 1936, où le mouvement libertaire, si puissant dans l’Aragon et en Catalogne, sera incarné – et de quelle manière ! – par Buenaventura Durruti.

Bien entendu, cela ne fait pas des membres de ces glorieux mouvements des marionnettes. Ni de Makhno et Durruti des autocrates. Et cela vaut également pour de Gaulle. À mon sens, il faut comprendre la relation entre ce dernier et la résistance sur le terrain sous l’angle de la dialectique. La résistance humaine, sur le territoire français, a grandement aidé de Gaulle, élevé dans l’antisémitisme ordinaire et le mépris de la République à changer. Le changement, voici le mot clé. De Gaulle, entouré dans un premier temps par des membres de l’extrême droite, acceptera ensuite près de lui des républicains sincères et divers gens de gauche. Comment se serait-il comporté à la Libération sans ce formidable élan de milliers d’êtres exaltés ? Je ne le sais, évidemment, mais je me pose la question. J’ai écrit ici, au reste, un article consacré à l’extraordinaire Daniel Cordier (ici), qui montre le destin d’un jeune fasciste – lui – vers la résistance la plus pure qui se puisse concevoir.

De son côté, de Gaulle aura représenté pendant des mois et des années l’espoir. Et je crois devoir écrire l’Espoir. La psychologie des humains, telle que je la comprend du moins, est comme dopée, en tout cas modifiée, lorsqu’elle peut projeter sur un être vivant le tableau infiniment divers de ses rêves et de ses attentes. L’impossible finit alors par devenir une vraie perspective. Dans le plus noir des trous, un frisson de lumière se glisse et fait espérer le jour. C’est ainsi, je crois. Je n’aime pas ça, mais je crois signaler un fait.

Charger l’homme du poids de la Providence, je crois que c’est fou. Abandonner son autonomie, sa volonté, sa liberté, je crois que c’est suicidaire. Mais accepter cette perpétuelle tentation des hommes, je pense que c’est sage. Pour ce qui concerne la crise écologique, je gage que nous gagnerons du temps – c’est l’élément décisif – si peut surgir une figure autour de laquelle agréger nos forces. Je me répète : sans abdiquer. Sans renoncer une seconde à défendre notre point de vue entier. Mais en jugeant sans levée de boucliers ce qu’apporte à tous le destin d’un seul.

Vous me direz ce que vous en pensez, j’imagine. Soyez certains, amis et lecteurs, que je serai toujours du côté de la liberté et de la révolte.

Ce juin 40 qui nous pend au nez

Amis et lecteurs, je suis en train de lire un livre de très grande qualité. Il s’agit en fait d’une série bien connue de certains, qui s’étend sur des milliers de pages. Dans La grande histoire des Français sous l’occupation, Henri Amouroux raconte en huit tomes la période qui court  de 1939 à 1945. Le tout a paru chez Robert Laffont à partir de 1976.

Je ne suis pas très fier, car j’ai soigneusement éviter de lire Amouroux lorsque j’étais jeune. À partir de mes quinze ans – 1970 – et pendant plus de dix ans, je n’ai cru qu’en la révolution sociale, qui redistribuerait toutes les cartes. Et sauverait au passage la planète de la destruction. Enfant, je suis entré dans l’incandescence par le souvenir de la Résistance antifasciste. Je n’arrive toujours pas à comprendre comment cela m’a été transmis, car mon père Bernard, ouvrier communiste, est mort quand j’avais huit ans. Or il est le seul qui ait pu me faire entrer dans le panthéon des héros nommés Maurice Fingercwajg, Spartaco Fontano, Marcel Rajman ou encore Միսաք Մանուշյան, c’est-à-dire Missak Manouchian.

Amouroux était pour moi un homme de droite, ce qui reste vrai. Qui trouvait quantité d’excuses à Pétain et à son régime, ce qui reste vrai. D’une certaine manière, j’avais donc raison de laisser cela à tous ceux, très nombreux, qui auraient rêvé d’une réconciliation entre Pétain et de Gaulle sur fond de Marseillaise. Moi, je ne voyais qu’une  chose : quelques-uns s’étaient levés quand la plupart se vautraient. L’ignominie antisémite de Vichy continue de me raidir, et je ressens toujours l’envie immédiate d’une extrême violence contre qui défend ce temps maudit. Mais je me contiens. Désormais, je me contiens.

Reste que la somme d’Amouroux est passionnante, car il donne à voir ce que, justement, je ne souhaitais pas voir il y a quarante ans. Je pourrais aisément vous fournir 150 exemples, mais évidemment, ce n’est pas le lieu. En revanche, une grande question, qui relie l’an 40 et la crise écologique, me poursuit. Et celle-là, vous allez y avoir droit.

Juin 1940 marque un effondrement de la France tel que beaucoup, aujourd’hui encore, le jugent sans équivalent dans l’Histoire du pays. Les Allemands se jouent alors de nos magnifiques fortifications de la ligne Maginot, et occupent une à une des centaines de villes françaises. Le 22, après ce qu’il faut appeler une déroute, cette vieille baderne de Pétain accepte de signer un honteux armistice, dans cette clairière de Rethondes (Oise) où l’armée impériale allemande avait admis sa défaite le 11 novembre 1918, après quatre années de combats atroces.

On ne refait pas l’histoire. Amouroux excelle à montrer l’affaissement des consciences, sur fond d’exode et de rationnement, dès les premiers mois de l’occupation nazie. Je suis bien d’accord avec lui, qui intitule son tome 2 : Quarante millions de pétainistes. Au cours de l’abominable été 1940, il ne fait guère de doute à mes yeux que la très grande majorité des Français célébraient Pétain comme un sauveur. Et même comme le Sauveur. Mais les responsables ? Mais la classe politique ? Mais les soi-disant élites intellectuelles et morales ? Personne ne parlera. Personne n’agira. Sauf de Gaulle, à Londres, entouré d’une poignée de personnes totalement inconnues en France.

Personne. C’est vertigineux. Et ça l’est d’autant que c’est la République qu’on abat. Non pas celle, sociale et révolutionnaire, dont j’aurai tant rêvé. Mais bel et bien leur République. Celle, faussement bonhomme, qui leur a garanti pendant des générations prébendes et pensions. Tous ces journalistes, avocats, dentistes, médecins, politiciens, polytechniciens, flics et tous autres, qui forment dit-on l’ossature d’une société, son cadre hiérarchique, ont laissé crever sans broncher celle que les fascistes, si nombreux en ce temps, nommaient La Gueuse.

Si je parle ainsi de la mort de la République, c’est qu’il s’est agi d’un assassinat pur et simple. Le 10 juillet 1940, dans ce Vichy de carton-pâte, Laval et ses sbires ont installé des sièges qui copient grossièrement la disposition de la Chambre des députés. Où ? Dans la grande salle du Casino – en italien, il casino est un bordel – de Vichy. Que la fête commence ! La proposition de loi est limpide : le Parlement disparaît de facto et tous les pouvoirs, y compris constituants, sont accordés à un vieillard de 84 ans, Pétain. La victoire des vieilles droites françaises annonce le Statut des Juifs du 3 octobre, première infamie d’un régime qui les collectionnera.

649 parlementaires – députés et sénateurs – votent, dont 569 acceptent le coup d’État. Les communistes, virés de leurs postes après le pacte germano-soviétique de 1939, ne sont pas de la partie. Mais à peu près la moitié des 569 sont considérés de gauche. Seuls 80 refusent de donner les clés de la France à Pétain, dont Blum. Au total, le bilan est accablant, car aucun de ces derniers n’exprimera clairement le refus de se soumettre à un maréchal d’extrême droite, qui a déjà accepté le principe de la collaboration avec les nazis.

Je me répète sans plaisir : personne. Personne n’aura été à la hauteur de cette tragédie. Sauf de Gaulle, je me répète encore, mais que nul ne soutient à ce moment, ni même ne comprend. Y a-t-il matière à réfléchir ? Et comment ! Je regarde la pénible comédie en cours autour de la crise écologique avec les yeux d’un réfractaire, d’un refuznik de l’ordre pétainiste de 1940. Et je vois qu’il n’y aura personne, cette fois non plus, pour éclairer un chemin encore bien plus ténébreux que celui de la dernière Guerre mondiale. Un de Gaulle, à la puissance dix, qui serait la seule efficace ? Peut-être. Peut-être.

Mais en tout cas, ceux qui, d’un bout à l’autre du spectre – quel mot bien trouvé – prétendent guider l’avenir sont des fantoches. Parfaitement incapables de mobiliser en nous ce qui fut grand dans l’aventure de la Résistance, et que l’on peut nommer vaillance. Ou surpassement de soi. Surpassement de cette minuscule enveloppe de chair, d’os et d’âme que nous avons héritée, et qui est notre seul viatique. Tous, et je dis bien tous – de Le Pen à Mélenchon, passant par tous ces pompeux cornichons appelés Sarkozy, Hollande et tant d’autres – ne font que s’agiter sans que rien de neuf ne surgisse de leurs dérisoires palabres. Or, qu’y a-t-il de plus radicalement neuf que la crise écologique ?

Je l’ai déjà écrit : nous devons grouper nos maigres forces. Échanger, fortifier les nœuds qui nous lient et nous rapprochent, préparer le terrain intellectuel, moral et psychique pour des épreuves qui seront d’autant plus dures qu’elles le sont déjà. Mais pour d’autres que nous, ailleurs, perdus dans la lointaine brume de notre indifférence. De grandes batailles ont d’ores et déjà été perdues. Mais la guerre où nous sommes de toute façon sera longue, et consumera des forces aujourd’hui invisibles, mais puissantes. Celles de la vie. Cette guerre-là peut être gagnée. À condition de se lever.