Isabelle Autissier as a wonderful boss

Rue89 a publié un article que plusieurs d’entre vous ont justement remarqué. Vous le trouverez en cliquant ici. En résumé, une forte majorité de salariés du WWF-France réclament la démission du directeur, Serge Orru, qu’ils accusent de quantité de choses. Je ne me prononce pas sur le fond, car je ne sais rien. En revanche, je suis en état de juger la qualité de la réponse faite aux mécontents par la présidente en titre du WWF-France, c’est-à-dire Isabelle Autissier. La navigatrice, oui.

Je vous mets le texte de son courrier ci-dessous, et m’empresse de vous dire un court commentaire. La madame est choquée. Choquée que des salariés d’une entreprise s’expriment. Car c’est tout de même de cela qu’il s’agit. Des salariés. D’une entreprise. Et qui ont peut-être – on verra bien – des raisons de ne pas s’exprimer publiquement. Je sais des boîtes où il vaut mieux ne pas trop s’opposer, et j’imagine que vous aussi. Mais la madame la présidente, avant toute interrogation, est choquée. Et je suis moi choqué qu’elle le soit.

Deuxième point : elle menace de considérer comme faute grave le fait de parler à la presse. Ah ! Mais n’est-ce pas exactement la manière classique d’étouffer tout examen public d’affaires intéressantes ? Ne voit-on pas cela chaque jour, pour des histoires de toute espèce, et parfois graves ? Le WWF ne réclame-t-il pas constamment de l’argent à ses sponsors et donateurs ? Cet argent ne repose-t-il pas sur une moralité supposée exemplaire ? La libre information vaudrait donc pour tous, sauf le WWF  ? Eh bien, voilà une nouveauté radicale.

Enfin, je n’oublie pas que madame Autissier est une navigatrice. Cette activité n’a visiblement rien de contradictoire avec l’exercice du pouvoir, avec le plein exercice du pouvoir. Lisez lentement cette lettre, et rapportez-vous à mon texte précédent sur l’état réel de l’océan mondial. Lisez lentement ces mots de manager : « Je vous demande de vous souvenir que le WWF France ne s’est jamais aussi bien porté ». Si même c’était la vérité, cela resterait ridicule. Le WWF se porterait bien, mais au milieu du tumulte et des décombres. Franchement, cette lettre ne passe pas.

WWF France
Bois de Boulogne
1, Carrefour de Longchamp
75016 Paris

iautissier@wwf.fr

Paris le 20 juin 2011

Mesdames et messieurs les membres du Conseils d’Administration de la Fondation du WWF France, Mesdames et messieurs les membres du Conseil des Amis du WWF France, Mesdames et messieurs les membres du Conseil scientifiques du WWF France, Mesdames et messieurs les membres du personnel du WWF France, Mes chers amis,

Je conçois le désarroi qui vous a saisi à la lecture du courrier non signé qui m’a été adressé et dont vous avez eu copie ainsi qu’un certain nombre de personnes extérieures à notre organisation, demandant la destitution du  Directeur Général.

Je suis profondément choquée que de telles accusations soient émises d’une façon publique, ce qui ne manquera pas de porter atteinte à notre travail auprès de nos donateurs, partenaires et institutions avec qui nous  travaillons en confiance pour faire évoluer les dysfonctionnement du rapport homme / nature. J’y apporterai, bien entendu, une réponse sur le fond en tant que Présidente.

Je tiendrais une réunion avec l’ensemble du personnel le 5 juillet entre 14 et 16 h au siège du WWF et, pour ce faire, je souhaite que  tout autre rendez-vous ou réunion soient différé. Les membres des CA et du Conseil Scientifique qui souhaiteraient y assister seront, évidemment, bienvenus.

Entre-temps, je demande à tous la plus extrême réserve vis à vis de l’extérieur tant que ce dossier est en cours de traitement. En particulier, je considérerai la communication sur ces questions à la presse comme une faute grave et vous voudrez bien me renvoyer toute demande vous parvenant.

Dans l’attente de nous voir, et malgré les difficultés en interne et en externe auxquelles cette situation vous expose, je vous demande de vous souvenir que le WWF France ne s’est jamais aussi bien porté. Notre audience, nos moyens, notre réputation, notre efficacité n’ont cessé de progresser grâce au travail de mes prédécesseurs et de toutes les équipes présentes et passées. Nous pouvons être fiers de ce travail et je m’attacherai avec toute mon énergie à le poursuivre.

Les difficultés sont inhérentes à notre combat et doivent nous servir à être plus fort.

Sincèrement à vous.

Isabelle Autissier

40 réflexions au sujet de « Isabelle Autissier as a wonderful boss »

  1. si bien se porter c’est par exemple (au hasard ) coller le panda comme un sceau au dos des enveloppes des factures edf pour demander aux abonnés de choisir la facture électronique afin de préserver la planète…la fondation est visible et ses sponsors sont de taille.
    Elle navigue en eaux troubles, c’est dingue tout de même, cette lettre. Il faudrait lui envoyer un exemplaire de  » Qui a tué l’écologie ? » accompagné du récent rapport super inquiétant sur l’état des océans, en lui précisant bien de surtout ne pas en parler à la presse, pour ne pas risquer d’entacher l’image du panda . Qui finira probablement avec les pattes palmées tout au fond de l’Atlantique.

  2. Elle aurait pu dire: « vous savez vos « problèmes » vu de la Lune, c’est peanuts! Alors camenbert… »

    ça aurait été plus court.

  3.  » pour faire évoluer les dysfonctionnements du rapport homme / nature. »

    Que cela est bien dit !! Quelle horreur ! Une vraie technocrate cette femme, je n’en reviens pas qu’elle soit entré dans ce moule.

  4. AH AH AH !
    Quelle blague ! Quelle grotesque bouffonnerie ! Et comme ça fait du bien de pouvoir encore en rire… malgré tout… parce que franchement, vu l’actu je ne pensais pas en être encore capable mais il y a ce bon gros rire venu du fond du désespoir et qui fait un bien…
    Oui, le WWF en terme d’image se porte bien et c’est navrant. Bonne semaine à tous-tes !

  5. « Je suis profondément choquée que de telles accusations soient émises d’une façon publique, ce qui ne manquera pas de porter atteinte à notre travail auprès de nos donateurs, partenaires et institutions avec qui nous travaillons en confiance »

    Ma foi, c’est une vieille histoire, celui qui fait du tort n’est pas celui qui se conduit mal en cachette mais celui qui allume la bougie alors qu’il devrait se contenter de maudire, à voix inaudible, l’obscurité.

    La question du droit d’expression des salariés est très sensible, car, quelle que soit l’entreprise, nombre d’entre eux sont en possession d’informations de première importance qu’ils sont « priés » (???) de ne pas ébruiter. Mais s’ils le faisaient, quelle déferlante! Nous avons ainsi vu un ministre quitter le plateau d’une émission pour ne pas être confronté au témoignage d’un ancien salarié du nucléaire.

    L’autre question, très sensible elle aussi, c’est « À qui appartient une entreprise? ». Les salariés ne sont-ils pas créateurs de l’entreprise à laquelle ils travaillent? Quand cette entreprise est une association, sont-ils de simples exécutants des orientations données par le Conseil d’Administration? Ou sont-ils, eux aussi, porteurs et garants des valeurs affichées par cette association?

    Enfin: « je considérerai la communication sur ces questions à la presse comme une faute grave »: cette phrase, à elle seule, justifie que la démarche des salariés ait été publique. Elle indique clairement que, si elle ne l’avait pas été, aucune autre considération que punitive n’aurait été accordée à leur courrier.

  6. L’avantage de dicter son courrier est double : on limite le risque de fautes et on peut rejeter la responsabilité sur un subalterne.

    C’est petit, je sais.

  7. WWF et d’autres que fabrice a cité sont [bip] au coeur.
    La fameuse bande des 4.
    La plus part des adhérents (e) ne sont pas au courant de ce malaise, il faudrai que ces adhérents halle dans les CA, et Ag pour dire se qu’ils pensent.Isabelle Autissier n’est qu’une affiche de promotion au wwf, les vrais défenseurs ce sont les gens de terrain.

  8. Orru a laissé [bip] au festival du flan: [bip bip bip bip bip] Gerbant…

    J’ai dû couper l’essentiel de ce message, car il contenait des imputations diffamatoires. Ne jamais oublier qu’on doit veiller à ne pas se laisser aller. Derrière Planète sans visa, il y a …moi.

    Fabrice Nicolino

  9. j’aurais aimé entendre ce qui est reproché à Serge Orru; déjà peut-être est-il tout bêtement depuis trop longtemps à la tête de cet organisme?

    les hommes sur cette planète sont et ont été fondamentalement en grande rivalité avec la NATURE! la grande majorité…les loups..exterminés ici par ceux d’avant nous. par exemple
    tant que ce sera ainsi aucune ong n’y pourra rien changer, à part faire des timbres panda ou pingouin; ce n’est pas le sort des ces animaux qui va empêcher 5 secondes le people (modèles de notre société) de prendre l’avion: le problème de fond il est là; de plus, dans les anciens temps nous n’avions pas les moyens techniques de nos ambitions d’espèce dominante à présent oui! alors bonne chance pour inverser tout çà. à commencer par chacun de nous,chacun à son niveau plus ou moins avancé; on ne nait pas « écolo »; on le devient avec un peu de chance;

  10. « j’aurais aimé entendre ce qui est reproché à Serge Orru » (marie)

    Suffit de cliquer deux fois: deuxième ligne du texte de Fabrice « ici », puis deuxième ligne de l’article de Planète 89, « lettre ». Tu as en PDF le texte intégral de leur lettre.

    Ça donne un sel particulier à l’affirmation que WWF « ne s’est jamais aussi bien portée ». On se demande bien quels sont les critères, et quel poids pèsent les salariés pour que leur révolte soit ainsi évacuée d’une pichenette.

  11. Le personnel a droit d’avoir des représentent syndicaux, madame I-A devrait faire attention car le bateau risque de coulé.

  12. Mais quelle vision de l’entreprise à cette ingénieur-navigatrice!
    C’est pathétique.

    Le DG n’est pas un seigneur et les salariés les serfs! C’est fini depuis longtemps le Moyen Age.

    Et c’est l’écologie à la sauce Borloo-National Sarkoziste?

  13. mais Orru le sirupeux a toujours rev&é de pouvoir, et Autisssier, se servent de l’ecologie pour leur ascenscion perso,a des fins personelle,et les verts pareils: opportunisme,alors tant mieux si ca bouge a WWF ,il serait temps que ces petits egos se defassent,je trouve tout cela trés rejouissant!

  14. Cette lettre me fait penser à du philippe val, si nous perdions moins de temps à pratiquer le coït anal avec les diptères et si certains dirigeants d’associations arrêtaient de se comporter comme les clampins du medef, nous convaincrions une large partie de la population à agir pour sortir de la crise écologique.

  15. Dans le mille : effectivement c’est bien la réponse type d’un manager !
    « le WWF France ne s’est jamais aussi bien porté » : c’est clairement ridicule et grave tellement cela révèle-t-il l’autisme de son auteur. Qui se porte bien ? Isabelle Autissier, Serge Orru ? L’association avec plus de 60 % des employés signataires de la lettre ? La terre ? La mer ? Qui ? Quoi ?

    Notons au passage une des fautes grammaticales : « je tiendrais le 7 juillet ». La présidente ne sait pas conjuguer le futur ? Et hélas, ce n’est pas la seule à être dans ce cas.

  16. C’est vraiment une belle lettre de présidente de Carefour ou de Peugeot. Vendre du vert c’est comme la vente de bagnoles ou de yaourts. Il faut une belle com. et dans la difficulté il faut reconnaître sa peine tout en étant ferme…et surtout rester optimiste. Bout boulots, gars!

  17. Sérieux,

    Je déconnais avant! 🙂 C’est connu, les femmes au pouvoir ont souvent les dents longues!

    Il se pourrait bien, que certaines personnes, salariées du WWF, soient en possession du dernier livre de Fabrice et que cela a fait TILT!

    A présent elles font des recherches plus appronfondies en suivant le fil que Fabrice a donné, et comprennent enfin, ce qui se cache derrière ses « mouvements ver-tu-eux ».

    Et c’est tant mieux!

    😉

  18. Aha …. ces femmes,

    La Française Christine Lagarde désignée directrice générale du FMI.

    La Française Christine Lagarde a été désignée mardi directrice générale du Fonds monétaire international (FMI). Elle succède à un autre Français, Dominique Strauss-Kahn, pour devenir la première femme à ce poste.

    Dommage que Fabrice ne soit pas journaliste économique. Quel régal cela aurait été, un papier, venant de sa part, concernant cette « madame »!

    Pffff ….

  19. A voir …. ne pas rater, merci.

    Pour comprendre comment tout est relié, le fric, les « grands » de ce Monde, (toujours les mêmes), les profits de quelques uns au détriment des plus pauvres.

    BP en eaux troubles. Date de sortie 2011.

    ARTE.
    Mardi 28 juin, 20h40.
    Vendredi 01 juillet, 10h00.

    D’après les conclusions du Congrès américain, l’un des principaux responsables du désastre écologique du «Deepwater Horizon» du 20 avril 2010 est la multinationale BP. Les dégâts massifs sur l’écosystème de la région sont dus à des négligences ou au non-respect des règles de sécurité. Greg Palast, chef de file du journalisme d’investigation américain, enquête depuis vingt ans sur les pratiques du géant pétrolier. Ses périples l’ont mené du golfe du Mexique aux nouveaux territoires convoités par BP dans la partie arctique de l’Alaska, puis vers une des régions les plus polluées au monde, celle des champs pétrolifères d’Azerbaïdjan. Son enquête prouve notamment que le groupe a parfois usé de méthodes douteuses afin de s’arroger des contrats juteux.

    Bien a vous, Léa.

  20. Fabrice, je suppose que tu dois connaitre :

    http://www.larecherchedubonheur.com/article-27817961.html

    Rappel = la revue fusion etait influencée et soutenue pour les Larouchistes, des sectaire aussi ( comme les vert ectrêmes, désolé de choquer).

    Une « ressucée » allmande de ce truc resssort ces temps-çi

    ( on notera la construction type conspiro-complotiste « fourre-tout » que l’on peut adapter a tout les sujet ou bord )

  21. Oupps, j’avais pas vu que léa avait posté la « ressucé allemande ».

    Ce qui prouve que Gogolvox est devenu une foirfouille consternante, plus nefaste aux causes que la vérole sur le bas clergé par le coté totalement névropathes de la plupart des article et commentaires.
    Pas le meilleur outils, même si il des psychosociapathes avérés dans nos dirigeants et « responsables ».

  22. Golfe du Mexique tout cela repose aussi sur une adhésion tacite de la masse! aucune indignation palpable, lors de cette catastrophe deep water! une réaction spontanée chez les magazins de photos qui auraient pu avancer des photos d’oiseaux englués…certains afichent bien des images de corrida…mais non. rien, çà a glissé comme une lettre à la poste! voyez à côté les réactions indignés aux mesures concernant les radars. là çà râle! et comment! bagnole, sainte bagnole! à croire que ces « affaires » sont des coups montés pour tester la réaction « du bétail » humain! rien ne m’étonnerait de la part de ces affairistes mafieux qui n’ont rien à faire des dauphines et autres tortues! et comme la réaction a été celle que l’on a pu constater! on peut aller plus loin: de toute façon : çà passe. joli dictature qui se met en place: une masse d’indifférents, occupés, occupés, occupés, désinformés et naîfs, une poignée d’activistes (parsemés d’arrivistes?) divisés, récupérés etc..et une bonne clique qui en profite pour se libérer de plus en plus de toute justice et décence! tout cela orchestré par des medias de m. quel malaise! il est sur que la solution de la retraite , quitter les lieux attire! car reste-t-il un quelconque espoir? se retirer dans son chateau imaginaire à l’abri des viccissitudes, fermer sa porte à tout ce saccage en cours et se réfugier avec les auteurs. le problème de cette attitude si tentante, c’est que le jour où ils viendront frapper à la porte, il n’y aura plus personne pour te défendre.
    pour mémoire ce texte d’un pasteur allemand antinazi

    « «Quand ils sont venus chercher les communistes,
    Je n’ai rien dit,
    Je n’étais pas communiste.
    Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
    Je n’ai rien dit,
    Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
    Quand ils sont venus chercher les juifs,
    Je n’ai pas protesté,
    Je n’étais pas juif.
    Quand ils sont venus chercher les catholiques,
    Je n’ai pas protesté,
    Je n’étais pas catholique.
    Puis ils sont venus me chercher
    Et il ne restait personne pour protester

  23. Notons que le WWF cherche à « faire évoluer les dysfonctionnements du rapport homme/nature », qu’il ne s’agit donc pour lui que de « dysfonctionnement » et que le mot « évoluer » n’indique pas de quelle manière on souhaite voir changer les choses.

    Notons aussi que « efficacité » n’arrive que derrière « audience », « moyens » et « réputation ».

  24. Coucou,

    « Léa, désolé, mais Agoravox renvoie à un site lié à un groupe américain épouvantable. Je pense que vous devriez faire attention. »

    Fabrice Nicolino

    Rho, encore une bêtise de Léa. Merci. Pardon, OK, j’ai compris.
    Maintenant s’il faut cibler tout les liens, dans les sujets ou les commentaires, en mettant un avertissement  » attention danger », nous ne sommes pas sorti de l’auberge. Autant ne plus rien laisser passer!

    Ce n’est pas parce que l’on a sur sa table de chevet, Mein Kampf ou le Kamasutra, que l’on adhère a tout. Des personnages non recommandables, il y en a partout, a foison. Ils parlent, gesticulent, discourent, embobinent, c’est a nous de faire le tri. Votre blog aussi a son lot de « mécréants ». Lagarde, Boorlo, pour ne citer qu’eux!

    Merci de ne pas me stresser avant mon départ! 🙂

    Belle nuit, Léa.

  25. LE COLPORTEUR.

    Dans la vallée je vais de village en village.
    Je vends des colifichets, des brimborions,
    Des baumes apaisants, de la potion magique,
    Des filtres d’amour, des onguents miraculeux.

    À mon passage toutes les femmes accourent
    Les jeunes, les vieilles, les belles et les laides
    Je suis le marchand de petits bonheurs
    J’apaise les douleurs, j’enjolive les corsages.

    Ma vie s’écoule paisiblement sans question.
    Je n’ai pas d’entrave, ni femme, ni maison.
    L’été je serre les servantes au fond des granges
    L’hiver je réchauffe les veuves et les infidèles.

    Lorsque je suis fatigué d’avoir trop marché
    Je m’attable à la terrasse d’une taverne
    Je bois un pichet de vin blanc moelleux
    Des flots de soleil m’irradient le coeur.

    Dis moi le colporteur tes allers et retours
    Depuis tant d’années ne te pèsent ils pas ?
    Tu n’as pas de famille, que fais tu de ton or ?
    Que fais tu de ta vie ? Rêves tu encore ?

    Que me veux tu étranger, d’où viens tu ?
    De la montagne là où tu ne vas jamais.
    Restes y et laisse moi vivre en paix.
    Réfléchis, nous pourrions t’apaiser.

    Étrange personnage que ce vieil homme,
    Comment a-t-il deviné mes tourments ?
    Pour tous je suis libre, joyeux et sans souci.
    En réalité je suis ténèbres et interrogations.

    Que la pente est raide, aucun village en vue
    Le vieil homme m’a pourtant mis sur le chemin
    Peut être cherchait il à m’égarer pour me dépouiller ?
    Pourquoi ai-je suivi cette voie sans réfléchir?

    Je souffle, je crache, je peste, rude sentier.
    La nuit tombe aucune maison en vue
    Cette bergerie en ruine est la bienvenue.
    Je me sens bien seul avec mes doutes.

    La lumière m’ouvre doucement les yeux
    Aveuglé je les referme, dur soleil des cimes.
    Douce lumière ombrée de ma vallée où es-tu ?
    Bienvenu mon large chapeau, isole moi !

    Un bout de fromage et un quignon de pain
    Me donnent le temps de la réflexion.
    La voie est difficile, est ce le prix à payer
    Pour l’apaisement promis ?

    Après des heures de marche la pente faiblit
    Je découvre trois maisons en piteux état.
    Ruines du passé ou délabrement du présent ?
    Personne en vue. Est-ce le Village ?

    Sortie de nulle part une femme tout sourire.
    Bienvenu étranger voici de l’eau fraîche,
    Quelques provisions et une pelisse de mouton.
    Si tu le souhaites il y a de la paille dans la grange.

    Merci de ton hospitalité, est ce le Village ?
    Non il est plus haut derrière cette masse sombre
    Je relève mon chapeau et fixe le sommet ensoleillé
    Que c’est beau ! Quelle sérénité !

    Étranger il te faudra marcher, beaucoup marcher
    Saches que tu ne seras jamais seul sur le chemin
    Va confiant ne flâne pas car la route est longue
    Profite pleinement de chaque jour, le Village t’attend.

    Au réveil j’ai les pieds ailés, je suis en lévitation
    Je siffle, je chante, je crie de bonheur, joyeux sentier
    Cette nuit j’ai découvert la lumière qui brille en moi
    Faire tout pour que jamais elle ne s’éteigne.

    Poursuivre la voie pour se dépouiller du vieil homme
    Progressivement devenir un humain véridique
    S’illuminer au soleil des sommets et redescendre
    Dans la vallée, là se taire et rayonner en simplicité.

    RIVA L.

  26. Bonjour à Fabrice et aux lecteurs,

    J’ai bossé avec Serge Orru quelques années.
    Je sais que c’est un type bien, le genre d’homme qui cherche comme beaucoup de lecteurs de ce blog à trouver la façon d’agir la plus utile dans l’univers particulièrement mouvant depuis 10 ans de l’écologie.

    Combien de débats derrière chaque ligne de la lettre des salariés ! Celui d’une ONG qui a 5 ans pris un grand virage vers le lobby et un autre vers l’accompagnement des entreprises et celui de salariés militants qui sont recrutés pour un métier et se retrouve avec un autre.

    Je regrette qu’au final – comme trop souvent – on préfère l’hallali des accusations non prouvées et subjectives aux débats en question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *