Pascal : un grand philosophe nous est né (sur le cas Bruckner)

Pour Marie, qui se demande dans un commentaire pourquoi je ne parle pas de Bruckner. Eh bien, j’en parle. J’en ai parlé dans un papier publié par Charlie-hebdo il y a deux semaines. Car j’y ai fait la critique de son dernier livre. Et voilà ce que cela donne.

Les écologistes sont « les Lugubres ». Des méchants et des affreux qui détestent l’homme et le progrès. Et s’ils répandent la peur du lendemain, en bons petits chevaliers de l’Apocalypse, c’est que leur but est de « nous démoraliser pour nous mettre au pas ». C’est tellement bas du cul que ce livre a forcément été écrit par Pascal Bruckner lui-même. Pas de nègre chez monsieur le grand philosophe. On survole trois bouquins, on reluque Wikipédia, et l’on pond un bouquin de plus, salué par les journaux dignes de ce nom comme un magnifique essai : Le fanatisme de l’Apocalypse (Grasset, 20 euros).

Bon, faut bien continuer. Bruckner, comme d’autres plaisantins avant lui, n’a à peu près rien lu sur le sujet qu’il traite. La dislocation des grands écosystèmes, les crises de l’eau, de la biodiversité, des sols, des océans, le dérèglement climatique, il s’en tape. Il n’est pas au courant. « Après tout, note-t-il tout en finesse, le climat de la Riviera en Bretagne, des vignes au bord de la Tamise, des palmiers en Suède, qui s’en plaindrait ? ». Pas lui. Le pilier du café du Commerce veut continuer à profiter de la vie sans qu’on l’emmerde, car « voitures, portables, écrans, vêtements sont à tous égards non des gadgets, mais des agrandissements de nous-mêmes ». Face à ces merveilles, les écologistes n’ont qu’un but : « Mettre le voile noir du deuil sur toutes les joies humaines [l’italique est dans le texte d’origine, pas seulement dans Charlie] ». Pourquoi ? Mais parce qu’ils sont fanatiques, sectaires et même avares. Avares, c’est nouveau, ça vient de sortir. Oh, mais quels vilains !

Les références du Bruckner, allez savoir pourquoi, sont rares et répétitives, ses citations assez courtes pour semer le doute sur leur signification réelle, et le tout est enveloppé d’une logorrhée aussi belle qu’un cours de philo à l’ancienne, où l’on voit apparaître à la queue leu leu Kant, Rousseau et Nietzsche. Ça mange pas de pain, mais qui est visé ? L’écrivant polygraphe ne s’attaque en réalité qu’à ceux que l’on appelle les décroissants. En multipliant d’ailleurs les erreurs : Rabhi n’a ainsi jamais été le « père du mouvement décroissant ». Seulement, qui achèterait un livre de ce genre ? Philosophe mais conscient des lois du marché, Bruckner joue donc avec les mots, passant tranquillement des « écologistes » aux « Verts », de Serge Latouche à Hervé Kempf, de Hans Jonas à Jean-Pierre Dupuy, d’Ivan Illich à André Gorz.

Dans le genre, il faut reconnaître que c’est fendard. Le fondement de l’infamie serait ceci : « L’humanité est aberrante dans son ensemble, nous disent de nombreux auteurs, il faut la prendre comme une maladie à soigner de toute urgence ». Soigner, c’est-à-dire faire disparaître. Sauf bien sûr que les « nombreux auteurs » du moraliste n’existent pas. Mais s’ils n’existent pas, plus de livre à promouvoir. Donc ils existent. Ce doit être un procédé rhétorique, peut-être même philosophique.

Au total, Bruckner apparaît comme un scientiste un brin déconnant, qui défend les OGM, les « mini-centrales nucléaires sous-marines », « l’ensemencement en minerai de fer des océans pour faire croître les algues planctoniques », et même le DDT. Sans oublier les avions volant dans la stratosphère – entre 10 et 60 km d’altitude -, ou encore les ordinateurs « qu’on pourra bientôt intégrer à nos  corps ». D’un côté « les commissaires politiques du carbone », qui répandent la peur et le goût du désastre. De l’autre, quelques rares esprits demeurés lucides, résistant tant bien que mal au déferlement du « nouveau despotisme ». Comparé à Pascal Bruckner, Claude Allègre est un mou du genou, un roi de la dégonfle, une pauvre couille molle.

Au fait, qui est ce mec ? Bruckner a déjà eu son quart d’heure de gloire en 1983, avec un autre livre : Le sanglot de l’homme blanc. Les écologistes s’appelaient alors tiers-mondistes, qui par haine de l’Occident, osaient interroger les responsabilités du Nord dans la situation du Sud. Voilà comment on gagne son rond de serviette médiatique chez les bien-pensants. Dix ans plus tard, en 1992, un petit salopard nommé Luc Ferry piquait la place en publiant Le Nouvel Ordre écologique (Grasset), qui présentait les écologistes et les défenseurs des animaux comme des suppôts de Hitler (1). Un livre tous les vingt ans pour entretenir la haine de ceux qui pensent (vraiment), c’est le bon rythme, Pascal. Rassure Charlie : tu permets qu’on t’appelle Pascal, hein ?

(1) Une remarquable critique de Ferry par l’historienne Élisabeth Hardouin-Frugier : http://bibliodroitsanimaux.voila.net/hardouinfugierloinazie.html

38 réflexions au sujet de « Pascal : un grand philosophe nous est né (sur le cas Bruckner) »

  1. Un grand merci pour le lien ! Un vrai travail, instructif et éclairant. (ça nous change de ce sinistre pitre)

  2. En fait, la « pensée » de ce Bruckner est digne d’une dissertation de 3ème… allez de Seconde, on va être gentil !

  3. Il est d’ailleurs toujours possible d’écouter ici ce qu’a à dire de l’écologie P.Bruckner. C’est tout à fait édifiant :
    http://www.franceculture.fr/emission-repliques-l-inquietude-ecologique-2011-10-15.html

    Il y était opposé à Dominique Bourg et, à mon humble avis, s’y est fait laminer.

    (Je préviens : il faut être doté de nerfs à toute épreuve pour supporter l’incompétence, la mauvaise fois manifeste, les sophismes et autres approximations de P.Bruckner. Mais bon, ce n’est point inutile. Au moins, pour ceux qui ne le connaissaient pas, au sortir de cet entretien ils auront une idée de valeur et de la profondeur des thèses défendues par ce Monsieur)

  4. Le peu que j’ai entendu de ce monsieur sur les radios confirme sa désinvolture! Combien d’arbres détuits pour sa poubellication?

  5. Fabrice, tu te fais du mal à lire des trucs pareils !!!
    J’ai entendu cet énergumène sur France Inter, le matin, à heure de grande écoute, j’étais écoeuré, il fait un fourre-tout d’écologistes et d’objecteurs de croissance pour les accuser, tous, quels qu’ils soient, d’obédience au pétainisme et autres fachismes. Faut l’entendre pour le croire mais bon, ce n’est ni le premier ni le dernier à cracher sur les bonnes volontés, il caresse dans le sens du poil tous les grnads philosophes de café qui répètent à longueur de journée : »Faut pas changer notre mode de vie (sacré) ».

  6. Puisque Pascal Bruckner explique qu’il a longtemps voté pour les écologistes et que, mis de côté ceux qu’il considère comme dangereux ou ridicules, il dit avoir une vraie sensibilité pour cette noble cause, il serait intéressant de savoir précisément ce qu’il pense devoir être fait (ou plus fait) pour améliorer la situation. Pour l’avoir un peu entendu, il me semble bien qu’aucun journaliste ne lui a posé la question. Qu’on me corrige si je suis passé à côté de quelque chose…

  7. Bruckner, c’est avec BHL, finkelkraut, ferry et onfray, un de ces intellos français les plus brillement idiot. Ayant vaguement entendu parler de son bouquin, j’ai observé sa prestation chez la ruquiette sur france2. Ce fut magistral! Il argumente sur l’ordre bien-pensant des écolos, arguant que le « développement durable » et le « capitalisme vert » sont dans tous les médias (savoir que capitalisme vert ou développement durable sont les bêtes noirs des écolos et objecteurs de croissance)…

    La partie qui m’a le plus plu, c’est quand, face à la nana du figaro. Alors qu’un zemmour aurait bêtement et cyniquement été d’accord avec le message brucknerien (comme toute personne compensant son manque d’intelligence par du cynisme), la dame lui a répondu en gros, qu’après tout, la société de consommation n’était pas une panacée universelle, mais au contraire, qu’il convenait aux peuples, via leurs cultures, de définir la façon dont ils veulent vivre (et le contenu qu’ils donnent au « bien vivre »). Bruckner, répondit que non, parce que si Indiens et Chinois (mais aussi les autres) voulaient la société de conso (comme nous), c’était parce que c’est une société désirable, souhaitable qu’ils veulent en toute âme et conscience (et librement).

    Là, je me dis « oulala, magnifique! »! Un philosophe qui enseigne la philo et qui est publié, peut-donc se permettre de ne pas connaître l’histoire! On peut philosopher sur la société de consommation, sur la globalisation, sans savoir que dans ces 200 dernières années, l’Afrique et l’Inde a vu le colonialisme, l’Asie aux yeux bridés le totalitarisme… qui dans les deux cas ne furent que des entreprises de destruction, pulvérisations des sociétés, cultures, paradigmes et weltanschauungen. Bruckner n’a lu ni Illich, ni Karl Polanyi ou encoe Majid Rahnema… il ne sait pas qu’en Inde, en Chine et même en Amérique du sud, beaucoup e gens rejettent cette société…

    Il nous sort encore ses prêches sur les prétendus lumières. La « raison » et tout le toutim… sans même imaginer que sa religion est criblée d’erreurs et de contre-vérités (la félicité de hobbes, le « tout est mécanique » de descartes, ou encore les douces mœurs des marchands de montesquieu, entre d’autres choses)… bref, les gens qui parlent de raison sans esprit critique… Bon, il y a des millions d’autres sujets sur lesquels il est à côté de la plaque. Il me fait pitié, et je n’ai pas envie de l’accabler… au lieu de l’accabler, il vaudrait mieux instruire ce pauvre monsieur !

  8. Bon, mais il a raison Pascal, le Bangla Desh tout entier peut bien couler sous plusieurs mètres de flotte, et les remontées d’eau salée peuvent bien pourrir toutes les rizières du Mékong, si on a la Riviera à Paimpol, et des lauriers roses à Béthunes, de quoi on se plaint?

    Est ce bien raisonnable de lire des trucs pareils? Ce doit être très mauvais pour la santé, non?

  9. un extrait des pensées du vrai (Pascal) : » »nous courons sans soucis dans le précipice, après que nous avons mis quelque chose devant nous pour nous empêcher de le voir. »
    « Le sanglot de l’homme blanc » m’avait laisser un goût de nausée aussi, j ‘avais décidé de ne pas aller plus avant .
    Merci d’avoir réussi à me faire rire en cette si triste journée .

  10. J’ai l’impression que le lien ne fonctionne pas, voici l’article directement :
    Source : Actu Environnement

    http://www.actu-environnement.com/ae/news/traitement-dechets-fukushima-cesium-13923.php4

    Fukushima : les boues d’épuration et mâchefers d’incinération radioactifs s’accumulent dans le Nord du Japon
    Le traitement des déchets usuels pose de sérieux problèmes aux autorités japonaises. En cause, la concentration dans les résidus de traitement des éléments radioactifs déposés sur certains déchets et dans l’eau.

    Envoyer l’article par email Partager l’article Google Netvibes Delicious Digg LinkedIn Facebook Viadeo Twitter Wikio

    Dechets / Recyclage | Aujourd’hui à 18h02 | Actu-Environnement.com

    L’agence de presse Reuters rapporte qu’un « nombre croissant de villes du Nord du Japon » font état de difficultés face à l’accumulation des mâchefers radioactifs issus de leurs usines d’incinération des déchets. L’incinération des déchets verts contaminés par les retombées radioactives associées à la catastrophe nucléaire de Fukushima serait la principale cause de contamination des cendres.

    Le même problème se pose avec les boues de traitement des eaux usées qui, elles aussi, concentrent la pollution radioactive. Selon des chercheurs japonais, ce problème « va perdurer pendant des années », notamment parce que le principal élément à l’origine de la pollution est le césium radioactif dont la demi-vie est de 30 ans.

    Limiter les collectes et arrêter les incinérateurs

    La ville d’Ohtawara, située à 100 kilomètres au sud-ouest de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, a ainsi annoncé la semaine dernière que d’ici deux semaines, elle manquera de place pour stocker les quelque 400 tonnes de cendres d’incinération radioactives qui ne peuvent être enfouies.

    La commune a déjà réduit de moitié la fréquence du ramassage des déchets afin de limiter l’accumulation de ces cendres. Cependant, la mesure est insuffisante et les autorités autoriseront sous peu le stockage des mâchefers dans des sacs disposés à l’air libre.

    Plus au sud, la ville de Kashiwa a dû fermer temporairement son incinérateur. En effet, l’installation bénéficie de technologies de pointe permettant de réduire le volume des mâchefers, mais, revers de la médaille, les résidus affichent des concentrations plus importantes de particules radioactives.

    Par ailleurs, ces stockages temporaires mobilisent des ressources importantes pour les collectivités locales, à l’image de la ville de Nagareyama à proximité de Kashiwa qui a provisionné 250 millions de yens (2,36 millions d’euros) dans ce but.

    Pénurie de sites d’enfouissement

    Mi-septembre, le gouvernement a recensé 52.000 tonnes de mâchefers d’incinération et boues déshydratées issues du traitement des eaux usées. Un volume de résidus radioactifs en hausse de 63 % par rapport au recensement réalisé fin juillet. Chaque jour, le volume augmente d’environ 360 tonnes.

    Pour le gouvernement japonais, ces résidus peuvent être enfouis, dés lors que la radioactivité est inférieure à 8.000 becquerels par kilogramme (Bk/kg). Reste que les riverains des centres d’enfouissement s’y opposent.

    Par ailleurs, le plan provisoire présenté en juillet par le ministère de l’Environnement japonais prévoyait que l’Etat prendrait à sa charge la gestion des résidus d’incinération dont la radioactivité dépasse 8.000 Bq/kg. Cependant, un officiel interrogé par Reuters indique que « rien de concret n’a été décidé depuis ». En cause, notamment, la difficulté rencontrée par l’Etat pour trouver des sites de stockage dans un pays qui manque déjà cruellement d’espace.

    En septembre 2011, Charlotte Nithart, directrice de Robin des Bois, expliquait, à l’occasion d’une intervention sur le traitement des déchets en situation post-catastrophe, que des cendres contenant jusqu’à 140.000 Bq/kg de substances radioactives ont été découvertes fin mars. « Le Japon est en train de contaminer ses moyens logistiques en même temps que son réseau de traitement des déchets ménagers et d’assainissement », déplorait Robin des Bois.

    Fukushima : l’Agence japonaise de sûreté nucléaire réévalue la catastrophe à la hausse (article paru le 08/06/2011) La Nisa juge probable la fonte des cœurs des réacteurs et le percement des cuves. De plus elle réévalue à la hausse les émissions d’éléments radioactifs. Sur le site de Fukushima, de l’eau radioactive pourrait fuir vers l’océan à partir du 20 juin. Lire la news Nucléaire : les populations locales bloquent la remise en service des réacteurs japonais (article paru le 13/07/2011) Le nombre des réacteurs japonais à l’arrêt pour des impératifs de maintenance ne cesse de croître. Faute de pouvoir les redémarrer, le pays pourrait ne plus disposer du moindre réacteur en service en avril 2012. Lire la news Déchets post-catastrophe : le retour d’expérience prouve l’importance de la planification (article paru le 20/09/2011) Faute de préparation, la gestion des déchets en situation post-catastrophe peut tourner au cauchemar. Pour anticiper, certains éléments clés sont à considérer, et en particulier le stockage des déchets, les règles de tri et le traitement lui-même. Lire la news
    Article publié le 24 Octobre 2011
    Philippe Collet

  11. Bon, c’était pas la conclusion, c’était RObin des Bois :
    “Le Japon est en train de contaminer ses moyens logistiques en même temps que son réseau de traitement des déchets ménagers et d’assainissement”, déplorait Robin des Bois.

  12. Et il y a même des méchants écolos qui veulent empêcher les européens d’acheter du bois pour faire des instruments de musique.

    http://www.programme-tv.net/programme/culture-infos/3025278-enquete-en-foret-tropicale/

    Heureusement que sur une autre chaine de grande écoute à la même heure je pourrai m’instruire sur la façon d’attraper un criminelle grâce à un mégot de cigarette oublier dans un contener qui a dériver d’un angle de 47 degré sur la mer et échouer sur une plage.

  13. Comment les présentateurs vivent t-ils la différence entre le temps d’antenne accordé à ces guignols et celui accordé aux Jacquard, Rabbhi…

  14. un communiqué des résistants « NO TAV » à faire circuler dans vos réseaux :
    « A rescoussa, alarma Val de Susa.
    Ne pouvant juridiquement s’opposer à la manifestation prévue ce Dimanche dans la Vallée ; les forces de « L’ordre Berlusconien » multiplient les provocations. A la Baita, les opposants sont encerclés et la Milice Berlusconi à fixé un ultimatum à l’évacuation des lieux en demandant de séparer les habitants du Val de Susa des volontaires non-résidents. Cela rappelle l’attitude de la Milice de Vichy lors de la Bataille du plateau des Glières : « Remettez-nous les Espagnols et on vous laisse partir ».
    Par ailleurs le dispositif de la zone interdite (souvenir de Crey-Malville 1977) s’étoffe d’heure en heure. Un certain nombre de barrages routiers filtrants sont mis en place pour dissuader ou interdire les manifestants venus des quatre coins de l’Italie, mais aussi de Savoie et de France de converger vers la Vallée qui résiste.
    Merci à tous ceux qui partagent les préoccupations de nos frères et sœurs occitanno-piémontais de partager ce message sur les réseaux sociaux. Si vous ne participez pas à la manifestation dans No-Tav dans le Val de Susa, restez en alerte demain,(dimanche 23 octobre) selon le niveaux de répression ; nous pourrions avoir besoins de vous pour enclencher des protestations devant les consulats ou légations de l’Etat Italien.
    Sempre No-Tav, Soulidarita !
    http://notav-savoie.over-blog.com/m/

  15. J’ai vraiment entendu u plus haut niveau au café de la place. Ce mec est inexistant, donc un héros de notre époque !

    EbN

  16. J’aimerais qu’on m’explique comment, en France on continue à accorder tant d’importance aux déclarations de ces pseudo « philosophes » de comptoir. Cela reste pour moi un mystère.

  17. Salut Fabrice
    merci de cette réponse à un individu qui a finalement très peu d’argument . L’ayant entendu à France Inter c’est plutot « je botte en touche devant les vrais questions »
    la vieillesse est une déchéance !!!!
    ce que tu oublies néammoins , c’est que Bruckner vit de ses livres et commentaires; être à contre courant de l’évidence lui permet d’occuper un terrain médiatique laissé vide et qui rapporte.
    Ferry a bien été au gouvernement!!!
    j’en profite de passer sur ton site pour relayer le communiqué de NOTAV

    Christian Sunt

  18. Bruckner est en dépression grave,c’est la maladie qui touche le plus de français(plus de 7 millions soignés aux anti-dépresseurs!
    Ce qui est incroyable,c’est qu’il écrive un livre dans cet état!
    Révolutionnons la démocratie avec Eva!
    Hasta la libertad
    Salut et fraternité

  19. Axel merci pour le lien vers France culture mais je déconseille fortement aux conducteurs de tout véhicule de réécouter l’émission en conduisant. J’ai failli avoir un accident tant ses propos m’ont sidérée le jour où je les ai entendus,en voiture en direct, sur l’antenne sans avoir été préparée mentalement au phénomène.
    -Ce qu’a très bien fait Fabrice avec cet article-
    Prudence donc!
    Merci Fabrice pour ces partages

  20. En ce moment , une fois de plus, je suis confrontée avec violence à notre finitude . Je sais combien c’est plus rare chez nous qu’au Sud .Cela fait très mal . J’ai envie de réaffirmer mon amour de la vie et mon envie de la défendre , contre ce que voudrait voir triompher Pascal Bruckner : un déni de notre condition, déni qui nous mène au désastre . N’ayons pas peur d’aimer , de grandir, d’aller vers , maintenant .Sans chichi et en vérité .

  21. Peut être qu’il ne pense pas ce qu’il dit et que c’est un excellent vendeur. Je n’y avais pas pensé, je devrais le faire, me faire l’avocat du diable pour me faire de l’argent. Je pourrais même passer à la radio!

  22. Bruckner avait déjà commis un torchon avec Elisabeth Badinter au sujet de la situation castratrice du mâle occidental (des visionnaires, ces deux-là, qui avaient anticipé Zemmour).

    Je ne sais pas si ces gens méritent qu’on s’abaisse à leur répondre. Le seul problème c’est qu’ils occupent constamment et depuis 30 ans, l’espace médiatique, alors qu’ils devraient, tels les pédophiles et le KKK être confinés aux darknets.

    Incompréhensible. En tous cas, il est clair que cet abruti n’a pas lu « La société contre l’État » du regretté Pierre Clastres.

  23. Bruckner pense, et c’est tellement confortable,
    que la science va nous sauver et que les écologistes
    sont des anti humains , des catastrophistes, etc…
    Mais voilà ce genre de types sort un bouquin ,
    on lui ouvre les portes de la radio, tv,presse écrite (5 pages sur le Figaro magazine).
    Beaucoup de gens peu informés écouteront avec intérêt ce genre de propos.
    Ces « philosophes » ont des relais que nous n’avons pas.

  24. Pbruckner, ce que je ne comprends pas c’est son manque total de scrupules; il n’a vraiment pas honte de colporter des aneries aussi grosses que lui et répercutées ensuite sur tous les medias ce qui prouve une fois de plus leur conformisme et leur manque de rigueur, car les questions que j’ai entendues lui être posées ne brillaient pas par leur pertinence; quoiqu’il en soit ce n’est pas un type pareil qui va faire avancer le schmilblic! que n’entend-on pas davantage et autant Gilles clément! 100 fois plus intéréssant que lui. (avec Fabrice, bien sur).
    à vérifier mais j’ai lu que les problèmes financiers de Wikileaks étaient dus au barrage opposé par mastercard et visa à son site et au paiement en ligne..
    j’ai entendu sur Europe 1 l’info donnée de cette manière sur Europe 1 : « wiki jette l’éponge de gros problèmes financiers l’empêchent de continuer à publier .. »
    et PAS un MOT sur l’origine de ces problèmes ; ils sont vraiment dans le sens du vent.obligés peut-être.

  25. Lui comme d’autres sont t’ils habitez par une conscience?Ce prèoccuper de la pauvreté,de l’écologie n’est pas de la sensiblerie (rire),c’est c’est du concret ,une vague qui touche tout le monde ,meme les » bruckner « ,véritables génies du dénigrement.l’eau ,l’air ,les mauvaises herbes tout est vie ,vitale. mais peuvent t’ils le comprendre ?

  26. Est-ce que monsieur Bruckner représente vraiment quelque chose ? C’est la question que je me pose.
    La parole médiatique sort depuis tellement longtemps des mêmes bouches, bouches liftées au dernier degré, bouches à cuillers d’argent, bouches avides…
    Si ce banquet bruyant bien souvent obscène pouvait s’affaler définitivement sur lui-même, divans sur culs, et surtout sans prolonger le tableau par un passage par le vomitorium… Bon, c’est un peu facile.

    Bruckner en lui-même me paraît un bénéficiaire replet, bon teint sans ventre, d’un certain mai 1968 (pas le meilleur, signifié-je), avec pour culte et seul intérêt sa jeunesse perdue, ses frasques du moment sans doute. Toutes les modifications potentielles et de fond de son univers seraient des ennemis. Affaire personnelle érigée en affaire publique ?

    Est-ce qu’il représente davantage ?
    Considérant à quel point la crise économique actuelle ramène au plus étroit des préoccupations pour ne pas dire à leur falsification, se préoccuper du discours qu’il déploie jusqu’à poser l’écologie en ennemi et parce que cela semble la stratégie préférée des énergumènes de son genre, – la guerre, avec les méthodes les plus massives -, il faut sans doute se pencher sérieusement sur l’affaire.
    A moins que le banquet ne soit déjà fini pour notre bonhomme, des grappes plein la raison.

    Je ne résiste cependant pas à y aller de ma petite phrase lue récemment, sans contexte, super-courte à la manière philo-french gardiste, mais qui frappe bien les esprits (enfin le mien !), et spécialement en écho à Una, même si j’ai pas retrouvé quel ouvrage Pascal Bruckner aurait écrit avec Elisabeth Badinter, elle aussi amie des écolos femmes (celles qui allaitent et aiment par-dessus tout régresser) :

    « Ce sont donc les intérêts économiques du patriarcat naissant qui sont historiquement parlant à la base de l’angoisse de castration que Freud a découverte chez les hommes autoritaires. » (Wilhelm Reich, L’irruption de la morale sexuelle, p. 114)

    Des soixante-huitards n’ayant pas résolu leur problème avec l’autoritarisme (de leurs pères), tout un poème, non ? Ce ne serait donc pas forcément l’être humain qui serait abherrant, celui que nous autres, écolos aux ambitions totalitaires voudrions éradiquer, l’ayant définitivement identifié, et cela au nom de l’arbre et des oiseaux sans doute (trop charmants en même temps, ce que nous sommes), mais quelques petites personnes, un bon petit groupe quoi, qui cumulerait, et en ce moment, pas mal de pouvoirs – bien nocifs (on dirait quelque chose de la tyrannie ?). Quand tout est derrière le derrière du derrière…

    Et signeriez-vous, si cela vous convainc, la demande d’audit pour la dette publique française ? J’en ai compris l’intérêt grâce au CADTM qui connaît sans doute son objet lui (Tiers-Monde), et c’est relayé par Mediapart ce jour… Le site du CADTM permet également de visionner Debtocraty, de comprendre certains fonctionnements planétaires. http://www.cadtm.org/Francais

    http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/261011/appel-pour-un-audit-citoyen-de-la-dette-publiqu

  27. pour synthétiser, Bruckner écrit un livre bourré d’idées recues et provocateur. C’est volontairement débile et ça fait évidemment grandement réagir. Son livre se vend, les émissions se regardent. Il se fait de l’argent, et ses potes des médias aussi. Point final.Mais non.
    Le problème est que ce type est présenter comme « essayiste » « philosophe », donc un mec cultivé qui réfléchit, d’aucuns seront séduits par les idées nauséabondes qu’il diffuse (des palmiers en bretagne!)et ça c’est consternant.
    D’où ne plus légitimer cette caste politico-médiatique incestueuse.

  28. Avec ces usurpateurs qui se font des couilles en or en racolant sur les sujets « en vogue », je comprends mieux la méfiance d’une partie de la population vis à vis des intellos ou qui se présentent comme tel (ferry, bruckner, allegre, bhl, zemmour, neullau…)

    PS Du Guilvinec à la pointe du Raz,(sud ouest du Finistère pour bruckner et les autres incultes), les palmiers, même ceux qui ne supportent pas le gel, y vivent déjà.

  29. En ce moment – et ça dure quand même depuis des mois – j’entends parler des marchés financiers. Les marchés financiers ont peur, sont fébriles, sont satisfaits… C’est qui ? On sait pas.

    S’il y a bien des « gens » influents, des gens qui dictent leurs volontés, ce sont bien les marchés financiers. Mais Mr Bruckner détourne la tête pour ne pas les voir et s’attaque à un danger bien plus grand : le danger des lugubres écologistes.

    Notre système économique repose sur l’exploitation sans limite des ressources humaines et naturelles. Si apparemment les Humains peuvent encore supporter beaucoup, beaucoup de coups, la « nature », elle, arrive à ses limites physiques. Cette constatation met en danger, l’idée même de croissance illimitée du Marché.

    En fin de compte, Mr Bruckner est dans le meilleur des cas un nouveau bouffon du Roi Marché qui n’est pas fichu de voir les priorités, dans le pire, un allié du Roi Marché qui dézingue la seule pensée qui remette fondamentalement en cause sn bon maître.

    C.

  30. Georges écrit : « donc un mec cultivé qui réfléchit » mais en fait..tu parles d’une réflexion! les memes idées que ma voisine! pas plus! simplement mieux empaqueté car il a eu une formation initiale comme on dit de nos jours qui lui permet d’avoir le bon format pour se vendre, grace aussi à ses copains qui lui ouvrent les portes.
    je le deteste.

  31. Bravo à tous !! je cours acheter le bouquin de Bruckner,
    devant cette volée de bois « vert », (c’est donc plus l’humour cynique d’un type qu’il est important de combattre…) je pensais qu’ l’urgence était désormais à l’action….pas encore !
    Il fallait forcément s’y attendre,à force de le tendre, le bâton revient dans la gueule…
    Et oui, après avoir surfé la vague du catastrophisme,après toutes ces révélations, ces amalgames sur capitalisme et politique, ces scandales et autres vérités cachées ,il apparait donc légitime qu’on sache vraiment qui a liquidé l’écologie …..
    L’humour de Bruckner fait apparemment grincer les dents donc il y a forcément un aveu de culpabilité de certains , piqués au vif ..Difficile de rire de l’écologie, mais pas de certains « écologistes » qui , au vu de leurs posts méritent tout comme Bruckner, un place de clown dans le cirque des médias ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *