Les animaux malades de la peste nucléaire (pour Jean-Gabriel)

Publié le 4 août 2010

Tchernobyl, destructeur de biodiversité

par Valéry Laramée de Tannenberg

Cet article est extrait du Journal de l’Environnement (ici), et m’a paru si clair, si net, à ce point informé que j’ai décidé de le mettre en ligne ici, espérant que l’auteur ne m’en voudra pas. En tout cas, bravo.

Au printemps, lorsque l’on visite la zone d’exclusion de Tchernobyl, c’est toujours le même rituel. Immanquablement, les guides s’extasient sur la richesse de la flore et de la faune. La preuve, selon eux, que les effets de la radiation s’estompent. Et chacun y va de son anecdote : les troupeaux de chevaux sauvages venus d’on ne sait où ; les bisons biélorusses qui préfèrent les parages de la centrale accidentée à leur forêt natale. Sans oublier les poissons-chats dont la taille dépasse sûrement celle de bien des requins. On ne compte plus non plus les cervidés qui se plaisent à hanter la ville fantôme de Tchernobyl. Bref, la zone la plus contaminée de la planète serait devenue le paradis perdu des animaux.

Incroyable, mais faux ! Depuis 20 ans, Anders Pape Moller, de l’Université Pierre et Marie Curie de Paris, évalue les effets de la contamination radioactive sur la faune des alentours de la centrale ukrainienne. Et d’après le biologiste danois, pas plus que pour les humains, les rayons bêta et gamma ne sont bons pour les animaux.

Ces dernières années, cet ornithologue patenté a publié de nombreux articles sur le déclin des populations d’oiseaux dans la région de Tchernobyl. « Nous avons réalisé de nombreuses campagnes de comptage dans et hors des zones contaminées. Et, à l’intérieur de la zone d’exclusion, les populations d’oiseaux sont, en général, inférieures de moitié à celles que l’on trouve à l’extérieur », déclare-t-il.

Jusqu’à présent, ses travaux n’ont porté que sur nos amis à plumes. Avec son habituel compère Timothy Mousseau, de l’université de Caroline du Sud, Anders Pape Moller a voulu en savoir plus. « En adaptant nos méthodes, nous avons estimé les populations de mammifères, insectes, arachnides, amphibiens et reptiles », explique-t-il. Trois années durant, les chercheurs vont observer et baguer des oiseaux, compter bourdons, sauterelles et libellules, traquer les traces des renards.

Publiés cette semaine dans la dernière mouture d’ Ecological Indicators, les résultats de leurs travaux sont édifiants. « Tous ces animaux sont touchés par les doses de radiations et cela se voit nettement. Dans la zone d’exclusion leurs populations, tant en nombre qu’en diversité, sont moindres qu’à l’extérieur des zones contaminées. Pour certaines espèces d’insectes, la population est 89 % moins importante autour de Tchernobyl que dans le reste de l’Ukraine », précise le Danois.

Tout aussi grave, de nombreux spécimens sont malades. « Voilà des décennies que je bague des oiseaux. Or, à Tchernobyl, plus de 10 % des hirondelles capturées étaient atteintes de tumeurs. Je n’avais jamais vu ça auparavant », reprend-il.  

Plusieurs mécanismes expliquent cet affaiblissement biologique. L’exposition aux radiations détruit ou endommage l’ADN des animaux, ce qui entraîne des conséquences fâcheuses pour leur descendance. La radioactivité fragilise aussi la chaîne trophique. Parce qu’il y a moins d’insectes, les insectivores sont moins nombreux, de même que leurs prédateurs.

Le bilan définitif de la catastrophe du 26 avril 1986 n’est pas près d’être achevé.

46 réflexions au sujet de « Les animaux malades de la peste nucléaire (pour Jean-Gabriel) »

  1. Il me semble qu’Arte avait diffusé, à peu près à cette époque, un documentaire (http://www.artevod.com/tchernobyl_une_histoire_naturelle) sur cet aspect. Ce qui m’avait, alors, choqué c’était l’apparente renaissance de la nature, mais on y voyait, entre autres, des hirondelles avec des déformations physiques (une aile plus courte que l’autre, par exemple)et les taux de radioactivités déments sur des plantes apparemment saines.

  2. Fabrice, vous dénonciez récemment la propagande de la bidoche à l’école, mais le nucléaire ne paraît pas en reste, cf. cette accusation d’octobre dernier de Tchernoblaye :

    « Tchernoblaye accuse l’Education nationale et EDF de propagande pronucléaire auprès de nombreux élèves

    L’association Tchernoblaye proteste contre l’opération de propagande (*) organisée du 12 au 15 octobre à la centrale du Blayais dans le but de promouvoir l’énergie nucléaire auprès de nombreux élèves. Le pire est que l’Education nationale, bafouant à cette occasion ses missions de neutralité et de protection de la jeunesse, va livrer elle-même les élèves à la désinformation insidieuse d’EDF. Une association prétendue « d’Education populaire », les « P’tits débrouillards » va aussi collaborer à cette écœurante opération.

    Bien sûr, les activités annoncées (« Electricité statique, comment la voir ? ; Les circuits électriques ; Peut-on faire une pile avec des citrons ? ; etc ») peuvent paraître anodines, mais elles seront proposées sur le site de la centrale nucléaire du Blayais et co-organisées par les propagandistes d’EDF. L’énergie nucléaire sera ainsi présentée sous un jour positif (« Les sont activités offertes par la centrale du Blayais ») et parfaitement banal, sans que ne soit évoqués les dangers extrêmes et les contaminations dramatiques causées par cette énergie.

    Tchernoblaye estime que les élèves du Blayais doivent être informés que, depuis le 11 mars et la début de la catastrophe nucléaire qui frappe le Japon, des milliers d’enfants de la région de Fukushima vont à l’école avec des dosimètres afin de mesurer les irradiations dont ils sont quotidiennement victimes. Les élèves du Blayais doivent savoir que la même chose peut leur arriver et qu’ils sont les premiers menacés par la centrale nucléaire du Blayais.

    L’association Tchernoblaye appelle les citoyens à débattre vendredi 14 octobre à 20h30 à l’Athénée municipal de Bordeaux et à manifester – contre le nucléaire et pour la fermeture de la centrale nucléaire du Blayais – samedi 15 octobre (départ 14h devant la mairie de Bordeaux).
    (*) http://www.sudouest.fr/2011/10/10/le-cnpe-fete-la-science-avec-les-scolaires-522514-3227.php« 

  3. Anne, je confirme ton info, j’imagine que cela se pratique dans toute la France : mon fils qui est en première S va aller, avec son lycée ,visiter la centrale de Golfech.Je vous tiendrai au courant sur le discours d’EDF aux lycéens…Il a lu « La supplication », je pense donc que son esprit va rester en alerte !

  4. @alain et krolik,
    effectivement, l’excellent documentaire de Luc Riolon « Tchernobyl, une histoire naturelle? » fait l’état des lieux de la biodiversité dans la zone d’exclusion. et ce sont les scientifiques eux-mêmes qui parlent de leurs diverses découvertes: Andres Pape Moller explique que les hirondelles sont affectées par la radioactivité, car elles utilisent beaucoup d’énergie pour migrer,si bien qu’elles n’en ont plus pour combattre la radioactivité.
    Par contre, un scientifique américain qui étudie les rongeurs a découvert que les souris s’étaient adaptées à la forte radioactivité dans leur corps et mènent désormais une vie normale, mais il précise bien qu’il a fallu plus de 40 générations pour y arriver. si on transpose ça à l’échelle humaine, ça fait très long…
    il y a aussi Sergueï Gaschack qui étudie les arbres, et qui a remarqué que les bouleaux se sont très bien adaptés à la radioactivité, mais pas les conifères: bref, l’écosystème s’est modifié avec l’intensification de certaines espèces et la disparition de certaines autres. (et encore, il ne s’agit là que des effets visibles).
    ce qui ressort de ce docu, c’est que les effets de la radioactivité sont imprévisibles et varient fortement selon les espèces, en fonction de leur génome: l’homme est donc loin de les connaitre définitivement, surtout dans le long terme.
    dès lors, toute affirmation générale du type de celle de M. Jancovici est hors de propos!

  5. Haaaa… bonjour Krolik…
    Après les déçus du manque d’arguments techniques voilà celui qui va nous noyer dedans (fussent-ils à côté de la plaque!)…
    Comme c’est pénible de penser de consommer moins; ou encore décentraliser un production!

    Rien que pour toi Krolik, un petit film fait par un de tes anciens collègues sur un de tes ancien collègue. Sa s’appelle « Antoine citoyen », ça a été tourné en 2007… Tu te souviens avent la crise des sub-primes et Fukushima… Douce époque 😉
    http://antoinecitoyen.eu/films/

  6. à Krolik : merci de visionner la vidéo dont j’ai mis le lien dans mon précédent message.

    Sans doute aurez-vous encore quelques explications ou comparaisons fumeuses à nous proposer.

    Sans doute tenterez-vous une nouvelle fois de nous rassurer sur les risques bien exagérés que représentent selon vous les centrales nucléaires pour les populations et tous les êtres vivants.

    Peut-être aurez-vous la sagesse de vous taire…

  7. @Sancho,
    Pas trouvé trace de vidéo sur votre dernier message???
    Mais le nucléaire c’est dangereux, l’affaire est claire, comme par exemple ici un accident de plus classé récemment sur INES :
    http://www.manip-info.com/actualites/radiologie-sante/article/un-plombier-expose-a-des-effluents
    La pollution des villes est dangereuse, j’ai du lire quelque part qu’il y avait 700 décès annuellement à Paris du fait spécialement de la pollution par les particules..
    Donc faire des comparaisons de pollutions quant à leurs effets cela peut être intéressant.
    @+

  8. @ Krolik :

    Je viens de vérifier, le lien sur mon avant dernier message daté de ce jour fonctionne. Il vous permettra de découvrir le documentaire « le sacrifice » de Emanuela Andreoli et Wladimir Tcherkoff.

    Prenez donc 16mn de votre temps pour le visionner. Il se passe de commentaires.

  9. et pendant que nous échangeons ici, ma voisine est toute contente : elle rentre d’Afrique..du Niger…pourquoi, sans indiscrétion lui demande-je ? pour construire une usine areva : uranium.

    pendant que nous échangeons, eux continuent de faire

  10. Merci,

    Excusez moi, mais j’ai vraiment du mal a mettre des mots sur des sujets aussi graves. Je pense particulièrement aux enfants … quel futur?

    Beaucoup savent que le nucléaire est dangereux. Mais disent: Que pouvons nous faire?

    Ce n’est pas avec de telles certitudes que l’on avancera.

    Bien a vous,

  11. @Sancho,
    Oui je connaissais ce film qui raconte une histoire beaucoup plus « soviétique » que « nucléaire ».
    Il y aurait énormément de chose à dire.
    Mais si vous aimes ce que produit Wladimir Tchertkoff vous pouvez charger ce petit fichier :
    http://dl.free.fr/idb6hzupx , il a tendance à fantasmer beaucoup, et en l’occurence du fichier, ça ne s’est pas passé du tout comme cela.
    Mais je ne veux pas monopoliser ce blog.
    @+

  12. @ LBL :

    Je partage votre émotion, aucun mots ne peuvent traduire ce que ces images provoquent en nous. Comment supporter que « cela » ait pu se produire à nouveau au Japon. Où et quand la prochaine fois ?

    Seul Mr Krolik, avec son cynisme habituel, peut relativiser une telle horreur…

  13. cela dit il est vrai que les voitures individuelles font aussi beaucoup beaucoup beaucoup de dégats: sur les gens, dans l’air sur les bêtes, les paysages etc..mais à cette chose-là on est plus soumis

  14. @krolik,
    « http://www.manip-info.com/actualites/radiologie-sante/article/un-plombier-expose-a-des-effluents »

    Oui oui c’est ça, c’est comme les pesticides, un ouvrier agricole se serait fait mal à l’orteil en laissant tomber un flacon dessus, on peut admettre qu’ils sont un petit peu dangereux…

    Ou alors vos missiles Pluton chéris de la Guerre Froide pendant laquelle vous n’aviez pas un simple rôle de policier de la pensée mais vous étiez L’expert, il paraît qu’un soldat se serait foulé le doigt sur la pointe de l’ogive en trébuchant, le forçant à plisser les yeux.

  15. @LBL,
    On non je ne relativise pas une telle horreur, mais de pleurer de façon continue ça ne permet pas de comprendre.Les Russes ont l’habitude de sortir les tripes de leurs centrales pour les mettre sur le gazon.
    Comme par exemple ici, un accident qui a fait plus de morts qu’à Tchernobyl et qui est passé à la trappe :
    http://www.boston.com/bigpicture/2009/09/the_sayanoshushenskaya_dam_acc.html

    Maintenant si les guerres de tranchées sur le nucléaire vous intéressent, celle-ci est intéressante:
    http://2013-continuum.blogspot.com/2011/07/les-chroniques-de-krolik.html
    @+

  16. @ Krolik :

    Je ne connaissais pas l’accident dramatique qui s’est produit en août 2009 dans la centrale hydroélectrique du barrage de Sayanoshushenskaya en Russie centrale.

    Il prouve en effet que les installations industrielles utilisant des énergies renouvelables peuvent aussi être à l’origine d’accidents dramatiques (ici, sauf erreur, 74 morts parmi le personnel de l’usine).

    Mais comment pouvez-vous écrire que cet accident a fait plus de morts qu’à Tchernobyl  » ?

    Vous ne pouvez ignorer que des centaines de personnes sont déjà décédées des suites de leur exposition à la radioactivité autour de la centrale, que des enfants y souffrent de malformations ou de leucémies et que, même dans les pays voisins, une partie des cancers, mortels ou non, sont liés au passage du nuage radioactif d’avril/mai1986.

    Le bilan n’est en rien comparable et vous le savez bien. Mais c’est une terrible réalité que les défenseurs de l’atome comme vous ne peuvent pas accepter…

  17. @Sancho,
    Oh, il se trouve que j’ai participé à différentes études pour le compte de la DGXII à Bruxelles pour l’impact de l’explosion de Tchernobyl.
    Maintenant si vous êtes allé sur place et que vous avez étudié de près la question, visité les hôpitaux avec des toubibs occidentaux, participé à des réunions avec les liquidateurs, je suis tout à fait preneur de vos conclusions, maintenant les conclusions des antinucs, c’est vraiment pour rien.
    Ce serait très long à commenter, mais en ce qui concerne les malformations d’enfants, je vous remets un texte déjà passé, peutêtre ici; mais certainement lors de la guerre de tranchées sur « continuum 2013 » dont je ‘ai mis le lien.
    A l’époque de l’URSS, il ne naissait aucun enfant avec malformation génétique, impossible de trouver la moindre trisomie 21 sur toute l’URSS.
    Pour la simple et bonne raison que du fait du dogme de la priorité à la production il fallait que chacun puisse travailler.
    Les naissances se passaient dans des maternités fermées, la parturiente était rasée, aseptisée, et aucune visite autorisée, pas même le mari ; fenêtres hermétiquement closes. Le mari pour voir le bébé devait téléphoner à son épouse, elle lui donnait par téléphone le numéro de la chambre affiché à la fenêtre, et lorsque le mari venait il envoyait des gravillons contre la fenêtre pour attirer l’attention de sa femme. A ce moment l’épouse nouvelle mère pouvait lui faire voir le bébé par la fenêtre (sans l’ouvrir bien sûr).
    Alors comment surveiller ce qui se passait à l’intérieur des maternités !!!!

    Mais à partir de la chute de l’URSS en 1991 les méthodes ont changé, les toubibs se sont mis à ranimer tous les nouveaux-nés.
    Et là ils ont commencé à en avoir beaucoup, et plus que chez nous !
    Pourquoi plus que chez ? Tout simplement parce qu’à l’Ouest au troisième mois il est pratiqué une première échographie, si cette échographie conduit à un doute grave, il est pratiqué une amniocentèse sur le génome du fœtus. Et là les parents sont mise en face de leurs responsabilités.
    Personnellement j’ai eu à connaître deux cas proches qui se sont terminées par des IVG.
    Mais en ex-URSS ils n’ont pas le matériel de suivi, échographie, amniocentèse, donc ils on plus de cas « monstrueux » que chez nous.
    Nous sommes mal équipés pour recevoir ces enfants, mais eux ne l’étaient pas du tout du fait de non antécédents historiques expliqués plus haut.
    Alors ils ont tout mis sur le dos de Tchernobyl.
    Et l’on a vu des collections de photos sortir.
    Les occidentaux se sont laissés attendrir dans un premier temps et puis des recherches ont été entreprises et l’on est arrivé aux conclusions que je viens de vous donner.
    Alors qu’en plus il y ait des malformations dues à des intoxications aux métaux lourds c’est très possible…
    Dans le même style on peut se pencher sur le cas de la Roumanie. Là, la politique de Ceausescu était de vouloir multiplier la population roumaine par quatre en 20 ans, il avait fait passer une loi en 1977 qui se devait d’obliger les ménages à avoir cinq enfants !! Les accoucheurs avaient des primes pour toutes les naissances « vivantes ».
    Et à la chute du « Danube de la pensée » il a été trouvé 100 000 enfants atteints de malformations croupissants dans des orphelinats-mouroirs. L’horreur la plus complète.
    Et il n’a jamais été dit que le « nuage » ait atteint la Roumanie. Le « nuage » est passé au Nord et à l’Ouest mais pas au Sud sur la Roumanie. qu’en Roumanie aussi la pollution par métaux lourds soit importante c’est évident également….

    Mais si vous avez d’autres infos vérifiées, je suis preneur.
    @+

  18. @ Sancho, suite.
    Si vous prenez l’exemple de ce cas, dramatique, à pleurer en continu:
    http://i27.servimg.com/u/f27/12/17/43/12/hydroc10.jpg un cas d’hydrocéphalie.
    des cas comme cela il y en de pleins bocaux au musée Dupuytren rue de l’école de médecine à paris, et dans d’autres facs de médecines, Lyon Montpelleier, Strasbourg.. qui datent de 1820 à 1920.
    En fait en France et en Occident on n’en voit plus, pourquoi ?
    Et bein parce que l’on met un cathéter direcetement entre la base du crane et le péritoine, ce qui évite la compression du cerveau et la dilatation monstrueuse de la boite cranienne. Gardant ce cathéter quelques années, les enfants ont une vie pratiquement normale ultérieurement;
    Mais les Soviets ne conaissaient pas cela..
    Donc la conclusionque l’on peut faire c’est que la médecine soviétique était aussi délabrée que le reste de la société.
    @+

  19. Mr Krolik, bonsoir,

    Excusez moi mon indiscrètion.

    Avez vous des enfants, des petits enfants?

    Je vais tenter la suite avec humour, ne le prenez pas mal, nous sommes tous concernés.

    Nos enfants vont nous larguer vite fait, bien fait dans des mouroirs, le moment venu. Si tant est que la chance, la vieillesse nous laisse avancer en grand âge.

    En remerciements de toutes les saloperies que nous leur laisserons.

    Ils nous haïrons de n’avoir rien voulu voir. Par déni.
    Ils nous haïrons de n’avoir pas osé. Par peur.
    Ils nous haïrons de n’avoir rien fait. Par commodité.

    Bien a vous,

  20. @LBL,
    Oh oui j’ai des enfants et petits enfants, pas de problème. Qu’ils nous larguent à un moment c’est sûr la société est maintenant fichue comme cela.
    Peut-être bien qu’ils nous hairons comme nous haissons Jules Verne tenant de la « sotériologie scientifique » (l’Homme sera sauvé par la science); comme nous haïssons nos parents et grands parents d’avoir développé la consommation à outrance du pétrole, de nous avoir assujetti à l’électricité depuis les années 20, d’avoir conduit la société à mettre des montagnes de CO2 dans l’atmosphère.
    Mais pour revenir aux morts de Tchernobyl, on peut faire un compte rapide:
    – il y a eu la trentaine de pauvre types qui sont allés se faire griller sur le réacteur #3 le lendemain de l’explosion pour que justement le réacteur #3 puisse repartir dans les meilleurs délais : priorité à la production dans le slogan marxiste-léniniste.
    – il y a eu la dizaine de gamins décédés d’un cancer de la thyroide sur les quelques milliers de l’épidémie qui s’est déclaré chez les moins de 15 ans. Le manque d’iode dans les el de cuisine depuis 1973 en URSs a considérablement amplifié le problème qui ne se présentera pas à Fukushima.
    Au delà de ces chiffres de base , on peut applique la relation linaéire sans seuil, à la manière de Vassily Nesterenko qui avait annoncé en 2008 20 millions de morts sur 22 ans sur la zone concernée. Plus personne n’était mort de mort naturel.
    Après cela on peut noter que les Soviets, un peu bricolo, ont tout de même limité l’irraditation des liquidateurs à 250mSv (valeur reprise d’ailleur par les japonais pour les travailleurs de Fukushima) parce que c’est la valeur où le seuil est estimé en référence à de multiples accidents, en référence à des patelins comme Ramsar en Iran où les gens se prennent naturellement au moins 250mSv/an et qu’ilsz ne tombent pas comme des mouches. Si la relation linéaire sans seuil était applicable aux très faibles niveaux de dose, il n’y aurait plus personne à Ramsar, à Guarapari au Brésil et même en Bretagne.
    Je veux bien admettre qu’il y ait eu plus qu’une soixantaine de morts à Tchernobyl, mais alors il faut m’expliquer pourquoi pas 20 millions d’un part et pourquoi les gens de Ramsar ne sont pas tous morts depuis mongtemps.
    On^peut toujours me sortir des histoires d’effet d’acclimation.. mais là on tombe dans le Lyssenkisme, et ça ne fonctionne pas.
    Si vous voulez avoir une idée des accidents dans le monde depuis l’origine je vous conseille la lecture du site du gars Johnston, il fait une tenie méticuleuse de tous les accidents nucléaires dans le monde :
    http://www.johnstonsarchive.net/nuclear/radevents/index.html
    Vous pourrez constater que les morts du nucléaire médical apparaissent bien comme étant les plus nombreux. Et en France l’accident nucléaire historiquement le plus grave c’est l’hôpital d’Epinal, suivi de près par l’hôpital de Toulouse..
    L’accident de la centrale de Sayano (voir le site donné plus haut), dont j’ai mis la référence a été plus lourd en vies humaines que tchernobyl, il n’y a pas photo.
    Et à Fukushima on attend le premier mort par irradiation..
    Merci d’être arrivé jusqu’ici dans votre lecture.
    @+

  21. Bonsoir,

    Timothy Mousseau, de l’Université de Caroline du Nord, qui pour avoir passé 13 années de sa vie à étudier faune et flore dans le voisinage de Tchernobyl en est arrivé à la conclusion suivante : 100 % des espèces animales et végétales, ont leur génome altéré par la radioactivité, et cela en passant par les bactéries et les virus… Plantes aberrantes, animaux monstrueux, chute de la reproduction des espèces animales et végétales.

    Selon l’étude de Yablokov et des frères Nesterenko, publiée par l’Académie des Sciences de New York , Tchernobyl c’est 940 000 morts entre 1986 et 2004, c’est 80% des enfants biélorusses n’ayant pas un état de santé normal en comparaison à l’état de santé des enfants avant la catastrophe et c’est un impact d’échelle planétaire, avec des centaines de milliers de morts répartis sur l’ensemble de la planète mais plus largement sur l’hémisphère nord.

    Selon Timothy Mousseau, il existe autour de Tchernobyl « des mutations génétiques telles que l’on n’en trouve nul part ailleurs sur la planète ».

    ————-

    Mr Krolik, lorsqu’il s’agit d’argent ou d’intérêts, les chiffres sont toujours minimisés, donc faux. Ne l’oublier jamais. Merci.

    Salutations,

  22. @LBL
    En ce qui concerne les nesterenko, il s’agit du père Vassily (décédé d’une opération à l’estomac en Août 2008 6 mois après sa déclaration sur les 20 millions de morts..) et de son fils Alexeï.
    Alexeï a réduit les 20 millions à 985 000.. en rabotant la relation linéaire sans seuil, mais sans donner d’explication sur le seuil qu’il s’imposait, cela a été une réduction « au doigt mouillé ».. Et toujours aucune justification au fait que les gens de Ramsar, Guarapari, du Kérala en Inde ne claquent pas rapidement…
    Pour être memebre de l’ac&adémie des sciences de New York il suffit de payer sa cotisation.. il n’y a pas de « peer review »..
    Quant aux mutations, les souris et campagnols, au bout de 40 générations sont toujours dans le même état..
    Il y a eu un documentaire intéressant sur ARTE il douit bien y avoir un an, sur la biodiversité. Il concluait spécialemetn sur les hirondelles mutantes, aussi mutanyes que celles des villes fortement polluées comme Moscou ou Paris..Référence citée au début des commentaires de ce fil.
    Si vous voulez avoir une idée des propriétés de la relation linéaire sans seuil, une petite vidéo de 9 minutes est assez explicative :
    http://www.dailymotion.com/video/x7zj25_le-nuage-de-tchernobyl_tech?search_algo=1
    @+
    @+

  23. M. Krolik
    au nom de ceux qui ont laissé leur santé à Tchernobyl, je vous dit qu’aucune fange ne peut rivaliser avec celle qu’évoquent vos propos. Triste humanité.

  24. @Marie-Pierre
    j’ai passé des années en Ukraine, travaillant sur Tchernobyl, et ailleurs dans d’autres coins d’Ukraine et d’autres coins de Russie.
    Et bien je peux vous assurer que la situation du côté de Tchernobyl n’était pas pire que celle que l’on trouvait ailleur, à des miliers de km sur le terriotire de l’ex-URSS.
    Maintenant, si vous avez une xpérience personnelle différente à rapporte, je suis preneur..
    @+

  25. Mes excuses pour la coquille : je vous DIS et pas « dit ». C’est moche.

    M Krolik
    Vous prenez de toute évidence beaucoup de plaisir à étaler vos analyses et votre soit disant connaissance de la Russie. Vous parlez des Russes comme  certains forains ont pu le faire au sujet  de certains « monstres » de foire au début du XXieme siècle . Passons, cela vous caractérise vous, plus qu’eux. Sans une coïncidence précise, je ne serais pas intervenue pour vous répondre parce que j’ai déjà essayé de dialoguer avec vous il y a quelques temps- pour rien-  et que je considère que la désinformation que vous nous resservez si souvent doit être laissée à sa place. Je n’ai donc aucune expérience à partager avec vous. Mais il se trouve que je reviens de Russie, et qu’en prenant connaissance des articles de Fabrice je suis tombée sur vos commentaires d’où la nausée tant à cause du fond que de la forme. Vous alignez avec désinvolture des chiffres, notamment concernant les liquidateurs ? Alors comme ça l’histoire est arrêtée ? On peut donner les chiffres et ils sont insignifiants? Personne ne souffre plus ?  Si et il est  grave de ne pas en tenir compte . On ne les entend pas parce qu’ils ne se plaignent pas. 
    Je garde leur dignité et vous laisse à votre indécence .

  26. @Marie-Pierre,
    Mais si vous revenez de Russie et que vous êtes sortie de Moscou pour visiter quelques passés kholkozes vous avez pu vous rendre compte que la situation n’est pas fameuse..
    La Russie reprend une technique d’exploitation tout à fait coloniale, les bénéfices retirés des ressources naturelles ne sont pas ré-investis sur les lieux de production, mais dilapidés dans la capitale et dans quelques grandes villes.
    La situation socio-économique dans les campagnes est pitoyable.
    Il va y avoir des élections, et je suis sûr qu’ils vont réutilisés les vieilles techniques incitatives au vote. Une fois que l’on a voté on est admis à aller boir un coup.. enfin quelques coups, dans une salle contigüe aux frais du gouverneur local.
    Cela vaut sont pesant de cacahuètes, et ce n’est pas imaginable en Occident.
    J’espère que dans votre séjour en Russie vous êtes allée visiter quelques hôpitaux, là aussi, cela vous remonte le moral, 6 lits dans une chambre de 15m2, et partout des remugles de choux..les carreaux qui fichent le camp..
    Si vous me faites l’honeur de suivre ce que j’écris, vous avez donc pu constater par vous-même le développement des accouchements en Russie…
    @+

  27. Vous mélangez tout, elle est passée où votre rigueur « scientifique » ? Eh voilà , pas si scientifique que ça!
     Vous parlez de la situation en Russie et moi des Russes -en l’occurrence de ceux qui ne sont pas à la noce.
    Vous pensez par schémas et cela vous égare. Quand je vous dis que je reviens de Russie vous en concluez que j’étais à Moscou, eh non, j’étais en pleine Sibérie…
    Mais cela ne vous concerne pas. Le sujet était Tchernobyl et ses victimes. Cela tombe bien que vous connaissiez si bien les hôpitaux russes et ukrainiens : aucun ne reçoit plus aucun ex- liquidateur de Tchernobyl? Personne ne souffre plus selon vous?  Admettez- vous simplement que l’on puisse arrêter de compter les victimes qui trainent leur maladie ou imaginez-vous que l’on puisse les mettre avec les chevilles foulées bien compréhensibles avec l’état d’enneigement du pays? votre raisonnement tourne sur lui même , comme la langue de bois. Cela ne permet ni de rendre hommage aux victimes ( ce pour quoi je suis intervenue) ni de tirer les plus élémentaires des leçons  sur les dangers du nucléaire ( ce qui a déjà fait l’objet de nombreux débats ici).
    Vos propos sont méprisants , quand je parlais de fange… Mais là c’est clairement votre problème à vous.

  28. @Marie-pierre,
    Et bien si vous êtes allé en Sibérie vous avez du rencontrer des Russes pas en meilleure santé que les Ukrainiens ou Biélorusses. Mais il faut dire que la liste des accidents nucléaires de Tomsk-7 et Krasnoïark-26 ont été nombreux (je peux vous fournir une liste commentée à faire palir).
    Des études sur les populations contaminées il y en a eu de nombreuses, à commencer par les lapons qui étaient aux premières loges des essais de Nouvelle Zemble, et qui mangeaient du renne, renne qui mangeait des lichens, lichens qui absorbaient les métaux lourds encore plus facilement que les champignons. Et pourtant rien n’a été décelé dans ces études réalisées par des scandinaves (et des Français).
    Mais puisque vous voulez que l’on reparle de la science. je vous mets là un petit graphique avec trois courbes, ces trois courbes représentent les trois possibilités d’explication de mortalité (en pourcentage) d’une population irradiée / contaminée.
    http://i87.servimg.com/u/f87/12/17/43/12/avalua10.jpg
    La courbe droite, c’est la relation linéaire sans seuil… toute irradiation aussi faible soit-elle aboutit à un dégat exprimé en sievert. Donc un epsilon de sievert sur une très large population conduit à un nombre de morts élevé. c’est comme cela que Vassily nesterenko annonçait en 2008 qu’il y avait eu 20 millions de morts sur la zone concernée Russie / Ukraine / Bélarus. Plus personne n’est mort de mort naturelle pendant cette période de temps…
    Alors est-ce que vous situez un seuil d’inocuité ?
    Pour plus d’explication sur la relation linéraire sans seuil :
    http://www.dailymotion.com/video/x7zj25_le-nuage-de-tchernobyl_tech
    Mais on pourra revenir sur la courbe quadratique et même sur la courbe hormésis..
    @+

  29. Quelle remarquable étanchéité!
    Mais donc? En ce qui concerne très précisément les problèmes de santé des liquidateurs vous estimez avoir le droit de dire que? 

  30. @Marie-pierre
    J’en conclu tout simplement que la relation linéaire sans seuil n’est pas applicable pour les tres faibles irradiation, surtout avec un faible débit de dose.
    Si cette relation était applicable il n’y aurait plus personne de vivant dans des lieux naturellement hautement radioactifs.
    Il faudrait mettre en taule les médecins thermalistes de patelins comme La Bourboule ou Bad gastein. Il faudrait interdire la vente d’eaux minarales gazeux d’origine volacanique comme Vichy St Yorre, St Galmier (Badoit) et sur St Alban, (près de Roanne). La station de Luchon a équipé une grotte en « radiovaporarium », histoire que ça rentre mieux dans les poumons..
    En fait, avec toutes les études passées, on ne connait pas d’effet sur les adultes pour des doses efficaces (délivrées en flash) de moins de 250mSv, et pour les enfants de moins de 100mSv.
    les Soviets étaient peu communiquants du temps de tchernobyl, mais ils n’étaient pas complètement inconscients et les « liquidateurs » étaient retirés de tâches à risques lorsqu’ils avaient encaissé 250mSv.
    D’ailleurs c’est la valeur de 250mSv qui a été retenue au Japon pour les « liquidateurs Japonais ».
    Si vous avez vu la vidé d’explication de la relation linéaire sans seuil, vous avez compris la grande différence qu’il y a entre recevoir une dose instanée « flash » et une dose qui va s’étaler tout au long de l’année. C’est l’histoire de la bouteille de vodka que l’on absorbe cul-sec en différence avec les effets de celle que l’on va boire quotidiennement pas « dés à coudre » tout long de l’année. A ce régime je connais notamment une personne qui en 40 ans de carrière s’est prise 20 000mSv !! Trois à quatre fois la dose mortelle à 100ù.. bagatelle !!
    En ce qui concerne tchernobyl, cet accident est marginal par rapport à la catastrophe du collapse de l’URSS, les structures, la santé..
    De 75 ans, l’espérance de vie dans les années 1980 est passée à moins de 60 ans… Pour obtenir un tel résultat il a bien fallu que la pyramide des âges soit singulièrement attaquée!!!
    mais j’ai suivi des liquidateurs pendant de nombreuses années, avec « Tchernobyl Pomosh » (Tchernobyl Aide).
    J’assistais d’ailleurs en Novembre 1990 à Kiev à leur congrès. I9ci un scan du pin’s des participants :
    http://i17.servimg.com/u/f17/12/17/43/12/tchern10.jpg Il représente un arbre de tchernobyl en forme de fourche, et les participants disaient :
    – Cte arbre a servi de potence par les nazis pendant la guerre, mais les Communistes ont tué cet arbre !!
    Vous voyez que les préoccupations de l’époque étalaient plutôt un reproche contre le communisme que contre le nucléaire.
    D’ailleurs les liquidateurs demandaient des avantages économiques, leur principale revendication était de pouvoir importer, vendre, de la vodka sans supporter les taxes et accises. Droit qui d’ailleurs leur a été accordé pendant plusieurs années, ce qui a favorisé l’alcoolisme et les traffics mafieux.
    Ah, séparer Tchernobyl de la vodka… raisonner « société occidentale » en terre communiste…
    Mais si vous revenez de Sibérie vous avez du comprendre qu’il y avait bien souvent des disjonctions entre les société occidentales et russes.
    @+

  31. Je  me disais que Je  me disais que soit vous accepteriez de reconnaitre les dégâts les moins contestables, mais cela remettait en question vos constructions, soit vous donneriez la mesure de  de votre délire.  Et voici de nouveaux flots de boue toujours plus puants. mais  ça suffit, je ne lirai plus une seule de vos lignes.
    Vos propos dégoulinent de haine.Rien à faire, ce que vous dites des liquidateurs qui ont sans doute sauvé beaucoup de notre qualité de vie et pour certains le paient encore de leur santé ne m’évoque qu’un être pervers et lâche -du style de ceux qui arrivent à justifier les dictatures les plus immondes. De plus, c’est bien connu, cette perversité se délecte aussi de l’indignation.  Je vous laisse donc dans votre jus et , je le répète , je ne lirai plus un seul mot de vous.

  32. Et bien vous ne lirez plus un seul mot de moi..
    C’est votre liberté.
    Mais vous n’avez pas répondu en ce qui concerne ,votre conception de la relation linéaire sans seuil, surtout de son application.. Car c’est tout de même la base du problème.
    Vous êtes allé en Sibérie, mais vous n’avez pas relaté votre expérience de connaissance des procédures d’accouchement en Russie??! J’aurais bien aimé avoir votre point de vue.
    D’autre part vous voyez de la haine dans mes propos, alors qu’il n’y en a absolument pas. D’une façon générale j’aime bien les Russe, et j’ai de très bons amis en Russie.
    Vous avez du voir que j’ai écrit environ 160 pages de texte sur la situation dans l’ex-Urss à la fin justement de l’Urss. Ce texte d’ailleurs a été traduit en Russe et il est publié sur un site moscovite littéraire, car il parait qu’il est évident que l’on voit que « jaime bien les Russes »
    http://www.grustno.hobby.ru/ à côté de Nabokov et Maïakovsky,entre autres, excusez du peu!
    Par contre j’au pu apprécier la volée d’injures non motivées que vous mp’avez envoyée.. Une tendance au comique de répétition ?!
    @+

  33. Pour éviter de « croire » dans l’exactitude (ou non) des travaux publiés, pour lire la réalité, le plus simple est de tenir un inventaire d’observation!!!
    Faites-vous même l’exercice de l’observation, le résultat est SAISISSANT!
    Peut-on croire les documents “officiels” ???
    En Bourgogne, le niveau d’inquiétude peut (ou devrait exister) avec ces monstres végétaux et animaux nombreux…. Voir :
    http://seclin.tourisme.free.fr/eau/Escargot_mutant.html#radioactivite_monstres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *