Kempf et Superno sur Notre-Dame-des-Landes

Je ne le dirai jamais assez : la bagarre de Notre-Dame-des-Landes est essentielle pour tout écologiste qui se respecte. Je n’ai pas le temps d’y insister, et vous donne donc à lire deux textes qui ne sont pas de moi. D’abord une chronique d’Hervé Kempf, parue dans son journal, Le Monde. Ensuite un billet du blogueur lorrain Superno. Je les salue tous les deux.

Une cause nationale

Hervé Kempf – 21 octobre 2012

Le lourd silence de Cécile Duflot, de José Bové, de Daniel Cohn-Bendit, de Nicolas Hulot et de tant d’autres sommités, le désintérêt des médias, la passivité d’Europe Ecologie Les Verts, le « courage fuyons » des élus PS informés des enjeux écologiques, l’apathie de la grande majorité des associations environnementales, le désir si manifeste de tout ce joli monde de tourner la page n’y font rien : ce qui s’est déroulé cette semaine et se poursuit ces jours-ci autour de Notre Dame des Landes, en Loire-Atlantique, est vital, crucial, essentiel. Si ceux pour qui les mots « crise écologique » veulent dire quelque chose perdent cette bataille, si cet aéroport se faisait, le mouvement écologique en serait aussi durablement affaibli qu’il l’avait été, en 1977, par les événements de Creys-Malville.

On s’étonne que ne soit pas comprise l’importance de ce bras de fer. Mais peut-être faut-il, de nouveau, en expliquer les enjeux. Il s’agit, donc, d’un projet d’aéroport qui occuperait près de 2000 hectares de terres au nord de Nantes. Vieux d’une quarantaine d’années, il a ressurgi au début des années 2000. La résistance tenace, non violente, assise sur des expertises solides, de paysans, d’élus, d’écologistes, de citadins, d’habitants anciens et nouveaux, a retardé le projet. Elle a permis de voir que se cristallisent ici toutes les problématiques qui forment le complexe écologique de ce début du XXIe siècle. Ce n’est pas Trifouilly-les-Oies, c’est une cause nationale.

Alors que le Programme des nations unies pour l’environnement vient d’annoncer que les zones humides, essentielles à la biodiversité et à la régulation des écosystèmes, ont perdu dans le monde la moitié de leur superficie depuis un siècle, on s’apprête en France à détruire un site dont 98 % des terres sont des zones humides. Alors que semaine après semaine, les climatologues publient des études montrant la gravité du changement climatique, on s’apprête en France à construire un aéroport qui stimulera le trafic aérien, important émetteur de gaz à effet de serre. Alors que l’artificialisation des sols et la disparition des paysans sont officiellement déplorées, on la planifie ici, ce qui la justifiera ailleurs. Alors que le pouvoir du capital et les partenariats public-privés sont partout dénoncées, on donne les clés du projet à la multinationale Vinci.
Il y a des moments où il faut savoir dire non. Il est temps que se fassent entendre ces « Non ».

Source : Cet article est paru dans Le Monde daté du 21 octobre 2012. On peut le trouver ici : http://www.reporterre.net//spip.php?article3367

Superno (ici)

Assourdissant silence médiatique sur la guerre civile contre l’écologie à l’Ayraultport de Notre-Dame-des-Landes

[La démocratie et l’écologie selon Jean-Marc Ayrault. Cette photo a été prise ces dernières heures à Notre-Dame-des-Landes. Je n’en connais pas l’auteur, mais s’il se fait connaître je le créditerai et le remercierai.]

Ce qui se passe en ce moment même à Notre-Dame-des-Landes est un scandale véritable. Et le deuxième scandale, c’est que tout le monde s’en fout !

La télé, les grands médias, n’en parlent quasiment pas. Un entrefilet sur France Info, un bandeau de quelques secondes sur Itélé, point barre. Ah si, un petit article dans “Le Monde”, un autre sur rue 89. Mais rien dans les JT nationaux.

Sur Internet, c’est à peine mieux. Il faut dire que depuis que Hollandréou et sa clique ont pris le pouvoir, la plupart des blogueurs “de gauche” sont de plus en plus mal à l’aise, le cul entre deux chaises, et se ridiculisent à défendre des gens et des trucs indéfendables (genre le TSCG et le prix Nobel à l’UE). Et puis il faut bien dire qu’il y a des sujets autrement plus importants . Ah, si c’était Sarkozy qui s’était amusé à faire la même chose, c’eût été la révolution !

Je ne suis même pas sûr que chacun d’entre vous connaisse les détails du projet de Notre-Dame-des-Landes, et sache ce qui se passe là-bas, maintenant.

Je vais donc essayer de vous le résumer.

Tout d’abord, il y a déjà un aéroport à Nantes, l’aéroport de Nantes Atlantique (anciennement Château-Bougon), à quelques kilomètres au sud-ouest de la ville. Un bel aéroport, d’ailleurs. En place depuis des dizaines d’années. 3 200 000 passagers par an. Et capable d’en accueillir bien plus, puisque lorsque le volcan islandais a fait des siennes, ce sont 20 000 passagers par jour qui y sont passés dans des conditions correctes. On peut donc supposer que son seuil de saturation est au delà de 7 millions de passagers par an.

Il a même obtenu en 2011 le prix européen du meilleur aéroport décerné par l’ERA (European Region Airlines Association). C’est dire s’il est pourri et bon à jeter.

Au passage, il y a au total 14 aéroports dans l’ouest de la France. Cela pourrait sembler suffisant…

Seulement voilà. Aéroport ancien et opérationnel, ça veut dire possibilité de bétonnage supplémentaire limité. Pas bon pour la “croissance”. Et pas bon pour le bétonneur Vinci, société multinationale bien connue pour sa rapacité et son influence sur les politicards, et qui cogère l’aéroport de Nantes Atlantique.

Le maire de Nantes depuis plus de 20 ans s’appelait jusqu’en juin dernier Jean-Marc Ayrault. Un notable régional médiocre, un roublard de la politique comme on en connaît hélas tant. Or, quand un élu le reste trop longtemps, chacun sait qu’il a une fâcheuse tendance à se monarchiser ou se dictateuriser, on ne connaît que trop bien le problème en Lorraine avec Metz et Nancy.

Toujours partant pour faire parler de lui ou pour laisser une trace dans l’histoire régionale, le maire écoute forcément d’une oreille attentive les margoulins cupides qui se pressent autour de lui.

Ayrault, comme Hollande et tous les “socialistes” archaïques, en est resté aux 30 glorieuses, au béton, au nucléaire, et à la sacro-sainte “croissance” qui s’est évanouie mais pour laquelle ils sont prêts à tout sacrifier dans l’espoir de son retour, un peu comme un amoureux éconduit qui ne comprend pas que c’est foutu, elle ne reviendra jamais. En particulier, ils ne semblent jamais avoir entendu parler de Peak Oil ou de réchauffement climatique.

Complètement plongés dans la politique, avec une vision rétrécie qui ne dépasse jamais l’horizon de la prochaine élection, ils n’ont pas vu le temps passer, le monde changer. Oh, ils ont bien entendu parler d’écologie, mais ils n’y ont rien compris. Des conseillers en comm leur ont dit d’en parler ? OK on en parle. Mettez-moi un ou deux ministres écolo, fermez moi une vieille centrale nucléaire, une bagnole hybride pour le président, Montebourg qui se promène en voiture électrique, et voilà, ça fait la rue Michel. Pour le reste ? Ben on change rien, c’est croissance, nucléaire, béton et bagnole.

Il est d’ailleurs assez symptomatique de voir sur Twitter des arguments en faveur de l’Ayraultport qui soient défendus par Théo Aubin, le cheffaillon régional des “jeunes de la droite populaire” ! (Au passage, visez l’oxymore ! Jeunes sur leur carte d’identité, et déjà tellement vieux cons dans leur tête !). Ça ne vous interpelle pas ?

Le projet de Notre-Dame-des-Landes est ancien. On avait même failli réussir à le justifier pour faire atterrir… le Concorde ! C’est dire le niveau et la clairvoyance de nos dirigeants. Qui n’a pas évolué depuis 40 ans.

Mais un jour, j’imagine que quelqu’un de désintéressé à dû souffler à l’oreille de Ayrault qu’un deuxième aéroport à Nantes ce serait bien pour la croissance, pour le rayonnement régional, pour celui du maire, aussi, hein, hé hé…

Et l’aéroport actuel ? Comme le vieux chien dont on veut se débarrasser, on l’accuse de la rage. Ah ? Euh… Oh… Il est vieux et tombe en ruines… Avec la croissance du trafic, il sera bientôt saturé… Et puis il est… dangereux !

Comme on l’a vu, cet aéroport est loin de la saturation. Et personne ne l’a jamais trouvé dangereux, ni les pilotes, ni la Direction Générale de l’Aviation Civile. Et s’il doit tomber en ruines, c’est que plus un investissement n’y est fait en raison du nouveau projet.

Souvent, dans les projets régionaux, les clans s’affrontent et cela peut donner des catastrophes aberrantes. Tout près de chez moi, il y a l’exemple magnifique de l’aéroport de Metz-Nancy-Lorraine et de la gare de Cheminot. Après une guerre Metz-Nancy, l’aéroport a été construit, pour ne froisser personne, à exacte distance entre les deux. Sauf qu’il est perdu dans le trou du cul du monde et qu’il faut faire 25m pour y aller. D’ailleurs il y a très peu de trafic, et c’est un gouffre à pognon qui fermera tôt ou tard. Ensuite, il fallait construire une gare TGV. Là encore, deux clans se sont battus. Les uns voulaient cette gare à Cheminot, près de l’aéroport, d’autres à Vandières. C’est la première solution qui a été retenue. Merveilleux. Sauf que cette gare, qui se trouve aussi dans le trou du cul du monde, n’est reliée à rien. Même pas à l’aéroport, distant de quelques km seulement, et encore moins au réseau TER. Du coup, il est à nouveau question de construire une nouvelle gare à Vandières. Bref. Et on confie l’avenir de nos enfants à cette engeance…

Ayrault n’a pas eu ce problème à Nantes. Dès qu’il s’agit de “croissance ou de béton”, l’UMP est toujours d’accord. Comme le PCF. Et les barons du Grand Ouest, comme Fillon et Raffarin, ont soutenu ce projet ridicule et scandaleux. Pour être honnête, il y a un peu d’opposition. Le Parti de Gauche, par exemple (au passage on notera encore une fois que le “Front de Gauche” est un attelage très étrange…). EELV, bien sûr, dont on reparlera. Le Modem, aussi. Ségolène Royal. Et Philippe de Villiers (qui lui n’est pas contre l’aéroport, mais le trouve trop loin de la Vendée, et voudrait donc… construire un nouveau pont sur la Loire… Du béton, des bagnoles, on n’en sort pas). Mais tous ces gens-là ne pèsent pas grand-chose face au Front du Béton.

Le nouveau projet d’aéroport se situe au nord-ouest de Nantes, plus loin, à une vingtaine de kilomètres de la ville. Tant mieux, c’est toujours autant d’autoroutes et de béton à construire. La surface totale du terrain à saccager est de 1650 hectares. Monstrueux ! Cette ZAD (“Zone à Aménagement Différé”, que les opposants ont rebaptisée “Zone à Défendre”) se trouve dans un secteur rural et fragile. Inutile de préciser que l’eau du secteur a du souci à se faire. Au moment où l’agriculture bio peine à décoller car elle ne trouve pas de terrains pour l’accueillir, inutile de préciser qu’on est en présence d’une ineptie sans nom.

C’est un projet principalement privé, mené par Vinci, qui en obtiendra la concession pour 55 ans ! Le coût du projet, sous-estimé à un peu plus de 500 millions d’euros (la moitié d’argent public), serait en fait au total (comprenant donc les autoroutes) de 4 milliards d’euros.

Mais rien n’arrêtera les bétonneurs et leurs complices politiciens. Les gouvernements passent, et le projet se poursuit. On habille bien entendu l’ignominie avec les habits du droit (enquête d’utilité publique…). Le Grenelle de l’environnement Sarkozyste en 2007 aurait dû enterrer le projet définitivement, mais non, il se poursuit. Il faut dire qu’on a mis le paquet dans le greenwashing et l’intoxication médiatique. À écouter ces andouilles, ce site sera un merveilleux paradis écologique. Non polluant, autosuffisant en énergie. Labellisé “Haute Qualité Environnementale”. Pour un peu, ils nous feraient croire que seuls des avions à pédales ou à élastique vont s’y poser.

Voilà pour ce rapide résumé. Passons maintenant à l’actualité.

Depuis quelques années, et malgré la quasi-unanimité des politiciens du Front des Bétonneurs, la résistance s’est organisée sur place. Des riverains. Des écolos. Une association, l’ACIPA, compte désormais 3000 membres. Et même des citoyens engagés venus de loin : Notre-Dame-des-Landes est devenu un symbole de la résistance à l’absurdité. Des séminaires y ont eu lieu, réunissant décroissants, écolos, et “Vraie Gauche”. Force est de constater que la situation a comme un arrière-goût de Larzac, 40 ans après.

Tiens, le Larzac. Voilà qui doit faire mal au cul à quelques “socialistes” qui dans leur jeunesse y sont venus affûter leurs dents de lait contre le pouvoir de droite de l’époque. Mais comme les notaires de Jacques Brel, ils sont désormais passés dans l’autre camp..

Des propriétaires qui ont eu la malchance de se trouver sur la zone ont été sommés de déguerpir. Nombreux sont ceux qui refusent de vendre leur maison à Vinci. Et des maisons expulsées sont squattées par des opposants. La résistance s’est concentrée dans la ferme maraîchère du sabot où les derniers irréductibles se sont installés.

Et c’est dans ce contexte que les bétonneurs ont commencé à passer à l’action. Hier, ils ont envoyé 1200 flics (CRS, gendarmes mobiles, BAC…) déloger les empêcheurs de bétonner en rond. Mille deux cents ! Plus que l’effectif total de l’armée Luxembourgeoise ! Milice au service de Vinci. Des scènes de guerre civile dans le bocage nantais (cf photo d’illustration). Des robocops qui gazent les manifestants pacifiques, et selon certains témoignages, tirent au flash ball. C’est ça, la “gauche” ?

Les flics ont reculé hier soir le temps de la nuit, mais sont revenus ce matin. Et à l’heure où j’écris ces lignes les affrontements se poursuivent. Dans le silence télévisuel.

L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est un projet pharaonique et anachronique. C’est le triste résultat de raisonnements faits par des cerveaux malades de gens drogués depuis leur enfance par l’idée de “croissance”. Ces gens-là sont persuadés que le trafic aérien va poursuivre une croissance exponentielle, alors que dès qu’on regarde la situation sans œillères, on voit clairement que le secteur aérien sera l’un des premiers touchés par la crise de l’énergie et l’effondrement économique qui va s’ensuivre (et qui a déjà commencé).

[ça donne envie, hein ?]

Et puis ce qui est saturé, ce sont les plages et les stations balnéaires de la région, prises d’assaut en été. Même si le trafic aérien était multiplié par 3, où mettrait-on ces touristes ? On bétonnerait 3 fois plus Saint Jean de Monts ? On mettrait des mezzanines sur les plages ? C’est ridicule.

Comme le dit si bien Paul Ariès pour illustrer l’absurdité du concept de “croissance”, le problème n’est pas de faire grossir le gâteau, le problème c’est de changer la recette. Et dans cette recette, le kérosène, le béton est les avions n’ont pas leur place.

La croissance infinie n’existe pas, inutile de courir après. Il ne faut pas chercher toujours plus de croissance, il faut réfléchir aux moyens de vivre mieux sans croissance et les mettre en place. Respecter la planète au lieu de l’exploiter jusqu’à en faire un désert inhabitable et surchauffé. Si on écoute les croissancistes, on va creuser des puits de gaz de schiste dans tous les jardins, saloper toutes les nappes phréatiques pour repousser l’inéluctable de quelques années.
Ces “socialistes” n’ont rien compris à l’écologie. Pire, ils ne comprennent plus rien à rien. Notre-Dame-des-Landes juste après le TSCG, personne ne peut avaler ça. Quoi qu’ils en disent, ils veulent poursuivre et amplifier le nucléaire. Ils veulent faire baisser le prix de l’essence, et le nouveau “bonus/malus écologique” confirme le choix du “tout-diesel” cancérigène. Des aveugles, des incompétents, des irresponsables. Je n’ai pour ces gens que mépris. D’ailleurs, quand on voit qu’ils veulent pénaliser de 130 000 euros les impudents qui ont osé dire non au TSCG, quand on voit la procédure “démocratique” (similaire à celle utilisée par les communistes dans Tintin au Pays des Soviets) qui va se terminer ce soir par la nomination d’Harlem Désir au poste de premier secrétaire, on se dit que rien ne va plus dans ce parti.

Notre-Dame-des-Landes est encore plus symbolique depuis que son promoteur, Ayrault, est devenu premier ministre. Bon, il est en train de se planter, les Valls ou Touraine guignent déjà sa place en coulisses. Et pendant que les CRS gazent les résistants du “Sabot”, Môôssieur Ayrault part 4 jours en Asie du Sud-Est. Même pas de couilles !

Dans ces œuvres de malfaisance, le P”S” est toujours épaulé par les “écolos” d’EELV. Ils ont toujours deux ministres, des députés, des sénateurs, des voitures de fonction, du travail pour des dizaines de collaborateurs. Pour garder ce train de vie confortable, ils sont contraints de tout avaler. Ils n’ont rien dit pour le TSCG, rien pour le nucléaire, rien pour le diesel… Ils ne diront plus rien pour rien.

À Notre-Dame-des-Landes, ils n’ont jamais été à la pointe du combat, adoptant tout juste une opposition de principe. On se souvient d’un passage éclair d’Eva Joly, du seau d’épluchures jeté sur Nicolas Hulot. Mais depuis qu’ils sont au pouvoir, c’est pire.

Pour certains, c’est manifestement un supplice de se voir ainsi écartelé entre des convictions et la soupe. Le président d’EELV, Pascal Durant, s’est tout de même fendu d’un article sans ambiguïté. Les élus locaux ont aussi mis leur grain de sel. Et Yannick Jadot a trouvé sur Twitter le temps de condamner le projet et le déploiement de militaires.

Mais Cécile Duflot, d’ordinaire très prolixe sur Twitter, est totalement muette de saisissement sur le sujet. Idem pour son collègue Pascal Canfin. Extinction de voix totale. Et pendant qu’on prépare le bétonnage à Notre-Dame-des-Landes, la députée européenne EELV de la région Est, Sandrine Bélier, continue comme si de rien n’était à parler de biodiversité. Ce très grand écart est ridicule. Ces “écolos” ne sont même pas fichus de se rendre compte qu’ils cautionnent ces saloperies, qu’ils doivent quitter ce gouvernement où ils n’auraient d’ailleurs jamais dû entrer.

Le Canard Enchaîné nous apprenait cette semaine que l’élue EELV parisienne mise en examen pour un blanchiment d’argent présumé était aussi actionnaire d’une site internet de “sex shop bio”, et qu’elle vendait entre autres joyeusetés un “lubrifiant anal à l’extrait naturel d’écorce de goyave”. J’espère qu’elle en a mis quelques hectolitres de côté à l’attention de ses collègues ministres, parce qu’il y a là un marché de grande ampleur à la croissance prometteuse.

Terminons en remerciant les lanceurs d’alerte, des gens bien connus sur ce blog, et sur lesquels on peut compter :

Fabrice Nicolino, qui qualifie Jean-Marc Ayrault de “pauvre imbécile”. C’est inexact : il n’est pas pauvre du tout !

Corinne Morel Darleux, du Parti de Gauche, qui une fois de plus sauve l’honneur des politiques. Son billet sur Vinci.

Hervé Kempf et son site “reporterre.net”, auteur d’un article au titre ironique : la transition écologique a commencé

Si ce silence médiatique se poursuit, les opposants ne tiendront pas longtemps. Hollandréou a lâchement cédé aux “geonpis”, parce qu’ils ont été capables d’organiser un battage médiatique de grande ampleur. Avis aux vrais blogueurs de Gauche. Nous devons lui faire comprendre que ce projet est une folie et que comme Mitterrand en 1981 qui avait mis fin au délire au Larzac et à Plogoff, il se grandirait en reconnaissant cette colossale erreur.


Plus d’infos sur le sujet :L’association ACIPA, à suivre notamment sur son Twitter @ACIPA_NDL ou encore ici
https://zad.nadir.org/spip.php?article353
http://leflochingtonpost.wordpress.com/2012/10/16/occupation-militaire-a-notre-dame-des-landes/
http://lutteaeroportnddl.wordpress.com/
http://www.zebigweb.com/_NDDL.html
http://www.gauche-anticapitaliste.org/content/notre-dame-des-landes-quon-leur-envoie-la-troupe

24 réflexions au sujet de « Kempf et Superno sur Notre-Dame-des-Landes »

  1. Bonjour Fabrice et merci !

    (Dans le même panier qu’Hervé Kempf, quel honneur !)

    Il y a déjà plus d’une semaine que j’ai écrit ce billet, et j’ai l’impression que depuis, strictement rien n’a bougé dans l’opinion. A ma connaissance, pas une image n’est passée à la télé à une heure de grande écoute. Et dans notre merveilleux monde, ce qui ne passe pas à la télé n’a en quelque sorte pas d’existence réelle, alors…

    Même sur Internet, la mayonnaise ne prend pas. La quasi-unanimité politique est un étouffoir. Les blogueurs « socialistes », si efficaces et constants dans le dégommage systématique de Sarkozy, sont désormais majoritairement muets dès qu’il s’agit de dénoncer les âneries de leurs chouchous et ne relaient pas.

    A mon sens, il n’y a que deux personnes qui peuvent faire bouger les choses :

    – José Bové, qui est d’ordinaire sur son terrain dans ce genre de situation, comme il l’a montré pour la malbouffe, les OGM ou encore récemment sur les gaz de schiste. Et puis le Larzac nantais, ça lui rappellerait sa jeunesse ! Il a peut-être donné son avis ici ou là, mais l’ampli ne devait pas être assez puissant.
    – Et puis bien sûr Cécile Duflot, qui détient même la clé du truc. Mais qui souffre d’une extinction de voix sélective sur ce sujet précis. C’est d’autant plus facile pour elle qu’aucun journaliste de radio-télé ne lui pose la question. Je la harcèle sur Twitter, mais il n’y a pas plus sourde que celle qui ne veut pas entendre.

    Pourtant… il lui suffirait de mettre publiquement en balance son maroquin pour provoquer un psychodrame qui ferait accourir ventre à terre tout ce que la France compte de journalistes politiques et braquerait enfin les projecteurs sur le projet débile de Notre Dame des Landes et sur les résistants qui se font assiéger et gazer là-bas… Mais c’est évidemment prendre le risque de dire adieu au salaire de ministre, aux ors, au petit personnel, à la voiture avec gyrophare, aux postes et aux légions d’honneur pour les copains, au plan de carrière…

    Bref je suis très pessimiste sur l’évolution de l’affaire…

  2. Bonsoir,

    Même si ce n’est pas cela qui changera le rapport de force, il est important de noter qu’à l’initiative d’Agir Pour l’Environnement, 11 organisations (dont la Confédération Paysanne, ATTAC, Greepeace, Générations Futures…) ont signé une lettre ouverte au Premier ministre et lancé une pétition contre ces expulsions odieuses.

    Je ne sais pas si les liens passent ici, mais au cas où :

    – la lettre ouverte à Ayrault :
    http://fr.scribd.com/doc/111121413/NDDL-Lettre-ouverte-a-Jean-Marc-Ayrault

    – la pétition :
    http://www.aeroport-nonmerci.fr/

    D’accord, les plus grosses organisations environnementales (celles qui participent à la Conférence du même nom…) sont absentes. Mais les autres existent aussi !, et travaillent.

  3. Le lourd silence de Cécile Duflot, de José Bové, de Daniel Cohn-Bendit, de Nicolas Hulot

    Sont a la chasse aux loups,ou au bistro avec D-B, notre sous ministre de l’écologie.Nos ministres écologie son des mannequins de mode.

  4. D’abord un préalable, je soutiens sans condition ceux qui refusent la construction de cette cathédrale, inutile, et désastreuse à plus d’un titre pour l’environnement.
    Ma réaction est motivée par ce qui me parait être la désespérance de ceux qui luttent pour son annulation.
    Pour moi, cela met une fois de plus en évidence la grande misère idéologique des mouvements dits écologiques. Et j’inclus dans ce paquet à la fois les organisations structurées comme EELV ou les grandes ONG, mais aussi, malheureusement, les intellectuels éclairés que certains évoquent et invoquent dont vous faites partie.
    On ne peut pas, même si c’est très important, lutter contre ce type d’aberration « économologique » en évoquant uniquement la destruction de 2000 ha de terrain agricole.
    C’est autre chose de plus grave, c’est un choix de société qui nous mène irrémédiablement à la grande catastrophe.
    Et c’est là où se situe le problème : beaucoup « pensent » la société alternative, presque personne ne décrit comment construire la transition. On peut rêver de phalanstères Amish, mais sans oublier que les socles de leur charrue restent en acier, et donc suppose l’existence de hauts fourneaux.
    On ne peut pas se contenter d’un front du refus ou de ce que l’on appelle des actions citoyennes. Même si cela peut régler certains problèmes bien ciblés, comme l’on dit, la racine du mal existe toujours.
    Ce n’est pas un élu vert mais j’ai trouvé son action significative et je la livre à titre d’exemple : Quelqu’un qui vient parfois ici et que j’apprécie a, à trois mois d’intervalle, pris position contre les gaz de schistes et demandé le classement « international » de son aéroport local. Je suppose que l’étape suivante sera de subventionner les compagnies low cost pour qu’elles s’installent. A-t-il tort ?
    Je suis cévenol, peu de temps avant ce que vous savez, les mêmes s’étaient mobilisés contre la construction de 3 éoliennes, ont-ils eu raison ?

    Josh Fox finira comme Michael Moore digéré par la société américaine parce que les deux n’ont trouvé aucun relais politique à leur action.
    Il faudrait une organisation qui globalise la vision de la société avec un objectif, un programme et une planification. Ce qui signifie évidemment la recherche de compromis acceptables. Toutes choses que ceux que j’ai cités plus haut n’ont pas ou ne veulent pas avoir quelque fois pour des raisons bassement électorales.

    Il y a des jours ou l’on regrette Staline !

  5. Je viens encore d’accepter un billet d’avion, pour voyager avec mon client pour superviser ensemble notre chantier qui accumule les retards… sinon c’est 2 jours de transport, aller-retour… Je ne m’en vante pas, je reflechis a comment m’organiser pour pouvoir refuser l’avion la prochaine fois… Les amis qui luttent contre le nouvel aeroport, ou Pierre-Emmanuel Neurohr, sont en avance sur moi, de toute evidence.

    Sinon, desole pour le hors-sujet mais il y avait une ici meme discussion soutenue sur la Libye l’annee derniere, lorsque certains chantaient dans la presse Francaise quasi-unanime, les vertus de la « guerre humanitaire », avant de finalement reconnaitre, mais trop tard, que « les imbeciles ont gagne ».

    Apres ce vacarme, seul « Russia Today » (RT) donne aujourd’hui des infos un peu detaillees sur le massacre en cours a Bani Walid, cette petite ville Libyenne de 100,000 habitants: Bombes au phosphore, gaz de combat, 600 morts par jour, plus d’eau, plus de vivres, les hopitaux jonches de mourants, les buldozers demolissant les maisons une a une… « Al-Jazeera » donne quelques infos, et « The Guardian » avec une regularite impressionante annonce depuis plus d’un mois que la paix est revenue et que les forces gouvernementales ont « libere » Bani Walid…

    Mais en France, on ne fait meme pas l’effort de faire semblant de s’interesser!

    Le Monde, Liberation, bref « la presse du regime » a deja oblitere la Libye de la carte du monde, comme si feu le colonel Kadhafi etait le seul et unique habitant de ce pays, disparu, pulverise, evapore avec lui sous les bombes de Nicolas Sarkozy…

  6. L’hiver approche ? En France, on expulse.
    Les zones humides disparaissent ? En France, on piétine ces fragiles équilibres qui font la vie.
    Les terres agricoles se font chaque jour plus rares ? En France, on bétonne.
    Des gens expérimentent avec succès un style de vie en harmonie avec la nature ? En France, on préfère les multinationales comme Vinci.
    Des intérêts privés vont accaparer des terres rares, des réserves d’eau et d’air purs ? En France, on traite d’accapareurs les défenseurs de la vie.
    Des légumes sont cultivés sans pesticides ? En France, on les asperge de lacrymogène.
    Les budgets publics sont rognés de partout ? En France, on s’apprête à brûler des fortunes pour faire voler des avions.
    Des citoyens résistent pacifiquement ? En France, on les gaze, on les tire au flash ball.
    Un homme proteste sans violence contre les dangers du réchauffement climatique ? En France, on l’emprisonne.
    Le réchauffement climatique menace la vie sur terre ? En France, on construit un nouvel aéroport, en « haute qualité environnementale », s’il vous plaît. Dans les salons ministériels, on de gargarise « d’excellence environnementale, de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de biodiversité, de lutte contre l’artificialisation des sols… »
    Tout va très bien.
    Un lien, vers une manif de réoccupation prévue le 17 novembre :
    http://zad.nadir.org/spip.php?article66
    Frédéric

  7. bonjour
    comment peut-on détruire toute cette vie?
    J’ai vu dans le blog http://parolesdecampagne.blogspot.fr/
    cette pelle-mécanique qui éventre ce toit d’ardoises anciennes…
    cette lettre d’un couple d’agriculteurs au président: 40 exploitation agricoles anéanties et une centaine impactées!
    Notre impuissance est grande face à ces comportements motivés par une idéologie qui n’a rien d’humaniste.

  8. Cet épisode rappellera sans doute à certains quelques scènes de la lutte entre le pot de fer et le pot de terre .
    Moi, je ne sais pas pourquoi, ça me fait penser au conflit lié à la construction du tunnel du Somport en Vallée d’Aspe , et au destin tragique de l’ours en Béarn … Et oui , le vrai scandale c’est que tout le monde s’en fout ! Tout le Monde ! Même les écologistes … Qui feraient mieux de faire preuve de courage et de quitter dare-dare ce gouvernement s’ils ne veulent pas tomber à 1% aux prochaines élections . Mais j’ai bien peur qu’ils en soient incapables …
    Pourtant avant de s’échouer par travers et mauvais temps les Verts qui n’ont plus le vent en poupe auraient tout intérêt à quitter le navire Batho et à arrêter de naviguer au gré Duflot pour rentrer à bon port , bon port qui ne saurait être celui d’Ayrault .

  9. En effet, tout le monde s´en fout, les décideurs politiques comme la grande majorité des citoyens. Et même si certains luttent vaillemment pour une cause ou pour une autre, ils demeurent très isolés dans l´indifférence générale. Il serait bien entendu ridicule de penser que tout peut changer d´un jour à l´autre, mais pourtant nous avons la capacité d´inverser peu à peu la vapeur. La capacité, oui, mais c´est la volonté qui manque, la volonté de renoncer à un mode de vie dévastateur (je ne parle pas ici des plus démunis qui eux subissent de plein fouet les effets de notre égoïsme et de notre avidité).

    Petit conte ou grande réalité ?
    « Il était une fois un coin de forêt charmant avec en lisière des prés et des bosquets. Un petit paradis pour la faune et la flore. Mais parce que des humains se représentaient le bonheur absolu sous la forme de quelques mauvais parpaings et tuiles mécaniques, d´un gazon miniature avec son bac à sable en plastique et son barbecue, on a rasé le petit paradis, on l´a coulé dans le béton pour ériger une ligne monotone de « Ça m´suffit ». Tous pareils. Des crimes en série contre la nature. Ses amoureux sincères se sont battus comme de beaux diables pour sauver le petit paradis, certains ont passé de longues heures enchaînés aux arbres, distribué des milliers de lettres. Une pétition a circulé, quelques uns ont signé, très peu, le plus souvent des riverains qui redoutaient d´être dérangés par les nuisances de ce chantier !!! Mais les uniformes de la loi ont fait table rase, ils ont délogé les passionnés, les mous ont détourné les yeux et se sont tus, et les bulldozers ont commencé leur danse infernale. Les pelouses stériles ont remplacé les bosquets fournis où les oiseaux nichaient et se protégeaient contre le vent et la pluie, le béton et le bitume ont étouffé la vie et règnent désormais en maîtres. Dans les petites cages bien sagement alignées le long des rues proprettes, les humains se forcent à croire au bonheur. Mais, mais, mais… D´autres têtes mal faites et mal pensantes comme il y en a tant, se demandent aujourd´hui si l´on ne pourrait pas construire une nouvelle route qui passerait à quelques mètres des petits « bonheurs ». Peut-être même que certains devraient être sacrifiés. Alors, de concert avec les amoureux de la forêt qui redoutent de la voir disparaître complètement, les habitants des petites cages se battent pour les sauver. Pardi, c´est qu´ils s´esquintent depuis si longtemps pour les payer. On les comprend, ils ne veulent pas les perdre. On n´abandonne pas si facilement un bonheur qui demande tant de peines.
    Bonne mère, quelle tristesse! ».

  10. Finalement, nous nous sommes emportés un peu vite, à propos de Notre-Dame-des-Landes. Je viens d’entendre le ministre délégué à l’écologie, au développement durable et aux transports. Il répondait à une question de Corinne Bouchoux faisant état d’un « léger désaccord de fond », de « précipitation et de virulence alors que tous les recours ne sont pas terminés », de coûts financiers des expulsions.
    Le ministre a insisté sur le caractère « environnemental » de cet aéroport qui va diminuer les nuisances sonores et la qualité de l’air pour les habitants, dans la « concertation et le respect des populations, des agriculteurs et des communautés de communes ». Il a fini avec des mots qui rassurent, « délai, timing, enjeux économiques, respect des intérêts de chacun… »
    Finalement, on n’avait rien compris. Tout ça, c’est pour notre bien. Les lacrymos et les tirs de flash-ball, les potagers ravagés, les gens jetés à la rue, c’est juste par respect pour les humains.
    Habituellement, quand une réponse ne convient pas, on entend des voix qui s’élèvent en cours de discours ou à la fin de la réponse. Là, rien. Les extinctions de voix sont fréquentes en automne, forcément.
    Le réchauffement climatique, la destruction des zones humides et des terres agricoles, c’est finalement pour des raisons « environnementales ».
    Quant au reste, ce n’est qu’un « léger désaccord de fond ».
    Une belle occasion ratée, une de plus, pour dire qu’à travers ce projet, deux visions du monde s’opposent radicalement, définitivement.
    D’un côté, ceux qui bétonnent, ceux qui redressent le monde industriel, ceux qui croassent pour la croissance, ceux qui n’ont d’yeux que pour les chiffres et les timings, ceux qui ne voient pas plus loin que leur mandat électoral et que leur compte de résultat, ceux qui jargonnent, qui euphémisent, qui exterminent le sens des mots…
    De l’autre côté, ceux qui résistent aux fossoyeurs de la vie, ceux qui essaient autre chose autour de l’agro-écologie, de la relocalisation d’activités vitales, d’habitats groupés et écologiques, de la préservation des semences paysannes, ceux qui essaient d’inventer un monde vivable pour les êtres vivants, pour tous les êtres…
    Le lien :
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article21388
    Frédéric

  11. Bon, c’est juste une idée.
    Comme les media sont à la recherche du Buzz ! du moment et que sur internet, google actualités semble faire loi, pourquoi ne pas aller sur google, puis dans actualités, et taper dans le moteur de recherche « Notre dame des landes », je pense que seraient alors présentés plus d’articles et ça pourrait faire boule de neige.

    Ca attirait peut-être la mire de la machine et des média sur ce sujet…

  12. frédéric merci pour votre proposition : tout est dit là : ….
    « deux visions du monde s’opposent radicalement, définitivement.
    D’un côté, ceux qui bétonnent, ceux qui redressent le monde industriel, ceux qui croassent pour la croissance, ceux qui n’ont d’yeux que pour les chiffres et les timings, ceux qui ne voient pas plus loin que leur mandat électoral et que leur compte de résultat, ceux qui jargonnent, qui euphémisent, qui exterminent le sens des mots…
    De l’autre côté, ceux qui résistent aux fossoyeurs de la vie, ceux qui essaient autre chose autour de l’agro-écologie, de la relocalisation d’activités vitales, d’habitats groupés et écologiques, de la préservation des semences paysannes, ceux qui essaient d’inventer un monde vivable pour les êtres vivants, pour tous les êtres…

  13. Une nouvelle illustration du « respect » voulu par le gouvernement à Notre-Dame-des-Landes : une dangereuse agitatrice vient d’être mise hors d’état de troubler l’ordre public. L’émeutière avait osé défier la République à l’aide d’un caméscope du haut de ses 65 ans et de son mètre cinquante. Heureusement, les forces de l’ordre, prenant la mesure du danger, sont intervenues manu militari. Résultat : une fracture au doigt et 21 jours d’interruption temporaire de travail.
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article21405

    Au fait, il paraît que Duflot n’exclut pas de réquisitionner des logements vacants pour offrir un toit aux sans-abri et aux mal-logés. Elle a même déclaré « qu’aucun moyen ne devait être négligé ».
    Moi, je dis bravo et je lui suggère un moyen parmi d’autres : demander l’arrêt des expulsions sur la ZAD et le relogement sur place à Notre-Dame-des-Landes. Chiche.
    Frédéric

  14. On ne lâcheras pas !
    On a besoin de toutes formes de soutien
    Alors venez sur la zad!
    C’est pas la guerre partout
    Toutes les infos sur
    zad.nadir.org
    Un super docu disponible aussi sur you tube
    Vainquons Vinssi
    http://vimeo.com/52063732
    Au plaisir de te voir Fabrice…

    R de la Zad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *