Le sage aurait-il mal au doigt ?

Vous ne vous en souvenez pas, et c’est très bien ainsi. Vous ne vous en souvenez pas, mais moi, si. J’ai consacré ici un article, début octobre, au professeur Belpomme (http://fabrice-nicolino.com). J’y prenais sa défense, au moment où il était attaqué, et je rapprochais son cas de celui du professeur Tubiana, qui continue à jouir de l’impunité sociale la plus complète.

Or, hier au soir, discussion au téléphone avec Éliane Patriarca, journaliste à Libération. Elle m’apprend qu’elle a écrit un article vif sur Belpomme, destiné au site internet de Libération (http://www.liberation.fr). Il a été mis en ligne le 8 novembre. Éliane m’apprend de même la manière concrète dont le professeur a présenté, devant les députés, son rapport d’enquête sur la pollution par le chlordécone aux Antilles françaises. Je n’en dis pas plus pour l’instant, mais je constate que Belpomme n’a pas jugé bon de seulement contacter le professeur Multigner, auteur d’études scientifiques sur les liens possibles entre santé publique et pesticides. Je ne suis pas exactement un naïf, en ce domaine du moins, et je sais à quel point ces questions sont biaisées par l’action de quantité d’intérêts, notamment industriels. Mon ami François Veillerette, du MDRGF, rappelle ainsi que Multigner a accepté de conduire des études en partie financées par l’UIPP, c’est-à-dire l’industrie des pesticides (http://www.mdrgf.org). Ce n’est pas rien, c’est tout sauf neutre.

Il n’empêche. Je ne suis pas en train de tourner casaque. Belpomme est bien la cible de tristes salopards, cachés derrière leurs sigles et paravents. Parce qu’il défend des idées écologistes. Et à partir, ce qui change tout, d’un poste médical reconnu. Mais cela ne suffit plus à expliquer les à-peu-près, les vraies faiblesses, les notables contradictions du personnage public qu’est devenu Dominique Belpomme. Ainsi, et je ne suis pas exagérément fier de moi, je n’ai rien dit en septembre, quand son rapport antillais a été rendu public, sur une bizarrerie. Je sais, je suis bien placé pour savoir que la pollution par le chlrodécone a touché plus gravement la Guadeloupe que la Martinique. Or Belpomme n’a fait qu’un très court séjour dans cette dernière, à l’invitation d’une association, sans seulement aller à Basse-Terre, où se concentre le drame.

Car, et c’est la seule explication de ma discrétion, drame il y a. Et scandale majeur, qui devrait ruiner d’un coup ce qui reste de carrière à messieurs Henri Nallet et Jean-Pierre Soisson, ci-devants ministres de l’Agriculture. Ces deux-là ont couvert de leurs signatures dérogatoires l’usage criminel du chlordécone entre 1990, date de son interdiction, et 1993, date de la fin de son utilisation tolérée. Je pensais en septembre, mais j’avais tort, que le cri poussé par Belpomme était plus important que ce qui me semblait alors un détail. Qu’il ne soit pas allé en Guadeloupe me paraissait dérisoire au regard de l’importance générale de l’affaire.

Je dois ajouter qu’en septembre toujours, j’ai reçu un appel téléphonique fort long d’une journaliste en poste en Martinique, Française de métropole comme on dit. Comme je ne sais la joindre, je m’interdis évidemment de donner son nom. Ce qui est certain, au vu des longs articles qu’elle a consacrés au passage de Belpomme, c’est qu’elle sait parfaitement de quoi elle parle. Et ce qu’elle m’avait confié, que j’ai fini par laisser de côté, bien à tort une nouvelle fois, ne plaide pas en faveur de la réputation de Belpomme. Considérez cela comme un euphémisme.

Eh bien ? Eh bien, je suis certain que notre combat commun peut et doit se mener en plein air, au bon air, sous le soleil si c’est possible. Rien ni personne ne me fera dire qu’il fait jour quand la nuit est déjà tombée. Et inversement. Je ne suis pas en train d’écrire que Belpomme est un bon à rien, encore moins un malfaisant. Je reproduirais alors la même erreur, symétrique, qu’en septembre.

Non, je clame seulement que nous cherchons des voies dans l’honnêteté. Et que nous nous trompons. Et que nous nous tromperons régulièrement. Belpomme mérite notre confiance tant qu’il mérite notre confiance, mais sûrement pas au-delà. Et s’il devait apparaître, demain, qu’il dessert plus qu’il n’aide notre cause, je n’hésiterai pas une seconde à l’écrire ici ou ailleurs. La bagarre générale, à laquelle j’ai tant participé, a le plus souvent opposé eux et nous. Je sais et je n’oublierai jamais qu’eux existent bel et bien, pour notre grand malheur. Mais je veux désormais rappeler, chaque fois qu’il sera nécessaire, qu’il y a aussi, ô combien, nous et nous. Je m’expliquerai davantage là-dessus, pardonnez mon absence apparente de clarté.

PS : Avec un peu de (mal)chance, compte tenu du fait que ma grippe semble s’être échappée par la fenêtre, je vous infligerai peut-être un second article plus tard aujourd’hui. Car mon intention, en ce début de matinée, n’était pas de vous parler de Belpomme. Mais de la banlieue. Et d’un département que je connais de l’intérieur, et depuis des lustres : la Seine Saint-Denis. Si ce n’est aujourd’hui, ce sera demain.

2 réflexions au sujet de « Le sage aurait-il mal au doigt ? »

  1. je viens de défendre belpomme sur un site indéfendable, c’est comme ça .et oui, il y a eux et nous, et nous et nous . néammoins, étant donné la pression dont il a été victime, ça ne m’étonne pas qu’il est un peu perdu pied dans cette affaire .la première dénonciation officielle de contamination à l’amiante date bien de 1908 ou quelques chose comme ça non ?(je l’ai appris sur ton site fabrice), on a de la marge…. merci de continuer à démêler le vrai du faux ,tant de micmac et de magouilles pour gagner du temps . le temps qui est de l’argent….

  2. excuse moi, dans ton article « une enigme enfin résolue » où tu rends hommage à des personnes qui ont su faire reconnaître une pollution à l’amiante, tu parles de riverains d’aulnay sous bois qui se plaignent dès 1937 de l’ouverture d’une usinne, je manque de plus en plus de précisions, il est vrai qu’il y a tellement de scandales,tellement de boulot, et puis, c’est un métier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *