Royale prise de tête pour l’écologie

Ce papier a été publié par Charlie Hebdo le 9 avril 2014

Mission impossible pour Ségolène Royal, qui doit se coltiner au ministère les ingénieurs des Ponts et des Eaux et forêts. Derrière les rideaux de fumée, la « noblesse d’État » décrite par Bourdieu réclame la seule chose qu’elle connaît : des coulées de béton.

Pas la peine de mentir : on ne voyait pas Ségolène Royal revenir au ministère de l’Écologie, 20 ans après avoir occupé le poste. Ben oui. Royal a été ministre de ce qu’on appelait l’Environnement entre avril 1992 et mars 1993, juste avant la branlée monumentale des législatives, qui a dû rappeler des souvenirs au père Hollande. Député sortant de Corrèze – déjà -, il avait en effet été sèchement battu par le candidat UDF-RPR de l’époque.

Donc, Royal. Ne jamais oublier qu’elle n’a pas réussi grand-chose. À l’Environnement, en 1992, elle a lamentablement foiré une Loi sur les déchets, qui devait interdire les décharges dès 2002, sauf pour les déchets dits ultimes. 22 ans plus tard, il existe encore des centaines de décharges en France, et rien n’indique le moindre mouvement en sens contraire. Certes, toute la société a merdé. Mais Royal encore plus.

Deuxième raté : le Marais poitevin. Élue du coin comme députée, puis présidente de la Région, elle connaît le dossier par cœur. L’une des plus splendides zones humides de France a été drainée en bonne part, et transformée en une immensité de maïs dopé aux pesticides. Elle a  blablaté, ferraillé à l’occasion avec Raffarin, l’autre ponte local, côté droite, mais elle a laissé faire. Elle y pouvait rien ? En tout cas, elle n’a rien foutu.

Que vient-elle traîner dans la galère gouvernementale ? Le ministère de l’Écologie appartient de longue date aux grands ingénieurs, cette « noblesse d’État » décrite avec bonheur par Bourdieu dans un livre de 1989. En la circonstance, au corps des ingénieurs des ponts, des eaux et des forêts (IPEF). On ne peut que survoler : les ingénieurs des Ponts ont absorbé par fusion ceux des Eaux et Forêts (Igref), et forment l’ossature administrative du ministère de l’Écologie. Or les Ponts, qui existent depuis avant la révolution de 1789, auront tout fait : les routes et ronds-points, les autoroutes, les villes nouvelles comme l’atroce Marne-la-Vallée, les ZUP pouraves de banlieue. Les Igref, de leur côté, ont assaisonné les restes : remembrement des campagnes, destructions des haies, « rectification » ou canalisation des voies d’eau, plantations massives de résineux. L’anti-écologie.

Royal sait à quoi s’en tenir, et elle ne va certainement pas mener des combats perdus d’avance. Elle a en ligne de mire deux dates clés : la loi de transition énergétique d’une part ; le sommet mondial sur le climat qui doit se tenir en 2015 à Paris. Charlie a déjà parlé de la prochaine loi Énergie, prévue avant l’été. Pour l’heure, les grands lobbies industriels – Total et de Margerie, EDF et Proglio – mènent le bal, en plein accord avec Hollande, qui a un besoin crucial de ces poids lourds pour fourguer son Pacte de responsabilité.

Margerie comme Proglio refusent à l’avance qu’on leur fasse payer une transition vers des énergies vraiment renouvelables. Business as usual. Total guigne une hypothétique exploitation des gaz et pétroles de schiste en France et EDF exige qu’on lui foute la paix avec le nucléaire. Que peut espérer Royal contre son ancien jules, Valls, Montebourg et Cazeneuve, appelé jadis le « député Cogema » à cause de son militantisme pronucléaire ? Elle a intérêt à trouver avant les grandes vacances.

Quant à la réunion sur le climat, l’affaire s’annonce là aussi délicate pour Royal. Car jusqu’ici, tous les rendez-vous depuis la conférence de Kyoto, en 1997, ont échoué, faute d’accord sérieux entre le Nord et le Sud. Ajoutons un mot sur l’Agriculture, secteur décisif pour qui se préoccupe des écosystèmes. Le Foll maintenu, c’est l’assurance que les liens noués en profondeur avec la FNSEA de Xavier Beulin seront maintenus.

Or Beulin, chantre de l’agriculture industrielle, ne rêve que d’une chose : installer des fermes des 1000 vaches et des usines à biocarburants. Il est donc raccord avec Proglio et Margerie, mais aussi avec les ingénieurs anciennement des Eaux et Forêts qui tiennent le ministère de l’Agriculture. Lesquels ne rêvent que d’une chose : industrialiser ce qui ne l’a pas encore été. Les surprises ne sont pas terminées.

25 réflexions au sujet de « Royale prise de tête pour l’écologie »

  1. à lire sur Internet:
    marais poitevin-rapport Simon
    (mentionné dans texte)
    Gilbert Simon a été également directeur de la nature et des paysages, a été aussi à la Direction de l’Equipement. (natura 2000)
    nota: secrétaire général au WWF, il s’impliqua dans l’association Ferus dans la défense des grands prédateurs.

  2. une note (la mienne):
    Delphine BATHO fut écartée du ministère de l’Ecologie par AYRAULT pour « critique avérée de son budget attribué » alors qu’elle n’était pas la plus mauvaise en ce domaine depuis la dernière décennie.
    Maintenant Ségolène Royale?

  3. une autre note:
    Le tandem « Le FOLL FNSEA » pas folichon, non?
    Les loups, ours et vautours n’ont cas bien se tenir.
    « même les patous mangent nos marmottes, ça ne va pas ».
    (pour ne parler que de ça)

  4. Dans la rubrique aficionado (et autre).
    Dans mon titre intitulé: « Ségolène Royale, une ministre « particulièrement » écologiste ».
    Voilà ce que j’ai saisi sur Internet:
    « les chasseurs participent à l’éducation pédagogique auprès des enfants sur le respect des animaux ». (citation)
    « La corrida est un spectacle magnifique ».
    (citation)
    Comment ne pas comprendre que lorsqu’une personne (qu’importe laquelle) n’aime pas la terre et « tout ce qu’il l’habite » (le vivant) puisse se prétendre être écologiste!?
    note: « la walls viva espania » continuera et ce n’est pas Chantal Goya dans « dansez grand-mère, dansez grand-père » qui changera quelque chose.
    Alors comme je peux dire ainsi au travers d’un petit refrain d’une chanson: « Tous les aspasiens, toutes les aspasiennes scandent, manifestent au son du tambour, sont drômois, elles champenoises, la faute à qui donc? La faute à…
    (allusion association aspas – association 100% indépendante)
    Pour le reste ne concernant pas le vivant, tout est ficelé comme il se doit d’être au gouvernement.

  5. Bonjour,

    @ jg et à ceux qui font pareil (il n’est pas le seul) : ces hors-sujets sont fatigants. Si j’étais Fabrice, je ferais le ménage sans hésiter. Les commentaires ont vocation de discuter du sujet évoqué par l’article. Ça me semble élémentaire. Ces pratiques HS relèvent tout bonnement du spam.

  6. à marieline:
    Bien lu votre lien ci-dessus. Pardonnez-moi d’être pugnace mais s’agissant de Noël Mamère, il n’est pas étonnant qu’il doute beaucoup de EELV, voire les critique puisqu’il a quitté ou du moins s’en est écarté.
    Comme dit l’adage: « la critique est facile, l’art est plus difficile ».
    Par ailleurs, il ne remet pas en cause la corrida pour avoir seulement signifié que les arènes devraient être interdite au mineurs.
    Voilà, j’appelle cela du « mi-figue mi-raisin ». Aussi, il a prononcé cette phrase: « Je suis pas hostile à la chasse ».
    Ben voyons!
    A cet homme, je préfère un Jean-Vincent Placé « bonne bouille, bon gars » (pour plein de choses) qui lui a dénoncé la corrida d’une façon clair. (plateau de télé)
    L’écologie commence par le respect du vivant.
    Ceci n’est qu’une opinion.

  7. Le problème c’est que l’oligarchie EELV est elle aussi « inapte à comprendre l’écologie » !
    Tout le drame est bien là…

  8. N’étant pas mentionné dans le texte, je soulève la question de la future agence pour la biodiversité (AFB) qui doit normalement se créer en 2015, mais comment?
    Il est à noter hormis le cadre général de celle-ci, principalement l’ONEMA, l’Atelier Technique des Espaces Naturels y seront inclus ainsi que l’ONCFS.
    Reste à savoir comment le conventionnement sera élaboré sachant que le Conseil d’Administration de ce dernier office cité est composé majoritairement de chasseurs?
    Il est évident qu’un peu plus d’indépendante serait souhaitable, ceci étant un voeu de
    certaines APN. (FNE – ASPAS)
    Référence: http://www.lemonde.fr/…/l-agence-de-la-biodiversite-verra-le-jour-en2015_439

  9. à P.P:
    « l’oligarchie EELV » citée ci-dessus ressemble fortement à « la nébuleuse EELV » citée de Gérard Charollois dans un éditorial CVN lors de la période pré-électoral de 2012.

  10. à Fabrice:
    cette parenthèse pour vous dire (sans entrer dans « le moi je ») que j’ai été un des premiers à l’époque sinon le… à avertir le bureau de l’Aspas (et son président) des dires de José Bové sur « radio Totem » à l’encontre du loup arrivé dans le sud-ouest.
    Ceci a ensuite fait « boule de neige » dans la presse ainsi que sur « Planète sans visa ».
    Ayant diffusé un peu partout cette allocution par mails, à l’époque Gérard Charollois de la CVN m’avait écrit en retour pour me dire qu’il n’était pas étonné par cet homme représentant « la Conf' ».

  11. Toujours l’écologie dans: « un loup est un loup pour l’homme » sur le lien suivant:
    michellechagnon36.wordpress.com/…/odeàlupus-tr-info-texte-adhérent…

  12. Excusez-moi la faute de frappe ci-dessus.
    je recommence:
    michellechagnon36.wordpress.com/…/ode-a-lupus-tr-info-texte-adhérent…
    (c’est de moi)

  13. Une nouvelle:
    Les députés ont validés le nouveau statut de l’animal. (il y a 2 jours)
    En tapant sur Internet: « amendement Glavany » vous pouvez disposer de l’article relayé par Libération.

    ma note: beaucoup de critiques émises fusent sur la toile contre les appareils politiques mais il me semble que « des bons éléments » sont partout sauf bien sûr à l’UMP.

  14. L’une des premières déclaration (à la télé) de notre ministre: éradiquer les produits phytosanitaires des cours d’écoles (déjà bitumées, comprenne qui pourra): quelle ambition!!!

  15. Pascal,
    Il n’y a pas que du bitume dans les cours de récré, on trouve aussi des herbes folles qui osent pousser entre les interstices ! Et parfois il faut passer pour l’emmerdeuse qui demande aux hommes de l’entretien,de ne pas épandre leur herbicide sous le nez des enfants.Oui, chaque année,il faut recommencer….
    Cette mesurette sert au moins à informer les parents que leurs gosses sont exposés aux herbicides là où sûrement ils ne s’y attendraient pas.Et ce qui atteint nos enfants nous atteint, non ?
    C’est un petit début , et je le trouve positif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *