Ce barrage qui arrose les amis

Cet article a été publié par Charlie Hebdo le 24 septembre 2014

À dix kilomètres de Gaillac (Tarn), l’infernal barrage de Sivens entend claquer 9 millions d’euros d’argent public en faveur de 22 irrigants. Les opposants, qui défendent au passage la vie des papillons, des grenouilles et des genettes, se ramassent plein de coups dans la gueule.

Charlie arrive après la bataille, et quelle bataille ! On résume pour ceux qui ne seraient pas au courant : une vallée doit disparaître sous les eaux d’un barrage appelé tantôt Sivens, tantôt Testet, deux lieux-dits. Où ? À Lisle-sur-Tarn (Tarn), à dix kilomètres de Gaillac et trente d’Albi. Ce vieux projet pourave date des années 60, à l’époque où le maïs intensif faisait la loi, toute la loi. Il a certes subi quantité de modifications, mais le fond reste le même : il s’agit de dorloter une poignée de paysans intensifs du coin en leur offrant une eau d’irrigation, payée sur fonds publics.

Après des années d’atermoiements, tout s’est emballé. Le projet, enfin dévoilé, est encore pire que tout ce qui avait été imaginé. Il s’agit de stocker 1,5 million de mètres cubes derrière un mur de 13 mètres de hauteur et de plus de 300 mètres de longueur. Les 45 hectares noieraient au passage l’une des plus belles zones humides de la région, et flingueraient les 94 espèces protégées vivant sur place. Soit des papillons et autres insectes aussi beaux que l’Azuré du serpolet, la cordulie à corps fin – une libellule -, le Grand Capricorne. Et la grenouille de Graaf. Et le campagnol amphibie. Et la lamproie de Planer, qu’on rapproche des poissons.

On s’en fout ? Exact, tout le monde s’en tape, sauf les opposants au délire. D’innombrables pleurnicheries officielles ont lieu chaque année en souvenir des zones humides défuntes. En France, plus de la moitié de ces terres si riches sur le plan biologique – marais, fagnes, tourbières, prairies mouillées – ont été drainées en cinquante ans. Le ministère de l’Écologie s’est fait une spécialité de colloques où l’on compte une à une les surfaces mortes. En résumé express, du béton, beaucoup de béton au profit d’un maïs assoiffé, subventionné, bourré de pesticides, au détriment des genettes, des martins pêcheurs et des milans noirs.

Combien ça coûte ? Un bras, un bras de près de neuf millions d’euros au total, qui ne profiterait qu’à 22 irrigants. Ce qui fait cher du pedzouille, et d’autant plus que le fric claqué sera à 100 % public : conseils généraux du Tarn et du Tarn-et-Garonne – 10 % chacun -, Agence de l’eau Adour Garonne – 50 % – et l’Europe enfin, à hauteur de 30 %. Ne pas se fier aux apparences : même s’il ne paie que 10 %, le grand Manitou de l’opération est le conseil général du Tarn.

Le Tarn, comme l’Ariège de Bel, comme les Bouches-du-Rhône de Guérini, comme le Nord-Pas-de-Calais de Dalongeville, est un fief socialo. Depuis 1945, la SFIO puis le PS règnent sans partage, mais sont tombés sur un os avec cette invraisemblable histoire de barrage, qui pourrait bien – rire préenregistré – être la goutte d’eau de trop. L’inamovible président du Conseil général, Thierry Carcenac, au pouvoir depuis 1991, comme un président azerbaïdjanais, s’entête d’une façon étonnante. Ce mystère doit bien avoir une explication.

En attendant, sur place, c’est baston et grèves de la faim. Un formidable collectif fédère les énergies, qui sont nombreuses (http://www.collectif-testet.org). À l’heure où vous lirez ces lignes, il est probable que le défrichement, préalable aux travaux du barrage eux-mêmes, sera terminé, sous haute protection policière. Les heurts violents, les jets de cocktails Molotov, les coups de matraque, les barricades n’ont pas cessé depuis des semaines. Comme à Notre-Dame-des-Landes, où un autre socialo déjà oublié – Ayrault – fantasme encore de construire un aéroport.

Qu’est-ce qu’on peut dire depuis Paris ? Qu’il ne faut pas lâcher, bien sûr. Qu’il faut tenir autant qu’il sera possible. Charlie, avec ses moyens dérisoires, soutient et soutiendra les énervés et enragés de Sivens, et toutes les plantes et animaux menacés de mort. Une mention pour notre excellent Premier ministre, Manuel Valls. Ignorant tout du dossier, qu’il découvrait, il a finalement osé (1) il y a quelques jours ces mots d’anthologie : « Mobiliser la ressource en eau est un élément décisif pour l’installation des jeunes agriculteurs, c’est pour cela que nous avons tenu bon à Sivens ». On te croit, grand socialiste.

(1) http://www.reporterre.net/spip.php?article6274

9 réflexions au sujet de « Ce barrage qui arrose les amis »

  1. Interrogé par france 2, un agriculteur qui doit profiter de cette manne gratuite ,menaçait au micro du journaliste de passer au bio si le barrage n’était pas construit.Comme quoi il ne faut pas désespérer ,l’idée fait son chemin.Reste plus qu’à convaincre les politiciens intermédiaires : les notables corrompus des collectivités territoriales,….ou à les virer.

  2. Un hommage aux 3 grévistes de la faim. J’admire leur engagement. Avec une pensée particulière pour l’un d’entre eux que j’ai eu l’occasion de rencontrer;le naturaliste Christian Conrad http://www.ladepeche.fr/article/2014/05/21/1884799-soucirac-christian-conrad-trouve-31-especes-orchidees-commune.html ; il appartient à une plus jeune génération (67 ans!) que la mienne mais ses convictions se sont forgées à l’Université de Toulouse sous l’enseignement de quelques universitaires ( claude Leredde par exemple) qui ont accompagné alors, il y a plus d’un demi siècle, l’introduction des concepts de l’écologie scientifique en France en vue de leur diffusion dans le grand public; très peu de documents imprimés existaient alors, et j’ai utilisé des manuels confidentiels toulousains pour l’enseignement en collége, dans les années 70. Christian Conrad est un vieux briscard local de l’écologie militante, espèce rare à protéger. Merci Fabrice d’offrir sur ton blog,à ce type d’espèce une niche écologique.

  3. Question : Qu’est-ce qu’on peut dire depuis Paris ?
    Réponse: Venez ! Il y a des tas de coins ou de bestioles à détruire aussi, comme (dans) le palais Bourbon, il est moche ce truc. Plantez-y des ronces et des chardons à la place !

    M’est avis que ce nombre de concurrents, dont l’appétit va se réveiller rapidement, va rapidement baisser. Sale manœuvre pour privatiser coûte que coûte un bien commun.

  4. A l’occasion de la journée nationale de mobilisation du Samedi 11 octobre contre les accords de libre échange ( TAFTA. CETA . TISA)

    Des membres du collectif Stop tafta 47 , et du collectif contre le Marché Transatlantique du bassin villeneuvois réunis ce dimanche à Horizon Vert ont décidé de concentrer une première action sur Marmande lieu de permanence de Mathias FEKL : secrétaire d’état en charge du commerce extérieur et du dossier .

    Rassemblement citoyen le samedi 11 octobre :

    à 11h 11 place Clémenceau Marmande

    Action sur place en direction des élus : Ne livrez pas le pouvoir aux multinationales !

    Prise de parole ; point presse et distribution de tracts sur le marché de Marmande….

    Collectif stop Tafta 47 ( premiers signataires , Attac , confédération paysanne ,Nouvelle Donne …

    Rassemblement à 15H00 Place Wilson – Agen

    Distribution de tracts, visuel avec des gens déguisés (clowns, masques…

  5. Salut à vous,
    >
    > Vous trouverez à suivre des infos sur la ZAD du Testet et sur le Grand
    > rassemblement 25 octobre 2014.
    >
    >
    > Zad du Testet- Tescou 1 h pour comprendre
    > http://www.youtube.com/watch?v=JphERc8Rqho
    >
    > GRAND RASSEMBLEMENT LE SAMEDI 25 OCTOBRE
    > http://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/actions/25-octobre-2014-rassemrblement-sur-le-site/
    >
    > SOUTIEN AUX AMI/E/S & CAMARADES EN LUTTE, À CELLES ET CEUX FRAPPÉ/E/S PAR
    > LA RÉPRESSION LÀ BAS, ICI & AILLEURS.
    >
    >
    > VOIR LES PUBLICATIONS DES RÉSISTANT.ES & OPPOSANT.ES :
    >
    > Tant qu’il y aura des bouilles, Il n’y aura pas de barrage !
    > http://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/
    >
    > Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du TESTET
    > Non au barrage de Sivens ! Aidons les agriculteurs à économiser l’eau !
    > http://www.collectif-testet.org/
    >
    >
    > VOIR AUSSI LES ARTICLES DE BASTAMAG ET LE DOSSIER DE REPORTERRE
    >
    > http://www.bastamag.net/spip.php?page=recherche&recherche=testet
    >
    > http://www.reporterre.net/spip.php?article6247
    >
    >
    > MERCI DE DIFFUSER, LES ZAD SONT PARTOUT !!!
    >
    > Pour la TERRE MÊRE & ses ENFANTS,
    > Rafaël

  6. Ca alors, il n’y a pas qu’en Inde (« inefficace et corrompue » comme chacun sait) que les barrages sont finances par une constellation d’organisations nationales et supra-nationales, detruisent l’environnement de toute une region, au benefice (reel ou imaginaire) de quelques amis? Que tant d’argent soit disponible pour semer le chaos, fait mal au coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *