Pascal Picq, ce chaînon manquant de notre intelligence

(Pour ceux qui l’ignorent, j’ai reçu plusieurs balles au cours de la Grande Tuerie du 7 janvier 2015 à Charlie-Hebdo)

Ce n’est pas fameux. Mon esprit et mon corps se raidissent contre les balles du 7 janvier. On y verra plus clair demain, ou après-demain, ou plus tard encore. Je vous redis en tout cas que vos mots sont des baumes. Soyez sûrs que vous m’avez grandement aidé, et que vous continuez à le faire. Si je ne réponds que peu, c’est parce mes forces sont réellement limitées. Je ne sais de combien d’heures je dispose chaque jour, mais elles sont peu nombreuses. Mais elles sont comptées. J’espère que vous me comprendrez.

—————

Vous trouverez ci-dessous un entretien que j’ai eu le grand plaisir de mener au début de l’année 2002. Il inaugurait une série de « grands entretiens » que j’ai réalisés pendant une petite dizaine d’années pour le magazine Terre Sauvage. J’espère qu’il vous plaira.

« Les chimpanzés sont nos frères »

Pascal Picq, l’un de nos grands anthropologues, a publié récemment, avec Yves Coppens, un livre-événement, Aux origines de l’humanité (Fayard). Dans l’entretien décoiffant qu’il a accordé à Terre Sauvage, il insiste sur ce que l’homme doit au monde des forêts, et sur les si troublantes ressemblances qui l’unissent à jamais aux grands singes. Pour sauver ces derniers, menacés de disparition, on doit selon lui leur reconnaître, au moins pour un moment, certains des droits reconnus aux hommes. Un grand débat en perspective.

Terre Sauvage : Il y a quarante ans seulement, on pensait que l’homme était né, tout armé ou presque, il y a 40 000 ans. Et puis arrive Louis Leakey, ce formidable paléontologue. Un jour de juillet 1959, dans les gorges d’Olduvai, en Tanzanie, cherchant un homme capable d’avoir taillé les pierres qu’il a découvertes non loin de là, il trouve un australopithèque, c’est-à-dire un singe. Jusque là, on pensait que l’outil était forcément lié à l’homme !

P.P : A cette époque, la vision dominante, c’est celle résumée dans cette scène fulgurante du début du film 2001, l’Odyssée de l’espace : l’ancêtre sort de la forêt, arrive dans la savane, invente l’outil, se redresse, et devient le singe tueur. D’un seul coup, l’homme acquiert le propre de l’homme dans ce passage du monde obscur de la forêt à ce nouveau monde qui nous rapproche des cieux.
» Louis Leakey va détruire cette légende. Ayant trouvé des outils, il aurait dû rencontrer l’homme. D’où cette énorme surprise quand il tombe sur un australopithèque ! Elle va entraîner ce que Yves Coppens appelle la « ruée vers l’os » (rires). La paléontologie africaine, en une grosse décennie, va faire éclater ce schéma linéaire de l’évolution auquel nous étions tant habitués.

Terre Sauvage : Quel bouleversement, en effet. Une phrase de votre livre m’a beaucoup marqué et j’aimerais que vous la commentiez : « Toute notre histoire évolutive, depuis 55 millions d’années, se fait sur la variation du thème des arbres et des singes ».

P. P : Tout ce que nous sommes vient du monde des forêts. C’est fabuleux ! Quand les dinosaures disparaissent – prenons du recul – il y a 65 millions d’années, la terre n’est qu’une vaste forêt qui couvre tout d’un pôle à l’autre : cela va durer 30 millions d’années. Et nous, les primates, les premiers, commençons une coévolution extraordinaire avec ces forêts. Les plantes à fleurs et à fruits – ce que sont les arbres -, ont besoin de fleurs pour leur reproduction, et donc d’insectes pour les butiner et les polliniser. Les fruits, eux, sont « faits » pour être mangés, notamment par les singes qui vont disperser leurs graines par leurs fèces. Et participer ainsi à la biodiversité. Vous savez, manger des fruits, cela nous paraît fort simple à nous, parce que nous sommes faits pour cela, mais c’est très compliqué. Tenez, ces incisives, devant, qui nous permettent d’arracher un morceau et ensuite de la mastiquer derrière, mais c’est une invention extraordinaire ! Elle nous a permis d’assurer notre succès. En fait, et je suis bien sûr que les lecteurs de Terre Sauvage seront sensibles à cela, nous sommes les enfants des fruits et des fleurs.

Terre Sauvage : Hélas, hélas, ce paradis des arbres et des singes va finir par se disloquer, sans pour autant disparaître. A partir de quand ?

P.P : Cela commence il y a environ 32 millions d’années. Peu à peu, par la tectonique des plaques, le volcanisme, et la fragmentation des continents. Les singes modernes apparaissent à cette époque, et c’est très intéressant de constater que tous, depuis cette date, ont 32 dents : les macaques, les entelles, les babouins, les colobes, les orangs-outans, les chimpanzés. Tous, comme nous ! (sa voix enfle, il sourit) Nous avons tous la même tête ! C’est-à-dire 32 dents, avec deux incisives, une canine, deux prémolaires et trois molaires. Nous sommes exactement faits de la même manière, avec des yeux en façade, avec une face dépourvue de poils. Tout cela existe depuis 32 millions d’années !

Terre Sauvage : Faisons un grand saut, peut-être acrobatique, et venons-en au mystère de notre ancêtre commun. Yves Coppens a forgé une théorie à ce sujet, l’East Side Story. Pourriez-vous la résumer ?

P.P : C’est une hypothèse classique du point de vue de la théorie de l’évolution. Tous les fossiles les plus anciens relatifs à notre lignée se trouvent à l’est d’une certaine ligne géographique où se trouvent les vallées du Grand Rift africain. Or la géologie nous dit que le Rift se déforme il y a 7 ou 8 millions d’années : on assiste d’abord à un effondrement,  puis à la formation sur les rebords de hauts plateaux, qui montent à 3 ou 4000 mètres. Cette barrière géographique devient climatique. A l’ouest, qui reste humide, cette grande forêt où vont évoluer les ancêtres des gorilles et des chimpanzés; à l’est – d’où le nom de East Side Story – un milieu plus ouvert et plus sec, en mosaïque, où vont s’affirmer la bipédie, la culture, l’homme.

Terre Sauvage : Votre travail ressemble étrangement à une traque policière. Pour l’origine du genre Homo, bien plus proche de nous, vous avez dressé une liste de six ancêtres possibles. Pas des suspects, mais presque !

P.P : Mais c’est exactement cela ! A qui profite la descendance, si je puis dire ! En cherchant l’ancêtre le plus probable, on s’aperçoit que celui-ci a une bonne tête pour cela, et cet autre d’excellents pieds : on procède par fiches signalétiques. Il faut distinguer les caractères qui ne sont pas de bons indices, qui sont trompeurs. Nous cherchons surtout les caractères dits dérivés, ces caractères évolués partagés par des espèces extrêmement proches.

Terre Sauvage : L’enquête n’empêche pas les sentiments. A propos des paranthropes, ces presque hommes qui ont vécu il y a environ deux millions d’années, on a l’impression que vous éprouvez comme une certaine tendresse pour eux.

P.P : Ah oui (grand soupir). On les a toujours négligés ! Certes, les paranthropes ont de grandes mâchoires, mais ce n’est pas pour cela que ces gars-là sont des abrutis ! On sait en fait qu’ils étaient omnivores et qu’ils utilisaient des outils en pierre taillée pour décharner les ossements. Avec un cerveau de 550 cm3, tout comme les premiers hommes ! Oui, je les aime bien. Et cela montre comment l’évolution fonctionne, avec toutes sortes de combinaisons possibles. On trouve des grosses mâchoires qui vont avec des gros cerveaux, des petites mâchoires et des petits cerveaux, des grosses mâchoires et des petits cerveaux, etc.

Terre Sauvage : Et voilà que surgit derrière, ou plutôt à côté, Homo Ergaster, il y a 1,9 million d’années. Mais d’où vient ce garçon si « longiligne » ?

P.P :  En effet, d’où vient ce nouveau venu ? Mon hypothèse, qui reste à prouver, bien sûr -,  c’est qu’il vient de régions tropicales de savanes relativement ouvertes. Plus ouvertes que celles d’Homo abilis ou Homo rudolfensis, qui sont encore assez proches des arbres.

Terre Sauvage : Ergaster est un grand coureur des savanes… Un athlète !

P.P : Tout à fait. Il a quasiment notre morphologie, à quelques détails près, et il est de très grande taille. Ses origines, selon mon hypothèse, sont en Afrique centrale, du côté du Tchad actuel, où il y avait de grandes savanes arborées. Mais le Sahara, avec la formation des âges glaciaires qui arrive à ce moment, vient à s’assécher et des populations d’Ergaster vont se mettre en mouvement, en compagnie de la faune qui les entoure.

Terre Sauvage : Il est le seul à quitter les Tropiques et à partir faire le tour du monde, de l’Europe à Java, de la Chine à la Géorgie. Pendant ce périple, tous les autres hominidés africains disparaissent. Mais pourquoi ?

P.P : Si Ergaster est le premier à couper le cordon ombilical avec les arbres et les Tropiques, c’est qu’il est un vrai chasseur. Tous les hominidés qui vivent autour d’Ergaster utilisent très intelligemment les ressources de leur environnement, mais lui  va commencer à transformer cet environnement, ce qui n’est pas du tout la même chose. Les autres retournent dormir dans les arbres le soir, mais Ergaster va lui construire des abris, et apprivoiser le feu. Ce gars-là devient capable de se procurer de la nourriture en toute saison, c’est-à-dire la viande.

Terre Sauvage : C’est l’un des grands personnages de cette histoire !

P.P : Ah oui, pour moi, c’est le vrai homme. Heureusement qu’il était là ! Les grands singes, trop dépendants des arbres, disparaissent ou se raréfient. En Afrique, toutes les espèces qui dépendent des arbres vont connaître la décimation. Sauf Homo. Et bien sûr les chimpanzés, les bonobos, et les gorilles là où les arbres se maintiennent. On nous racontait jadis qu’on avait le singe à quatre pattes, qui donnait le grand singe, qui donnait l’homme. Mais non, ce n’est pas du tout ça.

Terre Sauvage : Jusqu’au bout, le suspense aura été total. Jusqu’à Néandertal, en effet, nous avons connu une humanité plurielle. Il s’en est fallu de peu que nous ne vivions la cohabitation entre différentes espèces d’hommes véritables !

P.P : Cela s’est joué à quelques fluctuations climatiques près. Nous aurions pu, en effet, avoir plusieurs espèces d’hommes, mais aussi plus aucune. Finalement, il n’en reste plus qu’une seule. Cela montre bien que nous nous sommes trompé : nous avons cru que, parce que nous étions seuls, nous étions uniques et que l’évolution conduisait vers nous. La vérité, c’est que nous sommes les derniers rescapés.

Terre Sauvage : Avec Cro-Magnon, nous voilà chez nous ou presque. Mais on retombe sur des questions essentielles. Des 4 critères pour définir Homo, en effet – le cerveau, la main, l’outil et le langage -, vous dites que les trois premiers ne sont pas pertinents car ils s’appliquent aussi au chimpanzé, et que le quatrième échappe à nos recherches. Et vous concluez : « Nous ne sommes pas fixés sur ce que nous sommes ». Bigre !

P.P :  On a longtemps pensé que l’homme, c’est surtout le langage. Et on avait d’ailleurs découvert dans son cerveau gauche les aires de Wernicke et de Broca, précisément dédiées au langage, mais sans aller regarder dans la tête des grands singes. Et là, grand gag : quand des anatomistes l’ont fait, ils ont trouvé chez les chimpanzés les aires de Wernicke et de Broca, ce qui explique d’ailleurs pourquoi ces derniers réussissent si bien dans l’apprentissage du langage des sourds-muets ou encore artificiel.  En fait, notre dernier ancêtre commun nous a laissé cette possibilité d’un mode de communication symbolique.

Terre Sauvage :  On assiste depuis le début des années 60, à une véritable « révolution éthologique ». En résumé, les études de terrain ont montré, entre autres, que les chimpanzés avaient des cultures, des comportements qu’on peut considérer comme les prémices de la morale, qu’ils éprouvaient de la compassion, qu’ils étaient capables de faire de la politique. C’est bien ça ?

P.P : C’est ça. Et nous avons été obligés d’admettre – mais c’est tout récent, et très contesté par ailleurs – que toutes les grandes caractéristiques de l’homme se trouvent partagées, de manière multiforme, et à des degrés bien sûr différents, avec les grands singes. Les bonobos sont bipèdes, mais ce n’est pas la bipédie humaine. Les chimpanzés ont des cultures, dont une partie des fondements sont proches de ceux des premiers hommes, et ils font de la politique, ont une notion du bien et du mal, une certaine conscience de soi, ils ont le sens du rire et même de l’humour. Mais pas autant que nous !

Terre Sauvage : Pour réaliser l’un de vos documentaires, Du rififi chez les singes, vous êtes allé filmer des chimpanzés au zoo d’Arnhem, aux Pays-Bas. Et vous y avez vu, je crois, des choses inouïes.

P.P : Oui, dont celle-ci. Il y avait deux soeurs chimpanzées, une grande et une petite. La grande était adorable, parfaite dans son rôle d’aînée, toujours très attentive avec la petite. Un jour, la petite attrape une corde bleue, joue avec, la met autour de sa taille, fait sa coquette. La grande vient à passer, et elle prend un air renfrogné, ce qui me surprend. Elle arrache la corde des mains de la petite, sévèrement, et lui tourne le dos. La petite s’énerve, fait sa crise de chimpanzé, se roule par terre. Pendant ce temps, la grande soeur, qui est face à moi, se met la corde autour de son visage, puis se retourne vers sa petite soeur, et elle lui fait : bouh ! (rires francs)
» Autre exemple, raconté par l’éthologue Jan Van Hooff. Au cours d’une expérience, un de ses collaborateurs enfile une tête de léopard et se cache derrière un monticule, les chimpanzés étant de l’autre côté du fossé, à cinq mètres. D’un coup, il sort sa tête de fauve, et les chimpanzés reculent à toute vitesse. Puis, voyant que ça ne bouge pas trop, reviennent avec des bâtons,  qu’ils lui lancent. L’assistant finit par enlever le masque, et montrer son visage. Alors l’une des plus vieilles femelles, Mama, la bouche ouverte, fait quelque chose comme ahahah, avec une mimique bien particulière, comme pour dire : «  ah, vous nous avez bien eus ! ». Extraordinaire, non ?
» Ils connaissent également l’empathie. A Arnhem, les crises de pouvoir étaient nombreuses.  Un jour, le mâle dominant se livre à une démonstration de force incroyable. Il se met au beau milieu de l’enclos, le poil tout hérissé, signifiant sans équivoque : je suis le roi. Et là, croyez-moi, personne n’a intérêt à s’approcher. Or une femelle arrive, se penche sur lui, comme pour lui dire : « Oh, qu’est-ce que tu as ? T’es fâché ? ». Et ce qui est formidable, c’est que le grand mâle sait que cette femelle est un peu simplette. Et donc, il la laisse faire !

Terre Sauvage :  Tout ce que vous dites là est évidemment bouleversant. Et d’autant plus que les primates, que nous connaissons encore si peu, sont partout menacés de disparition. N’y at-il pas une urgence absolue à sauver ces animaux ?

P.P : Urgence, oui, urgence absolue. Les chimpanzés sont nos frères d’évolution, ils sont plus proches de nous que des gorilles. Il faut les maintenir dans des conditions de vie naturelles, parce que c’est l’occasion de découvrir nos origines, les nôtres et celles des chimpanzés. Mais si nous continuons à malmener la planète comme nous le faisons, nous ne le saurons jamais.

Terre Sauvage : Ils sont nos frères, dites-vous ?

P.P : Mais oui, nos frères, pas nos cousins. Ils sont les plus proches de nous dans la nature. Ensuite, un peu plus loin, il y a les cousins, puis les cousins germains, comme les orangs outans. Ce sont nos frères.

Terre Sauvage : On comprend mieux pourquoi vous envisagez d’accorder aux grands singes, pour les sauver, certains des droits reconnus à l’homme !

P.P : Avons-nous encore d’autres moyens ? D’un point de vue éthique et philosophique, il va de soi que les droits de l’homme doivent appartenir à l’homme. Je ne me trompe pas une seconde entre le chimpanzé et l’homme. Mais à travers les droits de l’homme, on tient peut-être la possibilité, en passant par cette sorte de provocation, et qui choque en tout cas, d’attirer enfin l’attention sur cette tragédie. En faisant une entorse à mon éthique ? Oui. Donnons-leur cela, qui est peut-être trop, et quand ils seront sauvés, car il le faut, rétablissons les choses, clarifions.

Terre Sauvage : Mais quels droits ?

P.P : Avant tout celui de vivre dans la tranquillité. Il faut que les atteintes à ces animaux soient considérés comme un crime contre les sources de notre humanité. Pas contre l’humanité, attention ! Ce serait là épouvantablement choquant.

Terre Sauvage :  Leur accorder ces droits serait-il une manière, au fond, d’exprimer ce qui est « le propre de l’homme » ?

P.P : Pourquoi pas ? J’ai envie de dire : soyons humains, enfin ! Le processus d »hominisation n’est pas achevé, et de loin. Sortons de notre arrogance : cette terre n’est pas à notre disposition. Nous sommes issus d’une histoire incertaine, et nous avons besoin de modestie, mais aussi de grandeur. Soyons humains !

Terre Sauvage : On pourrait imaginer un appel mondial, solennel, de toutes les religions, des plus hautes autorités morales et spirituelles de la planète. Qu’en pensez- vous ? Seriez-vous prêt à vous engager vous-même ?

P.P : Evidemment ! Après les chimpanzés, ce sera le tour d’autres, et quand sur cette planète il n’y aura plus que des hommes, qui mettra-t-on dans les cages ? Qui jouera le rôle des animaux ?

Terre Sauvage : Pascal Picq, n’est-il déjà pas trop tard ?

P.P : Je ne sais pas. Il va falloir pousser un grand cri.

ENCADRÉ

Un grand scientifique
Pascal Picq est l’un des deux directeurs scientifiques – avec Yves Coppens – d’un livre majeur publié récemment aux éditions Fayard, Aux origines de l’humanité (chacun des deux tomes vaut 52 euros, un prix élevé, mais selon nous justifié). En un tourbillon de près de 1200 pages, une vingtaine de spécialistes nous emmènent dans un voyage fantastique qui conduit des premières bactéries à l’homme moderne. Cela, il faut le souligner, sans (presque) jamais verser dans le jargon ou l’obscurité. Pascal Picq fut l’un des élèves d’Yves Coppens, l’un de nos plus grands paléontologues, et donne des cours au Collège de France. Paléo-anthropologue, il s’est entre autres spécialisé dans l’étude des ancêtres de l’homme en relation avec leur régime alimentaire. Grand vulgarisateur, il est l’auteur de plusieurs livres destinés à la jeunesse et au grand public.

133 réflexions au sujet de « Pascal Picq, ce chaînon manquant de notre intelligence »

  1. Bonsoir Fabrice,
    merci pour ce précieux entretien réactualisé.
    Il y a bien longtemps que je n’ai plus laissé de trace de ma présence à tes côtés, mais j’étais bien là, choqué, triste, indigné, dégoûté, puis inquiet, et à présent plus serein, mais toujours soucieux pour ton état de santé, celui de la planète, attentif aux informations de celles et ceux qui partagent la conscience de la destruction et ont aussi la nécessité de réagir, de diffuser le message d’urgence. Ce n’est pas le moment de m’étendre; je souhaitais juste te dire que je suis bien là, que j’entends parfois ta voix grâce aux liens bienveillants vers la radio, me réjouissant de te savoir vivant et de pouvoir me sentir encore épaulé dans mes réflexions, informé ou guidé par ta vigilance et ton esprit critique. Tu es une importante lueur d’espoir et source d’inspiration face au fanatisme, qu’il soit religieux, politique, économique ou industriel; c’est ce qui fait de toi un homme debout, même quand tu es alité. Courage à toi, ami. Puisse la nature qui s’éveille et bourgeonne t’aider à te remettre sur pieds.
    Bien chaleureusement à toi.

  2. Cher Fabrice, merci de nous faire partager ce lumineux entretien qui nous rappelle notre histoire humaine et celle des autres espèces.
    J’ai surtout envie de te serrer dans mes bras par la pensée (enfin tu comprends) et te dire combien nous sommes avec toi et pensons à toi même si nous ne pouvons imaginer ce que tu affrontes et endures tous ces jours avec courage. Bien sûr que tu iras mieux bientôt avec les beaux jours qui approchent, et si nos mots te font du bien sois certain que nous avons aussi besoin des tiens et de toi.
    Enfin, le combat continue car nous n’avons pas le choix et la tâche est si grande pour lutter contre l’immense bêtise des hommes en devenir, pas encore complètement humains comme le souligne Pascal Picq. Kenavo Fabrice, je t’envoie des bises fraiches et marines des falaises bretonnes…

  3. Bonsoir Fabrice. Grand merci pour ces nouvelles. On peut facilement imaginer que c’est… disons… « normal »… que l’esprit et le corps se raidissent en certaines périodes après avoir vécu la tuerie du 7 janvier. Mauvaises surprises sûrement ? Il y aura aussi des jours meilleurs, et c’est sûr, de bonnes surprises, c’est, là aussi, inévitable. Je te souhaite une grande force et beaucoup, beaucoup de patience (moi qui suis si impatient bien souvent… j’imagine comme ce doit être long… mais le monde, le grand monde, celui que tu aimes tant et défend si bien, celui de la vie, dehors, il t’attend, sois en certain 😉

    Merci pour cette belle interview de Pascal Picq. J’aime beaucoup : « nous avons cru que, parce que nous étions seuls, nous étions uniques et que l’évolution conduisait vers nous. La vérité, c’est que nous sommes les derniers rescapés. »

    Pour le reste, mais oui, on te comprend parfaitement quand tu dis que tu n’as pas le temps de nous répondre ici ou ailleurs.
    Utilise ton temps aussi bien que possible, fais toi plaisir, évite les contraintes (tu en as déjà tant à l’hopital…) et ne perd jamais l’espoir même au creux du creux de la vague : la santé, c’est des hauts et des bas… mais des hauts aussi et ça viendra.
    Sens bien combien on est nombreux avec toi !

  4. Coucou,

    Merci Fabrice.

    Suis super heureuse que tu ailles mieux. Reposes toi. Prends le temps qu’il faut.

    Merci pour l’entretient avec Mr Pascal Picq.

    Je ne sais rien. Peut être juste une chose. Que le propre de l’humain est de passer a côté de l’essentiel.

    Bisous gros,

  5. Merci Fabrice, merci mille fois, tu as touché juste encore une fois en nous faisant lire cet interview très belle.
    Garde courage cher Fabrice, nous t’envoyons plein de chaudes pensées de soutien et d’amitié,
    A bientôt, et attrape de beaux rêves, c’est toi qui nous dit que c’est possible !

  6. J’aime beaucoup Pascal Picq; juste une petite critique dans la description de nos ancêtres: ce gars là, ce garçon, il…Il n’y avait que des mâles pour courir, et inventer les outils, le feu etc…?
    Encore des progrès à faire dans nos expressions!

  7. «Terre Sauvage: On pourrait imaginer un appel mondial, solennel, de toutes les religions, des plus hautes autorités morales et spirituelles de la planète. Qu’en pensez- vous ?»

    Imaginer, pourquoi pas, faire… : le religieux là-dedans alors que pratiquement tout ce joli petit monde estime justement que le singe est l’épine dans le pied du pouvoir d’un dieu (avant d’honnir ou de tuer l’impie ou l’athée), faut rien espérer de ce coté. Peut-être de l’humour entre les 2 interlocuteurs, mais pas visible sur écran… 🙂

    «P.P : Evidemment ! Après les chimpanzés, ce sera le tour d’autres, et quand sur cette planète il n’y aura plus que des hommes, qui mettra-t-on dans les cages ? Qui jouera le rôle des animaux ?»

    C’est joué d’avance: « les chimpanzés du futur ». http://truks-en-vrak.eu/spip.php?article4671

  8. Merci pour la re lecture de cet article… Arte vient de diffuser ce dimanche un excellent documentaire sur l’évolution du monde agricole, dans lequel on voit bien à quel point la finance a dicté les choix de l’état plus que toute autre considération : plan Marshall, invasion des tracteurs américains issus des anciennes chaines de montages des automitrailleuses, étranglement des paysans reconvertis de force en exploitants, le Crédit agricole qui squatte leurs revenus, propagande à tous les étages, Mendes France qui essaie de fourguer les trop pleins de lait aux écoliers, etc , etc… Poignant, car les images sont pour certaines très anciennes, un paysan se rend compte de la supercherie du système (il doit en fait travailler plus pour rembourser sans que sa vie s’améliore, bien au contraire) il ne peut plus trouver ses mots, on le sent clairement au bout du rouleau…
    Pour l’instant on ne fait rien d’autre que regarder le béton prendre la place de la forêt, et c’est pas joli-joli…
    Fabrice, on dirait que tu as un petit coup de mou, c’est normal, on serait à ta place on aurait sans doute moins bien tenu le cap ! Tu sais qu’on est la, on sait que tu es là, on garde le frigo rempli pour fêter ton retour…
    Courage !
    f.

  9. Bonne guérison, merci pour l’article, si Pascal Pick passe dans votre région, je vous conseille d’assister à une de ses conférences.

  10. Bonne surprise ce matin : il y a un nouvel article sur Planète Sans Visa, avec un petit mot de toi Fabrice.

    Courage, courage et encore courage

    Je pense à toi et suis tellement contente que tu sois encore parmi nous et nous donne à lire et à réfléchir pour… qui sait ?
    Pouvoir agir à notre tour ?

    Que les jours à venir te soient de plus en plus doux à vivre

  11. Ah, Fabrice, les grands entretiens, quelle belle, super passionnante nouveauté cela avait été au journal, et comme on s’était amusé à inventer des mises en scène avec chacune de tes rencontres, que Xavier Lambours savait faire grimper aux arbres si nécessaire!
    Donc merci de faire re émerger ces souvenirs : qu’ils soient aussi joyeux et bons pour ton coeur, là. Et sache qu’ici, dans ma lagune, il reste un peu de ta lagune, et beaucoup, plein, de pensées pour toi.

  12. Bonjour Fabrice

    merci pour ce beau voyage, dans l’espace et le temps. En le lisant, je me suis pris à penser à l’ensemble de coincidences qu’il a fallu pour que nous soyons finalement « les derniers rescapés ».
    Cela devrait nous pousser à beaucoup plus d’humilité dans notre rapport à la planète et aux espèces qui la peuplent.
    J’ai aussi pensé (avec un sourire) à la première version du film « la planète des singes » (celle de 1968) qui mettait finalement en présence ces 2 familles si proches.

    Je vous souhaite tout le courage et la patience nécessaire pour consolider votre convalescence et retrouver la pleine santé ; c’est sans doute plus dur maintenant et dans les temps à venir car la vague qui a porté les gens après les attentats me parait en train de retomber et chacun retourne petit à petit à ses préoccupations quotidiennes (« au fait on fait quoi cet été pour les vacances ? »).

    Mais pourtant vous n’êtes pas seul et les nombreux lecteurs de PSV, silencieux ou non, sont là pour vous le rappeler.

  13. Courage Fabrice, on pense à toi.

    PP, Croaar,

    Ceux qui prédisent, comme les transhumanistes de tous poils, que si l’on refuse de s’adapter, on sera des chimpanzés du futur font une énorme bourde.

    En effet, les H+ (humains augmentés, transhumains) feront appel de plus à l’intelligence artificielle pour prendre des décisions, et, malgré les prédictions des techno-prophètes, l’intelligence artificielle n’existe pas.
    C’est toujours des résultats de calculs prédéfinis, de plus en plus raffinés, il est vrai, mais l’homme trouvera toujours un angle mort pour tromper la machine, la détourner.

    Et, si par les implants le cerveau fait des requêtes google (ou équivalent) qui se rapprochent du corps (pc protable, tablette, iphone, lunettes, rétines puis implants bientôt) pour prendre des décisions, alors, en l’absence de culture générale non numérique, on aboutit à un abrutissement ou une massification des idées ou comportements.

    Ce qui fait un autre désavantage pour les hommes augmentés d’un cerveau en moins 🙂

    Donc ils nous traitent de chimpanzés du futur, mais eux ce sera les brebis du futur, les zombis.

    P.P., on organise en Ardèche la semaine pour des alternatives aux pesticides ici dans la valée du Rhône (fief de la FNSEA depuis des décennies, ça bombarde sec!). Si tu connais du monde près d’ici : info + programme

    http://www.mjclavoulte.com/semaine-pour-les-alternatives-aux-pesticides/

  14. Encore un livre que tu as conseillé il y a quelques années, et que j’ai lu pour mon plus grand plaisir . « Sommes nous assez intelligents pour comprendre l’intelligence des singes ? » Dominique Lestel …et la partie de la domestication de l’homme par le chimpanzé m’avait interpellée : Je n’avais pas encore penser , à l’époque, à sortir d’une vision du monde basée sur l’anthropocentrisme .
    Nous avons encore tant à partager,tant à inventer,nous avons encore tant à vivre tous ensemble .

  15. @Lionel, j’ai eu l’info sur cette initiative par la FRAPNA. Mais je diffuse sous le format que tu proposes (lien), pas de problème ça fera un rappel à tous !
    A un de ces quatre quelque part dans ce département qui est le notre 😉

  16. @Lionel, j’oubliais, merci pour ton analyse amusante et tellement vraie sur ces pauvres « transhumanistes »… c’est vrai que sans leur quincaillerie, fût-elle microscopique, ce sont des hommes … « diminués »…!
    T’as déjà vu la tête d’un gars (ou d’une fille 😉 qui a oublié son GPS quand il doit se remettre à la carte ? Ca me fait toujours assez rire… 😉

  17. Beau et émouvant, Fabrice. Je me prends à rêver que je parcoure la savane et que je vis au grand air et une question me vient forcément à l’esprit : suis-je plus heureux aujourd’hui ? Ou simplement heureux, si loin de la nature, du vent, de la pluie, du soleil, des odeurs des parfums, des goûts, des bruits, des cris des animaux que j’entends parfois quand je tends l’oreille ? Suis-je plus heureux ou simplement bien, assis dans ma bagnole, devant ma télé, écoutant des politiciens corrompus dont le comportement et les leçons de morale me mettent en colère autant qu’ils me dégoûtent ?
    Sans croire au mythe du « bon sauvage », qui ne m’a de toute façon jamais plu, je me dis qu’ils devaient prendre du plaisir, nos aïeux, même si leur vie n’était pas facile et qu’on ferait bien de ralentir, de se parler, de se regarder et de tourner les yeux vers la nature. Pour découvrir que notre « paradis » est probablement ici, sur Terre, à portée de main, si près qu’on ne le voit pas.
    Reprend des forces. Amicalement.

  18. Après le tonnerre
    Les nuages de la nuit
    Ont le teint frais

    (haïku de Hara Sekitei 1889-1951)

    Non, non, Fabrice, je ne vire pas bobo, mais c’est quand même joli, ces petits mots qui tintinnabulent comme des petits carillons dans le vent.

  19. Merci a toustes,

    Je viens vous baumer le coeur, 🙂

    https://www.youtube.com/watch?v=GqUQychsZ8o

    Le grillon !

    Un amérindien et son ami, en visite au centre ville de New York, marchaient près de Times Square dans Manhattan.

    C’était durant l’heure du lunch et les rues étaient bondées de monde. Les autos klaxonnaient de plus belle, les autos taxi faisaient crisser leurs pneus sur les coins de rue, les sirènes hurlaient et les bruits de la ville rendaient presque sourd.

    Soudain, l’amérindien dit, « j’entends un grillon. » Son ami répondit, « Quoi? Tu dois être fou. Tu ne pourrais jamais entendre un grillon au milieu de tout ce vacarme! » « Non, j’en suis sûr, » dit l’amérindien, « j’entends un grillon. » « C’est fou, » dit l’ami.

    L’amérindien écouta attentivement pendant un moment, puis traversa la rue jusqu’à un gros planteur en ciment où poussaient quelques arbustes. Il regarda à l’intérieur des arbustes, sous les branches et avec assurance il localisa un petit grillon.

    Son ami était complètement stupéfait. « C’est incroyable, » dit son ami. « Tu dois avoir des oreilles super-humaines ! » « Non, » répondit l’amérindien. « Mes oreilles ne sont pas différentes des tiennes. Tout ça dépend de ce que tu cherches à entendre. »

    « Mais ça ne se peut pas ! » dit l’ami. « Je ne pourrais jamais entendre un grillon dans ce bruit. » « Oui, c’est vrai, » repliqua l’amérindien. « Ça dépend de ce qui est vraiment important pour toi. Tiens, laisse-moi te le démontrer. »

    Il fouilla dans sa poche, en retira quelques sous et discrètement les jeta sur le trottoir. Et alors, malgré le bruit de la rue bondée de monde retentissant encore dans leurs oreilles, ils remarquèrent que toutes les têtes, jusqu’à une distance de sept mêtres d’eux, se tournaient et regardaient pour voir si la monnaie qui tintait sur le pavement était la leur.

    « Tu vois ce que je veux dire? » demanda l’amérindien.

    « Tout ça dépend de ce qui est important pour toi. »

    Auteur inconnu

    Bien a vous. Enormes bises a toustes, tout plein de pommades en plus pour « notre » huile, 😉 😉

    Mr P.P,

    Il existe des filles* qui ne savent pas ce qu’est un GPS, et qui même avec une bonne carte, se retrouve a la mer, alors que le prévu était la haute montagne. Tout a l’opposé!

    * Simplette.

    Tout les chemins mènent a Roma. Inverser.

    Hu, hu,

  20. Très chouette entretien. Un grand merci à vous de trouver la force et de maintenir le lien.

    Puissiez vous faire vôtres, ces mots de Camus, « Au milieu de l’hiver, j’ai découvert un invincible été ».

  21. Ce midi, deux citrons (les papillons, pas les autres :-)) m’accompagnent le long de la rivière en voletant. Arrivée à l’arrêt de bus, cette affiche : http://www.voir-et-agir.ch/fr/voir/index.html . J’ai d’abord crû que c’était de la pub pour une grande surface !

    Peut-être que Croaaar a raison, qu’il ne faut rien espérer du côté religieux. Mais quand deux courants jadis ennemis (le massacre de la Saint-Barthélemy en France, la guerre du Sonderbund en Suisse) joignent leurs forces pour dénoncer un massacre actuel, tellement insidieux, j’applaudis.

  22. Une très bonne nouvelle concernant l’agriculture biologique même s’il faut rester vigilant :

    http://www.reporterre.net/Stephane-Le-Foll-recule-devant-les

    Je t’envoie des bises Fabrice, le vent qui s’engouffre dans les boucles de Seine , les vergers avec leurs bourgeons prêts à éclatés (trop tôt !Mais c’est beau) et tous ces oiseaux des jardins et des bois qui m’amusent quotidiennement . J’espère pouvoir vous monter tout cela à toi et

  23. et je finis …voilà voilà … J’espère pouvoir vous montrer tout cela à toi et tes proches un jour . Je me répète , prends bien soin de toi .

  24. Merci pour ce bel entretien.

    un article interessant, signale par Reporterre:

    http://www.cnrs.fr/inee/communication/breves/b105.html

    En France, meme apres plusieurs siecles, la biodiversite est plus forte sur les anciens lieux d’habitation du moyen-age. Ce qui rappelle fortement les « forets sacrees » et « etangs sacres » en Inde, dont beaucoup survivent encore aujourd’hui, et qui sont aussi des lieux de tres forte bio-diversite.

    Sans vouloir tout melanger, il y a quand meme un point commun evident, qui est une sorte de constat de « bio-diversite faite par la main de l’homme », dont l’acceptation permettrait de battre en breche l’apparent paradoxe « de l’ensauvagement artificiel » exploite par les esprits etroits et qui rode autour de tous les debats sur le loup, l’ours, etc.

    Sur les forets et etangs sacres au Bengale:

    https://www.uea.ac.uk/polopoly_fs/1.54434.LATEST!8.%20sacred%20groves%20west%20bengal.pdf

    http://cintdis.org/images/PDF/sg_sp-2008.pdf

  25. C’est une idée magnifique que tu as eue, de nous offrir tes anciens articles en attendant de pouvoir en écrire de nouveaux. Celui-là particulièrement me passionne: avec un de mes fils, on a des discussions récurrentes sur ce qui distingue, ou pas, l’homme de l’animal. Cet article apporte beaucoup d’éléments qui font rêver. Par « rêver », je veux dire « réfléchir », mais en plus ouvert, en plus riche.

  26. Bonjour à tous

    quelques nouvelles du front de l’eau

    http://www.france-libertes.org/Caimanes-la-justice-ordonne-la-demolition-du-site-minier.html
    au Chili, après 10 ans de lutte, à Caimanes, la justice ordonne la restauration du cours naturel de l’eau.
    C’est une étape très importante dans ce pays frappé à la fois par la sécheresse et par la priorité donnée aux industries (minières et autres). A suivre …

    http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/20150313.OBS4577/chine-pekin-sous-perfusion-d-eau-venue-du-sud-du-pays.html
    en Chine, Pékin sous perfusion d’eau venue du sud du pays. Les projets pharaoniques ont du mal, on dirait.

    On pense à toi Fabrice

    Jean-Gabriel

  27. Merci pour ce beau moment, c est un très bel article qui nous remet à notre place sur cette planète que l on malmène de façon complètement irrationnelle, inHumaine. Meme si la tete ne fonctionne que quelques heures par jour elle fonctionne très bien. Bien du courage pour la suite, cela reviendra progressivement.
    Encore merci c est nous qui te devons beaucoup, sains et sauf dans nos fauteuils

  28. Courage Fabrice. Courage et merci de continuer.

    Pascal Picq est un grand Monsieur et ce qu’il dit mérite toujours d’être lu ou écouté avec attention. Il n’en demeure pas moins que la partie scientifique du texte a bien vieilli et est plutôt dépassée (par exemple l’ »East Side Story », ce qui n’ôte rien aux qualités d’Yves Coppens). C’est normal pour une science dont « l’espérance de vie » des hypothèses est, au mieux, de cinq ans. L’abbé Henri Breuil avait coutume de dire que « le berceau de l’humanité est à roulettes ». Depuis, il semble s’être fixé en Afrique de façon provisoirement définitive mais continue à se balader pas mal dans ce continent.

    Le reste du texte n’a pas pris une ride et mérite largement d’être diffusé.

    @ cultive ton jardin
    « … ce qui distingue, ou pas, l’homme de l’animal. »
    Le « propre de l’homme » ne serait-ce pas de pouvoir être inhumain ?

  29. Merci de nous publier cet article passionnant, il ouvre une grande voie d’enrichissement intellectuel. Quand je pense qu’on a tout ce savoir à portée de la main et qu’on n’est pas foutus d’aller y puiser.
    Je suis en train de terminer « Bidoche », ton bouquin. Par je ne sais quelle aléa de la vie, il s’est retrouvé en bonne place dans les chiottes. Alors chaque jour, j’en lis quelques pages, jusqu’à ce que l’inconfort du siège m’oblige à quitter les lieux.
    Je vais voir si je peux me procurer « Aux origines de l’humanité », indiqué dans l’article.
    Bon rétablissement et garde le contact avec nous avec d’autres si bons articles.

  30. salut fabrice
    ravie de continuer de lire tes articles « d’éveilleur de conscience » dans charlie, mais les politiques comme d’hab font la sourde oreille! ils vont encore grincer des dents avec  » un empoisenement universel » ( je suis en train de le lire !) ah si seulement tu pouvais être en forme pour venir le présenter au chapitre nature ! ça risque peut-être d’être encore un peu juste, mais tu es un battant et avec ce soleil printanier et la tendresse de tes amis proches ou lointains en perfusion sur ton lit d’hopital, tu devrais bientôt être debout !!!!fraternellement

  31. Ello,

    Merci a toustes,

    http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/les-abeilles-savent-compter-et-reconnaitre-un-visage-humain_1662242.html

    Bzzz,bzzz piquantes, 😉 😉

    « Pied de l’homme blanc », disaient les Amérindiens pour désigner le plantain qui serait arrivé en Amérique avec les colons français et anglais, ses semences voyageant clandestinement sur les semelles de leurs chaussures, et se serait implanté dans les chemins qu’ils empruntaient.

    Le nom latin Plantago signifierait « plante qui agit », par allusion aux propriétés médicinales que les Romains lui attribuaient.

  32. Porcinette, le titre de l’article sur Aurore Avarguès-Weber est un peu ambigu: Elle a montre que les abeilles peuvent apprendre a faire la difference entre un dessin ressemblant a un visage humain (qui signale la presence d’une solution sucree dans un petit bol) et un dessin similaire mais ne ressemblant pas a un visage, mais n’a pas montre qu’elles peuvent reconnaitre les gens! Mais peut-etre est-ce une recherche en cours?

  33. Grand salut à toi Fabrice !

    LES GRANDS SINGES. Mars 2015 Terre Sauvage.
    CHARLIE HEBDO. 18 mars 2015.
    Moi aussi je reviens un peu à l’actu et en profite pour te parler – je n’en avais pas avant – de ma nouvelle étiquette politique :

    Tous ensemble pour personne
    avec les ultra-libéraux

    Pas besoin d’adhérer cette étiquette étant autocollante chez Plonk & Replonk.

  34. Courage, prenez le temps de guérir, d’aller mieux. Merci de nous donner ainsi de vos nouvelles et de nous aider à avancer avec vos articles.

  35. Pour Fabrice et ses proches :
    Il n’y a pas si longtemps, ces deux plantes nous furent d’un grand secours, à stan et moi :
    SCLERANTHUS ANNUUS et CASTANEA SATIVA
    http://www.lesfleursdubien.net/webapp/flowers/popUpDetails.php5?flowerID=STAR_OF_BETHLEHEM

    http://www.lesfleursdubien.net/webapp/flowers/popUpDetails.php5?flowerID=SWEET_CHESTNUT

    Sûrement que vous connaissez déjà, mais je leur fais quand même de la pub, elles le méritent bien ! De tout coeur

  36. Quand une éclipse de soleil est traitée comme une catastrophe,que la nature devient dangereuse , et que les élèves sont victimes de sa médiatisation…..Reçu hier :
    « Suivant les consignes données par le RECTORAT, les élèves ne sortiront pas en récréation demain VENDREDI 20 MARS entre 9h et 11h. »
    N’importe quoi …..
    Et ça aussi :

    Le projet de loi sur la biodiversité organise la destruction de la nature
    Le projet de loi sur la biodiversité en discussion à l’Assemblée nationale généralise et facilite la « compensation pour perte de biodiversité ». Cette mesure sert en fait à donner un blanc-seing aux destructions environnementales. Le projet introduit aussi la notion de « réserves d’actifs naturels », ouvrant la porte à une financiarisation de la nature.
    http://www.reporterre.net/Le-projet-de-loi-sur-la
    Loi biodiversité : la porte ouverte aux marchés de droits à détruire ?

    https://naturalistesenlutte.wordpress.com/2015/03/18/loi-biodiversite-la-porte-ouverte-aux-marches-de-droits-a-detruire/

    La Loi biodiversité ne doit pas instaurer des banques d’actifs naturels!

    Nous appelons les parlementaires à rejeter les articles 33 A, B et C du projet de loi relatif à la biodiversité, en première lecture à l’Assemblée nationale à partir du 15 mars, qui instituent des obligations «de compensation écologiques» et des banques d’actifs naturels

    ».

    https://france.attac.org/IMG/pdf/4pagesloibiodiversite_vfin.pdf

  37. courage Fabrice
    que ces quelques heures à vous sentir disponibles soient les plus apaisantes
    éclipsons la désolation, et puisons dans les infimes mais affirmés gestes d’humanité au quotidien, qui nous relient.

    rupture de stock de lunettes pour regarder la beauté de l’éclipse ?
    qu’à cela ne tienne, les gens dans la rue se les ont prêtées, et ça a discuté
    et bravo à celles et ceux qui ont bravé le confinement obligatoire des enfants en les accompagnant à cette merveilleuse école buissonnière ;))

    le soleil, c’est comme nous Fabrice avec vous, même éclipsés de votre chambre, notre feu d’amitié est inépuisable à votre égard

    FranBoise

  38. Bonjour Fabrice, merci pour ce magnifique rappel. Patience et courage… le printemps arrivera pour toi aussi.

    J’en profite pour faire passer quelques infos qui nous concernent tous, faute de meilleur endroit.

    -sofiproteol, etc.

    http://economie.jeuneafrique.com/entreprises/entreprises/agro-industrie/23925-sofiproteol-change-de-nom-et-davis-sur-lhuile-de-palme.html

    l’histoire ne dit pas si la FNSEA va s’appeler MAI…

    – pas sûr que tout le monde connaisse « Sauvons la forêt » (www.sauvonslaforet.org basée à Hambourg) bien que Sylvain Hamat laisse parfois des traces ici, de mémoire.
    Parmi les dernières pétitions, 2 sortent du lot : une en rapport avec EDF/GDF au Brésil et une autre avec un des innombrables cas de paysans qui paient cher leur attachement à la terre. Il se trouve que celui-ci est en Equateur. Comparez le nombre du signatures d’une pétition à l’autre en fonction du thème et de la photo qui l’illustre et cherchez l’erreur. Un rapport avec ce « romantisme » bien de chez nous, si conciliant avec tout dirigeant sud-américain catalogué à gauche ?

  39. Consterant…

    Extrait du carnet de correspondance de mon fils scolarisé en Collège public (fautes de syntaxe incluses…) :

    « Les recommandation ministérielles recommandent de ne pas sortir les élèves au moment de l’éclipse.

    Par conséquent, l’organisation de la journée du 20 mars au collège sera modifiée comme suit :

    – il n’y aura pas de récréation pendant la matinée

    – les volets devront rester fermés dans les salles de classe, en étude et au CDI entre 9h00 et 12h00

    – les élèves resteront en classe de 10h00 à 10h15 avec le professeur qui les a en classe de 9h10 à 10h00 car cela coïncide avec le pic de dangerosité. Ils rejoindront le cours suivant à 10h15.

    – Aucune sortie d’élève du bâtiment externat ne sera permise entre 9h00 et 12h.

    – Les élèves qui devront traverser la cour pour aller du bâtiment d’externat au bâtiment d’internat et inversement ou vers le Gymnase seront accompagnés par leurs professeurs et seront informés des risques d’une observation à l’oeil nu

    (…)

    – Les activités EPS devront se dérouler dans le Gymnase ou en salle polyvalente

    (…) »

    Malheureusement, malgré un contre-communiqué du ministère (trop tardif : 18h)qui a compris combien sa réaction disproportionnée (et à tendance… obscurantiste, le jeu de mot est évident !) le couvrait de ridicule, les règles ci-dessus ont hélas été respectées à 100% . Mon fils a fabriqué ce matin une petite boîte en carton percée pour projeter le soleil sans avoir à le regarder, elle lui a été confisquée dès son entrée au collège : « c’est interdit de l’utiliser et de regarder le soleil » lui a-t-on dit… Hop ! confisqué !

    Voilà, c’est beau non ? Quelle misère ! On a du pain sur la planche n’est-ce pas ?

    Mon fils, très intéressé par l’astronomie depuis des années est amer et déçu de ce monde d’adultes incapable de s’organiser pour leur expliquer le monde au moment où il le faut…

    J’ai honte de mon ministère (je suis instit…) et des comportement moutonniers qu’il produit.

    Nom d’un chien, chers collègues, saurez vous un jour vous lever et dire NON devant tant d’absurdité !

    Vous vous êtes RIDICULISES aux yeux de vos élèves. C’est là aussi qu’on acquiert cette fameuse autorité que confère la légitimité : se cacher, se terrer devant le soleil, cela vous rend illégitimes aux yeux de ces ados.
    Ce n’est pas aussi anodin que ça, vraiment !
    Au-dela du déni de science, il y a donc aussi cette question de la légitimité. Cruciale aujourd’hui. Je le sais, c’est mon métier…

    Je rédige une lettre à destination du personnel du collège. Gentille lettre mais lettre de grand écoeurement…

    Bêêêêêêêêêêêêêê…. Bêêêêêêêêêêêêêê….. Las !

  40. Misclic … Je continue …
    Et ton blog (notre blog) est devenu mon livre de chevet .
    Génial de te voir au côté de Sankara parmi les chanteurs de monde !

  41. La forêt et nous, en nous si profondément.

    Pour vous aider à reprendre le dessus hors des tracés Sécurité Sociale (C SS – joke !), Fabrice, connaissez-vous les jus de légumes (extraits par extracteur) ?
    Quant aux fruits, j’espère que vous en mangez à satiété ! et qu’ils sont sans toxiques.
    Mastiquons primatement après avoir cueilli.

    Cantines scolaires à peine au bio (et non préoccupées des tarifs de repas pour rembourser les dettes de leurs emprunts « toxiques » – encore – pour certaines / nouvelle entendue sur un média de masse), cela avance lentement : à quand les repas hospitaliers au bio ? Cela bougerait aussi ?

    Tout est tête à l’envers. Les pieds blancs.

    Bon et prompt rétablissement !
    Recevez tous mes voeux, et pour continuer à exercer votre curiosité (qui doit vous apporter du constructif régénérateur). Stop aux alarmes. Oui à la sirène.
    Permaculture, crudivéganisme : les clés sont sur la porte !
    C’est davantage que de l’espoir, et sans capitaine. Intelligence, empathie. Efficacité et éthique comme le dit Eric ESCOFFIER.

  42. Changement climatique…phénomènes naturels…et ministres. De quoi se marée en ce siècle. Ben oui Fabrice « on a fait 68 pour ne pas devenir ce que nous sommes devenus » mais bon… »un coup de barre ? Mars et ça repart » 😉

  43. @PP

    « En effet, les H+ (humains augmentés, transhumains) feront appel de plus à l’intelligence artificielle pour prendre des décisions, et, malgré les prédictions des techno-prophètes, l’intelligence artificielle n’existe pas. »

    Pour que des individus comme W.H. III Gates et S. Hawkins qui fréquentent ou ont fréquenté le milieu (d’affaire comme universitaire) sur le sujet et qui en arrivent à mettre en garde à demi mot encore récemment, je ne partagerai pas du tout le même optimisme. De plus rien ne dis que la centralisation des décisions soit l’affaire d’une machine pure et simple, l’histoire nous à montré que ce n’est pas une nécessité pour que cela fonctionne déjà. En revanche, les moyens de sa propagation et de son exécution, ce sera diablement plus rapide. Bref, ce n’est pas parce que ‘ça n’existe pas’ [encore] que personne ne s’y emploie pour la créer, par envie ou par besoin.

    « Donc ils nous traitent de chimpanzés du futur, mais eux ce sera les brebis du futur, les zombis. »

    Piètre consolation. Rien de plus meurtrier qu’une armée (donc de décérébrés) bien aux ordres, bien équipée et très efficace pour éteindre ou contrôler un ennemi désigné quel qu’il soit.

  44. @Croaarr, tu as raison, ils restent (et resteront) incroyablement dangereux, mais incroyablement faibles aussi : très vulnérables d’un certain point de vue.
    Cela dit, bien difficile d’imaginer comment en ce qui me concerne : j’ai très peu lu à ce sujet… simplement, le transhumanisme me hérisse le poil tant il est prétentieux (jusqu’au ridicule) et dans l’hubris. De ce fait, il ne peut être que porteur du pire des chaos et finalement, de sa propre fin. Nous avec malheureusement…

  45. Merci Laurent,

    Une vérité
    N’ai lu que le titre
    Qui fait bon au coeur
    Ne restez pas trop a Terre
    Les nuages n’ont pas été créées
    Pour ne jamais s’y asseoir

    Bien a vous,

  46. Cher Fabrice,

    Tu as vu, même l’actualité t’offre une raison de garder courage (Titre du Monde : Abeilles : l’Assemblée vote l’interdiction des insecticides néonicotinoïdes en 2016).

    J’ai envie de partager avec toi ce merveilleux livre (peut-être le connais-tu) Réveiller le tigre de Peter Levine ; ce dernier a basé son travail sur le traitement des traumatismes (tu vois où je veux en venir ?) sur l’étude du comportement animal, démontrant avec quel talent ces derniers parviennent à dépasser le premier réflexe de figement. Sa lecture pourrait t’être d’une grande aide (il est le fondateur de la somatic experiencing).
    Bon courage pour ton calvaires, à bientôt.

    François

  47. Un bel article sur les zadistes heros de notre temps dans reporterre:

    http://www.reporterre.net/Les-zadistes-sont-les-heros-de

    Reporterre, decidement un vrai joyau parmi les media francais!

    Mais la personne qui a resume de la maniere la plus concise l’attitude des zadistes a mon avis c’est Edouard Snowden:

    « Nous ferions bien de nous souvenir qu’en fin de compte ce n’est pas la loi qui nous protege, mais nous qui protegeons la loi ».

    Etre Jean Moulin ou collabo, il faut choisir. Se proteger, ou bien proteger. Aimer la nature ou la piller.

    Je ne sais pas si Jean Moulin avait autant d’humour et de vraie politesse que Snowden, (mais je me plait a l’imaginer), comme dans ces deux interviews:

    http://www.letemps.ch/Page/Uuid/3337aeb6-cf25-11e4-ab43-77e6948b78b0/A_l%C3%A9coute_dEdward_Snowden

    http://www.letemps.ch/Page/Uuid/2eae59bc-cf25-11e4-ab43-77e6948b78b0/Edward_Snowden_Certains_de_mes_meilleurs_souvenirs_sont_%C3%A0_Gen%C3%A8ve

    Un humour un peu pince-sans-rire qui n’est pas sans rappeler celui de Assange ou de Thierry Meyssan, deux autres « dissidents » occidentaux (si l’on ose dire)! J’espere de tout mon coeur qu’ils ne finiront pas comme Jean Moulin!

    A nous aussi de prendre les choses avec le meme calme et le meme humour, et de « proteger la loi », meme et surtout si elle ne nous protege pas.

  48. Courage Fabrice, j’espère que les mauvais jours sont derrière toi.
    Bises

    J’avais complètement manqué la sortie de ce documentaire, Virunga, sur l’action d’Emmanuel de Merode et de tous ces courageux rangers pour défendre les gorilles.

    Pour remonter le moral des troupes…

    http://www.netflix.com/WiMovie/80009431

  49. bonjour Fabrice et chers contributeurs à ce blog
    cet article m’a rappelé 3 choses
    -une vidéo vue il y a fort longtemps d’un couple (des USA je pense)ayant élevé une jeune guenon chimpanzé et lui ayant appris le langage des signes;
    elle faisait des phrases et quand un mot lui manquait elle était capable de formuler sa pensée avec des périphrases; la première fois qu’elle a bu du jus d’orange elle ne connaissait pas le terme « jus » et donc elle a fait les gestes pour signifier de « l’eau de l’orange »;
    – la deuxième chose c’est ce que racontait il y a quelques mois sur France-inter, Jean-Claude Ameisen dans son émission « sur les épaules de Darwin »:
    un chimpanzé recevait une récompense par exemple deux pommes, pour effectuer une tâche.
    On le mettait en présence d’un deuxième chimpanzé qui , pour la même tâche, était « rémunéré » d’une seule pomme.
    Le premier chimpanzé refusait alors d’accomplir la tâche pour laquelle il était plus récompensé que son semblable.
    Comme si un sentiment d’injustice l’habitait.
    Je trouve cela très troublant en des temps où certains humains sont grassement payés sans éprouver le moins du monde une gêne…
    – la troisième c’était un article scientifique de Nature (il me semble ) qui relatait le fait que les chimpanzés s’auto-médiquent et connaissent en moyenne 40 plantes , connaissance qui est transmises aux jeunes…
    Bref pour qui veut s’informer sur le sujet les émerveillements seront là.
    Bien chaleureusement à vous
    et merci à Alban DE VEILLER AU GRAIN;

  50. Catastrophe climatique permanente, VIème crise d’extinction de masse de la biodiversité et, en France, l’écologie politique (EELV) à… 2% !
    Ce parti est lamentable.
    Je suis écologiste de toutes mes forces et je le ressens depuis toujours, mais je ne peux pas voter pour cette farce !
    95 % des leaders d’EELV sont des pantins politiques…

    Une illustration implacable et redoutable : dans mon canton, ils on diffusé un 8 pages de campagne avec tout un paragraphe « NON AU LOUP ! »

    Il y a un à deux loups en Ardèche… et EELV veut qu’on puisse les éliminer en leur tirant dessus.
    J’ai plus que de la honte pour ces personnes…

  51. @Laurent Fournier,
    Meyssan « dissident », « résistant » comme Jean Moulin ! Non, vraiment ??? Gloups ! Burk ! Damned ! Si c’est une blague, elle n’est pas drôle !!! Un coup de l’éclipse peut-être ?
    Leyla

  52. Croaaar,

    Je pense que tu te trompes. Bill Gates et autres techno-enthousiastes fait marcher son fond de commerce avec la peur. L’intelligence artificielle est un oxymore : l’intelligence (inter-ligare) est le fait de créer des liens non évidents entre les chose et les situations, non forcés, de manière naturelle. Le fait que les liens soit faits par un programme, un algorithme est la négation de l’intelligence.

    On n’a qu’à voir où en sont les analyseurs syntaxiques depuis 30 ans : degré zéro.(grammaire impossible, discernement noms propres, noms communs impossible, charabia retranscrit si chechottement, zézaiement ou bégaiement.

    C’est une gageure (prononcer gajure).

    Ce qui caractérise le numérique c’est la capacité qu’on a à le détourner, le siphonner, à le tromper, à buguer, sa binarité (absence de discernement) et sa dépendance à l’électricité.

    Il n’y a pas plus faible qu’un cerveau assisté (par un programme massifiant comme google qui égare vers les vidéos de chatons, olé olées, ou d’achat, des sens amoindris, (dont le sens de l’orientation) par l’usage de prothèses techniques, d’implants ou autre qui peuvent se retrouver à tout moment sous l’emprise technologique. On verra par exemple le bras de d’un augmenté mettre un gnon à son copain , ou les jambes l’emmener vers un précipice (comme le « mauvais pantalon » de Wallace et Gromit : l ehéros a mis un pantalon que le méchant pingouin téléguide pour lui faire faire n’importe quoi)

    On va rigoler :p

  53. Leyla, on ne va pas polemiquer a propos d’une seule personne, ce qui serait un peu hors-sujet ici, alors disons qu’il peut y avoir diverses sources d’information et que personne n’est oblige de tout lire. Je voulais souligner une sorte de configuration changeante: ca faisait au moins 150 ans que les intellectuels Europeens n’etaient plus obliges de se refugier a l’etranger (au contraire de Voltaire, de tous ceux qui publiaient en Hollande ou a Londres, etc.) et Victor Hugo et Emile Zola, dans leur defi public au pouvoir politique, ont sans doute ouvert une ere qui prend fin progressivement. Je crois que les trois personnes que j’ai cite ne sont que des precurseurs d’une nouvelle periode, qu’il vaut mieux regarder en face. Nous connaissons la phrase celebre de Kissinger: « la thematique des droits de l’homme n’a jamais ete concue pour etre prise au serieux, c’etait une posture pour attaquer l’union sovietique ». On entendra peut-etre bientot un aveu similaire: « l’affirmation du droit a la libre expression et a la liberte de conscience n’etait qu’une posture, ce n’etait pas concu pour etre pris au serieux »… la reponse n’est pas du cote de l’outrance (si complaisament favorisee par le pouvoir politique, car elle est tellement recuperable, recuperee d’avance) mais avec la mesure, la finesse, l’humour, et meme une valeur oubliee: la politesse. Car au fond, la parole n’a qu’elle-meme pour se defendre, et utiliser des armes qui ne sont pas les siennes ne fait que lui nuire. Dans la plus grande partie du monde, dans la plus grande partie de l’histoire, les intellectuels savaient -savent- que s’exprimer peut leur couter cher, et ils ne repondent pas par le compromis mais au contraire dans une attention redoublee a la precision, car ils savent que quoi qu’il arrive c’est la seule chose qu’on ne pourra pas leur voler. D’ailleurs c’est cela qui est si difficile pour le pouvoir politique de leur pardonner: Cette precision. Je ne crois pas qu’on reviendra a cette periode ou, selon le mot de Rudolf Steiner, les intellectuels occidentaux furent « proteges par la police », et je ne suis pas sur qu’il faille vraiment la regretter. Nos penseurs les plus brillants et les plus creatifs sont de toute maniere toujours alles dans les zones dangereuses, comme Simone Veil a la guerre d’Espagne, etc. Il faut plutot se demander ce que nous pouvons faire, en tant que societe, pour donner a nos intellectuels un espace d’expression dans la dignite et la liberte, ce que nulle police n’est capable de faire, quand bien meme elle serait bien intentionnee.

  54. @Lionel
    Je ne suis pas doué en français, mais je suis d’accord avec toi, notamment sur les ravages de la novlangue et les oxymores sur l’intelligence artificielle.

  55. @Laurent Fournier, mais beaucoup d' »intellos » de droite, de gauche et du sens du vent ont un large accès aux médias dans notre pays. La liste est longue : BHL (mais il est aussi comique), zemmour, trierweiler, claude allègre, elisabeth tessier, minc, frédéric lefevre, lauvergeon, onfray, luc ferry…, la liste est longue, il y en a plus de 100.
    Après il ne faut pas s’étonner, si avec de tels cervelles mises en tête de gondole, avec en plus, un abrutissement par la désinformation, la téléréalité et les iphones, la majorité des milieux populaires est anti-intello.

  56. Sur meyssan je suis sceptique sur de nombreux points, il a des journalistes de plus haute volée comme Fabrice, Denis Robert, G. Dasquier…

  57. Laurent, Thierry Meyssan est un grand délirant et un homme dangereux. On a jamais trouvé le moindre début de commencement de preuve de ce qu’il avance dans des thèses toujours plus farfelues. Et qu’a t il déclaré après la tuerie à Charlie Hebdo? Que les commanditaires étaient à rechercher du côté de Washington! Incroyable, non?

    toujours très en pensées avec toi Fabrice.

  58. Raton Laveur, Philou: Je ne suis d’accord avec aucun des mots que vous employez sur Meyssan, qu’y faire? Tant pis 😉

    Sur les BHL, Luc Ferry, etc. ces gens ne sont certes pas des idiots, mais ils ont fait le choix clair de s’associer au pouvoir, de « collaborer », avec de bonnes ou de mauvaises intentions. (Je pense que le cas particulier de l’association malefique BHL-Sarkozy est co-responsable de crimes terribles). Il me semble que ce que le sens commun comprend avec le mot « intellectuel » ce n’est pas quelqu’un qui a un doctorat ou qui est prof a l’universite, ni qui ecrit des livres, donc ce n’est pas au sens litteral une personne « intelligente » qui a une « production intellectuelle » mais c’est surtout, de maniere implicite, intuitive, quelqu’un qui ne peut pas vraiment etre ministre, ni dirigeant d’une grande entreprise, ni meme conseiller de l’ombre, ni proche du pouvoir politique ou economique, en aucune maniere. Ces gens-la d’ailleurs ne demandent pas a la societe de les proteger, ils ont fait le choix de demander celle du pouvoir, et se sont en general donne les moyens de l’obtenir, au prix de sacrifices parfois important.

    Bien entendu cette caracterisation est simpliste des lors qu’on l’applique a des personnes specifiques, en pratique les frontieres sont poreuses, voire floues, mouvantes…

    Donc ce que je voulais dire c’est plutot: Comment peux-t-on faire, en tant que societe, pour permettre a plus de gens d’avoir une attitude d’intellectuel, ou pour aider ceux (les plus nombreux, sans doute) qui se tiennent un peu a la limite, de s’exprimer avec moins de crainte.

    L’opposition entre l’etat et les intellectuels est irreductible: L’etat aura toujours peur, a juste titre d’ailleurs, de n’avoir pas tout a fait compris ce que les intellectuels disent, « la ou ils veulent en venir », en quelque sorte, et donc les trouveront toujours dangereux. C’est inevitable, et c’est pourquoi toute personne qui joue un role dans l’etat (ce qui est parfaitement respectable) doit accepter un changement, au moins temporaire, de sa loyaute, qui est d’abord au service de la societe (on se met dans le cas ou la personne est sincere) avant d’etre au service de la verite. C’est la meme chose a long terme, d’accord, mais ca se recoupe rarement dans la pratique. Donc l’idee que l’etat peut proteger les intellectuels est un mythe, c’est a la societe de le faire.

  59. Chakraborty-Spivak: « l’acte politique le plus important que nous faisons, c’est le choix de la maniere dont nous gagnons notre vie ».

    C’est vrai que l’immense majorite de ceux que nous appelons « intellectuels » sont profs ou chercheurs dans une universite ou une organisation de l’etat, etc. meme nos plus grands philosophes n’ont pas fait exception! C’est dire l’illusion ou nous sommes de nous croire tellement plus avances qu’a l’epoque ou Galilee gagnait sa croute en faisant des predictions astrologiques pour ses protecteurs princiers, ou Leonardo dessinait des fortifications et des machines de guerre! Bon il y a un petit progres quand meme, mais petit, petit…

  60. @ lionel: « on va rigoler »… oui et non. C’est vrai que d’un cote on ne sait toujours pas faire un robot qui sache faire une soupe correcte… mais de l’autre cote, depuis 2006, les ordinateurs sont meilleurs que les hommes pour reconnaitre quelqu’un sur une photo… meme et surtout lorsqu’elle est floue! (Pour l’anecdote personelle, c’est le jour ou j’ai vu facebook mettre des noms tout seul sur les photos que j’ai ferme mon compte). Bill Gates a vu les choses de pres, il est peut-etre sincere. Comme Steve Jobs qui ne donnait pas acces a l’ipad, l’iphone et toutes les saloperies qu’il fabriquait lui-meme… a ses propres enfants! Un peu comme ces agriculteurs qui mettent des pesticides sur leurs recoltes commerciales mais pas dans leur jardin: Ils sont bien places pour savoir ce qu’ils font.

  61. Laurent, Philou, pitié, ne me dites pas que vous considérez les guignols que vous citez comme des … « intellectuels » ! Ce ne sont que de piètres guignols avant tout médiatiques, tous collabos du système, tous !
    Quant à la parole et au mot, attention à ne peut leur attribuer trop d’importance non plus.
    Oui, les mots ont du sens. Mais ce qui compte, c’est le fondement de la pensée d’un homme et ses actes, pas un mot par-ci, un mot par-là mis en exergue par des adversaires à l’affût de la moindre faille. Il faut prendre le temps de comprendre un homme, sa pensée… et non pas se contenter de citations tronquées ou de « paroles » dites ou écrites ici où là et rabaissées au rang de vulgaires et dérisoires slogans publicitaires…

  62. « Leyla, on ne va pas polémiquer à propos d’une seule personne, ce qui serait un peu hors-sujet ici. » me dit Laurent… Il est sûr que je n’ai nulle envie ni nul temps à consacrer à la chose. Quelques mots brefs pourtant. Il le faut. Il ne s’agit pas de polémique, non non non, mais de politesse, pour notre hôte en particulier, mais d’égard pour la vérité des faits aussi et la responsabilité des mots qu’on écrit, ici même. Et donc pour apporter quelques chaînons manquants.

    Chacun est libre de louer des héros chers à son cœur. Mais on voudra bien comprendre que je trouve indécent de se réclamer ici d’un Meyssan et le comparer à Jean Moulin… (l’écran supporte tout). Pour ceux qui l’ignorent, Fabrice Nicolino a toujours manifesté son opposition véhémente à l’égard des constructions délirantes et dangereuses d’un Meyssan, au point d’avoir « l’honneur » d’être poursuivi en justice par ce charmant monsieur… Dont tous ne savent peut-être pas qu’il est allé « se réfugier » en Syrie auprès de son doux ami Assad… Et peut-être enfin que tous ne savent pas non plus que, alors que le sang de la Tuerie à Charlie était encore chaud, ce brave homme, a de nouveau sorti ces « thèses » conspirationnistes… Vidal-Naquet parlait des assassins de la mémoire, des criminels de papier à propos des négationnistes… C’est bien de cela dont il s’agit. Est-il nécessaire de s’en expliquer davantage ? Le déni, le négationnisme, le confusionnisme complotiste participent du crime, à Damas comme à Paris. Ceux qui en sont les victimes ne le savent que trop.

    Mais sommes-nous si loin des questions posées par le bel entretien avec Pascal Picq ? Les mille et une continuités entre l’homme et les autres animaux sont indéniables en ce qui concerne la communication. Mais Picq reconnaît bien qu’il y a aussi discontinuité (comme Morin, dès 1973, dans Le Paradigme perdu). Et pour le langage, la différence radicale ne se situe-t-elle pas dans le foisonnement des mots bien au-delà de toute situation objective, pour le meilleur et pour le pire : tout ce qui fait la poésie d’une langue, la puissance imaginaire d’un récit, la force des jeux de mots, mais aussi celle des malentendus, ou encore des mensonges, des calomnies, de la cruauté gratuite… ?

    Leyla

    PS – Fabrice Nicolino : « Je suis aux antipodes des conspirationnistes de tout poil. Au point que Thierry Meyssan, l’homme de L’Effroyable imposture, m’a fait l’honneur d’un procès. Je l’avais il est vrai insulté dans un journal, ce qui ne se fait pas. Pas pour ses billevesées sur les attentats du 11 septembre, d’ailleurs. Même pas. Mais pour ce que son Réseau soi-disant Voltaire rapportait sur le compte de René Dumont et Hubert Védrine. Je ne supporte pas le ragot, la rumeur, la calomnie. », 11 septembre 2008 ;
    « Je me flatte d’avoir été poursuivi en justice par Thierry Meyssan, l’homme qui a écrit qu’aucun avion ne s’est écrasé sur le Pentagone le 11 septembre 2001. Je l’avais publiquement insulté pour cette raison, ainsi que pour la manière dont il avait accompagné la mort de René Dumont, également pour la façon dont son réseau abominablement nommé Voltaire répandait des rumeurs au sujet d’Hubert Védrine, l’ancien ministre bien connu. » ; 11 juillet 2011.

    PS bis – Octavio Paz :
    « Mot
    Splendeur et poignard
    Vif poignard aimé
    non plus poignard désormais, mais suave : fruit »

  63. Philou, je trouve dommage que vous placez dans le même sac Michel Onfray et les ordures comme Zemmour. Vous avez parfaitement le droit de ne pas l’apprécier mais, et même si je ne suis pas d’accord avec tout ce que dit M. Onfray (de toute façon, je ne suis d’accord sur tout avec personne !), il a le mérite de critiquer de manière très virulente la bouffonnerie qu’est la psychanalyse de Freud ou encore de vomir sur les monothéismes qui sont à mes yeux la pire invention de l’Humanité, son cancer. Cela étant, je n’ai absolument rien contre la spiritualité (au sens de religion non organisée) bien au contraire : je suis athée et la spiritualité des peuples premiers et de nos ancêtres du Paléolithique – l’animisme – comme par exemple celle des Samis (Laponie), des San (Afrique australe), des Aborigènes d’Australie, des Inuits, etc… me passionne énormément et je me trouve infiniment plus d’affinités avec cette spiritualité qu’avec les monothéismes, et je pèse mes mots.
    Si vous le souhaitez, je peux vous faire parvenir un très bon texte de M. Onfray, sur le rire et les monothéismes, paru dans le mensuel « Lire » (n°433, mars 2015).
    J’ajouterai également que le manque flagrant de culture et de curiosité intellectuelle est une des causes de la mentalité anti-intello de la majorité des milieux populaires, je le dis de manière crue mais c’est terriblement vrai. Tout le monde ou presque se fout de la destruction organisée de la Nature, du changement climatique, de l’absurdité de nos sociétés, de nos mentalités vis-à-vis de la faune et de la flore, etc… Tout le monde ou presque préfère s’abrutir le cerveau en regardant la télévision le soir (au hasard TF1) après avoir travaillé toute une journée pour nos maîtres que sont le patronat, la finance et le capitalisme. Soumission totale et parfaite et cela jusqu’à la mort. Tout le monde s’en fout, ou presque.

  64. bonjour fabrice

    je trouve toujours très bizarre cette idée de donner des sentiments humains aux singes et pourquoi pas l’inverse..
    Il reste encore ces stupides constatations: une femelle un peu simplette, une autre coquette, une soeur ainée bien dans son rôle et un mâle dominant! pas bio et très catho!

    bon courage
    atoubientot
    mtine

  65. Jos-Manule, l’inculture n’est pas l’apanage des « milieux populaires », loin de là.
    Vous avez vu Sarkozy ?
    Je trouve ce milieu bien plus « anti-intello » que les « milieux populaires ».
    Car en plus, quand ils sont au pouvoir, ils se débrouillent pour étouffer au maximum le discours des intellectuels (s’il y en a vraiment…).

  66. Pour lutter contre les conspirationnistes, il ne faut pas perdre son temps à les chercher,de plus nous pouvons nous tromper et considérer des non conspi comme des conspi et des conspi comme non conspi.
    Ceci est contre productif, source de divisions et conduit à nous discréditer en nous comportant comme tel.
    Pendant que nous discutons ainsi du « sexe des anges », l’oligarchie peut dormir tranquille.

    Il faut s’en tenir aux faits importants (d’où qu’ils viennent) et distinguer le réel, le faux et l’hypothétique.
    Ce qui m’a fait sortir de mes gongs c’est l’association Meyssan/ Jean Moulin.

  67. Pour revenir au sujet, même si nous étions toujours sur l’éthologie des primates.

    sur Pascal Pick, une vidéo sur « le propre de l’homme » qui date un peu mais qui est intéressante à visionner

    https://www.youtube.com/watch?v=eJqrJ-WKcLI

    à lire ou à voir Diane Fossey sur les gorilles, Jane Goodall et Bertrand Krafft (le frère du volcanologue Mauroce Krafft).

  68. Bonjour Fabrice,
    Ce midi, j’ai relu votre article intitulé « Planète sans visa » du Charlie du 14 janvier. Ça m’a fait penser qu’il y avait longtemps que je n’étais pas venue faire un tour ici.
    Je découvre qu’en ce moment, la forme n’est pas au rendez-vous. Je vous envoie tout ce que je peux d’énergie positive.
    Merci pour votre partage et bon courage,
    Anabelle

  69. Leyla, (et Fabrice): j’ignorais qu’il y avait ce passif entre Thierry Meyssan et toi. Si je l’avais su, j’aurais peut-etre ecrit les choses un peu differemment. Ou peut-etre pas, vraiment je ne sais pas… Le Reseau Voltaire, Planete sans Visa, Reporterre, RT, et plusieurs autres media et blogs sur internet, constituent mes principales sources d’information. Si les « grands medias traditionnels » sont tellement indigents, s’ils ne semblent consentir a traiter une information qu’a reculons, (souvent en tentant de l’inserer dans une histoire concue a-priori), comme pour ne pas paraitre idiots apres qu’elle aie ete amplement analysee par d’autres, visiblement plus affutes, qu’y puis-je? D’ailleurs je les lis aussi. Je lis un peu de tout.

    Ma responsabilite n’est pas de soutenir les « bonnes » sources, mais de m’informer, car cela personne ne peut le faire a ma place!

    Maintenant si Fabrice Nicolino et Thierry Meyssan ne s’aiment pas, j’en suis desole, mais ca ne serait pas la premiere fois, ni la derniere, que cela arrive a deux personnes courageuses et altruistes, qui font honneur a leur profession! Sinon, je ne veux pas les comparer. Tout le monde ne peut pas tout faire.

  70. PP, on est d’accord! La plupart des gens rangeront, avec le recul (ou meme sans avoir besoin de recul), par exemple les chanteurs Gainsbourg ou Sarclo parmi les « intellectuels », car ils ont plus d’influence sur l’evolution culturelle de la societe que toutes les personnes citees plus haut prises ensemble, malgre tous les livres (qui souvent ne vivent qu’une saison) qu’elles ont ecrit.

  71. Entièrement d’accord avec vous Mtina ! Il s’agit, je crois, d’un anthropomorphisme. Et je rajouterai aussi, car il ne faut pas l’oublier, que les chimpanzés se font la « guerre » entre « clans » et de manière terriblement violente. J’avais visionné, il y a quelques années, un documentaire sur ce sujet. Un clan de chimpanzés s’était battu contre un clan adverse, c’était extrêmement violent. Un mâle de ce dernier clan n’avait pas pu s’échapper à temps et était dévoré avec une telle férocité, c’était très impressionnant.
    J’ignore s’il s’agit de la seule espèce de primates (en dehors de la notre) à agir de la sorte, entre eux. En tous les cas, ce qui est certain, c’est que dans la Nature, à part certains primates – dont nous – je ne connais aucune autre espèce animale, prédateur ou non, à agir ainsi entre des membres de sa propre espèce.
    Effectivement, les chimpanzés sont si proches de nous et nous sommes si proches d’eux, pour le meilleur et, malheureusement aussi, pour le pire !

  72. Coucou,

    Fabrice,

    Dieu sait combien le silence m’est cher, le tien est inquiétant.
    Par respect pour ta compagne et ceuxcelles qui te sont proches, je ne me sens pas le droit d’insister en demandant de tes nouvelles.

    J’espère de tout coeur que tu vas mieux. Je t’embrasse.

    🙂

  73. Les intellectuels ce sont les artistes, et vice-versa. Gainsbourg a plus fait que quiquonque pour realiser le « corps sans organes », qu’Artaud criait dans une emission de radio censuree qu’on lui avait « vole », ce « champ d’immanence du desir » selon Deleuze, cette « introduction a la vie non-fasciste » selon Foucault. Si Charlie Hebdo s’est revele soudain si proche du coeur des Francais, s’ils ont soudain realise qu’il fait partie de leur patrimoine, c’est parceque qu’ils savent que ce journal a donne naissance aux meilleurs dessinateurs de toute une generation (ou peut-etre vice-versa), le dessin etait, est leur outil, et Charlie Hebdo a libere le « dessin de presse » de son role de commentaire ideologique pour en faire une discipline autonome, ils ont libere le dessin de l’ideologie, et c’est cela qui faisait le plus peur au pouvoir, car un dessin a l’ideologie bien claire, bien balisee c’est rassurant. S’ils ont interdit le journal au lendemain de la publication de « bal tragique a Colombey: 1 mort » ce n’est pas tant pour l’insulte, qui aurait ete difficile a prouver, que pour l’angoisse terrible d’un dessin fort, d’un eclat de rire dont ils n’arrivaient pas a comprendre le sens, comme si le sol s’effacait sous leurs pieds, donc comme si leur pouvoir se dissolvait d’entre leurs mains. (c’est d’ailleurs le meme reproche que faisait le pouvoir sovietique au cineaste le plus doue de sa generation, Tarkovsky: « Faites quelquechose qui aie un « sujet » clair, que le peuple puisse comprendre! », mais ce qui leur faisait vraiment peur c’est que « le peuple » avait l’air de tres bien comprendre ce qui semblait leur echapper a eux-memes), Le dessinateur le plus exemplaire dans cette liberation du dessin est sans doute Gebe, mais tous etaient dans cette lancee, et aujourd’hui essaient de la continuer, avec plus ou moins de succes, mais c’est pas facile d’heriter d’un patrimoine… Croire qu’un gouvernement peut « proteger la liberte d’expression » est une farce, il n’y a que nous, « le peuple », les lecteurs, « le public », qui pouvons honorer nos intellectuels et nos artistes, ou au moins leur permettre d’exister. (Mais j’arrete ma tirade ici, car a me regarder moi-meme, je ne fais pas grand-chose dans ce sens…)

    Fabrice, je veux re-dire que j’admire ta fidelite a Charlie Hebdo! Remet-toi de tes blessures au plus vite, et continue!

  74. « C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière. »
    Edmond Rostand

    courage Fabrice
    et sourire

  75. Bonjour @Laurent, Gainsbourg un intellectuel… pas pour moi même si j’apprécie sa musique (beaucoup moins sa personne : macho, antisémite et finalement assez pervers cf le coup fait à la jeune chanteuse avec les sucettes à l’anis… = pouvoir de domination sur autrui).
    Mais c’était un artiste, un vrai, ça c’est certain. Un poète aussi.
    Pour moi, c’est bête mais les artistes ont un peu plus de droits que les autres ! Je leur tolère davantage d’écarts si on peut dire.
    Par exemple, Picasso était un monstre avec ses enfants et sa famille (entre autre) mais son oeuvre est vraiment intéressante et même positive socialement (Guernica par exemple).
    Quant à Sarclo, je ne connais pas vraiment, j’ai déjà écouté, je ne m’en souviens pas. Il ne ma pas marqué comme la musique de Gainsbourg peut le faire.

  76. Je rajoute encore une chose concernant M. Onfray : je vous conseille de lire son dernier livre, « Cosmos », le premier livre d’une trilogie. Il n’y a aucune politique dans son livre et c’est encore bien mieux. Il y écrit, entre autres, notre rapport absurde et sadique avec les animaux et une écologie « holistique » c’est-à-dire dont l’Homme ne serait pas l’élément central, donc, plutôt, faisant partie d’un tout. Personnellement, j’ai bien aimé ce livre et je vous le conseille vivement.

  77. Et zut… j’ai cliqué trop rapidement !
    Je voulais donc écrire que l’écologie qu’il présente me fait penser à la « deep ecology ».

  78. Leyla, entièrement d’accord avec vous (votre message du 25 mars 2015) et avec Fabrice sur les conspirationnistes qui pullulent sur la toile. Ils me donnent tous envie de gerber. Il y a peu de temps, j’étais déjà allé faire un tour, par curiosité et même si je connaissais déjà ce Réseau qui ose utiliser le nom de « Voltaire », et bien que dire à part que cela sentait comme une odeur bien dégueulasse. Par ailleurs, il y a des articles dans le n° 1180 de Charlie Hebdo (4 mars 2015) consacrés aux théories du complot et aux conspirationnistes et on y parle notamment de M. Meyssan.

    P.P le 25 mars 2015 :
    « l’inculture n’est pas l’apanage des “milieux populaires”, loin de là. »
    Et je n’ai jamais écrit le contraire, loin de là ! Je parlais de l’une des raisons de la mentalité « anti-intello » des milieux populaires (milieu populaire dont je fais partie mais je ne suis pas, et vous l’aurez compris, « anti-intello » !). Par ailleurs, dans la liste qui a été écrite plus haut, je ne vois aucun « intellectuel », à part peut-être M. Onfray.
    Pour le reste, je vous rejoint complètement.

  79. @ José-Manuel
    « je ne connais aucune autre espèce animale, prédateur ou non,
    à agir ainsi entre des membres de sa propre espèce »

    Des araignées (ETB1 doc 22 mai 1993)
    Des babouins (TVE2 doc 15 octobre 1997)
    Des écureuils (TVE2 doc 24 septembre 1999)
    Des escargots (ETB1 doc 22 mai 1993)
    Des gorilles (ETB1 doc 16 février 2015)
    Des lions (France3 doc 16 août 1994)
    Des ours (ETB1 doc 8 juin 2000, Arte 26 mars 2008)
    Des phoques (Arte doc 25 décembre 2012)
    Des tigres (TVE2 doc 15 avril 1998)
    Et dans l’article de Antonio Fischetti
    (Charlie Hebdo 7 janvier 2015) :
    […] babouin, écureuil, hippopotame, souris […]

    JAIA

  80. Un signe, à l’aube d’un printemps qui tarde à venir, pour vous changer des murs blancs loin du ciel.

    Désherbage de printemps
    Au pied des framboisiers
    Un rouge-gorge tout près
    Dans ma forêt de brindilles
    Je n’ose plus bouger
    Le temps d’un nuage
    Et le soleil s’est envolé

    Dans le carré dédié aux laitues
    Une phacélie
    La bêche et moi on hésite
    Et l’évidence s’impose à nous :
    Faire une fleur aux abeilles

    Un couple de pies
    S’active aux fondations
    Cette année le bouleau
    Sera couronné
    Je souris
    C’est dimanche

    J’ai oublié les premières feuilles du sureau, l’ail triquette qui embaume sous les pas, les goélands et les bernaches… C’est un printemps pas chiche en amitiés. Je vous souhaite de pouvoir aller vers lui, vers elles, dès que possible.

  81. Bonjour Fabrice,
    Je découvre votre blog aujourd’hui, au hasard d’une recherche sur Jeff Luers, sur qui vous avez écrit en 2008… Je vous connais pour avoir lu Bidoche, je savais aussi que vous faisiez partie des blessés de la tuerie du 7 janvier, mais je n’imaginais pas la réalité que je découvre en lisant vos derniers articles.
    Ce 7 janvier, je me souviens du gouffre dans lequel m’a emmenée la pensée qu’ils avaient assassiné des hommes et une femme qui faisaient partie des personnes si précieuses pour notre époque, combien leur parole et leur pensée allait manquer.
    Je suis infiniment heureuse que vous soyez là, votre voix et votre combattivité m’aident à croire à la possibilité du monde que je veux laisser à mes enfants.
    Je vous souhaite bon courage et très bon rétablissement Fabrice, aussi long soit-il, merci pour l’intelligence et la lumière que vous apportez.

  82. Salut!
    Mon commentaire des animaux qui tuent
    des membres de leur propre espèce,
    qui date de 10h45, 27 mars 2015,
    des babouins jusqu’aux tigres,
    en réponse à José-Manuel,
    ne passe pas?
    JAIA

  83. @Lionel
    « Je pense que tu te trompes. Bill Gates et autres techno-enthousiastes fait marcher son fond de commerce avec la peur. »
    Possible que je me trompe, ce monde d’acteurs n’offre plus de grandes certitudes. Le marché de la peur n’exclu pas de vendre les outils pour en créer réellement par quiconque.

    L’intelligence, qu’elle soit animale/humaine, machine, artificielle, réelle ou encore au sens anglais (communication: ville ou compteur intelligents, renseignement: intelligence économique), des personnes y travaillent pour la rendre crédibles, sexy, bon marché et en faire une alternative à la décision humaine et un incontournable dans nos relations (qu’elles soient conscientes ou pas, comme le langage du corps et les messages chimiques incontrôlables). Le reste, est sans grande importance, nul besoin de la perfection après tout, puisque quand on est devant le fait accompli, la mégamachine et son implacable recherche de l’efficacité suffit à embrasser et à atteler toutes les ressources qu’elle peut appréhender pour corriger la moindre nouvelle faiblesse dans son fonctionnement.

    « Il n’y a pas plus faible qu’un cerveau assisté par l’usage de prothèses techniques, d’implants ou autre qui peuvent se retrouver à tout moment sous l’emprise technologique. »
    Je maintiens: le problème n’est pas de savoir si un cerveau est plus faible qu’un autre quand il est «assisté», c’est de savoir si un cerveau «non assisté» aura la résistance suffisante et jusqu’à quand face à ce monde totalitaire et de ses déferlentes technologiques.

    @Laurent Fournie,

    Exact, ces cadres de la SiliconValley qui envoient leur progéniture dans des écoles type Steiner-Waldorf… d’ailleurs, les logiciels de reconnaissance faciale tourne très bien avec les caméras de « vidéo-protection », et puisque que ces dernières peuvent voir dans l’infra-rouge sans problème, on peut très bien déterminer en plus l’état d’un sujet (changement de l’afflue sanguin dans différente partie du crops selon donc son état émotionnel).

  84. Merci de cet article que je prends enfin le temps de parcourir. Les propos de Pascal Picq m’ont touchée, mais un passage m’a particulièrement interpellée.
    N’est-il pas paradoxal d’appeler « frères » les chimpanzés et de déclarer ensuite que leur porter « atteinte » ne serait pas un crime contre « l’humanité »? Vivre sans nous préoccuper de leur sort ou nous préoccuper d’eux dans le but unique de nous occuper de nous-mêmes n’est-il pas un « crime » contre notre conscience, n’est-il pas un apprentissage à la dureté, à l’inhumanité et en cela, oui, un « crime contre notre humanité »? Le respect de nos frères les animaux ne peut que nous entraîner sur les voies de l’humanité.Je ne répète d’ailleurs que ce que de grandes figures religieuses ont affirmé.
    J’espère que votre état continue de s’améliorer tous les jours. Les hommes,tout comme nos « frères » les animaux!, ont grand besoin de vous! Merci de votre témoignage et de votre humanisme et de m’avoir fait lire un autre éclaireur humaniste en Pascal Picq.

  85. La meilleure façon à mon sens de t’entourer, de te dire que nous t’aimons, c’est de continuer à agir pour arrêter ce monde fou voulu par une si petite minorité des hommes, essayer toujours d’être debout…
    Nous sommes tous parents, nous les êtres vivants: c’est ce que nous dit cette science difficile qui est l’Évolution et c’est aussi ce que nous ressentons au fond de nous: comme si au travers du temps on n’avait rien oublié. Je trouve cela magnifique.

  86. Coucou,

    Hu, hu! Ai toujours aimé chercher des aiguilles dans les bottes de foin.:)

    Merci Fabrice. Merci de donner de tes nouvelles. Prompt rétablissage, de tout coeur. Courage. Ta tête va bien. Encore que cela ne soit pas l’essentiel. Tu as prononcé le mot solidarité. Le coeur donc …. nous ne sommes ici bas que pour nous en servir, et a le faire gonfler a outrance.

    http://www.journalistes-cfdt.fr/actualites/interview-de-fabrice-nicolino-je-crois-dans-les-valeurs-du-syndicalisme-et-du

    A partir de 15.08, avec Marine Jobert.

    https://www.youtube.com/watch?v=cahyeQ2bigo

    Grand Merci a eux, elles, toustes ceuxcelles qui se battent pour la vérité.

    ————–

    J’avais posté un com en réponse a certains avis. Il est passé, ne sais ou. Poubelle? Pas de soucis.

    Que les personnes qui évoquent les mots conspirations, conspirateurs, recherche la définition de celui çi. Depuis quand, tenter de dévoiler les vérités, mettre le doigt sur des incohérences, douter des versions officielles, est il considéré comme étant un complot? C’est grave! Très! Faites attention ou vous mettez vos pinceaux, parce bientôt, tout ceux qui seront d’un avis contraire a la bonne marche de l’entreprise du pognon, seront considérés comme tel. C’est un des buts, écouter bien autour de vous. Restez vigilants.

    Voila, quand aux intellos, ils ont des mains, des coeurs. S’ils ne s’en servent pas aux services d’autrui, ils peuvent remballer leurs mots! 😉 😉

    Enormes bises a toustes, prenez grand soin de vous, et des autres,

    Frédéric, pourrais je avoir votre Email? Pas d’inquiétude, rien de tordu. Voudrais vous faire un cadeau, vous qui aimer tant votre potager. Merci.

  87. Juste un petit truc encore,

    La planète ou je niche se nomme les bleues limaces. Vais y rajouter une autre bafouille. Penser par soi même, avec entre parenthèses, conspiramachin!

    Si je suis de trop, n’hésiter pas a le signaler!

    🙂

  88. Fabrice, voici longtemps que tu n’as pas réactualisé cette page, je suis comme nous tous un peu inquiet.. Nous donner de tes nouvelles nous ferait le plus grand bien, tu vas finir par y voir plus clair, courage, maintenant que tu sais que tu peux passer à travers les balles, plus rien de va t’arrêter..
    Bien amicalement (Et j’espère que mon commentaire ne sera pas effacé comme le précédent, pourtant du même tonneau !)
    f.

  89. Fabrice, matinée inoubliable samedi au col : des balbuzards qui passent à portée de main (et d’yeux surtout), un immense vautour moine (!) qui nous fait même le plaisir de passer à notre hauteur, on a pu détailler sa tête et tout son plumage : un très gros porteur !
    Mais aussi, l’aigle royal du coin, les vols de pigeons, de pinsons et les busards des roseaux… et tout les autres (même un tichodrome aujourd’hui !).
    On est sur seulement 20m2 sous la crête du col, 30, 40 personnes samedi (!), on en prend plein la vue et il y a le capitaine du navire, un jeune ornitho, qui mène le vaisseau avec brio avec ses deux autres compteurs officiels et qui répartit la « sphère » visuelle entre les compétences présentes (et il y en a !) pour que tout piaf franchissant la ligne du col soit identifié et compté.
    Les « anciens », les « historiques » sont venus prêter main forte. Les générations et les savoirs se mélangent et s’enrichissent…
    Et puis… c’était la fête ce week-end !
    C’était les 20 ans de l’opération « Tête en l’air », il y avait Pierre Athanaze qui a tant fait pour que ce col soit enfin libre et sans braconnage. Il a dit combien il aimait la beauté de ce col et le symbole de l’oiseau libre qu’il représente… et puis, sa spécificité : on y croise et les passereaux par millier dans des conditions plus qu’idéales, et les rapaces par centaines aussi et de si près que c’est un lieu fabuleux pour apprendre à les identifier.
    C’était beau, c’EST beau, on a gagné pour la liberté des oiseaux et on ne lâchera plus jamais ce col aux braconnards !

    Que l’image de tous ces magnifiques et courageux oiseaux t’aide autant que possible car je sais qu’ils s’installent au fond de ta tête pour t’aider à reprendre force et énergie 😉
    N’oublie pas qu’ils foncent tous vers le Nord donc aussi vers toi !

  90. Petit ajout après aterrissage… :
    Ahurissant de lire ça alors que le climat se barre et que nous amorçons la VIème extinction massive des espèces vivant sur la planète… l’écologi politique en France, c’est cette honte :

    http://www.liberation.fr/politiques/2015/03/29/les-ecologistes-a-la-veille-d-une-semaine-decisive_1231087

    Qu’ils continuent sans moi : je ne suis pas allé voté, aux deux tours cette fois… et je ne regrette rien, je le revendique, je me remettrai à voter quand on me fera rêver et espérer avec courage et lucidité et… quand les VOTES BLANCS seront enfin décomptés. Tout le reste n’est même pas élection, il n’est que biais statistique : les élus ne représentent que quelques électeurs encore moutonniers. De moins en moins… La démocratie est en train de crever hélas. Avec la grande complicité de la « classe » politique.

  91. Pas de nouvelles de Fabrice depuis plus de deux semaines maintenant.

    est ce que quelqu’un peut en donner, même succintes, sur ce blog?

  92. coucou . Juste une pensée et cette info qui ne vous a sans doute pas échappé ,lue dans le Canard de cette semaine , les chasseurs vont faire de la retape dans les écoles ( avec de drôles de travaux pratiques ) . Pour l’Education nationale il n’est visiblement pas trop tôt pour apprendre à tuer . Je suis profondément dégoûtée .
    Fabrice revenez vite … et merci encore et toujours pour cet entretien avec Pascal Picq dont le livre « le retour de Madame Neandertal qui parait en ce moment et qui analyse nos envies, nos folies d’homo sapiens est formidable . Comme toujours.

  93. Imaz-Aizpurua, je ne vois pas pourquoi vous m’avez écrit toute cette liste de documentaires dont je ne pourrai de toutes façons jamais visionner puisque, pour la quasi-totalité, ils datent de nombreuses années…
    Ensuite, je sais très bien que de nombreux animaux tuent et mangent des membres de leur propre espèce en cas de « famine » par exemple (certains ours, par exemple, mangent des petits de leur propre espèce). Je sais également que les mâles de certaines espèces animales se combattent, jusqu’à parfois s’entretuer, pour la conquête d’une femelle. Ce dont je parlais dans l’un de mes messages précédents, c’était le « meurtre », pur et simple, entre membres d’une même espèce animale, soit par plaisir, soit par soif de vengeance ou sans aucune raison d’ailleurs. Et donc, je ne connais que l’être humain et le chimpanzé qui pratiquent cette violence « gratuite ».

  94. *En réponse au message de Porcinette du 29 mars 2015*
    Je ne comprends pas votre message ou alors j’ai très mal lu. Vous écrivez : « tenter de dévoiler les vérités, mettre le doigt sur des incohérences, douter des versions officielles » et là je suis évidemment entièrement d’accord avec vous et c’est même indispensable. Et, c’est ce que font très bien les lanceurs d’alerte… ces derniers sont malheureusement trop peu nombreux.
    Mais il y a un énorme gouffre entre çà et colporter des ragots (et plus c’est gros, plus ça passe) et/ou pratiquer le négationnisme et/ou le confusionnisme, ce qu’adulent les conspirationnistes qui pullulent sur Internet avec leurs sites Web bien puants. A ce sujet, il faut absolument lire le n° 1180 de Charlie Hebdo (4 mars 2015). A titre d’exemple, Thierry Meyssan qui affirme le jour-même (!) de la tuerie de Charlie Hebdo que (et je cite longuement l’excellent article dans Charlie Hebdo) « la mission de ce commando n’a pas de lien avec l’idéologie jihadiste » et qu’il serait « le premier épisode d’un processus visant à créer une situation de guerre civile »… « la stratégie du ‘choc des civilisations’ a été conçue à Tel-Aviv et à Washington »… Voilà, donc les commanditaires sont forcément à Israël et aux USA. Je trouve ça absolument honteux, abjecte et dégueulasse.

  95. Bonsoir,

    Mr José-Manuel,

    Excuser mon côté oursette,

    Rien n’est jamais tout noir ou tout blanc. Des vérités sont dites, tout comme des mensonges. A chacun, en son âme et conscience de faire le tri.

    Ou sont les divisions, je me retire.

    Parlez moi d’Amour …. 😉 😉

    Bien a vous,

  96. Cher P.P., a la reflexion ma definition des intellectuels comme ceux qui mettent « la precision » au-dessus de la loyaute envers l’etat est un peu naive, incomplete.

    Considerons des gens comme Bernard Lewis, promoteur le plus influent du terrorisme comme outil privilegie de la guerre contre l’orient. Non seulement ce n’est pas un idiot, mais c’est un des penseurs les plus penetrants de son epoque. Aurait-il change la direction de son travail s’il n’avait pas recu le soutien bienveillant de l’etat? Ce n’est pas sur, il croyait (croit encore, il est encore vivant) vraiment a ses idees.

    Considerons aussi les psychologues Donal Ewen Cameron, qui a invente les methodes les plus efficaces du programme MK Ultra (qui est, en plus de detruire de nombreuses autres vies anonymes, co-responsable de la tragedie de la vie de Ted Kaczinski), ou Martin Seligman, qui a pousse plus loin les methodes de Cameron et le resultat c’est la prison de Guantanamo, co-responsable de ce qu’est devenu celui connu sous le nom de « Caliphe Al-Baghdadi », dont la vie est non moins tragique que celle de Kaczinski, et nettement plus « efficace » si l’on ose dire.

    Cameron et Seligman furent (Seligman est encore vivant) des chercheurs brillants, respectes pour leur travail scientifique, des pontes tres influents et honores.

    On pourrait mentionner le genial inventeur du carburant solide pour les fusees, Jack Parsons, cheville ouvriere du programme des missiles aux Etats-Unis, et fut le co-fondateur de l’eglise de scientologie avec Ron Hubbard, son partenaire en « sexe satanique ».

    Ron Hubbard qui se reclamait l’heritier spirituel de Cecil Rhodes et a toujours proclame que le but de l’eglise de scientologie etait de pousser a un niveau bien plus radical, son projet suprematiste raciste.

    Arsenyi Yatsenyuk, ancien cadre de la banque mondiale et veritable premier ministre de l’Ukraine derriere le naif Poroshenko, est un scientologue.

    Ce n’est pas necessaire de penser en termes de « complot » pour comprendre que cette tradition de penseurs « noirs » dont la pensee penetrante ne manque pas de precision, c’est le moins qu’on puisse dire, et qui ne sont d’ailleurs pas forcement ou pas toujours « au service de l’etat », travaillent avec une coherence telle qu’il faut reconnaitre qu’ils sont mus, non par une sorte de « compromis » avec l’etat, mais reellement par la coherence interne de leurs idees, qu’on pourrait peut-etre appeler, a defaut de mieux, « la technologie de la guerre » ou « la technologie de la violence ».

    Au passage sur la notion de « theorie du complot »: C’est un peu reproduire l’erreur des Americains qui cherchaient desesperemment le « quartier general » des resistants Vietnamiens pour le bombarder. Ils retournaient le paysage sous des tapis de bombes, et l’armee Vietnamienne « resuscitait » comme par miracle. Parceque la coherence de leur mouvement venait de leur ideal commun, pas d’une structure formelle.

    Il faut peut-etre reconnaitre que l’ideal commun, la coherence interne, ne vient pas seulement aux gens animes d’intentions altruistes, mais aussi a ceux qui sont fascines par la violence.

    Il faut sans doute accepter qu’il existe une seduction du mal et de la violence.

    Par exemple, ecoutez bien ceux qui disent juste en ce moment en France, « Nous sommes en guerre ». Il existe une perception de la pertinence a la fois intellectuelle et materielle de cette assertion, qui procure un reel sentiment de bien-etre.

    Il faut se demander, « qu’est-ce qui parle » a ce moment-la.

  97. Jose-Manuel, qu’est-ce qui est « degueulasse », la realite du message ou le messager?

    Sinon, je suis d’accord avec vous, il existe probablement une specificite humaine du mal.

  98. Merci à Porcinette pour le lien du 29 mars. Je vous ai trouvé plutôt bonne mine Fabrice. Oserai-je un conseil, qui vous paraîtra peut-être idiot (ou pas)? Si vous laissez vos jambes parallèles et vos pieds bien ancrés dans le sol, votre énergie circulera mieux. Sur ce, je me sauve sous les quolibets 🙂

  99. Merci a vous,

    Fabrice,

    1) Libérer le péricarde.

    2) Epinette bleue. Sniffer le flacon.

    3) Pruche. 2 gouttes sur les poignets. Respirer.

    4) Ignatia 15 CH

    6) Huile de noisette milieu du front extérieur. Massage en rond, avec pouce.

    7) Mouchoir* en tissu, avec noeuds aux coins. Afin que tu n’oublie jamais que tu n’es pas tout seul et que nous sommes nombreuxses a souhaiter que tu guérisses, non pas pour que tu puisses a nouveau nous informer comme tu l’as fait jusqu’a présent, mais parce que nous t’aimons et désirons le meilleur pour toi …. et ce meilleur tu en feras ce que tu voudras.

    *Immense drap de lit.

    Grosses bises,

  100. Si j’avais su que le qualificatif « intellectuel » serait pris au premier degré, j’aurais ajouté Ribery et Nabila dans la liste.

    J’ai lu Le retour de madame de Néanderthal de Pascal Pick, intéressant du point de vue éthologique, ethnographique et paléontologique, un bémol cependant sur ce qui peut être une naïveté de l’auteur sur la technique.
    Neanderthal était mieux adapté au froid que Cro Magnon mais a disparu, nous inventons et utilisons toujours plus de nouvelles techniques, mais si nous n’arrivons pas à contrôler leurs actions sur le plus grand nombre : société de surveillance et de contrainte, si Homo ne devient pas réellement sapiens, il disparaitra aussi.

  101. Rectificatif, Ribery a une utilité comme joueur de foot, Nabila en matière de coiffure, Zemmour à par comme paillasson ou comme invité à un diner de c…, je ne vois pas à quoi il peut servir.

  102. Oui, Philou, les guillemets, c’est vrai… mais vrai aussi (pas chez toi 😉 que nombre de faussaires ou d’affreux collabos sont régulièrement présentés comme des « intellectuesl »… (rarement ici sur les commentaires Planète Sans Visa !)
    Et puis il y a aussi tous ceux dont la pensée est intéressante, certes, mais tellement insuffisante dans le cadre désormais contraint du changement climatique et de la VIème extinction de masse. Avec le changement de civilisation que cela implique si on veut inverser la tendance et sortir des trajectoires de suicides collectifs dans lesquels la médiocrité ou l’insuffisance intellectuelle nous entraînent.
    Ces insuffisances produisent des Zemmour, des Ribéry et des Nabila à la pelle…

  103. @Leyla: Vous etes « refugiee » ou, vous? Chez votre « doux ami » Hollande? Si ca peut vous conforter, ma foi… Chacun se rassure comme il peut 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *