Jean-Marie Pelt l’admirable

Oh que je suis triste ! Jean-Marie Pelt, ci-devant pharmacien, et surtout génial passeur de connaissances et d’engagements, vient de mourir à l’âge de 82 ans. Je n’étais pas son ami, non, mais davantage qu’une simple connaissance. Nous nous croisions, nous aimions, je crois, nos échanges et nos paroles respectives.

Vous connaissez sans doute l’un de ses nombreux ouvrages, notamment ceux  sur les si chères plantes de son univers. Moi, je me souviens en ce jour de deuil d’un ouvrage particulier qui m’avait heurté, le mot n’est pas trop fort. Dans C’est vert et ça marche, il avait écrit de vilaines choses sur l’une des plus funestes « inventions » des dix dernières années : les biocarburants, qu’il faut nommer sans hésiter nécrocarburants. La suite se trouve dans un billet de Planète sans visa du 19 janvier 2008, au tout début donc  de ce rendez-vous. Et voilà ce que j’écrivais alors :

 

Hommage public à Jean-Marie Pelt

19 janvier 2008

Il ne suffit pas d’éreinter comme je le fais si souvent. Il faut aussi saluer. Ne croyez pas, j’aime beaucoup reconnaître tous les mérites à ceux qui me semblent en être dignes. À bien y réfléchir, d’ailleurs, je vous ai déjà parlé de quantité d’excellents personnages, qui me plaisent, me ravissent souvent, et m’aident à vivre dans tous les cas.

Parmi eux, Jean-Marie Pelt. On le connaît. Pharmacien de profession, il est devenu un authentique écologiste. Il est aussi un orateur convaincant et ses très nombreux livres sont souvent – pas toujours, non – un bonheur. Sur le plan politique, nul doute qu’il est bien loin de moi. Démocrate-chrétien, catholique assumé, il s’est rapproché sur le tard de certains tenants de l’altermondialisme que je connais. Mais, on l’a compris, Jean-Marie Pelt n’a rien d’un rebelle.

Je l’ai rencontré à différentes reprises, toujours avec plaisir. Il sait raconter, il sait captiver même, et transmettre. Ce n’est pas un ami, certes non, mais ce n’est pas non plus un étranger. Il est un homme, qui a sa place dans ma bibliothèque comme dans ma vie.
Autant vous dire que quand j’ai ouvert l’un de ses derniers ouvrages, C’est vert et ça marche, j’ai eu un haut-le-cœur . Il consacrait en effet un chapitre court à la révolution des biocarburants au Brésil. Il applaudissait ce que je considère au plus profond de moi comme une entreprise criminelle ! Oh !

Je ne sais plus si c’est lui qui m’a appelé, pour autre chose. Ou moi, pour ça. Ce qui est certain, c’est que nous avons eu un échange téléphonique franc et direct, comme disent les diplomates. En résumé, je lui ai dit : « Non, pas vous et pas ça ! ». Il était évident, à la lecture, que Pelt était allé bien vite, bien trop vite.

Dans mon livre sur le sujet, La faim, la bagnole, le blé et nous, j’évoque cet épisode, précisant que je comptais bien sur un changement de discours de Jean-Marie Pelt. Eh bien, cela s’est produit, et comment ! Voici que je reçois ce samedi matin, au courrier, le dernier livre de Jean-Marie Pelt, Nature et Spiritualité. Il y ajoute un petit mot, dont j’extrais ceci : « Bien sûr que j’ai changé d’avis sur les agrocarburants en vous lisant. Je l’ai même dit sur France Inter ».

Et c’est vrai. On m’avait signalé son propos dans l’émission de l’ami Cheissoux, CO2 mon amour. Je ne sais pas ce que vous en pensez. Moi, c’est assez simple : je nomme cela de la noblesse de coeur et d’esprit. Merci à vous, Jean-Marie.

14 réflexions au sujet de « Jean-Marie Pelt l’admirable »

  1. tristesse
    comme à la mort d’un grand père jardinier bien aimé …
    mort à l’entré de l’hiver
    grand attentif, il inspirait la paix…

    Ici les cognassiers du Japon ouvrent leurs fleurs depuis une semaine
    un avant goût de printemps en plein solstice.
    Une année, (2003?) il avait neigé sur leurs branches fleuries.
    Beauté fragile et éclatante
    Bon Noël tout de même Fabrice à vous et à tous les lecteurs de ce blog.

  2. Je ne connaissais pas Jean-Marie Pelt, mais je l’ai entendu de nombreuses fois dans l’émission de Denis Cheissoux. Il suffisait de l’écouter parler avec passion et tendresse pour apprécier sa noblesse, son humanité, sa bonté, des qualités si rares de nos jours.
    Malheureusement, les hommes bons s’en vont aussi, bien trop tôt ….

  3. Et merci à vous Fabrice pour ces lignes.
    Je ne partageais pas toutes les idées de Jean-Marie Pelt, mais je l´admirais, et le respectais profondément.

  4. cher Fabrice ,

    je viens d’apprendre la nouvelle. Je partage ta peine. Jean-Marie Pelt m’a éveillé l’esprit à travers ses livres, sa voix et son rire. Je me souviens particulièrement du « Tour du monde d’un écologiste » et de attention le titre … « Dieu de l’Univers, sciences et foi ».
    J’espère que nous serons dignes de sa suite.
    Jean-Marie, embrasse Rachel Carson , Pierre Fournier, René Dumont et tous les autres pour nous, là haut.

  5. Quelle tristesse.

    Il me semble que samedi dernier Denis Cheyssoux nous a dit qu’on entendrait Jean-Marie Pelt samedi prochain.

    Encore un qui va nous manquer.
    C’est vrai que c’était un homme bon et gentil.
    Et aussi, intelligent, puisque capable de changer d’avis.

  6. L’un des nôtres, tendre et intelligent s’en va. Tristesse…
    Mais quelle belle vie pendant laquelle il a tant oeuvré pour nous réconcilier avec la nature et le monde !

  7. Plus jeune, j’ai été très fortement marqué par la série TV “l’aventure des plantes”. Ce qui m’a facilité la réception de tous ses discours ultérieurs.
    Ses livres et ses interventions enregistrées lui survivent et vont continuer leur influence.
    Reposez en paix, monsieur Pelt.

  8. Jean-Marie Pelt , quelqu’un de bien c’est sûr.
    Moi aussi j’ai pesté sur ses écrits sur les agro carburants mais a reconnu son erreur, ce qui est louable.
    Uniquement 3 petites lignes sur le journal sud ouest, c’est moins vendeur qu’un footballeur ou le dernier chanteur à la mode.
    Ainsi va le monde.
    Bonne fêtes à tous.

  9. La mort de JM Pelt est passée bien inaperçue dans ce tumulte de fin d’année …
    Je suis triste , et ses engagements me manqueront ! Au revoir Mr Pelt et merci d’avoir pris le temps de nous  » éduquer » un peu !

  10. Moi aussi je me souvient faisant mes devoir en écoutant france-inter et j adorais écouter JM Pelt et ses histoires de plantes étaient facinantes, je pense qu au delà de tout cet homme était un homme bon tel qu on aimerai en trouver beaucoup sur nos chemins et dans ces temps troublés

  11. Bonjour,

    Pour retrouver l’esprit et la philosophie de Jean-Marie Pelt qui vient de tirer sa révérence sans bruit, je viens de relire un de ces ouvrages dont le titre, « la raison du plus faible », m’avait interpelé lors de sa parution (2011, je crois).

    Les thèses qu’il y développe vont à l’encontre de la logique darwiniste et cartésienne qui sert de modèle à nos sociétés orientales depuis trop longtemps. Ou comment la solidarité et la complémentarité entre les organismes vivant ont grandement contribué à une évolution des espèces d’avantage mue par l’esprit d’équipe que par la loi de la jungle…

    Loin de la concurrence exacerbée de notre monde moderne, on y apprend aussi comment les créatures les plus fragiles, en apparence, ont survécu aux nombreux cataclysmes et aux changements climatiques.

    Un ouvrage prémonitoire qui fait du bien et que devrait lire tous les politiques et apprentis sorciers de la planète, adeptes de technologies insensées assorties d’une compétition destructrice…

    Je crois qu’on trouve ce livre en version poche à un prix très abordable. (- de 10 €)

    Bonne lecture et belle année à vous tou(te)s 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *