Frédéric Wolff n’aime pas non plus les aéroports

 

On le croyait différé sine die, emporté par le flot – devenu le flop – de la COP21… Il n’était qu’en dormance. L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes fait un retour de haut vol dans l’actualité. Ses bons soldats changent d’armes et de visages. La nouvelle pilule à gogos ? Le référendum !
Quelle sera la question ? Voulez-vous des « djizhadistes » qui sèment la terreur près de chez vous ? Tenez-vous vraiment à l’enclavement du Grand Ouest et à son effondrement économique ? Souhaitez-vous revenir au temps des flèches, des arcs et des cabanes ? Etes-vous pour le réchauffement climatique ? Pour le saccage des zones humides ? Pour la qualité de l’eau ? Pour la mise en pièces de la biodiversité ? Pour le bétonnage des terres agricoles ? Pour la pollution de l’air ?
Qui sera consulté ? Les habitants des communes limitrophes ? Du département ? De la région ? De la nation ? Du monde ?
Quels seront les arguments des casseurs de bocage ? J’imagine…

Cher peuple,
L’heure est grave. La France manque cruellement d’aéroports : 475. Une misère. Seulement 3 fois plus que le Royaume-Uni, 6 fois plus que l’Italie et 12 fois plus que l’Allemagne. Quant à la planète, elle commence à être en manque de CO2. Et quoi ? Des zadistes voudraient s’opposer au réchauffement climatique, alors que des sans-abris meurent tous les ans à cause du froid ? Ils prétendraient protéger un bocage qui nuit gravement à la laideur des paysages ? Ils contesteraient le carnage des terres agricoles, à l’heure où le bêton est gravement menacé de disparaître de nos contrées ? Ils appelleraient à une utilisation économe des deniers publics, alors que notre pays est paralysé par les excédents budgétaires… Ces individus sont irresponsables.
Croyez-nous sur parole : cet aéroport sera une avancée majeure pour la grande cause de l’écologie si chère à notre cœur. Il sera labellisé Haute Qualité Environnementale, il proposera des paniers bios du terroir et des galeries marchandes éclairées par des panneaux photovoltaïques…

Bref, au stade où nous en sommes, nous pouvons tout imaginer.
Après avoir envoyé l’armée pour déloger les défenseurs de la terre et des espèces protégées, après avoir manipulé les chiffres, après avoir créé une commission du dialogue à coups de grenades, les saboteurs de zones humides ont trouvé une arme plus présentable et plus redoutable encore, à quelques mois des élections présidentielles : la consultation populaire.
« Ce coup de poignard dans le dos des opposants à l’aéroport » valait bien trois cadeaux offerts à des ténors ou des anciens d’EELV. Une place dans un gouvernement qui œuvre tant pour l’écologie, ça ne se refuse pas. Trois petits tours et puis s’en vont les misérables convictions ; trois promotions et garde-à-vous, génuflexions, le petit doigt sur la couture du pantalon. Petites carrières, petites personnes et grands désastres.
On nous avait servi l’argument légaliste : l’attente des procédures judiciaires en cours et, pour les pires, comme de Rugy, – « le cocu magnifique » (sic) – le vomissement des zadistes. Voici venu le temps des manœuvres électoralistes, en toute innocence, n’est-ce pas. Qu’un sondage secret, réalisé en novembre dernier, révèle que 59% des personnes interrogées seraient favorables à l’aéroport, n’est que pure coïncidence.
Coup de grâce, coup de maître ? Sacrée trouvaille, en vérité, et avec la caution du parti écologiste autoproclamé. Chapeau l’artiste. Il n’y a pas que les aéroports qui soient nuisibles. Ça, nous le savions. Une nouvelle fois, nous en avons la confirmation magistrale.

Vous allez voir, la suite. Vous allez l’entendre, le chœur des bien-pensants : Mais enfin, comment peut-on être contre la voix du peuple ? Comment est-il possible de réfuter la démocratie ? Nous y voilà. Deux mots à ce propos. De quoi parlons-nous précisément ? De démocratie ou de manipulation grossière ? Et quand bien même. Le suffrage des masses peut-il tout justifier ? Si le oui devait l’emporter en faveur d’un projet nuisible, celui-ci deviendrait-il vertueux par la grâce de la majorité ? Y-a-t-il, oui ou non, des limites à poser à nos actes ?
C’est à cette question que nous confronte l’écologie, à titre individuel et collectif. Cette question, trop souvent, nous la fuyons, aussi bien dans nos vies que dans nos sociétés. Nous préférons les droits aux devoirs, le présent au futur, la technique à la sagesse, la démesure à la sobriété. Les démagogues le savent bien et ce n’est pas pour rien que le dogme de la croissance est à ce point enraciné.
Cette logique est suicidaire, pire que ça : criminelle. Penser les conséquences de ses actes, vivre en conscience, c’est aussi de cela qu’il est question, à Notre-Dame-des-Landes. C’est en cela que ce combat est crucial, universel.
Car ce n’est pas seulement le bocage nantais qui est à défendre. Ce ne sont pas que des cabanes, des maisons et des habitats naturels qui risquent d’être anéantis. C’est notre maison commune. Ce sont des expériences d’autonomie, des tentatives de vivre en harmonie avec le monde vivant. C’est un avenir possible pour notre humanité enfin réconciliée avec les sources de la vie et de la joie, avec ses propres limites.
Mais ça, ils n’en veulent pas, les psychopathes de la croissance. Ce qu’ils honorent ? La mise sous tutelle, les existences low-cost qui tiennent à coups d’antalgiques de l’âme, les parkings, les rocades, l’agitation permanente, tout ce qui fait écran avec le monde sensible. Aux nuages d’oiseaux, ils préfèrent les vapeurs de kérosène. Les Zones A Défendre leur donnent la nausée. Ils ne jurent que par les Zones A Détruire, mais pas d’inquiétude. Ils compenseront par une mare et quelques arbres convertibles en euros, ils spéculeront sur le prix du vivant si ce mot a encore un sens. Raser, exterminer, gérer, marchander, ils ne comprennent que ça. La beauté du monde, ils la méprisent, tout comme la valeur inestimable de chaque vie. Ce qu’ils bâtissent ? Des prisons et des miradors. Des unités de soins palliatifs et des cimetières.

D’un côté, la terre de nos jardins, encore imprégnée de pluie et d’hiver. Par instants, se dessine le visage d’un potager, d’un champ de blés anciens, d’un arbre qui va se couvrir de feuilles. Les sachets de graines sont là, sur la table. On imagine les planches de légumes et de fleurs, on guette les premières éclaircies.
D’un autre côté, prosternés devant leurs colonnes de chiffres, les bétonneurs, occupés à dresser leur plan de bataille. Leur horizon ? Une terre brûlée tout juste bonne au bitume, aux fermes verticales hors sol, à la suffocation marchande. Un monde où nous sommes étrangers à nous-mêmes.
D’un côté la vie, de l’autre la mort. Jamais, sans doute, le choix n’a été aussi clair.

20 réflexions au sujet de « Frédéric Wolff n’aime pas non plus les aéroports »

  1. Merci pour cet article dont bien sûr, je partage le fond.

    On pourrait ajouter ( mais ce n’est pas votre propos) que le trafic aérien est à la baisse, et que cet aéroport , dont le projet a vu le jour il y a une vingtaine d’années, va à contre-courant de ce qu’il est censé promouvoir.

    Ces  » ministres écolos » qui bradent leurs pseudo-convictions contre un maroquin éphémère seraient avisés de lire les dossiers concernant l’avenir du transport aérien.

    Misère de la politique actuelle …

  2. le début de l’article de Frédéric ferait une excellente « conférence gesticulée » pour faire passer les infos de manière humoristique et montrer le ridicule de ce projet!
    Puisse la SCOP Le Pavé s’en occuper…
    Vous avez lu l’article de mercredi 17/02/16 dans Le Canard Enchaîné?
    Petite note sans intérêt rédigée par la DREAL au débotté ou bien rapport officiel?

    http://www.ouest-france.fr/environnement/amenagement-du-territoire/notre-dame-des-landes/nddl-un-rapport-genant-devoile-par-le-canard-enchaine-4041333
    http://www.courrierdelouest.fr/actualite/notre-dame-des-landes-un-rapport-embarrassant-revele-par-le-canard-enchaine-17-02-2016-256985

  3. Très bien écrit ce texte !
    NDDL est la preuve douloureuse, 2 mois après la fermeture du rideau de théâtre, du magistral foutage de gueule de la COP21, vu de l’état français, qui se torche avec ses bonnes paroles. Un quinquennat saturé par les doubles discours, avec la lutte contre les émissions de CO2 d’un côté (pour vendre des centrales nucléaires), et une prévision inéluctable du trafic aérien de l’autre. Encore un bon entartage pour Royal, qui se mêle de tout mais qui n’est bonne à rien. Le trafic aérien c’est 3% des émissions de gaz à effet de serre en quantité, mais, à 10000m d’altitude, beaucoup plus en influence sur le dérèglement climatique.
    Nos gouvernants sont de la même trempe que les généraux français en 1940, en retard d’une guerre sur le désastre annoncé.

    Pub : Sur le site de Ferus, lien vers une pétition pour nos potes lupins, qui se font dégommer grâve en …Espagne, cette fois-ci. Royal fait des petits. Dans leur recherche psychotique de la croissance, nos chefs d’état auront au moins trouvé la croissance de la connerie humaine. Celle-là, elle se porte comme un charme. Grrr.

  4. « Aux nuages d’oiseaux, ils préfèrent les vapeurs de kérosène. »
    Non, non, de cela ils se moquent, ce qui les intéresse, c’est le pognon, l’artiche, le fric, les brouzoufs, les thunes, car il y a gros à gagner grâce au bétonnage, à la construction d’aéroports, de routes, de center parcs … Un sacrée pompe à finances : plus de 600 millions d’euros, c’est sûr, la théorie du ruissellement va s’appliquer et l’argent va tomber dans de nombreuses poches … amies.

    Amicalement.
    Jean-Michel

  5. Hollande à la radio encore allumée un peu par hasard mais sûrement pas pour l’écouter… Je dis à mon fils : « éteins la radio si tu veux, il nous soûle ce Hollande ». Réponse : « Oui… mais… je l’écoute un peu… »
    Bon, c’est bien mon petit, à 12 ans, c’est pas mal de s’intéresser à la politique.
    Alors… en faisant tout autre chose, j’ai vaguement écouté, de ci-de là… Aucun intérêt même s’il semble qu’il ait pris quelques cours de diction pour paraître un peu moins ectoplasme. Mais si l’élocution est meilleure, ectoplasme du cerveau, et surtout, de l’écologie, il reste…
    Une gamine de 12 ans passe à l’antenne et pose une question d’écologie très pertinente en demandant des réponses sur 3 thèmes : les pesticides, la pêche en eau profonde et le gaz schiste ! Bel uppercut en pleine poire pour Hollande qui, mielleux et faux cul commence par féliciter cette jeune fille pour sa précocité, pour l’importance qu’il y a à s’intéresser à ces sujets, et en veux-tu, en voilà… puis ils sombre dans l’évocation de la COP21 et puis… plus rien ! Rien ! On passe à une autre question (et ces crétins de journalistes ne relèvent pas car les pesticides, la pêche et le gaz de schistes, finalement, tout le monde s’en fout n’est-ce pas ? Voilà pourquoi nous en sommes là…), tant pis pour « l’empoisonnement universel », pour les 90% de gros poissons que nous avons fait disparaître des océans… et pour le désastre planétaire qu’aggrave les gaz de schiste.
    Hollande n’en n’a rien à cirer de toutes ces questions d’environnement, de nature, de monde en réalité. Tout ce qui compte, c’est la-croi-ssan-ce !
    Et si on le titille là dessus (merci jeune fille d’avoir osé !), une solution magnifique et magique pour notre président de lui même : on évoque 3 lettres et 2 chiffres et hop ! Passe-passe, le tour est joué : « COP 21″ mes amis ! Inclinez vous…! CQFD… définitivement.
    Une gamine de 12 ans qui demande des comptes, mais tout le monde s’en tape !
    Je rêve que les jeunes prennent bien vite le maquis (je n’ai pas dit les armes !) pour nous reprocher le monde qu’on leur laisse.
    Non, bien sûr, je ne pense pas au Jihad, au maquis j’ai dit ! Et le maquis aujourd’hui, c’est Notre Dame des Landes d’un côté… et le Jihad de l’autre. Voilà où nous en sommes . Raccourci ? Vraiment ? Notre société est à gerber en bien des points… oui, nous devons construire la chute définitive du monde industriel comme tu l’as répété hier Fabrice sur ce blog … et construire aussi cette manière mortelle de faire de la politique à la Hollande et tous les autres avec. Tous, oui : il faut changer les hommes en place, d’urgence (d »EELV au FN en passant par tout le spectre : UMP/LR, PS, etc…).
    et ce qu’est la politique et qui n’est pas, n’est plus, ne doit plus être la démocratie représentative : c’est à nous de faire la politique, par nos actions et nos engagements. Les autres, les pingouins qui palpent 6000 euros par mois pour inventer un référendum biaisé, DEHORS ! DEGAGEZ !
    Tous à Barjac (Gard) dimanche prochain à 14h CONTRE les gaz de schistes. C’est bien, je vais y aller, contre… Mais POUR QUOI ? On y réfléchit quand ?
    Le temps de la grande radicalité est venu et ce n’est pas un gros mot !

    Lu dans un Libé de la veille qui traînait chez une amie : papier de l’historienne Sophie Wahnich qui compare dans sa chronique la situation actuelle à la veille de la révolution française (Dame !) :
    « Les citoyens n’ont plus aujourd’hui de véritable pouvoir de contrôle sur leur devenir. Un peu comme le tiers état à la veille de la Révolution… » (…) ‘En Europe, une politique encastrée dans l’économique affirme qu’il est naturel que les 1% les plus riches dominent les 99%. Le Tiers-Etat représentait, lui, 98 % de la population. » (…)
    L’abbé Sieyès, chantre du 1/3 état disait dans « Qu’est-ce que le 1/3 Etat ? » et à propos de ce dernier : « (…)Rien ne peut aller sans lui, tout irait infiniment mieux sans les autres. » Evoquant ces 98% aujourd’hui 99 %.
    Nous sommes le Ties Etat ! Il est grand temps de se faire entendre. Vraiment. Ne perdons plus une seconde avec les pîtres de la République : Démocratie Directe ! Regagnons le droit d’instituer nous même notre présent et notre avenir.

    1. Un mot oublié : « la chute de »
      « et construire aussi la chute de cette manière mortelle de faire de la politique
      et non pas :
       » et construire aussi cette manière mortelle de faire de la politique » !!!

    2. Tout à fait d’accord avec vous. Marre de ce decervelage, de ce consensus mou, de cette course de zombies à la croissance. Il est temps de se faire entendre et de montrer qu’un autre Monde est possible sans les enfumages de croissance verte.
      Avant la catastrophe annoncée…

  6. Bonjour Fabrice, bonjour à tous…
    Frédéric Wolff et ses bon vœux, Frédéric Wolff en Amérique, Frédéric Wolff chez les picaros et pour finir, Frédéric Wolff n’aime pas le vol 714…
    Fabrice je t’en supplie ! Révèle-nous que tu es le Hergé de ce tintin prêt à affronter mille dangers pour redresser ce monde de merde (+1 pour P.P.) !
    Ou bien Est-ce que « l’homme providentiel » dont tu parlais Fabrice, ne peut être qu’un concept, une idée, projection de nos espoirs pour un demain différent ?
    Amitié et force à tous !

  7. @ P.P.
    La petite, c’était Lisa Simpson ? Et Hollande,… l’ignoble Mr Burns ? 🙂

    Aux Régionales, aux questions du Collectif Roosevelt, quelques extraits de la réponse de Nouvelle Donne Toulouse :
    « …Nous prônons un changement en politique en privilégiant la reprise en main
    par les citoyens des affaires qui les concernent, par la création de conseils
    citoyens fonctionnant selon des processus collaboratifs et transparents, par une réelle implication du tissu associatif en tant qu’acteur à part entière.
    Nous avons une approche collective dans laquelle le citoyen doit être
    central.
    Par ailleurs, comme vous aurez pu le remarquer nous n’avons pas de
    programme classique du type listes de promesses comme vous en font tous
    les partis politiques depuis 30 ans avec des dizaine de propositions sans
    garantie de faisabilité ni de financement et en général non tenues dès les
    élections passées…Nous revendiquons le fait de ne pas être des professionnels de la politique.
    Nous assumons le fait de ne pas avoir réponse à tout car les réponses se
    construisent par le débat et la réflexion collective et non dans un catalogue
    de propositions toutes faites qui dégénèrent souvent dans le clientélisme au
    détriment de l’intérêt général.
    Nous cherchons à organiser la participation effective des citoyens en
    sollicitant les expertises, en promouvant la montée en compétences des
    citoyens sur les sujets traités et en prenant collectivement une décision
    éclairée dans le souci de l’intérêt général.
    Nous souhaitons finalement oeuvrer pour la transparence des décisions
    publiques et ancrer l’implication des citoyens dans la conduite des affaires
    de notre région.
    Comme, vous le constatez, nous assumons le fait de vous dire que nous
    n’avons pas de solutions toutes faites et encore moins de promesses… »

    Quand j’ai lu ça, j’ai pensé à toi et à Castoriadis. Il me semble que ça allait dans cette direction.

  8. « Jamais, sans doute, le choix n’a été aussi clair. »

    Apparemment, c’est bien pour brouiller les reperes que certains mettent en scene une violence d’operette, juste a temps pour faire pencher les bourgeois du bon cote, celui de l’aeroport contre celui du chaos!

    http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/etat-durgence-et-nddl-350-manifestants-nantes-4047115

    Il parait que ces zigotos defilaient avec une marionette representant un juge avec « etat d’urgence » sur sa robe. On n’ira pas loin avec une telle confusion mentale! L’etat d’urgence est justement ce qui permet au gouvernement de court-circuiter la justice! D’ou le mot « urgence » pour justifier que l’on tolere « temporairement » un deni de justice anormal.

    Ces demeures ont-ils ete payes, ou indirectement encourages, par le ministere de l’interieur pour cette mise en scene si bien ciblee, en lieu et en heure?

  9. La « science » expliquee par « Le Monde »:

    Les liens entre la microcephalie et les pesticides et les vaccinations « sont des rumeurs »,

    …tandis que les liens entre la microcephalie et le virus Zika « laissent beaucoup de questions sans reponses ».

    Pourquoi utiliser un terme plutot que l’autre? Rien ne l’indique dans l’article.

    Donc, question de politesse, de savoir-vivre, sans doute! Ou bien tout simplement, de marquer son appartenance a son camp.

  10. Hollande et sa camarilla pseudo socialo-écolo auront réussi le tour de force de dépasser en ignominie, insignifiance, médiocrité et veulerie, leur prédécesseur le pourtant sinistre Sarkosy.

    « La politique est le moyen pour des hommes sans principes de diriger des hommes sans mémoire »…Paul VALERY

  11. Exactement, Laurent , exactement !!! They are all shameless ! Le fameux zika n’en est qu’un example. D’ailleurs, les « rumeurs » se font très forts. Un virus connu depuis 1952 d’après l’OMS, mais c’est maintenant qu’il se propage, maintenant qu’il se fait dangereux. Fallait-il noyer un poisson ou un poison ?

  12. Dans les temps futurs, le « jacquatalisme » sera sans aucun doute identifié comme ayant été l’ un des plus beau représentant de ce siècle des pénombres.

  13. Wuwei, bien d’accord sur la fange dans laquelle croupissent nos politiques.
    Mais ce sont eux et ce qu’ils ont fait de la politique qu’il faut dénoncer car l’avenir de l’humanité est nécessairement politique (= que les hommes s’occupent eux mêmes de leurs propres affaires en s’organisant pour cela).

  14. Bonjour
    Merci, merci !
    Toujours aussi pertinent, décoiffant, à la fois déprimant (en raison des bassesses étudiées) et revigorant (par les positions franches et presque joyeuses) !
    Une phrase m’a ramené à un texte magnifique de Simone Weil : « Nous préférons les droits aux devoirs, le présent au futur, la technique à la sagesse, la démesure à la sobriété  » et plus particulièrement « les droits aux devoirs ».
    O combien cela est-il vrai ! Et à ce propos la philosophe écrivait qu’il n’y a pas de droit, mais que des devoirs : les droits ne sont rien d’autre que les devoirs d’autrui vis à vis de nous ! Il m’a fallu un certain temps pour accepter une telle sentence, du fait précisément d’être installé dans la position prétentieuse et victimaire du bénéficiaire de droits (dont longue est la liste). Mais si l’on observe d’une part les lois des hommes, de l’autre celles de la nature, force est de reconnaître que ce qui doit l’emporter, ce sont nos devoirs, les uns vis-à-vis des autres (ce qui crée les droits de chacun, comme en creux) et ensemble vis-à-vis du monde dont nous faisons partie (ce qui permettra peut-être de le conserver).
    Il me semble que vous passez le plus clair de votre temps à tenter de nous rappeler cette simple vérité… Encore bravo.

  15. N’oublions jamais le jeune naturaliste assassiné par les « forces du [dés]ordre » lors d’une manif contre le barrage de Sivens. Il n’y a eu à ce jour à ma connaissance aucune sanction pour ce qui s’apparente à un crime d’Etat. Et si ce n’est qu’une « bavure » comme ils disent, il y aurait dû y avoir une sanction tout de même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *