Merci Linky (par Frédéric Wolff)

(Je publie ci-dessous un nouvel article de Frédéric Wolff. Je précise que Frédéric est un vieux lecteur de Planète sans visa, mais que je ne l’ai jamais rencontré. Comment en est-on arrivé à ce point, où je passe des points de vue qu’il m’adresse ? J’avoue ne pas même m’en souvenir. En tout cas, je m’en félicite)

————————————

La fronde contre les compteurs communicants gagne du terrain. Des communes – 91 à ce jour – s’opposent à ces mouchards toxiques, des collectifs s’organisent, des individus cadenassent leurs bons vieux compteurs… Manifestement, le courant a du mal à passer.

Vendredi dernier, une réunion publique a rassemblé près de 400 personnes dans un village du nord-Bretagne. Du jamais vu, de mémoire d’autochtone. La salle était comble, les prises de parole se sont succédé pour dénoncer avec véhémence l’assujettissement technologique et les méthodes des installateurs – c’est à croire que les maîtres et leurs valets font tout pour nous pousser à les rejeter. Une jeune femme électro-hypersensible a témoigné de sa vie en errance dans un monde où elle n’a plus sa place. Prochaine réunion mardi, en plus petit comité, pour réfléchir à la suite.

Des fils seraient-ils en train de se nouer entre individus et collectifs issus d’horizons différents ? Nos modes de vie et nos prothèses sans fil vont-ils être mis en question ?  Des liens vont-ils se faire, dans les consciences, entre la planète intelligente et la surveillance, la contrainte, la déshumanisation électroniques ? Bref, Linky serait-il l’un des liens manquants pour penser, se rassembler et, pourquoi pas, s’affranchir de l’emprise des machines ? Dira-t-on bientôt : Merci Linky ?

En attendant l’arrivée de ces compteurs sur ma commune – dont j’interpelle depuis des mois les élus sans succès jusqu’ici –, j’ai préparé ma lettre de refus. La voici. Refuser… Soyons nombreux à faire nôtre ce verbe et à lui adjoindre le maximum de métastases industrielles de notre choix !

Cher Messieurs Linky et consorts,

Vous m’informez de votre venue chez moi pour m’installer un compteur communicant et, mieux encore, intelligent, d’après vos déclarations. C’est très aimable à vous, de penser à mon bien-être sans aucun frais, mais malheureusement, je ne vais pas pouvoir donner suite à votre proposition, en raison de tout l’intérêt qu’elle ne présente pas.

Pourquoi cela ? Tout simplement parce que j’ai déjà ce qu’il faut.

– Question conteur, mon ami Roland, entre autres, me donne toute satisfaction, et tous les deux, nous communiquons admirablement bien, nous n’avons pas besoin de machine pour cela. Quand il passe me voir, il a toujours une histoire à me raconter et, sans vouloir désobliger, je doute qu’un compteur, aussi communicant soit-il, me parle et m’écoute avec autant d’humanité sensible. C’est une question de bonne connexion avec ses semblables, une manière d’être sur la même longueur d’ondes, autrement dit.

– A propos des ondes justement, je dispose déjà d’une collection assez complète à domicile, et ce, 24 heures sur 24 : la wifi de mes charmants voisins qui aiment beaucoup partager apparemment, les antennes tout près de chez moi et, où que j’aille, la camelote des shootés du selfie, du twitt et du trip d’être “joint” à toute heure et en tous lieux.

Vous me proposez gentiment d’en rajouter une couche, vous m’assurez de l’absence de risque, sans assurance couvrant quoi que ce soit, curieusement… Bref, vous me demandez de vous croire sur parole, vous qui êtes juge et partie. Vous me permettrez d’être libre de mes croyances et de ne pas m’en laisser conter en ce domaine, quelle que puisse être l’intelligence de vos compteurs.

Et voyez-vous, ce que je crois, c’est avant tout ce que je vois : des alertes par milliers, venant de scientifiques, de médecins, de l’Europe, de l’OMS, à propos des dangers de toutes ces ondes nocives. Je vois des sœurs et des frères humains qui doivent quitter tout ce qui donne de la valeur à leur vie : leur maison, leurs amitiés, leur famille, leur travail, la joie simple d’être vivant. Ils le quittent, non par masochisme ou par phobie, mais parce que ces ondes sont devenues une torture pour leur corps et pour leur cerveau. Ce que je vois, ce sont des êtres qui n’ont plus ni refuge, ni lieu où vivre sans douleurs, parce que vous et vos gadgets détruisez ce qui reste de monde habitable.

Alors vraiment, merci, mais je préfère ne pas devenir Alzheimer, même pour mon bien. Désolé, mais finalement, non, je ne vais pas profiter de vos offres de maladies gratuites, j’ai d’autres projets dans ma vie. Je vais peut-être vous paraître rétrograde, mais j’aime autant éviter un cancer, même intelligent.

– Pour l’intelligence, j’essaie de faire avec celle dont je dispose et dont je n’ai exploré qu’une parcelle infime. Je n’ai nullement besoin d’une machine qui pense à ma place, je sais encore lire l’index de mon compteur situé dans mon garage. J’ai juste le désir d’avancer dans ma conscience du monde et de la vie, avec d’autres cœurs intelligents, et je doute fort que votre intelligence électronique soit celle de l’âme de notre humanité.

– Ce qui reste d’humanité, précisément, vous le remplacez par des puces, en laissant derrière vous des êtres désœuvrés, seuls avec leurs écrans et, quand ils ne peuvent plus supporter leurs ondes toxiques, seuls avec leurs souffrances.

Personnellement, je n’ai aucune envie d’être pucé, fiché et fliqué, que ce soit par un compteur, un téléphone, des objets connectés ou des machines qui parlent à des machines. Je n’aspire pas à brader ma vie privée à des fins commerciales ou policières, au profit d’escrocs ayant ou n’ayant pas pignon sur rue.

– Vous me certifiez que ces nouveaux compteurs épargneront mes économies et la planète par-dessus le marché. J’ai dû me pincer plusieurs fois car, pour tout vous dire, je ne vous savais pas philanthropes à vos heures.

Enfin, quand même… Vous et votre énergie de destruction massive, vous et vos EPR ruineux et dangereux, vous et vos pertes financières, vos centrales hors d’usage et vos déchets radioactifs dont vous ne savez que faire… Et vous vous voudriez être acclamés comme sauveurs de la planète et de nos petites économies ? Permettez-moi juste d’exprimer ma perplexité, pour ne pas dire mon impression d’être pris pour un débile profond qui a décidément besoin d’être assisté de prothèses intelligentes pour comprendre le monde un tant soit peu.

D’ailleurs, je ne suis pas sûr de tout saisir. Un exemple ? En quoi gaspiller des dizaines de millions de compteurs qui fonctionnent parfaitement est-il écologique ? Je pensais naïvement que nous avions à combattre l’obsolescence programmée, mais sans doute, cette résolution est-elle obsolète à son tour, grâce aux dogmatiques de la croissance verte dont vous êtes ?

Un autre exemple ? Vous expliquez doctement que ces compteurs permettront d’avoir enfin des factures précises, non basées sur des estimations, en feignant d’ignorer que, depuis des années, il est possible de communiquer par téléphone l’index de sa consommation réelle.

Quant à vos exhortations sempiternelles à nous connecter à vos pages d’accueil et à vos tableaux de bord, via des smartphones, des ordinateurs et des tablettes, en quoi cela est-il vertueux, quand on sait ce que ces technologies dilapident de ressources rares et d’énergie ? Vous qui avez incité au chauffage nucléaire dans des logements passoires, vous voilà aujourd’hui adeptes de l’hyper-connexion polluante et prédatrice. Franchement, je m’incline.

En matière de cynisme, vous rayonnez au-delà de toute limite. Ainsi, commercialiser des produits et des services liés à ces compteurs – comme des alarmes contre le vol, après avoir rendu nos données privées piratables par des cambrioleurs, notamment !  – vous appelez ça comment ? Une source d’économie ? Une arnaque au carré ? Avec vous, on n’est jamais déçu. Tant qu’à faire dans l’indécence, autant mettre le paquet en se payant une vertu et nos têtes de nœud par la même occasion.

Cerise sur le gâteau, votre courant, qu’on dit porteur en ligne (CPL), peut provoquer des incendies et endommager les appareils électriques. Comme vous dégagez toute responsabilité, comme les assurances ont exclu de leurs garanties les dommages causés par vos ondes, la facture sera payée par qui ? Par les victimes de ces sinistres ! Chapeau bas. Le doute n’est plus permis : vous êtes hors concours.

Sachez quand même que je ne vous ai pas attendu – et je suis loin d’être le seul –  pour me passer de votre énergie délétère et pour aller vers la sobriété et, même si le mot vous déplaît, vers la décroissance.

Bref, vous l’aurez compris, votre compteur, fût-il intelligent, communicant – ou bienveillant pendant que vous y êtes –, je n’en veux pas. Ne comptez pas sur moi pour faire partie des pigeons que l’on plume et qui finissent cobayes dans les micro-ondes de votre monde-laboratoire.

Je préfère des humains qui comptent pour moi, des êtres de chair et d’âme à qui parler de vive voix, avec qui vivre en bonne intelligence et, si le cœur nous en dit, pourquoi pas, avec qui conter fleurette, un dimanche de soleil, dans les bonnes ondes du printemps.

Inutile de me proposer un moratoire ou je ne sais quelle autre supercherie dilatoire. Vous êtes nuisibles sur tous les plans et vous le resterez, moratoire ou pas.

Sans façon, merci de ne pas me refourguer vos mesures d’exposition en millivolt par mètre, fussent-elles scientifiques et indépendantes. Parce qu’enfin, à partir de quel seuil d’irradiation risque-t-on pour sa santé, en fonction de son âge, de ses antécédents et de sa vulnérabilité ? Quels effets cocktails convient-il d’éviter entre les différentes fréquences de Méga-hertz et les millions de molécules chimiques dont nous abreuvent les industriels depuis le jour de notre conception ? Combien faudra-t-il torturer de cobayes de laboratoire pour savoir ce que nous savons déjà : ces technologies sont incompatibles avec la vie. La société de surveillance et de contrainte deviendra-t-elle subitement acceptable parce que nous aurons câblé les circuits électriques de nos habitations ? La dévastation du monde sensible et naturel sera-t-elle recevable parce que vos appareils de mesure n’afficheront aucune valeur critique sur leurs écrans ?

Monsieur “Linky”, Monsieur “Smartphone”, Monsieur “Wifi”, Monsieur “Tablette”, Monsieur “GPS”, Monsieur “RFID”, Monsieur “Restez connecté”, je ne vous salue pas.

Connecté, je le suis, mais pas à vous. Je le suis à la vie, enfin j’essaie, malgré les efforts que vous déployez pour nous éloigner d’elle, vous et vos collègues de l’empoisonnement chimique. Ce que vous incarnez, tous autant que vous êtes, c’est le contraire de la vie et de la liberté. Et j’espère – oh, si peu, mais quand même –, j’ose espérer que l’opposition à Linky fera boule de neige dans les consciences et dans les vies de quelques-uns, de quelques-unes qui le refusent. Verra-t-on un jour émerger des slogans qui diront : « Linky, smartphone, wifi, tablette, gadgets connectés, mêmes nuisances, mêmes refus » ?

Monsieur “Linky”, Messieurs qu’on nomme “intelligents”, je vous prie de ne pas franchir les portes de ma maison et de ne pas croire à ma considération distinguée.

Frédéric Wolff

34 réponses sur “Merci Linky (par Frédéric Wolff)”

  1. ouf !
    merci ! ils sont fous et ça ne s’arrange pas …
    je souhaite également sensibiliser ma municipalité sur Linky, ça ne va pas être facile …
    je crois que je vais utiliser votre courrier tel quel et le faire circuler …
    MERCI

  2. bonjour à tous,
    magnifique ! j’aimerais avoir autant d’aisance à écrire … c’est pile ce que je cherchais, un modèle de lettre pour leur répondre. Tout est dit…

    (je rajouterai juste un « s » à cher, le premier mot, un moment d’inattention bien compréhensible)

  3. Trouvé par hasard, mais très intéressant. Je l’ai mis en favori, car il est un peu tard et le texte est long ; donc je le lirais dans quelques heures. Je suis absolument contre ces compteurs. Encore une emprise de plus et un flicage supplémentaire. Donc je me prépare à faire un courrier de résistance quand on viendra me l’installer.

  4. Allez voir le site de Pièces et Main d’Oeuvre qui émet une véritable critique du système technicien.

    Voir aussi le site observatoire du nucléaire de Stéphane Lhomme

    Et, bien sûr, lire le journal la décroissance qui est un des rares journal d’écologie politique

  5. – Dernière Minute :

    Ce jour confirmation officielle que Next-up organisation vient de gagner sa première procédure en APPEL contre ERDF !

    ERDF qui avait saisi Me Alain BENSOUSSAN, qui est avec 150 avocats le plus grand cabinet de France (ERDF ne manque pas de moyens financiers,
    les nôtres !), avait obtenu en première instance une décision « 50/50 ».

    L’organisation avait fait Appel de cette décision et après des rapports et rapports en réponses nous venons ce jour d’obtenir la décision d’Appel qui
    de facto rejette les demandes d’ERDF, accorde et valide officiellement en totalité le dépôt de la Marque Linky Dirty Electricity contestée par ERDF.

    Pour le combat que nous menons tous, c’est une première victoire encourageante de bon augure pour l’avenir, elle n’était pas acquise d’avance,
    c’est pour cela qu’ERDF avait intenté cette action car certainement d’après ses conseils elle devait gagner sans problème,
    alors qu’au bout de plusieurs mois de procédures c’est exactement l’inverse qui s’est passé.

    Le dossier va être libéré et une News réalisée.

  6. Merci
    C’est une très belle lettre que je vais m’appliquer à partager le plus possible.
    Mon compteur actuel fonctionne très bien.
    Il est hors de question de le changer pour un autre qu’il faudra remplacer dans dix ou vingt ans alors que celui-ci peut durer soixante ans.

  7. Si on est contre le Linky, on ne peut pas vraiment dire que cela donne une embellie de la langue française: « Linky Dirty Electricity »
    Allo, allo!!!! Y’a t-il quelqu’un qui s’intéresse encore à la langue française ou faut-il tous finir des moutons novlangue anglo-saxonne?

  8. L’Etat va renflouer EDF et vole une nouvelle fois au secours du nucléaire français

    Dans le même temps, EDF va réduire ses investissements nets (hors compteur intelligent Linky et nouveaux développements) de près de 2 milliards d’euros en 2018 par rapport à ceux réalisés en 2015. Il s’établiront donc à 10,5 milliards d’euros à cette échéance.

  9. Un groupe d’etudiants de l’universite de Stanford ont mis au point une technique de simulation video qui risque de tuer la tele, l’info « en temps reel », etc.

    http://www.graphics.stanford.edu/~niessner/thies2016face.html

    https://www.youtube.com/watch?v=ohmajJTcpNk&feature=youtu.be

    Leur methode n’utilise que des ordinateurs et cameras « grand public », et fonctionne en temps reel (avec un delai de 3 « frames » seulement, soit 1/6 de seconde).

    On apprend dans leur papier que des methodes quasimentaussi peformantes avaient ete publiees des 2014, et en regardant la bibliographie, que le concept avait ete essentiellement realise, et publie, des 2009-2010.

    Il n’est pas dit dans leur papier depuis combien de temps ces techniques existaient avant ces publications…

    Bref… fin definitive de l’illusion de « la transparence de la communication » denoncee par Lucien Sfez, et retour a l’ecrit? Ecriture qui est une operation de la pensee, plus qu’une egratignure sur du papier, ou une marque dans la glaise, selon Derrida, et qui essentiellement appartient a l’humanite depuis toujours.

    Je n’ai jamais aime les videos sur internet, c’est lent et ca gaspille de la bande passante, on ne sait pas toujours ou l’auteur veut en venir, ca fait de la « presence » a bon compte… communication paresseuse, communication potentiellement menteuse, en tout cas intrinsequement peu sure, laissons tomber les videos!

    1. Bonjour Laurent,

      Cela fait longtemps que cette techologie existe, il ne manque juste que la puissance de calcul pour un meilleurs photoréalisme et l’exécution dit en temps réel (quasi instantané). Il y a plus de 20 ans que je voyais déjà des incrustation d’image provenant du monde réel grace à une caméra vidéo plaquées sur un objet modélisé 3D assez complexe, sur des stations SG (gamme octane). Le procédé à pris aussi une autre tournure avec le kinect de Micro$oft, capable de détecter bien plus de choses au passage, sauf que c’est un produit grand public, créé et déployé spécialement pour envahir chaque foyer depuis longtemps… et c’est là que nous pouvons prendre toute l’ampleur du flicage monstre de la « mégamachine » en cours, car nous ne parlions même pas, à cette époque, des smartphone et de leur petite caméra (et micro, cela va de soi) bigbrotheriennes embarquées !

      Oui, cat souvenez-vous toujours du livre bleu du Gixel et de ses célèbres prophéties auto-réalisatrices, où la surveillance et le contrôle, étant mal perçue par la population [mondiale], doit prendre des aspect plus ‘fun’ et ce dès le plus jeune âge (prendre tout comme un jeu anodin) pour que tout soit acceptable (banalisé) et accepté à terme (surveillé et jugé en permanence). Et donc des applis cool qui ne demandent que ça, à avoir en permanence accès à tout nos capteurs… foutu internet des objets !

      1. 20 ans! J’ignorais. Ca renforce ma suspicion. Souvenons-nous de toutes les videos on l’a a cru « voir en direct » un evenement qui a ensuite justifie la destruction de l’Irak, ou des chasses a l’homme (« en direct » la aussi) ou il n’etait visiblement jamais prevu de faire de prisonnier.

    2. J’oubliais, la référence à Schwarzy dans cette actualité à propos de cette technique: le film « running man », tiré, de loin, du livre du même nom (de Stephen King).

  10. Je trouve cela stupéfiant, merci pour l’info ;
    http://www.numerama.com/politique/163129-3000-salaries-de-sanofi-equipes-dune-puce-rfid-a-gentilly.html
    En plus dans le contexte de la suppression de 600 postes… mais que foutent les syndicats, pourquoi rampent-ils autant devant le pouvoir ? Ils finissent par devenir ceux par qui les pires projets passent après une infime dilution… qui semble leur convenir ! C’est très inquiétant autant de docilité pour se faire entuber sur toute la ligne !
    Donc, après les moutons et d’autres animaux, on puce désormais des salariés ! Pas dans leur corps mais c’est la prochaine étape !
    Comment peuvent-ils accepter cela ?

    1. Salut P.P,

      Pour les syndics, je pense qu’il y a déjà un fossé entre « la base » et les dirigeants. Pourquoi ces dirigeants sont-ils alors maintenus, ça, ça me dépasse. Des magouilles lors de leurs élections, peut-être ?

    2. Vous n’avez pas fini d’être stupéfacté, 🙂

      L’AS Nancy Lorraine en avait fait un poisson d’avril, Tigre a franchi le pas: les supporters du club argentin peuvent désormais se faire implanter leur abonnement dans le bras pour entrer dans le stade.

      «Je te porte en moi», entonnent les fans de football argentins pour soutenir leurs équipes.

      http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Une-puce-sous-la-peau-pour-entrer-au-stade/656182

      ——–

      Micro-puces dans des médicaments : ils vont commencer à en insérer.

      L’ère du micro-puçage pharmaceutique est maintenant devant nous. Novartis AG, l’une des plus importantes sociétés pharmaceutiques dans le monde, a dévoilé un projet afin de commencer à implanter des micro-puces dans des médicaments dans le but de créer une technologie de « pilule intelligente ».

      La technologie de micro-puçage est brevetée par Proteus Biomedical à Redwood City, Californie. Une fois activée par l’acide de l’estomac, la micro-puce intégrée commence à détecter son environnement et à émettre des données à un récepteur utilisé par le patient. Ce récepteur est également un émetteur qui peut envoyer les données par Internet à un médecin.

      http://sain-et-naturel.com/micro-puces-dans-des-medicaments-ils-vont-commencer-a-en-inserer.html

      ——-

      Pour les petits nounours, 🙂

      http://sain-et-naturel.com/construisez-enfants-cabane-cachette.html

  11. Martine, Est-il nécessaire de qualifier les nanotechnologies en les comparant aux effets biologiques des ondes ? Les deux sont dangereux pour le vivant, non ? Par pitié, pas de balles dans les pieds. Et sortez vos armes avec les deux bras. Bonne journée à tous. Et merci, Frédéric.

  12. allez sur le site de next-up.org et celui de Stephane lhomme qui a fait voté non une des premiéres commune a refusé en Gironde,,l’observatoire du nucleaire,il y a tout sur Linky,que j’ai refusé il y a 4 ans en Touraine, région cobaye où j’avais déjà tout sur ce foutu compteur,grâce a Next -up,ce tueur,incendiaire et mouchard,EDF nous avait menacé de nous envoyer la force public,evidement du vent,vous devez tous refuser ce compteur ,que aucunes compagnie d’assurance n’assure comme les OGM,et gazpar qui fait de même .105 communes ont dit non a ce jour,et ca gagne du terrain,EDF a attaqué une commune,mais ce sont les maires qui sont propriétaires du compteur ,donc responsable de l’impact sanitaire sur ces administrés,donc EDF fait du mensonge-com’s et reunionite partout,et pourtant on dit tous non,le problème c’est dans les immeubles,car ce lInky donne des AVC,fout le feu ,on en a déjà plusieurs. en Touraine………….

    1. C’est en effet la sous-traitance où le problème prend de l’ampleur : la culture du chiffre et des comptes d’épiciers fait qu’il est parfois préférable de maquiller des petits problèmes à moindre coût tout en bas plutôt que de se prendre des pénalités plein pot par le haut en disant que tu risques de perdre ton job de presta.
      On n’a pas idée de ce qu’est une véritable bombe nucléaire à retardement. Mais, cocorico !, l’atome est toujours mieux maîtrisé chez soit que chez les autres et puis l’atome est d’origine françaisz, il comprends, et obéit donc mieux au doigt et à l’oeil de nos experts…

  13. Hé bien moi, je n’arrive pas à me faire une opinion sur ce « Linky ». Je vois bien les opinions tranchées et les certitudes de ceux qui s’affichent résolument « contre », mais leur absence de doute me dérange. A l’inverse je me méfie des technolâtres et scientistes qui disent amen à toute technique pour qui le doute devant une technique nouvelle mène aux cavernes.

    je cherche autre chose, du factuel, de la démonstration, car sinon pourquoi bloquer sur ce compteur en particulier ? je veux bien m’y opposer, mais je veux comprendre pourquoi. par exemple, je sais pourquoi je suis contre les OGM (brevetage du vivant), le nucléaire (centrales vieillissantes de + en + dangereuse, déchets ingérables), l’automobile (dictature du tout auto, impact sur les milieux et paysages, artificialisation des sols, climat, accidents).

    Peut-on dire « non » à Linky » tout en disant tous les jours « oui » à sa bagnole et à son tél portable comme le font beaucoup ? Pourquoi privilégier le refus de l’un part rapport à l’autre ? Par exemple, je cherche un travail de naturaliste, et je ne peux pas en trouver sans voiture, je suis obligé pour ça de passer le permi de conduire, et ça me fait résolument ch**r, si j’avale cette couleuvre-là, Linky ou pas en plus, pour moi c’est anecdotique.

    Je voudrais l’opinion de gens qui on cherché sans être contre a priori, mais voulaient vraiment savoir ce qu’il en est avant de se faire une idée après avoir été convaincus par des arguments forts et convaincants / verifiables.

    Merci de m’avoir lu.

  14. refus.linky.gazpar.free.fr

    le site spécial sur Linky,de Stephane Lhomme

    102 communes a ce jour disent non en conseil municipal.

  15. J’ai entendu un édito complètement flippé sur France Inter à cause du refus de Linky.

    Tout y passe. Les obscurantistes qui veulent siphonner les données dans le dos des gens traitent les critiques d’obscurantistes, de théorie du complot.
    ils les psychologisent en -phobe (peur irrationnelle) et les traitent même de FN vu que Dupont Aignan aurait refusé linky sur sa commune.

    Quelle mauvaise foi. On ajuste le droit de refuser quand même.

    http://www.franceinter.fr/emission-ledito-eco-le-combat-anti-linky-ou-le-nouvel-obscurantisme

    1. Ce que ces gus de RanceInter et comme tant d’autres idiots adorent mettre en compraiason, c’est que, contrairement à FesseBouc et autres cornichons marinés, ce choix de consommation revient encore à l’individu et reste circonscrit dans la sphère privée (ou ce qu’il en reste) de la personne; dans le cas du Linky, non ! Il nous est… imposé, et ses ondes passent dans le voisinage, elle ne s’arrête pas aux murs; on devient absorbeur passif ! Le pire bien sûr, c’est qu’erdf est au courant des risques du cpl (incendies) sur de vieilles installations dans ses millions de foyers et derrière, dans leur « cgv/cgu », il n’ont pas toruvé mieu que de se dégager de cette responsabilité ! Rien que ça la puissance publique aurait du rejeter une telle ineptie, faire entrer de force un danger dans le foyer de chaque personne pour lui en faire payer tout les prix, mais non, ça ne tilte même pas dans leur caboche !

      Je peux encaisser qu’on me traite d’obscurantiste, par des aveugles où tout sens critique réel s’est définitivement échappé. Ce que j’accepte difficilement, c’est que leur abdication et leur logique sans borne n’hésitent plus à m’imposer toutes les nuisances possible imaginables. J’en ai déjà assez avec la bagnole par exemple.

  16. Les complotistes avaient raisons. Attention à ce que nous consommons.

    Fluor, un ami qui vous veut du mal :

    Ce reportage de France 5 s’avère finalement très intéressant. Même si vous connaissez déjà un peu le sujet, on y apprend à coup sur de nouvelles informations. Il était temps que des journalistes se penchent sur la question alors que les preuves scientifiques de la toxicité du fluor s’accumulent. Voici un résumé des différents points abordés:

    – Avant d’en arriver à l’omniprésence actuelle du fluor dans notre environnement, le reportage commence par évoquer la responsabilité de l’industrie de l’aluminium et plus particulièrement de l’entreprise Alcoa dans les années 30 qui a fait un lobbying intensif pour lui attribuer un bienfait pour la santé afin de camoufler sa toxicité déjà connue à l’époque. Le laboratoire de sciences appliquées Mellon Institute, payé par l’industriel, et déjà responsable du blanchiment de l’amiante, lui attribuera un supposé bienfait pour les dents. On constate déjà que l’histoire de l’usage domestique du fluor commençait mal…

    – Le fluor provoque entre autre la fluorose dentaire mais aussi osseuse et des problèmes neurologiques. Le reportage ne creuse pas le sujet mais des études montrent que le fluor s’attaque directement à l’intelligence des enfants. (ce qui n’a pas empêché les autorités de santé de le recommander en complémentation pendant longtemps).

    – La négligence coupable des autorités de santé est évoquée. l’Agence Régionale de Santé (ARS) a laissé par exemple une eau avec un taux « non conforme » de fluor (c’est à dire toxique pour les enfants) être distribuée dans une commune pendant plus de 10 ans et cela sans informer les habitants du danger.

    – Un médecin évoque la « religion du fluor » dans laquelle les praticiens prescrivent trop et trop souvent du fluor sans évaluer l’apport quotidien des patients et sans en connaitre les effets sur leur santé. (Cela rappelle grandement le cas de la vaccination…)

    – L’université de Derby en Angleterre a testé des marques de thé du commerce. Résultat: 6 marques sur 10 contenaient plus de 4mg/l de fluor. Certains thés noir de marque distributeur en contenaient entre 5 et 8mg/l.

    – Les Perfluorocarbure (PFC) sont des substances très dangereuses qui se dissimulent dans les textiles du commerce, les poêles ou les boites de pizza. Elles contaminent les cours d’eau, l’air, la terre et bien sûr l’homme. Elle a été déclaré substance dangereuse prioritaire par l’Europe…mais en 2013 seulement. Ces substances pénètrent notamment dans les reins et le foie et y restent jusqu’à 9 ans.

    – L’acide perfluorooctanoïque alias PFOA fait parti de la famille des PFC. On le retrouve dans le Teflon de la famille DuPont. Cette famille avait connaissance depuis des décennies de la toxicité du fluor puisqu’elle a aidé l’armée américaine à enrichir de l’uranium pour fabriquer la bombe atomique dans le cadre du projet Manhattan. Déjà dans les années 40, le fluor provoquait brûlures, maladies et accidents mortels dans les usines. On connait pourtant le succès mondiale qu’a eu cette technologie dans les poêles à frire pendant les 70 dernières années. Une fois encore, l’appât du gain l’a emporté sur la santé des consommateurs.

    – La ville de Parkersburg, située à 70Km de l’usine de DuPont aux Etats-Unis, a une eau contaminé au PFOA. On trouve une forte dose de ce composé chimique dans le sang des habitants et de nombreuses personnes en tombent malades. Cela crée entre autre des maladies cardiaques, le cancer du rein et des testicules, des problèmes thyroïdiens, la colite ulcéreuses et la pré-éclampsie.

    – Le pire c’est que les bébés sont également contaminés dès leur naissance via l’allaitement. Plus l’enfant est allaité, plus on retrouve de PFOA dans le sang. Les enfants ayant un fort taux dans leur sang sembleraient disposer d’une moins bonne immunité avec une chute des taux d’anticorps.

    On regrettera que le reportage n’évoque pas le fait que le fluor est l’ingrédient clé de certains neurotoxiques tels que le gaz sarin ou que de nombreux médicaments très courants tels que la fluoxétine (alias Prozac), la Dexaméthasone (cortisone) ou les très dangereux antibiotiques de la classe des fluoroquinolones contiennent tous du fluor.

    L’Abrutissement chimique des masses à encore de beaux jours devant lui.

  17. Désolée de t’avoir vexé, Martine. Mais quand les matelots tirent dans les planches du fond, avec ou sans capitaine (et je n’en suis pas), nous sommes dans le merde. Sans rancune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *