Ce sera bref comme tout

Je suis loin de chez moi, face à un vallon, face à des hirondelles, face à des martinets, face à un Circaète Jean-le-Blanc qui tourne, tourne et tourne à la recherche de serpents et de lézards. Dire que je les admire tous ne signifie encore rien. Je les aime.

Je voulais vous dire trois mots. La France n’a jamais été aussi riche – selon leurs mortifères calculs – qu’en cette année 2016. L’Insee prévoit d’ailleurs une croissance de leur damné PIB de 1,6 % d’ici décembre. C’est inouï et lamentable, d’autant que, dans le même temps, le solde naturel – mortalité mois natalité – se situe aux alentours de 230 000 personnes de plus chaque année. Disons 300 000 pour éviter la contestation, en y incluant le solde migratoire. Et rapportons le tout à la population française, soit 66,3 millions d’habitants au 1er janvier 2015. Je ne fais pas le calcul, mais à la louche, cela doit se situer entre 0,4 et 0,5 % d’augmentation annuelle.

Autrement dit, les grands crétins qui dirigent, gouvernent et décident ne sont pas même capables d’imaginer autre chose que le spectacle qu’ils offrent chaque matin. Attention ! Je me place de leur point de vue, pas du mien, qui est tout autre. Selon leur logique d’apothicaires et de comptables, la croissance du PIB est la clé du bonheur universel. Or cette croissance explose et se transforme sous nos yeux ébahis en bagnoles, télés plasma, tracteurs pressurisés, ordinateurs, visites chez le médecin et anxiolytiques, et le reste.

Eux forment le cercle de la raison, celui des Attali et des Minc. Et nous celui des super-couillons, qui ne songent qu’à gâter la fête. Restons calmes.

31 réflexions au sujet de « Ce sera bref comme tout »

  1. Fabrice, la clé du problème est là : arrêter de faire croire aux gens que cette foutue croissance est la solution alors qu’ elle est le problème !

  2. Hello Fabrice,

    L’espèce humaine – la seule espèce à se raconter des histoires pour justifier sa prolifération par dessus toutes les autres – est sur cette planète comme une souche bactérienne sur un Pétri: une fois les ressources transformées, détruites, consommées et épuisées, on crèvera et on laissera un immonde condensat nutritif à une autre souche plus apte à nous consommer. Ils n’acceptent tout simplement pas la fin, leur fin, celle de la nécessité de leur fonction ou d’une hiérarchie, celle d’une croissance infinie, celle apprise comme un mantras à l’école, telle un croyance et ils font absolument tout pour contredire tous les pronostics et faire plier les lois, mêmes physiques (je suis parti à lire les livraisons d’Adrastia), à leurs désirs; ils forme donc des bulles, un entre-eux. Financières par exemple. Et elles finissent effectivement par péter. La cosanguinité est fatale de toute façon.

    Profite bien de ton point de vue, ne sombre pas trop dans la contemplation, même si ça fait un bien fou.

  3. Un Circaète Jean-le-Blanc, quelle chance !

    Quelqu’une m’a appelée hier : « Passe à la maison, faut qu’j’te montre kèk chose ». Un nid dans le prunier accolé à la baie vitrée, des becs d’oisillons affamés apparaissent furtivement à chaque passage des adultes. Ô temps ne suspend pas leur vol, clé du bonheur des merles et de ceux qui les observent.

  4. Y’a jamais assez de crôôassance pour ces handicapés mentaux. Ils pleurnichent tout le temps.
    Ben non, ce n’est pas le moment de se calmer.

  5. Et que dire du fait que l’on interprète la relance de la consommation comme un facteur indiquant que les gens ont le moral?

    1. Bonsoir,

      Quel moral? Sont jamais contents, râlent pour un rien, manque toujours quelque chose ….

      Bien a vous,

  6. 🙂

    Merci,

    Ahaaaaaaa! Quelle joie de te sentir bien. Le bonheur est dans le Vallon. Prend bien soin de toi, et des tiens.

    Bises grosses,

  7. Les Martinets Fabrice, ces fabuleux animaux… tout simplement ! Tu as vu avec quelle jubilation ils se livrent sous nos yeux à des acrobaties prodigieuses sous nos yeux ! Impossible de croire qu’ils ne prennent pas leur pied dans ces moments là…

    Si la réincarnation existe (permettez moi d’en douter hélas…), c’est sous les plumes du Martinet noir que je souhaite faire mon retour, que ce soit bien clair !

    Les acrobaties aériennes des Martinets remplissent de bonheur tous mes printemps et mes étés. Plus largement, les oiseaux nous relient au ciel et à la terre !

    1. la revue la Hulotte, « le journal le plus lu dans les terriers », a publié plusieurs n° sur la vie du martinet
      c’est savoureux, très bien documenté, et toujours plein d’humour

      effectivement quel oiseau, quel virtuose des airs !!

    2. Plus fort encore sont les martinets alpins…et je vous rejoins sur leur plaisir évident à jouer les acrobates…j’en ai tiré cette même conclusion en les observant un jour au bord de la combe (en fer à cheval) de Tournemire près de Roquefort…debout en haut de la falaise, quasiment au bord du vide, je les voyais surgissant du fond du vallon dans un bruit de tuyère, ralentissant, reprenant leur élan et partant pour un nouveau tour de manège…
      Mais noirs comme alpins, nos villes modernes leurs deviennent hostiles et étrangères…Leurs cavalcades bruyantes des jours d’été s’assourdissent inéxorablement…
      Nous partagerons peut-être un bout du ciel dans une autre vie.

  8. Merci Fabrice pour vos deux récents articles…
    quand je vois dans certaines régions toutes ces belles fermes vides
    qui pourraient loger tant de familles
    je pense à tous ces pauvres gens entassés dans des immeubles sans âme
    et à ces pauvres gamins sans ruisseaux où patauger, sans terre à creuser, sans cailloux ni bâtons pour se construire un monde où l’on agit et expérimente en vrai;
    Comment faire ? Comment rétablir un équilibre ?

    Ici le rollier est revenu il se perche dans la haie au bord du champ de luzerne
    quelle beauté gratuite! je n’ai pas encore réussi à le prendre en photo .
    Le nom de cet oiseau m’était encore inconnu il y a 3 ans, mon défunt père ne me l’avait pas appris; est-ce qu’il venait là autrefois ? Sa présence actuelle est-elle un effet du dérèglement climatique?
    bonne fin de dimanche à vous Fabrice

  9. C’est voulu. C’est un grand projet en marche, et les medias sont complices. Cela devient de plus en plus évident, non ? Cette semaine, le referendum des britanniques. Il nous faut croiser les doigts car c’est vital pour nous tous humains de faire lacher prise à ces vampires, un dent à la fois.
    Take care, Fabrice.

      1. Bonjour Le Vent,

        Ah, la fameuse vidéo où l’on découvre qu’Erstfeld est en Allemagne et Bodio en Italie 😉

        Lorsqu’en 1992 les Suisses ont approuvé les NLFA (nouvelles lignes ferroviaires alpines), le projet prévoyait le transfert des personnes et des marchandises de la route au rail. Le vrai projet inutile est celui du percement d’un second tube ROUTIER sous le massif du Saint-Gothard, qui vient d’être approuvé par le peuple – ben ouais, ça bouchonne au début et à la fin des vacances d’été -, alors que le tunnel ferroviaire qui a été inauguré le 1er juin sera ouvert au trafic en décembre prochain. C’est sans doute ce qu’on appelle l’obsolescence programmée du ferroutage…

  10. Et bien on devrait donc touts se réjouir de cette croissance tant attendue par ces élites qui nous prennent de plus en plus pour des crétins ne pensant pas et gobant religieusement leurs chiffres.
    Je crois que tous ces décideurs se contrefoutent du bonheur de quiconque, n’ont pas de temps à perdre à lever les yeux au ciel pour se demander si c’est bien un circaète ou un milan qui plane au-dessus de leur tête. L’extase sera possible avec au moins un Rafale ou un Falcon, un truc à vendre, un truc sérieux pour la croissance du pays. Et là pas besoin de perdre son temps à scruter le ciel, suffit d’avoir une bonne oreille pour reconnaître le moteur. Une hirondelle (qui a drôlement tardé à migrer cette année)? Mais ça ne rapporte rien au PIB ce machin-là !
    On en est bien réduit depuis 50 ans à toujours produire plus, consommer plus et dégueulasser encore et toujours plus toute la planète le plus vite possible (vous avez dit COP 21 ?).
    Au fil des années je vois des gens de plus en plus pauvres que la croissance du PIB ne fait pas manger et encore moins rêver.
    Oui, se figer d’admiration le matin devant une huppe fasciée qui fait bombance dans notre petit jardin, ça participe forcément de notre bonheur bien plus que leur PIB mais pour combien de temps ? Vous avez une recette pour rester calme ?
    Bonne semaine à tous.

  11. Oui, mais comment faire pour expliquer aux gens que la croissance c’est du bluff, du baratin et que c’est même dangereux puisque cela conduit à surproduire, surconsommer avec les dégâts que l’on sait sur l’environnement en particulier. Les commentateurs, comme les politiques, formatés, ne semblent avoir aucun sens critique, aucune imagination, et répètent les mêmes discours stéréotypés sur la doctrine économique, comme s’il s’agissait de sourates ou versets tirés de la Bible ou du Coran. C’est désespérant !! Fabrice, s’il vous plaît, essayez de faire passer les vraies informations à « des heures de grande écoute » sur des chaînes très regardées. Ou alors, constituons un parti politique….

  12. La croissance du P.I.B. sert essentiellement à payer les intérêts de la dette publique (administrations, collectivités territoriales, Sécurité sociale, etc.) de la France qui est gigantesque et ne cesse d’augmenter. Sans croissance, moins de ressources pour rembourser. A moins de s’asseoir sur ces remboursements, mais c’est une autre affaire …

  13. Circaète Jean le Blanc…vu au-dessus des gorges de l’Eygues, dans le sud de la Drôme, en avril dernier. Et puis pas loin de là, surpris un chamois à 600m d’altitude, au milieu de tous ces arbres en fleurs. Et le vautour fauve qui a fait un survol de tout ce petit monde.

    Oui, bien loin de là, dans cette économie devenue folle, la croissance doit être importante pour que les possédants s’en mettent plein les fouilles tout en distribuant les miettes au reste de la population, pour maintenir « la paix sociale ». La fumeuse théorie libérale du « ruissellement ». Manque de pot les cascades se sont transformées en goutte à goutte, les laissés pour compte de cette société sont de plus en plus nombreux à rester sur le carreau, et cette machine infernale qui grossit aplatit tout sur son passage, humains, faune, flore, climat et tutti quanti. Nos dirigeants, sourds et aveugles n’envisagent même pas l’existence d’une soupape de sécurité, la cocotte-minute est prête à exploser…

  14. Ceux qui décident de notre avenir, ceux là ils aiment la nature, percevoir les oiseaux depuis le loge de leur belle maison en face de la mer…sur leur ile isolé, là où le soleil brille tous les jours….et quand ils pensent à nous autres, probablement un sourire.
    A Bruxelles, leurs soldats bossent, les non-élus qui touchent le fric des industries, bien payés pour avancer le projet. En France, l’élimination des régions pour mieux centraliser tous les pouvoirs, et partout l’imposition de règlements qui tuent dans l’œuf tout espoir de liberté, d’autre chose. La guerre parfaite, quasi-invisible, et les médias sous contrôle. George Orwell n’écrivait pas une fiction avec 1984. Et attention au « thoughtcrime » (crime de la pensée). Quitter l’Union Européen ? Impensable !

  15. Quand George Soros, devenu richissime en spéculant contre la monnaie britannique, décide de passer en première place dans le Guardian 3 jours avant le référendum qui risque de voir les britanniques quitter l’Union Européen. on se dit qu’ils regardent un peu moins les oiseaux depuis leur loges….
    https://www.theguardian.com/business/2016/jun/20/brexit-would-trigger-sterling-fall-worse-than-black-wednesday
    C’est pas grand chose mais ça fait du bien.

  16. Représentent-ils la raison? A en croire quelques fondamentaux de physique et de biologie, je ne pense pas…mais apparemment la science, dans nos temps enflés de cynisme et d’obscurantisme, est aussi malléable que la loi. Sur ce, je m’en vais manger des avocats…imaginaires (je déteste les legumes importés). Bonne soiree aux couillons et autres gâcheurs de fete. Ainsi qu’aux Bruants Fous et Zizis. Bises, le Dave.

  17. Eh oui, Le vent, tu as remarqué que tout est ou sera la faute des Russes de nos jours ? Si ce n’était pas si menaçant, ce serait drôle. Soros est un manipulateur dangeureux. Le seul commentaire sous l’article : « Hopefully they have a missile with his name on it. » dit tout.

    1. Coucou,

      Oui Alice, pauvre Poutine, il me fait trop trop de la peine!

      https://www.youtube.com/watch?v=mESH8KxgdCA

      😉 😉

      ——-

      A partir de mi septembre 2016, le premier smartphone Tango va marquer l’entrée de la société truquée, des scènes truquées, et de l’espionnage des gens 24h/24, 7j/7 en film direct, avec image, mouvement, pièce et tout.

      Si des gens achètent ce smartphone, vous serez également filmés à votre insu en vous promenant dans la rue, dans les espaces publics ainsi que vos amis. Plus besoin de caméras de surveillance, chaque citoyen deviendra à lui seul à son insu un outil d’espionnage de Google . Ce smartphone fera son entrée aux USA cet été et en Europe pendant septembre.

      http://www.mai68.org/spip/spip.php?article10968

      ——-

      http://karugido.fr/index.php/2016/06/12/reflexion-sur-les-chocs-a-venir-initiation-a-la-propagande-moderne-partie-2/#more-356

      Bonne soirée, que notre joie demeure,

  18. Bonjour
    cher Fabrice j’aime bien aussi le circaète,et que dire du hibou grand duc aperçu il y a peu au crépuscule…
    Vous évoquez à juste titre la croissance PIB etc… avec son cortège d’objets plus ou moins utiles.
    Mais n’oublions pas aussi que cette croissance rime aussi avec croissance de la population et cela aussi peut poser problème.
    Il faut de plus en plus de monde sur terre pour consommer et profiter à une minorité.
    Est ce bien raisonnable?

  19. 2016
    (les 109 règlements de « l’Union » qui concernent votre oreiller)
    « Martin woke up on his EU regulated bed and looked through his EU regulated window. This night, Martin had slept like a baby thanks to the 109 EU regulations concerning pillows, the 5 EU regulations concerning pillow cases, and the 50 EU laws regulating duvets and sheets. Martin went to brush his teeth with his toothbrush regulated by 31 EU laws.

    After that, our EU-regulated man went to his EU regulated kitchen to grab a Class 1 EU regulated apple. For the benefit of society, the EU had defined what a “class 1” fruit actually is: to class a “Red Variety” apple as “class 1” then 50% of its surface must be red. To class a “Mixed red coloring variety” of apple as a “class 1″ apple 33% of its surface must be red, and so it goes for the 3 quality classes and 287 individually named apple varieties. Martin ate fruits and vegetables because the government told him it is the right thing to do. He switched the TV on and listened to the “eat five fruits and vegetables” government ad with attention. Martin’s apple was not very tasty, but at least it was controlled by a European central authority. “Isn’t that great,” thought Martin, “the EU takes care of our food. We now can eat only nice and safe products!” Martin is paying 40% more for his food because of the EU’s highly protectionist agricultural policies, but it is the price one has to pay for civilization. »
    http://www.infowars.com/just-another-day-in-regulated-europe/

  20. @ René : Lors d’une conférence de Pierre-Yves Longaretti, CNRS Grenoble, sur l’effondrement sociétal, ce dernier montrait que les civilisations basées la croissance finissaient immanquablement par s’effondrer. Exemple : l’Empire romain.
    D’autre part, dans toutes les civilisations sans exception, les dettes finissaient toujours par une remise à 0 régulière, aux dépens des créanciers. De toute façon, le mécanisme d’accumulation au profit des créanciers n’était pas tenable, à long terme. Pour certaines civilisations, d’ailleurs, je ne me souviens plus lesquelles, à cette occasion on en profitait pour leur faire la peau, aux créanciers !

    1. A P.L.

      Je suis bien d’accord avec ce que vous écrivez. Ainsi que je l’ai suggéré, l’annulation de cette dette et de ses intérêts sera source de bouleversements et de guerres. ( surtout si l’on veut faire la peau aux créanciers).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *