Le grand succès du référendum (de NDDL)

Il n’y a décidément pas de quoi pleurer. La moitié des électeurs de Loire-Atlantique ont participé au référendum bouffon de nos princes de comédie, et 55 % ont donc dit oui à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Soit environ le quart des électeurs inscrits sur les listes. Et ce, malgré l’union désormais sacrée entre le PS  – Valls, Hollande, Ayrault et compagnie d’un côté – et la droite de Sarkozy, ce pauvre Fillon, ancien de la région, compris. Et ce, malgré le soutien enthousiaste des structures et des puissances, depuis la Chambre de commerce et d’industrie jusqu’à Vinci le bétonneur en chef, passant par une bonne partie de la presse.

Ce résultat, croyez-en mon vieux regard, est un camouflet pour le pouvoir socialiste, lui qui rêvait d’un plébiscite justifiant toutes les aventures dans le bocage préméditées par Valls. Le référendum, calculé au plus juste pour l’emporter – ni la Bretagne, ni Pays de la Loire, pourtant cofinanceurs du projet d’aéroport n’ont été consultés – montre surtout qu’une partie croissante de l’opinion ne croit plus aux fables sur la bagnole, l’avion, le « développement » – synonyme de destruction – la vitesse, les pantomimes coutumières. Laurent Fournier m’envoie depuis l’Inde des informations qui semblent montrer que ce pays envoie finalement promener Dassault, Hollande et leurs funestes Rafale, dont la vente supposée avait déclenché tant de bravos.

On verra ce qu’il en est, mais mon point de vue est limpide : nous assistons à un recul historique des forces coalisées qui souhaitent la poursuite mortifère du même. Nous tous, nous nous cherchons encore, et nous devrons assister encore à beaucoup d’épisodes déprimants de régression et de décomposition. Mais mon reste d’optimisme me fait penser que la culture profonde – la hiérarchie des valeurs, les buts, les méthodes, l’exercice du pouvoir, le rapport aux autres, aux bêtes, aux plantes – est en train de changer. C’est peut-être affaire d’accomodation. Nous ne regardons pas comme il faut ce qui se passe réellement. Je vous rappelle que le sous-titre de Planète sans visa est : Une autre façon de voir la même chose.

Évidemment, on ne lâche rien. On se tient prêts à fondre par dizaines de milliers sur le bocage en cas d’urgence. À pied, à cheval, en bœufs attelés, en montgolfières, en ULM, à l’aide de catapultes ou de canons à eau. Préparez les 9 et 10 juillet, le prochain rassemblement national. Ils ne sont pas encore passés, et ils ne passeront pas.

34 réflexions au sujet de « Le grand succès du référendum (de NDDL) »

  1. Oui, seulement 1/4 des habitants de Loire-Atlantique se sont déplacés pour dire oui à un projet ringard (il a plus de 50 ans), oui à l’artificialisation des terres, oui à la crise climatique, oui à la crise de la biodiversité. Pas de doute, la majorité n’a pas voté pour ce projet !

  2. Salut à tous et à toi Fabrice.

    Fabrice, je te suis depuis les cahiers de Saint Lambert et c’est mon premier message.

    Je suis tellement triste de ce référendum et tellement en colère aussi. Triste d’avoir cru en une certaine intelligence, triste d’avoir été naïf sans doute aussi. Je me retrouve tellement dans le parcours de Françoise Verchère (https://reporterre.net/Le-fond-de-l-affaire-de-Notre-Dame-des-Landes-c-est-des-gens-qui-veulent-se)

    Croire au dialogue, jouer le jeu de la démocratie.
    Et lentement et sûrement sentir qu’on vous enfonce un gros truc dans le c…

    Je suis plutôt « classique », genre premier communiant, un peu béat face à un coucher de soleil. Et cette violence étatique me percute comme un moucheron sur le pare-prise d’un camion…

    Je ne sais pas ce que je vais faire de cette colère
    Mais des graines ont été semées en mon intérieur ce dimanche…

    Je repense aux cellules imaginales, racontées par Philippe Desbrosses : http://www.intelligenceverte.org/metaphore-chenille-et-papillon.asp
    et je garde cet espoir : le vieux corps est mort, la lutte est normale (et même organique !). Adelante mariposa !

  3. Tout-à-fait d’accord : nous avons perdu cette consultation biaisée, mais cependant presque 1 votant sur 2 , malgré la propagande et la différence de moyens, a voté contre ce projet délirant
    c’est bien au-delà de l’électorat écologiste.
    Alors maintenant rendez-vous les 9 et 10 juillet sur place ! 😉

  4. Bonjour,

    Mais comment « notre » classe politique peut-elle être aussi nulle ? Maintenant, s’ils ne font rien, ils sont ridiculisés. Mais que peuvent-ils faire ? Une évacuation manu militari est trop risquée, il y aura de la résistance et un grand risque de provoquer des drames avec morts à la clé. Tout ça pour un gouvernement sans aucune légitimité, en fin de parcours, qui a la certitude de perdre les élections de 2017. Seule explication, la seule volonté de fuir ses propres responsabilités. Il y aurait pourtant eu du courage à renoncer à ce projet inutile, mais non, être nul et minable en toute circonstance est sans doute une marque de fabrique. Même s’il faut pour cela jouer avec le feu, cf. le nullissime Cameron qui, outre-Manche, a lancé un processus de désintégration de son propre pays sur un coup de pocker politique. Bravo les gars. Vite, une expertise psychiatrique de « nos » dirigeants !

    1. Pas d’accord avec Olivier, le référendum anglais n’a rien à voir et Cameron a fait preuve d’esprit démocrate. Il est normal que les Anglais veuillent sortir de ce projet de boutiquier, vide et mortifère qu’est devenu l’Union Européenne (je n’utilise pas le mot Europe volontairement)

  5. parking sur jardin potager
    https://www.change.org/p/segolene-royal-jean-paul-huchon-patrick-devedjian-nicole-goueta-yann-jounot-oui-pour-r-urban-%C3%A0-colombes-non-pour-un-parking-temporaire-%C3%A0-sa-place
    même logique mortifère qu’à NDDL
    je partage votre analyse : à la louche 25% des électeurs de L.A. pour le « transfert » alors qu’un sondage national donnait vendredi 60% des électeurs contre au plan national ;
    puisse la petite brise perdurer dans ce sens et son parfum atteindre les neurones olfactifs de nos zélus…

  6. Bonsoir
    pour marie r. :

    c’est fou ce que l’on peut signer comme pétitions ces derniers mois. C’est malgré tout rassurant aussi de voir que tant de gens défendent enfin leur environnement quotidien de manière si active devant les bétonneurs de tout poil. « Privé et temporaire », tu parles! Un parking reste un parking et jusqu’à preuve du contraire c’est plus difficile à déplacer qu’une ruche ou un bac de salades et surtout bien plus rentable!
    Pour NDDL:

    Ne pas s’en faire puisque Ségolène a déclaré que l’on « est dans un pays qui est capable de réconcilier le développement économique et l’environnement ». Une évidence pour ceux qui ont voté oui?
    Il faut donc comprendre que ce nouvel aéroport dont nous ne voulons pas contribuera en fait à cette virtuelle stratégie nationale bas carbone qu’elle chante à tue-tête depuis des mois et que Vinci applaudit des deux mains. Pas besoin de courage et encore moins d’un ministère de l’environnement pour blablater sans fin dans le vide et imposer ce référendum bidon.
    Heureusement, comme ce référendum c’est du vent, tout le monde s’en fout. Les journées étaient prévues et la lutte continue et les weekends en Bretagne se poursuivront pour beaucoup cet été

    Hum, faudra quand même m’expliquer comment on peut concilier biodiversité et kérosène…

  7. Bonjour, a tous
    Sur le même sujet de la gravité sur la nature, la mère royal la saint vierge, va repassé à l’attaque pour flingué les loups dans l’arc alpin, déjà des arrêtés de tire de défense sont sorties par les préfectures de l’arc alpin.
    Et cela avec l’aide des chasseurs locaux(acca).
    La aussi il est temps Mr et mes dames de bougé vos fesses, et allé sur le terrain, de collé au cu les patron éleveurs de la vallée de la Crau.

  8. Pitoyables socialos, et la petite larme à la fin de la COP21, elle est où ?

    Nous pouvons constater les dégâts de leurs reniements, ils ont mis tous les ingrédients sans jamais rechigner pour faire disparaitre à jamais leur fond de commerce.
    Seuls les meilleurs resteront, la droite ne sera pas ingrate avec eux, ils le méritent bien nos ennemis de la finance.

    Y a plus rien, Y aura plus rien.

    Et c’est tant mieux, on fera sans eux.

    On se prendra peut être par la main, pour élargir le cercle des gens lucides

  9. « cf. le nullissime Cameron qui, outre-Manche, a lancé un processus de désintégration de son propre pays sur un coup de pocker politique.  »
    D’accord et pas d’accord, Olivier ! Nullissime Cameron, en effet. Il avait fait le promesse du référendum dans le seul but de gagner une élection. Ensuite, il n’avait plus beaucoup de choix mais n’a jamais voulu dégager l’Angleterre (je parle ici de mon pays et pas de la « Grande » Bretagne) de l’emprise du lobby industriel (le même entité mortifère dont parle Fabrice) qui nous gouverne depuis Bruxelles. Sure que ce résultat était un choc pour l’imbécile. Mais pour le reste, je ne suis pas d’accord. L’Angleterre existait avant 1972, et aujourd’hui on sait au moins qu’elle ne mourra pas exsangue comme d’autres à cause du vampire qu’est devenu l’Union Européen.
    Les médias qui appartiennent aux élites vexés parleront longtemps des anglais comme d’une bande de racistes qui vont voir ce qu’ils vont voir…. George Soros et compagnie feront de leur mieux pour couler la monnaie, et faire peur aux petit peuple qui a osé tenir tête. Il y aura sans doute d’autres plans pour dissuader le reste du monde à faire pareil, mais l’Angleterre survivra. Mark my words! Et j’ajoute que ces pourris là n’ont pas le monopole en matière d’union. Ils n’ont pas inventé le mot. On peux faire mieux, on peut pas faire pire.
    Question, est-on certain que le référendum à NDDL était honnête ? A-t-on bien surveillé le décompte ?

  10. Lors des récentes inondations, on nous a expliqué, avec une certaine raison, que la bétonnisation forcenée avait une large part de responsabilité, la terre n’absorbant plus l’eau. Et, là dessus, on nous impose un aéroport…

  11. Je ne comprends pas bien cet article. Pas assez de gens ont voté? Presque 1 sur 2 qui est contre?
    Pour moi, les choses sont claires. Ils n’étaient peut-être pas nombreux, mais c’est quand même les règles démocratiques. Il n’est écrit nulle part dans ces règles, un nombre de votants et un minimum de pourcentage.
    En l’état actuel des choses, on constate deux choses:
    1. Les français se foutent de la démocratie et de son état pitoyable. Il ne votent plus (remarquez que j’en fais partie tellement voter pour des cons m’invite à ne pas perdre mon temps).
    2. Ceux qui votent se tapent des pbs à venir. C’est la grande course en avant dans le mur.

    Ensuite, on pourra toujours dire que ce référendum était biaisé, truqué, pas représentatif ou blablabla… mais çà:
    1. il fallait le dire avant.
    2. Il fallait appeler à ne pas s’exprimer sur une tartufferie.

    Donc, partant de ces constats, pour moi, la messe est dite. Si les gens ont envie d’être cons, alors laissons-les être cons. Faut-il passer son temps à convaincre des gens qui ne veulent pas entendre, n’ont jamais entendu et n’entendrons jamais. Je ne crois pas.
    Un certain nombre de gens se sont exprimés, ils ont dit « on veut un aéroport », on peut trouver cela débile, mais c’est ainsi. A moins que vous ne vouliez fonder une dictature ou changer le peuple, plus rien ne peut s’affranchir de ce fait.

  12. On l’avait dit « on ne participera pas à ce référendum truqué » comme on ne participera plus à la désignation du « chef » de l’état.Il nous reste que d’entrer en résistance en espérant convaincre pour qu’on pose enfin les bonnes questions.
    Nous irons défendre nos convictions dans les zones encore libres menacées d’invasion.

  13. La démocratie… Dans mon petit pays (mal) réputé pour ses banques, on vote souvent. En moyenne quatre fois par an sur plusieurs sujets différents en même temps. J’ai bien dû voter au bas mot sur 500 objets dans ma vie, sur tout et parfois n’importe quoi. Combien de fois le résultat des urnes m’a fait plaisir ou m’a soulagé ? Peu, à vrai dire. Eh oui, vote démocratique n’implique pas résultat écologiste.

    Le taux de participation varie, plus ou moins entre 30 et 80%, et plus le nombre de votants est élevé, plus ils sont dénigrés sous prétexte que le vote était « hautement émotionnel ». Quand le résultat ne plaît pas, on dit que le peuple ne devrait pas voter sur de tels sujets, trop complexes, trop techniques, trop politiques, trop… quoi. Puis, on accepte le verdict des urnes, car Rousseau nous a appris que « Le peuple a toujours raison », même quand il a tort. La chance c’est que rien n’est jamais figé dans le marbre. Il faut parfois revenir à plusieurs reprises en votation avec un projet avant qu’il passe la rampe… ou qu’il ne soit rejeté. C’est le jeu, même s’il doit composer aussi avec les lobbyistes, les manipulateurs, les menteurs, les populistes et j’en passe.

    1. Salut Myriam,

      Le » référendum » sur notre dame des landes n’a rien a voir avec un référendum d’initiative populaire comme on en voit en Suisse.
      Ici, il y a eu une grande campagne propagande pour le « OUI » financée avec les deniers publiques et évidement, il n’y eu a pas eu pour le « NON ». Il n’y a pas eu non plus de débats, mais des prises de positions pour faire pression comme celles-ci:

      http://www.presseocean.fr/actualite/notre-dame-des-landes-referendeum-116-maires-appellent-a-voter-oui-27-05-2016-193980

      En France, quand la classe dirigeante, dans sa grande largesse, accorde au bas peuple un « référendum », c’est qu’il y a baleine sous gravier…ou un grand groupe!

  14. Ok le résultat du vote est là quelle que soit la participation. Par contre pas d’accord avec le il fallait le dire avant !
    Ça fait des mois que les communiqués et pétitions circulent contre ce référendum lilliputien.
    L’aéroport, ils l’ont déjà. Ils veulent le déplacer et l’agrandir dans un espace où se trouvent des espèces protégées. Elle est où la démocratie là-dedans ? Dans les projets qui nous détruisent un peu plus chaque jour juste pour une logique d’investisseurs et de capitaux? Dans les salons organisés autour du nucléaire pour sauver la planète ?

    http://www.world-nuclear-exhibition.com/fr/

    Si le politique oppose aujourd’hui vivier d’espèces protégées et vivier d’emplois, que choisit le citoyen lambda ? Ce n’est certes pas en présentant les choses de cette manière que le peuple changera et sera moins con comme vous dites.
    Beaucoup ouvrent les yeux ces derniers temps et prennent conscience que l’action amène plus qu’un simple vote. Il faut espérer que cela prenne de plus en plus d’ampleur.

  15. Bonjour à tous
    Pour rebondir sur le commentaire intéressant d’Alain, nous ne pouvons que constater les dégâts que le vote engendre un peu partout. En effet, nous pouvons observer depuis quelques années les mêmes résultats à chaque fois : telle ou telle cause, ou choix, l’emporte avec 55% des voix… il y a donc mathématiquement 45% de mécontents… sans parler des abstentionnistes qui dès le départ ne sont pas super contents, ou motivés, ce qui ramène au même… il y a impasse…
    Que ma joie demeure (malgré tout)

  16. Le verre à moitié vide ou à moitié plein ?
    J’ai d’abord vu le verre à moitié vide, ça m’a cassé le moral : « Merde alors ! Une majorité est pour le bétonnage. Eh bien ils n’ont qu’à se les bouffer leur béton et leurs impôts ! » « Oui mais…presque une moitié des votants vont subir ce qu’ils n’ont pas voulu. Une moitié ? Mais ça fait du monde quand même ! ».
    Alors oui cette note de Fabrice qui voit le verre à moitié plein, ça remonte un peu le moral qui était tombé dans les chaussettes. Tout bien pesé, 50% s’en foutent ou sont indécis, 25 % se foutent de l’écologie et sont pour le béton et le mythe vieillissant de la croissance infinie. Et 25 % commencent à ranger ce mythe au placard et ont probablement une once de sensibilité écologique. 25 % ? On est loin des 2 % de djihadistes verts que le PS offre à tout bout de champ en pâture aux médias. On est loin aussi de la secte de marginaux doux-rêveurs ou violents, microscopique minorité ridiculisée par bien des politiques et les grands médias. Moralement, oui, ces politiques ont probablement perdu, leur piédestal commence à trembler…

  17. Oui ! C’est exactement comme tu le dis !

    Et pourtant j’entends dire que nous ne respectons pas la démocratie en refusant le résultat positif de ce référendum.

    Leur toupet est aussi grand que leur ignorance.

    J’ai trouvé ce commentaire sur FesseBouc sur la page de l’ACIPA :

    « Rappelons que ce n’était pas un referendum qui a force de loi (encore que chacun se souvient de comment LR et PS se sont assis sur le NON au referendum sur la constitution européenne). Ici c’était une consultation, « pour avis ». Et si Manuel Valls a martelé jeudi dernier que si le NON l’emportait le projet était abandonné c’est parce que les RG lui donnaient le oui en tête avec 60% des voix. Sinon, on se doute bien qu’il se serait abstenu. » signé l’ACIPA »

    Allez ! A bientôt sur le bocage !

  18. Je constate avec regret que:
    1. Nous sommes tous pour des règles démocratiques (dont le vote fait partie).
    2. Nous n’acceptons pas les résultats qui nous déçoivent et nous trouvons des raisons pour le dire qui sont plus dans l’émotionnel que dans le réel (cela fait des années que tout vote en France est fait sur une base électorale de plus en plus faible, sans qu’on demande la destitution du maire, du conseil général, du député ou du président).
    3. Nous n’aurions certainement pas critiqué le vote si il y avait eu 55% de personnes contre l’aéroport.
    4. Les commentaires qui s’appuient sur les opinions des abstentionnistes pour les inclure dans les mécontents sont simplistes et totalement irréalistes. Avec des arguments pareils, n’importe quel dictateur peut prendre le pouvoir en ne faisant pas voter les gens, tout en disant qu’il s’appuie sur le peuple.

    Nous sommes donc dans un déni de démocratie.
    Le vote de Notre Dames des Landes montre un fait indéniable: les Français se foutent totalement de l’environnement. D’ailleurs, on le voit dans la rue tous les jours. Ce qui intéresse les français, c’est les SMS sur leur téléphone, le reste, çà les emmerde. Donc, la France n’est pas un pays où l’écologie est un centre de réflexion.
    De plus, les réactions négatives à ce vote montrent autre chose: Premièrement, qu’ils ne sont pas démocratiques. Comme le dit un ici, le peuple peut se tromper. Oui, en effet, les peuples peuvent se tromper. Mais on ne peut pas aller contre le peuple. Et puis dernièrement, la chose la plus importante:
    Nous sommes dans une société en déclin. On peut brailler, agir, dénoncer… L’histoire nous montre que personne n’a jamais réussi à enrayer le déclin d’une civilisation. Les mayas, l’empire romain, l’Egypte…. Toutes ont déclinées et rien n’y a jamais fait.

    1. D’accord avec vous, et, notamment, concernant les commentaires critiquant ce vote.
      Par ailleurs, effectivement, et c’est terriblement désolant, une grande majorité de Français en ont rien à foutre de notre faune et de notre flore, et plus généralement de nos écosystèmes.

  19. D’ailleurs, nous on voudrait voir un référendum sur la loi travail!
    Mais celui-là, on ne le verra jamais. Tiens donc, et pourquoi pas?
    Pas la peine, un p’tit 49.3 et on en parle plus!

    Sybelle est le prénom de la démocratie française…je vous laisse imaginer son nom…

  20. @ Mifrl et Alice

    L’union européenne est un punching-ball bien pratique invoquée à l’envi par nos dirigeants pour se défausser de leurs responsabilités, et par certaines fractions des populations pour se défouler contre « les autres », faute de balayer devant leur porte nationale.
    Certes, telle qu’elle est actuellement, c’est globalement une horreur, mais une horreur construite par les chefs d’état nationaux (le Conseil européen), élus eux-mêmes, certes de façon bien imparfaite, par leurs populations. Des chefs d’état libéraux et gangrénés par les lobbies industriels sont élus, et forcément l’Europe sera libérale et gangrénée par les lobbies industriels. Pareil pour le parlement. Ce n’est que le miroir du reste. Qu’elle disparaisse et ce sera pareil. Le problème est beaucoup plus global. Il n’y a qu’à voir la clique que forme un bon nombre d’élus locaux « bien de chez nous ». L’Union européenne ne sert que de point focal bien pratique pour détourner le regard de cette misère démocratique à tous les niveaux, y compris local. C’est la fièvre qu’on s’acharne à vouloir faire baisser, mais ce n’est qu’un symptôme : c’est la cause de l’infection généralisée qu’il faut combattre.
    Un exemple concret : Alice, tu parles du lobby industriel qui nous gouverne depuis Bruxelles ? Et depuis Paris ? C’est Hollande et Sapin qui ont freiné des 4 fers contre le projet européen de séparation des banques d’affaires et de dépôt porté par Michel Barnier… (un mec de droite !!) pour appliquer entre-temps un projet au rabais pour contenter « nos » champions nationaux, les 4 grandes banques françaises systémiques « too big too fail », la France venant juste après les US pour ce genre de risque.
    Pour ma part, je suis bien content qu’il y ait la Directive habitats qui permet à nos associations d’avoir un outil juridique contre les états et les élus locaux voyous, bien qu’il soit bien trop lent et imparfait. Les furieux qui veulent dégommer du loup, du lynx et de l’ours à tout va ne demandent que la disparition de ce genre de règlement européen…
    Sans oublier les recours européens actuels des anti-NDDL concernant la loi sur l’eau (européenne). Les écosystèmes passent par-dessus les frontières inventées par l’espèce humaine.

  21. « L’amour n’est qu’à une pensée de distance, souviens-toi de l’utiliser souvent »
    Roger Mc Gowen, innocent condamné à mort au Texas, en taule depuis 30 ans.
    Parole de lutte, parole de vie.
    Le rapport avec l’aéroport? Aucun, l’amour n’a pas besoin d’un deuxième aéroport!

  22. Notre Drame d’Hollande…
    Référendum? Un piège bien sûr. Bien ficelé: les résultats étaient courus d’avance. Facile dès lors de taxer les opposants de mauvais perdants, de déni de démocratie. Tout juste la moitié de votants? Et alors? Si dans un an, le meilleur d’entre-soi ou la brune marine est élu avec 50,2% de 49% de votants, il (ou elle) sera quand même élu. La démocratie, vous dis-je!
    Je me méfie donc beaucoup de ces référendums auxquels on semble tout d’un coup trouver beaucoup de vertus. Pourquoi pas un sur la peine de mort pendant qu’on y est? Je préférerais de loin un gouvernement (à moins que l’on invente un système qui permette de s’en passer: je n’en connais pas…) qui assume vraiment ses choix et ses responsabilités. Et bien sûr que ces choix soient les bons.
    En résumé: un quart qui en veulent mais pas (ou plus) chez eux; un quart qui n’en veulent pas chez eux (et peut-être pas ailleurs); la moitié qui s’en fichent éperdument. Et sans doute (encore) une très grosse majorité qui n’hésite pas le moment venu à aller promener son cul à l’autre bout de la planète pour pas cher. Lôcôste, ou vous dit! D’abord, renoncer. Mais pas à s’émerveiller du vol du circaète, du jaillissement joyeux de la fauvette à la tête noire, du surgissement de la huppe, de cet invraisemblable bonheur que peut encore nous donner la nature, fugitivement, chaque jour. Donner…

  23. Ce sont les politiques et les français en général qui se contrefoutent de la démocratie et encore plus de sauvegarder notre planète.
    Le pouvoir de dire non leur incombe à tous depuis des années pour stopper constructions destructrices, industries génératrices de pollution ici et ailleurs. Les référendums, ce sont aussi les politiques qui s’en contrebalancent comme pour celui de 2005 pour la Constitution européenne.
    Lorsqu’ils sont directement concernés par des risques de pollutions, les gens se réveillent sinon ils sont carrément passifs. Suffit de voir le quadrillage des centrales nucléaires en France, combien de gens se bougent vraiment pour énoncer leur dangerosité ? La question des déchets en sort quelques-uns de leur torpeur seulement lorsqu’ils arrivent à leurs portes.
    Tant que notre société se préoccupera plus de l’immigration que de sa flotte, on pourra proposer tous les référendums possibles, rien n’y changera….

  24. Quelques lectures :
    Une très intéressante réflexion de Nicolas Haeringer (350.org) sur cette consultation et le difficile exercice de la démocratie incluant les enjeux de l’anthropocène, ici :
    http://350.org/fr/zad-de-notre-dame-des-landes-une-experience-a-defendre/

    Ce rapport accablant sur les violences policières dont P.P. a donné le lien (j’allais le faire 🙂 !) a été coordonné par Hervé Kempf et Reporterre et présenté à L’Assemblée nationale.

  25. Bonjour Fabrice et tous,

    Pas trouvé de formulaire de contact, donc je partage cette info, sans rapport avec le présent billet, mais qui me paraît TRES importante, sur la drôle d’attitude de FNE et Ben Lefetey au sujet de Sivens …

    https://blogs.mediapart.fr/bernard-viguie/blog/020716/le-tour-de-force-de-fne-et-ben-lefetey-sivens

    D’autres infos sur le site Tant qu’il y aura des bouilles :

    https://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/expression-libre/discussion-sur-linopportunite-de-labrogation-des-arretes/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *