Ce que nous avons fait le 5 octobre

 

Ci-dessous, le mot rédigé par l’association « Nous voulons des coquelicots » (https://nousvoulonsdescoquelicots.org) après les 500 rassemblements d’hier au soir.

 

  Mais quel beau commencement !

 

Comment vous dire notre joie ? Nous n’y parviendrons pas, car elle est immense. Notre mouvement, votre mouvement, n’existe que depuis trois semaines et a déjà recueilli 270 000 soutiens, dont 260 000 sur internet et une dizaine de milliers sur papier.

Hier 5 octobre, à 18h30, ont eu lieu, selon nos estimations, environ 500 rassemblements en France, dont beaucoup devant les mairies de village. Certains avec six personnes, comme à Bagnères-de-Bigorre, d’autres avec plusieurs centaines de présents, comme à Caen – 300 personnes – ou Vannes, avec 250 dont notre amie la chanteuse Emily Loizeau.

Ce qui frappe à la lecture des 300 messages qui nous sont parvenus, c’est votre enthousiasme. Ce si vaste plaisir d’être ensemble face à une tache qui reste pourtant herculéenne. Nous n’en finirions pas de rapporter tant et tant de témoignages qui nous émeuvent aux larmes. Il est certain que nous avons ensemble gagné notre premier pari : celui de créer une toile indestructible, un rhizome couvrant la France entière qui nous unit jusqu’en octobre 2020.

2020 ? Vous le savez désormais, nous nous retrouverons le premier vendredi de chaque mois, qu’il pleuve ou gèle, ou que la canicule nous foudroie. On a le droit au parasol, aux braseros, aux écharpes et aux maillots de bain. Ce qui va compter plus que tout, c’est notre capacité à durer tout en rassemblant toujours plus de volontés.

Excusez à l’avance, mais le plus dur est devant nous. Mais aussi le plus beau, le plus exaltant. Il s’agit de sortir de nos ghettos respectifs, et de partir à la rencontre de la société, que nous devrons visiter dans le moindre recoin. Il va falloir créer, imaginer des rendez-vous, des événements qui prouveront à tous que nous voulons tous des coquelicots. Vous avez été géniaux, et nous n’en doutions pas. Le 2 novembre, nous serons deux fois plus nombreux, au moins. On va gagner.

———————————————

 

Un message de Claire, de Saillans dans la Drôme (1200 habitants), où 28 personnes se sont réunies.

 

« Une conviction : ce n’est que si CHACUN prend la responsabilité de faire jouer son réseau personnel que nous y arriverons. Nous sommes CHACUN responsable de la réussite ou de l’échec des rassemblements. 
Sur la centaine de personnes que j’ai contactées par mails et messages, près de 30 sont venues. Mais elles ne sont pas venues sans effort de ma part. Je les ai contactées chacune trois fois : une première fois pour donner l’info en début de semaine, une deuxième ce matin pour un petit rappel et une dernière fois deux heures avant.
 Il faut se « mouiller », oser envoyer des mails à des personnes qu’on n’a pas vues depuis longtemps ou dont on n’est pas certain qu’elles soient d’accord avec l’action proposée. Il faut prendre des petits risques d’agacer les personnes peu habituées aux pratiques militantes. Il faut un peu embêter le monde ».

16 réflexions au sujet de « Ce que nous avons fait le 5 octobre »

  1. Y’a effectivement du boulot !
    Mairie de Belmont sur Buttant (88), environ 300 habitants.
    Vendredi 5 octobre 18h30 : 1 personne ! Moi !
    J’ai mis le coquelicot dans la boîte aux lettres de la mairie !

    1. Vendredi devant la Mairie de Chauvigny (7000 hab) dans la Vienne nous étions 3, vivement le prochain rassemblement ! Le lendemain j’ai eu 3 signatures papier, on continue!

  2. Depuis quelques années, je lis régulièrement la version allemande de ce site. « Coordination contre les méfaits de Bayer ». Je vous mets le lien, en version française.
    http://www.cbgnetwork.org/21.html
    Le slogan de cette entreprise effroyable :
    Bayer, spécialiste du crime contre l´humanité
    Commis en toute impunité !

  3. Présence d’une soixantaine de personnes devant la mairie de Saint-Amarin dans le Haut-Rhin (2500 habitants), connues, inconnues, familles avec enfants…
    Présence de 2 maires de la Communauté de Communes dont le maire de St-Amarin ; parole leur a été donnée ; ils ont fait la démarche Zéro Phyto bien avant la loi. 2 autres élus municipaux de 2 villages de la Vallée. L’un d’entre eux, paysagiste, a demandé le papier que nous avons distribué (l’appel+article paru dans Politis) pour le distribuer à son tour au conseil municipal où il siège qui se réunissait le soir même. A noter également la présence de membres de la LPO…
    Pétition-Appel proposée à la signature=50 p. l’ont signée. Texte national lu. RDV donné le VENDREDI 02/11/2018 pour la seconde rencontre des COQUELICOTS … avec le mot d’ordre : chaque personne présente en amène 2 autres !

  4. S’ils avaient un peu de logique, l’interdiction des pesticides devrait être une priorité du ministère de la défense.

    Ce n’est pas une blague.

    Les armes les plus modernes ne sont plus les « rafale » et leurs bombes atomiques, ni même les armes chimiques, ce sont les armes biologiques, qui maintenant peuvent être « délivrées » par des insectes:

    https://www.independent.co.uk/news/science/us-military-plan-biological-weapons-insect-allies-virus-crop-darpa-a8568996.html

    Ce n’est pas seulement la destruction d’une seule saison. C’est la destruction de la plante et de ses descendants par modification génétique à distance par insectes interposés.

    Cela fait au moins 3 ans que les media « conspirationnistes » (comme Veterans Today) dénoncent les expériences humaines sur des sujets non-consentants, qui ont déjà fait plusieurs dizaines de morts, par le laboratoire Lugar-Gilead Sciences a Tbilissi en Géorgie. Cette semaine, un ancien ministre Georgien et le ministère de la défense russe ont décidé de porter eux aussi des accusations.

    Qu’est-ce qui nous permettra de survivre à une telle attaque?

    Une seule chose: La biodiversité. Une vie abondante et diverse de plantes, d’insectes et de microbes en tous genre est la seule à même de résister à ce genre d’attaque. Pareil pour la santé humaine.

    « Les Coquelicots » sont une mesure de « sécurité nationale ». Si les mots ont encore un sens. Les pesticides, fabriqués par les mêmes entreprises qui font aussi les armes chimiques et biologiques, sont leur Cheval de Troie. Ils préparent le terrain, le rende plus vulnérable, plus facile à détruire. Quel que soit le niveau de conscience ou d’inconscience auquel cela se passe*, ils rendent la guerre chimique et biologique plus facile à concevoir, moins chère et plus efficace dans ses effets, et bien sur, le rôle de ces entreprises transnationales, dans l’attaque comme dans la défense, plus central. Ce qui retire autant d’initiative et de pouvoir, dans la pratique, à l’armée et au pouvoir politique.

    Bon, on attends d’un moment à l’autre la signature de Florence Parly sur la liste des coquelicots? A un moment il faut choisir sa loyauté, madame!

    *Concernant la question du niveau de conscience, ou d’honnêteté morale et intellectuelle, on lira avec un très grand intérêt l’article lui-même de « Science ». On peut utiliser un langage poli et être encore plus féroce. Les scientifiques sont très loin d’être des idiots,. On s’en doutait, mais on peut le vérifier. Et certains sont honnêtes et courageux. L’article est disponible en PDF en cherchant un peu.

  5. On lira avec intérêt (c’est du moins mon avis) ce blog de Frédéric Lordon à propos dans grands appels dans les journaux pour sauver la planète. Des appels qui ne mangent pas de pain et qui ne dérangent pas l’ordre établi dans la mesure où ils paraissent dans les mêmes journaux qui ont favorisé l’élection de Macron et de son monde. Pour Lordon, ce n’est pas l’homme qui détruit la planète mais un système qu’il nomme le capitalisme. Pour ma part je dirais plutôt le productivisme.
    Remarquons au passage que Lordon ne cite pas « Nous voulons de coquelicots », sans soute parce qu’il ne s’agit pas d’un énième appel supplémentaire mais parce qu’il s’agit d’une association qui œuvre sur le terrain.
    https://blog.mondediplo.net/appels-sans-suite-1

  6. Apocalypse now.

    Le futur apocalyptique que nous promet le GIEC si la température de la planète grimpe de 1,5°C en 2030.

    En résumé, si l’on ne réduit pas très vite et massivement les émissions de gaz à effet de serre (issues aujourd’hui pour les trois quarts des énergies fossiles), on n’y arrivera pas. Le message des scientifiques est transmis : les gouvernements du monde ont approuvé samedi à huis clos, en dépit de contestations saoudiennes, le dernier bilan du Giec sur le dérèglement climatique, qui montre de forts impacts au-delà de 1,5°C de réchauffement. Voici les grandes conclusions de son « rapport spécial » publié lundi matin.

    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/le-futur-apocalyptique-que-nous-promet-le-giec-si-la-temperature-de-la-planete-grimpe-de-1-5-c-en-2030-793088.html

  7. La mobilisation des « pisseurs involontaires de glyphosate » prend de l’ampleur

    A suivre le RDV aujourd’hui 14h devant le tribunal de Foix pour poser plus d’une cinquantaine nouvelles plainte contre les fabricants de pesticides.

  8. Macron a fait très fort lors de son remaniement; Alors que Hulot a démissionné en pestant contre le poids des lobbys, Macron n’a rien trouvé de mieux que de nommer comme secrétaire d’état à l’environnement Emmanuelle Wargon, ancienne cadre de Danone qui, il y a peu, défendait l’huile de palme dans l’industrie agro-alimentaire.

  9. Le nouveau gouvernement est encore pire que le précédent.

    Quand la secrétaire d’État à l’écologie défendait l’huile de palme.

    Emmanuelle Wargon, nommée secrétaire d’État à l’Écologie mardi 16 octobre, défendait cet été, tandis qu’elle était encore directrice des affaires publiques chez Danone, l’huile de palme.

    Le nouveau gouvernement se retrouve pour la première fois ce mercredi 17 octobre, au matin, autour de la table du conseil des ministres, avec notamment un fidèle à l’Intérieur – Christophe Castaner -, un ancien LR à la Culture – Franck Riester -, un ancien sénateur socialiste à l’agriculture – Didier Guillaume -, et une nouvelle venue en politique, Emmanuelle Wargon. Et c’est bien cette dernière qui risque de faire parler d’elle aujourd’hui.

    « L’huile de palme, c’est bon pour les bébés », disait en substance, cet été encore, cette ancienne responsable de Danone. Seulement Emmanuelle Wargon a été nommée, lors du remaniement du mardi 16 octobre, secrétaire d’État à l’Ecologie.

    « L’huile de palme est le meilleur ingrédient pour les laits infantiles, et donc on en a besoin et on est tout à fait capables d’expliquer pourquoi », affirme-t-elle dans une vidéo qui réapparaît sur les réseaux sociaux.

    https://www.rtl.fr/actu/meteo/les-actualites-de-6h30-quand-la-secretaire-d-etat-a-l-ecologie-defendait-l-huile-de-palme-7795217784

  10. Bonjour,

    Je fais partie d’une association environnementale, basée à Saint-Gobain, dans le département de l’Aisne. Globalement, nous protestons contre l’exploitation brutale de notre forêt par l’ONF, comme d’autres ONG dans toute la France. Concernant l’usage des pesticides, sachez que l’ONF en utilise en forêt ! Dans notre région, il s’agit d’un désherbant à base de glyphosate. Dès la chose connue et publiée dans les journaux, vive protestation des habitants et de la commune, qui rappelle au passage que ce type d’usage est interdit aux municipalités en zone publique ! Réponse de l’ONF : la forêt n’est pas un lieu public, bien que la présence du public y soit tolérée. Donc, on peut … ! Seule réponse possible des communes : c’est légal, mais immoral ! Mais aucun panneau n’avertissait le public toléré de la présence de ce produit… Voilà où on en est : contamination généralisée… Les partisans du « bio » ne forcent personne à les suivre, mais les fabricants et utilisateurs de pesticides forcent tout le monde à les ingérer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *