Comme le flagrant délit est douloureux

Ainsi que vous ne savez peut-être pas, Macron s’est comme on dit piteusement “écrasé”. Le journal Le Monde indique contre l’évidence même qu’on aurait mal compris le président à propos de la cancérogénicité du chlordécone (voir l’article précédent ici). Selon des sources élyséennes écœurantes, « Le président n’a jamais dit que le chlordécone n’était pas cancérigène. Quand il dit : “Il ne faut pas dire que c’est cancérigène”, c’est une façon de dire : “On ne peut pas se contenter de dire que c’est cancérigène, il faut aussi agir.” »

C’est si piteux que, si j’étais charitable, je plaindrais Macron. Mais je préfère garder mes sentiments les meilleurs pour les innombrables victimes des pesticides. Celles des Antilles, celles de partout, car on en compte des millions.

12 réflexions au sujet de « Comme le flagrant délit est douloureux »

  1. ce jour-même, le Journal de la santé sur france 5 avec Marina Carrère d’Encausse vient de donner un carton rouge à E Macron pour ses propos concernant le chlordécone et la souffrance des patients. A noter donc.
    Cela devient tout un art pour les communicants du château de trouver comment faire gober aux français que Macron n’a pas dit ce qu’il a dit, quand bien même il s’est exprimé de manière très claire à propos du chlorédone.
    On est vraiment dirigé par un mec qui aime à mettre le feux aux poudres ! Et ensuite des communicants viennent dire que l’allumette n’en était pas une ! Si ce n’est pas de la violence…

  2. Tiens tiens, chacun sait pourtant que vérité et mensonge sont des antonymes. Mais notre brave président lui, il en fait des synonymes ! Fortiche le monsieur :-))

  3. Le début de la phrase, seul,  » Il ne faut pas dire que c’est cancérigène», pourrait être équivoque, il pourrait vouloir dire qu’il ne faut pas faire allusion aux risques de cancers provoqués par ce produit, le sujet étant tabou… Ce qui est déjà une complicité criminelle..
    Mais en ajoutant «parce qu’à la fois on dit quelque chose qui n’est pas vrai et on alimente les peurs», il affirme que c’est un mensonge et qu’il n’y a donc rien à craindre…
    Écœurant.

  4. Si ce pauvre Macron avait la sagesse de partir en douceur au lieu de mener la politique du chaos, chaos qui ne profite qu’à l’association criminelle des banques et l’OTAN, qu’il nous faudra démanteler pour toujours.

  5. Le châtiment de la cuisson infligé aux imposteurs

    Chaque fois que les gens découvrent son mensonge,
    Le châtiment lui vient, par la colère accru.
    « Je suis cuit, je suis cuit ! » gémit-il comme en songe.
    Le menteur n´est jamais cru.

    Alphonse Allais

  6. pendant ce temps, on peut lire de telles informations, qui devraient, instantanément, nous faire chacun arrêter tout, nous donner le vertige, nous empêcher de dormir, nous faire comprendre la vanité absolue de nos existences et de ce type de société, désormais mondialisée. La destruction totale du vivant.

    https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/02/11/le-declin-des-insectes-une-menace-grandissante-pour-les-ecosystemes-naturels_5422018_3244.html

    (l’article du Guardian fait davantage honneur à la profession journalistique)

    https://www.theguardian.com/environment/2019/feb/10/plummeting-insect-numbers-threaten-collapse-of-nature?CMP=twt_gu

  7. Ce matin ma femme de ménage est venue travailler avec sa fille de 12 ans. Pas pour aider sa mère, seulement pour éviter qu’elle soit seule à la maison après l’école. Sa petite sœur est partie habiter chez un oncle. Donc ses deux filles ne sont pas allées à l’école. Mes voisins non plus n’ont pas envoyé leurs enfants à l’école aujourd’hui. Hier 5 personnes ont été massacrées chez elles dans le quartier de ma femme de ménage, les reins et yeux prélevés. Les messages whatsapp circulent rapidement, mais rien dans les journaux aujourd’hui. Seuls les pauvres sont visés, et ils le savent. Ne faisant confiance à aucune institution, ils gardent leurs enfants sous leurs yeux. Un rein vaut plus de 100.000 euros au marché noir, 4 fois plus que le budget de la vie entière de ma femme de ménage et son mari, qui travaillent tous deux à plein temps. On trouve des tueurs pour bien moins que ça. C’est la pauvreté et la faiblesse des institutions qui génère cette « ressource » : Des reins sont « disponibles » sur le marché.

    La même chose s’applique à l’échelle mondiale: Selon l’amiral Cebrowski, la zone « non-intégrable » a pour vocation à voir ses structures étatiques détruites, de manière à rendre ses ressources « disponibles ».

    Et la même chose encore en France et dans toutes les sociétés: A chaque fois qu’un droit théorique n’est pas respecté dans la pratique, la croissance et le marché progressent, et la civilisation recule.

    Plus que jamais, comme dit Edward Snowden:
    « en réalité, ce n’est pas la loi qui nous défend, c’est nous qui défendons la loi ».

    Et ce, jusque dans le moindre détail pratique.

  8. Ce qui suit ne concerne pas directement le sujet des pesticides mais je tiens à mettre ce lien. C´est une longue interview de la sociologue Monique Pinçon-Charlot que certains d´entre vous connaissent certainement. Elle et son mari viennent de publier « Le Président des ultra-riches », le sous-titre en étant « Chronique du mépris de classe dans la politique d´Emmanuel Macron ». Elle explique clairement les cadeaux généreux faits aux nantis, les mécanismes et les entourloupettes éhontés à l´œuvre pour favoriser toujours plus la caste de l´argent. Cela donne la nausée. La dérive oligarchique du pouvoir en France fait que ce pays ressemble de plus en plus à une république bananière.
    https://www.youtube.com/watch?v=JEOj91N7tn8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *