Retour sans fanfare

Amis, lecteurs, non-amis, adversaires sournois ou déclarés, Planète sans visa est de retour après des ennuis compliqués. Comme d’habitude, mon cher vieux – jeune – Alban est parvenu à rétablir la chose. Pas totalement ? Non. Mais on fera mieux plus tard. En attendant, des bises à Alban/

22 réflexions sur « Retour sans fanfare »

  1. Test :

    DES PIERRES, DU BOIS … ET LA FIN DU VIVANT ? – 16 avril 2019

    La plupart des écologistes auront eu la même pensée que celle qui m’a traversée l’esprit en constatant la consternation planétaire devant la pénible destruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris et davantage encore en réalisant l’ampleur et la rapidité de la mobilisation tout azimut. Les fonds atteignent déjà plusieurs centaines de millions d’euros pas même 24 heures après l’incendie : tel industriel met la main au portefeuille avec une facilité déconcertante, tel autre décrète la mobilisation de la profession (les BTP) … Ne l’oublions pas : notre monde est extrêmement riche financièrement. L’argent n’a pas disparu, loin de là ! Il tend même à se concentrer dans les mêmes mains, ploutocratie rampante ou triomphante à l’échelle planétaire.

    Mais faut-il que notre civilisation soit tellement coupée de la nature pour ne pas réaliser que pour chaque espèce vivante qui disparait, il n’est JAMAIS possible de réaliser une restauration ni la moindre reconstruction ? C’est définitif. Comme si Notre Dame de Paris était abandonnée sur place telle quelle, en cendres et en ruine. Image insupportable… et pourtant réelle et quasi quotidienne en ce qui concerne le vivant !
    De même, la gravité absolue de la catastrophe climatique en cours ne suscite jamais autant de mobilisation et de mesures, même financières, aussi rapides que cet incendie. L’aveuglement est extrêmement spectaculaire ! Je vous le dis honnêtement : c’est à pleurer.

    On peut rester positif en se disant que c’est la preuve que face aux catastrophes, la société peut très vite et très favorablement réagir… mais, j’ai beau être grand amateur et défenseur du patrimoine artistique et historique, l’effondrement du vivant et le réchauffement climatique ne sont-ils pas des catastrophes autrement plus graves et plus durables que la perte, certes infiniment regrettable, d’une charpente du XIIIème siècle ? Et quelle réaction intense en face ? Quelle émotion populaire ? Quelles prières de masse dans la rue ? Quelle mobilisation de tous les services de l’Etat et des collectivités locales ? Quelle levée de fonds spontanée et spectaculaire ? Rien, ou presque à quelques exceptions près et tellement microscopique, lentes et insuffisantes par rapport à ce que nous voyons depuis hier.

    Tout ceci était attendu mais me laisse bien amer : quand notre société, nos civilisations, vont-elles enfin se mobiliser pour sortir des pires scénarios en cours ?
    Je me dis que nous avons encore devant nous un énorme travail à venir pour tenter d’intéresser nos contemporains à la gravité de ce que nous vivons et à la gravité encore plus terrible de ce que nous risquons de vivre et faire vivre à l’Humanité à venir et à tout le vivant.
    Hervé Kempf, sur son site Reporterre dit un peu la même chose dans son article du matin :

    « (…) Puisse le sentiment de compassion et d’effroi, mais aussi de souci de préserver un trésor commun, jailli au regard de la catastrophe, nourrir notre attention au monde qui nous entoure, et pas seulement les pierres que nous ont léguées nos ancêtres. » https://reporterre.net/De-la-fragilite-du-monde

    Le monde que nos actions effondrent depuis plus d’un siècle n’est pas fait que de pierres taillées par l’homme, fussent-elles somptueuses : c’est avant tout un monde de diversité vivante !
    Que ceux qui peuvent donnent autant qu’ils le peuvent pour rebâtir Notre-Dame de Paris … mais qu’ils donnent dix fois, cent fois, mille fois, un million de fois plus pour aider à lutter contre ce qui va engloutir notre monde de façon bien plus spectaculaire et durable que l’incendie d’une cathédrale dans une grand capitale européenne : le changement climatique anthropique et l’effondrement du vivant ! Le temps presse. P.P

    1. La civilisation dominante dans laquelle nous évoluons pour la majorité des être humains et pour laquelle nous travaillons (ou pas) dur pour la rendre universelle et indépassable, est trop anthropocentrée pour qu’il en soit autrement.

      Si ce monde était l’oeuvre de batisseurs munis de CRISPR cas9 et de serres high-tech pour industrialiser le tout à grande vitesse, soyons certains que la perte de ce vivant là demanderait bien plus de larmes car ayant demandé bien plus de sang et de seur que ce milieu dans lequel nous sommes arrivés.
      Même pas autant de foin pour sauver un patrimoine bien plus riche (combien de manoirs et autre chateaux qui font le « bonheur » des afficionados de « l’urbex » en zone périurbaine, et même à Paris entre des pergolas métalliques et des chapelles ! Regrette Didier Rykner) que cette cathédrââle-symbole sans âme dont le seul privillège est d’être sur une île en plein coeur d’une capitale pour facilité le travail du touriste. Et combien bien d’autres grosses bâtisses à archevêques ont crâmé ou se sont effondrées à la suite de tempêtes sans pour autant soulever près d’un milliard d’euros et laver la philanthropie de gros groupes qui peuvent parfaitement cochonner le monde le reste du temps ?

  2. Oui merci Alban
    Ce site est tellement nécessaire.
    Encore ce matin, j’apprends que ce projet va détruire du vivant au profit de la voiture…

    https://reporterre.net/Le-troisieme-jardin-botanique-de-France-menace-par-un-projet-de-viaduc?fbclid=IwAR1XKJK648AvSs88VEOtda6nhqKO-A-7IOFZCWaI9CsWbl1UDkB-WHknYAo

    Ils ont quoi dans la tête ?
    Qu’est ce qu’ils n’ont pas compris dans ‘Disparition de la biodiversité’ ?

    Ce matin est venu au monde un deuxième balbuzard après celui d’hier matin et on attend le troisième avec tellement d’émotion…

    http://www.balbucam.fr/fr/en-direct-nie/

    Vive la vie !

  3. Quel plaisir de vous retrouver après tout ce temps. Dans notre parodie de démocratie dominée par des intérêts financiers puissants, quand un site comme Planète sans Visa ne répond plus, on se fait du souci. Un grand merci pour Alban.

  4. Fabrice,
    Heureux de ton retour en ligne.
    Il faut y aller mollo avec le sitewebicide…

    Sur Mediapart : A l’Académie d’agriculture, avec les «tontons flingueurs» du lobby agroalimentaire

    Au sein de l’Académie d’agriculture, des chercheurs, anciens experts et consultants défendent tant les additifs alimentaires que le glyphosate, contestent les vertus du bio et font autorité, sans rien dire de leurs liens d’intérêt.

    En attendant la spéciale Guy Waksman et sa lettre hebdomadaire « Du côté du web et de l’informatique agricole » qui donne la parole à la science… de Wakes Seppi et son inénarrable réinformation agrochimique entremêlée d’humour à la Steve Milloy.

    Toujours les mêmes grosses ficelles…

    https://www.mediapart.fr/journal/france/230519/l-academie-d-agriculture-avec-les-tontons-flingueurs-du-lobby-agroalimentaire

  5. Salut Fabrice, la fonction « Rechercher » n’est plus disponible, du coup ? C’est dommage, c’était bien utile pour retrouver tes billets plus anciens. Je voulais en relire certains, sur EELV, et surtout les partager avec certain.e.s ami.e.s qui se réjouissent (un peu trop vite) du bon score des verts aux européennes.
    Cordialement,
    François

    1. Avec les Verts, il y a deux choses :
      1 – ils sont mauvais (individuellement, beaucoup d’arrivistes professionnels avec leur archétype, JV Placé…)
      2 – la situation est si grave (climat et effondrement du vivant) que le système politique partisan en est grandement impuissant (on ne peut se remettre à une victoire des urnes pour se dire que l’on va vraiment changer les choses comme il le faudrait)
      3 – plus EELV va engranger des points, plus ça va attirer des crétins arrivistes tels que décrits ci-dessus en 1)
      Donc… une victoire (quelle victoire ? 13% ??? C’est lamentable face à la gravité de la situation) une victoire d’EELV, en ces temps de Bolsonaro, Trump, Macron, May, Salvini, Erdogan et Cie, ça rassure un peu. Mais si peu !!!!

  6. Grand merci Alban et Fabrice pour ce retour!
    Aujourd’hui est un jour particulier car nous entamons un recours administratif contre un bétonnage à terme de plus de 200 hectares…
    Citoyens, ne nous contentons pas de voter: participons aux enquêtes publiques obligatoires préalables à ces bétonnages lisons les avis obligatoires, les livrets d’impact environnemental, relevons les manques, les contradictions, les incohérences, les chiffres sortis d’on ne sait quel chapeau etc. et écrivons -les dans le registre d’enquête obligatoire…arrêtons d’être des « indiens » colonisés qui n’ont pas leur mot à dire dans la destruction des vies et des paysages face au rouleau puissant de sociétés dirigées par des gens qui ont un tiroir caisse à la place du coeur et s’envolent en vacances au bout du monde à la recherche de paysages intacts!
    Avec détermination.

  7. Je craignais le pire vous êtes toujours là vivant en haut de la barricade.Parlez nous de cette vague verte souillée de mazout .

    1. De nuit, avec sa polaire, l’Arpenteur refuse ne plus voir bientôt la Grande Ourse, avec sa petite. Que de grandes et petites casseroles l’humanité se trimballe !

  8. Bonjour.

    Les supermarchés n’osent plus, en général, exhiber les produits roundup. Ils vendent d’autres saloperies sous d’autres marques…
    Cependant, en me rendant au magasin hyper (voyelle) d’une ville voisine, je vois au rayon jardinage un étalage de gros bidons verts roundup -sensés servir pour différents usages, comme pour les shampooings-…
    D’aucuns ont dit que l’usage pour les jardiniers était interdit depuis 2019…

    J’avais pourtant lu que les magasins U s’engageaient à ne plus vendre des produits à base de glyphosate à partis de janvier 2017… Mensonge publicitaire !!

    Toujours est-il que ce magasin ne me comptera plus parmi sa clientèle.

  9. J’ai toujours considéré que se retirer du monde pour vivre son petit rêve d’écolo, c’était possible, mais ce n’était en aucun cas le début d’un changement du monde dont on s’est retiré. Sans projet politique global et démocratique (dans le bon sens du terme politique : la vie de la cité) et sans solidarité avec le monde qui nous entoure, tout ceci n’est finalement qu’une forme un peu plus élaborée de « développement personnel » avec du repli sur soi. C’est pourquoi tous ces projets de retour à la terre me laissent pantois et ne m’ont jamais fait rêver : c’est bien, mais c’est tellement insuffisant !
    Cet article confirme ce que je pensais et me laisse un sentiment de malaise… laisser les autres, les copains (et nous : je suis membre d’une association très impliquée contre le Center Parc) mener la bataille, franchement, les bras m’en tombent. Ou bien, c’est une forme d’inculture politique que je trouve vraiment incroyable pour rester gentil :
    https://reporterre.net/Peut-on-changer-de-vie-sans-lutter-pour-changer-le-monde

    1. « la manière dont on choisit de gagner sa vie est l’acte politique le plus fondamental que l’on aie a faire »
      Gayatri Chakravorty-Spivak
      (je cite de mémoire, à la grosse…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *