Hip, hip, hip (Le prix Goldman pour Maria Gunnoe)

 J’ai été très frappé par un commentaire publié à la suite de mon dernier papier sur la forêt. Philippe nous invitait à regarder un court reportage de la télévision française sur la destruction minutieuse d’une région encore sublime avant l’arrivée des envahisseurs : les Appalaches. Je vous assure que j’en ai serré les poings d’émotion. Trop, c’est trop. Mais voilà que je reçois une nouvelle merveilleuse des États-Unis, que je vous fais aussitôt partager. Chaque année, le prestigieux prix Goldman pour l’environnement récompense six activistes du monde entier, un par continent. Enfin, plus ou moins. La planète du Goldman est divisée comme suit : l’Afrique, l’Asie, l’Europe, les îles, l’Amérique du Nord, l’Amérique latine.

Quoi qu’il en soit, cette année, le Goldman a été attribué, en Amérique du Nord, à l’écologiste Maria Gunnoe. Elle se bat en notre nom pour la sauvegarde de ce qui reste des Appalaches, et je suis fier de pouvoir la saluer comme il se doit. Même si vous ne lisez pas très bien l’anglais, je vous suggère d’aller faire un tour  ici. Dans les grandes lignes, vous comprendrez aisément. Et, tiens, comme je sifflote comme un pinson, je vous mets pour le même prix le texte de présentation, en anglais, de Maria Gunnoe. C’est une histoire qui me plaît, même si le prix payé par Maria et sa famille est lourd.

In the heart of Appalachia, where the coal industry wields enormous power over government and public opinion, lifelong resident Maria Gunnoe fights against environmentally-devastating mountaintop removal mining and valley fill operations. Her advocacy has led to the closure of mines in the region and stricter regulations for the industry.
The Appalachian Mountains, stretching from Canada to Alabama along eastern North America, contains some of the most important forest ecosystems in North America. Central Appalachia, including West Virginia, is home to the most diverse hardwood forests of all Appalachia with oak, buckeye, birch, maple, beech, ash and dogwood species. Central Appalachia’s headwater rivers and streams, historically some of the purest water on the continent, are the water source for millions of people.

Central Appalachia also contains coal, a critical fossil fuel resource. The coal industry has long been the backbone of the region’s economy and the main employer of generations of working-class families living in the Appalachian coalfields. In recent decades, mountaintop removal coal mining has become common in Central Appalachia. Different from traditional underground coal mining, mountaintop removal is highly mechanized and thus employs fewer workers. Companies first clear-cut a mountaintop and then blast an average of 800 feet off the top of the mountain in order to access coal seams that lie beneath. Rubble from the blasted mountains, often containing toxic debris, is dumped into adjacent valleys to form “valley fills.”

Without foliage and natural layers of soil, the land is rendered unable to retain water. As a result, flooding of communities below valley fills has become a severe and increasingly frequent problem. In December 2008, the Bush Administration approved a final rule that will make it easier for coal companies to dump rock and other mine waste from mountaintop removal mining operations into nearby streams and valleys. Weakening what is known as the federal stream buffer rule, the move is one of the most controversial environmental regulation changes coming from the Bush Administration in its final months. To date, mountaintop removal coal mining in Central Appalachia has destroyed an estimated 470 mountains and has buried or polluted 2,000 miles of rivers and streams.

Maria Gunnoe, 40, was born and raised at the mouth of a narrow hollow in Boone County, West Virginia, now one of the most active mountaintop removal regions in the United States. Her family’s roots in the region date back to the early 1800s, when her ancestors escaped the forced removal of their Cherokee peoples from Georgia by walking along streams to the headwaters, settling safely in the fertile hollows of Central Appalachia. She comes from a long line of coal miners, including her Cherokee grandfather, who in the 1950s purchased the land where her home stands today.

Throughout much of rural Appalachia, a unique culture of survival and living off of the land has thrived for centuries. Gunnoe’s family instilled in her a deep connection to the forest and streams, where her community hunts, fishes, and gathers foods and medicinal plants throughout the seasons. This traditional rural culture is threatened by the invasive mining practices that now dominate the region.

In 2000, a 1,200-acre mountaintop removal mine began on the ridge above Gunnoe’s home. Today, her house sits directly below a 10-story valley fill that contains two toxic ponds of mine waste comprised of run-off from the mine. Since the mine became operational, Gunnoe’s property has flooded seven times. Before mining began, Gunnoe’s property was never prone to such flooding. In a 2004 flood, much of Gunnoe’s ancestral home was destroyed and her yard was covered in toxic coal sludge. The coal company told her the damage was an “act of God.” As a result of mine waste, her well and ground water have been contaminated, forcing her family to use bottled water for cooking and drinking.

In 2004, Gunnoe, a medical technician by training and former waitress, began volunteering with many local advocacy organizations and then working for the Ohio Valley Environmental Coalition (OVEC) to educate her neighbors about the environmental dangers of mountaintop removal. She organized monthly Boone County meetings, and soon provided community trainings on how to read mining permits, write letters to the editor, interface with the media, and protest using nonviolent methods. Gunnoe also created neighborhood groups to monitor coal companies for illegal behavior and to report toxic spills. She has encouraged other residents to speak at hearings about their concerns over mountaintop removal.

In March 2007, OVEC and partner groups won a federal lawsuit against the Army Corps of Engineers that repealed mountaintop removal valley fill permits in southern West Virginia granted without adequate environmental consideration, and banned issuance of new permits. In defiance of the federal judge’s orders, the Corps granted permits to Jupiter Holdings to construct two new valley fills above Gunnoe’s community at its Boone County mine. OVEC challenged the permits in federal court, and a hearing was scheduled for September 2007. Days before the hearing, Gunnoe organized a media training for 20 local residents, some of whom were scheduled to testify with her. However, at the community hall, more than 60 coal miners showed up and harassed Gunnoe and her neighbors, stopping the meeting and intimidating the group.

After the incident at the community hall, Gunnoe’s neighbors decided not to testify in the hearing challenging Jupiter Holdings’ permits. Gunnoe was the sole community resident to do so. In October 2007, federal district court Judge Robert Chambers ruled in favor of Gunnoe and OVEC and issued an injunction, ordering Jupiter Holdings to halt the construction of any new valley fills at its Boone County mine.

Gunnoe and a coalition of regional groups are now advocating for passage of the federal Clean Water Protection Act, and the reinstatement of the buffer zone rule that would strengthen environmental laws regulating mountaintop removal. She is also working with Appalachian groups to promote viable renewable energy opportunities for the region.

Observers confirm that mine managers point to Gunnoe as an enemy of mine workers and their jobs, and have encouraged acts of harassment. Gunnoe has received numerous verbal threats on her life, and her children are frequently harassed at school. Gunnoe’s neighbors recently overheard people planning an arson attack on her home. Her daughter’s dog was shot dead, and “wanted” posters of Gunnoe have appeared in local convenience stores. Gunnoe has recently taken serious measures to protect both her family and property. joyas pandora joyas pandora

27 réflexions au sujet de « Hip, hip, hip (Le prix Goldman pour Maria Gunnoe) »

  1. Immense respect pour Maria Gunnoe qui se bat contre une mafia tentaculaire. Il faut du courage pour défier les grandes sociétés industrielles qui ne tolèrent aucune entrave à la réalisation de leurs profits, lorsqu´on sait qu´elles ne reculent devant rien pour les défendre.

  2. Il faut arrêter de toujours montrer du doigt les méchants destructeurs de la planète: ils le font parce que NOUS sommes demandeurs de biens inutiles et éphémères,tous issus de la mode et des tendances, ces poisons qui font crever la planète. Ce charbon fait tourner des usines qui existent parce que les biens qui y sont produits le sont à la demande du consommateur !

    Il faut aussi battre notre coulpe parce que NOUS en voulons de plus en plus, de la botte mode dernière tendance à la bretelle de soutien gorge en plastique transparent, du portable qui sait tout faire à l’écran plat qui n’a rien à montrer, du lève-vitre électrique ou du store du même nom, de la télécommande qui nous évite de lever son c… pour regarder des émissions débiles qui rendent nos ados encore plus débiles, c’est bien NOUS qui en voulons encore plus, les marchands du Temple, les champions du marketing ne font que répondre à NOTRE demande.

    Qui parmi tous les brillants écologistes sur ce blog et ailleurs en France a seulement posé la question du désastre écologique que représentent toutes “les modes et tendances”, et pas seulement vestimentaires ?

    Qui parmi tous les brillants défenseurs de l’environnement a seulement évoqué une seule seconde le “coût environnemental” de ces fléaux que sont les “modes et tendances”, tous ces objets sans lendemain, qui puisent dans nos réserves terrestres non renouvelables ?

    Le sujet est tabou parce que refuser “les modes et tendances”, c’est donner du grain à moudre aux maniaques de la croissance (source du bonheur assuré) qui vous renvoient à l’homme des cavernes, sous prétexte qu’il faut consommer pour faire vivre l’économie, sauf que c’est la finance qui en profite et pas l’économie.

    Bien sûr que combattre les requins du marketing n’est pas inutile, mais ouvrir les yeux au consommateur béat est bien plus utile à mon sens. Il faudrait déjà l’éduquer à faire au quotidien la différence entre l’indispensable et l’inutile, entre le durable et l’éphémère. Nous n’aurons bientôt plus d’autre alternative.

  3. bonsoir HIFI, je vous conseille d’aller très vite voir “let’s make money”, un film autrichien qui nous dépeint à grands coups de poings dans la g..la réalité de notre monde actuel aux mains de quelques prédateurs qui ne sont pas quelques requins du marketing seulement; c’est terrifiant; oui les maffias peuvent saccager des espaces naturels, y construire de grand et horribles complexes immobiliers avec golf, oui au moyen de montages financiers l’argent se dilapide dans l’azur, oui le complexe gigantesque doit être ensuite démoli et le sera grace aux actions d’associations écologistes, mais à l’aide subventions versées au promoteur. çà se passe à 2 pas de chez nous en Espagne et je ne comprends pas pourquoi nos médias si prompts à dénoncer certains scandales ne se sont pas emparés de ce scandaleux sujet; je vous précise que l’espagne n’est le seul pays visité, Afrique asie etcc..Jersey. le réalisteur est le même que celui qui a fait “We feed the world”.

  4. Précision: il faut donner les chiffres de cette “opération” immo espagnole: 3 millions de maisons construites aujourd’hui vides avec associés 800 terrains de golf neccessitant autant d’eau que pour 16 millions d’habitants, le tout sur un site naturel de bord de mer.

  5. A Hifi,

    Je suis le premier à faire tout ce que je peux pour combattre la logique dont vous parlez, grâce à des achats responsables, en cultivant la sobriété, en m’informant dans les réseaux alternatifs ou par la lecture, en alertant mon entourage, en pratiquant le bénévolat, etc. Comme dirait Pierre Rabhi, je “fais ma part” et cherche à trouver ma cohérence là où je suis.
    Mais je reste persuadé que la responsabilité individuelle a ses limites. Par exemple, je ne peux pas utiliser des transports en communs qui n’existent pas, tout simplement parce que la politique d’urbanisation de ma ville ne va pas suffisamment dans ce sens et préfère encore développer le réseau routier. De même, l’agriculture et l’industrie représentent à elles seules 90 % de la consommation de l’eau dans notre pays.

    Il me semble que vous minimisez le poids des décisions politiques (dont beaucoup sont prises sans tenir compte de l’avis de la population) et la formidable pression qu’exercent sur elles les lobbys industriels, le tout relayé par la désinformation médiatique. Vous minimisez aussi à mon sens l’influence du modèle de développement dominant (capitalisme) qui détermine nos comportements à l’échelle de la société.

    Vous avez raison de dire que les modes et tendances font des ravages mais le fait que je refuse de donner mon argent à un grande marque ne sera jamais suffisant. Partant de cette base indispensable, il faut absolument œuvrer à tous les niveaux et nous ré-approprier la sphère politique pour donner un sens à notre destin commun.

  6. Hifi,
    toutes ces modes et ces tendances qui se suivent et changent à un rythme effréné sont des instruments de manipulation. Notre société de consommation nivelle par le bas en maintenant les citoyens dans un état d´hibernation intellectuelle. Cela fonctionne malheureusement à la perfection. Les récalcitrants, les “penseurs de travers”, ne sont pas bien vus, ni par les décideurs, ni d´ailleurs par leurs propres congénères. L´être humain est grégaire, il suit le mouvement (c´est commode et douillet), il se méfie instinctivement de la différence. Il réclame la satisfaction immédiate de ses plaisirs, sans réfléchir. Et j´irai plus loin, au risque de choquer: bon nombre de nos concitoyens, bien qu´informés des conséquences de leur attitude consummatrice,s´en fichent éperdumment. Nous mettons des enfants au monde, c´est comme si nous déposions leurs berceaux en plein milieu d´une décharge! Après nous le déluge.
    Il ne faut pas rêver, nous sommes plus ou moins responsables du drame que vivent Maria Gunnoe, sa famille et les habitants de cette région dévastée.

  7. En total accord avec toi, Martine, et pas du tout choquée, car lucide, je pense que donner la vie aujourd’hui relève d’une irresponsabilité impardonable et d’un profond mépris de l’avenir.

  8. @Chanee. “donner la vie aujourd’hui relève (…) d’un profond mépris de l’avenir” : mouais, faut m’expliquer, parce que personnellement j’envisage de mettre en oeuvre mon irresponsabilité impardonnable…

  9. Donner la vie relève d’un profond mépris de l’avenir et du bien-être des jeunes générations et de celles à venir. Nous savons tous, ici, que la vie sur terre est plus qu’incertaine dans les prochaines décennies. Qu’allons-nous laisser en héritage à nos enfants, si ce n’est une terre désolée, désertique, érodée. De quoi se nourriront-ils ? Devront-ils lutter pour avoir accès à l’eau potable, comme cela est déjà le cas dans les pays du Sud ? Comment l’homme peut-il, à l’heure actuelle, assumer une telle responsabilité ? Nous sommes tous conscients, ici, que les ressources de la terre ne sont pas inépuisables, et que l’homme d’aujourd’hui en use et en abuse.
    “Nous n’habitons plus la même planète que nos aîeux : la leur était immanse, la nôtre est petite.” Bertrand de Jouvenel

  10. Merci pour cet article et cette nouvelle, ça apaise un peu la rage que je ressent depuis hier après avoir découvert ce reportage et cette situation.

  11. @Chanee. Ton point de vue conduit donc à laisser ceux qui n’ont aucune conscience “écologique”, ou si peu, à faire et à élever des enfants, tandis que ceux qui ont une conscience aiguë des problèmes devraient ne pas en avoir. Voilà en effet de quoi “sauver l’avenir”…
    Laissant de côté ce type de raisonnement, voire tout raisonnement, j’envisage sérieusement d’avoir des enfants, non pas pour faire comme tout le monde sans réfléchir, mais par un élan de vie, qui n’est pas du côté du cerveau gauche, mais dans les tripes… Mais évidemment, si l’on pense que tout est pourri, qu’absolument plus rien ne va et qu’il n’y a pas d’échappatoire à l’abîme, qu’il faut se battre sans barguigner en sachant que ce sera vain, alors là forcément… Aie donc confiance en la vie ! Ca ne signifie pas être un naïf ou je ne sais quoi. Et crois-moi, comme optimiste, on a fait mieux que moi, en tout cas jusqu’à présent.

  12. @ Hacène , c’est un choix que j’ai fait et que je ne regrette pas . On parle beaucoup des générations futures comme si leurs destinées nous appartenaient , mais elles leurs sont propres . L’avenir n’appartientr pas à nos générations et c’est tant mieux !
    Par ailleurs, quand j’entends le discours des plus jeunes , je suis très très heureusement surprise . leurs réflexions sont souvent riches de beaucoup de paramètres, ils en savent plus que nous au mêmes âges et sont curieux de tout, et ont un très grand sens des responsabilités .

  13. Hacène désolée d’avoir outrepassé la limite, à vrai dire je n’attendais pas un chiffre précis, évidemment!

  14. Les 12 petits écolos aux yeux verts, phosphorescents! !!!!!ah le film d’horreur! ils vont venir nous emm..avec leur bio et leur papillons, leur abeilles, leur purin d’ortie, leurs fleurs et leur pain au levain!

    “La campagne toute mouillée. Les branches minces enfilent des gouttes de pluie. Parfois, d’une trainée lumineuse, le soleil essuie lentement un pré, un village, un bois.”.Jules Renard.

  15. Non, Hacène, c’est tout le contraire : au risque que mes propos soient taxés d’eugéniques, je souhaite, pour l’avenir du vivant, que ceux, justement, qui ont une conscience éclairée, procréent, car ceux-là le feront de manière responsable.
    J’ai confiance dans la vie originelle, mais pas dans celle, actuelle, outrancièrement manipulée, modifiée, transformée, intrumentalisée par l’homme.

  16. @bénédicte. A force de se contenter d’une infime proportion positive, on finit par occulter la grande majorité négative !

  17. Choisir qui peut procréer, c’est de l’eugénisme, même avec de bonnes intentions.
    De toute façon, les taux de fécondité ne cessent de baisser de par le monde. Dans de nombreux pays, il est encore élevé, supérieur à 4, parfois 5. Mais les choses changent. Même des pays comme la Tunisie ou l’Algérie ont désormais un taux de fécondité inférieur à 2. Et quand deux personnes font moins de deux enfants (qui arriveront en âge d’en avoir à leur tour), à terme ça baisse. Ca prendra du temps encore avant de voir ça, mais comme c’est parti ça devrait se produire…

  18. @hifi.
    Votre coup de gueule est plein de bon sens. Il est évident que c’est l’un des piliers du problème.
    Alors j’en profite pour vous signaler (et saluer bien bas) Hervé Kempf, à lui seul îlot de résistance au sein du journal Le Monde (canard dans 95% de son contenu à la pointe de l’utopie techniciste et de l’excitation de la consommation ostentatoire). Hervé Kempf, une fois par semaine, dans une manchette que les lecteurs du journal ne devraient pas rater, dénonce maintenant ouvertement l’incohérence de la société de croissance.
    Il a fait le lien (tellement logique que d’autres pourraient le faire, mais il faut oser l’écrire quand même) entre la consommation ostentatoire des plus riches et le mimétisme consumériste qui, à partir d’eux, contamine toute la planète (Comment les riches détruisent la planète [et comment il faut les rabaisser, économiquement, politiquement, moralement).

    Il y a aussi Fabrice, dont la radicalité est un verre d’eau fraîche qui étanche à chaque fois la soif!

    Et pour le reste, oui, il faut attaquer, au niveau micro, le désir d’avoir, d’égaler le pouvoir d’achat de l’autre, ou de confort inutile qui habite chacun de nous. (J’ai encore bien des efforts à faire, matériels et psychiques…)

    Mais il y a aussi des limites à imposer du côté de “l’offre”. Cet hallucinant saccage des Appalaches (ou des forêts de l’Alberta pour y extraire du pétrole lourd; ou des fonds de l’Arctique dans quelques années; ou des falaises du Cotentin et du pays de Caux pour y installer des tranches de nuc qui n’ont pas vocation à remplacer les vieilles mais à préparer le remplacement “2MW demain pour 1MW existant”, l’inverse des fonctionnaires…), c’est quand même le signe d’une société devenue folle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *