Sous nos applaudissements (Jouanno et l’ours)

Je n’étais pas là. Physiquement, j’étais ailleurs tous ces derniers jours, et donc silencieux. Je rentre et découvre l’hallucinant propos tenu par Chantal Jouanno à propos de l’ours des Pyrénées. Vous le savez sans doute, la secrétaire d’État à l’Écologie a voulu faire plaisir aux braillards, aux Pyrénéens « de souche », dont nombre sont là depuis trente ans seulement, mais qui se croient pourtant les proprios de la grande montagne. Pauvres imbéciles. Je ne trouve pas d’autre mot dans mon vocabulaire. Imbéciles. Tartarins. Éternels personnages de la Comédie humaine, qui jamais ne mourront, je le sais bien.

Ils se sentent donc les maîtres, et sont venus à Toulouse à 200, pour impressionner la sous-ministre. 200 ! 200 ! Mais seraient-ils venus à cinq qu’ils auraient de toute façon obtenu satisfaction, car la messe était dite avant que de commencer. Fini de faire joujou. Fini les risettes aux écolos. Fini les trucages et manipulations du Grenelle de l’Environnement. L’heure est aux présidentielles de 2012, et aux câlins destinés au noyau dur de l’électorat espéré par Sarkozy. J’ai dit du bien de Chantal Jouanno une fois sur Planète sans visa, et je le regrette, car elle n’est bel et bien qu’une (minuscule) politicienne, aux ordres de son maître.

D’un côté – bien obligé, la biologie est une science -, elle a reconnu à Toulouse qu’une population d’ours n’est pas viable sur le plan génétique au-dessous de  50. Les Pyrénées en comptent autour de 20. Il en manque donc au moins trente. Mais, mais la dame a pourtant refusé le principe d’un renforcement avec des ours venus de Slovénie, comme cela a été fait depuis 1996. Soyons juste : une ourse unique devrait être réintroduite l’an prochain. C’est ridicule, inepte, c’est la preuve irréfutable que ces gens-là ne feront rien, et c’est la certitude qu’au mieux, quelques ours végéteront dans cette terre admirable – la montagne pyrénéenne – dont ils furent les maîtres authentiques pendant des centaines de générations.

Deux choses encore. J’ai la nausée. Au fond, rien d’autre. La petitesse de cette politique me donne le cafard. Puis, l’attitude des associations de protection des ours me navre. Je n’en dirai pas plus. Mais je n’en pense pas moins. L’infernale logique du « Grenelle de l’Environnement » pousse des gens que j’estime pourtant à se taire, ou à produire des communiqués tout empruntés, dérisoires, lamentables. La cause de l’ours mérite des cris, des actes, de l’audace. J’ose le dire : une mystique. Je ne vois rien venir.

17 réflexions au sujet de « Sous nos applaudissements (Jouanno et l’ours) »

  1. Hélas ….., l’argument massue des détracteurs de la faune sauvage est toujours le meme, pour l’ours, le loup, le linx, on est plus au moyen age il faut évoluer nos anciens se sont battus pour protéger leurs troupeaux des betes sauvages on est enfin tranquiles c’est pas pour que maintenant quelques écolo loufoques les réintroduisent …. le travail de réveil intelectuel est monstrueux pour faire comprendre aux gens que l’on est plus au temps de la compétition avec l’animal on en est au temps du respect et comme justement on est plus fort et plus intelligent, en principe, on se doit de protéger les etres qui patissent de nos conneries.
    Quant aux politiques …

  2. le mépris,voir la haine de la nature prend forme,et l’ours,la salamandre,et des autres animaux,sont pour les lobbys,les politiques,des créatures qui ne servent a rien.RIEN,et en arriver a penser cela,démontre clairement le naufrage intellectuel,affectifs,lucide aussi ,de ces gens qui décident pour eux et leurs copains de fortune.NOus sommes en déroute pour ne pas voir l’évidence,que les amérindiens,d’hier et d’aujour’hui ,les papous et bien d’autres,voyaient,avec un esprit sans doute plus proche du réel.la nature fait peur,et n’as pas vraiment de valeur,pour ces ames déja mortes.

  3. Je me suis déjà exprimé maintes fois à ce sujet. Trop peut-être et rien a changé. Et même si je n’y peux pas grand chose, je me sens responsable de cet échec, parce que j’ai milité pendant des années au sein de plusieurs assos, que j’ai quitté celles qui ne me convenaient pas, et que celle que nous avons créé ne réunit pas assez de forces pour se faire entendre.

    Aujourd’hui, je lis sur le forum de l’ADET que certains commencent à dire qu’il faut accepter la réintro d’une ourse en 2011, que c’est toujours ça de gagné. Pour moi, c’est accepter encore une fois d’être complice d’un état qui nous ballade depuis ma naissance, tout en avalant l’argent de l’europe pour le vomir à ceux qui luttent pour la disparition de la faune sauvage.

    Alors que dire ? Que faire ? Même exilé dans un pays à ours, je suis triste que mon pays soit si lâche. Triste et déçu, mais aussi accablé par notre impuissance voulue ou subie.

  4. Pétard,Marie,

    La fourche ou la mort?

    La violence n’apporte jamais rien de bon.Mes paroles vont décevoir des personnes que j’aime beaucoup…mais.

    Je peux comprendre que cela en démange beaucoup,mais la fourche doit rester plantée dans sa botte de paille.L’utiliser est le meilleur moyen de faire avancer le NOM,avec des représailles restrictives.Génial,nous ne pourrons plus rien entreprendre du tout!

    Le seul moyen pour faire tomber ce système de rapaces et d’incapables est l’indifférence générale.

    Fin du système.

    Vider vos comptes,acheter un lopin de terre.
    Consommer malin,ne les engraisser plus.
    Boycotter tout ce qui vient hors de nos frontière.
    Etc…
    Ils finiront par tomber comme des dominos,des plus grands aux plus petits.

    Ensuite a nous,la création du juste et sain.Si ce n’est pas déja fait a petite échelle.

    Bises,Léa.

  5. Hello,

    « J’ai dit du bien de Chantal Jouanno une fois sur Planète sans visa, et je le regrette, car elle n’est bel et bien qu’une (minuscule) politicienne, aux ordres de son maître. »

    Jouanno mon Amour?C’était elle?

    :)))

  6. « Le peuple veut s’enrichir,
    Mais il ne voit pas le piège:
    Dans un monde aux ressources limitées,
    Plus de richesse maintenant,
    C’est moins de richesses demain,
    Et cela, la terre le sait bien.

    Il faut bien creuser en bas
    Pour construire en haut.
    Il faut bien vider là-bas
    Pour remplir ici.
    Il faut bien cultiver ailleurs
    Pour se nourrir chez soi.
    Il faut bien pomper quelque part
    Pour qu’au prochain coin de rue,
    Le flot soit disponible.

    Dans le règne de l’interdépendance,
    Telle est l’amorale conclusion
    De l’action et de sa réaction. »

    — Le tao et l’éthique naturelle — (Laurent Huguelit)

  7. Après une réunion à Marseille il m’a semblé que Madame Jouanno face à une opposition (voir parc national des Calanques)appelle à la concertation et par la même occasion gèle tous les projets. cela ressemble à un large ratissage large électoraliste, je suis persuadé qu’elle se trompe car les oppositions aux projets de son administration son des oppositions politiques, l’ours, les Calanques…ne sont que des prétextes. En ayant la chance d’être à la fois Pyrénéen et Provençal il y a longtemps que je me suis aperçu que les « opposants » au projets « écologiques » n’ont qu’une visions très approximative des réalités. Il revient souvent dans les débats, le sacrosaint refus des décisions prises à Paris même lorsque les décisions sont les fruit de volontés locales, un vent de « térritorialisme » souffle sur notre pays cela n’est pas nouveau et des élus locaux saisissent l’occasion ou la provoque.
    Raymond Chaumont Président de L’ARAPEDE

  8. et que devraient faire les associations question acte et audace ????? Balancer du sang d’ours sur la baraque de Jouanno ??? Crever les pneus des membres de l’aspap et faire régner la terreur pour arriver à ses fins ??? Elles ont utilisé et utilisent tous les moyens légaux il me semble. Faudrait pas reprocher aux associations la nullité de la France en matière de biodiversité

  9. on aimerait bien entendre aussi les photographes animaliers qui vivent de la beauté et de la force de ces créatures ouvrir un peu leur bouche et remuer un peu l’opinion! se sortir de leur neutralité!

  10. fabrice, les associations font ce qu’elles peuvent et franchement nous nous heurtons à des murs, lorsque nous posons la questions aimeriez vous soutenir les ours ou autres, les gens répondent oui mais dans l’acion c’est le néant.

    Tu dis que tu as la nausée et bien Bienvenu au club, nous l’avons tous les jours nous dans les assos.
    Nous prenons en pleine gueule la lacheté, l’égoisma et le rien à foutre des gens qui ne se soucis guerre du sort des animaux ni des humains egalement, comment veux tu que celà change.

    La dernièrement on m’a dis que j’étais une utopiste, maintenant je sais qu’ils ont raison, non pas parceque c’est impossible dans le réel mais parceque avec des humain c’est mission impossible de SAUVER au sens propre et figuré.

    Pour la petite Histoire : Vendredi un client me prend rdv pour son chien « epagneul français », et il commence à me dire que sa mère est à l’hopital et qu’elle n’en sortira pas, et que lui et son frère ne veulent pas garder la chienne de 10 ans que sa mère croyait qu’ils garderaient.
    Il me l’a donc laissé au salon et heureusement à l’aide d’une association PILGRIME, elle a été adopté le soir même. Quel toupet tout de même surtout qu’il lui disait n’ai pas peur nous sommes là nous n’allons pas te laisser et si vous l’abandonné ai je rétorqué,non je vous la confis m’a t il dis qu’el con !!!

    a+ sophie

  11. bonjour a tous, madame la sous ministre comme le dit Fabrice, ma fait rire jaune quand j’ai entendu ces propos a 0,50 euros.
    Ont remplacent des ours mort par accident, le braconnage n’est pas un accident »M a lors ».
    J’ai pensé la même chose fabrice les élections approche il faut bien graissé la Pate a ces brave gens.
    ______________________________________
    fabrice, les associations font ce qu’elles peuvent et franchement nous nous heurtons à des murs, lorsque nous posons la questions aimeriez vous soutenir les ours ou autres, les gens répondent oui mais dans l’acion c’est le néant.

    ————————les gens ont peurs puis certaine associations ont la queue entre les pates « subvention 2010 ».———-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *