« J’suis cocu, mais content », air connu (le triste Grenelle)

Je ne sais plus si je dois les plaindre ou les vomir. Peut-on faire les deux ? En ce cas, je prends. Les pauvres marionnettes écologistes du Grenelle de l’Environnement pendent encore par leurs ficelles, mais cette fois dans le vide. Dernier camouflet en date : Bruno Le Maire, ministre de l’agriculture industrielle. Ce triste sire, qui s’est vendu pour une bouchée de pain aux pesticides à Sarkozy, après avoir servi Villepin, vient tout simplement d’énoncer une vérité élémentaire, et c’est que l’écologie peut aller se faire foutre.

Je cite une dépêche de l’AFP : « Le ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire souhaite « une pause en matière de règles environnementales », a-t-il déclaré dans une interview au quotidien Ouest-France daté de lundi. « Nous devons adapter un certain nombre d’objectifs qui ne sont plus atteignables », a affirmé Bruno Le Maire, interrogé sur la capacité de l’agriculture à tenir les objectifs du Grenelle de l’environnement, qui prévoit notamment un renforcement de l’encadrement des produits phytosanitaires. Le ministre demande « une pause en matière de règles environnementales pour laisser le temps aux paysans français de mettre en place ce qui a déjà été décidé, plutôt que de rajouter toujours plus de règles qu’ils n’arriveront pas à suivre dans l’état actuel ». « L’agriculture française est en convalescence. Ne freinons pas son redémarrage », a expliqué M. Le Maire ».

Je suis navré de devoir l’écrire, mais mon ami François Veillerette, président du Mouvement pour les droits et le respect des générations futures (MDRGF), a pour l’occasion publié un bien triste communiqué, dont j’extrais ces lignes : « Nous exigeons de M. le ministre une réaffirmation forte des objectifs pris dans le cadre du Grenelle, il en va de la crédibilité de la France en matière d’agriculture et d’environnement. Nous attendons aussi de M.Borloo, Ministre de l’Ecologie ainsi que de la Secrétaire d’Etat à l’écologie, Mme Jouanno, une telle réaffirmation ». C’est pathétique. Je dois rappeler que l’objectif dérisoire consenti par nos maîtres au Grenelle était celui-ci : une réduction de 50% des pesticides à l’horizon 2018, à la condition expresse que d’autres solutions existent. Et sinon, balle-peau. Mais même cet objectif grotesque – les pesticides sont-ils, oui ou non, un poison massif pour tous les organismes vivants ? – était de trop pour les marchands de mort.

Donc, Le Maire s’est couché, ce qu’il adore faire. Évidemment, il l’a fait sur ordre. De Sarkozy, qui prépare 2012 et cajole en conséquence les « publics spécifiques » chers à Chantal Jouanno (ici, un film comique). Les écologistes officiels sont donc cocus, et ridicules. Je me permets de dire que je déteste en fait le mot de cocu, mais il me paraît s’imposer dans ce climat loufoque digne des pièces de Feydeau. Les portes claquent, les médailles – la Légion d’honneur est partout -, s’envolent, les ministresses s’éventent, les placards sont pleins de surprises, et pas seulement d’amants cachés. Même le WWF, artisan clé des si glorieux « Accords du Grenelle de l’Environnement », fronce les sourcils. Ah ça, nous aurait-on menés en bateau ? Eh non, grands chefs écologistes, c’est vous qui avez mené la société en balade, avant de l’abandonner au fond des bois.

Le WWF, j’y reviens, est exemplaire (lire ici). Serge Orru, le directeur, et Isabelle Autissier, la présidente, font les gros yeux. Le premier : « Si l’objectif d’une réduction de 50% des pesticides d’ici 2018 était remis en cause, ce serait proprement irresponsable : il en va de la santé de dizaine de milliers d’agriculteurs. Nous appelons le président de la République à confirmer son engagement sur cet objectif ». Et la seconde : « Ce n’est pas avec de tels assouplissements que le France échappera aux condamnations pour non respect des objectifs européens ». Ouh là là ! Je sens que Sarkozy va prendre peur, et revenir à son engagement écologiste de toujours. Il aura été trompé par de mauvais ministres, comme tant d’autres avant lui. Plus sérieusement, les associations écologistes officielles sont plongées dans une merde qu’elles ont elles-mêmes pelletée. Incapables de la moindre analyse sérieuse de notre société, tenues en laisse de multiples manières, dépourvues du moindre relais réel dans la société, elles se réfugient comme de juste dans le virtuel d’Internet et les ronds de jambes endimanchés.

Cela durera ce que cela durera. Faire disparaître ces très mauvais instruments du combat écologiste est hors de portée. Mais on peut en tout cas se préparer. Mais on peut, mais on doit en attendant parler sans avoir peur. Sans reculer. Sans bredouiller. C’est la honte, voilà tout ce que je peux dire.

16 réflexions au sujet de « « J’suis cocu, mais content », air connu (le triste Grenelle) »

  1. Il y a quelques rares lutteurs courageux comme F.Nicolino, mais l’écologie est inexistante en France, parce qu’elle a cru au grand soir suite à des élections régionales et ça lui a monté à la tête. Aussi longtemps qu’elle se complaira dans ses luttes intestines, aussi longtemps qu’elle n’aura pas un soutien populaire par des actions « écologiques » véritables, aussi longtemps qu’elle ne cassera pas certains tabous, notamment celui de la « croissance » chère à nos partis traditionnels gauche-droite, l’écologie restera un mouvement anecdotique.

  2. Que dire également de l’objectif de 20% de bio dans les cantines d’ici 2020, avec une étape à 6% en 2012 ? Il n’y a aucune volonté de la part des élus pour atteindre cet engagement. Pourtant, il donnait l’occasion de remettre à plat les filières d’approvisionnement des cantines.

  3. « …C’est la culture occidentale qui a détruit la culture paysanne. Elle a obligé l’économie agricole à atteindre une dimension industrielle. Or l’agriculture , c’est une chose plus complexe : dans l’agriculture nous avons des traditions du peuple, nous avons la spiritualité, nous avons le rapport à la nature, nous avons les paysages..Avoir pensé à l’agriculture comme une dimension économique comme les autres et lui avoir fait franchir le pas de l’industrialisation est la responsabilité la plus grave de la modernité. L’UNIQUE dimension doit être l’économie locale. Nous devons renforcer la relocalisation de l’agri sur le terrain et garantir la souveraineté alimentaire de chaque pays…Si nous ne faisons pas cela, la situation alimentaire deviendra toujours plus conditionnée par les grands lobbies industriels et par les grandes multinationales »
    Carlo Petrini inventeur du concept « slow food »
    ne pas rater tout son entretien à la fin de cet article :

    http://blogs.lesoir.be/empreinte-eco/2008/06/04/le-bio-preconise-dans-les-cantines-scolaires/

    précisons enfin que c’est grâce à son maire vert, Rutelli, que Rome est devenue modèle en Europe!

  4. Ecologie et Agriculture ne devraient dépendre que d’un seul et même Ministère, tant elles sont indissociables.
    Evidemment, on en est bien loin!
    Facile de comprendre pourquoi… malheureusement.

    Pour la petit histoire, l’autre jour je me suis fait chopée pour répondre au questionnaire du Recensement Agricole, commandité par le Ministère de l’Agriculture et préconisé par la FAO (tout les dix et au niveau mondial).
    Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai eu du mal à sourire sur la photo de famille…

    Aux questions « utilisez-vous des engrais chimiques, pesticides, « produits phyto sanitaire »?, un non pour chaque p’tite case.
    Ce qui à fait dire à l’enquêteur: Ha! c’est pas souvent qu’on voit ça! (c’est lui qui l’a dit…)

    J’utilise du compost, je composte le fumier. Et bien pas même de p’tite case pour ça…
    Cela peut paraître anecdotique mais je trouve qu’ au contraire, c’est tout à fait révélateur du peu d’avancement et de reconnaissance en matière d’agroécologie ou simplement de pratiques plus autonomes. Pas même l’idée(ou la volonté), pour ce Ministère et pour la FAO, d’une option aussi simple que le compostage du fumier.Pas même le besoin de savoir en quelle quantité nous pouvons disposer d’un fertilisant naturel, auto produit et gratuit (si on veux aller dans le sens de l’utilité du recensement, ce qui n’est pas ma tasse de thé, c’est sur.).
    Par contre, il y a la question et les p’tites cases « oui ou non »: « Avez-vous l’ADSL »…………..no comment!

  5. C’est Mr Jacob qui doit se frotter les mains… Nul doute que son amitié avec notre ministre de l’agriculture en sortira renforcée !
    Mr Lemétayer peut aussi sortir le champagne, il aura été entendu. Les affaires reprennent… D’ailleurs s’étaient-elles arrêtées ?
    Et puis, comme dirait notre président : « L’environnement ça commence à bien faire ! »

    Tiens, en parlant affaires, les vendeurs d’armes français ont fait une année 2009 tout à fait honorable : 8 milliards de chiffre d’affaires (soit +20 % à l’export). Et 2010 s’annonce encore bien meilleure.
    Peut-être l’occasion de retrouver enfin notre place sur le podium cette année !

  6. Toute cette affaire est pitoyable. Comment les agriculteurs puissent-ils ne pas comprendre qu’ils scient la branche sur laquelle ils sont assis ? Qu’ils bousillent la terre et toute sa richesse ?… Comment feront-ils quand la terre ne sera plus qu’un agglomérat stérile et qu’il faudra toujours plus d’engrais ?… Quand il n’y aura plus d’insectes pollinisateurs ?…
    Faire « une pause » ! Il est urgent d’attendre… et la destruction continue !
    La-men-table !

  7. coucou…
    je n’ai pas ENCORE lu tous tes articles, mais que penses-tu de l’écologie et de la surpopulation?
    Je souhaitais poser une question, avec l’immense respect que j’ai pour tes écrits que je trouve honnête et sans chichis…

  8. Monsieur Orru, il en va aussi de la santé des ENFANTS d’agriculteurs ! Je suis bouleversée, car ma plus proche petite voisine de 12 ans, qui avait une force de vie incroyable, est actuellement sous chimio, et très fatiguée.
    Elle est fille d’arboriculteurs (15 traitements par an), et sa maman travaille dans une société qui vend ces produits de mort.Les agriculteurs font crever leurs propres enfants !!!Mais quand vont-ils s’en rendre compte ???
    Ce ministre sans courage est un assassin.voilà la vérité, car cette réalité là, je suis sûre qu’il la connaît.

  9. Coucou,bonjour,

    Je n’ose plus rien dire,et n’ai pas vraiment envie de mettre des liens qui ne font que vous démoraliser et vous rendre triste.

    Comme le dit Kerloen,qu’ils aillent se faire voir.Et faisons en sorte de rester,de penser juste,afin de les contrer en organisant un monde a notre image.

    Je vous embrasse fort,bon samedi-dimanche,Léa.

  10. C’est terrible, c’est à se taper la tête contre les murs tellement c’est misérable cette attitude du ministre.
    Mais comment, comment peut-on être rendus à un tel degré de cynisme par rapport au vivant ??? Bon sang, quelle est pleine cette coupe !
    J’ai entendu ce matin le top 10 ou 20 je ne sais plus des intellectuels les plus influents en France, et comme bien souvent ces temps-ci j’ai eu honte, vraiment honte de ce pays. BHL caracole dans son néant, Badinter (ouf! une femme et quelle femme: un vrai mec qui nous permet enfin de faire l’économie du féminin pour devenir des utérus autonomes pensants… le pur kiff), Attali hypnotisé par son fantasme de prophète, Ferry rendu aux tous les râteliers, Finkielkraut mono-fixé sur la Shoah… Des Noirs ? Des Arabes ? Une femme genre, je ne sais pas, Elisabeth de Fontenay (auteur du « Silence des bêtes ») ?
    Les intellectuels qui m’ont influencé ne sont pas Français ou sont morts. Parmi les Français vivants, IAM (si), Rabhi et Nicolino, qui ne sont pas des intellectuels mais des hommes du terrain de la pensée réelle non-déconnectée de la vie, lucides, sûrement truffés de défauts et de limites mais qui nous donnent de sacrés outils pour nos matières grises.
    Tout ce cirque continue d’être profondément pathétique.
    Et que dire de la vidéo complètement dingue de la campagne « 10:10 » censée réveiller notre conscience écologique et dont la réalisation a été confiée au réal de « Bridget Jones » (!). Et les polémiques caviar sur Larry Clarck. Navrant. Navrant parce que je n’ai rien contre la liberté d’expression mais c’est juste que là l’urgence de ce qui nous fait face demande de mettre tout de côté le temps qu’on se sorte de cette merde. Et que très visiblement, on n’en sortira pas.
    Désolée, je ne suis pas pessimiste souvent mais là…

  11. et Eva n’écoute pas la bande à Ruquier…dont la seule personne à sauver est STEEVY, le joueur gagnant de la télé réalité qui semble le seul à avoir une réflexion sur l’écologie! hier il a tenu tête à Bonaldi qui présentait un produit de l’agroalimentaire à base de saumon! eh oui!Bonaldi l’a traité de rétrograde! quelle honte! et ces gens sont des gens populaires, qui ont l’oreille du peuple!
    quelle honte! ils doivent être achetés jusqu’à l’os!et il est vrai que les (petits)marquis ne sont pas morts!

  12. Etre pessimiste, c’est la meilleure façon de ne jamais être déçu (lu ça quelque part)…
    Bon, sinon, vu P. Rabhi ce midi sur la 2, après « Mon oeil » où l’on a mis en lumière la « culture » de notre omnitrépidant.

  13. Que Steevy soit plus lucide que Bonaldi rien d’étonnant, vu la couche que ce dernier trimbale.
    Plus sérieusement, je me pose une question sur un lien éventuel entre les fournisseurs d’engrais et de pesticides avec l’ump, ce qui pourrait expliquer les déclarations de l’omnitrépidant.

    Ces derniers mois j’ai eu 2 témoignages intéressants qui en disent long sur la situation actuelle. Le premier venant d’un agriculteur récemment retraité, le second d’un ouvrier marocain du bâtiment.

    L’agriculteur m’évoquais l’insistance des technicocommerciaux pour vendre leur camelote depuis plus de trente ans. Ce dernier, bien que n’étant pas bio, se contentait de faire de « l’intégré », un seul désherbant sur les céréales en mars, 50 unité d’azote à l’hectare par an, l’équivalent de 80 unités en fumier tout les 2 ans, rien sur les prairies, pas de hors sol ni d’ensilage.
    Il m’a évoqué qu’il avait céder une année, en 1988, aux « conseils » des technico commerciaux, c’est à dire passer de 50 à 4X50 unités d’azote à l’hectare pour de meilleurs rendements. Résultats des courses 18 quintaux de plus mais un développement de graminées (brome)du à l’excès d’azote, de la fusariose (champignon) du au développement de la végétation, verse (couchage lors de vent fort) des céréales plus importante. Pour la campagne 1989, le technico lui proposait un raccourcisseur (hormones végétales), un fongicide et un passage de désherbant supplémentaire, ce qu’il a refusé tout en revenant aux pratiques des autres années, quitte à passer pour rétrograde auprès de la majorité de ses collègues.

    Pour l’ouvrier du bâtiment, c’est plus dramatique, en retraite depuis cette année, il vient d’être soigné pour une tumeur. Ce qui est effarant, c’est les questions du spécialiste orl qui connais son activité professionnelle: « vous fumez? » non, « alors vous avez des fumeurs dans votre entourage? » oui des collègues de travail. Réponse du spécialiste qui ne manque pas d’aplomb : « c’est certainement du au tabagisme passif » mais probablement pas à l’amiante, la laine de verre et aux poussières de silice respirés durant plus de 30 ans. S’il savait que son patient consommait de l’alcool (question non posée probablement du fait que ce spécialiste est bourré de clichés sur les maghrébins) de temps à autre il aurait certainement évoquer cette hypothèse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *