Archives de catégorie : Morale

J’ai tant aimé Pierre Rabhi

Ce petit mot est à propos d’un livre d’entretiens croisés entre Pierre Rabhi, Bernard Chevilliat et moi-même, paru aux éditions Le Passeur avant les fêtes. Je n’étais pas en état de vous en parler avant, et maintenant que je peux, je cale. Heureusement, comme vous verrez, il y a Jacques Faule.

En introduction, je souhaite vous dire le sentiment fraternel qui m’unissait à Rabhi. Il m’appelait d’ailleurs « petit frère ». Il sentait, il savait que nous étions liés, dans cette famille branlante qui réunit tous ceux qui rêvent vraiment – oui, on y trouve beaucoup de fausse monnaie -, d’un autre monde.

Quand l’ai-je rencontré ? Je ne sais vraiment plus. Il y a entre vingt-cinq et trente ans. Il n’était pas l’homme connu qu’il deviendrait. Il était très petit, brun de peau, ses yeux brillaient d’une véritable lumière. Je crois pouvoir dire que nous nous sommes reconnus. Je l’ai d’emblée soutenu dans les milieux de gauche qui étaient encore – de moins en moins – les miens, y compris dans le journal Politis, où j’ai travaillé, où l’on n’aimait guère, sans évidemment le comprendre, un tel personnage.

Au fil de ces années, j’ai eu la sottise d’espacer nos rendez-vous. J’aurais pu faire mieux. J’aurais dû, c’est ainsi. Mais je l’ai toujours aimé, et défendu lorsque des dégueulasses s’attaquaient bassement à lui dans l’un des pauvres grands journaux d’une gauche moralement morte. Et puis un jour, Bernard Chevilliat m’a proposé un livre d’entretiens croisés entre Pierre, lui et moi. Je ne savais qu’une chose de Bernard : qu’il dirigeait le « Fonds de dotation » Pierre Rabhi, et qu’il accompagnait ce dernier dans des voyages initiatiques sur fond d’agroécologie. Au Niger, au Maroc, en Mauritanie.

J’ai découvert un homme exquis, érudit, accueillant. Il vivait en Ardèche, avec son épouse Nüriel, très beau personnage de film, qui y soignait des chevaux. Je n’ai pas tardé à dire oui. Et à l’automne 2021, je suis allé chez Pierre en sa compagnie, pour y échanger nos points de vue sur la marche désastreuse du monde. Je précise, mais le faut-il réellement ? que j’ai toujours eu de solides désaccords avec Pierre. Comme il arrive si souvent et que l’on s’aime pourtant. Inutile ici d’en parler davantage.

Je ne peux présenter moi-même ce livre, car j’en suis le co-auteur. Je n’ai pas la distance nécessaire. Et je ne sais pas ce que j’aurais fait sans la providentielle intervention de Jacques Faule. Je ne connais cet homme que par ses lettres adressées à Planète sans visa. Elles sont louangeuses, mais cela n’aurait pas suffi. Cet homme-là sait ce qu’écrire veut dire, j’en ai eu la preuve. Ce serait mensonge d’affirmer que je n’aime pas les compliments, mais les aurais-je cherchés dans ma vie ? Je ne crois pas. En tout cas, voici les mots qu’a utilisés Jacques Paule il y a quelques jours, et après tout, si vous lisez ce livre, vous vous formerez votre propre avis, peut-être fort différent. Vous ai-je souhaité une belle année 2023 ? Je ne le crois pas. Or ce rite a un sens : espérer. Esperar comme on dit en castillan, c’est-à-dire attendre et espérer. Attendre quelque chose, espérer qu’elle se produira. À bientôt.


Le texte de Jacques Faule

Oui cher Fabrice Nicolino, nous sommes nombreux à nous réjouir de votre retour. Mais nous ne vous avions pas perdu de vue grâce à votre passionnant livre à trois voix paru chez « Le Passeur Editeur » en novembre dernier. Mon voeu ce 6 janvier 2023 est que « Vivant », sous-titré « Entretiens à contre-temps », par Pierre Rabhi, Fabrice Nicolino et Bernard Chevilliat, connaisse le plus grand succès : vous y trouverez l’histoire, la grande et la petite, les portraits de héros familiaux, les événements personnels et publics, la géographie, la réflexion, tant d’autres choses tendres et virulentes, une discussion fraternelle menée sur un ton vif à la Jules Vallès.

On y apprend même page 33 la signification du mot « barkane » qu’une opération militaire a rendu célèbre : « …la barkane (autrement dit la dune en forme de croissant) ». A tous paix, force et joie (comme disait Lanza). Do pobachennya (à bientôt en ukrainien).

Un certain Thierry Lentz

Qui est-ce ? Thierry Lentz est un historien catho, grand amoureux transi de Napoléon : il est d’ailleurs directeur de la fondation Napoléon depuis l’an 2000. Laquelle fondation, sans grande surprise, existe pour faire briller la mémoire du serial killer appelé Bonaparte. Avouons de suite que je ne sais rien de plus de Lentz, mais une chronique parue dans l’hebdomadaire Le Point a attiré mon œil quelques courtes secondes. Elle est consacrée au dérèglement climatique et s’interroge sur les libertés individuelles.

En voici les premières lignes : « Cet hiver, nous avons eu quelques jours de grand froid, moins que d’habitude, il est vrai. Cet été a été particulièrement chaud et sec. Ne remettant en cause ni le dérèglement climatique ni la nécessité de s’en préoccuper, nous ne pouvons qu’être surpris que, concernant l’impact de l’homme sur le réchauffement et la relation entre climat et météo, la peur et la culpabilisation remplacent la raison ».

Cela n’a l’air de rien, mais c’est un chef-d’œuvre, que je ne peux décortiquer en totalité, faute de temps. Notons vite l’essentiel. D’abord, la température. Monsieur Lentz aime visiblement les figures de rhétorique, car il en use et abuse. Je laisse à plus avisé le soin de dire ce qu’il préfère de la litote, de l’euphémisme ou de l’antiphrase. Mais quand il écrit à propos du froid de ce faux hiver qu’on l’aura vu « moins que d’habitude, il est vrai », il utilise une forme d’atténuation du réel qui n’est pas à son honneur. De même, l’été aurait été « particulièrement chaud et sec ». Eh non ! Nous avons connu en Europe la sécheresse la pire depuis au moins 500 ans. Donc, non.

Le reste est à l’avenant. Il faudrait se « préoccuper » du dérèglement, 40 ans après les premiers rapports indiscutés sur le sujet. On a vu plus alarmé. Et surtout, air connu chez les libéraux de son espèce, « la peur et la culpabilisation remplacent la raison ». Mais où diable veut-il en venir ? Sans souci polémique, je crois pouvoir écrire que monsieur Lentz entend relativiser. Il ne le dit pas explicitement, mais le suggère de mille manières : on a déjà vu ça ! S’appuyant sur l’historien Leroy-Ladurie – dont j’ai lu plus d’un livre -, il rappelle que sécheresses et canicules n’ont pas manqué au programme. La belle affaire ! Tout homme sérieusement informé – et j’en suis – sait bien que la stabilité du climat a toujours été relative. Et qu’au cours des 10 000 années passées, bien des épisodes climatiques extrêmes ont eu lieu.

Très visiblement, monsieur Lentz ne sait rien des innombrables études scientifiques parues depuis disons 1979. Lui ne veut entendre parler que d’un livre paru en 2006, et voilà tout. Sa trouvaille, si on peut appeler ainsi pareille couillonnerie, c’est qu’avec le « dérèglement climatique, on a trouvé la peur par excellence, la peur de long terme, la peur vitale pour des générations entières. C’est une peur en or qui permet tout et qui, un jour ou l’autre, aura des conséquences sur les libertés individuelles ». Si je comprends bien, les pouvoirs en place joueraient donc d’un phénomène déjà vu pour museler les libertés. M.Macron en manipulateur suprême, vraiment ? Est-on si loin d’une forme dérivée de complotisme ?

Inutile de se gêner plus avant. Selon lui, « pour certains, comme les Verts et les ONG les plus diverses, c’est même devenu une obligation, quitte à sacrifier tous les progrès humains (et les humains avec) ». Bien sûr, monsieur Lentz serait bien en peine, si on le lui demandait, de nous prouver que les écologistes souhaitent « sacrifier tous les progrès humains (et les humains avec) ». Mais qui le lui demanderait ? Le journal Le Point a été dans les années 80 et 90 le navire-amiral du climatoscepticisme. Dans son édition du 8 mai 1995, Claude Allègre, chroniqueur comme l’est aujourd’hui Lentz, y publia un texte sous le titre : « Effet de serre : fausse alerte ». Le dérèglement climatique aurait été inventé par des « lobbys d’origine scientifique qui défendent avec acharnement leur source de crédits ».

Le Point, qui se pique si souvent de défendre la science – une science en vérité imaginaire – aura contribué plus que d’autres à désorienter la société par une désinformation constante sur la question la plus importante de toutes. Et il continue. Certes d’une manière plus empruntée, car nul n’ose plus nier le drame en cours. Mais il continue de désarmer, car comme le scorpion de la fable, c’est dans sa nature. On attend toujours, et on attendra encore, les excuses du Point pour ses innombrables mensonges sur la question climatique.

Les nouvelles facéties de madame Élisabeth Borne

Rions ensemble, de ce désespoir qu’il faut combattre chaque matin au réveil. Rions, il en restera peut-être quelque chose, qui sait ? Donc, la Première ministre de ce M.Macron annonce chaque jour de fracassantes décisions. En avant vers la dite « transition écologique ». Attention quand même qu’elle ne soit pas doublée par la non moins fameuse « transition énergétique ». Dans tous les cas, c’est la mobilisation générale, il n’y manque plus que les affiches collées au coin des rues et des rendez-vous précis pour les conscrits que nous ne tarderons pas à être.

Que veut la dame ? Mais enfin, vous n’écoutez rien ? Pour commencer, un « fonds vert » doté de 1,5 milliard d’euros, « pour développer des projets de transition écologique ». Il s’agirait de rénover « énergétiquement les bâtiments publics comme (…) certaines écoles », de ramener « de la nature dans les villes » et même, soyons fous, d’installer « des parkings relais » à l’entrée des agglomérations. Si l’on y ajoute « la réhabilitation de friches pour limiter l’étalement urbain », je crois pouvoir dire que nous obtenons un carton plein. Toutes ces mesures ont été claironnées je ne sais combien de fois depuis un quart de siècle, et la destruction du monde n’a jamais été aussi avancée. En France, madame Borne et ses fort nombreux clones en sont évidemment les premiers responsables.

Aurait-elle changé ? Oui, la question est rhétorique, car cela n’arrivera pas. Si vous voulez avoir une idée plus précise de cette énième arnaque, n’hésitez pas à cliquer ici. C’est intégralement du flan. Il faudra bien un jour écrire l’histoire du vocabulaire « vert », qui aura pour l’essentiel servi à faire croire que l’on agissait, lors qu’on ne bougeait pas un cil. Cela commencerait par le si funeste « développement durable », passerait par la « responsabilité sociétale et environnementale des entreprises », l’économie verte, l’économie circulaire, la préservation de la biodiversité, la neutralité carbone, la compensation écologique, sans oublier bien sûr la transition écologique.

Si je n’étais pas tricard depuis un bail auprès de ces Excellences, je m’empresserais de poser traîtreusement à madame Borne cette horrible question : « Chère madame, quelle définition donneriez-vous de la « transition écologique ? ». Et comme je ne lâche pas ma proie si facilement que tant d’autres “confrères”, eh bien, je la poursuivrais jusqu’à obtenir une vraie réponse. Que je connais déjà. Elle n’en sait rien. Elle même n’a aucune idée de ce que cela veut dire.

L’évidente solution de la crise climatique

J’aime beaucoup Poe, et j’ai toujours adoré La Lettre volée. J’ai du reste souvent cité cette nouvelle dans divers articles, au fil des ans, car elle contient une vérité universelle. Elle commence ainsi : « J’étais à Paris en 18… Après une sombre et orageuse soirée d’automne, je jouissais de la double volupté de la méditation et d’une pipe d’écume de mer, en compagnie de mon ami Dupin, dans sa petite bibliothèque ou cabinet d’étude, rue Dunot, n° 33, au troisième, faubourg Saint-Germain ».

Ah, comme cela commence bien ! Dupin, détective de la race des plus grands, d’Holmes à Fandorine, doit retrouver une lettre dérobée, dont la publication pourrait provoquer une guerre européenne. Les flics savent où elle se trouve – chez le voleur -, et cherchent pendant des semaines. Dès que le voleur est dehors, ils entrent chez lui, et passent au crible chaque millimètre. Mais rien. Dupin change de perspective, ce qui soit dit en passant nous rapproche du sous-titre de Planète sans visa : « Une autre façon de voir la même chose ». Et il lâche aux flics éberlués : « Peut-être est-ce la simplicité même de la chose qui vous induit en erreur ? ».

Dupin retrouve rapidement la lettre, qui était en évidence sur la table du voleur. Seulement, elle « était fortement salie et chiffonnée. Elle était presque déchirée en deux par le milieu, comme si on avait eu d’abord l’intention de la déchirer entièrement, ainsi qu’on fait d’un objet sans valeur ». Bien joué, Dupin ! Bien joué, le voleur ! On pense aussi au célèbre œuf de Colomb. L’histoire n’est peut-être pas (tout à fait) vraie, mais la voici. L’explorateur défie des invités de faire tenir debout un œuf dans sa coquille. Nul n’y réussit. Alors Colomb écrase un bout de cette coquille et assoit sur les brisures l’œuf . Il aurait même conclu ainsi : « Il suffisait d’y penser ! ».

De même avec la crise climatique ? À vous de juger. Le moteur nucléaire du grand désastre, c’est la production, la consommation, l’accumulation sans fin de milliards d’objets matériels dont nos aïeux se sont constamment passés. J’y inclus, et tant pis pour ceux qui se sentiront visés – j’en suis – le téléphone (insup)portable, internet, la bagnole – thermique ou électrique – et l’essentiel de ce que l’on trouve dans les logements et maisons. Telle est la base, et le tout est aggravé dans des proportions effarantes par un commerce mondial qui suit sa route et la suivra jusqu’à la mort de tout et de tous.

Dans les années 70, qui charrièrent aussi bien des inepties, une expression était souvent utilisée par la critique sociale. Celle d’aliénation. En l’occurrence par les objets, qui nous rendent extérieurs à nous-mêmes, et pour tout dire étrangers. Nul n’en parle plus. Tous les partis agissent comme si cette frénésie de possession était légitime. Or, elle ne l’est pas. Elle creuse une tombe comme les sociétés humaines n’en ont encore jamais connue. Qui se remplira tôt ou tard de millions, de centaines de millions de victimes.

Ma révélation du jour est donc aussi simple que la fausse énigme de La Lettre Volée. En deux parties. D’abord cette affirmation qu’il serait impossible de démentir : les objets proliférants sont devenus les ennemis de la vie. Ensuite deux questions. Pourquoi nul ne s’attaque à la dissémination démentielle des objets ? Pourquoi aucune force politique n’entend mener le combat, en priorité, contre ces inventions du diable ? N’hésitez pas à m’éclairer. J’en ai besoin.

PS : Voyez cette information toute fraîche : l’Europe – et la France, encore bravo – relance la production de charbon, combustible parmi les pires existants. Effet (de serre) garanti. Et pour quelle raison ? Pour maintenir la place désormais illimitée des objets, et leur consommation, pierre tombale des sociétés humaines. Or donc, mourir plutôt que de renoncer aux choses. Ma foi, cela ressemble fort à la psychose la plus extrême.

Y a-t-il plus fou que la NUPES ?

! Qué me duele la cabeza ¡ Oui, que la tête me fait mal. Alors que le monde s’enfonce dans un chaos climatique sans issue apparente, ceux qui devraient être au premier rang avec moi préfèrent Der Rattenfänger von Hameln. C’est-à-dire, selon le célèbre conte des frères Grimm, le joueur de flûte qui conduisit à la rivière, où ils se noyèrent, les milliers de rats qui infestaient la vie quotidienne de la ville de Hameln.

On le sait, plus sûrement on l’a oublié, mais les habitants de Hameln refusèrent de payer la somme promise au musicien, et les conséquences en furent terribles. Je vois que les gens de la NUPES, ce rassemblement de gauche – PS, PCF, Verts – autour de LFI de M.Mélenchon, ne croient pas à la sagesse des histoires anciennes.

Deux mots suffiront ce soir. Un, la France est profondément de droite, et toutes les arguties mélenchonniennes n’y changeront rien. Rappel tout proche de nos mémoires : au premier tour de la présidentielle de 2022, Mélenchon a obtenu 7 712 520 voix sur 48 747 876 inscrits. J’y ajoute volontiers deux millions de Français en âge de voter qui ne votent pas, ou plus. Soit au total près de 51 millions de potentiels électeurs. Résultat : Mélenchon obtient un peu plus de 14% de la totalité, ce qui signifie tout de même que 86% des Français en âge de voter, malgré une campagne électorale vive et bien relayée par les télés, ne l’ont pas choisi. Et le calcul est à peu près le même pour la NUPES des élections législatives. Mélenchon nie ce qui est pourtant une évidence, car autrement, il serait contraint au retour dans le bac à sable, et il n’a plus le temps de jouer. C’est maintenant, ou jamais. Il lui faut contester le réel.

Deux, on ne peut être davantage à côté de la plaque. Le fol dérèglement climatique oblige, obligerait en tout cas à tout revoir. Et à mettre en cause la prolifération d’objets matériels et cette profonde aliénation par eux qui fait tenir le tout. Le problème est plus compliqué que dans les périodes précédentes, car le front de cette guerre décisive passe à l’intérieur de nous-mêmes, smicards compris. Or, et parce qu’il est l’homme d’un désespérant passé, Mélenchon et ses amis préparent une marche « contre la vie chère », au cours de laquelle on réclamera comme de juste plus de pouvoir d’achat, de manière à aggraver encore le dérèglement climatique. Si nous avions du temps devant nous, je me contenterais sûrement de commisération. Mais en ces temps si graves pour tous, je dois confesser que je les maudis. Que je maudis leur contribution nette – et elle est élevée – au désastre en cours.

————————-

Un article mien publié en mai 2022

Comment parler aux smicards ?

Puisque c’est comme cela, parlons des législatives. Je me dois de préciser un point pour éviter des lettres pénibles de lecteurs. Je suis pour la distribution radicale des richesses, et il m’arrive de rêver encore d’un monde sans Dieu, ni César, ni tribun. Je me souviens très bien de ma mère, gagnant seule, pour elle et ses cinq enfants, quelque chose comme 800 francs par mois au début de 1968. Si donc quelqu’un a envie de me (mal)traiter, qu’il tienne compte de ces mots.

Et maintenant, voyons ensemble cette revendication de la gauche désormais unie : 1400 euros nets pour le smic mensuel. Qui pourrait être assez salaud pour écrire que c’est trop ? Hélas, le problème n’est pas celui-là. Du tout. D’abord, la question de la justice est universelle. Elle concerne aussi bien le sous-prolétariat français que les milliards de gueux de la planète, dont cette gauche ne parle jamais. Jamais. D’un point de vue planisphérique, les pauvres de chez nous sont les riches du monde. Ça embête, mais c’est un fait qui n’est pas près de disparaître. Que quantité d’immondes aient beaucoup, beaucoup plus, n’y change rien.

Donc, dès le premier pas, considérer le monde réel, et pas notre France picrocholine. Ensuite, réfléchir à cette notion largement utilisée dans les années 70, et malheureusement disparue : l’aliénation. Par les objets. Par la possession frénétique d’objets matériels qui déstructure l’esprit, rompt les liens de coopération, enchaîne dans une recherche jamais comblée de choses. Lorsque je tente de voir les êtres et leurs biens avec mes yeux d’enfant, je me dis fatalement que « nos » pauvres disposent de béquilles dont nous n’aurions jamais osé rêver : des bagnoles, des ordinateurs, des téléphones portables. Moins que d’autres ? Certes. Mais cette route n’en finira jamais.

À quoi sert de distribuer de l’argent dans une société comme la nôtre ? Même si cela heurte de le voir écrit, une bonne part de ce fric irait à des objets ou consommations détestables, qui renforcent le camp de la destruction et du commerce mondial. Qui aggravent si peu que ce soit le dérèglement climatique. Je crois qu’on devrait proposer tout autre chose. Un gouvernement écologiste, pour l’heure chimérique, s’engagerait bien sûr auprès des smicards.

Il s’engagerait aussitôt, mais en lançant un vaste plan vertueux. On créerait un fonds abondé sur le coût pour tous des émissions de gaz à effet de serre. L’industrie paierait, mais aussi le reste de la société, à hauteur des moyens financiers, bien sûr. Ce fonds garantirait à tous les smicards – et donc à leurs enfants – l’accès permanent à une alimentation de qualité, bio, locale autant que c’est possible. À un prix décent, c’est-à-dire bas.

Ce serait un merveilleux changement. La santé publique en serait sans l’ombre d’un doute améliorée. L’obésité, cette épidémie si grave, régresserait fatalement, ainsi que le diabète et tant d’allergies. Quant à l’industrie agroalimentaire, elle prendrait enfin un coup sérieux. Au passage, une telle volonté finirait par créer des filières économiques solides et durables. Car à l’autre bout se trouveraient des paysans. De vrais paysans enfin fiers de leur si beau métier. À eux aussi, on garantirait un avenir.

Parmi les questions les plus graves de l’heure, s’impose celle de la production alimentaire. Tout indique que les sols épuisés de la terre ne suffiront pas longtemps à (mal) nourrir le monde. La France, qui fut un très grand pays agricole, se doit d’installer de nouveaux paysans dans nos campagnes dévastées par la chimie de synthèse et les gros engins. Combien ? Disons 1 million. Ou plus. Le temps d’un quinquennat. C’est ainsi, et pas autrement qu’on aidera à faire face à ce qui vient et qui est déjà là. Le dérèglement climatique est une révolution totale.

Pour en revenir aux smicards, qui souffrent je le sais bien, sortons ensemble des vieux schémas. Inventons ! Faisons-les rentrer en fanfare dans cette société qu’ils n’auraient jamais dû quitter. Mais pas au son de la frustration et des sonneries de portables.