Éva Joly reine du pompon (sur les tueries de Toulouse et Montauban)

Il y aurait certes beaucoup à dire sur les manières dont notre vieux pays s’est comporté face au tueur des gosses de Toulouse et des militaires. Je confirme qu’à l’occasion, on peut détester la France et ses mensonges, et ses calculs, et ses faux-semblants, et ses truqueurs, et ses profiteurs, et ses abjects profiteurs. Mais tel n’est pas l’objet de Planète sans visa. Je m’arrête donc ici, non sans décerner à la candidate écologiste, madame Éva Joly, la médaille de la phrase la plus conne – à mes yeux comme à mes oreilles – de l’année 2012, qui n’en est encore qu’à ses débuts, il est vrai.

Descendue avec ses petits camarades à Montauban, où l’on enterrait certaines victimes des massacres de ces derniers jours, madame Joly a osé ces mots : « Je suis ici pour manifester ma solidarité avec l’armée, les familles et toutes les victimes ». Vous avez bien lu : solidarité avec l’armée. C’est le pompon, c’est à cette échelle picrocholine insurpassable.  La définition de la notion de solidarité, tirée de Wikipédia, qui en vaut une autre : « La solidarité est un lien d’engagement et de dépendance réciproques entre des personnes ainsi tenues à l’endroit des autres, généralement des membres d’un même groupe liés par une communauté de destin ».

Aragon, avant de devenir la crapule stalinienne qu’il demeura le restant de sa vie, fut surréaliste. Qui le croirait ? Moi. Dans Traité du style, écrit en 1927, voici ce qu’il écrit, que j’adresse avec mes forces dérisoires à madame Joly et aux embedded qui mènent sa campagne :

« Je tiens pour un immonde abus ce droit que le gouvernement et la justice s’arrogent en France de nos jours d’interdire à ceux qui détestent l’armée le droit d’exprimer par écrit, avec les commentaires qui leur plaisent, le dégoût qu’ils ont d’une institution révoltante (…)  je dis ici que je ne porterai plus jamais l’uniforme français, la livrée qu’on m’a jetée  il y a onze ans sur les épaules, je ne serai plus le larbin des officiers, je refuse de saluer ces brutes et leurs insignes, leurs chapeaux de Gessler tricolores. Il paraît que (…) n’importe quel officier ou sous-officier, n’importe quel crétin payé pour marcher au pas, a désormais le droit de m’arrêter dans la rue. Ce n’était pas assez des agents. Et comme eux ils sont désormais assermentés. Ils ont, ces matières fécales, une parole qui fait loi. Ah l’agriculture ne manquera pas de vaches. Eh bien (…) j’ai bien l’honneur, chez moi, dans ce livre, à cette place, de dire que, très consciemment, je conchie l’armée française dans sa totalité. »

44 réflexions sur « Éva Joly reine du pompon (sur les tueries de Toulouse et Montauban) »

  1. Bonjr Fabrice , merci pour tout ,je me sens tj moins cruche ( pour rester polie) après la lecture de vos articles mais de + en + désespérée politiquement parlant. Maman de 3 filles dont 2 peuvent voter pour la 1ére fois en 2012 je leur fait lire des extraits de vos articles et leur réactions (aux deux) mais pour qui on va voter alors ? Elue d’une petite ville je sais , par expérience , que sur le terrain il y a de vraies marges de manoeuvres alors ???

  2. J’avoue que je ne pense plus grand-chose, sauf que les prochains jours vont nous voir assister à une déferlante haineuse de tous les côtés. Chacun va tirer à « hue et à dia » pour accuser le camp adverse dans cette horrible affaire.

    Moi je ne sais toujours pas pour qui voter, et cela semble dérisoire.

  3. Rhaaaaaaa!!! du suspens, de l’action, qu’est-ce qu’on s’est amusé ces dernières 24h! Et maintenant comme dirait la marionnette de PPDA qui anime les Guignols de l’info :
    « vous pouvez éteindre la télévision et reprendre une activité normale. »

  4. j’ajoute : « vous pouvez éteindre votre ordinateur et reprendre une activité normale. »

    Lemonde.fr: pic record de 600.000 connexions lors de l’assaut du Raid

    PARIS (FRA), 22 mar 2012 (AFP)

    Le site internet lemonde.fr a connu un pic record de trafic jeudi à la mi-journée lors de l’assaut du Raid dans lequel le tueur de Toulouse a trouvé la mort, avec plus de 600.000 connexions simultanées sur son « live », selon des sources concordantes.

    « C’est un record depuis qu’on a mis en place nos +live+ (déroulé des événements minute par minute, ndlr) il y a un peu plus d’un an, on ne s’attendait pas à avoir autant de connexions. Mais techniquement notre système a plutôt bien tenu », a commenté à l’AFP un responsable de lemonde.fr.

    « Le site d’information a connu plusieurs pics de trafic sur ses pages dont l’un a dépassé 600.000 internautes connectés simultanément sur sa plateforme de direct, quelques minutes après le dénouement de l’affaire de Toulouse », a indiqué à l’AFP Nicolas Guillaume, porte-parole de la société Cedexis.

    Sorte d' »aiguilleur du net » qui compte notamment parmi ses clients de nombreux sites de médias nationaux, Cedexis réoriente les requêtes et les flux de données des éditeurs de contenus vers les meilleurs hébergeurs, en fonction de l’état du trafic internet, dans le but d’améliorer la qualité de leurs services.

    « Globalement, au monde.fr, environ 70% du trafic était issu de France métropolitaine, et le restant de l’international », a précisé Nicolas Guillaume.

    « Nous avions constaté un trafic soutenu ces dernières semaines lié à la campagne présidentielle. Les récents évènements du sud-ouest de la France sont venus s’ajouter et confirment qu’un grand nombre de citoyens s’informent en priorité sur internet », a-t-il ajouté.

    Selon Cedexis, « les dispositifs de +live+ mis en place par de nombreux médias et leur présence sur les réseaux sociaux contribuent à générer une audience continue et un trafic significatif. Et il convient de savoir gérer ce trafic pour assurer la continuité de la diffusion des contenus en ligne dans les meilleures conditions pour tous les internautes ».

    kd/fz/jmg

  5. Et Sarko qui vient d’annoncer encore des lois idiotes… et qui font peur, sauf que, normalement, il ne pourra jamais les appliquer.

    Mais bon, la stratégie du choc, toujours. Profiter de l’étourdissement, profiter de la panique, créer la panique, faire gargouiller les ventres pour qu’il en suinte une vapeur dégueulasse, assez opaque pour aveugler l’esprit.

    Et piller, piller, piller. Au Mali ou en Grèce, partout.

    Dans un monde où l’on ne voit même plus mourir les animaux que l’on mange, de toute façon… où trouver l’espoir ?

  6. Bonsoir,

    Merci Fabrizio,

    Précision: Au dela de ce tragique évènement, et de ma tristesse en pensant aux victimes.

     » Désormais, toute personne qui consultera des sites internet qui font l’apologie du terrorisme ou qui appellent à la haine et la violence sera punie pénalement, a dit Nicolas Sarkozy. »

    Bush disait: Ceux qui ne sont pas avec nous, sont contre nous.

    Reste a définir correctement le mot terrorisme. Et QUI terrorise le plus, en faisant des milliers de victimes innocentes, au quatre coins de notre monde, en invoquant des « excuses bidons ». Ceux qui connaissent, s’interressent a l’historique du terrorisme, et qui approfondissent, savent de quoi il s’agit. Je n’irais pas plus loin et garde mes pensées dans ma petite caboche.

    Terrorisme. Application de loi restritives. Encore un cr

  7. Bouh!

    Pardon, c’est parti tout seul. Le blog est hanté!

    On reprend … 🙂

    Evènement en rapport avec le mot Terrorisme = Application de lois plus restrictives. Voila … Encore un cran supplémentaire de franchi. Les con(s)citoyens accepteront et en redemanderont plus encore, par peur et pour se sentir protégés.

    http://www.youtube.com/watch?v=MKeiChMRWTU

    Conchie.
    Connaissait pas.
    Mais faut il le prononcer la bouche en forme de Q de poule?
    De manière snobinarde?
    Tu tu tu!
    Je préfère l’autre avec les deux M.

    En attendant c’est nous kon va en chier avec toutes ses nouvelles futures lois qui nous pendent aux nez!

    C’est pas du français? On s’en fout! 😉

    Bien a vous tous et toutes,

  8. En attendant, voici ce qu’il se passe en douce :

    L’hypocrisie du gouvernement sur les gaz et huiles de schiste : comment contourner en douce une interdiction mise en scène à travers la loi ?

    Paris, le 22 mars 2012 – Alors que le gouvernement se targue d’être le premier au monde à avoir « interdit » le recours à la fracturation hydraulique, technique jugée « mal maîtrisée et dangereuse » par la ministre de l’Environnement, nous apprenons aujourd’hui la création d’une Commission nationale d’orientation, de suivi et d’évaluation de cette technique ayant pour mission « d’évaluer les risques environnementaux liés à la fracturation hydraulique et émettre un avis sur les conditions de mise en œuvre des expérimentations réalisées à seules fins de recherche scientifique ».

    Pourquoi cette évaluation des risques alors que tant d’études scientifiques indépendantes démontrent de manière certaine la dangerosité de cette technique (pollution massive des sols, contamination des nappes phréatiques, risques sanitaires majeurs) ? Pourquoi ces expérimentations scientifiques alors que les citoyens français ne cessent d’exprimer leur totale opposition à l’utilisation de cette technique mortifère pour notre environnement et notre climat ?

    Sous couvert de recherches scientifiques, le gouvernement joue aux apprentis sorciers pour le plus grand bonheur des lobbies pétroliers et gaziers.

    L’analyse du décret portant création de cette Commission nationale achève de démontrer le parti pris gouvernemental. Certes, une place est laissée à trois représentants d’associations agréées pour la protection de l’environnement mais, à côté des cinq représentants de l’Etat, y siégeront aussi trois représentants des entreprises gazières et pétrolières, ainsi que trois représentants du personnel de ces industries. Trois personnalités qualifiées au vu de leurs compétences scientifiques seront également de la partie, cette compétence étant laissée à l’appréciation du seul ministre de l’Industrie… L’équilibre des forces et intérêts en présence est donc loin d’être assuré.

    Nos associations rappellent en outre que le problème de l’exploration et de l’exploitation des gaz et huiles de schiste ne se limite pas à la question de la fracturation hydraulique. Selon le Potsdam Institute for Climate Impact Research, si l’on veut éviter le pire et contenir le réchauffement global moyen en deçà de 2°C d’ici à la fin du siècle, seul moins du quart des réserves prouvées en combustibles fossiles (pétrole, gaz et charbon) peut être utilisé d’ici à 2050 ! Dans ces conditions, pourquoi sonder le sous-sol ?

    Alors que la Bulgarie vient, elle, d’interdire définitivement le recours à la fracturation hydraulique et d’abroger les permis délivrés à Chevron, nos associations dénoncent cet énième pied de nez du gouvernement à l’écologie et à la démocratie. Nul besoin d’une Commission à l’indépendance douteuse pour affirmer notre rejet total de toute utilisation de la fracturation hydraulique et, plus largement, de toute exploration ou exploitation de gaz et d’huiles de schiste en France ou ailleurs.

    La conférence de Rio+20 en juin au Brésil sera l’occasion de montrer que la mobilisation citoyenne ne faiblit pas et qu’elle compte bien faire entendre sa voix, comme ce fut le cas il y a peu lors du Forum Mondial de l’Eau à Marseille.

    GAZ ET HUILES DE SCHISTE : NI ICI NI AILLEURS, NI AUJOURD’HUI NI DEMAIN !

    Signataires : Amis de la Terre, France Libertés, ATTAC, AITEC, RAC, Greenpeace, Helio, CRID, WECF, Réseau Sortir du Nucléaire


    Romain Porcheron
    Chargé de mission RSEE
    Les Amis de la Terre
    01.48.51.18.90 / 06.63.43.96.57
    romain.porcheron@amisdelaterre.org

  9. Et puis ça, pour ceux du Sud-Ouest :

    APPEL A MANIFESTATION ANTI GAZ DE SCHISTE

    Suite au déblocage de plusieurs demandes de permis de recherche
    de gaz de schiste, dont ‘Beaumont de Lomagne’, couvrant 10 405 km²
    sur 8 départements autour du Gers,
    les collectifs concernés par ces permis organisent
    une manifestation
    rassemblant citoyens, associations, partis, collectifs, mouvements citoyens, etc.

    à TOULOUSE
    SAMEDI 31 MARS 2012
    de 15 à 18 h
    au MONUMENT AUX MORTS (ARC DE TRIOMPHE) Métro François Verdier
    allée François Verdier – entre la cathédrale St Etienne
    et la halle aux grains (parking souterrain)

    :

  10. ^^

    « Lorsque les faits seront connus, les citoyens seront d’accord que si des réserves importantes existent, les bénéfices seront beaucoup plus importants que les risques ».

    BUCAREST.

    Après la Pologne, la Roumanie table sur le gaz de schiste pour assurer son indépendance énergétique vis-à-vis de la Russie, malgré la polémique sur les risques pour l’environnement et la santé.

    Jeudi, plus de 2.000 personnes ont manifesté à Barlad (est) contre un projet d’exploration du groupe américain Chevron dans leur région, dénonçant les risques de pollution.

    « Le gaz de schiste représente l’avenir », estime de son côté le président de l’Agence roumaine pour les ressources minérales (ANMR) Alexandru Patruti interrogé par l’AFP.

    Si l’ANMR vient de lancer une étude pour évaluer les réserves potentielles, un rapport de l’Agence américaine d’Information sur l’énergie estime que les ressources de la Roumanie, Bulgarie et Hongrie totaliseraient 538 milliards de mètre cubes.

    Et Bucarest rêve déjà de renoncer aux coûteuses importations de gaz russe.

    Plusieurs géants énergétiques sont à l’affût dont l’américain Chevron, le canadien Sterling Resources et le hongrois MOL.

    Chevron, qui a obtenu une concession sur 600.000 hectares dans la région de Barlad (est), veut y entamer l’exploration au second semestre 2012, s’il obtient les autorisations.

    « Le gaz de schiste représente une opportunité majeure pour la Roumanie », a déclaré à l’AFP le directeur pour ce pays de Chevron Upstream Europe, Thomas Holst, citant la sécurité énergétique, les investissements et les emplois.

    Chevron doit maintenant choisir le site pour les premiers forages exploratoires. Trois sont à l’étude mais M. Holst préfère ne pas les nommer pour ne pas soumettre les habitants à des « pressions inutiles ».

    Car la méthode d’extraction, la fracturation hydraulique, est accusée par les défenseurs de l’environnement de polluer les nappes phréatiques, de fragiliser les sols voire de favoriser les tremblements de terre.

    Interdite par des pays comme la France et la Bulgarie, cette méthode consiste à injecter à haute pression dans la roche d’énormes quantités d’eau additionnées de sable et d’additifs chimiques.

    « La fracturation implique des risques majeurs dont la contamination de l’eau, en plus des difficultés à se débarrasser de substances toxiques », a déclaré à l’AFP Miruna Ralea de l’association écologiste Alma-Ro.

    Les manifestants de Barlad ont espéré jeudi que la Roumanie interdira à son tour la fracturation.

    « L’extraction n’est pas une activité respectueuse de l’environnement (…) mais nous allons nous assurer que les lois en la matière sont strictemennt respectées », déclare M. Patruti.

    Sauf que, si elle promet de s’aligner sur les règles de l’UE, la Roumanie ne dispose pas en ce moment de législation spécifique sur le gaz de schiste.

    Chevron se dit déterminé à respecter les lois roumaines et européennes.

    « Les activités qui suscitent des polémiques n’interviendront que d’ici plusieurs années », indique M. Holst, selon qui « Chevron utilisera des techniques conventionnelles pour déterminer si des réserves existent ».

    Si c’est le cas, des dizaines de millions de dollars seront investis dans le développement et l’exploitation.

    Mais le maire de Barlad (69.000 habitants), Constantin Constantinescu, ne veut pas que le groupe américain creuse aux alentours de sa ville.

    « A mon avis, l’impact négatif de cette activité est plus important que la pseudo-prospérité promise », dit-il à l’AFP, reprochant à Chevron de ne pas avoir informé la communauté de ses projets.

    « Les gens craignent que la zone soit ravagée », ajoute-t-il.

    M. Holst assure que Chevron encourage le débat public. « Lorsque les faits seront connus, les citoyens seront d’accord que si des réserves importantes existent, les bénéfices seront beaucoup plus importants que les risques », dit-il.

    Mais pour Mme Ralea, « sachant que plusieurs pays ont banni cette technique controversée, pourquoi la Roumanie s’empresse-t-elle de l’adopter? »

    Salutations,

  11. Aragon a du style, ça c’est sur. Tellement que je m’en méfie, il aurait pu écrire exactement le contraire et paraître tout aussi convaincant. D’ailleurs je ne suis pas d’accord avec lui.

    Ceci dit, le Président Sarkozy est devenu fou! Pour appliquer sa loi contre la propagation du terrorisme, il faudrait commencer par détruire les bombes atomiques Françaises. Parce que pas besoin d’aller a l’étranger pour se former au terrorisme, il suffit d’être un militaire formé a l’usage des bombes atomiques. (l’usage comprend leur conception technique et doctrinaire, leur fabrication, leur possession, leur justification, etc.) Il faudrait aussi arrêter les militaires ayant acheté récemment des drones a l’étranger (y-ont-ils été formés?). Le terrorisme est l’application de la violence envers les civils afin d’obtenir un but quelquonque, politique ou militaire. Il n’y a aucun moyen que les bombes atomiques ne soient pas du terrorisme. L’immense majorité des opérations de l’armée de l’air le sont aussi. Quand aux drones, qui ravalent le militaire, assis dans son fauteuil de bureau avec sa tasse de café au cote, a un rang que je n’ose même pas exprimer…

  12. Un gouvernement finira par classer « terroristes » les gens qui luttent contre les gaz de schiste, et hop, le problème sera réglé, pensera-t-il.

  13. Je défend Eva Joly : On peut pas être candidat a l’élection présidentielle, c’est a dire candidat a être chef des armées, et être contre l’armée. Et même si un candidat voulait supprimer l’armée après être devenu Président, c’est pas en commençant par manquer de respect aux militaires qu’il préparerait au mieux un projet de cette envergure !
    On ne sait pas ce qu’ils ont fait ou pas fait en Afghanistan, nos soldats, mais c’est quand même le gouvernement qui les y a envoyés, et donc tous les citoyens Français qui acceptent de collaborer avec l’Etat ou même de le tolérer (c’est a dire nous tous en pratique, non?) y ont une part de responsabilité.

    Donc pour moi Eva Joly a été correcte et honnête.

  14. Il faut se méfier du mot « terrorisme » : Il est utilisé la plupart du temps pour nous faire accepter l’illogique et l’inacceptable. Ca fait des siècles, des millénaires que les mots « guerre » et « violence » ont été disséqués, expliqués, mis en perspective… On n’a plus assez peur de ces mots pour avaler ce qui les accompagne avec les yeux hypnotisés d’un gamin qui ne réfléchit pas. Mais « terrorisme » est un mot nouveau, un concept sans doute plus moderne aussi, pas encore bien digéré, qui permet d’impressionner davantage et de justifier ou de vendre n’importe quoi. Comme ce concept extraordinairement stupide de « guerre contre le terrorisme »!

  15. Mon cher Fabrice,
    La question est toujours la même: quand toutes les solutions qu’on nous propose sont mauvaises, faut-il prendre celle qui semble la moins mauvaise, et d’assez loin quand même, c’est-à dire Eva Joly ou n’en choisir aucune en se disant qu’il faut s’y prendre autrement ?
    J’avoue que pour le seul plaisir d’embêter et de contredire tous ceux qui l’enfoncent, et je ne te mets évidemment pas parmi ceux-là quitte à ce que tu me le reproches, mais je pense évidemment en priorité aux journalistes médiatiques, aux spécialistes des sondages, aux prétendus leaders d’opinion et à quelques vieilles -ou jeunes- badernes socialo-communistes ou de droite et d’extrême droite ou du centre, sans oublier certains de son propre camp, et bien pour ce seul plaisir là:
    si Eva Joly qui est une personne sans doute fort honorable par ailleurs mais sans doute dépassée par les événements pouvait recueillir plus de voix que ce qu’ils lui en prédisent, ça me consolerait un tout petit peu d’avoir à supporter un duel Hollande – Sarkozy au second tour et surtout pendant les 5 ans (50 ans ?) qui viennent la répétition des mêmes combines d’apparatchiks.
    Amitiés.

  16. Sans grand rapport, mais ça vaut le coup de regarder, une bonne conférence sur l’écologie en Inde sous-titrée en Français:

    http://www.ecologie-pratique.org/article.php/l-universite-des-va-nu-pieds

    C’est pas loin de Tilonia, a Bhaonta-Kolyala au Rajasthan, que les villageois ont créé une « réserve naturelle pénétrée par les hommes », sans demander l’autorisation au gouvernement. Ils ont ainsi ré-activé l’ancienne tradition des forets et des étangs « sacrés », ou protégés par des règles sociales strictes, qui ont nourri la bio-diversité en Inde pendant des siècles ou des millénaires, et continuent de le faire dans les rares endroits ou l’alliance entre l’économie de marché et l’Etat paternaliste n’a pas encore détruit ces forets sacrées. La nature est perdue sans les hommes. Savoir pourquoi et agir en conséquence c’est être écologiste.