Le je ne sais quoi et le presque rien*

Je ne serai pas long. Si j’écris ces quelques mots, c’est parce que certains commentaires m’y poussent. Il semble que le mot rien, qui résume ma pensée à propos du second tour des élections régionales, en ait gêné plus d’un. Ce n’était pas mon but. Non, ce n’était pas une gaminerie, même si je demeure capable de facétie.

Plus sûrement, il s’agissait de répéter ce qui devient ici un radotage. Il faut rompre, amies et amis. Mais réellement, et arrêter de seulement annoncer qu’on va le faire. Rompre signifie sortir du cadre de la pensée qui nous a conduits  là où nous sommes. Je ne plaisante pas lorsque je prétends que le sort du tigre est d’une importance sans commune mesure avec celle de nos sornettes électorales. Or, pour une personne qui s’intéresse à Panthera tigris, on en trouve 1000 qui décortiquent les scores de Machin et de Trucmuche au fin fond de l’Allier ou de l’Ariège ou du Finistère.

Moi, je m’en contrefous totalement. C’est-à-dire totalement. On me parle de l’Appel de Cohn-Bendit ? Laissez-moi rire ! À nouveau, comme en 14, on remet pour la millième fois le même ouvrage sur le métier. Et quel métier, mon Dieu ! Celui de bonimenteur de foire, celui d’animateur de plage les jours où menace la pluie. Je vous en prie : regardez pour une fois la réalité en face. Ce n’est pas moi, le schizophrène, c’est vous ! Les craquements se font entendre d’un bout à l’autre de cette terre exténuée, et l’on continue à regarder les choses depuis les frontières de la France, à l’ancienne.

Mais oui ! Relisez ce que vous avez déjà lu tant de fois. De quoi parle-t-on ? De 2012, d’un nouveau parti vert. De la crédibilité qu’auraient acquise les écologistes dans les affaires économiques et sociales, qui sera si utile à leur candidat(e) aux prochaines présidentielles, etc. En bref, on relance un cycle de deux ans, qui sera suivi d’autres niaiseries du même tonneau, ad nauseam. Eh bien, allez ! Suivez ! Votez ! Applaudissez ! Engagez-vous, rengagez-vous ! Mais ne venez pas me dire à moi que vous vous occupez des affaires du monde et de la vie. Ne me dites pas que les affamés chroniques, les peuples autochtones et forestiers, les paysans du Sud, les requins, les éléphants, les tigres sont votre priorité. Ne me le dites pas, car je ne le CROIRAI PAS.

Je ne prétends pas, et je ne prétendrai jamais que j’ai raison. Tout simplement parce que je doute. Mais je suis au moins certain que vous avez tort. Rompre, c’est rompre.

*Le je ne sais quoi et le presque rien : on aura reconnu l’expression de Vladimir Jankélévitch

35 réflexions sur « Le je ne sais quoi et le presque rien* »

  1. « On n’a pas besoin de certitudes mais de traces, seules les traces font rêver».(René Char)

  2. Je sais bien que dans le fond tu as raison, mais que faire ? Personne ne sait, et c’est bien ça qui nous angoisse…

  3. Que faire? Agir, simplement agir.
    L’écrivain écrit des choses importantes. Les parents tentent d’éveiller leurs enfants. Celui qui dispose d’une terrasse plante quelques graines. Celui qui dispose d’un jardin apprend les cycles de la nature en créant un potager, en plantant des arbres, en installant un rûcher, …
    Tous nous mangeons moins de viande, tous nous essayons de faire bouger les autres, tous nous faisons notre part, la part du colibri.
    Aucune action n’est inutile, seule notre inaction permet à cette avalanche de se poursuivre.

  4. Et voter n’est pas une action plus inutile qu’une autre… et ça reste tout de même bien plus utile que ne rien faire !

  5. @Yoda: je crains de ne reprendre des arguments de Fabrice… Mais si l’on est convaincu qu’aucun parti ne s’attaque à l’essentiel, s’inscrire sur les listes électorales et ne pas voter pourrait peut-être être l’acte le plus citoyen disponible dans le système démocratique actuel. Les politiques discutent et semblent désolés lorsque l’abstention est de 50%, comment pourraient-ils encore simplement « discuter » de la chose si l’abstention était de 99%?
    La non représentativité du système par rapport à la société deviendrait évidente.
    Avant même d’arriver à ces hypothétiques 99%, une réflexion de certain acteurs sur cet espace politique vide amènerait peut être à la création d’autres partis correspondant à l’attente de certains abstentionnistes.
    Cordialement.

  6. Croire qu’un jour l’abstention sera telle qu’elle forcera les politiques à se remettre en question, hum… Ce qui est sûr, c’est que d’autres iront toujours voter et que s’ils le peuvent leurs élus appliqueront leurs idées sans aucun scrupule (le FN, par ex).

  7. @luc
    En fait, le tout est de se garder si on veut agir de tomber dans un des deux extrèmes : soit considérer que notre action individuelle n’est rien (en effet, quoi que l’on fasse, ça restera rien par rapport à l’ampleur de la tâche mais c’est la part du colibri ! mais ce n’est pas en comptant sur les autres que le monde va aller mieux) et que les politiques devraient s’occuper de tout plutôt que de compter sur l’initiative individuelle en matière d’environnement. Soit l’extrème inverse, qui consiste à penser que la politique ne pouvant rien, on ne peut que cultiver notre jardin… car ce n’est pas non plus en s’abstenant de déverser des pesticides chez nous que ça va sauver les tigres, ce qu’on peut faire individuellement chez nous n’est rien face à l’ampleur de la tâche.

    Je ne dis pas que nous pouvons tout faire. Tant chez nous (tous ceux qui me lisent utilisent un matériel très polluant pour le faire, ainsi qu’un réseau très énergétivore) qu’en politique, on a aussi une vie à gérer, et tout le monde ne peut pas fonder son parti ou en rejoindre un pour défendre ses idées.
    Par contre, je dénonce l’hypocrisie qui consiste à considérer que les politiques devraient interdire les pesticides en continuant à balancer du roundup dans son jardin, tout comme celle qui consiste à signer des pétitions contre les OGM puis à ne pas avoir 5 minutes pour voter pour un parti qui s’oppose aux OGM.

    La plupart des enjeux écologiques sont politiques. Qui a décidé d’installer des centrales nucléaires partout sur le territoire ? Qui a décidé les autoroutes, les aéroports ? Qui décide les OGM ? La réponse est toujours la même : les électeurs. Ce sont eux qui ont voté pour les partis promettant autoroutes, nucléaire et aéroports. D’autres partis proposent autre chose, s’ils n’en voulaient pas ils auraient pu voter pour eux. Et si ces partis existent, c’est parce que des gens pas contents de l’absence de choix se sont présentés pour proposer un autre choix. Un autre monde aurait été possible si les électeurs avaient voté différemment…

    Après, je comprends aussi le fatalisme qui consiste à penser que quoi qu’on fasse on ne peut rien changer car on représente un point de vue minoritaire… mais si tous ceux qui pensent qu’on devrait interdire les pesticides continuent à mettre du roundup parce que leurs voisins le font, si tous ceux qui veulent une autre politique s’abstiennent de voter (ou de créer leur parti) car la majorité vote UMPS, alors rien ne pourra jamais changer… Par contre si on est les premiers à agir, d’autres suivront !

  8. La rupture, oui. Mais c’est comme dans une relation amoureuse. Même si au fond de soi, on sait qu’elle est inévitable, il faut parfois un cheminement long et douloureux pour y arriver… On se rassure, on se raccroche à des signes, des détails pour ne pas voir l’essentiel : l’échec.

    MH

  9. Cher Fabrice,

    Du fin fond de mon département comme tu le dis, je t’assure que je partage ton inquiétude pour l’avenir de panthera tigris, de milvus milvus (milan royal : un peu moins menacé, quoi que), mais aussi pour celui d’homo sapiens sapiens que je trouve en bien mauvaise posture, lui aussi…

    Il va sans dire que les grotesques pantalonnades de nos politiques sont à mille lieues des enjeux sans précédents auxquels nous sommes tous confrontés. Et que ce ne sont là qu’infimes péripéties, je te l’accorde.

    Ce que je voulais dire, en évoquant les résultats électoraux de dimanche, c’est qu’une partie non négligeable de la population de notre pays s’éloigne dangereusement des concepts démocratiques qui me paraissent seuls capables de permettre l’émergence de cette rupture, que beaucoup d’entre nous espèrent.

    Elle ne viendra pas de Mr Cohn Bendit, ni de quelque tartuffe trop accaparé par sa carrière politique. Mais de nous tous, si nous le décidons enfin.

    Beaucoup de choses bougent, un peu partout (AMAP, SEL, co-voiturage, maisons des semences), et c’est sans doute de ce socle que surgira une nouvelle voie.

    Espérons seulement qu’il ne sera pas trop tard !

  10. alors, ok il est vrai qu’ils sont tous des assoiffés du pouvoir.
    Mais alors au lieu de parler, il faut s’engager, fonder une liste et partir au combat, parceque aussi non , nous pouvons toujours parler, se dire inquiet mais rien de bougera, et ne pas voter et celà ne sert à rien car si il y a toujours des gens pour y aller et bien les autres listes auront le champs libre et continueront leur politique à la noix.
    De toute les manière c’est toute la société qu’il faut changer, notre façon de penser de voir les chose, et cela voyez vous et bien c’est pas pour demain….et j’en suis la première désolée, il va falloir y aller par palier, espérons que les gens suivront et que nous en aurons les moyens surtout.
    bien à vous

  11. apres le vide ,le big bang qui a pour finalité le bling-bling .On vote pour limité la casse,car en ne votant pas,cela laisse le champ libre a d’autres qui voteraient FN par exemple,et l’avalanche dans laquelle on est prit,dégringolerait encore plus vite vers le chaos.Notre civilisation est emporté dans son inertie,a nos p’tits souçie(ou des gros),et il faudrait une prise de conscience monumentale pour vouloir autre chose que de courir aprés des gloires incertaines.Surtout de la part de ceux qui détiennent les finances,les lobbys/

  12.  » La naïveté grotesque des enfants fait peine à voir, surtout si l’on veut bien la comparer à la maturité sereine qui caractérise les adultes. Par exemple, l’enfant croit au Père Noël. L’adulte non. L’adulte ne croit pas au Père Noël. Il vote. »

    Pierre Desproges

  13. René salut, il est bien ce mot de Desproges; justement au bout de nombreuses années et parce qu’ils n’ont pas voulu prendre prendre les décisions que les politiques nous indisposent à présent! avez-vous vu en GB comment certains se laissent acheter (5000 euros/ jours) pour faire ensuite du lobby pour je ne sais plus qui? une horreur et vous voulez voter pour ce genre d’individus? même si ils ne sont pas tous comme çà? quant aux ogm, malgré l’opposition majoritaire des citoyens, les politiques continuent à vouloir ouvrir la porte des champs aux industriels du secteur; Yoda je ne vous suis pas du tout à part sur le round up un poison en vente libre! autant libéraliser le pétard.

  14. Pour l’instant, c’est le père N. qui a été élu et qui cherche à fourguer son nucléaire dans tous les chaussons de la planète, par ex.
    Et que proposez-vous à la place de cette démocratie en effet bien défaillante ? Dissoudre le peuple ? Instaurer une dictature écolo ?

  15. @marie
    Je ne vous suis pas non plus. Qu’est-ce qui à part le politique peut permettre l’interdiction du roundup à la vente ?
    La politique, c’est avant tout des gens qui tentent de faire en sorte que l’on puisse vivre ensemble à partir de règles que nous fixons ensemble.
    La démocratie est le système le plus stable, pas parce qu’il est meilleur, mais parce qu’il est voulu par la majorité. Si la majorité ne veut pas d’écologie, ne veut pas de taxe carbone, et ne veut pas savoir qu’elle ne profitera pas éternellement…comment une bande de pacifistes utopiques pourrait renverser la démocratie pour instaurer une dictature écologiste qui aurait besoin de bien des bains de sang pour perdurer ?
    Si la majorité veut tout cela, si ce n’est pas encore appliqué, alors c’est sans doute à cause de l’abstention qu’on est encore là où on en est…

  16. Et voilà ! C’est reparti comme il y a quelques jours ! Ceux qui ne votent pas n’ont évidemment pas convaincu les autres et vice versa.

    Donc, discussions inutiles. Perte de temps.

    Fabrice avait écrit, avant « l’appel » ! – que Cohn Bendit désirait en reprendre pour 40 ans. Hé bien, c’est confirmé. Il le dit clairement : il faut « s’inscrire dans la durée ».

    Voter n’est pas seulement inutile, contrairement à ce que dit Yoda, c’est un acte nuisible. En effet, s’il existe un animal nuisible, c’est bien l’électeur.

  17. Chère Jeanne,

    Que proposez-vous donc à la place (voyez mes questions ci-dessus) ?
    L’engagement privé, personnel, est une chose (que je fais pour ma part… de colibri) mais les autres, tous ces votants que vous n’hésitez pas à qualifier du terme infâmant d' »animal nuisible », tous ceux qui élisent ceux et celles qui décident à ma / votre place, qu’en faites-vous ? Votre qualificatif supposerait-il des méthodes radicales ???

  18. C’est sûr que les pays où on ne vote pas sont de tels modèles du point de vue écologique qu’on ne peut que s’incliner devant cet avis…
    Ou bien ce qui est nuisible, c’est de voter seulement si on est contre la chasse et la pollution ? Après tout, pourquoi, alors que les gens sont sensibles à l’écologie, la martre et la belette sont considérés comme nuisibles et la taxe carbone vient d’être abrogée ?
    La raison est simple : les chasseurs votent. Les écolos beaucoup moins, ou alors ils votent n’importe comment. L’abstention et les votes blancs ont fait beaucoup de tort à la nature en France. Et ça semble bien parti pour continuer…

    Maintenant, Jeanne Guardier, vous qui trouvez le vote nuisible, expliquez-moi en quoi cela aurait été nuisible si les écolos avaient voté de façon à interdire le roundup, où à s’opposer à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ? En quoi l’abstention, en permettant le massacre des belettes et le bétonnage à outrance, est une bonne chose ? Et pourquoi ce serait aux écolos de s’abstenir et pas aux libéralistes ni aux chasseurs ?

    Et en quoi votre absence de vote va contribuer à résoudre tous ces problèmes ? Ah oui, c’est sans doute parce que grâce à cela, on a des type comme Sarkozy qui nous gouvernent, que ça a donné le Grenelle de l’environnement, et que c’était tellement génial qu’on ne va surtout pas voter pour qu’il puisse recommencer ?

  19. Allons, allons, c’était de l’humour, de la provoc et ça a marché ! Je pense que voter est un acte nuisible puiqu’on entre dans le jeu où on veut nous faire entrer. Mais je ne crois pas aux animaux nuisibles. Ceci dit, l’électeur est-il un animal ?

  20. Pierre desproges disait de la démocratie qu’elle est la pire des dictatures ..

    Pour aller dans le sens de Yoda:
    Un texte (extrait) d’Arnaud Gossement à propos de l’autorisation des cultures OGm (sujet d’une complexité rare!)

    ….La Commission chargée du sale boulot

    En premier lieu, il convient de rappeler que dans le circuit de décision, ce sont bien les Etats membres qui sont responsables de la délivrance des autorisations de mise en culture ou de mise sur le marché des OGM. C’est très précisément le Conseil des Ministres de l’Union Européenne qui doit délibérer sur chaque dossier de demande d’autorisation. Malheureusement, les ministres représentant les Etats membres ne parviennent jamais à dégager de majorité pour décider. Très concrètement, ils décident de ne pas décider. Etrangement, personne ne s’en offusque !

    En conséquence, les dossiers sont renvoyés à la Commission Européenne, à charge pour elle de faire le « sale boulot » c’est-à-dire de prendre une décision qui lui vaudra des critiques de la part de ceux-là même qui ont refusé de décider, soit lui fera encourir des risques de contentieux diligentés par les marchands d’OGM. Le dernier communiqué de presse de la Commission Européenne révèle que cette dernière est manifestement lasse d’être prise pour bouc émissaire. En effet, elle a annoncé vouloir déposer avant l’été prochain une proposition de texte aux termes duquel il appartiendra aux Etats membres d’assumer leurs responsabilités et d’autoriser ou non la culture d’OGM sur leur territoire.

    Les Etats seront donc mis au pied du mur et ne pourront plus se réfugier derrière les décisions de la Commission Européenne prises à la suite des avis pour le moins suspect de l’E.F.S.A, comité d’experts peu précautionneux. Par ailleurs, il convient de souligner que les Etats membres sont également responsables de la situation actuelle en ce qu’ils ne sont pas toujours enclins à respecter leurs engagements européens ».

    en Italie un décret d’interdiction de culture OGM a été pris

    (en italie syngenta et Bayer ont introduit un recours (rejeté) contre l’état italien avec demande de millions d’euros de dommages et intérêts, lorsque en 2008 un décret d’interdiction du cruiser a été pris par les autorités (rêve des apiculteurs de la conf.)

  21. Puisque nous parlons de colibri…
    Il était une fois une forêt, des hommes allumèrent un incendie pour la brûler. Les animaux se mirent à fuire, sauf quelques-uns. Ceux-là prenaient de l’eau et commençaient à tenter d’éteindre les flammes. Les autres animaux qui fuyaient se mirent à protester : d’abord les animaux qui tentaient d’éteindre l’incendie étaient moins nombreux que les hommes, en plus il y avait des impuretés dans l’eau, elle n’était pas assez propre pour qu’on l’utilise, donc c’était inutile. Mais les animaux continuant à tenter d’éteindre, les autres se mirent à les houspiller, les traiter de nuisible, et se perdaient en grands mots pour expliquer qu’il valait mieux que chacun s’occupe de ne pas allumer d’incendie.
    Si tous les animaux avaient utilisé l’eau et rempli leur part, ils étaient peut-être assez nombreux pour éteindre l’incendie… Mais hélas, l’incendie ravagea tout… et ceux qui n’avaient pas fait leur part continuèrent à houspiller ceux qui l’avaient faite et à les accuser de l’incendie.

    Peut-être effectivement que même si nous tentons de changer quelque chose, nous n’y parviendrons pas. Mais ce sera toujours mieux que ne rien faire… Oh, je sais bien qu’en votant je n’apporte qu’une petite goutte pour éteindre l’incendie. Je sais que c’est peu, mais je remplis ma part… Et ceux qui volètent en piaillant au-dessus de la forêt, et alertent tout le monde sur l’incendie, qui donnent le bon exemple en n’en allumant pas mais se moquent de ceux qui tentent de l’éteindre parce que leur eau n’est pas assez pure, qu’ils ne me disent pas qu’ils se préoccupent vraiment de la forêt… ça, je ne peux pas le croire.

  22. De l’humour ? Hum… En tout cas, les questions posées par Yoda et moi-même restent sans réponse et, en effet, je ne peux que souscrire à ses analyses du dernier scrutin, même si les derniers événements ont au moins le mérite, du moins pour les naïfs, de faire tomber définitivement le masque écolo du Petit Père des Riches.

  23. Chers Yoda, Bruno et les autres…

    On dirait, à vous lire, qu’il n’y a jamais eu sur terre de mouvement insurrectionnel, de gens qui se sont organisés de manière autonome, qui ont cherché à prendre leur vie en main sans délégation de pouvoir.
    Or, l’Histoire en fourmille. En vrac : la Commune, Mai 68, Lip (ah Lip !), le mouvement Makhnoviste de 1921, Oaxaca au Mexique en ce moment (et depuis déjà quelques temps sans que les médias en parlent, évidemment !) etc etc etc…

    Voilà ce que je propose. Organisons-nous localement pour mettre en place le monde que nous désirons, hors de toute délégation de pouvoir. Nombre d’entre vous, au sein des associations et autres groupements auxquels ils appartiennent, vivent sans chef, décident de tout de manière vraiment égalitaire, n’est-ce pas ?
    Alors, pourquoi renoncer à cette liberté et à ce pouvoir sur nos vies au moment des élections ?
    C’est en ce sens que je dis que voter est nuisible : il rompt des dynamiques saines et qui pourraient déboucher sur de vrais changements.

    Rappelons que ce sont comme par hasard des élections qui ont sonné le glas de mai 68 et ramener tout le monde dans le rang. Ce n’est pas pour bien que tous, de l’extrême-gauche à l’extrême-droite, en passant par les syndicats, l’école, les médias participent au matraquage pro-électoral. Demandez-vous pourquoi ils veulent TOUS que vous votiez.

    Je sais, ce n’est pas facile. Quoi que…

  24. Bien sûr, il faut lire « ramené tout le monde dans le rang » et « Ce n’est pas pour rien…»

  25. Pour ma part, votant pour qui je vote, je n’estime pas « renoncer à cette liberté et à ce pouvoir sur nos vies au moment des élections ». Quant aux « dynamiques saines », j’y participe quand je le peux – mais force est de constater que leurs effets restent AUSSI limités que mon bulletin de vote et que d’ailleurs, après Commune, 1936, 1968, etc., on en est arrivé… au règne de Sarko 1er qui ne peut pas s’expliquer que par le fait de voter, il me semble.

  26. Merci Jeanne. Mon expérience personnelle m’ayant montré que l’on trouve dans les associations et toute dynamique saine une bien moins forte proportion d’abstentionnistes que dans la moyenne nationale, et que ceux que je connais ne votant n’ont pas non plus l’aspiration de rejoindre un tel type de dynamique, je ne peux pas partager votre avis, mais je le comprends au moins un peu mieux.

    Quant à la réaction des politiciens devant le taux d’abstention, ne vous leurrez pas. Ils ne peuvent décemment pas clamer qu’ils sont heureux que les électeurs du clan adverse se soient plus abstenus que les leurs, mais ils n’en pensent pas moins. Quand ils veulent avoir une forte participation, ils organisent des élections à l’image des choix des candidats dans les émissions de télé-réalité, et ils l’obtiennent… Quoi qu’en disent les journalistes, l’abstention de 50% aux régionales a été sciemment décidée par ceux qui nous gouvernent.

  27. Mr Phamb,

    Et après?
    Vous posez une question,mais pourquoi n’y répondez vous pas?

    Dites nous…,merci.

    Salutation,Léa.

  28. voter est quand plus utile que de ne pas le faire.Comme le disait yoda,en ne votant pas,c’est toujour des gens plutot extremiste qui voteront ;Les chasseurs,FN,libéraux.Et ceux la votent toujours.

  29. En fait les choses sont beaucoup plus simples. Les humains ont toujours été au centre de cataclysmes en tous genres. C’est aussi le propre de l’humanité et le propre de la nature humaine de discourir, s’affoler, critiquer, nier, imposer, refuser etc etc …
    Face à notre propre nature, il convient de rester calme devant ses manifestations extérieures. Respectons là et surtout respectons celle des autres même si elle nous pose quelques désagréments. Faisons ce qui nous semble juste avec clairvoyance et vigilance face à des forces qui semblent nous échapper. N’est ce pas nous donner une grande importance que de croire que nous sommes responsables de tout. Posons nous les bonnes questions. Lisons les sages, les philosophes, les poètes, les penseurs de tout ordre. Recherchons la beauté sous toutes ses formes et voyons ce qu’elle nous enseigne. Pour ma part, je cultive mon jardin et je vote. Je n’y vois aucune contradiction. L’harmonie se situe dans le bon positionnement au bon moment. Seuls les ignorants verront de l’incohérence dans des comportements qui semblent ambigus. S’il vous plaît, soyez sincères avec vous-même sans vous préoccupez des opinions.

  30. Merci Bambou.

    Si vous voulez aider les tigres, boycottez Carrefour et faites passer le message. Le groupe participe à la déforestation via l’un des plus gris producteurs de papier au monde, ce qui précipite la disparition des tigres de Sumatra.
    Faire gaffe à ce qu’il y a dans vos caddies est aussi, sinon plus, efficace qu’un bulletin dans une urne !
    Les lingettes, mouchoirs, sopalins, pq, et autres papiers jetables sont à l’origine de la disparition des tigres… Si vous avez du mal à vous en passer (en ce qui me concerne, j’envisage difficilement la vie sans PQ), n’allez pas vous fournir à carrefour, cela poussera la chaine à aller se fournir de façon plus durable et moins dramatique !

  31. ENFIN !
    Enfin, une analyse lucide car oui,moi aussi, j’ en ai marre jusqu’ à la nausée de ce jeu de cons entre politiques et le troupeau bêlant des gens qui se croient plus malin. Marre de ces journaleux qui ne voient pas plus loin que le bout de leurs intérêts. Marre de cette masturbation pseudo intellectuelle pour démontrer que le nouveau Villepin est meilleur mais que le Cohn Bendit dernier crû le surpasse ou que la Ségo va nous sauver…
    Aucun n’ a un grand dessein, on aménage le capitalisme avec des touches de rose ou de vert. Aucun n’ est capable de proposer une autre société loin de la sempiternelle « croissance qui sauvera des emplois », de cette compétition ultra-libérale qui nous tue, de la perte de vraies valeurs humaines qui nous rend triste, de cet abrutissement par les emissions débiles (TV ou radio)
    La planète est en train de crever à un rythme effarant. Les riches s’ engraissent encore un peu plus en s’ offrant une 5eme Ferrari pour promener bobonne. Et le monde ne rêve que d’ une chose : IMITER les riches ! Et merde !
    Les espèces animales disparaissent, la pollution est partout, le béton, la pub enlaidissent nos paysages mais aucune révolte…
    A pleurer…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *