Archives de catégorie : Climat

Une montagne de déchets pour combler un lac bleu

Publié en mai 2021

Nous sommes à Aytré, au sud immédiat de La Rochelle. Sur le papier, le littoral est une merveille, qui pourrait devenir un lieu unique en France, voire en Europe. Mais la petite ville ouvrière fait face à un projet délirant : transformer un lac littoral – une ancienne carrière – en une immense décharge, là où quelques braves réclament un parc écologique. À l’arrière-plan, un conflit culturel et politique entre Aytré l’ouvrière et La Rochelle la bourgeoise.

C’est immense. Un vrai lac bleu de plus de 7 hectares, entouré de petites falaises de calcaire, blanches bien sûr, où s’accrochent des coquelicots. C’est trop beau. L’eau du bord est cristalline, l’eau du large turquoise. On vient de surprendre le saut de trois grenouilles, et on ne serait pas surpris que la huppe fasciée – tête sable, crête en éventail aux extrémités noires – installe tôt ou tard un nid dans la pierre. C’est une ancienne carrière abandonnée, où les eaux du ciel et de la nappe se sont mêlées à celles de la mer.

Car l’océan est à 30 mètres peut-être, séparé par un minuscule lido de galets que les vagues attaquent et font glisser sur la plage. De gros blocs de pierre ont déjà été arrachés au sentier littoral, menacé de sombrer, lui aussi. Ce matin-là, la marée est haute, brune, audacieuse et mordante. Il ne reste plus, en haut de la plage, qu’un liseré blanc. La Rochelle est toute proche, avec à main droite, au nord, ses immeubles hideux du front de mer. L’imposant siège du conseil départemental est juste à côté et le port des Minimes se cache derrière la Pointe du même nom, qu’on pourrait presque toucher du bout des doigts. Nous sommes pointe de Roux, à Aytré, petite ville ouvrière de 9000 habitants qui prolonge au sud La Rochelle , qui en a 78 000.

« Aytré est devenu le dépotoir de La Rochelle »

C’est de la carrière – jadis le « trou Rizzo » – que l’on a tiré le splendide calcaire du port des Minimes,et ses 4500 places de bateaux de plaisance. Elle est désormais l’objet d’un audacieux projet de transformation en une décharge géante. Des milliers de camions défileraient pendant des années, et y déverseraient au total 750 000 m3 de déchets présentés comme « inertes ». « Je vous le dis, fait Tony Loisel, on prépare les tentes, et s’il le faut, on fera une ZAD, mais on ne laissera pas faire. Jamais. ». C’est un autre matin, et l’on boit le café avec lui dans la salle du conseil municipal d’Aytré, dont il est le maire. Riss regarde avec attention le grand tableau qui couvre tout un mur, façon réalisme socialiste : on y voit en détail un atelier de l’usine Alstom, où l’on assemble encore, en centre-ville, trams et wagons de TGV. L’ancienne classe ouvrière, 1500 employés avec les intérimaires.

Tony Loisel a cinquante ans, le crâne à ras, une barbe de trois jours, et des bras de docker. Avec une sorte de gouaille qui oblige souvent à se marrer avec lui. Il est apparemment de droite – la gauche locale, désunie, a perdu en 2020 un bastion historique -, mais il parle comme un écologiste authentique. Aytré est visiblement sa petite patrie – sa famille est installée à Aytré depuis les anciens temps – et entre deux rires, il tonne : « Aytré est devenu le dépotoir de La Rochelle. Ma ville est assise sur les déchets. La Rochelle en a mis dans le marais de Tasdon, dans le marais de Doux, le quartier de Bongraine a été pollué en profondeur par la SNCF, on a rempli l’arrière-plage d’Aytré avec des déchets ménagers, et maintenant, il faudrait accepter le projet Rochevalor ? C’est non, on en a marre ».

L ‘imagination facétieuse d’une avocate

Rochevalor ? Cette entreprise rochelaise spécialiste des déchets, de la logistique et du terrassement – 800 salariés – présente l’affaire de plaisante manière. La décharge serait une mise en sécurité du site – la mer avance -, et même une bonne action écologique, qui permettrait « la reconquête des milieux naturels littoraux ». De son côté, l’avocate d’un de proprios actuels de la carrière – eux-mêmes en cheville avec Rochevalor – adresse le 20 décembre 2018 au maire de La Rochelle, Jean-François Fountaine, un courrier désopilant, qui présente l’ancienne carrière comme l’entrée des Enfers. L’eau y est « stagnante », propice à l’apparition de bactéries mortelles – les rares oiseaux y seraient victimes de botulisme -, les abords sont « en totale décrépitude », on n’y voit qu’un « paysage en désolation et l’abandon », sans « aucun caractère esthétique », qui « n’apporte absolument aucun intérêt écologique ». Maître Daphné Verluise est-elle venue sur place ? Elle réclame en tout cas un déclassement de la zone – tenue pour un espace naturel N1 -, tout sauf innocent. Il est en effet nécessaire pour emporter le morceau. Qui est de roi : l’éventuelle décharge pourrait à terme générer un colossal chiffre d’affaires, peut-être 250 millions d’euros.

Loisel n’est pas le seul, de loin, à considérer le projet Rochevalor comme un outrage. Pierre Cuchet, vif et malin adjoint au maire d’Aytré, offre quelques clés supplémentaires. « Nous voulons des relations plus équilibrées avec La Rochelle, et nous voulons sortir de ce rôle imposé de cité-dortoir. Aytré doit être belle. Belle et tranquille. En effet, on peut parler d’un tournant. Le projet de décharge, je le rappelle, est au bord de la mer. Une mer qui a tué trois personnes à Aytré au moment de la tempête Xynthia, et détruit 80 maisons. Or elle monte, et fatalement, atteindra la décharge ».

Christian Ackerman, de son côté, préside un comité de quartier très vivant, le « Fief des galères ». Et il ne sera pas le dernier sur les barricades : « Aucune commune n’a autant subi dans ce domaine qu’Aytré. Les propriétaires du « trou Rizzo » ont senti la bonne affaire, et font le siège de la Rochelle pour obtenir satisfaction. Mais nous demandons aux promoteurs de ne plus penser à leur projet, même en rêve. Car nous serons toujours là pour les contrer ».

Le drapeau jaune et noir du stade Rochelais

Dans ces conditions, qui en veut vraiment ? Jean-François Fountaine, peut-être ? Le maire de La Rochelle, homme (très) fort de la communauté d’agglomération de La Rochelle (CDA, 28 communes, 393 millions d’euros de budget), reçoit Charlie dans son magnifique bureau de la mairie, surchargé d’une histoire parfois glorieuse. Le 23 juin 1940, le maire d’alors Léonce Vieljeux refuse d’abattre le drapeau français qui flotte sur une tour, et finit sous les balles nazies. Ce jour de mai 2021, ce n’est plus le drapeau tricolore qui domine la ville, mais celui, jaune et noir, du stade Rochelais, qui dispute le 2022 la finale de la coupe d’Europe de rugby.

Fountaine est très copain avec Lionel Jospin, qu’il doit voir deux jours plus tard, et a longtemps été socialiste avant de devenir macroniste, comme tant d’autres. Skipper de haut niveau, il a créé en 1976 la société Fountaine-Pajot, qui fabrique des catamarans de croisière. Sympa ? Oui. Madré ? Certes. Quand on l’interroge sur ce sentiment très partagé qu’Aytré est écrasée par la Rochelle, il ouvre de grands yeux, assurant n’avoir jamais entendu parler de cela. « Mais enfin, il n’y a aucune domination. Nos deux villes ne font qu’une, et les déchets dont vous parlez ne sont pas ceux de La Rochelle, mais du territoire. Nous aussi, nous avons nos quartiers ouvriers et populaires, allez donc voir à La Pallice ou Laleu. Nos destins sont liés ! ».

Et le « trou Rizzo » ? Il serait fort simple de dire que cette décharge ne verra jamais le jour, mais Fountaine, en bon marin qu’il est, louvoie. « C’est complexe, il faut regarder de près ». Il dit avoir rencontré par hasard l’un des propriétaires, Jacques Poentis – il n’a pas répondu à un message de Charlie -, puis précise qu’il l’a reçu en mairie, ajoutant : « Vous pensez bien qu’il ne fait pas ça pour la beauté de l’art ». On s’en serait douté un peu. Oui, un mot suffirait, que Fountaine ne veut pas prononcer. « Je crois qu’il faut une maîtrise publique du lieu, et ensuite, on réfléchira. Je ne ferme la porte à rien ».

Les amitiés particulières de l’entreprise Rochevalor

Étrange attitude pour un élu qui vante, comme sur catalogue, une « neutralité carbone » de la ville, prévue en 2040 et la « renaturation » des marais de Tasdon, que La Rochelle partage avec…Aytré. Des mauvaises langues locales soulignent que La Rochelle est un petit monde dans lequel l’étendard du rugby compte beaucoup. Et même énormément pour le maire. Or, ajoutent-elles, l’équipe du stade Rochelais est sponsorisée depuis vingt ans par Franck Sarrion, patron de Rochevalor, actionnaire et administrateur du club, ce qui ne doit tout de même pas trop nuire aux affaires.

Décidément, cette histoire de décharge ne tient pas debout. On retourne sur les lieux du crime possible, par le chemin blanc qui mène, à pied, à la plage de Roux. Le lendemain, au même endroit, on prendra sur les épaules, avec Riss, une mémorable averse, mais cet après-midi-là, plein soleil. Des deux côtés, un marais à sec, grignoté par des plantes invasives, parcouru par des bandes de passereaux tout affairés autour de leurs nids. On reconnaît le chant de la bouscarle de Cetti – une véritable explosion sonore – et la très monotone tirade de la rousserolle effarvatte, qu’on aperçoit d’ailleurs une seconde dans la jumelle, planquée par une tige. Tout est plat, sauf de loin en loin quelques cyprès de Lambert.

Pourquoi saccager ? On rejoint sur place Martine Villenave, conseillère départementale de gauche, effarée. « Je suis à l’origine d’une idée de parc littoral, qui courrait de La Rochelle jusqu’à la commune d’Angoulins au sud, avec Aytré ses marais littoraux au centre. C’est une zone de préemption du Conservatoire du Littoral, et tout reste possible. Mais Fountaine, en qui je n’ai plus aucune confiance, n’est pas clair, et refuse de s’engager. Pourquoi ? ». Même propos chez Jean-Marc Soubeste, qui vient de nous rejoindre près du « trou Rizzo ». Cet ancien adjoint de Fountaine à La Rochelle est responsable d’EELV et rapporte cette anecdote : « Il y a une semaine, au cours d’une séance de la Communauté d’agglo, j’ai réclamé une position claire de cette Assemblée. Fountaine s’est arrangé pour ne pas répondre. Je n’ai plus confiance en lui ».

Du côté du Conservatoire du Littoral, magnifique structure publique qui achète patiemment des terrains littoraux, on est stupéfait. Dans une lettre adressée au préfet en janvier, sa directrice Agnès Pince hurle – diplomatiquement -, affirmant : « Les aspects négatifs de ce projet industriel sont multiples », car il est « en totale incohérence avec (…)les politiques publiques menées en bonne coordination (…) depuis dix ans ». La carte complète de la zone, en couleurs, montre en effet que presque toutes les parcelles sont, au fil des années, devenues la propriété de la CDA de Fountaine, de la ville d’Aytré, du département ou du Conservatoire. Un miracle qui pourrait facilement transformer le tout en un lieu unique en France, sinon en Europe.

40 millions d’euros pour le site Delfau

Une autre affaire empoisonne au sens premier cet espace unique. À 4OO mètres peut-être du « trou Rizzo » se trouve l’un des lieux les plus pollués de la région, appelé le site Delfau. Pendant un siècle à partir de 1899, des générations d’industriels ont fabriqué des engrais, broyé des os et de la merde humaine et animale, équarri des bestiaux, vidangé la ville, déposé ou enfoui des déchets industriels de toute sorte (voir encadré). Il ne reste que des hangars décatis, un vaste bâtiment dont la charpente métallique est à l’air, et un vieux proprio qui se planque, mais n’oublie pas de de louer illégalement des logements en lieu et place des anciens bâtiments. On essaie d’y aller avant d’être arrêté par l’une des occupantes, très énervée, qui réclame des papiers d’identité avant de hurler à l’intrusion dans une propriété privée. A peine aperçoit-on des caravanes, des bagnoles, des transats, et les grands portails métalliques de hangars, dont un au moins cache un vieux transfo électrique qui a vomi des PCB sur le sol.

Mais que fait l’administration ? Des rapports s’entassent depuis des années, qui montrent la présence de locataires, d’un jardin potager au milieu des ruines, d’une balançoire suggérant le séjour d’enfants. Que fait-elle ? Rien. Le préfet joue les muets du sérail (voir encadré) et derrière lui, tous les autres. Il faudrait. Certains penchent pour le cache-misère : étendre des bâches sur le sol, recouvrir d’argile et faire pousser des fleurs, pour 1 million d’euros. Une vraie dépollution coûterait 40 millions d’euros, mais qui paierait pour un site fermé depuis 1992 ?

La nappe phréatique est évidemment atteinte, et comme son écoulement se fait du nord-est au sud-ouest, la pollution a très vraisemblablement atteint depuis longtemps…le « trou Rizzo ». Ce très vilain serpent se mord donc la queue. Résumons : l’impériale La Rochelle – ses ports de plaisance, son Vieux-Port tant couru par les people, ses courses au large, son Aquarium, ses yélomobiles (vélos en libre accès) – remplit les soutes d’Aytré l’ouvrière, qui n’en peut plus. Cette allégorie de la lutte des classes peut sembler une caricature, mais beaucoup, sur place, y croient dur comme fer. Une seule certitude : la pointe de Roux et les marais alentour peuvent devenir l’un des bijoux écologiques de la façade Atlantique. Sauf si on la pourrit une fois encore.

———————————————–

Un courrier pour monsieur le préfet

Charlie a bien entendu demandé un rendez-vous au préfet de Charente-Maritime Nicolas Basselier, car l’État peut à tout instant régler le lourd dossier du « trou Rizzo » et du site Delfau. En donnant à cette haute Excellence plusieurs dates à sa convenance. Mais il a refusé, préférant l’envoi de questions écrites. En retour, l’auteur du reportage Fabrice Nicolino lui a adressé le mail suivant :

Monsieur le préfet,Vous avez refusé de recevoir le journaliste de Charlie que je suis. J’y vois la marque d’un mépris ordinaire et je tenais à vous dire franchement mon point de vue. Dans une vie humaine, il n’y a pas que la conduite d’une carrière. Et un préfet n’est pas au seul service de ses supérieurs dans l’appareil de l’État. Il a également des devoirs vis-à-vis de la société. Et même vis-à-vis de ceux qui tentent de l’informer. Librement, dans mon cas. Je ne vous enverrai aucune question, car j’attendais vos réponses, pas celles piochées dans des documents de la préfecture par l’un de vos collaborateurs. En vous souhaitant le bonjour,

————————————-

L’horreur du site Delfau

L’ancien site industriel Delfau, évoqué dans l’article principal, est une bombe à retardement. Utilisé de 1899 à 1992, il a enrichi des générations d’industriels, qui laissent à la société le soin de payer les conséquences de leur irresponsabilité. Vieille histoire : privatisation des profits, socialisation des pertes. Des analyses montrent une très grave pollution au cadmium et aux métaux lourds, à l’amiante, aux PCB, au mercure, à l’arsenic, aux hydrocarbures, au plomb, au chrome, aux Composés organo-halogénés volatils (COHV).

L’inventaire exhaustif est impossible, car des fosses ont été creusées sur cinq mètres et plus. Au total, il faudrait sans doute enlever du lieu la bagatelle de 140 000 m3 de limon gorgés de poison. La situation est connue de tous, notamment des administrations DREAL et Agence régionale de santé (ARS), mais personne ne bouge. Interrogée par Charlie, l’ARS confirme par la voix de Marc Lavoix qu’aucune « analyse chimique des eaux littorales n’a été diligentée ». C’est sans doute plus prudent, mais dans ces circonstances effarantes, laisser l’ancien propriétaire, encore vivant, louer illégalement des logements à des particuliers s’apparente sans aucun doute à une non-assistance à personne en danger.

Le climat, la sécheresse et la FNSEA

Publié en avril 2021

Y a vraiment plus de saison. Une étude montre que le dérèglement va dangereusement faire baisser les récoltes. Mais où est passée la FNSEA ?

Lectrice attentive, lecteur concentré, tu auras peut-être remarqué qu’il a fait chaud avant que cela ne se gâte. Tous ces derniers jours de mars, on s’est beaucoup baignés, jusque dans le sud de la Bretagne. C’est bien ? Ben faut quand même voir de plus près. Il n’y a plus aucun doute que, comme le disait ma grand-mère, que je voyais comme une vieille folle, y a plus de saisons.

Un étude originale confirme l’affaire à sa façon. Son auteure principale, Teresa Bras, est chercheuse à l’université Nova de Lisbonne. L’un des signataires, Jonas Jägermeyr, travaille à l’Institut Goddard d’études spatiales de la Nasa. Et leur travail vient d’être publié par la revue Environmental Research (Letters). On apprend sans surprise dans « Severity of drought and heatwave crop losses tripled over the last five decades in Europe » (https://iopscience.iop.org/article/10.1088/1748-9326/abf004/meta) que les désastres naturels peuvent menacer les récoltes même au cœur de l’Europe, et chez nous, donc.

Mais les chiffres les plus percutants concernent les sécheresses et les vagues de chaleur, de plus en plus prononcées, de plus en plus rapprochées. Entre 1961 et 2018, les premières ont réduit la récolte de céréales de 9% en moyenne, et les secondes de 7,3%. Et ce n’est que le début d’un feu d’artifice prolongé, car ces pertes de production ont triplé en l’espace de cinquante ans. La tendance lourde a toutes chances de se maintenir et d’aggraver les choses à mesure que le dérèglement climatique deviendra plus vif encore.

Parmi les leçons à tirer, on se permettra de rappeler que les producteurs de betteraves industrielles ont obtenu l’été passé les retour des néonicotinoïdes tueurs d’abeilles. Pour mieux produire ce que les consommateurs ne veulent plus. Les défenseurs de ces cultures – ceux de L’Association de recherche technique betteravière -, souvent accusés de partialité, parlent d’une baisse de la production de betteraves comprise entre 10 et 12 % en l’absence de néonicotinoïdes.

Un chiffre voisin de celui que provoque déjà le dérèglement climatique. Dont ils ne parlent pas. Dont la FNSEA, ce « syndicat » étrange qui accompagne de près la mort de ses membres ne parle pas. Ça fait penser.

L’armée et la grande arnaque nucléaire

Publié en avril 2021

Les journalistes sont vraiment des feignasses. Entre janvier et décembre 2013, 182 documents – 2000 pages – sont déclassifiés par le ministère de la Défense. Tous ces gens, et j’en connais, qui suivent les activités de l’armée pour leurs journaux respectifs, avaient le devoir élémentaire de lire. L’ont-ils fait ? Par chance pour nous, un chercheur, Sébastien Philippe, et le journaliste qui sauve l’honneur, Tomas Statius, ont tout dépiauté. Ce qui donne un éblouissante travail, « Enquête sur les essais nucléaires français en Polynésie » (PUF, 15 euros) (1).

Bon, on peut résumer vite, mais il est bien mieux de lire. La France a réalisé en Polynésie 193 essais nucléaires entre 1966 – De Gaulle – et 1996 – Chirac. Soit environ 800 fois Hiroshima. Jusqu’en 1974 – Chirac est alors Premier ministre -, les essais sont aériens, c’est-à-dire qu’ils partent balancer leurs radionucléides dans le monde entier. À partir de 1975, on enterre les explosions, détruisant au passage la structure des lagons.

Le livre rapporte des faits, en partie reconnus par l’armée, mais en reprenant tout depuis le début, et en refaisant patiemment tous les comptes. Sans grande surprise, la sous-évaluation de la contamination est omniprésente. Exemple avec les îles Gambier, habitées bien sûr, qui sont à 400 km de plusieurs tirs aériens. L’armée n’a prévenu personne – elle finira par construire un blockhaus -, et le nuage se moque de toute façon des précautions. Le son de l’explosion se propage à la vitesse de 340 mètres par seconde sur l’océan. En vingt minutes, il atteint les Gambier.

D’abord une boule de feu, puis une masse incandescente de plusieurs milliers de degrés, qui disperse d’innombrables poussières radioactives. Après le seul essai Aldébaran – le 2 juillet 1966 – 61 millions de becquerels se déposeront au mètre carré. Les cancers suivront. Il est plaisant de lire ce que nos responsables écrivaient sur le sujet en temps réel. Par exemple, un médecin militaire adresse une lettre dès le jour de l’explosion au grand ponte du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) Francis Perrin. Pour lui – bonne, mauvaise foi, mélange des deux ? -, le tir a libéré des doses radioactives « très inférieures » à ce qui est admissible.

L’essai – connu – le plus insensé date du 17 juillet 1974 et va contaminer lourdement Tahiti. L’équipe du livre est parvenue à modéliser le trajet du nuage de Centaure – nom de code -, qui n’est pas parvenu à la hauteur souhaitée. Et qui, poussé par les vents, a foncé droit sur la grande île de la Polynésie « française ». 110 000 personnes ont été exposés, dont la plupart ont reçu plus que la dose de radioactivité ouvrant droit à indemnisation. À condition de développer l’une des 23 maladies faisant partie d’une liste officielle. L’armée, qui a su très vite que les retombées de Centaure atteindraient Tahiti, a préféré ne rien dire.

On permettra un commentaire. Le livre fait certes œuvre utile, mais dans le même temps, angoisse. Car passé un intérêt de façade dans quelques journaux, tout retombera, comme autant de poussières, d’une certaine manière radioactives elles-même. L’opinion semble indifférente. Nul ne parle des immonde essais nucléaires français dans le Sahara, bien après l’indépendance algérienne. Nul ne parle des irradiés de Brest, ces prolos cancéreux d’avoir travaillé au plus près des bombes nucléaires des sous-marins d’attaque. Nul ne parle de la base secrète française B2-Namous – et de ses innombrables déchets -, que la France éternelle a conservée en Algérie bien après 1962. Nul ne parle bien sûr de l’atoll Bikini des îles Marshall, où les Américains ont également fait exploser leurs bombes H. Nul ne parle des Anglais en Australie. Des Russes à Semipalatinsk (Kazakstan).

Les journalistes feignasses ont donc bien raison d’être les porte-serviettes de l’armée, qui peut dormir sur ses deux oreilles. Sait-on quoi que ce soit sur ce qu’elle entreprend en notre nom ? Croyez-vous qu’ils ne s’exercent pas, en ce moment même, sur des armes toutes nouvelles ?

(1) Il faut y ajouter le collectif Interprt, lancé dans une toute nouvelle discipline qui promet : l’architecture forensique.

———————————-

Les campagnols foutent le grand bordel

Ah bougres ! Les campagnes du cœur de la France – Massif central – sont à feu et à sang à cause d’une bestiole très jolie et ultrachiante, le campagnol. Souvent, on l’appelle le rat-taupier pour l’excellente raison qu’il vit beaucoup sous terre. Et n’oublions pas qu’il est – qu’ils sont elle et lui – des copulateurs hors-pair. Toutes les quelques années, ils peuvent passer d’un individu à l’hectare à 1200.

Pour le paysan, cata garantie. Ceux de Haute-Loire ou du Cantal voient en ce moment leurs prairies retournées au point que l’herbe ne parvient plus à s’y réinstaller. On pourrait remettre des haies ou entasser des pierriers où les prédateurs comme la fouine pourraient s’installer, avant de massacrer du campagnol. On pourrait surtout arrêter de flinguer des renards.

Cet animal somptueux peut être chassé et piégé toute l’année, entre autres parce qu’il dérange les chasseurs. Il boulotte un peu trop à leur goût ces faisans d’élevage relâchés la veille de leurs grandes battues bidonnées. Donc, on le traque. C’est extrêmement con, car un renard mange chaque année des milliers de micromammifères, en particulier des campagnols. Il y est si adroit qu’on a nommé l’un de ses comportements de chasse, le mulotage. Le voir sauter sur place, queue au vent, est une splendeur.

Et justement. Un collectif de dizaines d’associations du Doubs (renard-doubs.fr) a rédigé un argumentaire parfait qui rétablit quelques vérité de base. S’appuyant sur des estimations officielles – franchement, c’est à n’y pas croire -, le collectif écrit qu’un seul renard, par ses prélèvements de campagnols, pourrait rapporter à la collectivité jusqu’à 2300 euros par an. Un seul renard !

Un autre calcul fait rigoler avant de faire réfléchir. Un campagnol mange son propre poids d’herbe chaque jour. L’action énergique d’un renard permet de « sauver » 3,5 tonnes d’herbe par an, soit une tonne de foin. Or, en 2018, dans l’Est de la France, la tonne de foin se vendait autour de 180 euros. Avis sans frais à ceux qui gueulent contre le campagnol.

————————————

Marcher pour le climat, vraiment ?

Le 28 mars, dimanche passé, pas loin de 400 organisations, dont beaucoup chères à mon cœur, ont organisé une nouvelle fois des marches pour le climat. Selon leur appel, il faudrait interpeller les députés de manière qu’ils améliorent la loi en discussion. Il faudrait donc une « vraie » loi sur le climat, car les mesures prises ne seraient pas « à la hauteur ».

Toutes ces excellentes personnes – et nombre le sont vraiment – participent du vaste déni planétaire qui sévit depuis le tout début du dérèglement voici quarante ans. Ils oublient en route cette évidence : la trajectoire officielle nous conduit au pire.

En janvier dernier, Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, clamait dans l’indifférence générale : « Nous nous acheminons vers une augmentation catastrophique de la température de 3 à 5 degrés au cours du XXIe siècle ». Et pourquoi ? Parce que la funeste COP21 de 2015 – les embrassades Fabius-Royal des Accords de Paris – a relancé la machine à illusions, qui consiste à croire qu’on peut s’attaquer au monstre sans rien toucher à notre façon de vivre. Ce n’est pas seulement un conte de fées, c’est aussi un crime contre l’avenir.

Or nos 400 organisations se contentent de se montrer naïves et même niaises, façon si tous les gars du monde voulaient bien se donner la main. Dans la réalité, il est un marqueur décisif : la bagnole. Relancer cette industrie par la voiture électrique, outre les problèmes moraux que cette merde pose, revient à dire qu’on repart pour cinquante ans. Comme avant. Je tends l’oreille du côté des 400, et rien ne vient. Jamais.

L’American way of life n’est pas négociable

Publié en mars 2021

Quoi de neuf chez Biden ? Rien. L’autre cinglé a été balancé par la porte et projette de revenir par la fenêtre. John Kerry, envoyé spécial du premier pour le climat assure désormais que son pays devra « montrer l’exemple ». Qui se souvient du 8 décembre 1997 ? Ce jour-là, le vice-président américain Al Gore prenait la parole devant la première conférence mondiale sur le climat (1). Et s’engageait, oh ! s’engageait follement, précisant : « Our fundamental challenge now is to find out whether and how we can change the behaviors that are causing the problem ». Oui, il fallait changer les comportements qui causaient ce menu problème d’un climat déréglé. Mais comme on n’a rien tenté, on n’a pas non plus réussi, et le monde a simplement perdu un quart de siècle.

Quoi de neuf chez Biden ? Prenons ensemble le cas édifiant d’un homme qui porte bien son nom. Jim Justice est le 36ème gouverneur de Virginie occidentale, État américain qui a longtemps regorgé de mines de charbon. Cette précision a sa petite importance, car Jim a hérité de terres grâce auxquelles il aura percé plein de mines avant de devenir milliardaire. C’est un patron modèle, épinglé de multiples fois pour des entorses à la sécurité au travail de « ses » mineurs, et il oublié plus d’une fois de payer ses taxes et impôts.

Couleur politique ? Pastel tirant sur le noir. Il abord la carte du parti républicain mais en février 2015, quand il veut devenir gouverneur, il devient Démocrate et c’est sous la bannière du parti de Biden qu’il s’empare en 2016 de la Virginie occidentale. Au détriment d’un Républicain. En janvier 2019, il se lance dans la course pour sa réélection, mais entre-temps, séduit – qui ne le serait ? – par Trump, il est reparti chez les Républicains et l’emporte contre un Démocrate. Ce qui n’empêche pas les ennuis : une nouvelle tuile vient de tomber du toit, car l’administration fédérale cherche à récupérer une amende de 3 millions de dollars pour violation d’une loi sur la pollution de l’eau (2). Bon courage.

Récapitulons, ce sera rapide : Al Gore, Démocrate fervent, n’a rien foutu quand il était au pouvoir et l’ami Justice oscille d’un parti à l’autre, car tantôt c’est bon pour lui de ce côté, et tantôt c’est plutôt ailleurs. Comme si cela ne suffisait pas, voilà qu’on apprend avec une totale surprise qu’un autre État américain, le Colorado, a été dévasté par l’exploitation gazière et pétrolière.

Sur le papier, qui ne vaut guère plus que celui qu’on trouve dans les chiottes, l’industrie doit nettoyer derrière elle. Mais voilà, pas question. Après avoir siphonné un puits, il faudrait le refermer. Ce qui signifie des travaux lourds, de manière à ne pas polluer les nappes souterraines ou les sols alentour. Quand on est bien élevé, on coule de grosses quantités de ciment, on enlève nombre de tuyaux pour éviter toute dispersion des polluants, en bref on colmate pour rendre l’installation inerte.

Mais ça rapporte quoi ? Un puits convenablement obturé coûte, selon les sources, entre 82 500 et 140 000 dollars. Or des puits à l’abandon, il y en a 60 000 dans le seul Colorado, ce qui représente jusqu’à 8 milliards et 400 millions de dollars. 7 milliards d’euros. Malgré tant d’évidences, il y a comme en France des gogos toujours prêts à rempiler. Citons sans méchanceté un certain Josh Joswick (3), de l’ONG Earthworks (earthworks.org) : « Maintenant, nous avons un gouvernement qui veut agir contre ça ».

En 1992, George Bush père avait déclaré pour l’ouverture du Premier sommet de la Terre : « Le mode de vie américain n’est pas négociable ». De Kennedy à Reagan, de Clinton à Bush Junior, d’Obama à Trump, puis Biden, rien n’a réellement changé.

(1) clintonwhitehouse2.archives.gov/WH/EOP/OVP/speeches/kyotofin.html

(2) propublica.org/article/this-billionaire-governors-coal-companies-owe-millions-more-in-environmental-fines?ct=t(RSS_EMAIL_CAMPAIGN)

(3) hcn.org/issues/53.4/south-energy-companies-have-left-colorado-with-billions-of-dollars-in-oil-and-gas-cleanup

————————————–

Rugy, Placé, Duflot, trio perdant

Faut-il vraiment parler de ce pauvre de Rugy ? D’un côté, non. L’ancien membre d’Europe-Écologie, le traître de comédie de la primaire de la gauche – il avait juré de voter pour le vainqueur avant de rallier Macron -, l’ancien président de l’Assemblée nationale amateur de homards, l’ancien ministre insignifiant, même mis ensemble, n’ont pas le moindre intérêt. Mais patience.

Il vient de donner un génial entretien au Point, où il vomit sur plus d’un quart de siècle d’adhésion à l’écologie politique. Comme on lui demande comment il est passé de sa position de 2017 – 100 % d’énergies renouvelables en 2050 – à son soutien déchaîné au nucléaire, il ose tranquillement : « J’ai regardé au fond des choses et j’ai approfondi les dossiers. J’ai pu vérifier que l’enjeu de sécurité nucléaire (…) était extrêmement maîtrisé en France ». Et à peu près idem sur les OGM ou la science, dont il ne sait visiblement rien.

Rugy n’est rien dans la réalité, mais il reste une excellente illustration de ce qu’était le parti des Verts jusqu’à ces dernières années. Son petit copain Jean-Vincent Placé, qui en fut le grand chef jusqu’en 2015 ? Il vient d’être condamné à une amende pour avoir lourdement dragué une gendarme, après avoir chopé une peine de prison avec sursis pour violences et outrages. En 2006, alors que Cécile Duflot était sa compagne, il déclarait à un député socialo (2) : «T’as vu qui est secrétaire nationale ? Ma meuf ! C’est moi le patron maintenant ». Ce grand amoureux de Napoléon (3) a demandé, après être sorti du gouvernement en 2017, à devenir colonel de réserve d’une unité hautement spécialisée, le 13ème régiment de dragons parachutistes, qui fait dans le renseignement militaire (4).

Quant à Cécile Duflot, qui a abandonné en flammes un parti qui semblait perdu – en 2017 -, elle est devenue depuis directrice générale d’OXFAM-France, association humanitaire. Elle semble regretter, car elle occupe ses loisirs à saboter la candidature de Yannick Jadot, vieil ennemi s’il en est. Question : où est le bilan de ces turpitudes ?

(1) lepoint.fr/politique/francois-de-rugy-il-faut-en-finir-avec-les-tabous-de-l-ecologie-13-03-2021-2417551_20.php

(2)lemonde.fr/politique/article/2008/05/20/jean-vincent-place-le-rad-soc-des-verts_1047283_823448.html

(3)lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2011/12/07/jean-vincent-place-un-requin-chez-les-ecologistes_1614258_1471069.html

(4)lopinion.fr/edition/politique/jean-vincent-place-colonel-dans-forces-speciales-103029

——————————————–

Quand l’AFP devient une idéologie

C’est bien triste de s’en prendre à l’Agence France Presse (AFP), qui rend tout de même de signalés services, mais c’est comme ça. Une dépêche du 12 mars 2021 titre : « Climat : et si ça basculait… dans le bon sens ? », et aussitôt, tous les journaux reprennent. Geo, Arte, Ouest-France, la télé belge, L’Express, quantité d’autres. La presse, mes enfants, c’est comme ça : la caution de l’AFP autorise à publier, souvent à recopier.

Que contient la dépêche ? Des informations qui, prises séparément, sont légitimes. Tel économiste a dit ci. Tel chercheur a publié ça. Le Royaume-Uni interdit les voitures thermiques en 2030. La Chine opte pour la « neutralité carbone » d’ici…2060. Le plus dérisoire est certainement dans cet extrait : « L’inquiétude sur l’urgence climatique est bien plus prégnante qu’avant », relève Stephen Fisher, professeur de sociologie politique à l’université d’Oxford, qui a piloté une enquête pour l’ONU, sondant 1,2 million de personnes dans 50 pays. Plus de 60% se disaient inquiètes, dont « la grande majorité veulent des actions urgentes et d’envergure ».

Qu’est-ce qui justifie de titrer une dépêche de la sorte ? Rien. Rien d’autre qu’un bon vieux trip idéologique, appuyé sur la mortelle croyance qu’on a le temps, et que des mesures cosmétiques pourraient suffire.

Le pire est qu’il suffit de lire jusqu’au bout pour que tout disparaisse en fumée : « Les énergies fossiles représentent encore 85% de l’énergie consommée dans le monde, subventionnées à hauteur de 500 milliards de dollars chaque année, selon l’OCDE ». Faut-il parler de désinformation ? Oui.

Macron, le référendum et le journalisme

Publié en mars 2021

Avouons qu’on ne sait pas comment ils font. Macron, jamais élu avant 2017, réussit des numéros d’escamotage dignes d’Houdini, qui parvenait à se libérer d’un coffre empli d’eau après avoir été menotté.

Le coup de la Convention citoyenne pour le climat, c’était vraiment bien. 150 naïfs tirés au sort proposent des mesures pour faire face au drame, et Macron assure devant les caméras qu’il reprendra « sans filtre » leurs propositions avant de les écrabouiller.

Et voilà qu’il récidive avec son projet de référendum. Il veut, il prétend vouloir que la Constitution intègre la « protection de l’environnement » comme un principe. Et l’Assemblée fait semblant de discuter l’affaire, quand chacun sait que cela n’ira jamais au bout.

Soit en dernière instance, le Sénat bloquera, et ce sera l’occasion pour Macron de triompher. Du côté des électeurs écologistes – voyez comme j’aime la planète – tout en affaiblissant la droite, cette droite qui règne sans partage sur le Sénat. Soit, si ce référendum ridicule devait aboutir, il ne se passerait rien quand même. La Charte de l’Environnement de Chirac en 2O05 n’aura servi à rien, et ne serviront à rien les moulinets électoralistes.

Les journalistes politiques sont très souvent des cons, incapables de relier un point avec un autre. Leur monde se réduit à la psychologie des egos, petits ou grands. La plupart ne lisent rien d’autre que des livres inutiles, racontant des histoires insignifiantes sur des destins lilliputiens.

Si tel n’était pas le cas, ils confronteraient Macron-l’écologiste à la liste rouge établie par deux autorités peu discutées : l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et le Muséum national d’histoire naturelle. Patiemment, au long de 13 années de collectes et d’analyses, leurs spécialistes ont évalué 13 842 espèces animales et végétales présentes en France. 2430 sont menacées d’extinction sur notre sol, soit 17%. Et plus de 30% des oiseaux (1). Si des yeux autres qu’aveugles regardaient cela en face, un seul mot s’imposerait, bien qu’aucun ne convienne : celui d’Apocalypse.

En France donc, tandis que péroraient entre 2008 et 2021 Nicolas Sarkozy – « L’environnement, ça commence à bien faire (2011) -, François Hollande – création d’un secrétariat d’État à la biodiversité – et notre cher Emmanuel Macron, tout s’est accéléré. C’est l »organisation profonde de la France, qui est en cause. Ses modes de production, d’exportation, de consommation, ses façons d’habiter, de bouger, de se soigner. Le reste n’est que bullshit, motherfucker, comme on dit les séries américaines.

Veut-on souffrir encore plus ? Ce ne sera pas trop difficile, car ce cirque obscène dure depuis des lustres. Toute parole politique est corrompue. En mars 2018, Nicolas Hulot, alors ministre de l’Écologie, monte à la tribune de l’Assemblée nationale. Il vibre, il est au bord des larmes, et le pire de tout est qu’il est sincère. Il demande au députés qui s’en tapent « un sursaut d’indignation ». Il déclare dans le vide : «  Il y a des tragédies invisibles et silencieuses dont on s’accommode tous les jours, eh bien je vous le dis, tout seul, je n’y arriverai pas (…) Oui je vais vous présenter un plan biodiversité dans les semaines qui viennent, qui va succéder à la stratégie de la biodiversité, mais très sincèrement, tout le monde s’en fiche, à part quelques-uns ».

Vains Dieux ! En 2016, Barbara Pompili, alors secrétaire d’État à la biodiversité de François Hollande, arrache l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes, ces massacreurs d’abeilles. Elle déclare même, toute fiérote de sa réussite : « Ils sont dangereux pour notre santé, pour notre environnement, ils contaminent les cours d’eau, la flore, y compris la flore sauvage. Ils restent dans les sols très longtemps […] Nous avons une responsabilité vis-à-vis de nos enfants, nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas ».

Et là-dessus, elle autorise en septembre 2020 leur retour. Sur les betteraves pour commencer. Rien ne bouge, car nul ne bouge.

(1) https://uicn.fr/liste-rouge-france/

————————————————-

Une nouvelle manière de faire une enquête

Se passerait-il quelque chose dans le journalisme ? On sait depuis longtemps que des centaines de journalistes plutôt jeunes tentent l’aventure, les aventures. Mais le projet Disclose donne envie de connaître la suite.

On résume vite fait. À l’été 2015, notre bon ami Bolloré veille. Devenu patron de Vivendi, il règne donc sur sa filiale Canal+. Or un documentaire doit y être diffusé, qui raconte de belles choses sur les magouilles du Crédit Mutuel, banque qui a aidé Bolloré dans sa marche triomphale. Il censure.

Le doc de Geoffrey Livolsi et Nicolas Vescovacci finira par passer sur France 3, mais pour Livolsi, c’est la goutte d’eau fatale. Avec quelques amis et confrères, dont Jean-Pierre Canet – tu vas bien ? -, il lance en 2018 Disclose (disclose.ngo/fr) après une levée de fonds auprès de simples citoyens.

Le principe de fonctionnement est simple : plus les donateurs ouvrent leur porte-monnaie, plus les journalistes travaillent. On paie pour permettre des enquêtes au long cours. En deux ans, Disclose a déjà reçu quelques grands prix, dont le Sigma Awards.

Signalons deux enquêtes qui ne peuvent que plaire dans cette page : l’une sur l’élevage intensif, l’autre sur les conséquences réelles des essais nucléaires français à Moruroa et Fangataufa. J’y reviendrai après avoir lu le livre qui accompagne, dont l’un des auteurs travaille avec Disclose.

On peut filer des infos à Disclose de manière discrète en ouvrant un compte mail sécurisé, via Proton. Ça a l’air compliqué, mais c’est simple comme tout (1). On peut aussi utiliser l’application gratuite Signal, qui paraît-il garantit la confidentialité des échanges.

Bien que si jeune, Disclose a déjà un petit frère breton, Splann (splann.org), d’un mot qui veut dire « Clair ». Et c’est en effet limpide. Le groupe autour de Splann, basé à Guingamp (Côtes d’Armor), entend regarder derrière la carte postale, genre rochers et côte sauvage. Et la cible principale, sans surprise, c’est l’empire agro-alimentaire qui a transformé la Bretagne en une infâme décharge à cochons et à déjections.

(1) https://disclose.ngo/fr/page/devenez-une-source

———————————————-

Martine et les jardins ouvriers d’Auber

C’est une bagarre entre deux mondes irréconciliables. Bien que prévenu, j’avais laissé filer les jours et les semaines. Et voici que Martine Rousseau-Oger, amie lointaine mais chère, m’envoie ce qu’elle a écrit pour son blog si délicieux (1).

Ça se passe à Aubervilliers, ville historique des prolos, de l’espoir, du Front Popu, mais aussi de cette canaille de Pierre Laval, qui y fut maire. « En sortant du métro Fort-d’Aubervilliers (direction La Courneuve), Seine-Saint-Denis, et avant d’arriver à quelques hectares de verdure, on passe devant ça », commence Martine. Et ça, ce sont des immondices, des centaines de canettes, un ignoble parking. Le lieu est délaissé, certainement sur décision politique.

C’est ici, ajoute Martine, que « le Grand Paris Aménagement (GPA) compte fermement installer une piscine d’entraînement (coût estimé : 40 millions d’euros) pour les Jeux olympiques 2024 ». Or juste à côté ont poussé bien avant guère des jardins ouvriers, loués pour une somme modique. Il y a 86 parcelles, mais un projet contigu à la piscine prévoit un solarium et une terrasse de 4000 m2. Le tout engloutirait 19 parcelles, pour commencer.

Pour commencer. On parle aussi d’une gare, d’hôtels, de logements et de bureaux.Chacun sent bien que le Grand Paris, les JO de 2024, la marche à l’abîme sont tout un. Dans le monde des Excellences, y compris Hidalgo, qui aura tant fait pour les Jeux Olympiques, il n’y a pas de place pour un jardin ouvrier de pauvre. Si vous êtes dans le coin, allez-les voir, et bougez-vous le cul (jardinsaubervilliers.fr). On sait jamais.

(1) lemonde.fr/blog/correcteurs/2021/03/07/aux-vertus-dauber/