Archives mensuelles : février 2012

L’avenir des routes, de Sébastien Genest et des écologistes officiels

Je vais essayer de me montrer pédagogue, et de ne pas insulter Sébastien Genest, qui d’ailleurs ne le mérite pas. Jadis, le 22 janvier 2009, j’ai écrit ici même un horrible papier intitulé : Chantal Jouanno se mariera-t-elle avec Sébastien Genest ? Et comme je ne suis qu’un voyou, malgré une sévère lettre d’engueulade de madame Genest, défendant avec force son mari, j’ai récidivé, moquant M.Genest dans le domaine où il a certaine compétence, les forêts. Si cela vous intéresse, vous pouvez taper le nom du monsieur dans le petit moteur de recherche interne à Planète sans visa, et vous trouverez aisément six ou sept articles du même tonneau.

Mais qui est Sébastien Genest ? Un forestier du Limousin. Un ancien forestier devenu président de France Nature Environnement (FNE), acteur majeur de la pantomime du Grenelle de l’Environnement, où des encravatés de l’écologie ont permis à monsieur Sarkozy de faire un grand show à sa manière, tout en trucs, astuces et manipulations. Tiens, au fait : qu’attendent donc FNE, le WWF, la fondation Hulot et Greenpeace pour reconnaître ce qui ne peut plus se discuter ? Pour admettre sans détour qu’ils ont trompé la société française en la faisant marcher dans les manigances du pouvoir ? N’étant tout de même pas totalement con, je sais bien que ces petites Seigneuries ne le feront pas, et d’autant moins qu’elles demeurent prêtes à rempiler.

Genest, excusez-moi. Il n’est plus président de FNE, mais vice-président. Je crois savoir que cet homme est sympathique. Si cela suffisait, la vie serait tout de même plus commode. Mais l’on sait que bien des décisions contestables et même dégueulasses ont été portées par des gens qui inspirent confiance et respirent de même. Je précise pour ceux qui ne connaissent pas que FNE unit selon ses comptes environ 3000 associations locales, fédérées au plan régional dans des structures comme Bretagne Vivante, Alsace Nature, Nord-Nature, la Frapna, etc. Je suis moi-même membre de Bretagne Vivante depuis 1987, et donc de FNE, que j’ai assassinée sans la moindre hésitation dans mon livre Qui a tué l’écologie ?. Et je suis prêt à recommencer, comme on va le voir, car je tiens la bande de bureaucrates qui tient FNE au sommet pour des capitulards de la crise écologique, qui jamais ne mordront la main qui les nourrit. L’État et les structures publiques financent autour de 70 % des activités de FNE. Ite missa est.

Genest, rebelote. Il émarge au Conseil économique, social et environnemental (CESE). Non seulement lui, mais une dizaine d’écologistes estampillés par le trio Sarko-Borloo-Kosciusko-Morizet pour leur beau coup de main au moment du Grenelle de l’Environnement. Compter autour de 3 000 euros par mois. Je connais des gens, et nombre, qui sauteraient au plafond s’ils gagnaient autant. Genest siège et il est simplement fou de voir à quel point il se prend au sérieux. Plutôt, à quel point il prend au sérieux les intérêts de ses copains au pouvoir. J’en demeure scié. Allez donc regarder ce petit film, qui est un bijou de 6mn48 : c’est ici. On y voit un autre membre du CESE, Pierre-Jean Rozet, de la CGT, et notre ami. De quoi parlent-ils ? Du Schéma national d’infrastructures de transport (SNIT).  Qu’est donc ce SNIT ? Je cite un document officiel : « Il reflète une vision stratégique de l’évolution à long terme des infrastructures de transport en France. Il décrit donc le champ très large des possibilités sur les décennies à venir ».

Qui a élaboré ce texte officiel, cadre de notre avenir contraint ? Je vais lâcher une bombe, sans rire aucunement, car vous ne lirez ce qui suit nulle part : ceux qui ont planché prioritairement sur ce plan décisif sont des ingénieurs polytechniciens appartenant au grand corps féodal qu’on appelait jadis les Ponts et Chaussées. Ouille. Si cela ne vous dit rien, il n’est que temps d’apprendre. Cette « noblesse d’État », comme écrivait Pierre Bourdieu, a intégré en 2009 un autre corps très remarquable qui s’appelle les Ingénieurs du Génie Rural et des Eaux et Forêts (Igref). Le corps de madame Kosciusko-Morizet. Mais cela ne change rien au monopole qu’ont les Ponts sur les routes, autoroutes, ronds-points et autres gracieusetés.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’extrême malignité de ce système purement oligarchique, pour rester poli, allez donc lire cet article de Planète sans visa, et notamment ce qui concerne le rapport Bourdillon. Je gage que vous ne serez pas déçu. Quoi qu’il en soit, le SNIT a été élaboré par des spécialistes qui ne jurent depuis des lustres que par le lourd, l’infrastructure, et qui d’ailleurs reçoivent des rémunérations dites accessoires, liées au volume de travaux qu’ils conseillent avec tant de savoir-faire à l’État, sur budget public. En clair, ces gens, dépourvus de la moindre culture dans les si vastes domaines de l’écologie, ont personnellement intérêt à ce que le béton bétonne. C’est sain. C’est frais.

Mais alors – roulement de tonnerre -, que vient donc faire Genest l’écologiste fervent dans cette épouvantable galère ? Je vous pose la question. Le texte – qui reste un projet – du SNIT est une monstruosité technocratique. Une boursouflure au ton insupportable, digne réellement de la novlangue chère à mon vieil ami George (Orwell). Tout n’est qu’hymne au « développement », synonyme de saccage des milieux, des espaces, des espèces. C’est à chialer. Je cite, à propos de l’infâme projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : « Le tableau et la carte ci-après présentent les principaux projets qui doivent permettre d’optimiser l’utilisation du transport aérien et notamment de le recentrer sur son domaine de pertinence ». Oui, ils causent comme cela. Et ils veulent leur putain d’aéroport. Pour commencer.

Pour commencer, car tout est à l’avenant, foutredieu. Tout. Le plus incroyable est encore la partie consacrée aux routes et autoroutes nouvelles, que leur Grenelle de l’Environnement  devait empêcher à jamais. Leur Schéma prévoit 10 milliards et 340 millions d’euros de dépenses pour les « infrastructures routières ». Mais attention, quelle belle manière ! Il n’est plus question de favoriser la bagnole, bien entendu. Voyons, ne sommes-nous pas tous en faveur du « développement durable » ? Si l’on trace de nouvelles routes, c’est pour la cause humaine. Dans le texte à nouveau, les investissements seront « de sécurité : c’est évidemment un enjeu majeur de la politique routière de l’État »; « de désenclavement et d’équité territoriale, dans une optique sociale et économique »« de réduction de la congestion ». Aucun commentaire ne ferait le poids en face d’une telle inventivité.

J’ai encore paumé Genest, mais je le retrouve enfin. J’espère que vous avez eu le temps de regarder le petit film proposé plus haut. Il est certain, il me semble à moi indiscutable que Genest a franchi la ligne sans espoir de retour. Il est de leur côté. Il leur sert de caution, et d’alibi, et j’arrête là, car je me retrouverais autrement au tribunal pour injures. Il n’empêche que Genest parle exactement comme eux. Je le cite, lui : « Ce projet de SNIT a des avancées importantes, conséquentes, dans plusieurs domaines ». Au nom de quoi, au nom de quelle morale simple un homme comme lui peut seulement OSER sortir une telle énormité, alors qu’il est censé représenter 3 000 associations, dont nombre se battent ou se battront contre les projets lamentables de ce triste SNIT ? Je ne parviens pas à trouver la moindre réponse.

Le pire ? Oui, il y a un pire. Ce pauvre Genest est obligé de convenir que ce projet rend impossible les engagements pris par la France de diviser par quatre ou cinq ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. Dans son inimitable jargon, cela donne : « L’inflexion reste insuffisante pour un projet à échéance de 25/30 ans, proche du terme de 2050 fixé pour atteindre le « facteur 4 » de réduction des émissions de GES ». Autrement dit, un ponte de FNE apporte son aval, moyennant quelques critiques, à un plan d’État qui tourne le dos à la loi française.

Moi qui pense que la lutte contre ce dérèglement est la mère de toutes les batailles, je juge évidemment que Sébastien Genest ne fait plus partie de ma famille. Ou que je suis sorti de la sienne il y a déjà longtemps. Genest a bel et bien rejoint le camp de la destruction et je suis écœuré comme rarement je le fus. Cette écologie de pacotille est bel et bien morte, et comme je l’ai déjà écrit dans un livre, je sais qui l’a tuée.

Le principe industriel est-il criminel ? (à propos de la clope et du reste)

J’ai choisi cette fois un titre un poil abscons, en tout cas peu clair au premier abord. Et c’est volontaire, car je tiens à vous garder ici jusqu’à la fin. À l’heure du net et du survol, ceux qui lisent un article jusqu’au bout son rares, je le sais. Et je sais de même que je perdrai des lecteurs en nombre avant le bas de cette page. Je tente donc une pauvre ruse, et voyons ce qu’elle donne.

Ce que je vais écrire n’est pas ordinaire, et si j’étais vous, je prendrais cet avertissement au sérieux. Je sais de longue date, pour avoir observé de bien près certaines industries mortifères que le crime a joué et joue son rôle dans leur déploiement vertigineux. Je l’ai vu au sujet de l’amiante, au sujet des déchets – je me suis occupé professionnellement, pendant des années, de la sinistre décharge de Montchanin (Saône-et-Loire) -, au sujet des pesticides, des biocarburants, de la viande. Je sais donc de source sûre et certaine que les grandes chaînes hiérarchiques, démesurément étendues, produisent sous le règne du profit maximum des comportements ignobles, immondes et, oui, criminels.

Avant de savoir qui est responsable, éventuellement justiciable, je dois vous parler d’un article qui constitue un choc. Cela ne m’arrive pas toutes les cinq minutes, car je n’ai jamais cessé de lire les journaux depuis l’âge de dix ou onze ans, ce qui commence à dater. Cet article signé Stéphane Foucart, a paru dans Le Monde sous le titre : Les conspirateurs du tabac. Exceptionnellement, je vous en donne l’intégralité dans la partie Commentaires, ci-dessous, mais vous pouvez aussi le lire online, en cliquant ici. Foucart évoque la sortie d’un livre aux États-Unis, écrit par le professeur de Stanford Robert Proctor. Cet intellectuel de haut vol a passé des années à dépiauter des millions de documents internes à l’industrie du tabac. Quoi qu’on puisse penser du reste, ce n’est pas chez nous que l’on verrait cela. Car en 1998, après un procès historique mené par 46 États américains contre les industriels de la clope, il a été décidé, outre le versement d’une menue amende de 188 milliards d’euros, la publication forcée de mémos, courriels, documents internes en tous genres. Et dans cet immense fatras, comme on se doute, d’innombrables révélations qui donnent sa chair au bouquin de Proctor, Golden Holocaust.

Bien sûr, je savais que les fabricants de tabac savaient. Et qu’en toute conscience, ces crapules avaient continué d’inonder les marchés de leur poison mortel. J’avais compris – il aurait fallu être bien aveugle – que cette industrie était comme l’archétype de tant d’autres. Dès les années 20 du siècle passé, raisonnablement, le doute n’était plus permis : le tabac était bien un puissant cancérigène. Confrontés au péril d’une chute sans fin de leurs profits, les pontes de la clope eussent pu tenter une reconversion, mais ils décidèrent en conscience la tuerie de masse. Savez-vous qu’au moment du Plan Marshall pour l’Europe dévastée par la guerre -1947 -, les cigarettiers ont obtenu du gouvernement américain que l’aide directe se décompose en deux dollars de nourriture pour un dollar de tabac ?

En 1953, les mêmes lancent une stratégie extraordinaire qui vise à tromper l’opinion et ces benêts de journalistes en organisant méthodiquement un soi-disant « doute scientifique » sur la dangerosité de la clope. On achète des scientifiques – je croyais la chose rare, Proctor montre que non -, on finance des études biaisées, montées en épingle ensuite dans les journaux adéquats, et de la sorte on crée du bruit, des écrans de fumée, de la confusion. Il faut donc, pour y voir plus clair, de nouvelles études, lesquelles se montrent comme par hasard aussi contradictoires que les précédentes. Ô ne me dites pas que vous ne reconnaissez pas cette musique ! Elle est jouée en ce moment au sujet des antennes de téléphonie mobile.

Osons parler de chef d’œuvre. Il a permis de gagner des dizaines d’années, et il continue d’ailleurs de travailler les esprits dans ces pays d’avenir pour la mort que sont la Chine, l’Inde, et tant de contrées plus exotiques encore. Le savoir-faire accumulé a bien entendu servi aux autres, avec en France par exemple ce qu’on a appelé le Comité permanent amiante (CPA), créé pour tromper sur les risques de contamination par ce qu’on appelait jadis, The Magic Mineral. Mais revenons au tabac. Comment décrire ? La clope tue 5,5 millions d’humains chaque année, soit davantage que le sida, le paludisme, la guerre et le terrorisme réunis. Au cours du XXème siècle, la cigarette aura flingué prématurément 100 millions d’hommes et de femmes. Chiffre à rapprocher – et pourquoi n’oserait-on le faire ? – des 50 à 60 millions de morts de l’infernale Seconde Guerre mondiale.

Des statisticiens ont même calculé ce que tuerait la cigarette au cours de ce siècle si les tendances devaient rester les mêmes, ce qui est pour sûr impossible. Il n’empêche que l’estimation est, disons, intéressante : 1 milliard. Oui, d’authentiques ordures cousues d’or pourraient être responsables de la mort d’un milliard d’entre nous. Par commodité, je vous prie, laissons de côté le débat périphérique – et légitime – sur la responsabilité propre au fumeur, cela nous perdrait. Et d’ailleurs, Proctor raconte dans son livre les incroyables ruses de l’industrie pour rendre toujours plus accros et dépendants les malheureux consommateurs imbéciles. Car imbéciles ils sont, j’en disconviens d’autant moins que j’ai clopé pendant quinze années.

Quoi d’autre ? Eh bien, les fabricants ont infiltré en professionnels qu’ils sont l’Organisation mondiale de la santé (OMS). De nouveau, je le savais, mais dans les grandes lignes seulement. Comme je sais que toutes les structures onusiennes comme la FAO, le Codex Alimentarius – créé par l’OMS et la FAO pour édicter des normes alimentaires…-, le Pnue, le Pnud et bien d’autres le sont. Je vous renvoie à un document de l’OMS, en anglais hélas, qui est proprement stupéfiant. Je ne prétends pas avoir lu les 260 pages, mais j’y ai passé suffisamment de temps pour recommander le texte à quiconque, et c’est ici.

Quoi d’autre ? La clope est radioactive, et un paquet et demi par jour équivaut, grossièrement, à 300 radios du thorax en une année.

Quoi d’autre ? J’arrête là, et je vous dis que nous sommes vraiment des êtres soumis. Du gibier bon à être abattu par les petits et grands viandards de l’industrie. Non ? Si. Pour sortir de la folle cécité qui est la nôtre, il faudrait commencer par nommer le crime. Ce qui entraînerait ipso facto une crise essentielle dans ces structures soi-disant écologistes qui collaborent avec l’industrie, et parfois la pire, comme c’est le cas, entre autres, du WWF ou de France Nature Environnement (FNE). Bien entendu, cela ne suffirait pas, mais conduirait à rechercher des formes d’action enfin adaptées. Car en face de l’assassinat de centaines de millions de personnes, que fait-on ? On pétitionne ? On joue du flûtiau ? Ou bien l’on dresse la liste des criminels avant que de leur faire rendre gorge ? Ce n’est pas ce que j’appellerais la même stratégie.

Que ce soit pour les pesticides – une industrie criminelle -, les biocarburants – une industrie criminelle – la viande – une industrie criminelle – et vous compléterez l’interminable liste vous-même, nous savons bel et bien l’essentiel. La seule chose qui nous manque, c’est la vaillance, le courage, la volonté d’enfin affronter le mal incarné. J’ai nommé l’industrie. Et je réponds du même coup à la question posée dans le titre. Oui, je crois que l’industrie est criminelle dans son principe. Elle rend abstrait ce qui est on ne peut plus concret : le besoin de boire et de manger, de se vêtir, de se chauffer, d’avoir un toit. Elle transforme les êtres en marchandises. Elle est dirigée chaque jour davantage par des entités, dont nous ignorons tout. Sans la moindre solution de continuité, selon moi, elle mène des fabriques puantes – qui ruinaient les tondeurs et tricoteurs au seul profit des métiers à tisser et de leurs propriétaires, il y a deux siècles -, à Michelin volant les terres d’un village d’Intouchables du Tamil Nadu aujourd’hui.

L’industrie a toujours, et toujours plus remplacé le service dû aux hommes par son propre mouvement interne. Lequel, dans nos sociétés capitalistes vieillissantes, signifie la recherche abjecte de fric, quels que soient les coûts sociaux ou écologiques. L’industrie est amorale et son gigantisme l’entraîne fatalement à provoquer des dégâts planétaires irréparables. Il n’y a rien que l’on puisse faire, sinon abattre le monstre. Le reste n’est que vile soumission à l’ordre.

Je ne terminerai pas en laissant croire que je réclamerai le retour au bon vieux temps de l’artisanat. Les hommes n’étaient pas meilleurs, mais au moins, la taille de leurs activités leur interdisait les exterminations de masse. Je récuse avec force l’idée que nous serions condamnés à pactiser avec les transnationales et tous nos petits champions nationaux, mus exactement par les mêmes logiques. Ce qui me saute aux yeux, c’est qu’il faudra, sur les ruines de notre monde, bâtir une économie de la simplicité, où les objets retrouveront le sens qu’ils n’auraient jamais dû perdre, où l’on pourra faire réparer toute une vie durant ce dont nous aurions réellement besoin. Une utopie ? Certes oui, et revendiquée. Mais leur avenir à eux n’est pas utopique, il baigne dans le sang des sacrifiés à venir. Arrêtons donc de déconner et de faire semblant, comme tous ces foutus Bisounours de la sphère écologiste, qu’il s’agit de s’entendre entre gens de bonne compagnie. Je ne suis pas de bonne compagnie. Et la place de ces salauds est en enfer.

Divagations sur le principe industriel

C’est dimanche, juste au lendemain de l’article ci-dessous, écrit donc samedi. Je dois préciser que je viens de changer le titre, ce qui a pu m’arriver une autre fois, mais guère plus. Le précédent titre (Sur le principe industriel [pas vu, pas pris] ) était très mauvais. Celui que j’ai mis à sa place n’est pas bon pour autant, mais au moins, il montre ce qu’il en est. J’essaierai de de faire mieux les autres fois.

Sans transition mesdames et messieurs, passons à ce qui m’amène. Je viens de lire une information saisissante sur un truandage majeur. Il concerne des prises illégales de poissons – maquereau et hareng surtout – au Royaume-Uni, c’est-à-dire, malgré tout, chez nous. Pour ceux qui lisent l’anglais, voici une adresse fiable où trouver les détails : cliquer ici. Pour les autres, je résume. Des pêcheurs margoulins, immatriculés pour bonne part aux îles Shetland, ont débarqué pendant des années des millions de tonnes de poissons qui n’étaient pas déclarés. Et qui, bien sûr, excédaient de loin les quotas, absurdes par ailleurs compte tenu de la situation des mers, octroyés par l’Union européenne.

La fraude est considérable, car en valeur, elle se chiffre en dizaines de millions d’euros. À cette échelle industrielle, il faut un système, et de multiples complices. De fait, il existait de faux livres de bord, des balances truquées, un système informatique parallèle. Bref, de quoi nourrir son monde et se payer des vacances aux Maldives – ô les jolis poissons ! – et des 4X4 Hummer pour faire bisquer le pauvre. Le plus plaisant peut-être se trouve dans la déclaration d’un bureaucrate de la pêche, Bertie Armstrong, chef de la Fédération des pêcheurs écossais. « La situation a complètement changé », assure-t-il pour commencer. Et le brave homme ajoute : « La loi a changé, les pratiques de l’industrie ont changé et sont vérifiées de manière indépendante par le Marine Stewardship council ».

Je précise en m’esclaffant que le Marine Stewardship council est un label censé garantir que la pêche menée selon ses règles est durable. Je ne développe pas ici, me contentant de m’esclaffer en précisant que ce label a été créé en 1997 par le WWF et Unilever, transnationale qui vendrait ses produits à 150 millions d’humains. Et parmi ces produits, des lessives aux phosphates, interdites en France, mais vendues par ce grand philanthrope, ami du WWF, en Amérique latine, où les rivières aiment les phosphates.

C’est affreux, car une fois de plus, je butine et ne parviens pas à me poser. Considérez donc cet article comme une simple déambulation mentale, et ne m’en tenez pas rigueur. Donc, si l’on en croit le monsieur Armstrong, tout a changé. Sauf qu’il n’en est évidemment rien, car le principe industriel joue bien entendu aussi sur la soif d’or qui s’est emparée du monde. Les pêcheurs-truands d’Écosse et leurs aides à terre sont indiscutablement des modernes. Eux aussi veulent en croquer. Eux aussi veulent faire comme les innombrables petites et grandes crapules du CAC 40. Eux aussi rêvent de parachutes dorés et de retraites-chapeaux. L’industrie est hybris, cette notion grecque qui signifie démesure.

Je me demande parfois si l’idée même d’industrie n’est pas en cause. Je blague, car je crois en réalité que le principe industriel a joué un rôle central, décisif, dans l’émergence d’une crise écologique sans rivages, et sans solution apparente. Bien entendu, il y a loin des premières fabriques, celles où les prolos et leurs gosses crachaient leur vie à pleins poumons, et les monstres complets que nous connaissons. Mais le passage des unes aux autres, qui s’est étendu des débuts de la révolution industrielle à nos jours, est-il affaire de nature ou plus certainement de degré ?

Rappelons aux oublieux que le salariat, cette invention maudite, a une histoire, et qu’elle est récente. Ce rapport de sujétion entre un maître et ses marchandises – un salarié est-il autre chose ? – n’existe pas depuis la nuit des temps, pardi. Et ne me faites pas dire que le passé était mieux. Le passé est d’abord ce qui a passé. La cruauté sociale, la souffrance au travail, le malheur d’un geste raté, tout cela existait bien avant le salariat. Je constate seulement que la domination et le pouvoir de coercition ont fait, depuis deux siècles, d’étonnants progrès. Je constate également que l’abolition du salariat, qui irrigua pourtant une partie de l’histoire vive du mouvement ouvrier défunt, ne figure plus guère au programme.

La soif de l’or est ancienne, comme chacun le sait. Mais à l’époque par exemple d’El Dorado, cette contrée mythique d’Amérique latine que les soudards espagnols du XVIème siècle croyaient découvrir chaque jour ou presque, elle pouvait être étanchée avec deux ou trois sacs de bijoux incas, ou mayas, ou aztèques. Le crime était là, mais artisanal encore. Et c’est bien ce qui aura changé avec l’apparition des machines à vapeur, puis du reste, jusqu’à cette informatisation uniforme de la planète, qui recèle à mes yeux les plus grands dangers de l’histoire des hommes. Faut-il rappeler que pendant ladite Guerre Froide, l’équilibre de la terreur a reposé sur des ordinateurs, seuls capables de répondre en une milliseconde à une agression nucléaire venue de l’autre camp ? Faut-il ajouter un mot sur le rôle d’amplificateur des crises financières que tiennent aujourd’hui les machines ? Ce que je veux dire, qui n’est que truisme, c’est que les hommes – nous – et les petits cerveaux dont nous sommes dotés, ne sont pas compatibles avec la taille des structures et des engins. Le constat peut être partagé avec quiconque regarde les choses avec sérieux. D’un côté, nos possibilités de maîtrise et de morale sont les mêmes qu’au temps de la pierre taillée; et de l’autre, nous devrions nous montrer capables de dominer l’atome et le pouvoir extravagant des transnationales malgré ces tares congénitales que sont l’idiotie, la jalousie, le pouvoir, le lucre.

Je ne suggère pas de nous tourner vers les temps anciens, ce serait vain. Je prétends que, compte tenu de nos singularités d’espèce, ou nous saurons trouver des formes de production locales et régionales, contrôlables, mesurées, ou nous périrons dans les flammes de l’enfer. Et quand je dis : périrons, je ne pense pas nécessairement à la mort, mais à la survie dans des conditions qui deviendraient chaque jour plus indignes. Tiens, avez-vous entendu parler de cette fraude sur le marché européen des émissions de carbone, qui a coûté à la France 1,6 milliard d’euros (cliquer ici) ? Pour vous donner une idée de l’ampleur du chiffre, les 60 000 postes que créerait François Hollande élu président dans l’Éducation coûteraient selon lui 2,5 milliards d’euros. Vu de cette manière, vous serez d’accord, je pense, pour estimer que cette fraude au carbone est simplement colossale. A-t-on lu des éditoriaux enflammés des habituels sur la question ? Non pas. L’industrie, comme la fraude industrielle, est considérée comme un fait. Un horizon indépassable. Le restera-t-elle ?

En attendant le black-out, tous à la bougie !

Le temps passe si vite que l’on a oublié l’hiver. Il y a une dizaine de jours, la France claquait des dents et battait des records de consommation électrique chaque soir ou presque. On attendait de vastes coupures dans les régions les plus fragiles, comme Paca ou la Bretagne. Moi, j’en ai profité pour écrire deux papiers dans Charlie-Hebdo la semaine passée, que je vous mets ci-dessous, en complément des billets précédents de Planète sans visa. Hum, on nous aurait donc mené en bateau ? Pas possible. Pas possible, n’est-ce pas ?

Les papiers de Charlie :

Notre France va-t-elle connaître un krach électrique ? À l’heure où Charlie boucle, ce n’est pas encore gagné. Mais avec un peu de chance, un vaste black-out peut bloquer d’un clic des milliers d’ascenseurs et des millions de rasoirs électriques. Merci qui ? EDF, qui promet la lumière aux benêts depuis l’après-guerre. Merci quoi ? Le chauffage électrique.

Comme c’est bien organisé ! En 1971, EDF invente le chauffage électrique. Pile poil au bon moment, car à la fin de 1973, profitant de la maladie du Pompidou et du quadruplement du prix du pétrole, les ingénieurs des Mines et leurs complices du gouvernement lancent la construction de nombreuses centrales nucléaires. Seulement, soyons pas cons, il faut penser à la suite. Produire de l’électricité, c’est bien, mais la vendre, c’est mieux. Citation de Marcel Boiteux (1), alors directeur général d’EDF, en 1973 : « Tout client nouveau qui opte pour le chauffage électrique nous amène à augmenter d’autant notre programme nucléaire ».

Boiteux, t’es chic comme tout. Le chauffage électrique a donc servi de cheval de Troie pour imposer le nucléaire à une société qui n’en voulait pas. Dans la foulée, des armées de margoulins se lancent à l’assaut. Pour les fabricants de convecteurs, les installateurs, les bureaux d’études pour logements neufs, les vendeurs de laine de verre et de placoplâtre, c’est Noël tous les matins. Une industrie de l’arnaque se met en place.

Comme on peut s’en douter, personne ne vérifie rien. Le chauffage électrique ne peut chauffer que des pièces bien isolées. Or tel n’est pas le cas des millions de logements, souvent sociaux, qui vont être royalement équipés au fil des décennies. Selon EDF même, dans sa communication interne, 50 % des logements chauffés ne respectent pas, en 1999, la réglementation d’isolation de 1977. Et les deux tiers celle de 1982. Un triomphe (2). Les proprios installent deux merdouilles avec résistance électrique, et laissent le locataire se démerder avec les factures. Les promoteurs de maisons neuves préfèrent installer quelques appareils plutôt que de payer un chauffage central, bien plus cher au départ. Les sociétés HLM, qui n’ont rien à refuser à EDF et à l’État, balancent du tout électrique dans des immeubles en carton-pâte et obligent ainsi les prolos à jongler avec l’addition.

Un exemple parmi 500 000 autres : la cité des Grands Pêchers, à Montreuil (Seine-Saint-Denis). En 1997, Bertrand et Nils Tavernier viennent y tourner « De l’autre côté du périph’ », et réveillent une putain de colère. L’hiver, les gueux grelottent et sortent jusqu’à un demi-smic pour payer une électricité qui se barre par les fenêtres et les portes. Les responsables HLM dénoncent l’attitude d’EDF, soutenue au plus haut niveau de l’État (3).

Face aux gueulantes, EDF sort une arme de destruction massive nommée publicité : la propagande Vivrélec déferle à partir de 1996 sur la France. Cela donne, dans le texte : « Vous voulez faire construire ou acheter un logement neuf, et vous réfléchissez à son mode de chauffage. Aujourd’hui, avec les nouveaux appareils, le chauffage électrique vous offre de nombreuses possibilités pour un très grand confort ». Ou bien : « Pratique et esthétique, le radiateur sèche-serviettes ». Ou encore : « Satisfaction sur toute la ligne », ce qui est, précisons-le, un jeu de mots.

Le chauffage électrique repart du bon pied. Selon les derniers chiffres officiels connus, 31 % des logements individuels et collectifs sont chauffés à l’électricité, et surtout, 80 % des logements neufs, en 2009 étaient livrés avec. Voici venue l’heure de la leçon de choses. En France, 80 % de l’électricité est nucléaire. Notons ensemble l’intelligence de ce mode de production. Un, faire garder par des hommes en armes des mines d’uranium, au Niger par exemple. Deux, enrichir le minerai et larguer les déchets où c’est possible, loin des yeux. Trois, bâtir 58 réacteurs nucléaires, en priant le bon dieu des atomes qu’aucun n’explosera jamais. Quatre, aligner de vastes réseaux de lignes à très haute et à haute tension, si bonnes pour la santé des riverains.

Compter 100 000 Km en tout. Enfin, servir bien chaud à domicile ce qui reste dans la hotte du père Noël. Comme vous le saurez en lisant l’encadré que Charlie a caché ailleurs sur cette page, il ne reste pas bézef. Est-ce au moins bon pour le climat, comme le jure EDF sur la tête de sa mère ? Benjamin Dessus, l’un des meilleurs connaisseurs du dossier électricité, rappelle que « l’Ademe et RTE (Réseau de Transport d’Électricité) ont montré que tout kWh électrique supplémentaire consacré au chauffage d’ici 2020 contiendrait 500 grammes de CO2, contre 300 pour le fioul et 200 pour le gaz ». C’est technique, très. Mais l’Ademe et RTE sont des autorités officielles. Le chauffage électrique est bien une merde.

(1) Le Point, le 30 juillet 1973

(2) In Sujets ou citoyens, par Marc Jedlizcka et Didier Lenoir (Cler)

(3) Libération, 6 décembre 1997

(4) www.terraeco.net/La-France-du-tout-electrique-est,7051.html

Un deuxième papier

Le plus con de tous les chauffages du monde

Tout le monde le sait : la France ne cesse de battre ses records historiques de consommation d’électricité. Plus de 100 000 mégawatts (MW) chaque soir, à l’heure où s’allume le chauffage électrique. Autour de 19 heures, il faut mobiliser une puissance électrique colossale. Sauf qu’on ne l’a pas en magasin : il faut en acheter 7 à 8 % à l’étranger, surtout en Allemagne. Bien souvent en provenance du charbon.

Le nucléaire qui devait nous sauver de la bougie est un bon connard de l’énergie, qui produit sans lever la tête de son établi. Comme on ne sait pas stocker l’électricité, il faut la vendre quand elle sort du tuyau. À prix cassé tout au long de l’année. Mais quand l’hiver arrive, changement de programme. Le chauffage électrique est si foldingue qu’EDF n’arrive plus à suivre.

Il y a encore plus distrayant. L’électricité nucléaire – 80 % de celle made in France – est une gagneuse. Entre l’uranium que l’on extrait de la mine et celui, enrichi, qu’on enfourne dans les centrales, on perd 14 % de l’énergie de départ. Rien qu’un début, car la conversion de la chaleur en électricité n’est que de 33 %. Tout le reste, soit 67 %, disparaît dans les systèmes de refroidissement des centrales. Fini ? Pas encore. Les pertes en ligne, le long des pylônes, ou autour des convecteurs à domicile, parachèvent le miracle. Au total, l’énergie utile n’est que de 25 % de celle de départ.

Quand tu chauffes à l’électricité nucléaire, tu perds les trois quarts en route. Question efficacité, nos bons amis de la nucléocratie ont réinventé la cheminée sans insert. Retour au Moyen Âge, avec une bougie dans le cul.

Les animaux malades de la peste nucléaire (pour Jean-Gabriel)

Publié le 4 août 2010

Tchernobyl, destructeur de biodiversité

par Valéry Laramée de Tannenberg

Cet article est extrait du Journal de l’Environnement (ici), et m’a paru si clair, si net, à ce point informé que j’ai décidé de le mettre en ligne ici, espérant que l’auteur ne m’en voudra pas. En tout cas, bravo.

Au printemps, lorsque l’on visite la zone d’exclusion de Tchernobyl, c’est toujours le même rituel. Immanquablement, les guides s’extasient sur la richesse de la flore et de la faune. La preuve, selon eux, que les effets de la radiation s’estompent. Et chacun y va de son anecdote : les troupeaux de chevaux sauvages venus d’on ne sait où ; les bisons biélorusses qui préfèrent les parages de la centrale accidentée à leur forêt natale. Sans oublier les poissons-chats dont la taille dépasse sûrement celle de bien des requins. On ne compte plus non plus les cervidés qui se plaisent à hanter la ville fantôme de Tchernobyl. Bref, la zone la plus contaminée de la planète serait devenue le paradis perdu des animaux.

Incroyable, mais faux ! Depuis 20 ans, Anders Pape Moller, de l’Université Pierre et Marie Curie de Paris, évalue les effets de la contamination radioactive sur la faune des alentours de la centrale ukrainienne. Et d’après le biologiste danois, pas plus que pour les humains, les rayons bêta et gamma ne sont bons pour les animaux.

Ces dernières années, cet ornithologue patenté a publié de nombreux articles sur le déclin des populations d’oiseaux dans la région de Tchernobyl. « Nous avons réalisé de nombreuses campagnes de comptage dans et hors des zones contaminées. Et, à l’intérieur de la zone d’exclusion, les populations d’oiseaux sont, en général, inférieures de moitié à celles que l’on trouve à l’extérieur », déclare-t-il.

Jusqu’à présent, ses travaux n’ont porté que sur nos amis à plumes. Avec son habituel compère Timothy Mousseau, de l’université de Caroline du Sud, Anders Pape Moller a voulu en savoir plus. « En adaptant nos méthodes, nous avons estimé les populations de mammifères, insectes, arachnides, amphibiens et reptiles », explique-t-il. Trois années durant, les chercheurs vont observer et baguer des oiseaux, compter bourdons, sauterelles et libellules, traquer les traces des renards.

Publiés cette semaine dans la dernière mouture d’ Ecological Indicators, les résultats de leurs travaux sont édifiants. « Tous ces animaux sont touchés par les doses de radiations et cela se voit nettement. Dans la zone d’exclusion leurs populations, tant en nombre qu’en diversité, sont moindres qu’à l’extérieur des zones contaminées. Pour certaines espèces d’insectes, la population est 89 % moins importante autour de Tchernobyl que dans le reste de l’Ukraine », précise le Danois.

Tout aussi grave, de nombreux spécimens sont malades. « Voilà des décennies que je bague des oiseaux. Or, à Tchernobyl, plus de 10 % des hirondelles capturées étaient atteintes de tumeurs. Je n’avais jamais vu ça auparavant », reprend-il.  

Plusieurs mécanismes expliquent cet affaiblissement biologique. L’exposition aux radiations détruit ou endommage l’ADN des animaux, ce qui entraîne des conséquences fâcheuses pour leur descendance. La radioactivité fragilise aussi la chaîne trophique. Parce qu’il y a moins d’insectes, les insectivores sont moins nombreux, de même que leurs prédateurs.

Le bilan définitif de la catastrophe du 26 avril 1986 n’est pas près d’être achevé.