Quand on ne comprend pas tout (sur les gaz de schistes)

AVISSE ! UN GRAND RASSEMBLEMENT INTERNATIONAL CONSACRÉ À L’ÉNERGIE SE PRÉPARE POUR CET ÉTÉ 2011 SUR LE LARZAC. FAITES CIRCULER L’INFORMATION ! NOUS ALLONS AVOIR BESOIN DE BRAS, DE JAMBES ET DE TÊTES, PAR MILLIERS. AVISSE ! AVISSE À TOUS !

Surtout, garder la tête froide. Dans l’affaire sinistre des gaz et pétroles de schistes, les annonces fleurissent comme les cerisiers du printemps. C’est la fête, on se pousse du coude pour être sur la photo. En résumé, cela semble simple : c’est fini. Les députés socialistes préparent un projet de loi d’abrogation des permis. Une centaine de députés de différentes tendances sont déjà réunis dans un groupe de ferme opposition à cette nouvelle aventure industrielle. Mieux ou pis, doublant dans l’avant-dernière ligne droite les socialos, les députés UMP ont déposé leur propre projet, qu’il faudra bien entendu analyser à la loupe binoculaire. Dans l’état actuel des choses, emmenés par leur président Christian Jacob, ils réclament eux aussi l’interdiction pure et simple de l’exploration et donc, à fortiori, de l’exploitation des gaz et pétroles de schistes.

Ajoutons au pandémonium un autre projet de loi, déposé par l’inénarrable Jean-Louis Borloo, qui avait signé en mars 2010, alors qu’il était ministre de l’Écologie et de l’Énergie, certains des premiers permis. À l’insu de son plein gré. Un mot de commentaire sur ce roi bouffon déjà moqué ici il y a quelques jours. Il est assez grave, il est assez désespérant pour l’idée démocratique, que les journalistes politiques de notre pays, ignares il est vrai, et indifférents ô combien à ce qui touche à l’écologie, n’aient pas questionné Borloo sur ce qui est, d’évidence, une forfaiture.

Qui s’en soucie ? Personne apparemment. Il signe des actes lourds de conséquences pour le pays entier, puis demande leur abrogation un an plus tard, sans rien expliquer des mécanismes qui nous ont menés là. Qui décide de quoi ? Cette question me hante, et j’espère que vous êtes dans le même cas que moi. Qui a décidé jadis de nous faire vivre sous la menace de 58 réacteurs nucléaires ? Qui s’apprêtait à changer les plus belles régions de France en un eldorado de l’industrie lourde ? Moi, je le sais : un corps oligarchique, celui des Mines. Mais qui l’apprendra ailleurs ?

Passons aux leçons de l’événement, même s’il est trop tôt pour se montrer affirmatif. Je suis infiniment heureux, d’ores et déjà. Car nous avons, d’évidence, remporté une victoire éclatante. Elle ne marque nullement la fin d’un combat qui ne fait que commencer, mais elle va, à coup certain, donner de l’énergie à tous les combattants. Ainsi donc, preuve est faite que l’on peut affronter des forces puissantes, et les vaincre, au moins provisoirement. Nous avons tant besoin de bonnes nouvelles ! Simplement, il faut reconnaître que nous ne savons pas ce qui a conduit à ce spectaculaire recul. Il va de soi que la mobilisation immédiate et massive a joué un rôle-clé. Il va de soi également, et j’écris cela à dessein, pour les grincheux, que José Bové nous a beaucoup aidés. Bien des choses sérieuses me séparent de cet homme, mais bien davantage m’en rapprochent. Tout au long de cette première étape, que nous avons franchie ensemble, depuis la fin de l’été passé, José a constamment joué le jeu.

Et c’est de cela que je veux me souvenir aujourd’hui. Il fallait que ce mouvement soit incarné, et cet homme pouvait le faire. Il l’a fait. Je ne chipoterai donc pas mes remerciements. Derrière, juste derrière, des centaines d’activistes hors parti, suivis par des milliers d’enthousiastes, ont formé un mouvement sans vraie hiérarchie, bordélique, mais très efficace. Il n’est pas temps d’en faire le bilan, d’autant plus que la coordination que nous avons bâtie reste formidablement vivante. Elle va continuer de nous surprendre, j’en suis convaincu.

Que s’est-il passé pour que le système politique établi bascule si vite ? Je dois dire que je l’ignore. Je crois, sans préjuger du reste, qu’un emballement s’est produit au point de départ. Il a été clair, d’emblée, que le refus transcendait les frontières classiques. Et qu’il entraînerait, en cas de poursuite de la folie industrialiste sur le terrain, des troubles considérables. De nombreux notables, qui de droite qui de gauche, préparant leurs chères cantonales, ont été contraints, bien souvent, de prendre position. Elle ne pouvait qu’être contraire aux souhaits de l’industrie. À l’échelon supérieur, des conseils généraux, quelquefois de droite – l’Aveyron – et des Conseils régionaux ont embrayé, légitimant le combat au couteau qui se préparait. On peut, je le crois, parler d’une onde de choc qui a fini par ébranler les états-majors nationaux. Le cas de Christian Jacob, président du groupe UMP à l’Assemblée, est intéressant. Élu de la Seine-et-Marne, où l’opposition au pétrole de schistes est vive, il a évidemment pu jauger l’impact électoral prévisible de cette affaire, à un peu plus d’un an de législatives difficiles. À la marge, notons qu’il est chiraquien, et que chatouiller le nez de Sarkozy, très proche du dossier, n’a pas dû lui déplaire exagérément.

Tout cela explique-t-il la situation ? Non, il faut l’avouer. Des pièces essentielles du puzzle manquent. Et le mystère reste grand. Question : pourquoi les industriels, Total et GDF-Suez en tête, ont-ils été incapables de former un vrai lobby actif ? Pourquoi, alors que cela paraît si simple, les députés n’ont-ils pas été inondés d’invitations et de dépliants en couleur ? Je ne sais pas la réponse. Autant il est facile d’admettre qu’ils ont été bousculés dans un premier temps par notre vivacité, autant il est incompréhensible qu’ils n’aient pas réagi depuis. Autre questionnement : le rôle du corps des Mines, véritable inspirateur des permis d’exploration. Sa discrétion apparente m’étonne bien moins. Les Mineurs n’aiment pas la lumière. Leur biotope se trouve dans les bureaux lointains des administrations centrales. Ils ont l’habitude, de longue date, de diriger les affaires énergétiques de la France. Sans rendre le moindre compte à la société, ni d’ailleurs aux politiques.

En la circonstance,  je pressens qu’ils ont été stupéfiés par la marche des événements. Obtenir le contreseing d’un ministre comme Borloo, c’est enfantin. Défendre de manière contradictoire un projet qui s’attaque à des repères essentiels, comme le paysage, l’eau ou le climat, c’en est une autre. Je fais le pari que le corps des Mines a été proprement déstabilisé. La démocratie, ce n’est pas encore exactement comme l’oligarchie. Un peu de patience, messieurs les ingénieurs.

Une conclusion ? Je n’en vois qu’une. Après cette guerre-éclair, il serait désastreux pour tous de s’arrêter sur un tel chemin. D’autant que nos adversaires n’ont évidemment pas dit leur dernier mot. Nos « bonnes » transnationales iront chercher des gaz et pétroles de schistes ailleurs. Sarkozy ne laissera pas tomber Paul Desmarais ainsi. Le corps des Mines va se ressaisir. Tout cela a les meilleures chances de se produire. Mais au-delà, il me semble que la situation a rarement été meilleure pour une appropriation par la société de la question décisive de l’énergie. Les débats volés du passé, dont celui sur le programme électronucléaire, doivent rester derrière nous, et à jamais. Sur fond de cataclysme japonais – cette horreur continue à me ronger chaque jour -, il devient possible de relier tous les fils volontairement dispersés. Celui des gaz et des pétroles de schistes. Celui du nucléaire. Celui des énergies renouvelables.

Nous devons, car nous pouvons cette fois, exprimer les vrais besoins énergétiques de la société française. Loin des manœuvres étatiques. Loin des lobbies industriels, dont le seul programme est l’expansion sans fin. Mais avec les peuples du Sud. Les Chinois, les Indiens, les Africains, les Latinos, les nord-américains, tous nos voisins européens. Cela tombe bien : il se prépare un rassemblement mondial sur toutes ces questions, début août 2011, sur le plateau du Larzac. Vous n’avez tout simplement pas le droit de ne pas en être. Certains d’entre vous réclament régulièrement de l’action. Du concret. En voilà !

PS ajouté le 9 avril : Dans un commentaire, Jean-Pierre Jacob fait remarquer que j’ai oublié de parler de Gasland. Comme il a raison ! C’est évident ! Ce film a été à la fois éclairant, éclaireur, fédérateur. VIVE JOSH FOX !

61 réflexions au sujet de « Quand on ne comprend pas tout (sur les gaz de schistes) »

  1. Le rendez-vous du Larzac cet été, on doit tous s’y atteler dès maintenant, un autre monde est possible et l’étincelle peut avoir lieu cet été !
    Ni gaz de schiste, ni Fukushima, alors qu’une majorité écrasante de nos concitoyens veulent moins de nucléaire, il est temps d’engager tout ce qu’on peut pour une civilisation de la sobriété énergétique. Nos enfants en ont besoin, vite ! La charnière est peut-être à portée de vue !
    Organisons-nous tout de go !
    Annonçons la bonne nouvelle partout et surtout, pas l’erreur de Larzac 2003 qui n’aboutit à rien : il faut dès maintenant penser à des objectifs, des dates, d’autres rendez-vous précis après l’été, d’autres échéances : on n’a plus le droit de dilapider la mobilisaiton.
    Je suis Heu-reux !

  2. soulagés des extractions de gaz de schistes? (les raisons sont peut être plus économiques qu’écologiques)…et pour combien de temps?
    la bête n’est même pas endormie: son attention se concentre sur des territoires et sur des peuples dont les moyens ne leur permettront pas d’imposer leurs conditions…pauvres victimes, alors!!…et pauvres de nous qui consommerons ,dans nos magnifiques régions préservées, une énergie de plus en plus mortifère!!

    Un rassemblement? pourquoi pas?…si le mot d’ordre est le même que pour le nucléaire: NI ICI, NI AILLEURS !!

    sobriété et autonomie micro-locale …de doux rêves??

  3. Excellente nouvelle, vraiment étonnante et détonnante, à n’y rien comprendre ? Enfin si, une mobilisation efficace de tous les côtés, l’unité d’un essaim prêt à en découdre face à quelques frelons, et des vrais représentants du dossier comme José Bové, précurseur tout comme Fabrice Nicolino, bravo, et restons vigilant, comme tu dis « nos « bonnes » transnationales iront chercher des gaz et pétroles de schistes ailleurs. » Tenir bon, ne rien lâcher… sur ce dossier et sur les autres, tellement d’autres causes à défendre, celle des abeilles par exemple …

    Je ne sais pas chez vous, mais je ne vois pas beaucoup de butineuses en ce printemps 2011 … bizarre … Forçons les politiques à s’attaquer aux problèmes liés à cette hécatombe apicole et agricole en général, au même titre que la question voisine des énergies, portée par la catastrophe nucléaire au Japon.

    Pour les abeilles, c’est ausi un tsunami de frelons asiatiques qui déferle en France et bientôt dans toute l’Europe depuis l’épicentre à Bordeaux en 2002, et qui risque de donner le coup de grâce à des milliards de pollinisateurs, clefs de voûte de la biodiversité. N’attendons pas une nouvelle catastrophe pour réagir, car c’est bien une réaction en chaîne biologique qui risque de nous péter en pleine face, si la disparition des abeilles se confirme… l’heure est grave, mais l’heure a sonnée !

    Et qui mieux que l’abeille, solaire par excellence, peut être le symbole d’un mouvement plus large, autour des énergies mais aussi de la biodiversité au sens large, et de nos rapports à la terre. Je propose qu’elle soit l’emblème sur fond vert jaune et rouge, du rassemblement sur le Larzac début août et que celui-ci s’élargisse et se rassemble atour de nombreux thèmes, comme un essaim d’abeilles révolutionnaires… une révolution à besoin de symboles!
    Si l’idée vous parle Rdv à l’adresse http://abeillesetpapillons.free.fr/wordpress

  4. Un rasemblement mondial au larzac!

    Il semble que du fait de son cout ecologique et de l’espoir qu’elle va faire naitre, une telle manifestation impose a ses organisateurs une obligation de resultat.
    Son but ne peut se limiter a une nouvelle tentative de sensibilisation de l’opinion publique. Elle doit etre pensee dans la certitude de contribuer a l’insurection des consciences en cours et Marquer enfin!!! la ligne de front « morale »franchie. De celle pour laquelle on est pres a se battre et mourir, comme on su le faire des parents dans des temps pas si lointains.
    Venir dans le larzac sans ressentir la force de ce courage et l’espoir qu’il porte, ne servira qu’ a offrir, une fois de plus et a bon compte, aux « visiteurs « cette bonne consciente illusoire qu’offre ces manipulations ecologiques, dont l’article precedent sur ce blog, fait une parfaite critique.

    Cette manifestation doit, haut et fort ,porter la condamnation avec le jugment des responsables. Elle ne doit pas seulement etre une contestation des institutions mais une une mise en cause personnelle et argumentee des responsables en charge. Je crois me souvenir que cette idee de Tribunal au nom des generations futures a ete evoquee sur ce blog. Voila , il me semble la tres, tres bonne occasion de l’organiser . La radicalite de la demarche forcera la radicalite de l’ennemi,l’obligeant a reveler encore plus clairement son vrai visage.
    La periode pre-electorale en France est en ce sens une super occasion.
    Hulot se prepare a refaire le coup du pacte ecologique et enfumer une fois plus le debat par un j’y vais , j’y vais pas de plusieurs mois…..qui finira de toute facon par un j’y vais pas suffisament tard pour planter toute autre proposition politique porteuse de nos espoirs de voir ce monde changer. Pas seulement economiser le petrole, mais redonner a l’homme les moyens de s’epanouir et de pouvoir a nouveau regarder le futur sans eprouver de honte.

    Peut on dire qu’une nouvelle conscience , certes encore tres minoritaire pour ne pas dire naissante, considere que la ligne rouge du tolerable a ete franchie a Fukushima? De fait la faillite definitive de nos institutions actuelles a sauver le peu qui reste ne fait plus aucun doute. Le temps de la democratie s’est de lui meme suspendu, pour laisser place a l’affrontement sans compromis entre deux idees de la Vie et de nos devoirs de parents.

    Bien sur que la question de notre production d’energie et de ses consequences ecologiques, a elle seule merite toutes les guerres ( nous sommes d’ailleurs pas les premiers a ouvrir le feu, il me semble qu’en face, la guerre, ils nous la font depuis longtemps et que des freres en meurent tous les jours), mais je crois qu’au dela de la cause du rassemblement, son sort dependra de la determination dans le choix des solutions proposees et surtout! de leurs mises en oeuvres. A defaut nous resterons tous des D.Bourg.

    Votre article evoque une coordination, est il possible d’en connaitre la composition?

  5. J’en retiens que que « la situation a rarement été meilleure pour une appropriation par la société de la question décisive de l’énergie »
    et que le Chateau se fendille…. hé hé
    NO GAZARAN !
    je veux voir ça partout écrit sur les routes 🙂
    Tous au LARZAC en AOUT 2011
    Yeepeeeeeeeeee
    vite toi et vive nous

  6. toi le premier puis nous tous, avons porté la visibilité de cette ignomonie; les images de gasland et des autres documentaires (vive la télé canadienne!) ont fait le reste, question de bon sens.
    Je reste persuadée que ce qui est vrai n’a pas besoin d’être démontré juste vécu, partagé, montré , »élevé » à la vue de tous.
    je suis tout à fait d’accord pour garder cette belle synergie pour construire la transition énergétique tous ensemble .
    La distribution pyramidale est un schéma de pensée obsolète pour l’énergie: faire de grosses choses pour irriger une multitude de petites choses c’est se prendre pour le soleil…
    Je suis certaine que la solution réside en « beaucoup de petites choses , par beaucoup de petites gens, en beaucoup de petits lieux »

  7. Attention à la réforme du Code minier passée inaperçue au début de cette année et qu’analyse Corinne Lepage de manière convaincante dans le document suivant :

    http://www.dailymotion.com/video/xhds5z_gaz-de-schistes-les-mensonges-de-nkm-et-du-gouvernement_news

    Selon elle, ce nouveau code minier faciliterait, entre autres, le passage du permis d’explorer au permis d’exploiter, supprimerait les enquêtes publiques, permettrait la prolongation des autorisations de recherche pendant 10 ans sans mise en concurrence, interdirait tout moratoire ainsi que la publication au public pendant 20 ans des documents concernant les hydrocarbures et ne prévoirait pas de sanctions pour les atteintes à l’environnement causées lors de l’exploration.
    Selon elle ce code viole celui de l’environnement.
    Fabrice, ne faut-il pas voir là l’explication que tu cherches au silence des grands groupes, assurés désormais de pouvoir travailler en paix et surtout comme toujours dans l’opacité et dans l’impunité.

  8. Le printemps arabe pour s’émanciper des tyrans.

    Si les occidentaux pouvaient s’en inspirer pour s’émanciper de la tyrannie techno-scientiste et envoyer le nucléaire ad patrès et refuser l’expertise dans tous les domaines.

    La sécularisation fin XIXè avait pour but de bouter l’Eglise hors de l’Etat.

    Nous aurions besoin d’une nouvelle sécularisation : Envoyer le ballast qu’est le complexe scientifico-industriel par dessus bord de bateau-Etat.

  9. Oui, si Gasland n’avait pas existé ,la mobilisation aurait été beaucoup plus difficile.
    Alors un très grand merci à Josh Fox ! (la sortie nationale du film est pour dans quelques jours, l’Etat a peut-être eu peur que nous nous en servions pour mobiliser encore plus largement…)
    Fabrice, ce que tu as dit devant la commission parlementaire va-t-il être pubié ? je le pense.
    Et cela aussi doit déranger beaucoup .
    Je suis sidérée par l’attitude de Borloo,qui demande une loi contre l’exploitation des gaz de schiste(en tant que député) après en avoir signé les permis(en tant que ministre) !! quel délire ! Et, il a le culot de vouloir se présenter aux présidentielles après ça ! C’est incroyable.
    Vivement le Larzac !

  10. … Et porter la proposition de politiques énergétiques décentralisées, tant par la mise en valeur des ressources EnR locales que par les réponses innovantes d’économies d’énergies. Cela nous éviterait, entre autres, les énormes lignes à très haute tension dont on barde nos paysages (bizarrement pas contestés par les mêmes qui trouvent que « les éoliennes, ce n’est pas beau »),le quasi-monopole des producteurs – distributeurs de nucléaire et de pétroles, des investissements en recherche plus « pluriels », etc…

  11. Incroyable mais vrai : François Fillon annonce (enfin) au bon peuple de France le pic pétrolier : http://petrole.blog.lemonde.fr/2011/04/08/fillon-la-production-de-petrole-%C2%AB-ne-peut-que-decroitre-%C2%BB/

    Super le rassemblement du Larzac sur l’énergie ! On espère bien pouvoir en être.

    Chacun sa pierre, j’apporte modestement la nôtre en vous invitant à découvrir l’histoire de notre projet qui allie justement Nord et Sud sans dépendre de personne (on a été une asso et on a bien vite arrêté ce fonctionnement). Il concerne directement cette question de l’accès libre à l’énergie. Ce n’est pas « la » solution, certes pas, mais c’est une proposition qui fait ses preuves et comme à peu près tout le monde s’en fout, je fais le lobbying maison !
    http://www.naturalwriters.org/Solar-Fire-un-projet-hors-normes

  12. Vadrot vous traite d’assassin,et oui,ca devient grave sur son blog etc,minable,ce mec m’exaspere par son reac consensuel,il defend son bout de gras!
    le fleau de Politis et de mediapart,honte sur lui,pauvre mec!

  13. J’applaudis à cet article et je dis aussi vive nous c’est à dire les membres des collectifs et tous les citoyens qui, dans les régions, se mobilisent contre ces gaz et huiles de schistes en organisant des rassemblements,distribuant des tracts et projetant le modèle réduit de « Gasland ».

    En ce qui concerne notre collectif campinois, nous aimerions bien que vous participiez au débat qui suivra la projection intégrale de Gasland que nous avons programmée à Champigny sur Marne (94), le 12 mai à 20 H 30, au cinéma Studio 66, pour répondre aux questions que ne manqueront pas de poser les spectateurs.

    Je vous ai déjà envoyé un mail à ce sujet mais, je suppose qu’il a du être noyé dans la masse de tous ceux que vous recevez aussi je me permets d’utiliser ce blog pour relancer mon invitation et vous remercie de votre réponse.

  14. Proche de C.LEPAGE, et Président de PAIS (environnement cadre de vie à MIALET (Gard), j’insiste sur le poste de R PASQUET.
    EN ce domaine, nous sommes dans la stratégie de la poudre aux yeux.rien n’est neutre, la réforme du Code Minier pointée par Corinne permet en effet un replis de façade.de surcroît, ce replis remet d’actualité l’imperieuse necessité de ne pas jetter le nucléaire a la poubelle.Enfin un dernier petit mot plus politique, au moment ou beaucoup lavent plus blanc que blanc, espérons que les vrais citoyens lucides repéreront en 2012, les expertises vraies.Face aux lobbies, face aux politiques qui naviguent a vue, l’avenir n’est pas a d’autres politiques qui rêvent de GRAND SOIR mais a des personnalités, qui éclairent documentent, et font de la politique autrement!

  15. Appel pour un rassemblement international contre les gaz de schistes et le nucléaire cet été 2011 au Larzac !

    AMIES, AMIS C’EST L’HEURE !

    Pour une fois, on a le droit d’être solennel. L’année 2011 marquera peut-être un rendez-vous historique en France. D’abord, et chronologiquement, un formidable mouvement populaire, sans chefs ni hiérarchie, s’est levé dans le pays contre l’extraction de gaz et de pétrole de schistes. Nous, coordination nationale des comités locaux contre les gaz de schistes, nous pensons qu’il s’agit d’un signal. Le signal que la société française se réveille de sa longue torpeur. Le signal que les vraies questions peuvent enfin être posées. Ensemble, et par le débat démocratique. Le vrai, c’est-à-dire le seul. Un autre événement vient fracasser les certitudes les mieux établies. La catastrophe de Fukushima, au Japon, qui n’est hélas pas terminée au moment où ce texte est écrit, vient rappeler que le nucléaire est une industrie foncièrement antihumaine. Et qu’elle menace du pire l’avenir de toutes les sociétés. Or, qui l’ignore encore ? La France est le pays le plus nucléarisé de la planète. Parce qu’une coalition surpuissante d’ingénieurs des Mines décide de notre avenir énergétique depuis toujours, hors de tout contrôle démocratique et au seul service d’une oligarchie. Exactement comme au Japon.

    Ami(e)s de tout le mouvement, ami(e)s de tous les comités, collectifs, structures, associations et groupes en tout genre, ami(e)s isolé(e)s, individus, penseurs comme activistes, atomes et fourmis, artisans et militants, nous vous adressons une invitation. Nous pensons qu’il faut réunir, en cet été 2011, la force que nous sentons bouillonner autour de nous. Sous la forme d’un vaste rendez-vous festif et de réflexion. Le rassemblement que nous appelons de nos vœux sera – nous ne doutons pas qu’il aura lieu – le carrefour mondial de l’énergie. Il est temps que la société décide sans intervention des grands ingénieurs, qui ont déjà imposé à la France, depuis la guerre, la bombe A puis H, la création d’Elf-Erap et ses prolongements françafricains, puis le programme électronucléaire. Et qui rêve de récidiver avec les gaz de schistes. Sans les grands ingénieurs, mais aussi sans ces transnationales « françaises », comme Total et Suez, dont la puissance est directement corrélée à notre dépossession. Et sans l’intervention d’un État soi-disant impartial, mais qui s’est toujours couché devant les lobbies.

    Ami(e)s, nous voulons réussir l’impossible. Faire venir des Chinois et des Japonais, des Africains et des Latinos, des nord-Américains et des Européens, pour enfin passer ce pacte qui permettrait de nouer un lien vital entre les peuples du Sud et ceux du Nord, par une remise en cause radicale de notre consommation énergétique. Car tel est l’enjeu du rassemblement que nous vous proposons : définir ensemble nos vrais besoins en énergie. Dans une société profondément renouvelée, capable d’incarner un début d’espoir universel. Les transnationales et leurs soutiens prétendent que nous devons par force augmenter sans cesse notre consommation de gaz, de pétrole, de nucléaire, de charbon, d’hydroélectricité. Nous proclamons qu’une société mondiale sobre est la seule voie permettant d’unir l’humanité autour d’objectifs nobles et réalistes. Il ne s’agit pas d’un délire. Les scénarios du futur, permettant de se débarrasser du nucléaire tout en diminuant massivement nos émissions de gaz à effet de serre existent. Ils sont sérieux, ils sont crédibles. Le problème est qu’ils ne sortent pas des tiroirs où notre indifférence les a délaissés. Cela peut changer. Cela va changer.

    Ami(e)s de partout et d’ailleurs, nous en appelons à votre raison et à votre folie. Sans vous, sans votre engagement concret, sincère, immédiat, nous ne pouvons rien. Mais avec vous, nous pouvons espérer réunir des centaines de milliers de personnes sur le plateau du Larzac cet été. Et du même coup lancer un mouvement qui ne s’arrêtera pas en chemin. L’année 2011, décidément si riche en dates, est aussi celle des 40 ans du combat exemplaire, extraordinaire, contre l’extension d’un camp militaire que tous les pouvoirs réclamaient. Au Larzac, c’est bien l’union et l’unité de tous, bien au-delà des divergences politiques et spirituelles, qui a permis une victoire que personne n’espérait. En inscrivant ce rassemblement, qui est désormais le vôtre, dans le droit fil de cette bataille d’il y a quarante ans, nous plaçons la barre très haut. Car cela signifie que nous entendons gagner la partie, et réorienter la France – la France pour commencer -, en direction d’un avenir énergétique possible, souhaitable, équitable, écologique. Ami(e)s de partout et d’ailleurs, prenez notre appel au sérieux. Parce que nous sommes sérieux. Nous voulons faire de notre rassemblement de l’été 2011 une date que personne ne pourra oublier. Une date dont nous serons tous, collectivement et à jamais, fiers. Seulement, pour y parvenir, il faut se lever, et en masse. Un énorme travail nous attend. Vous êtes avec nous ?

    La coordination nationale contre les gaz de schistes. coordinationale@gdsnon.org (1e jet de ce texte 6/04/11)

  16. J’ai moi aussi laissé un comm sur le texte de Claude Marie Vadrot. Et remarqué avec plaisir que TOUS les commentaires (sauf les siens) étaient négatifs.

    Il m’arrive encore de « feuilleter » sur internet « Politis » dont je me suis désabonnée, je ne le lisais plus. Mais feuilleter sur internet, c’est encore trop je pense, ça ne mérite pas les trois minutes que j’y consacre.

  17. Banco pour ce rassemblement et bravo pour cette victoire qui fait tant plaisir !
    Il n’est pas possible d’aborder tous les thèmes sensibles bien sûr. Mais à quand un méga rassemblement
    1) contre les pesticides
    2) contre la filière maïs-soja
    3) pour l’agriculture bio (& si possible le non-labour – semis direct ; culture sur B.R.F., etc.)
    4) contre les élevages concentrationnaires
    5) contre les OGM (et semences hybrides)

    Je pense que le nucléaire est un thème plus porteur car n’importe qui en comprend instinctivement le danger.
    Par contre, le danger des pesticides, il est plus diffus (sauf qd on en ressent les effets dans sa chair). La déforestation au Brésil, elle est lointaine. La souffrance des animaux, elle est acceptée (ce ne sont « que » des animaux…). Bref, sur ces thèmes-là, je crains que les victoires soient bien plus difficiles à obtenir.

  18. tout à fait d’accord avec Frédéric, un rassemblement tous azimuth sur tout ce que l’on veut plus SUPPORTER longtemps! ; gaz de schsiset, je me pose des question sur toute cette affaire et me demande si ce ne serait pas une big manip, histoire de mesurer la « force » du petit monde écolo…d’observer tout çà, grandeur nature, car enfin ce film « Gasland » tombe quand meme vachement bien au bon moment; ou alors affaire de réseaux qui ont bien fonctionné
    ?

  19. Larzac…Larzac…Encore le Larzac…Suis devenu vieux depuis avec mon cuir, mais pourvu que cela dure ( à cuir ) et je propose: zac dans le lard.

  20. avez-vous entendu sur notre radio nationale la ministre de l’écologie dire que ces essais de recherche de gaz de schiste ayant été consentis en toute légalité, le fait de les stoppper va créer un déficit financier chez les industriels concernés, et qu’il sera « certainement » nécessaire de les compenser pour les investissements déjà engagés à ce jour.
    La suite dans peu de temps…

  21. J’ai pensé dès le début que cela allait en plus leur rapporter du fric, à ces pillards. Quand la ville de Grenoble a voulu échapper au géant de l’eau (Suez, Véolia ou autre, j’ai oublié) elle a dû payer un dédit assez rondelet.

  22. Je n’ai qu’un mot à dire, bravo pour cet article et vive nous c’est à dire tous ces collectifs de citoyen-ne-s qui se mobilisent contre ces gaz de schistes.

    Je vous ai déjà envoyé un mail, le 7/4, qui a du se perdre au milieu de tous ceux que vous recevez aussi sans réponse de votre part je profite de ce blog pour réitérer mon invitation.

    En effet notre collectif organise le Jeudi 12 mai à 20 H 30 une projection de l’intégralité de « Gasland » au cinéma « Studio 66 » à Champigny sur Marne (94) qui sera suivie d’un débat et nous souhaiterions, si vous êtes libre ce soir là, que vous veniez répondre aux questions que ne manqueront pas de poser les spectateurs après le film.

    De plus, mais nous ne l’avons pas fait exprès, c’est le jour où les socialistes doivent déposer leur projet de loi sur le sujet et il y aura surement, également, matière à discuter.

    Je vous remercie de bien vouloir me répondre rapidement afin que nous puissions nous organiser et annoncer votre venue.

    A bientôt.

  23. Mille excuses pour ce deuxième appel, mais c’est surement parce qu’il est tard qu’en feuilletant les messages, je n’ai pas vu celui que j’ai posté en début d’A.M. ce qui a motivé cette deuxième invitation. A bientôt.

  24. Et si une explication à la victoire si rapide sur le gaz de schiste était non seulement l’action de José Bové, mais aussi la conviction réelle de NKM, ministre de l’écologie fort différente de ce qu’était Borloo au même poste? D’accord, la mobilisation a joué, mais ce n’est pas parce que cette ministre appartient à un gouvernement globalement négatif qu’elle n’est pas sincère dans ses convictions écolo. Et on ne peut pas nier non + qu’elle est intelligente et tenace.Je suppose que José pense la même chose que moi. Halte au conformisme manichéen qui voit tout en noir et blanc systématique: c’est même pas bon pour l’efficacité de l’action.

  25. Merci pour l’information. Au fait que signifie « avisse » ? C’est comme « avis » mais avec ssss ?

    Bien cordialement

  26. Vu la sujet et la teneur des débats, je ne résiste pas à la tentation de vous faire part de ma chronique que le journal Le Monde a publié cette semaine. Bonne lecture.

    Voici le lien (mais il faut être abonné).

    http://abonnes.lemonde.fr/idees/chronique/2011/04/06/notre-independance-energetique-passe-par-le-sevrage-non-par-la-fuite-en-avant_1502952_3232.html

    Sinon, ci-dessous, in extenso.

    Notre indépendance énergétique passe par le sevrage, non par la fuite en avant

    par Claudio Rumolino, Energéticien, géographe
    04.04.11

    Le territoire de l’Hexagone est parsemé de gisements d’énergie renouvelable et diversifiée. Les exploiter intelligemment est plus que jamais le défi du moment. Pourquoi le retarder en nous obstinant à exploiter des ressources épuisables, fossiles ou fissiles ?

    Nous n’avons pas le temps de nous accrocher au modèle économique des Trente Glorieuses ; c’est maintenant qu’il nous faut agir. Il y a urgence !

    Le chantier de sevrage collectif doit être attaqué par les deux bouts : agir sur la demande d’énergie en la rationalisant, que ce soit à travers la sobriété ou l’efficacité, et agir sur l’offre en la structurant autour de NOS ressources.

    Il nous faut à tout prix couper le cordon ombilical qui nous ferre, tel un poisson à son hameçon, aux énergies venues d’ailleurs. Ce modèle s’est développé et se maintient grâce uniquement à l’anesthésie sociale qui règne en France, laquelle nous paralyse dans la recherche de solutions alternatives.

    Des puissants intérêts exercent ce pouvoir anesthésiant ; ils résultent de la collusion de multinationales du pétrole, du gaz et de l’uranium d’une part et, d’autre part, des oligarchies locales se nourrissant, tels des sangsues, de nos addictions.

    Ces oligarchies nationales vampirisent la politique énergétique via les Administrations Centrales et leurs Grands Corps (mais on ne sait pas très bien laquelle de ces deux entités commande l’autre), imposant des choix énergétiques qui n’ont rien à voir, en dépit des grandes déclarations romanesques, avec l’intérêt général — au premier rang desquels se trouvent l’environnement et l’équité sociale.

    Seul un modèle énergétique enraciné localement, bâti pour répondre d’abord aux besoins et intérêts locaux, de dimension réduite et intégrée horizontalement au réseau national ou continental, pourra nous sauver des désastres écologique, économique et sociétal vers lequel nous nous dirigeons aujourd’hui dans l’insouciance.

    Mais des voix s’élèvent déjà dans les territoires et l’exemple de la ville de Montdidier (1), dans la Somme, est parfaitement emblématique de ce que doit être un modèle énergétique responsable et soucieux de l’environnement et d’équité.

    Le chemin sera dur et il nous faudra nous préparer à des rudes batailles pour lutter contre les intérêts des Grands Corps (2) et des grands groupes qui monopolisent l’énergie et ses orientations. Gérée localement, par des acteurs de terrain, l’énergie leur échappe et cela, ils ne le toléreront pas.

    C’est pourquoi certaines études menées au niveau européen parlent ouvertement de révolution énergétique (3). C’est bien de cela qu’il s’agit ; c’est à cela que nous devons nous préparer : une révolution, dans nos habitudes autant que sans nos esprits.

    Le déploiement de la capacité de production éolienne à travers nos territoires est l’une des armes à notre disposition. Les collectivités territoriales sont, ou doivent devenir, le fer de lance dans cette bataille. La réappropriation des ressources par les citoyens passe nécessairement par là.

    Mais cela est largement insuffisant. Si nous ne nous attaquons pas à l’autre bout de la chaîne — notre consommation —, alors la production d’énergie renouvelable ne sera jamais suffisante et nous resterons dépendants des dealers et de leurs complices.

    Notre indépendance passe par une réduction drastique de notre consommation. Le tout premier chantier nous y conduisant est celui de la rénovation énergétique des bâtiments, publics et privés. Nous devons concentrer rapidement nos efforts sur ces économies d’énergie.

    Personne ne nous fera croire que ce sont les hauts fonctionnaires de la technocratie, même parés de l’aura bien pratique du service public — un faux nez —, qui aideront à la mise en place de ce nouveau modèle énergétique. Celui-ci est parfaitement antagoniste avec leur modèle économique.

    Claudio Rumolino, énergéticien, géographe.

    Février 2011

    (1) Première ville en France ayant porté entièrement un projet de parc éolien sous forme de régie, inauguré début 2011. Les bénéfices escomptés de cette exploitation serviront d’abord à financer les travaux d’économie d’énergie, aussi bien dans le patrimoine communal que sous forme d’aide aux particuliers.

    (2) Au premier rang desquels les Mines et ses 600 ingénieurs ayant la haute main sur le nucléaire, se partageant les postes de direction telle une caste évoluant sur une chasse gardée.

    (3) Energy [r]evolution. Towards a fully renewable energy supply in the EU 27. EREC – Greenpeace. Report 2010 EU 27 energy scenario. Mais il existe sept autres études traitant des scenarii d’évolution énergétique en Europe, dont la synthèse comparative est présentée par le n° 200 de la revue Systèmes Solaires, nov-déc 2010.

  27. Fabrice, il me semble une evidence : tu es l’un des acteurs majeurs de cette piece en deux actes. A voir la suite. Un grand merci pour cette fermete et cette honetete sans faille. clavier qwerty auj, desole !

  28. Moi je préfèrerais me prendre pour un crieur public qui peut-être ferait momentanément mal aux oreilles que pour un ingénieur d’une société internationale qui ferait durablement mal aux nappes aquifères …isn’t it?

  29. @ claudio rumolino

    Vous écrivez : » Nous devons concentrer rapidement nos efforts sur ces économies d’énergie  »

    La première économie d’énergie, avant toutes les autres, n’est pas d’ordre « énergétique », mais elle consiste à supprimer tous les gadgets issus de la mode ou des tendances, car par définition, comme tout ce qui est « mode » ou « tendance », ces créations éphémères sont sans lendemain et puisent inutilement dans nos ressources terrestres, voire dans les « terres rares ». Dans tous les secteurs de notre quotidien, il y a des milliards d’objets inutiles créés artificiellement pour faire consommer le quidam.

    Ex: dans le domaine automobile, en quoi une télécommande centralisée est-elle supérieure à une simple clef de contact, sans parler des lève-vitres électriques ? Il y a des milliers de gadgets de ce genre à supprimer. Sans parler de l’obsolescence de tous ces objets. On devrait d’ailleurs taxer tous ces malfrats créateurs d’obsolescence !

    Et cette forme d’apprentissage à ce type d’économie uniquement centrée sur l' »utile et le nécessaire », devrait commencer dès le CP.

  30. J’étais dans l’équipe de bénévoles en 2003 (accueil, installation des stands d’associations et logistique des débats), donc à l’intérieur. C’est pour légitimer ce que je vais dire, que ce ne soit pas pris pour de la critique externe et facile.
    Comme , je souhaite qu’il y ait des toilettes sèches. Les toilettes chimiques avaient été imposées par la préfecture pour des raisons « sanitaires » (on ne rit pas !).
    Mais il faudrait également éviter la quantité astronomique de bouteilles en plastique qui avait été utilisée et trouver une solution pour que les scènes des concerts ne soient pas des gouffres d’énergie. Il y a des cirques naturels au Larzac qui pourraient même permettre de revenir à de l’acoustique. Sur fond de silence de 50 à 100 000 personnes, ça va en jeter !
    En 2003, on avait géré la propreté du site au centimètre près. En 2011, on met le paquet sur les économies d’énergie. Il ne faudrait pas que la pratique lors du rassemblement infirme le message qu’on doit y faire passer.

  31. Je profite du message d’Anne-Marie pour remercier à travers elle tous les bénévoles dont l’action, en effet au centimètre près, à la minute près, avait permis que ce rassemblement soit une vraie fête, et une fête studieuse. En effet, nous étions absolument ébahis qu’une telle foule (on avait dû fermer le site avant la fin du week-end pour cause de surpopulation) ne génère quasiment aucune nuisance.

    J’ai vu ça et là le chiffre de 200.000, il me semble que nous étions beaucoup, beaucoup plus nombreux. Le chiffre dont je me souviens était plutôt de l’ordre du million.

    Quand on se rappelle l’état des toilettes chimiques, apprendre qu’elles ont été imposées par la préfecture pour des raisons sanitaires est du dernier comique.

  32. la situarStion n’a pas l’air si bonne que çà d’après ce texte : source Greenpeace

    « Voici les termes de la lettre envoyée par le Premier ministre à Nathalie Kosciusko-Morizet (Ecologie), Claude Guéant (Intérieur) et Christine Lagarde (Economie): « je vous demande de bien vouloir mettre en oeuvre, dans la limite de vos attributions respectives, les procédures administratives nécessaires pour qu’aucune opération de forage non conventionnel ne soit engagée avant que les rapports n’aient été rendus publics. »

    Et lorsqu’on décrypte les méandres de la communication de Matignon, la situation en Seine et Marne et dans l’Aisne n’a pas du tout bougé avec la décision et déclaration de François Fillon. Avec ce courrier, le Gouvernement a mis en œuvre un bel exercice de style mais n’a freiné ou arrêté concrètement. Au contraire, il autorise noir sur blanc, dès le 15 avril, des travaux de forages verticaux –dits conventionnels- qui ne sont en fait que la première étape vers de la fracturation hydraulique.

    Dans un article paru dans le Parisien Seine et Marne édition du 13 mars, on découvre que Toréador et Hess répondent eux même aux journalistes qu’ils comptent bien débuter leurs opérations de forages dès le 15 avril. Après quelques recherches auprès de sources bien informées, il semble que, malgré l’annonce du premier ministre, les travaux de forage préliminaires débuteront bel et bien sur les premiers permis –comme celui de Doue- dès la mi-avril.

    Il ne s’agit bien évidemment pas encore de fracturation hydraulique mais de leurs préliminaires… Les industriels du pétrole n’ont donc pour l’heure rien changé de leurs plans, à peine ont-ils été pour l’heure un peu décalés.
    Le gouvernement semble naviguer à vue, et beaucoup plus négocier avec les dits industriels qu’écouter l’immense mobilisation qui est monté au sud comme au nord contre les gaz et pétroles de schiste. »

  33. 2003, malheureusement le petit monsieur est quand meme arrivé au pouvoir après en 2007! alors 1 million c’est bien mais pas encore assez!

  34. lundi, avril 11, 2011Gaz et huile de schiste… on avance
    Bonjour,

    J’avais abordé ce sujet en février en publiant la carte des demandes d’exploitation en Ile-de-France http://latribunelibredebleau.blogspot.com/2011/02/lor-noir-en-seine-et-marne-nature-et.html
    Il semble que la projection du film Gasland ait fait réfléchir les hommes politiques qui de toute part se lèvent maintenant pour fustiger ce qu’ils avaient laissé faire !

    Les députés socialistes préparaient un projet de Loi, c’est finalement l’UMP qui dépose le premier !Quand à jean Louis Borloo qui avait autorisé les premières prospections alors qu’il était ministre de l’écologie, il vient de retourner sa veste. Bref, on avance sur le sujet… comme le souligne Fabrice Nicolino sur son blog http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1114

    MAIS LE COMBAT N’EST PAS GAGNE !

    Dans le sud, Gardanne est à la pointe du combat
    le « collectif de Vigilance Gaz de Gardanne » :
    – la pétition créée le 15.02.2011 avait reçue plus de 200 signatures en 15 jours
    – Blog (documents, actions etc) : http://cvgg.over-blog.com
    – mail : collectifgazgardanne@laposte.net

    En Seine-et-Marne, voici quelques liens vers le collectif qui lutte au nord de Melun, à quelques kilomètre de la forêt de Fontainebleau… sur le site de Chaunoix

    Fantomas du collectif “nationale” facebook : collectif anti gaz de schiste :http://www.facebook.com/#!/home.php?sk=group_196070767069717&ap=1!/home.php?sk=group_196070767069717&ap=1

    D’importants mouvements sont en cour en ce moment sur la concession de Chaunoix :
    – Chaunoix N°1 et Chaunoix N°3
    La carte de la concession de chaunoix :http://maps.google.fr/maps/ms?hl=fr&client=firefox-a&ie=UTF8&msa=0&msid=203718258399931037868.00049f3730cdc1d0fd8b7&ll=48.652021,2.858248&spn=0.035552,0.090895&z=14

    – Photo des mouvements :
    Chaunoix N°1 :http://www.facebook.com/pages/Collectif-Sans-Gaz-De-Schiste-Vaucluse/154433984610848#!/album.php?aid=35679&id=100000821973990&fbid=192135907490474!/album.php?aid=35679&id=100000821973990&fbid=192135907490474
    Chaunoix N°3 :http://www.facebook.com/pages/Collectif-Sans-Gaz-De-Schiste-Vaucluse/154433984610848#!/album.php?aid=35728&id=100000821973990&fbid=192289360808462!/album.php?aid=35728&id=100000821973990&fbid=192289360808462

    Bref soyons vigilant !

  35. face à la question de l’energie, nous avons un pouvoir IMMENSE, là, tout de suite : cesser d’acheter de l’electricite à EDF et choisir une cooperative « verte » : je connais ENERCOOP , peut être y en a t il d’autres, et imaginez qu’un nombre considerable d’entre nous fasse ce geste !!!

    c’est dire OUI à l’energie verte, propre et renouvelable, OUI à la planete

    c’est tres facile, un mail ou un coup de fil ……

  36. Désolée, ma première intention était de vous faire part de ce petit détail par le biais de votre page de contact. Elle ne fonctionne pas, l’envoi ne se fait pas… alors…

    Tout à fait d’accord avec le fond et la proposition…

    Mais : « AVISSE ! AVISSE À TOUS ! »
    ==> Cela s’écrit Avis à tous !!
    Même si vous prononcez comme on (je suis d’Avignon) le fait tous dans le sud « Avisse » cela s’écrit Avis.
    C’est mieux quand même…

    Ce n’est pas la peine de prêter le flanc à la critique quand il est vital d’être pris au sérieux…

    Bien amicalement

    Dominique

  37. Si Fabrice écrit AVISSE c’est, je suppose, en référence au temps où il n’y avait pas de radio, pas Internet, pas de téléphone, etc…, les nouvelles étaient portées, dans les villages, par le garde-champêtre qui, avec son tambour, sur la place du village commençait toujours son annonce en criant : « AVISSE A LA POPULATION » ….! parce qu’il appuyait la liaison.

    C’est tout du moins comme cela que je l’ai vu et non pas comme une faute de français et cela m’a justement fait sourire.

  38. bon dieu de bois! si un truc du genre « AVISSE » au lieu d' »AVIs » dérange l’ordre de ce monde ampoulé et frileux, on n’est pas rendus, c’est sur et certain! et connerie peut on l’écrire Konnery? comme Sean? amicalement.

  39. http://www.bastamag.net/article1501.html

    Selon Bastamag, TROIS projets de loi auraient été déposés (socialistes, Borloo UMP) et c’est la loi initiée par l’UMP qui sera examinée en urgence, histoire de couper l’herbe sous le pied aux deux autres. Moi qui dis si souvent que les élections ne servent à rien, je vais revoir ma copie!

    Mais tant que c’est pas voté, hein, méfiance.
    Et quand ce sera voté… méfiance.

  40. Tout cela explique-t-il la situation ? Non, il faut l’avouer. Des pièces essentielles du puzzle manquent. Et le mystère reste grand. ?

    Hey Fabrice ! Moi je vois qu’une réponse : LA MEDIOCRITE…

    Oui, l’incroyable mediocrité de ces hommes politiques pour la plupart et la médiocrité des journalistes qui font honte à la profession…

    ben de toutes façon, moi tout gosse j’étais au larzac contre les kaki, alors j’y emmenerais mes gosses cet été ! Merci pour l’info

  41. Bonjour,

    Proposition de loi gaz de schiste: les foreurs veulent être auditionnés.

    PARIS – L’Association des foreurs d’huile et gaz de schiste demande, dans une lettre ouverte aux députés, que l’un de ses adhérents soit auditionné avant l’examen en urgence le 10 mai d’une proposition de loi visant à interdire l’exploration et exploitation de ce type d’hydrocarbures.

    « Nous vous suggérons d’auditionner l’un de nos adhérents qui s’est spécialisé depuis une quinzaine d’années dans les problèmes de gaz de schiste et pourra répondre aux questions que vous vous posez », écrivent le président Jacques Sallibartant et le vice-président Jean-Claude Remondet dans une « lettre ouverte aux députés », datée de lundi.

    Une lettre adressée « en particulier aux 124 signataires de la proposition de loi » qui sera examinée le 10 mai à l’Assemblée.

    Ils proposent d’organiser cette audition « dans les locaux de l’Assemblée nationale ou dans ceux de l’UMP, à votre convenance, mais avant que l’irréparable ne soit commis ».

    Le gouvernement a ouvert la voie mardi à l’examen en urgence le 10 mai de la proposition de loi déposée par le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, Christian Jacob. Deux autres propositions de loi analogues, l’une du PS et l’autre de Jean-Louis Borloo, ont également été déposées.

    Les foreurs rappellent, dans cette missive de trois pages, que « quelque 6.000 forages ont été effectués en France dont 3.800 se trouvent dans le Bassin de Paris soit environ 1.500 forages d’exploration, qui ont découvert quelques 55 champs de pétrole et un champ de gaz au cours des années 50 ».

    Réfutant les arguments des écologistes, ils ajoutent que, « à notre connaissance il n’y a jamais eu de nappes phréatiques contaminées ».

    Quant aux accusations de polluer les sous-sols avec les produits chimiques utilisés lors des forages, ils affirment que les substances chimiques ne représentent que 0,5% du volume injecté pour l’extraction.

    (©AFP / 12 avril 2011 16h30)

    Bien a vous, Léa.

  42. tout cela est bien, mais il faudrait obtenir l’annulation pure et simple des permis accordés. N’oublions pas qu’une loi n’est pas rétroactive dans ses effets. Suffira-t-elle à annuler les permis. J’en doute. Il faudrait obtenir un arrêté d’annulation des permis nomément désignés.
    Il faut reprendre le code minier et s’en saisir.

  43. Bonjour,

    Vous avez bien senti que ce n’était pas la fin du combat.

    Dans Le Monde Magasine n°71 page 28 paru le 22 janvier une citation d’un spécialiste de chez Total avait attiré mon attention :

    « Il n’est même pas encore prouvé que nous trouvions du gaz… Et si c’est le cas, il faudra encore prouvé que son extraction est économiquement rentable. Après, oui, la question de son acceptation par les populations locales va devenir la question-clé. Et elle va demander une pédagogie que nous n’avons pas encore déployée »

    Il est clair que le rassemblement des français les a pris de court. Mais leur « pédagogie » se met en marche.

    Une pédagogie faite par Publicis à l’attention des journalistes http://schiste.owni.fr/2011/04/06/document-dossier-de-presse-publicis-sur-le-projet-huiles-de-schiste-de-hess-en-ile-de-france-partenaire-de-toreador/

    Et d’autres annonces moins pédagogique http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=2fb3e875324be2bd9e14086482eee357

    La méthode est scandaleuse car on peut prendre les paris que le test de la barre psychologique des prix à 2 euros le litre les titillent depuis 2008 et le test des 1,50 euros/l. Mais il s’agit bien là de retourner une partie des français contre une lutte qui les empêchent de vivre normalement et d’aller travailler.

    Il faut que nous restions mobilisés mais il faut faire très attention, la complexification et l’enlisement du débat sera à l’avantage de ceux qui « débloquent » la situation, c’est à dire les industriels.

  44. Salut à toutes et à tous,

    Greenpeace mène une action pour bloquer la progression d’une plate-forme de forage à destination du Groenland… et fait le lien avec la campagne des gaz et pétroles de schistes en France, suite à la parution du pré-rapport… ainsi qu’avec une exploitation au large de la Guyane française qui a commencé en février.

    http://energie-climat.greenpeace.fr/petrole-greenpeace-en-action-sur-une-plateforme-filant-vers-larctique-tandis-quen-france-la-menace-des-petroles-et-gaz-de-schiste-plane-toujours?__utma=1.1026231303.1270900411.1303414393.1303424264.557&__utmb=1.1.10.1303499361&__utmc=1&__utmx=-&__utmz=1.1298053582.466.39.utmcsr%3Denergie-climat.greenpeace.fr|utmccn%3D%28referral%29|utmcmd%3Dreferral|utmcct%3D/ils-ont-pris-la-liberte-de-sexprimer-ils-sont-juges&__utmv=-&__utmk=-

    Je crois qu’il est important de lier toutes ces campagnes : gaz de schiste, pétrole de schiste, forages offshores et sables bitumineux, nucléaire… les projets industriels dangereux ne manquent pas, malheureusement.

    Nous ne serons pas trop nombreux pour tenter de nous y opposer et pour proposer des alternatives qui puissent convaincre et impliquer le plus de monde possible !

    … et si on faisait la paix, entre nous, afin de mener bataille de manière plus efficace contre nos véritables adversaires ?

    Jonathan Palais

  45. mais non, chacun reste dans son groupuscule estimant qu’il vaut mieux que tel ou tel ou que tel ou tel risque de lui faire de l’ombre, ou que tel ou tel a une gueule qui ne lui revient pas …bref! qui pense à la terre ensemble?

  46. Monsieur Nicolino,
    je suis porteuse d’un projet juridique contre l’enfouissement des déchets nucléaires à BURE.
    Je cherche de l’aide. Comment ça se fait que dans les grosses assoce il n’y ait pas plus de juristes. Surout sur le nucléaire !!! la communication ne sert à rien car le débat n’est pas dans la rue. Le peu de gens motivés doit essayer de comprendre les textes et de repérer les petits vices de formes par rapport à la légalité qui peuvent retarder leur maudit calendrier. HEEEELP……

    Nathalie,
    membre du CEDRA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *