El manifiesto de los indignados (Espagne)

Je l’ai déjà écrit : je me sens spontanément proche des jeunes et bien moins jeunes qui occupent la Puerta del Sol, cette place de Madrid. Certes, j’aurais infiniment préféré qu’ils mettent au premier plan la crise écologique, à quoi tout est subordonné. Ce n’est pas le cas. Ils n’en parlent même pas. Par ailleurs, les mesures proposées sont fort éloignées de ce que j’imagine pour ma part. Pour rester poli. Mais il demeure que j’applaudis ce mouvement clair et vivifiant. Je vous mets ci-dessous deux textes sans traduction. Le premier en espagnol, qui rassemble les propositions de Los indignados. Le second, en anglais, est un manifeste.

Si je ne traduis pas, c’est simplement parce que je n’ai pas le temps. J’espère qu’une amie lectrice – un ami lecteur – de Planète sans visa, proposera rapidement une traduction, que je mettrai aussitôt en ligne. Voici l’adresse du mouvement : http://www.democraciarealya.es

D’abord donc, les propositions.

Estas son algunas de las medidas que, en cuanto ciudadanos, consideramos esenciales para la regeneración de nuestro sistema político y económico. ¡Opina sobre las mismas y propón las tuyas en el foro!

1. ELIMINACIÓN DE LOS PRIVILEGIOS DE LA CLASE POLÍTICA:

  • Control estricto del absentismo de los cargos electos en sus respectivos puestos. Sanciones específicas por dejación de funciones.
  • Supresión de los privilegios en el pago de impuestos, los años de cotización y el monto de las pensiones. Equiparación del salario de los representantes electos al salario medio español más las dietas necesarias indispensables para el ejercicio de sus funciones.
  • Eliminación de la inmunidad asociada al cargo. Imprescriptibilidad de los delitos de corrupción.
  • Publicación obligatoria del patrimonio de todos los cargos públicos.
  • Reducción de los cargos de libre designación.

2. CONTRA EL DESEMPLEO:

  • Reparto del trabajo fomentando las reducciones de jornada y la conciliación laboral hasta acabar con el desempleo estructural (es decir, hasta que el desempleo descienda por debajo del 5%).
  • Jubilación a los 65 y ningún aumento de la edad de jubilación hasta acabar con el desempleo juvenil.
  • Bonificaciones para aquellas empresas con menos de un 10% de contratación temporal.
  • Seguridad en el empleo: imposibilidad de despidos colectivos o por causas objetivas en las grandes empresas mientras haya beneficios, fiscalización a las grandes empresas para asegurar que no cubren con trabajadores temporales empleos que podrían ser fijos.
  • Restablecimiento del subsidio de 426€ para todos los parados de larga duración.

3. DERECHO A LA VIVIENDA:

  • Expropiación por el Estado de las viviendas construidas en stock que no se han vendido para colocarlas en el mercado en régimen de alquiler protegido.
  • Ayudas al alquiler para jóvenes y todas aquellas personas de bajos recursos.
  • Que se permita la dación en pago de las viviendas para cancelar las hipotecas.

4. SERVICIOS PÚBLICOS DE CALIDAD:

  • Supresión de gastos inútiles en las Administraciones Públicas y establecimiento de un control independiente de presupuestos y gastos.
  • Contratación de personal sanitario hasta acabar con las listas de espera.
  • Contratación de profesorado para garantizar la ratio de alumnos por aula, los grupos de desdoble y los grupos de apoyo.
  • Reducción del coste de matrícula en toda la educación universitaria, equiparando el precio de los posgrados al de los grados.
  • Financiación pública de la investigación para garantizar su independencia.
  • Transporte público barato, de calidad y ecológicamente sostenible: restablecimiento de los trenes que se están sustituyendo por el AVE con los precios originarios, abaratamiento de los abonos de transporte, restricción del tráfico rodado privado en el centro de las ciudades, construcción de carriles bici.
  • Recursos sociales locales: aplicación efectiva de la Ley de Dependencia, redes de cuidadores locales municipales, servicios locales de mediación y tutelaje.

5. CONTROL DE LAS ENTIDADES BANCARIAS:

  • Prohibición de cualquier tipo de rescate o inyección de capital a entidades bancarias: aquellas entidades en dificultades deben quebrar o ser nacionalizadas para constituir una banca pública bajo control social.
  • Elevación de los impuestos a la banca de manera directamente proporcional al gasto social ocasionado por la crisis generada por su mala gestión.
  • Devolución a las arcas públicas por parte de los bancos de todo capital público aportado.
  • Prohibición de inversión de bancos españoles en paraísos fiscales.
  • Regulación de sanciones a los movimientos especulativos y a la mala praxis bancaria.

6. FISCALIDAD:

  • Aumento del tipo impositivo a las grandes fortunas y entidades bancarias.
  • Eliminación de las SICAV.
  • Recuperación del Impuesto sobre el Patrimonio.
  • Control real y efectivo del fraude fiscal y de la fuga de capitales a paraísos fiscales.
  • Promoción a nivel internacional de la adopción de una tasa a las transacciones internacionales (tasa Tobin).

7. LIBERTADES CIUDADANAS Y DEMOCRACIA PARTICIPATIVA:

  • No al control de internet. Abolición de la Ley Sinde.
  • Protección de la libertad de información y del periodismo de investigación.
  • Referéndums obligatorios y vinculantes para las cuestiones de gran calado que modifican las condiciones de vida de los ciudadanos.
  • Referéndums obligatorios para toda introducción de medidas dictadas desde la Unión Europea.
  • Modificación de la Ley Electoral para garantizar un sistema auténticamente representativo y proporcional que no discrimine a ninguna fuerza política ni voluntad social, donde el voto en blanco y el voto nulo también tengan su representación en el legislativo.
  • Independencia del Poder Judicial: reforma de la figura del Ministerio Fiscal para garantizar su independencia, no al nombramiento de miembros del Tribunal Constitucional y del Consejo General del Poder Judicial por parte del Poder Ejecutivo.
  • Establecimiento de mecanismos efectivos que garanticen la democracia interna en los partidos políticos.

8. REDUCCIÓN DEL GASTO MILITAR

Et voici le manifeste :

We are ordinary people. We are like you: people, who get up every morning to study, work or find a job, people who have family and friends. People, who work hard every day to provide a better future for those around.

Some of us consider ourselves progressive, others conservative. Some of us are believers, some not. Some of us have clearly defined ideologies, others are apolitical, but we are all concerned and angry about the political, economic, and social outlook which we see around us: corruption among politicians, businessmen, bankers, leaving us helpless, without a voice.
This situation has become normal, a daily suffering, without hope. But if we join forces, we can change it. It’s time to change things, time to build a better society together. Therefore, we strongly argue that:

  • The priorities of any advanced society must be equality, progress, solidarity, freedom of culture, sustainability and development, welfare and people’s happiness.
  • These are inalienable truths that we should abide by in our society: the right to housing, employment, culture, health, education, political participation, free personal development, and consumer rights for a healthy and happy life.
  • The current status of our government and economic system does not take care of these rights, and in many ways is an obstacle to human progress.
  • Democracy belongs to the people (demos = people, krátos = government) which means that government is made of every one of us. However, in Spain most of the political class does not even listen to us. Politicians should be bringing our voice to the institutions, facilitating the political participation of citizens through direct channels that provide the greatest benefit to the wider society, not to get rich and prosper at our expense, attending only to the dictatorship of major economic powers and holding them in power through a bipartidism headed by the immovable acronym PP & PSOE.
  • Lust for power and its accumulation in only a few; create inequality, tension and injustice, which leads to violence, which we reject. The obsolete and unnatural economic model fuels the social machinery in a growing spiral that consumes itself by enriching a few and sends into poverty the rest. Until the collapse.
  • The will and purpose of the current system is the accumulation of money, not regarding efficiency and the welfare of society. Wasting resources, destroying the planet, creating unemployment and unhappy consumers.
  • Citizens are the gears of a machine designed to enrich a minority which does not regard our needs. We are anonymous, but without us none of this would exist, because we move the world.
  • If as a society we learn to not trust our future to an abstract economy, which never returns benefits for the most, we can eliminate the abuse that we are all suffering.
  • We need an ethical revolution. Instead of placing money above human beings, we shall put it back to our service. We are people, not products. I am not a product of what I buy, why I buy and who I buy from.

For all of the above, I am outraged.
I think I can change it.
I think I can help.
I know that together we can.I think I can help.

I know that together we can.

10 réflexions au sujet de « El manifiesto de los indignados (Espagne) »

  1. Bonjour,
    Je ne parviens pas à vous envoyer ce message via la page « contact » de votre blog.
    Je me permets de vous contacter afin de savoir s’il serait possible de vous joindre directement (courriel, adresse postale, numéro de téléphone). Je suis un chercheur en neurosciences de 32 ans et je souhaiterais réorienter ma carrière dans un domaine plus militant dans le domaine de l’urgence écologique.
    Je connais vos discours pour avoir lu certains de vos livres (Pesticides et Bidoche) et vous avoir entendu à maintes reprises chez Daniel Mermet. Je suis persuadé que vous seriez un interlocuteur important afin de mûrir ma réflexion et, éventuellement, m’orienter vers des personnes que mon profil de scientifique de la vie pourrait intéresser.
    Je vous remercie de votre réponse.
    Cordialement,

    Yannick

  2. Manifeste de « Democracia Real Ya ! »

    *URL d’origine du document *

    Nous sommes des personnes simples et ordinaires. Nous sommes comme toi. Des gens qui se lèvent chaque matin pour étudier, pour travailler ou pour chercher du boulot ; des gens qui ont une famille et des amis. Des gens qui travaillent dur tous les jours pour vivre et offrir un meilleur futur à ceux qui les entourent.

    Parmi nous, cer­tains se consi­dè­rent pro­gres­sis­tes, d’autres plutôt conser­va­teurs. Certains sont croyants, d’autres pas. Certains ont des idéo­lo­gies affirmées, d’autres sont apo­li­ti­ques. Mais nous sommes tous préoc­cupés et indi­gnés par la situa­tion poli­ti­que, économique et sociale actuelle. Par la cor­rup­tion des poli­ti­ciens, des patrons, des ban­quiers… qui nous laissent impuissants et sans voix.

    Cette situa­tion nous fait souffrir au quotidien ; mais si nous nous unissons nous pouvons la modifier. C’est le moment de nous mettre en marche pour bâtir ensemble une société meilleure. Pour ce faire, nous sou­te­nons fermement que :

    * Les priorités de toute société développée doivent être l’égalité,
    le progrès, la solidarité, le libre accès à la culture, le
    développement durable et le bien-être des personnes.

    * Il existe des droits fondamentaux que la société a le devoir de
    garantir : le droit au logement, au travail, à la culture, à la
    santé, à l’éducation, à l’engagement politique, à l’épanouissement
    personnel et le droit à l’accès aux biens nécessaires à une vie
    saine et heureuse.

    * Le fonctionnement actuel de notre système politique et
    gouvernemental ne répond pas à ces priorités et il devient un
    obstacle pour le progrès de l’humanité.

    * La démocratie, par essence, émane et appartient au peuple, mais,
    dans ce pays, la majorité de la classe politique ne lui prête pas
    attention. Le rôle des politiciens devrait être de faire entendre
    nos voix aux institutions, en facilitant la participation
    politique des citoyens grâce à des voies de démocratie directe
    pour le bénéfice de l’ensemble de la société. Et non celle de
    s’enrichir et prospérer à nos dépens, en se pliant aux exigences
    des pouvoirs économiques et s’accrochant au pouvoir par la
    dictature partitocratique du PPSOE^[2
    ]
    .

    * La soif de pouvoir et son accumulation entre les mains de
    quelques-uns créent inégalités, tensions et injustices, ce qui
    mène à la violence et que nous refusons. Le modèle économique en
    vigueur, obsolète et antinaturel, coince le système social dans
    une spirale qui se consomme par elle-même en enrichissant une
    minorité et en plongeant les autres dans la pauvreté. Jusqu’à
    l’effondrement.

    * L’accumulation d’argent est la finalité du système, sans prendre
    en considération le bien-être de la société et de ceux qui la
    composent ; gaspillant nos ressources, détruisant la planète,
    générant du chômage et des consommateurs frustrés.

    * Nous sommes les rouages d’une machine destinée à enrichir une
    minorité qui ne sait plus reconnaître nos besoins. Nous sommes des
    citoyens anonymes, mais sans nous rien ne serait possible car nous
    faisons tourner le monde.

    * Nous ne devons plus placer notre confiance en une économie qui ne
    tourne jamais à notre avantage. Il nous faut éliminer les abus et
    les carences que nous endurons tous.

    * Nous avons besoin d’une révolution éthique. L’argent ne doit plus
    être au dessus tout, mais simplement à notre service. Nous sommes
    des êtres humains, pas des marchandises. Je ne suis pas le produit
    de ce que j’achète, pourquoi je l’achète et à qui je l’achète.

    Pour toutes ces raisons, je suis indigné(e).
    Je crois que je peux changer les choses.
    Je crois que je peux aider.
    Je sais que tous ensemble nous le pouvons.
    Il ne tient qu’à toi de nous rejoindre.

    Notes

    [1 ] Crédit photo : Fito Senabre (Creative Commons By-Sa)

    [2 ] Contraction des deux partis PP et PSOE, un peu comme si on disait UMPS chez nous.

  3. C’est vrai que ce qui se passe là est une bouffée d’oxygène, même si la question écologique ne semble pas être la première préoccupation. Néanmoins, un mouvement social créant sa propre dynamique, nul doute que la question sera soulevée (peut-être est-ce même déjà fait ?). Ce qui me frappe surtout, c’est la maturité politique de ce mouvement. Des informations, des traductions et des témoignages ici : http://oclibertaire.free.fr/ et là : http://lereveil.ch/temoignage-de-camarades-sur-les

  4. @Fabrice »,
    « Certes, j’aurais infiniment préféré qu’ils mettent au premier plan la crise écologique, à quoi tout est subordonné. Ce n’est pas le cas. Ils n’en parlent même pas. Par ailleurs, les mesures proposées sont fort éloignées de ce que j’imagine pour ma part. Pour rester poli. Mais il demeure que j’applaudis ce mouvement clair et vivifiant. »

    Que tout change pour que rien ne change ? (Comte de Lampedusa de Visconti, le guépard)

    C’est certainement ton attendrissement pour la lutte des classes du le marxisme traditionnel qui te rend indulgent envers cet appel à forte nostalgie capitaliste-keynesienne.

    C’est-à-dire la lutte pour une meilleure place dans le monde enchanté par les fétiches de la marchandise et du travail abstrait dans lequel on a tous intériorisé les catégories de base de la forme de socialisation capitaliste et ses principes sociaux. Jamais remis en question.

    « On peut les réguler, les gérer et les améliorer, c‘est-à-dire « changer de mode de vie » (plus écolo, plus égalitaire, plus favorable aux pauvres, plus démocratique) à l’intérieur de cette même forme collective de vie, qui doit en elle-même et de toute façon, rester non questionnable.
    On pourra aussi, si le coeur y est encore, changer pourquoi pas les gestionnaires (droite, gauche, extrême-gauche, extrême-droite, écolos, etc.) afin de faire varier le mode de distribution de toujours les mêmes principes sociaux et de toujours les mêmes formes de socialisation. »
    (1).

    Tout cela en s’en prenant à la finance, l’économie casino comme bouc-émissaires…

    ça sent le réchauffé.

    note :
    (1) : Blog de palim-psao

  5. Il est vrai que dans les revendications espagnoles les préoccupations écologiques sont peu présentes, si ça n’est dans de le domaine des transports tout de même… Il y a un tel besoin de justice, de droit, d’abolition de privilèges, d’éducation , de santé, de logement, de ne pas subir l’Europe, bref …de donner autre chose à cette « génération perdue » qu’un horizon plombé.(sinistre expression du fmi). Je l’ai traduit en bonne partie mais j’ai calé sur certaines expressions comme « la dación en pago » par exemple, désolée.

  6. si si il y a l’écologie dans le manifeste en espagnol !

    + le mot planète !

    en tout cas dans la version que j’ai vue il y a quelques jours sur le site de democraciarealya

    Je leur avais envoyé une traduction en français (imparfaite, n’étant pas traductrice)

    Ma version :

    Manifeste  » Pour une vraie démocratie maintenant ! »

    Nous sommes des personnes normales et communes.

    Nous sommes comme toi : des gens qui se lèvent le matin pour étudier, pour travailler ou pour chercher du travail, des gens qui ont des familles et des amis.
    Des gens qui travaillent dur tous les jours pour vivre et donner un meilleur avenir à nos proches.

    Certains d’entre nous se considèrent plus comme des progressistes, d’autres plus comme conservateurs. Certains sont croyants, d’autres non. Certains d’entre nous avons des idéologies bien précises, d’autres se voient comme apolitiques. Mais nous sommes tous inquiets et indignés du panorama politique, économique et social que nous voyons autour de nous. Par la corruption des politiques, des chefs d’entreprise, des banquiers. Par l’impuissance des citoyens ordinaires.

    Cette situation nous fait du mal à tous au quotidien. Mais si nous sommes tous unis, nous pouvons la changer. Il est l’heure de se mettre en mouvement, il est l’heure de construire entre nous tous, une société meilleure. Pour cela, nous soutenons fermement ce qui suit :

    – les priorités de toute société avancée sont l’égalité, le progrès, la solidarité, le libre accès à la culture, la soutenabilité écologique et le développement, le bien-être e t le bonheur des personnes

    – il existe des droits de base qui devraient être couverts dans ces sociétés : le droit au logement, au travail, à la culture, à la santé, à l’éducation, à la participation politique, le libre développement personnel, le droit de consommer les biens nécessaires pour une vie saine et heureuse.

    – le fonctionnement actuel de notre système économique et gouvernemental
    n’aborde pas ces priorités et est un obstacle pour le progrès de l’humanité.

    – la démocratie part du peuple (demos = peuple, cratie = pouvoir) ainsi le gouvernement doit servir le peuple. Pourtant, dans ce pays, la plus grande partie de la classe politique ne nous écoute même pas. Leurs fonctions devraient consister à porter notre voix aux institutions, à faciliter directement la participation politique des citoyens en apportant le meilleur bénéfice pour la société entière, pas de s’enrichir à nos frais, en participant uniquement aux diktats des grands pouvoirs économiques et en s’accrochant au pouvoir par une dictature de « partis » conduite par l’acronyme inamovible PPSOE. (NdTR : équivalent « UMPS » en France)

    – le désir et l’accumulation de pouvoir entre quelques mains génère des inégalités, de la frustration et de l’injustice, ce qui conduit à la violence, que nous rejetons. Le modèle économique actuel, dépassé et contrenature grippe le système social en le transformant en une spirale qui s’autodétruit en enrichissant peu de personnes et en soumettant le reste de la population à la pauvreté et aux pénuries. Jusqu’à l’effondrement.

    – la volonté et le but de ce système est l’accumulation d’argent, gagné sur l’efficacité et les bien-être de la société. En gaspillant les ressources, en détruisant la planète, en générant du chômage et des consommateurs mécontents.

    – Les citoyens font partie de l’engrenage d’une machine destinée à enrichir une minorité qui ne connaît pas nos besoins. Nous sommes des anonymes, mais sans nous rien de tout cela n’existerait, puisque c’est nous qui faisons bouger le monde.

    – et si comme société, nous apprenions à ne pas confier notre avenir à une rentabilité économique qui profite toujours plus du bénéfice de la majorité, nous pourrions éliminer les abus et manques dont nous souffrons tous.

    – il est nécessaire d’avoir une Révolution Ethique. Nous avons mis l’argent au-dessus de l’Etre Humain alors que nous devons le mettre à notre service. Nous sommes des personnes pas des produits du marché. Je ne suis pas seulement ce que j’achète, mais aussi pourquoi j’achète et à qui j’achète.

    Pour tout ce qui s’est passé, je suis indigné.

    Je crois que je peux le changer

    Je crois que je peux aider

    Je sais, que unis, nous pouvons

    Viens avec nous. C’est ton droit.

  7. Bonjour,
    voici une proposition de traduction des propositions POUR UNE DÉMOCRATIE RÉELLE, mise en ligne sur le site rebebellyon.

    Propositions

    Voici quelques-unes des mesures, qu’en tant que citoyens, nous considérons essentiels à la régénération de notre système politique et économique. Donnez votre avis et proposer vos mesures dans le forum !

    1. Suppression des privilèges de la classe politique :

    * Un contrôle strict de l’absentéisme des élus. Sanctions spécifiques pour manquement à leurs devoirs.
    * Suppression des privilèges dans le paiement des impôts, les années de cotisation et le montant des pensions. Égalisation des salaires et des avantages des élus avec le salaire moyen espagnol.
    * Suppression de l’immunité des élus. Imprescriptibilité des crimes de corruption.
    * Publication obligatoire du patrimoine des élus.
    * Diminution des postes acquis par nomination.

    2. Contre le chômage :

    * Réductions du temps de travail et meilleure conciliation entre travail et vie familiale pour éliminer le chômage structurel (c’est à dire jusqu’à ce que le chômage tombe en dessous de 5%).
    * La retraite à 65 ans et aucune augmentation de l’âge de la retraite supplémentaire afin d’éliminer le chômage des jeunes.
    * Des bonus pour les entreprises de moins de 10% des contrats temporaires.
    * La sécurité de l’emploi: interdiction des licenciements collectifs pour les grandes entreprises qui font des bénéfices, taxer les grandes entreprises qui embauchent des travailleurs temporaires sur des emplois qui pourraient être en CDI.
    * Rétablissement de l’allocation chômage de 426 € pour tous les chômeurs de longue durée.

    3. DROIT AU LOGEMENT :

    * Expropriation par l’Etat des logements construits et qui ne trouvent pas preneurs pour les proposer en HLM.
    * Aide financièreau logement des jeunes et à toutes les personnes ayant de bas revenus.
    * Permettre de rendre son logement à la banque pour payer les hypothèques (actuellement le bien est vendu aux enchères ce qui ne couvre pas la valeur de l’hypothèque).

    4. SERVICES PUBLICS DE QUALITE :

    * La suppression des dépenses inutiles dans l’administration publique et l’établissement de contrôle indépendant des budgets et des dépenses.
    * Recrutement du personnel de santé afin d’éliminer les listes d’attente.
    * Recrutement d’enseignants pour assurer un nombre d’élèves par classe décent, le travail en petits groupes et les classes de soutien.
    * Réduction des frais de scolarité à tout l’enseignement universitaire, diminuer les frais de scolarité des troisièmes cycles jusqu’au niveau des 1ers cycles.
    * Financement public de la recherche pour assurer son indépendance.
    * Des transports publics bon marché, de qualité et respectueux de l’environnement, rétablissement des lignes de train classiques qui ont été remplacées par des TGV, rétablissement de leur prix d’origine, les abonnements d’autobus moins cher, restreindre la circulation des voitures privées dans les centres urbains, construction de pistes cyclables .
    * Ressources sociales locales : mise en œuvre effective de la loi sur la Dépendance (des personnes âgées, des handicapés…), des réseaux municipaux de soins, des services locaux de médiation et de tutorat.

    5. Contrôle des banques :

    * Interdiction de tout sauvetage ou injection de capital pour les banques : les institutions en difficulté doivent faire faillite ou être nationalisés pour former une banque publique sous contrôle social.
    * Augmenter les impôts des banques à proportion des dépenses sociales causées par la crise provoquée par leur mauvaise gestion.
    * Remboursement au Trésor public des aides publiques reçues par les banques.
    * Interdiction de l’investissement des banques espagnoles dans des paradis fiscaux.
    * Sanctions sur la spéculation et les mauvaises pratiques bancaires.

    6. FISCALITE :

    * Augmenter le taux d’imposition sur les grandes fortunes et les banques.
    * Suppression des SICAV.
    * Récupération de l’impôt sur le patrimoine.
    * Le contrôle réel et efficace de la fraude fiscale et la fuite des capitaux vers les paradis fiscaux.
    * Promouvoir l’adoption internationale d’une taxe sur les transactions internationales (taxe Tobin).

    7. Démocratie participative et libertés citoyennes :

    * Pas de contrôle de l’Internet. Abolition de la Loi Sinde (Hadopi espagnole).
    * Protection de la liberté de l’information et du journalisme d’investigation.
    * Référendums obligatoires et contraignants sur les grandes questions qui changent la vie des citoyens.
    * Référendums obligatoires pour toutes introduction de mesures dictées par l’Union européenne.
    * Amendement de la loi électorale afin d’assurer un véritable système représentatif et proportionnelle qui ne discrimine aucune force politique ou sociale, les bulletins blancs et nuls sont également représentés à l’Assemblée législative.
    * Indépendance de la magistrature : réforme du ministère public afin d’assurer son indépendance, suppression de la nomination des membres de la Cour constitutionnelle et du Conseil judiciaire par l’exécutif.
    * Mise en place de mécanismes efficaces pour assurer la démocratie interne dans les partis politiques.

    8. Réduction des dépenses militaires

  8. J’ai écrit plus haut :

    « Que tout change pour que rien ne change ? (Comte de Lampedusa de Visconti, le guépard) »

    Je m’excuse de la non clarté de ce qu’il y a dans la parenthèse. (las !e ne me relis jamais assez…)
    Cette citation est du Comte de Lampedusa, dans son roman Le guépard.
    Transposé au cinéma par Luchino Visconti.

    J’ai pensé à cette citation en lisant le dernier livre de Gilbert Rist L’économie ordinaire entre songes et mensonges (presses de Science Po, 2010) dont un chapitre est « Tout change pour que tout reste la même chose » dans la conclusion.

    Dans ce livre très intéressant, il démonte un par un les présupposés de la science économique et amène des éléments anthropologiques pour comprendre la société dans laquelle nous vivons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *