Le barrage brésilien qui fait pleurer Hulot (dans Charlie)

Peut-être finira-t-on par croire que je déteste Nicolas Hulot. Eh bien non, je ne le déteste pas. Il était à sa place – il en faut bien une, n’est-ce pas ? – sur TF1, dans son rôle de commandant Cousteau des années 2000 et 2010. Il n’est évidemment pas à la sienne dans cette élection présidentielle. Ce qui ne signifie surtout pas que je lui préfère Éva Joly. Comme j’ai pu le dire, comme je le répète, cette mise en scène est une perte de temps radicale, qui correspond fort bien, il est vrai, à la nature réelle d’Europe-Écologie-Les Verts.

Jusqu’ici, Hulot diffusait des images et portait des messages simples, mais clairs, à des millions de personnes. Et le voilà qui entend représenter ce qui le dépasse de cent coudées, et davantage même. Non qu’il soit plus bête qu’un autre. Simplement, il ne sait pas, et vraisemblablement ne saura jamais ce qu’est une société. De quoi elle est faite. De ce qui peut, très éventuellement, la faire changer. Comme, à cinquante-cinq ans, il n’a encore jamais pointé aucune cause structurelle du désordre général – par exemple, l’existence de transnationales plus puissantes que les États -, on peut penser, et craindre, qu’il ne le fera jamais. Pour ma part, il est évident que je ne lui donnerai jamais ma voix. Mais chacun fait ce qu’il veut, c’est entendu.

Je vous glisse ci-dessous l’article publié dans Charlie-Hebdo de cette semaine, en vente jusqu’à mardi. Oui, il est de moi, comme on peut s’en douter.

Le barrage brésilien qui fait pleurer Hulot

Si tous les gars du monde voulaient bien se donner la main, Hulot serait vachement content, mais comme ils se foutent sur la gueule, ça le rend bien malheureux. Mettons-nous à sa place. Sur terre, la vie n’est pas gaie. D’autant qu’on ne sait jamais qui est responsable. Le capitalisme ? « Je ne suis pas quelqu’un qui juge », répond Hulot, qui ajoute gentiment : « Je parle sans haine, car je ne suis pas favorable à la lutte des classes (1) ». Sarkozy ? « Être antisarkozyste, ça ne m’intéresse pas, je ne le serai pas (2) ».

Mais comme c’est un grand cœur, quand il voit le chef indien du Brésil Raoni pleurer, il craque : « La construction de ce barrage, ça me rend fou (3) ». Quel barrage ? Mais celui qui fait chialer Raoni, celui qui va noyer les terres ancestrales de son peuple et détruire la forêt, celui de Belo Monte. On dira ce qu’on voudra de la technique, mais là, chapeau bas aux artistes. En pleine jungle infestée d’araignées, de serpents, de moustiques et d’Indiens cracheurs de curare, il faut le faire. La bête produira à terme 10 % de l’électricité du Brésil, et pourra du coup servir à extraire de la bauxite non loin de là, ce qui repoussera plus loin les Indiens au curare, et permettra de produire de l’aluminium grâce à quoi l’on pourra boire de la bière proprement dans des canettes. Mes aïeux, le progrès est une chose merveilleuse.

Bon, il est vrai qu’avec l’autre complexe Altamira-Babaquara, 6140 km2 seront inondés. Soit la moitié de l’Île-de-France, région qui abrite chez nous presque 12 millions d’habitants. Charlie espère vivement que l’on pourra faire du pédalo, de la voile et de la plongée, car ce serait trop bête de rater une occasion pareille. Sur ce plan-là, la France est bien placée, car figurez-vous que notre champion Alstom est dans le coup. La boîte de Belfort que défendait avec ses petits bras Chevènement est devenue un « leader mondial de l’hydroélectricité » et a signé en février dernier un contrat de 500 millions d’euros pour le chantier de Belo Monte. Alstom fournira une bonne part des turbines géantes, ce qui donnera tant de travail chez nous que c’en est un bonheur.

Mais revenons à Nicolas Hulot. Le barrage le rend fou. On s’apprête à le retenir – un geste violent est si vite arrivé -, mais notre écologiste planétaire est en vérité placide. « On doit se mobiliser, il en va du sort de l’humanité tout entière », insiste Hulot, sans rien proposer du tout. Le premier imbécile venu penserait aussitôt à une action contre Alstom, mais Hulot est plus malin, se contentant d’attaquer la méchanceté du monde. D’ailleurs, Alstom n’a-t-il pas un partenariat stratégique avec Bouygues, donc TF1, depuis 2006 ? Bouygues ne possède-t-il pas 21% du capital d’Alstom ?  TF1 n’est-elle pas, par hasard, l’entreprise reine de Nicolas ? Si.

Le Brésil de la présidente « de gauche » Dima Roussef est une sorte de Chine des Amériques, qui entend bien bouffer l’Amazonie entière, en attendant mieux. Ces dernières semaines, quatre paysans dans la tradition de Chico Mendes et de la sœur Dorothy Stang, dont Jose Claudio Ribeiro da Silva et sa femme, ont été butés pour avoir tenté de protéger la grande forêt. Pendant ce temps, le gouvernement de Brasilia modifiait le Code forestier de 1965, qui ouvre la voie à une déforestation massive.

Au Brésil encore, un autre barrage, celui de Jirau, est en construction sur la rivière Madeira, à la frontière du Pérou et de la Bolivie. Mauvais coucheurs, l’écrivain Le Clézio et le directeur de Survival France Jean-Patrick Razon estiment que le barrage : « menace non seulement la diversité biologique et socioculturelle de la région, (…) mais aussi la survie même de certaines des dernières tribus isolées du monde (4) ».

Or, incroyable mais vrai, notre GDF-Suez à nous est le grand constructeur du barrage. Comme indiqué sur son site internet, le groupe est « un acteur de référence eu Brésil », installé depuis cinquante ans, au point d’être le premier producteur privé d’électricité du pays. Et voilà que ces idiots d’Indiens protestent eux aussi contre la destruction de leurs cases à toit de paille et de leurs flèches.

Ce serait une excellente occasion pour le grand Nicolas Hulot de démontrer au monde entier la vigueur de son engagement altermondialiste. Mais il y a problème. Un, GDF partage encore de nombreux intérêts avec EDF, partenaire de longue date de Hulot. Et deux, l’État Français est actionnaire de GDF-Suez à hauteur de 35 %. Hulot fera-t-il de la peine à Sarkozy et à ses si nombreux amis de l’industrie ? La suite dans Charlie, sans faute.

(1) Terraeco, mai 2011

(2) Le Monde, 6 mai 2011

(3) Le JDD, 4 juin 2001

(4) Le Monde, 7 avril 2010

98 réflexions au sujet de « Le barrage brésilien qui fait pleurer Hulot (dans Charlie) »

  1. « Errare humanum est, perseverare diabolicum. »
    Il est tout de même extraordinaire que malgré les déboires rencontrés ( après Tchenobyl et Fukushima, pour ne citer que ces accidents majeurs), des hommes veuillent envers et contre tout continuer à promouvoir l’énergie nucléaire.

    De même,alors qu’ils connaissent les dangers potentiels des énormes barrages et leurs conséquences désastreuses sur les populations et l’environnement, car il n’est pas possible qu’ils les ignorent ( voir lien suivant:http://www.legrandsoir.info/Chine-Barrage-des-Trois-Gorges-la-catastrophe-potentielle.html), les Brésiliens veulent absolument construire un barrage à peine plus important que celui des Trois Gorges.
    Et ce ne sont pas les déclarations de Nicolas Hulot qui les feront renoncer.

  2. Encore une déclaration qui montre l’étendue de la bêtise de Nicolas Hulot.
    J’espère pour ma part qu’il y ait plus d’écologistes raisonnés en France que d’hélicologistes sinon nous sommes vraiment mal barrés.
    Le pire, c’est que les informations que vous nous délivrez ne passeront jamais à la télévision, comme tout ce qui se passe de grave ou d’important dans le monde (la Syrie, la Lybie, la Grece et l’Espagne sont passés sous silence).

    Dans quel monde vivons-nous ? …

  3. A hurler. Merci pour la démonstration limpide sur la perte de temps concernant EELV…
    C’est triste mais soit on l’accepte et on gagne du temps, soit, tu le disais hier Fabrice, on rejoue 1981… grand espoir et… désastre derrière avec une démobilisation générale.
    A tous : soutenez, adhérez, faites adhérer à Survival International France ! En masse !!!!!!!
    Comme dit Jean Malaurie, les peuples premiers sont « en réserve de l’histoire », aux avant-postes des traumatismes que l’Humanité est en train de s’infliger elle même, à l’avant-poste de ce qu’il faudrait faire en terme de priorités à inverser : sauver la grande forêt donc l’Homme ou boire de la bière dans une canette en aluminium produit sur la forêt tropicale ou grâce à de l’uranium et/ou du gaz de schiste…
    Et puis, rendez vous à LEZAN dans les Cévennes (Gard) du 26 au 28 aout prochain aux « RENCONTRES POUR LA TRANSITION ENERGETIQUE » pour mettre tout cela à plat et en tirer des actes, du collectif et DES ACTES !

  4. Hulot entend aussi de féderer des forces pour etre crédible.mais ces société ce servent de lui plus que lui ce sert d’elles.la destrustion ce ces forets primaire est un désastre écologique,humain,mais ces lobbys,ces oliguarques,sont des assasins qui ne respectes personnes.pourquoi devraient t’on les respecté?ils fusilles notre terre,et on dit rien!!!!la disparition des grandes forets,vas modifié le climat,un climat plus sec vas creer des exodes monstres,dans quelque décénnies,des famines,inquietant.

  5. Je suis très régulièrement Fabrice Nicolino et j’apprécie son style acéré. Mais pas ses avis à la tronçonneuse sur les gens… Trop d’intégrité tue l’intégrité. Je ne me rappelle hélas pas récemment avoir lu une note positive sur quiconque : qu’est ce qu’Hulot peut faire de plus ? Arrêter les tractopelles et les scies, s’enchaîner au parlement de Brasilia ?

    M. Nicolino, si des gens d’EELV ne sont pas à leur place dans cette élection, quel est votre proposition d’action politique ? Qui doit représenter l’écologie (ou du moins le début de repésentation) dans ce débat présidentiel ? A moins que la démocratie soit elle aussi à frapper de l’anathème Nicolinien ?

  6. Fabrice doit être au courant plus que je ne le suis, mais il me semble que Nicolas Hulot a réussi à « soutirer » de l’argent pour mener des actions écolos à ces grosses boites qui ne le sont pas ; pourquoi fairait-il du battage autour de cette histoire dans ce pays où la majorité des gens ne connaissent le Brésil que de nom? et ce « battage » passerait-il les ondes des marchands d’infos? je ne crois pas que ce type soit acheté, malhonnète, ou très con? car en fait cela revient à dire çà; ce qui est grave et presque insultant; ce qui me plairait c’est de connaitre et que j’ignore, ce sont les actions concrètes et de terrains qui ont été menées par la fondation, grace à l’argent de ces mécènes qui est dans le fond aussi le notre, via nos paiements.Sinon, quels modes de financement avoir? demander aux citoyens? est ce mieux? emprunter , faire bosser les banques? fortune personnelle comme E.Golddsmith, encore faut-il en avoir une; tout cela me semble quadrature de cercle, et qui peu se targuer d’avoir les mains propres? à part quelques saints? et meme le plus vertueux, d’après la légende ou l’histoire, Jésus Christ a subi le courroux des hommes qui ont choisi de le crucifier.

  7. Ah oui, Nicolas Hulot – effet de verdure. Et toute cette place médiatique qu’il occupe pour du vent. Tous ces moyens déployés pour repeindre en vert sans jamais rien remettre en question. A l’Unesco cet hiver, j’avais eu le bonheur de l’entendre partager avec le public sa découverte de l’importance de la question de la dette… Certes, il n’est jamais trop tard me direz-vous sauf que si, parfois, il est trop tard. Bref, le jour de l’annonce de sa candidature fut un jour morne… http://www.laseiche.net/les-chroniques-de-la-seiche/article/effet-de-verdure-avril-2011

  8. Bonjour,

    Merci Fabrizio. Une question qui s’adresse a toutes et tous.

    Ce que les hièrachies nous imposent,(peu importe dans quels domaines elles se valent toutes), les quintaux de promesses non tenues, les tonnes de mensonges, les malversations en pagailles, les conciliabules a l’écart, leurs prétentions a se croire supérieurs dans la prise des décisions, etc …, les aurions nous « acceptés » de la part d’un ami, ou d’un membre de notre famille? Ne les aurions nous pas gentillement envoyés se faire aller voir ailleurs?

    Pour répondre a Marie.

    Elles sont belles ses images? Ahhhh, oui, elles sont magnifiques!

    A partir de demain, l’on inverse les rôles. C’est les chiens qui lanceront les « trucs » en plastique (venant de Chine), et les humains qui les rattraperont!

    Le chien joue, mais ne fait cela que pour faire plaisir a son MAÎTRE. Le MAÎTRE joue, mais ne se fait plaisir qu’a lui même. C’est pour cela que l’on le nomme MAÎTRE. Que l’on laisse les animaux tranquilles, ce ne sont pas des objets!

    Bien a vous, Léa.

    Mince, vous avez vu comme je suis sévère? C’est Fabrice qui déteint sur moi! Je vais me doucher!

    🙂

  9. RAONI ne pleure pas: il se bat.

    La photo de RAONI en pleurs, a été prise, en 2002 lors des obsèques d’un ami cher a son coeur.

    http://www.raoni.fr/actualites-75.php

    http://cocomagnanville.over-blog.com/pages/BRESIL_et_AMAZONIE_les_GUARANIS_les_ZOES_les_AWA_les_KAYAPO-2352498.html

    Nous vivons à l’intérieur de la forêt, mais nous sommes cernés par les envahisseurs. Sans la forêt nous ne sommes rien et n’avons aucun moyen de survivre. To’o, un Awá

    Le monde entier doit savoir ce qui se passe ici, il doit se rendre compte à quel point la destruction des forêts et des peuples indigènes signifie sa propre destruction. Leaders Kayapó

  10. La déforestation en Amazonie est d’environ 7000 km² par an, tous les ans, pour un usage agricole tout sauf durable, à 80%, production de soja pour le nourrir le bétail, à grand renfort de pesticides et autres engrais.

    Le vrai problème de la déforestation au Brésil est du à la consommation de viande dans les pays occidentaux et les pays émergents comme la Chine.

    L’essor des bio carburants risquent d’amplifier le phénomène de déforestation.

  11. chère léa je crois que vous n’avez pas bien vu la lueur de grand intérêt dans l’oeil du chien! il n’a pas du beaucoup les pousser pour arriver à ces sauts merveilleux; avez vous déjà vu les parcours canins? ILS adorent çà! yés! Pour une fois une belle association homme animal: le jeu! mais peut etre n’avez vous pas de chien? en tout cas de ce genre? passionnés de freesbees. trop de pureté finit par faire effet inverse.non? les freesbes à une époque provenaient des USA, via les american students..

  12. Al, j’ose une ébauche de réponse toute personnelle à votre ensemble de questions adressé à Fabrice : il ne vous aura pas échappé que notre hôte propose ici « une autre façon de voir la même chose », si? non. Cela n’a pas pu vous échappé. Dès lors, pourquoi lui demander des solutions clés en main dans le cadre sclérosé, et complètement dépassé de la représentation politique actuelle? Je peux me tromper mais il me semble que ce n’est pas le cadre de pensée de Fabrice. En témoignent les centaines d’articles publés ici depuis septembre 2007. Il s’agit d’inventer autre chose.

  13. Eva, j’l’aime bien moi le bonhomme Hulot! c’est également à l’Unesco que j’ai eu le plaisir de l’écouter. A l’automne 2005. Il n’était pas seul, Pierre Rabhi, inconnu des médias à l’époque, était à ses côtés. Je n’ai jamais oublié leurs mots, leur colère, leur impuissance avouée mais aussi les espoirs qu’eux deux fondaient envers et contre toutes les évidences dans un futur possible et dans une possible insurrection des consciences.

  14. L’écologie radicale c’est bien, mais à la fin, c’est une énième division face à l’armée gentiment organisée du productivisme et de la dette. Je préfère Hulot à Hollande, à Mélenchon ou à Sarkozy ou à Le Pen. Raoni aura beau se battre il ne changera rien à une volonté poltique, et Charlie Hebdo aura beau crier plus fort que Hulot, il empêchera pas les barrages brésiliens…

    Si la prise de conscience est la première étape du changement, je ne trouve pas Hulot si mauvais comme sésame, mais si vous avez de meilleurs candidats, je suis prêt à voter pour eux…

  15. Voilà, à force de « mobilisation citoyenne », ce qu’il reste aujourd’hui de la lutte contre les gaz de schiste :

    Invitation

    A l’issue des débats parlementaires relatifs à la loi sur les gaz de schiste, qui s’achèveront le 21 juin prochain par le vote final en seconde lecture à l’Assemblée nationale, Pascal TERRASSE, Député et Président du Conseil général de l’Ardèche et Jean-Jack QUEYRANNE, Député et président du Conseil régional Rhône-Alpes, vous convient à une réunion d’information et d’échange
    le 24 juin 2011 à 20h30 à Villeneuve-de-Berg (salle polyvalente).
    Cette réunion se tiendra en présence d’élus et de personnalités s’étant clairement opposés aux projets d’exploration et d’exploitation de gaz de schiste.
    Ségolène ROYAL, Présidente de la Région Poitou-Charente et ancienne Ministre chargée de l’environnement viendra apporter son soutien à l’Ardèche dans ce combat et participera en qualité de grand témoin.

    Parce que :

    http://www.leparisien.fr/environnement/ogm-au-tribunal-segolene-royal-vole-au-secours-de-jose-bove-14-06-2011-1493562.php

    Vous n’avez rien à en dire, Fabrice ? Parce que moi, la voix me manque…

  16. Marie, bonsoir,

    Un Border Collie est fait pour garder les moutons.

    Marie je vais être franche. Je n’aime pas quand les hommes imposent. Même si cette race de chien est très joueuse, je doute que les parcours canins soient un de leurs jeux préférés. S’ils pouvaient parler, nous saurions!

    C’est leurs MAÎTRES qui parlent a leur place …

    Bien a vous, Léa.

  17. Chili: la justice suspend un méga-projet de barrages en Patagonie

    SANTIAGO – Un tribunal chilien a ordonné lundi la suspension d’un projet géant et controversé de barrages hydroélectriques en Patagonie (sud), accédant à des recours de parlementaires et d’associations de défense de l’environnement, a annoncé le pouvoir judiciaire.

    Le tribunal de recours de Puerto Montt (sud) a accédé à une résolution s’opposant à l’approbation du projet ce qui signifie que le projet se trouve paralysé jusqu’à ce que le fond de l’affaire soit résolu, a annoncé le pouvoir judiciaire chilien dans un communiqué.

    Le projet HidroAysen, du consortium hispano-chilien Endesa-Colbun, prévoit la construction de cinq barrages sur deux vallées sauvages de Patagonie, pour produire 2.750 mégawatts et augmenter de 20% la capacité électrique du Chili, pays à forte croissance passé en 2011 près de rationnements d’électricité.

    Le projet a obtenu début mai un feu vert administratif, au terme d’une procédure de trois ans ponctuée de nombreuses études d’impact sur l’environnement et de 2.600 observations.

    Mais il continue de générer une forte mobilisation populaire, qui a déjà suscité d’importantes manifestations, émaillées de violences, depuis un mois et demi à Santiago et Coyhaique, la ville patagonienne à 1.300 km au sud de la capitale.

    Pour ses opposants, le projet HidroAysen va défigurer des pans de la Patagonie, l’un des derniers territoires vierges de la planète, dont les forêts, glaciers et lacs attirent des amoureux de la nature du monde entier.

  18. Pour Léa

    Voici un lien vers un rapport très parlant sur notre surconsommation de viande, de soja et et de sucre, les deux derniers pouvant aussi servir d’agrocarburants.

    Le rapport est à la fin de l’article et s’appelle « De la forêt à la fourchette – Ou comment les bovins, le soja et le sucre détruisent les forêts brésiliennes et les climats ».

    http://www.amisdelaterre.org/-Ce-que-nous-voulons-pour-les-.html

    Amitiés terrestres

    C.

  19. mais s’il remet en question les bagnoles! il aura tous les usagers sur le dos, les pesticides tous les agri fnsea et autres sur le dos! il doit avoir une stratégie très fine! passer entre les gouttes! sinon blam! et çà ne trainera pas! ou alors il fait le dictateur? çà va pas plaire non plus? indiquez un chemin démocratique.

  20. Gédéon,

    J’ai bien entendu le même avis que vous. Mais ce mouvement n’est pas, pas encore mort et vitrifié. On verra. J’espère encore.

    Fabrice Nicolino

  21. A Raton Laveur et Al… Sympathique Hulot ? Bah ! Oui et alors ? Prise de conscience tardive sur la dette… Prise de position ultime sur le nucléaire… Personne n’est parfait c’est certain et puis chacun son rythme vous me direz mais j’ai des doutes. Pierre Rabhi aussi le trouvait sympathique mais visiblement pas au point de soutenir sa candidature puisque son mouvement des Colibris lance une campagne… sans candidat (« Le candidat c’est nous ! »). Ce qui rejoint le commentaire de Lléa… ni Dieu ni maître.
    Hasta!

  22. Curieusement Chevènement a failli mourir d’une allergie au curare !!! Il n’a pas dû piger le sens de l’avertissement et de ce fait oublié de transmettre la menace à l’industrie phare de la ville au grand lion de grès rose.
    Quant à Hulot…peut-être qu’il n’a jamais pris le temps de lire Le Clézio, il y a tant à comprendre dans l’œuvre de cet écrivain pourtant…

  23. J’ai reçu ce matin ce courriel :

    Bonjour

    > Membres du collectif LUSSAS

    > Nous avons la possibilité de rencontrer Mme Royal qui vient sur Villeneuve de Berg et LUSSAS pour intervenir sur le gaz de schiste… malheusement nous ne sommes pas naïfs et cet engouement des politiques pour cette cause n’a pas d’autres fins que des fins électoralistes et carriéristes… mais n’avons-nous pas dans ce cas-là le moyen d’instrumentaliser ces politiciens pour arriver à nos fins : pas de gaz de schiste… pouvez-vous nous éclairer sur les ambitions cachées et hypocrites de cette gauche… dans quel sens est-il judicieux de les interpeller pour mettre à jour leur réelles intentions… Merci de nous aider a être moins dindons.

    Et j’ai répondu ceci :

    Bonjour,

    Je suis très touché par votre appel, mais que vous dire ? A force « d’interpeller les politiques », on a ce qu’on mérite : ils rappliquent.

    Leurs intentions ne sont ni cachées ni hypocrites : ils veulent qu’on vote pour eux, comme la boulangère veut qu’on achète son pain. Là où ils mentent, ça n’est pas là, mais dans ce qu’ils prétendent pouvoir faire. La question ne réside donc pas dans leurs intentions, mais dans ce que nous attendons d’eux.

    Je ne peux que vous répéter ce que vous savez déjà, mais que vous ne parvenez manifestement pas à accepter : vos bulletins de vote ne servent à rien. La démocratie est seulement un autre dispositif pour imposer des décisions prises ailleurs. Ce qui décide, pour les GdS comme pour le nucléaire, comme pour toutes les affaires un tant soit peu importantes, ce n’est pas un gouvernement quelconque, c’est l’Etat et le capital. L’Etat et les gouvernements, vous saisissez la différence ? Sur ces décisions, S. Royal, fût-elle présidente de la République, n’aurait pas plus de pouvoir que le plombier du coin. Avec la différence qu’elle en tirerait, elle et les gens de sa classe, plus de profits.

    Je l’entends déjà, la sirupeuse [bip], vous roucouler la chansonnette de la « démocratie participative ». Et que les citoyens doivent avoir plus de poids dans les décisions politiques… Comme s’il s’agissait encore de politique. Vous aurez sans doute droit à un petit couplet sur « nos campagnes », comme s’il en restait quelque chose d’autre que des résidences secondaires, douillettement nichées entre une centrale nucléaire et un site classé Séveso, et quelques « exploitations agricoles » tentant d’extraire de sols bousillés aux engrais et aux pesticides de quoi obtenir la prochaine subvention européenne.

    Ce monde-là, ce n’est même pas les Royal et consorts qui l’ont fait : ces gens-là ne savent de toute façon plus rien faire d’autre que se faire élire. On ne développe que les qualités dont on a besoin. Simplement, ils l’ont laissé faire, entérinant les unes après les autres les décisions les plus désastreuses, tout en faisant devant les caméras leur numéro d’animateurs du « débat républicain ».

    Royal, elle, voilà ce qu’elle a « fait » : en 1992, elle était ministre de l’Environnement. Elle a dû traiter le dossier des OGM, et elle nous a même fait une loi, elle aussi. Et elle s’en vantait, à la barre du procès de Bové, il y a quelques jours (tiens tiens tiens…). Je cite :

    « En 1992 déjà, il y a 20 ans, en tant que ministre de l’environnement un premier cadre législatif a été défini par la loi du 13 juillet 1992 que j’ai volontairement portée.

    Cette première loi visait à donner un cadre à l’utilisation des OGM, autour des principes suivants :

    – interdiction de l’utilisation des OGM en dehors des régimes d’agrément et d’autorisations mis en place par la loi ;

    – mise en place de la commission de génie génétique, chargée d’évaluer les risques que présentent les organismes génétiquement modifiés ;

    – l’exigence d’une autorisation préalable pour la mise sur le marché ;

    – un régime de sanctions pour le non respect de ces prescriptions.

    La mise en œuvre de ces nouvelles règles a été lente à cause des rapports de force au profit des firmes semencières et phytosanitaires.

    Je sais donc, d’expérience, la difficulté de faire évoluer les règles, dès lors que l’opinion publique, non informée, ne peut peser sur le droit à l’information.

    Faute de débats, on a vu ainsi progressivement émerger un accroissement des règles européennes, dessaisissant les Etats, et une inquiétude de plus en plus forte de la part des citoyens.

    J’en retiens trois idées clefs :

    1. L’action des faucheurs peut, dans le contexte de la loi du silence de l’époque, être regardée comme un devoir d’alerte. Cet appel a été entendu puisque la culture d’OGM est aujourd’hui interdite par l’Etat sur le territoire national. (NOTE : ON CROIRAIT A LIRE CECI QUE LE FAUCHAGE A ENTRAINE LE MORATOIRE : C’EST FAUX, LE FAUCHAGE A EU LIEU PARCE QUE LE MORATOIRE DEJA VOTE N’ETAIT PAS APPLIQUE)

    2. Au-delà de la dénonciation des OGM, des alternatives agricoles pertinentes valorisant la qualité sanitaire des produits, les revenus des agriculteurs et les méthodes agri-environnementales sont indispensables comme le prouve la Région Poitou-Charentes.

    3. La recherche sur les OGM doit se poursuivre mais avec des objectifs d’intérêt général et en laboratoire et milieu confiné. »

    Voilà. On fait une loi, on confie aux scientifiques (INRA, CNRS, INSERM : que du public) le suivi de la question, on « informe le public », il y a tout de même des difficultés, à cause du « rapport de force », et la recherche doit bien entendu continuer, « à titre d’expérimentation » pour l’intérêt général et « sous le contrôle de la puissance publique ». Ca ne vous rappelle rien ? Eh oui, toujours le même scénario… Et J. Bové qui trouve que pour Royal, « la lutte contre les OGM est un combat de fond »… comme les courses du même nom, sans doute… c’est sûr que ça n’est pas fini, à s’y prendre comme ça, la « lutte » : ça peut même facilement devenir une rente de situation.

    Parce que je vous le demande, avec la si belle loi de la mère Royal, sa commission d’évaluation et tous les « moratoires » qu’ils nous ont votés par la suite, nos valeureux élus, pourquoi fallait-il que les faucheurs volontaires aillent hacher du Monsanto, en 2008, plus de 15 ans après le vote de ladite loi, et alors que la culture des OGM était « interdite sur le territoire national » par le dernier moratoire ?

    Voici la réponse :

    « Ces parcelles étaient cultivées à titre d’expérimentation et «le moratoire ne les concernait pas», les essais étant «toujours autorisés» après le moratoire, rétorque Me Maï Le Prat, l’avocate du semencier américain Monsanto et de l’exploitant qui cultivait les parcelles.

    Ce maïs n’était pas destiné à être commercialisé, l’interdiction «ne les concernait pas», a-t-elle insisté, ajoutant que, selon elle, les faucheurs tombent sous le coup de la loi de juin 2008 qui instaure un délit de fauchage. » (20 Minutes, 14/06/2011)

    Vous ne trouvez pas, tout de même, qu’on nous prend un tout petit peu pour des cons, avec ces moratoires qui ne servent à rien, ces lois inappliquées ou remises opportunément en cause par Bruxelles, avec ces passe-droits systématiquement accordés aux industriels, alors qu’on vote dans le même temps des lois censées « rassurer les citoyens »… ? Et vous ne pensez pas que ce champ-là de Monsanto était le seul du territoire français à ne pas respecter le moratoire à ce moment-là ? Qu’il n’y en a pas eu d’autres depuis ? Y compris « sous le contrôle de la puissance publique » ?

    Et vous ne trouvez pas que tout ça se joue en circuit fermé, chacun se faisant mousser et faisant mousser l’autre, pendant que les affaires continuent, allez, vote-moi une loi, j’irai m’indigner de ce qu’elle n’est pas appliquée… Tiens-moi la brosse, je te passe l’éponge… Chacun jouant professionnellement son rôle, et vivant sur les « problèmes environnementaux » comme des mouches sur un tas de fumier ?

    Parce que dans 15 ans, parti comme c’est avec les GdS, les mêmes, s’ils sont pas crevés, ou d’autres, puisque les candidats ne manquent pas, viendront aussi nous dire qu’il s’agit d’un « combat de fond », au milieu des derricks « interdits sur le territoire national » du Causse Méjean. Et il nous voteront un autre moratoire… Qui sera à son tour remis en question par une autre loi, un amendement, une directive européenne, une embrouille juridique quelconque…

    Et les gentils citoyens continueront de s’indigner, et retourneront voter pour les mêmes crapules, ou d’autres toutes neuves…

    Bon, je l’ai déjà dit et je le répète, parce que c’est de plus en plus clair : la lutte contre les GdS est devenue une annexe de la campagne d’EELV,et le nouveau terrain de chasse de requins grenellistes type FRAPNA. La venue de Royal chez vous, après son numéro avec Bové, et la convocation de la coordination locale, le démontrent plus que clairement. Alors de deux choses l’une : soit vous l’acceptez dans l’idée saugrenue que ces « relais politiques » pourraient on ne sait par quel miracle aider à empêcher l’exploitation des GdS, soit vous faites le constat que je fais ici, et dans ce cas-là il s’agit de cesser le dialogue avec ces gens et toutes les institutions qu’ils représentent.

    Ce qui implique, naturellement, de se mettre beaucoup de monde à dos… Et de s’opposer à des politicards en herbe ou confirmés qui maîtrisent parfaitement l’art de museler toute opposition, qui savent parler et donc faire taire… Et je pense donc, que vu la faiblesse de la mobilisation et son cantonnement dans les simples milieux « citoyens », ça n’est pas gagné. Du tout.

    Parce que la question de fond, la vraie, celle qui fait peur, c’est : à force de démocratie, que reste-t-il du peuple ?

    Allez, pour tout de même rire un peu, une dernière citation :

     » A la sortie, elle (S. Royal, NDR) s’est longuement entretenue avec José Bové, venue la « remercier » pour son soutien. Le début d’une plate-forme « Vert-PS? », leur glisse alors un journaliste. « Eh ben pourquoi pas? Ca viendra », rétorque Ségolène Royal. Et l’eurodéputé d’Europe Ecologie-Les Verts de renchérir: « on y travaille ».

    Un peu plus tôt, lors d’un point de presse commun, ils avaient nié toute opération de communication.  » (L’Express, 14/06/2011)

    Faire un point de presse pour « nier toute opération de communication », c’est assez drôle, vous ne trouvez pas ? Et ça, José, c’est pas une pipe ?

    http://www.stopaugazdeschiste07.org/spip.php?article93

    Pour info, Yan Chauwin et Guillaume Vermorel, du collectif 07, sont pour l’un Directeur de la FRAPNA, et pour l’autre candidat Europe Ecologie aux cantonales. Si c’est pas du verrouillage politique, ça…

  24. Hors sujet,

    Bruxelles choisit de mettre les pauvres à la diète

    BRUXELLES – La Commission européenne a annoncé lundi une sévère réduction l’an prochain de l’allocation au programme d’aide alimentaire destiné aux plus démunis des Européens, ramenée à 113 millions d’euros, soit 400 millions de moins que cette année.

    Selon plusieurs associations caritatives, cette baisse drastique de l’aide aux plus démunis pourrait priver au moins 2 millions d’Européens de l’aide alimentaire dont ils ont besoin.

    ———

    Une toile d’Albert Anker vendue 5,6 millions de francs à Bâle

    « L’Ecolière en train de faire ses devoirs », d’Albert Anker, a trouvé preneur pour 5,6 millions de francs lors d’une vente aux enchères ce week-end, a indiqué à l’ATS lundi la maison Beurret & Bailly à Bâle. Jamais encore une toile du peintre du Seeland n’avait atteint une telle somme.

    Des millions pour une croûte
    Un croûton pour des millions
    Monde de Merde

    Ciao, Léa.

  25. Coucou,

    Ce qui rejoint le commentaire de Lléa… ni Dieu ni maître.

    Pas de maître, oui, mais Dieu, je n’ai rien dit!
    C’est intime. Oui, je crois en la bonne parole de celui qui est venu nous l’enseigner, il y a deux mille ans. Aimez vous les uns les autres …. Je n’adhère qu’aux paroles positives, celles qui sont pour le bien de tous. Ce n’est pas péché que de faire au mieux.

    Rien a voir avec le dimanche matin a l’église, les doigts dans le bénitier, et les charlatans mitrés.

    Cordialement, Léa.

  26. Ne le prenez pas (trop) mal mais: Eva cite…Eva « Effet de verdure ». Llea cite… Llea! Tragique invention que ces blogs ou nous nous parlons a nous même. Ni Dieu ni maitre, vraiment?! C’est oublie la souris qui nous ligote a notre ordinateur et nos millions de clics journaliers… Ciao!

  27. Léa, je trouve pour ma part que ces chiens sont heureux et que çà se voit; mais je suppute que vous ne vivez pas avec des chiens..Maitres? en musique, par exemple, oui. en couture, oui, en patisserie etc…le maitre n’est jamais aussi que qu’elqu’un qui a acquis un grand savoir qu’il transmet à plus petits ou inexpérimentés..parfois l’ apprentissage à de jeunes enfants est ardu (musique) …il faudrait arrêter; les pauvres et les laisser tranquilles. educare: non. d’ailleurs c’est dans l’air du temps: laissons les gens à leur primarité et gavons les d’insignifiantes télés; certains de ceux qui ont acquis des compétences techniques (ciné, informatique) se gardent bien de les faire passer ou alors moyennant des tarifs exorbitants. il y aura toujours des exceptions.

  28. Gédéon; merci de ce long article; en fait il faudrait que nous soyons beaucoup plus unis que nous le sommes! déjà pour poser l’exigence 2 ou 3 décisions concrètes qui seraient prises dès l’accession au pouvoir des uns ou des autres!par exemple : interdiction des néocotinoides!
    et le jeu des institutions et des mentalités ne permettent pas non plus grand chose (à ma connaissance) pas de référendum possible;
    à la lumière de la constitution italienne : les comités citoyens :

    « …Ce référendum populaire est né de l’initiative des Comités citoyens pour l’eau publique de toute l’Italie, qui depuis 2006 sont coordonnés par le Forum Italien des Mouvements pour l’Eau Publique…..La Constitution italienne prévoit que pour proposer un référendum abrogatif, il soit nécessaire de recueillir 500 000 signatures. Alors dans chaque région, chaque province, chaque ville, des comités de citoyens se sont organisés pour récolter ces signatures. En moins de 3 mois, nous avons recueilli 1 million et 400 mille signatures. Nous entrions déjà dans l’histoire sans qu’aucun journal ne prenne acte de ce grand résultat….. »
    Dans ce cas, il semblerait que la démocratie participative ne soit pas un vain mot, un outil de manipulation à puiser dans la mallete: je communique pour me faire élire.

    http://www.france.attac.org/articles/referendum-en-italie-une-victoire-pour-la-democratie-participative-et-la-defense-des-biens

  29. Raoni…Charlie hebdo…Ceux qui se battent…Ceux qui crient…Ceux qui manifestent…Ceux qui s’indignent…N’arrivent pas à changer la volonté politique. D’accord. Mais ils possèdent encore ce que les autres ont troqué. Cela s’appelle une conscience morale. Voilà. Alors…Rase cool Nikov!

  30. Gaz de schiste : j’aime pas trop ce que je lis dans les commentaires. Ou alors, je vous aurai lu (et aurai réagi) trop vite.

    « Voilà, à force de “mobilisation citoyenne”, ce qu’il reste aujourd’hui de la lutte contre les gaz de schiste » (Gédéon).
    Qu’ils organisent ce qu’ils veulent, que Mme Royal se déplacent ici et là, on s’en fout un peu non ? On reste libre de penser ce qu’on veut. Les citoyens bien informés (et je ne parle pas que des « mobilisés ») ne sont pas dupes. Et surtout, ne voilà pas là une occasion de plus de nous exprimer ?

    « Mais ce mouvement n’est pas, pas encore mort et vitrifié. On verra. J’espère encore » (Fabrice).
    Pardi qu’il n’est pas mort. Et non seulement on espère, mais on y croit !
    L’incertitude, c’est qu’on ne sait pas encore jusqu’où ça va aller, mais on y va. De manière organisée ou pas. Etre réaliste permet de rester vigilant et il y a forcément des moments de découragement. Mais on n’a pas fait tout ça pour lâcher prise maintenant. Et je sais que vous ne lâcherez rien. Sur mon secteur, c’est le discours que nous nous efforçons de tenir à chaque réunion d’information… J’espère qu’il en est de même partout.

  31. heureusement qu’il y a ces clics! l’ordi est un bel outil, qui permet à certains de se faire entendre, lire, se défendre! après l’addiction peut venir aussi comme pour pour tout le reste (cigarettes, télé et petites pépés) sinon nous serions dans nos coins respectifs à se morfondre perdu au milieu de la masse inconsciente mal de ne pouvoir partager! car enfin la première des choses que nous avons peut-être perdu c’est d’être ensemble, en toute familiarité, je ne sais pas comment exprimer mieux çà en 2 secondes; charlie hebo je ne suis pas sure qu’ils ne soient pas avant tout commerçants de la niche..hypothèse surement fausse

  32. Bien dit, Stan ! Tout le monde n’a pas – heureusement !!!! – la bonne conscience de M. Besson, le traître en qui on peut avoir confiance…

  33. Deux articles avec Hulot dans le titre, Hulot fait vendre, on peut se donner bonne conscience en le critiquant, mais bien sur, c’est l’ennemi a abattre ! Et tous les syllogismes sont à utiliser : « D’ailleurs, Alstom n’a-t-il pas un partenariat stratégique avec Bouygues, donc TF1, depuis 2006 ? Bouygues ne possède-t-il pas 21% du capital d’Alstom ? TF1 n’est-elle pas, par hasard, l’entreprise reine de Nicolas ? Si.  » Avec ce type de raisonnement on pourrait expliquer que Nicolino qui a écrit dans « la Croix est un suppôt du pape, de l’intégrisme voire de l’Opus Dei. Un peu de sérieux.

  34. @ Chaperon Rouge

    Excusez-moi, mais je pose une analyse politique, et vous y répondez par des déclarations de (bonnes) intentions et de vagues généralités type « gardons le moral ». Sauf qu’en face nous avons des requins de la politique, qui savent ce qu’ils font et ne se contentent pas de vagues généralités.

    Le problème est : lorsque l’ensemble des collectifs d’Ardèche sont regroupés dans une coordination chapeautée par la Frapna et EELV, lorsque Bové parade devant les caméras avec Royal et que moins d’une semaine après Royal est « invitée » par la coordination ardéchoise, pensez-vous que cela puisse être sans influence sur les modes d’action que vont choisir les collectifs ardéchois ? Je veux dire : sur ce qui pourra être fait en pratique contre les GdS ? A part des pétitions et des descentes en kayak, je veux dire ?

    Je pense quant à moi que ces dispositifs politiques n’ont rien d’anodin. Il n’est pas question de lâcher prise, mais de savoir à quoi nous avons affaire. Et d’arrêter d’être naïfs.

  35. chaperon rouge: plus çà va plus je mesure que ce système est verrouillé de partout! et ce ne sont pas les quelques individus actifs qui peuvent changer grand chose! ils peuvent meme être les cautions de ce système , dit démocratique!

    A moins d’un nouveau 1789! les institutions sont totalement cadenassées et le bi partisme fait que rien ne peut vraiment bouger! tout le monde se tient par la barbichette, les medias et le monde de la publicité jouant leur rôle scélérat pour la plupart , d’éteignoir et de confusion
    en 1789, ils n’ont pas eu d’autre choix que de défaire le système en tuant le roi, clef de voute de tout l’édifice depuis des siècles

  36. Raton Laveur, bonjour,

    « Ne le prenez pas mal ». Aucun soucis. 🙂

    « Llea cite… Llea! Tragique invention que ces blogs ou nous nous parlons a nous même. » Tsss, tsss ,je répondais a Eva, suite a l’expression, ni Dieu, ni maître.

    Raton pas Lavé, 🙂 vous n’avez pas tout juste.
    Le maître de la souris, c’est le doigt.

    Vous permettez que je m’instruise encore quelques semaines? Merci.

    Marie, merci. Itou pour tous.

    Bel après midi, Léa.

  37. Raton,

    Deux mots ….

    Le maitre de la souris c’est le doigt.
    Le maitre du doigt, c’est le cerveau.
    Flûte alors! Vous savez quoi?
    Chez moi il y a une grosse bifurcation!
    Le maitre de mon doigt, c’est mon coeur.
    Et mon coeur me relie a vous tous.

    Maintenant, je suis sympa, pour vous faire plaisir, je vais mettre mes doigts dans le nez, jusqu’a ce soir.

    La gravité des moments, fait que parfois, l’on a besoin de parler pour ne rien dire …..

    Bien a vous, Léa.

  38. Cher Christophe Rossignol,

    Puisque vous avez eu l’attention de donner votre nom, j’en profite pour préciser que, conseiller régional, vous êtes un proche de Hulot.

    Je tiens à vous rassurer : je suis sérieux, infiniment sérieux. Ce que vous appelez syllogisme, je le nomme contextualisation. Sociale, politique, économique, intellectuelle pour finir. Lorsque que l’on a défendu presque toute sa vie un monde, ses repères et représentants, il est comme impossible de voir et surtout de dire ce qu’il faudrait contre ce monde-là. Et en effet, j’accuse Hulot de ne jamais désigner le moindre adversaire, en partie pour la raison qu’il compte tant d’amis parmi les responsables de la destruction, à commencer par EDF, Bouygues ou TF1. Si cela vous embête, je suggère que vous nous expliquiez pourquoi votre champion en reste à de vagues déclarations sur les barrages en Amazonie, lors que les responsables directs sont parfaitement désignés.

    Planète sans visa est grand ouvert à vos explications. Je les attends avec intérêt, sincèrement. Mais peut-être vous semblera-t-il plus commode de vous en prendre au messager ? Ce ne serait pas une extrême nouveauté. Bien à vous,

    Fabrice Nicolino

  39. Chantal ce n’est pas moi qui dit « démocratie participative » ce sont les italiens et d’abord je crois les gens d’amérique du sud..lisez l’article en lien et puis peu importe les mots ces comités citoyens sont organisés et peuvent prendre des intiatives! dans le cadre constitutionnel, ce que nous ne pouvons pas faire, il me semble; on peut toujours tenter le coup de l’assemblée constituante, mais combien de gens? et comment?

  40. franchement , je ne pige pas. déjà Hulot at-il une chance de passer? bof..???? cela malgré toute la puissance de feu des multinationales dont il serait le candidat, de ces dits soutiens sponsors ou comme on voudra; mécène, non? mais bon. passons.
    hulot n’est quand meme pas à comparer avec DSK et son côté « candidat poussé par des groupes économiques », non? . il a fait ses « preuves » en donnant sur tf1 pendant des années de splendides émissions aux gens qui ne voyageront jamais, pas mal ,non?
    Un « discours » sur le barrage brésilien aurait-il une chance de passer dans cette population française appelée à voter? et dont il brigue les suffrages?
    et doit il dénoncer toutes les brutalités commises sur cette terre par les uns et les autres? il n’a pas fini! et à quel titre; il n’est pas responsable de ce que font le gouvernement brésilien, et edf gdf que je sache, en tout cas tout autant que nous qui en sommes les clients consommateurs usagers (si on est pas encore chez enercoop)ou meme visiteurs .idem pour bouygues et les usagers de piortable , idem tf1 et tout les gens qui la regardent etc..
    qu’il se borne déjà à travailler à mettre hors d’état de nuire au moins les agriculteurs productivistes, en imaginant qu’il arrive au pouvoir ; ces gens pourraient à eux seuls lui mettre de sacrés batons dans les roues!ou le faire capoter rappelons nous qu’ils sont bien puissants et méchants et coriaces! pas facile le chemin de ce type! ah non! et il est décevant de voir aussi peu de soutien de l’ensemble des écolos derrière luiqui sortent le fusil pour des raisons qui ne me semblent pas très solides… celui là veut sortir dans 10 ans du nucléaireau lieu de 20 et l’autre l’appelle le millionaire, l’autre l’animateur télé, vraiment rien de sérieux! mais NUL ne dénonce ou ne parle de l’action de sa fondation, pourquoi? RIEN à dire? là j’entendrais déjà mieux les raguments si on disait que cette fondation n’a servi à rien que l’enrichir (par exemple) Hulot a besoin des écolos et des vrais seul il ne pourra rien! et qu’avons nous de MIEUX,? là tout de suite? d’hypothètiques et magiques rassemblements soulèvements par la force du saint esprit? ségolène? martine, marine, autre? nicolas le s?

  41. Gédéon : je comprends bien ce que tu dis, mais je trouvais le raccourci de ta première phrase un peu rapide, mettant toutes les mobilisations locales dans le même panier. Je ne suis pas en Ardèche et je ne sais pas exactement ce qu’il s’y passe. Je ne vois pas d’un très bon oeil ce que tu décris. D’autant plus que, jusqu’alors, nous entendions que ce secteur était particulièrement remonté et vigilant.
    Dans ma première réponse, je réagissais à cette généralisation (même si ce n’était surement pas ton intention). La mobilisation citoyenne ne se limite pas à ce territoire et ne suit pas partout la même voie. Il me semblait important d’apporter cette précision à ceux qui suivent « l’affaire » de l’extérieur et qui nous lisent, surtout si on veut les encourager à rejoindre le mouvement.
    Je ne dis pas « gardons le moral », je dis « nous devons rester mobilisés » (certes d’une grande banalité). Surtout en interne et malgré les dérives constatées. Et alors tous les mots comptent.

  42. Lléa
    « BRUXELLES – La Commission européenne a annoncé lundi une sévère réduction l’an prochain de l’allocation au programme d’aide alimentaire destiné aux plus démunis des Européens, ramenée à 113 millions d’euros, soit 400 millions de moins que cette année. »
    soit moins de 4 mois de revenus de liliane Bettancourt, qui vit probablement moins bien que beaucoup d’entre nous.

  43. Plutôt que de perdre notre temps sur Hulot, même si je suis d’accord avec le constat de Fabrice, il est nettement plus utile comme éveilleur de conscience à la télé que comme candidat à la présidentielle, luttons contre les gaz de schistes, les nanotechnologies et le flicage qu’elles permettent, et toutes les autres saloperies.

  44. @ marie : j’ai lu le lien et quand je dis « vous dites démocratie participative, c’est une façon de parler.

    Il y avait 3 personnes sur le site de La Constituante, fin janvier, nous sommes maintenant 748. Nous allons nous rapprocher d’autres sites, ou plutôt les inviter à nous rejoindre, car certains se sont déjà attaqués à l’écriture d’une nouvelle constitution.

    Internet est très pratique, sachons l’utiliser intelligemment, comme en Islande :
    http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2011/06/16/democratie-participative-lislande-reecrit-sa-constitution-avec-facebook-et-twitter/

    http://pierre-yvesrevaz.visibli.com/share/aQF8OS

    Il y avait 87 signatures sur la pétition hier, il y en a maintenant 904 ; elle n’est en ligne que depuis hier matin.

  45. Salut !

    Gédéon, merci de votre remarquable réponse.

    « Ni dieu ni maître » était un chouia une blague – et malheureusement la nuance ne passe pas l’écran.

    Quant à Raton Laveur, le tragique de l’auto-citation que vous évoquez… aucun souci. Je ne le prends pas mal vu qu’en plus de l’écriture je me trouve bien souvent sur des terrains où le mot « tragique » prend un sens, comment dire, très réel, et comme en plus je trouve que j’écris des trucs intéressants de temps en temps j’ose les partager avec des gens dont j’estime la plume (càd la plupart des participants aux commentaires de Planète sans visa). Tenez par exemple, Terre & Humanisme a ouvert une antenne en Bretagne depuis 1 an et depuis 1 an j’attends que la presse « verte » en cause. Comme ça ne vient pas et que je pense qu’il faut diffuser les bonnes nouvelles, j’ai fait un entretien avec l’une des responsables. Allez, je vous remets un p’tit lien pour la route : http://www.laseiche.net/

  46. A Gédéon,

    Jusqu’à maintenant,tout se passe comme vous l’aviez annoncé il y a deux mois: une loi avec des amendements qui permettent de la contourner, des dirigeants politiques ou/et des élus ( et souvent des personnes qui espèrent l’être) qui vont donner, dans des réunions publiques, des explications plus ou moins « bidon » aux opposants; rien de tel que pour démobiliser. En face, nous avons des gens fermement décidés à faire aboutir leurs projets par tous les moyens, et ils n’en manquent pas.Il m’apparaît que l’affaire est mal engagée et je suis moins optimiste que Fabrice.

  47. Bonjour,

    Nicolas Hulot est une première étape pour que l’écologie décolle de la marginalité.

    Les vrais écologistes comme je le suis n’ont aucune chance de rassembler car notre principal trait de caractère est que nous sommes prêts à faire des efforts pour consommer moins alors même qu’on aurait les moyens financiers pour faire comme les autres.

    Le goût de l’effort est une vertue rare dans notre monde.
    C’est même instinctif qu’on se batte (économiquement j’entends) les uns les autres pour s’accaparer les ressources et le travail des autres qui nous mettront à l’abri d’efforts.

    Alors j’en viens à cette intuition qui m’anime depuis le début de mon engagement : le problème ne vient pas des seules multinationales, mais de chacun de nous par le mode de vie que nous avons choisi instinctivement pour en faire le moins possible.

    Je ne crois pas mes semblables capables de se passer de l’électricité de masse (avec en arrière plan la question du charbon ou du nucléaire) alors je préfère d’abord arrêter le charbon plutôt que le nucléaire.
    Je ne crois pas mes collégues (les agriculteurs) capable de vouloir revenir au travail de la terre avec les chevaux (même avec des outils modernes), alors je milite et je travaille même à rapprocher les mangeurs des producteurs avec les AMAPs.

    Au plaisir de vous lire, mes compagons à sabot m’appelle pour butter les pommes de terre.
    J’ai 3000 m² à butter une dernière fois après les pluies de ces derniers jours. J’en ai au moins pour deux heures trente et environ 8 km à marcher à pied derrière la kassine. Normalement, je produirais 8 à 10 tonnes de pomme de terre, de quoi nourrir une centaine de famille tout l’hiver 2011 – 2012.
    C’est quand même une sacré responsabilité !

  48. çà n’a vraiment rien rien à voir mais franchement cà jette un éclairage:
    http://www.romandie.com/news/n/_Italie_mise_sous_sequestre_de_70_entreprises_chinoises_en_Toscane210620111506.asp

    ROME (Italie) – La police financière italienne a annoncé mardi la mise sous séquestre en Toscane de 70 entreprises chinoises ainsi que d’autres biens d’une valeur de 25 millions d’euros dans le cadre d’une opération contre la fraude fiscale et les transferts illégaux d’argent.

    500 membres des forces de l’ordre ont participé à cette descente qui s’est déroulée essentiellement entre Florence et Prato, une région emblématique du textile italien, précise-t-elle.

    J’aurais pour ma part préféré qu’ils restent chez les gentils chinois!

  49. Monsieur l’élu vert devrait quand même se rendre à l’évidence : Hulot, beaucoup n’y croient pas et beaucoup en rigolent même. Le milieu de l’écologie politique a l’air de considérer que être médiatique EST la qualité suprême,la seconde qualité étant la sincérité ! ( YAB aussi est médiatique et sincère ).
    Quand j’ai vu que J Bové soutenait Hulot, je n’en revenais pas, il y a de quoi se poser des questions sur la façon dont la politique et ses compromis érodent les êtres… En tant que « écolo anonyme » de longue date je ne peux accepter qu’on ait élu N Hulot  » meilleur représentant de la cause écologique », et ce, avant même qu’il n’y ait eu d’élection internes chez les verts! Les dés sont pipés, dés le départ, c’est gros comme le nez au milieu de la figure. On était en droit d’espérer autre chose de ce parti. A vouloir « convertir » pour reprendre un mot cher à N Hulot (et ce verbe qui appartient au vocabulaire religieux m’étonne toujours dans ce contexte ), et bien il y a des convaincus qui se barrent, c’est tout.
    Le courage et le gout de l’effort sont proches parents.

  50. bonsoir,

    Je ne suis pas d’accord avec vous en ce qui concerne Nicolas Hulot, oui je sais j’ai lu ton livre Fabrice, mais je préfère un hulot à un Sarkozy même si je ne crois pas qu’il sera élu (hulot), je sais qui étaient ses mécenes, mais je sais aussi qu’il sait faire passer le message auprès des gens et c’est très important, je pense aussi qu’il faut savoir passer sur certaines imperfections et voir ses qualités et je le crois honête, sincère dans son discourt contrairement à d’autres.
    voilà
    bonne soirée

    sophie

  51. flore une petite question ?

    Pour quel genre de programme voudrais t voter?
    Expliques moi ?
    Crois tu réellement qu’un vert sera élu, et crois tu que tu ai la science infuse en matière d’écologie?
    Moi je la joue modeste, je préfere commencer avec hULOT plutot qu’avec rien ou pire Sarko, Borloo ou la gauche qui s’en fiche royalement.
    Mais j’aimerai avoir ta réponse
    cordialement

    sophie

  52. parmi les premiers achat de cette pauvre dame presidente du bresil il y a une grosse poignée de sous marin nuclaire lanceurs d’engins pour protger les reserve de petrole du bresil dans les années à venir… J’ai lu ça peu de temps après son election…
    Le journalisme de la société de communication mon cul c’est du poulet n’est que propagande sans synthèse ni mémoire (c’est pourquoi j’aime venir ici lieu de synthese des fois)

    profitons de ces derniers moments à boire du champ avec les bébés qui rient sous les arbres (le mien) parceque ce qui se prépare est juste la fin, par bétise et médiocrité…

    carpe diem et à nous l’éternité par la joie de VIVRE..

  53. Vous avez QUI de mieux? dans cette société totalement sous informée des enjeux; totalement à coté de la plaque! vous avez quelle autre solution? vraiment je suis en attente d’une proposition formulée par ceux qui jetent hulot comme un vulgaire dsk! zut il a bien quelque vertu écolo ce type, non? certes il y aurait mieux, mais nous sommes en France: n’oubliez pas, c’est déjà pas mal qu’il y ait ce type sensible à la nature, je regrete je crois que c’est vrai, mais allez faire entendre çà à gaston et jacqueline! essayez! pour ma part je cotoie des gens à coté de la plaque mais j’essaie de faire passer de l’info: ben c’est dur! çà les emmerde! veulent rien savoir; je persiste; alors hulot il faut le suivre : on a rien de mieux à proposer, enfin , je ne vois pas; il serait d’ailleurs vite constaté si oui ou non c’est le bon; et là d’accord punching ball; mais pas maintenant., non
    incapable de se réunir; toujours à critiquer il serait temps d’arrêter avec ces mentalités; nous devons être TOUS derrière lui. ensuite on avisera!

  54. Coucou,

    « Vous avez QUI de mieux »?

    Hum, hum, il y a bien quelqu’un de mieux!

    Intelligent, sérieux, sensé, qui sait vraiment de quoi il parle, qui ose dénoncer ouvertement, qui s’investit à fond, un passionné, un amoureux de ce qui est juste, quelqu’un qui a une vision lucide de que devrait être ce monde.

    C’est la seule personne de confiance, pour qui j’irais voter, même s’il y avait deux mètres de neige!

    Je ne rigole pas!

    Bon soir, Léa.

  55. Hors sujet : Bactérie E. Coli

    Viandes et légumes qui tuent : Les origines industrielles…

    Les légumes tuent comme les Hamburgers. La crise sanitaire n’est pas une surprise. Depuis dix ans les bactéries tuteuses sont observées aux USA. Ce pays est à la pointe des méthodes délirantes de productions alimentaires concoctées. Le documentaire « Food Inc », démontre que les épidémies de diarrhées hémorragiques ont comme principale source de contamination, les méthodes d’élevages industriels. L’industrie agro-alimentaire, contrainte de supprimée les farines animales utilise de plus en plus massivement la farine de Maïs. Selon plusieurs sources sanitaires américaines et européennes cette alimentation provoquerait une modification de l’équilibre de l’appareil digestif des bovins. Adaptés à se nourrir d’herbe depuis des 100e de milliers d’années, elles feraient une réaction. La bactérie tueuse pullulerait dans leur organisme et dans leur excrément.

    http://www.dailymotion.com/video/xizhhb_les-concombres-qui-tuent-les-origines-industrielles-de-la-

    http://www.dailymotion.com/video/xjcinu_e-coli-le-petit-secret-honteux_news#from=embediframe

  56. Salut à tous

    Hors sujet
    Même le machin (l’ONU) commence à prendre conscience du désastre marin:

    « Dans leur rapport, publié hier, ces scientifiques constatent que le réchauffement des océans et leur acidification, qui entraînent l’hypoxie (faibles niveaux d’oxygène), constituent trois facteurs que l’on retrouve dans chacune des extinctions de masse de l’histoire de la Terre. »

    http://www.atlantico.fr/decryptage/mort-oceans-extinction-especes-126897.html
    et http://www.un.org/News/fr-press/docs/2011/Conf110621-Fonds_marins.doc.htm

    Il faut savoir que 95% des organismes marins viennent se reproduire sur ces littoraux qui nous servent de décharges chimiques via les fleuves…

    Chacune de nos lessives, chacune de nos douches, chaque pulvérisation sur nos aliments, toutes les eaux sale des ces usines qui fabriquent notre consommation d’objet, tout cela se retrouve à la mer…

    La revue Science est mensuellement remplie d’articles de chercheurs surpris parce qu’ils constatent (et démontrent) sur les courantologies profondes, les altérations de remontés d’eau profondes; des mesures d’oxygène des eaux benthiques, des nappes de déchets que l’on découvre ici ou là, etc…, surpris des phénomènes rapides et nouveaux qui sont en contradiction avec les travaux de la fin du 20ème siècle.

    Et la découverte de combustion spontanée d’hydrates de méthane (golfe du Mexique) sous l’effet du réchauffement des eaux de fond en est le pire cauchemard…

    Gardarem lou moral…

  57. léa , je suis d’accord sur les qualités, mais cela ne suffit hélas, pas; encore fautil avoir acquis une popularité, être connu des électeurs, du tout venant…bref cette élection est ouverte à tous les vents de notre société pour qui veut bien la voir telle qu’elle est et on à travers des lunettes bises

  58. Je rejoins assez fidèlement Souffleux. L’écologie a déjà suffisamment de combats à gagner pour réellement apparaître dans le paysage politique (gagner une région par exemple…) sans que ses propres militants soient là pour la saper.

    Tous nous savons que la planche est déjà largement savonnée par les partis traditionnels de gouvernement qui dénoncent au mieux le boboïsme de l’électorat écologiste, même si on peut difficilement taxer sa frange la plus radicale de ce qualificatif.

    J’ai l’impression que nous sommes en train de vivre une sorte de combat communistes vs trotskistes, et la division ne nous sert pas.

  59. NKM sur le gaz de schiste : « le problème c’est la technologie utilisée »
    Les députés UMP ont adopté mardi l’interdiction de l’exploitation des gaz de schiste par fracturation. « Aujourd’hui ne pas interdire c’est autoriser », a déclaré la ministre de l’Environnement …
    http://lci.tf1.fr/science/

  60. Flore le 22 juin 2011
    Alors Erick, il voudrait faire un lâcher de grizzlys dans les bureaux du ministère dit de l’écologie ? :o)
    je veux bien faire l’ours

  61. Bonjour Marie,

    « nous devons être TOUS derrière lui. ensuite on avisera! »

    J’ai quelques difficultés à supporter que l’on me dicte ma conduite dans quelque domaine que ce soit.Je ne vote plus depuis des années et je ne vois pas ce qui pourrait me faire changer d’attitude, surtout dans les circonstances actuelles.Je ne souhaite pas être derrière Hulot ni Tartempion. Cela d’autant plus que les dirigeants d’E.E.L.V., antinucléaires depuis peu de temps, vont négocier avec ceux du P.S. plutôt pronucléaires en vue d’accords électoraux dans le cas d’une victoire du parti socialiste à l’élection présidentielle de 2012. Le mariage de la carpe et du lapin ?
    Pour moi, comme pour Fabrice, chacun fait ce qu’ il veut.

  62. toute cette perte de temps m’attriste. Est-ce que  les erreurs de N. Hulot doivent être gravées dans le marbre? Je ne pense pas. Je ne sais pas encore pour qui je vais voter , ni même si je voterai, mais je trouve qu’il a du courage à essayer de ramer dans le bon sens. Et au vu de  comment ne se prépare pas le rassemblement d’aout… nous ramons nous aussi bien mal.
    Je ne comprends décidément pas les appels solennels à la mobilisation, à l’entre-aide ,puis s’autoriser , dans un contexte de réelle urgence, de ne plus donner la moindre info à ceux qui répondent à l’appel et perdent des mois durant une précieuse énergie à chercher comment avancer.
    Je préfère ne pas qualifier tout ceci mais c’est d’une tristesse!

  63. C’est pas pour dire, mais on est mal partis…
    En résumé, maintenant qu’un candidat populaire se présente, on lui trouve tous les défauts. D’accord, ses prises de position ne sont pas très claires. Il s’est compromis avec les pollueurs, et ce genre de compromission mène justement à ce que dénonce Fabrice dans son livre…
    Alors quoi faire ? Cultiver ses patates dans son coin n’intéressera et ne convaincra pas grand-monde, sinon un entourage très proche desdits cultivateurs de patates…
    Se rassembler, oui, mais, pour arriver à quoi ? Si on n’arrive déjà pas à s’entendre ici…
    Là je me sens un peu découragée…

  64. René, « chacun fait ce qu’ il veut. » C’est MON choix…etc..
    absolument aberrant! en cas de crise, absolument suicidaire et non productif, bien à l’image de ce pays d’individualistes forcenés;
    qu’on ait sa liberté de penser ok, mais il est des heures où il faut savoir se ranger derrière des bannières, aussi imparfaites soient elles; Il sera temps de les bruler si elles s’avèrent trompeuses; on sait bien faire çà ; sinon çà veut dire que ce que l’on place en premier c’est soi et ce que l’on pense..récupérer un peu d’objectivité; quand le feu est dans la maison, je ne sais pas si c’est une bonne attitude. Ou alors tous les alertes lancées à gauche et à droite par les uns et par les autres sur tous les sujets ne sont finalement que du vent.
    Si vous avez des informations sur Hulot qui prouvent sa malhonneté il faut balancer; à part çà je ne « dicte « rien à personne, c’est juste que pour faire un beau gateau, il faut cuire 30 minutes et mettre des oeufs et de la farine; bien sur tartempion va dire que non il préfère mettre autre chose.
    cela dit : il faut énoncer concrétement les alternatives, ici et maintenan, sinon on va y passer le siècle à dénoncer ceci et cela. Hélène je te comprends tout à fait; imaginons l’inverse! où tous les « écolos » que nous aimons plus ou moins se mettent à oeuvrer ensemble en taisant leurs querelles ; à croire que l’effet inverse est recherché: faire capoter toute petite lueur d’espoir!

  65. Ma vote pour la personne qui a fabriqué une grande affiche en papier d’emballage « non au gaz de schiste – regarder Gasland » et qui l’a mise sous verre dans un panneau publicitaire des couloirs du métro Oberkampf. Elle a tenu au moins deux jours et peut-être qu’elle y est encore. Yes we bloody well can!

  66. Ha! je ne peux m’empêcher de réagir au lu d’une phrase d’Hélène qui me fait bondir!

    « Alors quoi faire ? Cultiver ses patates dans son coin n’intéressera et ne convaincra pas grand-monde, sinon un entourage très proche desdits cultivateurs de patates… »

    Hélène, chaque jour qui passe prive un peu plus la population mondiale de son légitime accès aux terres agricoles et donc, au droit à se nourrir sainement et à se nourrir tout court.
    Aucune personnalité politique ne sera en mesure de s’interposer a cet espèce de coup d’état mondial auquel nous assistons ces dernières années, mais bien tout en chacun, assez engagé et vindicatif pour se réapproprier quelques hectares qu’il sortira du système industriel pour y faire pousser des patates et autres, ce qui n’est pas si simple. Et au demeurant, tout à fait intéressant, surtout en bio.
    L’excellent livre de Sylvia Vitoria Pérez « La riposte des paysans »* commence en ces termes, empruntés à la Viacampesina »:

    « Aujourd’hui, produire une nourriture de qualité est aussi un acte politique »

    Donc, cultiver des patates n’est pas un acte vain et isolé, mais bien une voie, concrète et primordiale, qui intéresse un nombre croissant de personne.Merci de respecter ceux qui s’engagent en ce sens.

    *Hélène, je vous conseille prestement de lire ce très bon livre, vous comprendrez peut-être mieux l’urgence de faire pousser des patates, même tout seul dans son coin.

  67. Je réitère mon message sur le mouvement des Indignés ou réelle démocratie maintenant qui me donne espoir personnellement : se rassembler, ne pas parler pour sa chapelle mais en tant qu’être humain, se parler tous, pas de violence, et construire…

    Pour comprendre les Indignés, il faut d’abord être réveillé !

    Une fois qu’on se sent « réveillé » comme moi depuis 3 semaines, et peut-être quelques uns ici, l’urgence d’avertir et de réveiller les autres est terrible et en même temps terriblement enthousiasmante !

    Libre à vous de faire votre avis !!!!

  68. Carlo Petrini : « L’agriculture doit redevenir locale »

    entretien

    Le Mouvement Slow Food a été fondé à Paris, en 1989, à l’initiative du sociologue italien Carlo Petrini, pour lutter contre la culture « fast-food ». Dans l’esprit de ses fondateurs, il s’agit moins d’une futile histoire de papilles que d’une question cruciale de sauvegarde de l’environnement et du patrimoine culturel. Raison pour laquelle Slow Food se qualifie de mouvement « écogastronomique ».

    Quel diagnostic portez-vous sur la situation agroalimentaire ?

    Au cours du dernier siècle, nous avons connu une sorte de « génocide culturel » : le génocide de la culture paysanne. Dans le monde entier. Nous devons travailler pour reconstruire une agriculture nouvelle, qui donne du « respect » aux paysans, qui travaille à la fertilité des sols et qui œuvre à la biodiversité. Pour cela, il est nécessaire de passer un grand accord avec les consommateurs, que je préfère plutôt appeler « coproducteurs », car « consommer » vient de « consumer », de « détruire ». C’est une question culturelle et éducative et ce sera le grand défi des prochaines années. Nous avons résolu le problème de la nourriture, mais la contradiction est que la nourriture a perdu sa valeur, tout spécialement dans les pays occidentaux… ». Notre petit mouvement travaille sur les deux fronts : les producteurs – pour respecter la petite production et la diversité – et sur les coproducteurs – pour améliorer la connaissance de
    l’agriculture et de la nourriture par le citoyen.

    Concrètement ?…

    Dans chaque pays où nous sommes présents, nous avons des chapitres Slow Food. , etc. Plus de 1.400 scientifiques se sont penchés, durant quatre ans, au sein d’une commission des Nations unies, sur la situation de l’écosystème dans le monde – la situation est très mauvaise. Et, dans leurs conclusions, ces hommes de science ont conclu que la responsabilité la plus grave dans cette situation, c’est la production de la nourriture. Une production qui diminue la fertilité des sols, menace le cycle de l’eau et détruit la biodiversité.

    Les agriculteurs sont critiqués mais, vu la réduction des marges, pour eux, c’est produire ou mourir. D’où l’élevage intensif, les pesticides, etc.

    Qui est responsable de la crise de la vache folle ? Jamais un paysan n’aurait pensé à donner de la viande d’une brebis à manger à une vache ! Cette chose est née à l’université, dans un univers qui ne respecte pas l’environnement, qui ne s’intéresse qu’au profit. La responsabilité est culturelle. C’est la culture occidentale qui a détruit la culture paysanne. Elle a obligé l’économie agricole à atteindre une dimension industrielle. Or, l’agriculture, c’est une chose plus complexe : dans l’agriculture, nous avons des traditions du peuple, nous avons la spiritualité, nous avons le rapport à la nature, nous avons les paysages… Avoir pensé à l’agriculture comme une dimension économique comme les autres et lui avoir fait franchir le pas de l’industrialisation est la responsabilité la plus grave de la modernité. L’unique dimension doit être l’économie locale. Nous devons renforcer la relocalisation de l’agriculture sur le terrain et garantir la souveraineté alimentaire de chaque pays. Chaque pays doit avoir sa propre agriculture, sa propre nourriture. Chaque pays doit reconstruire les rapports de la nourriture avec les personnes et les rapports de l’agriculture avec le territoire. Si nous ne faisons pas tout cela, la situation alimentaire deviendra toujours plus conditionnée par les grands lobbies industriels et par les grandes multinationales.
    Encore quelqu’un à canarder allez y! feu!

    Carlo Petrini est né le 22 juin 1949. Après avoir étudié la sociologie à Trente, il rédige des articles sur la gastronomie et l’œnologie pour différents journaux et magazines. En 1986, il crée Slow Food dans son Piémont natal, dans le but de faire redécouvrir le goût et le plaisir de la nourriture et de défendre la biodiversité agroalimentaire. En 1989, son mouvement « d’écogastronomes » s’internationalise. Il compte aujourd’hui 80.000 membres, avec des sièges – par ordre de création – en Italie, en Allemagne, en Suisse, aux Etats-Unis, en France, au Japon et au Royaume-Uni.

    http://blogs.lesoir.be/empreinte-eco/2008/06/04/le-bio-preconise-dans-les-cantines-scolaires/

  69. @ »La petite bergère » : si je me suis trompée c’est tant mieux ! J’espère de tout cœur que les jardiniers se multiplieront, dans les banlieues, les villes, partout. Tout comme cela existe aux USA, dans les lieux désertés par l’industrie. Une façon pour les gens de se réaproprier leur destin en commençant par le droit le plus légitime : celui de se nourrir, simplement et sainement.

  70. A Marie,

    Je ne souhaite pas engager de polémique au sujet d’E.E.L.V., mais je ne retire rien à ce que j’ai écrit précédemment. J’ajouterais seulement qu’à mes yeux E.E.L.V. ne représente pas l’écologie, Nicolas Hulot encore moins, mais il n’est pas interdit de se bercer d’illusions sur ce point. Force est de constater que, si l’écologie politique a connu quelques vicissitudes en une quarantaine d’années, son évolution jusqu’à nos jours est plutôt calamiteuse. J’ignore si actuellement on a touché le fond, mais on ne devrait pas en être bien loin.

  71. Hélène, vous avez demandé des jardins, en voici :
    http://cri-ac.org/fete-des-jardins-edition-2011/

    Tout le monde peut s’inscrire sur le site du CRI-AC (comprendre ASSEZ), en recevoir les nouvelles ou participer.

    Toutes les semaines, une association de ma ville Cran-Gevrier en Haute-Savoie) est fournie en pommes de terre et salades par l’AMAP à laquelle nous sommes inscrits.

  72. Les JO d’Annecy 2018, sont l’occasion rêvée de construire un Centre des Congrès « les pieds dans l’eau » avec comme prétexte qu’il sera pour les rencontres des scientifiques de Suisse et de France ; de la sorte, cela libèrera des places à l’Impérial Palace qui pourra construire d’autres chambres grand luxe.
    La loi littoral, ils s’en foutent totalement, mais pas les annéciens :
    http://www.lavoixdesallobroges.org/politique/384-chaine-humaine-a-annecy-contre-le-centre-des-congres-dalbigny

    Nous étions environ 700 personnes :
    http://www.flickr.com/photos/groupemessager/sets/72157626872744199/
    et le véhicule (immatriculé 59) que l’on aperçoit sur l’avant dernière photo de la 2ème ligne, a essayé maintes fois de foncer sur la foule, se refusant à emprunter une autre voie.

    http://lejt.tv8montblanc.com/Bernard-Bosson-sort-de-sa-reserve-et-dit-non-au-centre-de-Congres-d-Albigny_v2236.html

  73. à René: EELV n’est jamais qu’à l’image des français et de leur si faible implication en la matière, tous commes les ong, tout comme les autres politiques! les chiens ne font pas de chats et sarkozy a bien résumé tout cela en disant « l’écologie, çà commence à suffire »! malgré tout le personnage me semble sincère; voilà tout en tout casx tout autant que certains lanceurs d’alerte qui eux aussi quelque part profitent de cette « manne », de cette niche sans s’impliquer dans le risque d’aller au casse pipe d’une élection! ce type qu’a til à gagner? à part des quolibets? des critiques?

  74. il parait que c’est joly qui arrive en tête (sur des résultats très partiels) .

    si eva joly est choisie..tant mieux pour les droite et les socialos! Car qui connait joly parmi la masse des votants qui va aller aux urnes?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *