Mélenchon et madame Morel-Darleux (triste)

C’est bien triste, mais c’est comme cela. Mélenchon, qui a passé la bagatelle de 31 ans au parti socialiste, qui a été formé à l’école épouvantable de l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI) auparavant, est un homme du passé. Ce n’est pas agréable à accepter, et c’est pourquoi, contre l’évidence, Mélenchon se prétend l’homme de l’avenir désirable, désirable entre tous.

C’est pathétique, mais qu’y puis-je ? Rien. Je dois juste vous signaler l’une de ses dernières hallucinations, qui consiste à réclamer 1700 euros de smic. Mélenchon feint, pour des raisons tactiques évidentes – on ne peut même exclure certaine sincérité – que le Sud n’existe pas. Que la crise écologique planétaire n’existe pas. Que la fabrication d’objets inutiles et nuisibles, sur quoi repose l’économie, n’existe pas. C’est son intérêt bien compris.

Ce l’est, mais ça n’est pas le nôtre ! Je ne suis pas, ni se serai jamais pour la misère, qui humilie et détruit jusqu’à l’âme. Mais la pauvreté est l’horizon indépassable de notre avenir commun, et Mélenchon n’est rien qu’un couillon de plus dans une distribution qui n’en manque pourtant pas. Son héros s’appelle Chávez. Le mien n’a pas de nom. Car il est la multitude, qui nous renvoie au néant de la politique française. Avis à Corinne Morel-Darleux, qui se pique d’être mélenchoniste – elle est secrétaire nationale du fameux Parti de gauche – et écologiste. Il faut choisir, madame.

169 réflexions au sujet de « Mélenchon et madame Morel-Darleux (triste) »

  1. Merci pour cet article courageux. Mais « la pauvreté est l’horizon indépassable de notre avenir commun », est-ce si sur ? Entendez-vous la « pauvreté » au sens religieux, chrétien ? les gens qui en sont capables sont absolument admirables, mais il y a une position possible entre l’hallucination consumériste et la pauvreté, qui est « simplicité volontaire ».

  2. D’autant que Mélenchon sera à coup sûr ministre d’un prochain gouvernement de gauche si le P »S » gagnent les prochaines législatives. J’ai du mal à comprendre comment on peut se prétendre écologiste et soutenir quelqu’un (c’est le cas de la presque totalité de la gauche en fait)dont le mythe de la croissance éternelle est la seule solution et la base du programme. Ce ne sont pas les quelques concessions cosmétiques à l’écologie qui peuvent attirer quelqu’un voulant une remise en cause totale du mode de fonctionnement de l’humanité . Mais alors quoi ? Peut être le Néant justement.

  3. Tous ces guignols politiques m’exaspèrent . Je me permets de transmettre ce courrier plus que nécessaire des « colibris » .Merci à Cyril Dion pour son bon sens et sa positivité .
    « Il y a quelques semaines, en plein milieu du mois d’août, la bourse s’effondrait. Il était minuit passé et je venais de lire les mauvaises nouvelles de la journée et les déclarations de Jacques Delors (« l’Europe et l’Euro sont au bord du gouffre », le Monde du 18 août). Allongé sur mon lit, j’étais incapable de m’endormir. J’avais peur. Je pensais à tout ce qui se passerait si ce système absurde, fragile, clinquant, s’effondrait. Tous les dommages collatéraux pour les parties saines de l’économie, les personnes qui perdraient leur emploi, leur maison peut-être, ceux qui n’arriveraient plus à nourrir leur famille ici ou à l’autre bout du monde…

    Depuis plusieurs années déjà les raisons d’avoir peur sont légion. Les crises se succèdent et les médias entretiennent cette angoisse diffuse à longueur de journées. Et il n’est pas certain que les prochaines années soient meilleures. Mais pouvons-nous continuer à fonder un système entier sur la peur ? Armer nos pays pour les défendre des autres, faire un travail qui ne nous plaît qu’à moitié par peur du chômage, accumuler aux dépens des autres par peur de manquer, perpétuer un modèle absurde par peur de changer, suivre les injonctions de nos leaders politiques par peur de désobéir et de nous affirmer…

    Il me semble qu’un bon moyen de cesser d’avoir peur est d’agir. Mener des actions justes, en cohérence avec ce que nous sommes, ce à quoi nous aspirons. Des actions qui nous font du bien. Nous avons peur que l’économie s’effondre ? Créons de nouveaux réseaux d’économie qui ne sont pas dépendants des banques ou des marchés. Nous avons peur que le pétrole nous fasse défaut ou qu’une de nos centrales nucléaires dysfonctionne ? Organisons-nous pour nous passer de pétrole et de nucléaire au maximum. Nous avons peur de perdre notre emploi ? Créons notre propre activité, qui nous épanouisse et soit durablement utile aux autres et à la nature. Bien sûr, ce n’est pas la seule façon d’affronter sa peur, ni même de la guérir, c’est simplement la mienne, lorsque je ne parviens pas à dormir…

    Bonne rentrée.

    Cyril Dion
    Directeur du mouvement Colibris »

  4. Un autre message au sujet des profs dont un mouvement de grève nationale est prévu le 27 : l’ecole nue . http://www.ecole-depouillee.net/

    Après les dieux du stade, un collectif de professeurs lance le calendrier de « l’école dépouillée » . Puissions nous émerger de notre léthargie et défendre l’instruction si malmenée en France .

  5. Si les syndicats étaient moins étroits d’esprit, on aurait pu bloquer toutes les réformes qui ont détruit l’école publique. Mais les syndicats refusent la désobéissance !
    Dans mon école, on n’applique pas les réformes qui bousillent nos élèves. Résultat, on nous enlève une prime de 400 euros (celle par laquelle ils achètent nos collègues) et ils nous retirent (illégalement à mon avis) trois jours de salaire… L’histoire de notre combat pour nos élèves est ici et ça continue… nous sommes 3000 enseignants du primaire en désobéissance… 3000 sur 300 000 mais 3000 quand même :
    http://resistancepedagogique.org/site/

  6. J’oubliais la raison de ma venue sur ce blog ce soir, ça a un rapport avec Mélenchon, la fête de l’Huma et l’écologie :
    http://www.rue89.com/confidentiels/2011/09/15/sortir-du-nucleaire-prive-de-debat-a-la-fete-de-lhuma-222132

    Il n’y a depuis très longtemps RIEN à attendre des communistes en matière d’énergie et de nucléaire en particulier. Pourquoi perdre du temps précieux ? Les communistes adorent l’atome, sont prométhéens ultra-productivistes, cartésiens tendance intégriste : la maîtrise totale de la nature… rien à envier au capitalisme de ce côté là.
    Par contre, le réseau a raison de tenter un débat à la fête de l’Huma : l’accident nucléaire majeur a de fortes chances d’arriver en France à cause des énormes tensions sociales que vivent les salariés des centrales, le recours à l’intérim, les pressions énormes sur le personnel… etc… autant en parler avec ceux qui ne voient que cela comme problème dans le nucléaire, si ça peut les aider à comprendre la gravité de tout le reste, c’est une bonne chose.

  7. Vous aussi aurez un jour 60 ans, serez vous un homme du passé pour autant ?
    Pas si comme Mélenchon vous défendez des idées d’avenir : la solidarité au lieu de la concurrence européenne, la sortie du nucléaire, une nouvelle constitution…
    Paul Ariès, qui milite entre autre pour la simplicité volontaire et la gratuité, a de nombreux échanges très fructueux avec le Parti de Gauche de Mélenchon. Même s’il a choisit de ne pas s’engager directement pour garder son indépendance.

    Alors ne caricaturez pas les positions du Front de Gauche comme vous caricaturez le parcours de Mélenchon.

    Décidez-vous, Mélenchon ancien trot’ ou apparatchik PS ?
    Il a toujours été l’aile gauche du PS. Il n’avait pas sa place chez les communistes et les trotskistes car il est socialiste. Mais le réduire au socialisme mou du PS est inexact.

  8. Le salaire minimum est de 1060€ net, le seuil de pauvreté à 960€.
    Trouvez vous normal que quelqu’un qui travaille, à plein temps, ce qui n’est pas le cas de tous, gagne 100€ de plus que le seuil de pauvreté ?
    Qu’un candidat propose un SMIC à 1700€ me semble tout ce qu’il y a de plus normal.
    Inutile de relancer la croissance pour y parvenir, une juste répartition des richesses suffirait.
    Mais taxez le capital comme le travail ne vous vient pas à l’esprit apparemment.

  9. @ Laurent Fournier

    Il y a un terme et une qualité qui s’appelle la « frugalité ». C’était d’ailleurs une des vertus de la Révolution française… Elle n’est pas négative comme la « pauvreté », elle est source de liberté et de plaisir de vivre.

  10. La pauvreté n’est qu’une question de regard porté sur ce que croit être la misère, celui qui ne l’a jamais fréquenté !!!
    L’homme à perdu le sens des valeurs, il c’est perdu dans les mèambres du mot « Économie », qui pour exister dans son sens actuel, à tout détruit. Quelle drôle d’économie !!!

  11. Franchement, en ce moment je suis en train de refaire un topo de mon budget familial.
    Seule avec un enfant, un chien, trois chats,sans voiture; je fais face aux augmentations du minimum vital!
    Ben franchement quand je vois la somme que je dépense tous les mois je suis dégoûtée…
    Mon budget logement est déjà énorme, une maison énergivore en location! Mais mon budget alimentaire a pas mal augmenter aussi malgré les légumes de ma parcelle!

    Evidemment là c’est les mois les plus dur; l’école c’est pas gratuit, et il faut remplir la citerne à mazout avent l’hivers!
    Mais c’est pas décent de dépenser des sommes pareilles alors que d’autres ne mangent même pas!
    J’aspire de plus en plus à l’habitat léger ou alternatif!

    1700 euros pour tous le monde c’est indécent; je préférerais qu’on me propose un accès à la terre, la possibilité de vivre dans un autre type d’habitat… La possibilité d’une vie décente; parce que de toutes façon temps que « ça » spécule sur le sol, les aliments etc… Ben ils peuvent nous promettre n’importe quelle somme ça ne suffira jamais!

  12. omment peut on être pour chavez et pour un conglomerat de pays qui n’ont aucun intérêts en commun, et qui sont à la solde des américains ??

    l’argument chavez n’est là que pour attirer les gogos

  13. « La misère est notre avenir commun » : quand même un peu plus pour certains que pour d’autres, cela a dû échapper à M. Nicolino.
    Mais on peut comprendre. Le programme « l’Humain d’abord » n’est sorti que depuis quelques jours. FN n’a certainement pas eu le temps de lire tous les chapitres. Cela prend un peu de temps et c’est relativement difficile quand on est aveuglé par de puissantes certitudes bien à soi.
    Encore un effort Fabrice Nicolino pour comprendre que le Parti de Gauche est génétiquement écologiste, de l’espèce vert ET rouge.

  14. @ Corinne Morel Darleux;

    Pourquoi est-ce plus facile de proposer un salaire élevé, plutôt que par exemple une régularisation de l’immobilier et des location de logement; un accès aux habitats légers pour celui qui en fait le choix; une mutualisation des transports en communs; un accès à la terre… (qu’on ne me dise pas que l’immobilier dépend de la loi de l’offre et de la demande, alors que des tas de bâtiments sont vident et dévoués aux bureaux!)

    Où est l’amalgame de Fabrice Nicolino? Depuis cet été sévit une famine sans précédent dans la corne de l’Afrique; due en partie au climat dont nous semblons tous responsable. Aujourd’hui chez moi on a expulsé des Roms… Il semble toujours qu’il soit mieux d’être pauvre ici qu’ailleurs (avec des papiers du Nord en tous cas!)… J’ajoute que je suis consciente que la misère est grandissante dans les pays du nord, je suis bien placée pour le savoir, je suis moi-même précaire.

    Donner un « minimum vital » en revenu n’aide en rien, que du contraire pousser a acheter des objets fabriqués à « bas prix », qui polluent ailleurs et empoisonnent…

    Proposer une vie décente c’est proposer des services à la population, des logements accessibles, une nourriture saine, une occupation décente plutôt que des « pseudo-job » qui ne rapporte même pas un smic d’aujourd’hui…

    Pourquoi est-ce si difficile d’admettre que la pauvreté du Sud et du Nord est liée, et que la crise écologique ne fait qu’empirer la situation?

    Donnez le choix aux gens de vivre autrement, de pouvoir consommer différemment, beaucoup sont conscient de vivre sur le dos du Sud, sans avoir le choix de faire autrement. Beaucoup ne veulent pas plus d’argent, ils veulent une vie décente. Le type qui travaille et dors dans sa voiture, si on lui disait qu’il a les moyens de vivre dans un habitat alternatif; je pense qu’il ne resterait pas dormir dans sa voiture!

    Moi-même j’aspire à vivre avec moins d’argent, je suis contente quand c’est un copain qui répare mon vélo, et me donne la possibilité de ne pas en acheter un neuf fabriqué je ne sais où ni dans quelles conditions.
    Je voudrais que le savoir faire de ce copain soit reconnu!
    Les habitats alternatifs peuvent régler beaucoup de problèmes de mal logement et d’emplois locaux!
    C’est de l’ordre de choix politique. Proposer plus de fric sans régler les vrais problèmes de nos pays c’est vraiment considérer que les gens ne peuvent pas réfléchir d’eux même.

  15. Pour DMorlay,

    Je vois que vous avez un sens de l’humour singulier. Génétiquement, il fallait l’oser. Vous avez aussi le goût de l’invention, puisque vous me prêtez cette expression, que je n’ai bien sûr pas eue : “La misère est notre avenir commun”.
    Il semble que la lecture soit pour vous un exercice incertain, et vous ne voyez visiblement pas la différence entre pauvreté et misère. Je ne sais pas pour ce qui vous concerne, mais moi, il se trouve que j’ai connu les deux, et que je sais faire le distinguo.

    Je vous laisse à vos si réconfortantes chimères.

    Fabrice Nicolino

  16. Hors-sujet mais très important, il y a déjà plus de 55000 ha de tournesols mutés en France.
    On m’a envoyé cette organisation des transports pour être en nombre le mercredi 28 à 8 heures du matin pour accompagner les faucheurs au tribunal.

    Procès de colmar

    Les 28, 29 et 30 septembre prochains se dérouleront, au Tribunal de Colmar, les procès des 70 Faucheurs volontaires qui, en août 2010, ont « fauché » 70 ceps de vigne sur une parcelle test de l’INRA. Leur geste visait à protester contre l’utilisation et la dissémination de plantes à génomes modifiés sous couvert de recherche. Avec la campagne par rapport aux Tournesols mutés qui débute, la question des OGM est aujourd’hui plus que jamais d’actualité.
    Ce procès s’annonce, à l’image du geste des Faucheurs, un moment important et fort dans le débat actuel sur les OGM. Pour que le retentissement de ce procès soit à la hauteur de nos attentes, et pose réellement le débat sur la place publique, nous espérons qu’un millier de personnes se rendront à Colmar.

    Tract du procès de Colmar :
    http://www.monde-solidaire.org/spip/IMG/pdf/Pourquoi_nous_avons_fauch–05-Couleurs_1_.pdf

    ======================

    Pour vous y rendre des cars sont mis à disposition :
    Participation aux frais entre 40 à 50 euros, le prix ne doit pas être un
    frein pour les volontaires désargentés (caisse de solidarité).

    1 car depuis Nîmes :

    Nous affrétons un *bus au départ de Nîmes* (gare routière) le *mardi 27
    septembre* départ à 23h avec ramassage possible sur le trajet (rdv aux
    péages selon demande).
    Arrivée à Colmar à 7h30
    Retour le mercredi 28 septembre départ à 19h30
    Arrivée à Nîmes à 4h00.

    1 car depuis Toulouse :
    14h30 Toulouse
    17h00 Carcassonne
    18h00 Narbonne
    20h00 Nimes
    21h45 Montélimar
    22h30 Valence
    2h30 Beaune
    7h00 Colmar

    Inscription / renseignements :
    04 68 65 26 56
    04 75 28 41 94 (n’hésitez pas à laisser un message sur son répondeur).

    1 car depuis St Etienne :
    A St Etienne :
    Départ le mardi 27 septembre à 23h30 (Rendez-vous à 23h15) Place Carnot à St-Etienne.
    Retour le mercredi 28 septembre. Arrivée à 23h00

    Inscription / renseignements :
    Martine 04 77 34 28 51 – 06 42 79 61 99

    A Lyon :
    Le bus prendra un groupe à l’arrêt des bus rue du Professeur Guérin, Gorge de loup Lyon 9° à 00h15 (Rendez-vous à minuit).

    Pour s’inscrire :
    04-78-57-66-32 ou 09-63-51-17-28

  17. Evidemment l’on peut toujours rêver d’une révolution, mais à moins qu’on soit prophète il n’existe alors pas d’alternative au rassemblement des bonnes volontés. La posture du grand sage là-haut sur la colline ne sert qu’à rameuter les fidèles, pas à motiver les combattants, qui sont plutôt du coté des exclus du système.
    Car ce ne sont pas les profiteurs du saccage en règle de notre Mère qui auraient un quelconque intérêt à bouleverser le cours des choses. Ta façon de taper sur l’ambulance et de distribuer les mauvais points de conduite écolo est totalement incompréhensible, pire elle est inefficace.

  18. @ Dubito, merci, oui vous avez bien raison !

    « frugal », « frugalité » sont des mot beaux, qui expriment noblesse et intelligence. Et sont plus élégants que l’expression « simplicité volontaire » qui ressemble a une définition, d’ailleurs peut-être simplement traduite de l’Anglais.

  19. @ Sylviane et à tous les autres
    Vous n’avez sans doute pas encore lu le programme du Front de Gauche pour penser ce que vous écrivez.
    La plupart des thèmes et propositions que vous faites s’y retrouvent ! Ne boudez pas votre plaisir, investissez dans sa lecture, pour la modique somme de 2 Euros !
    1-Partager les richesses et abolir l’insécurité sociale
    2- Reprendre le pouvoir aux banques et aux marchés financiers
    3-La planification écologique
    4-Produire autrement
    6-La République pour de vrai
    6-Convoquer l’assemblée constituante de la VIe République
    7-S’affranchir du traité de Lisbonne
    8-La France pour changer le cours de la mondialisation
    9-L’émancipation humaine en tête

  20. Monsieur Nicolino écrit : « Mélenchon feint, pour des raisons tactiques évidentes – on ne peut même exclure certaine sincérité – que le Sud n’existe pas. Que la crise écologique planétaire n’existe pas. Que la fabrication d’objets inutiles et nuisibles, sur quoi repose l’économie, n’existe pas »
    Mais c’est complètement faux ! C’est de la désinformation ! C’est de la manipulation !
    Je vous invite tous à fréquenter le blog de monsieur Mélenchon, de prendre votre information à la source !
    http://www.jean-luc-melenchon.fr/arguments/

  21. « La posture du grand sage là-haut sur la colline ne sert qu’à rameuter les fidèles, pas à motiver les combattants, qui sont plutôt du coté des exclus du système. »

    Bah, bah, bah, belle diatribe. Chacun de nous devrait monter sur la colline plus souvent. Réfléchir sans agir est certes regrettable, mais on peut au moins éclairer les autres, ceux qui agiront.

    Par contre, agir OU PIRE combattre (qui? quoi? pourquoi?) sans réfléchir nous a mené exactement où nous sommes, à des Fukushima, des Bhopal/SEVESO, des AZT. Ya une devise chez les toubibs, une chose bien oubliée qui dit: « Primum non nocere », d’abord ne pas nuire.

  22. Fabrice, vous pouvez peut-être passer un article de ce niveau dans France Soir?
    C’est insultant, bourré d’erreurs factuelles car non travaillé, pas actualisé, plein d’a priori.
    Il y a beaucoup de points de débats importants dans ce programme, je ne suis pas d’accord sur tout, mais on sent là que la haine dirigée contre une personne gomme le travail collectif en amont et permet de s’affranchir d’y réfléchir au moins un peu.
    Bref, c’est le même article qu’en novembre 2010, une resucée plus brève.

  23. À tous les amis de monsieur Mélenchon,

    Il n’y a rien que je puisse faire, et comme le dit cette expression désormais oubliée, je préfère laisser pisser le mérinos.

    Il existe donc encore, il existera d’ailleurs toujours, des gens capables de se référer à un programme pour juger un homme et une politique. C’est grotesque, comme le démontre l’histoire en quelques milliers d’événements similaires, mais cela marche toujours. Et donc, puisque le Nicolino ne croit pas au programme, mais juge les faits – soutien à cette crapule de Chávez, lui-même adorateur de Kadhafi, soutien à la Chine stalinienne contre le Tibet, défense de revendications matérielles au Nord qui nient la réalité du désastre planétaire, entre mille autres -, eh bien, c’est lui bien entendu le coupable.

    Moi, je vous en fais la confidence, je m’en fous. Je connais mon histoire. Les Mélenchon se trouvent à chaque coin de rue du XXème siècle français. Il en est même qui, déchaînés contre la guerre impérialiste au printemps 1914, se retrouvèrent au gouvernement de l’Union sacrée dès le début de 1915. Il en est même qui jouaient au-plus-marxiste-que-moi-tu meurs en 1947 – Guy Mollet – avant de faire torturer les Algériens par milliers.

    En somme, que meurent ces programmes qui jamais ne seront appliqués, comme la Constitution soviétique de 1936, « la plus démocratique du monde ». Ou ce défunt « Programme commun » de la gauche française, signé en 1972, et qui devait donner le pouvoir au peuple.

    Pour en revenir à votre héros de paquet Bonux – très en vogue dans mon enfance -, je connais assez bien l’itinéraire de monsieur Mélenchon pour savoir à quoi m’en tenir. Peut-être l’un de chez vous, plus moraliste qu’un autre, daignera revenir sur la façon dont ce grand et bel Indigné a géré la fédération socialiste de l’Essonne. Comment lui et ses amis ont pris le pouvoir dans l’association Frères des Hommes voici vingt ans. Pourquoi il a siégé dans un gouvernement social-libéral jusqu’en 2002, avec ses soi-disant adversaires d’aujourd’hui.

    Comme je ne suis pas à une calomnie près, j’ajoute que, Jospin eût-il gagné en 2002, votre grand chef serait probablement encore assis à la table du Conseil des ministres. Telle est en tout cas ma conviction. Un dernier mot : que ne me laissez-vous tranquille ? N’avez-vous donc rien d’autre à faire, ô grands transformateurs du monde, que de venir ennuyer un pauvre petit blogueur comme moi ? Je vais finir par douter.

    Fabrice Nicolino

  24. A RV et autres mélenchonais;
    Votre « Ché » se découvre une âme de révolutionaire, alors que faisait-il ces dernières années dans et avec des gourvernements qui ont mis à sac les troupes sociales « d’en bas » avec ses amis pipoteurs du PS.
    Vous nous renvoyez à son « programme », je vous renvois à la chanson de Dutron :  » l’opportuniste »
    Hélas pour lui, les belles paroles s’envolent, mais les écrits restent. Son passé rescent est noir sur blanc.
    En 2012, il fera alliance avec les emmanchés après le premier tour. Point barre.
    C’est Elisabeth Tessier qui me l’a dit !
    (pour une fois, elle ne se trompera pas)

  25. M’enfin Fabrice, puisque qu’il le dit :

    (..) « Oui, c’est une révolution personnelle, mais pas au sens du reniement du passé, au contraire.
    L’écologie vient renforcer mes convictions anticapitalistes et renouveler ma vision matérialiste. C’est une nouvelle manière d’aborder le monde qui nous entoure. » (..)

    source : interview de Mr Mélenchon dans le Sarkophage (juillet 2001)

    Allez, pour finir, une excellente nouvelle : Lactalis a perdu son procès contre Philippe Marquet et la Confédération paysanne à St-Etienne.

    http://www.bastamag.net/article1739.html

  26. Mes excuses pour cette faute de frappe qui s’est glissée dans mon dernier message. L’interview de mr Mélenchon date de juillet 2011…

  27. Fabrice Nicolino, tu es ma grande déception du jour. Je n’ai pas des mots pour te décrire ma tristesse. Je t’écrirais pourquoi déception, pourquoi tristesse. Mais comme tu veux qu’on te laisse tranquille et qu’on t’ennuie pas, je ne dirai rien, je n’argumenterai rien. Salut.

  28. Mélanchon a dû faire appel, comme beaucoup de personnalités et d’hommes politiques, aux services d’une agence d’e-réputation (ou cyber-réputation) , du style image & stratégie car dès qu’un billet de Fabrice est en sa défaveur, les molosses de la communication d’influence rappliquent.

  29. Comme le disait le tigre aprés avoir boulotté son dixiéme brahmane qui venait de lui précher le jeune  » j’adore les végétariens  » …

  30. Courage Fabrice !

    … »Quelqu’un a-t-il mis les gens en fureur contre lui qu’il y aura toujours gagné aussi un parti en sa faveur. »…

    Nietzsche.

  31. @Lionel & autres paranos du web

    Il se trouve que, voyez-vous, les internautes qui soutiennent le Front de Gauche ne supportent pas l’injustice. Et la calomnie en fait partie.

    Mais vous préférez sans doute que les gens passent sans s’arrêter sur vos niaiseries. C’est bien dommage.

    Mais bon: allez en paix.

  32. On peut critiquer Chavez, Kaddhafi, Ahmadinejad, et même pourquoi pas Morales… Mais il y faudrait beaucoup plus de circonspection que l’on n’en a en général lorsqu’il s’agit de dirigeants étrangers.

    S’il y avait eu une révolte armée, disons, en Suisse ou au pays basque, vous croyez vraiment que l’OTAN aurait bombardé des villes habitées en faisant de 30 000 à 50 000 morts ? Y compris le week-end dernier à Sirte ! Mais la question ne se pose pas bien sur car les services secrets britanniques n’auraient pas eu le mauvais gout d’instiguer une révolte armée en Suisse ou au pays basque.

    Il y a eu depuis la décolonisation trop de jugements moralisateurs a l’emporte-pièce sur des dirigeants étrangers qui ont débouché sur des bombardements, « chirurgicaux et humanitaires » comme on dit, mais en fait tout simplement sur des guerres contre les civils, guerres qu’on ne prend même plus la peine de déclarer. Même Napoléon, pourtant grand massacreur s’il en fut, avait plus de classe dans la guerre que nos politiques actuels. Et nos jugements faciles et moralisateurs sont complices. Car jamais une guerre n’a eu lieu sans l’assentiment de l’opinion publique du coté de l’agresseur. Même chez les Nazis. Mais nos pratiques militaires, après 1945, sont-elles si différentes de celles des Nazis ?

    Observez quel dirigeant étranger fait l’objet du plus grand nombre d’attaques sur sa moralité, dans la presse occidentale, et vous saurez ou, sinon exactement quand, aura lieu la prochaine guerre que l’on prépare, le prochain grand massacre. « Humanitaire », bien sur. Et économique, par nécessité. Demain, peut-être, les guerres seront aussi « écologiques » ? A moins qu’elles le soient déjà. Apres tout, l’accroissement de la vulnérabilité écologique de régions entières fait déjà partie de la panoplie des moyens de la géopolitique.

  33. M’enfin. Vous dîtes des bêtises et c’est décevant.
    Si vous étiez mieux renseigné, vous auriez dû citer Jaures et non pas Chavez. Et vous vous dîtes journaliste pro ? Alors ne vous abaissez pas à nous servir la verve que certains marchands d’armes et autres oligarques propriétaires des principaux médias nous servent quotidiennement, argumentez, c’est mieux.
    Votre référence sur l’age de Mélenchon est pour le coup pathétique, vous denigrez ainsi tous les gens de cette age(ce n’est pas mon cas j’ai 38 ans). Si cela représente en partie vos valeurs alors je me questionne sur vos idées sur l’écologie.
    Bien que vous me paressez très sympathique, vous me faîtes tout de même, avec ce texte l’effet d’un couillon (ce n’est pas plaisant n’est ce pas ?).

  34. @RV franchement… Un programme électoral c’est comme un storytelling, puis après faut gérer en « bon père de famille » avec les autres!
    Non je n’ai pas lu le programme du front des gauches parce que je ne vote pas en France!

    Des grands titres ainsi c’est bien beau sur papier, cela ressemble presque au programme d’en face… Celui de Marine la « néo-altermondialiste »!

    1. Partager les richesses… Ben oui à propos Mélenchon qu’est-ce qu’il en pense de la crise Grecque? Les Grecques c’est les « wallons de l’Europe »!

    2. Reprendre le pouvoir au banques… Ben voyons, c’est simple comme bonjour, on reprend les même et on renationalise. C’est pas déjà ce qu’il c’est passer en 2008??? Et qui va payer la facture? C’est rassurant pour l’insécurité sociale tiens!

    a) L’univers financier est devenu ingérable, même les économistes s’y perdent. En ce moment ce qui fait du bénéf c’est les crises systémiques.
    Avent un spéculateur humain pouvait encore avoir peur des conséquences avant de réaliser une opération…Depuis plus de 10 ans se sont des programme d’algorithmes qui spéculent…Juste programmés pour faire du bénéf, et sans conscience humaine derrière! Les mecs suivent juste les instructions d’algorithmes derrière un ordi pour la simple raison que 14 opérations spéculatives sont faite à la seconde et qu’aucun cerveau humain ne peut suivre ça!
    Le mec derrière sont ordi est content parce qu’il a un gros salaire; le mec qui investi est content parce qu’il fait un gros bénéf! Le programmeur aussi est content parce que le truc fait du bénéf. Aucuns ne se sent responsable de pays en banqueroute, d’affamés, de pollution… Les grecques c’est bien connu qu’ils sont « seul responsable » de leur malheur!
    Et puis quoi? Ceux qui font du gros bénéf n’ont jamais été aussi riches, ce sont les plus riches de toute l’histoire de l’humanité, et ils vont passer la main comme ça gentillement??? Ben moi je pense qu’ils ont les moyens de repeindre dans une autre couleur pour continuer a faire du bénéf!

    b) Pour sortir du système financier, il faut en sortir pour de vrai; genre les monnaies locales et fondante (fondante pour empêcher de thésaurisé!)…Et ça; ça n’a pas attendu Mélenchon ni le front des gauches pour exister; cela a même démarré dans des pays où la misère n’a pas de commune mesure avec les pauvres d’ici (ce qui n’est pas peu dire, vu qu’ici la pauvreté ici est pas mal aussi!)!

    3. La planification écologique… C’est quoi du développement durable ???
    Je fais du développement durable en ce moment, je peins une fresque sur le thème de la biodiversité sur un mur dans une école…

    4.Produire autrement…Produire quoi? C’est comme la planification écologique???

    5. La république pour de vrai… Je vis dans un pays explosé et membre de l’union Européenne, les trucs nationaliste ça m’emmerde!
    Le débat sur la place publique; le seul que j’ai vu jusque là c’est les indignés espagnoles qui se sont fait déloger par les flics! Et encore je ne les ais pas vu de près j’attend qu’il arrivent à Bruxelles!

    6. J’suis pas française, les trucs de VI république j’y comprend pas grand chose!

    7. S’affranchir du traité de Lisbonne; ben oui comme Marine!

    8. La France pour changer la mondialisation; c’est bien ce que dis Fabrice donc: auto-centré!
    Je répète pour les durs de la feuille, le monsieur dit qu’on consomme l’équivalent de trois planètes(riches et pauvres réunis), donc pour ce faire il faut emprunter les deux tiers de ce qu’on consomme à quelqu’un!
    Donc on augmente les salaires pour arrêter d’emprunter deux tiers de ce qu’on emprunte déjà aux autres??? Mais c’est un magicien ce Mélenchon, il s’est trompé de carrière!

    9. L’émancipation de l’humain en tête… Donc cela fait des décennies voire plus que l’humain va vers une lente auto-destruction en essayant de s’émanciper du vivant… Ne serrait-il pas temps de lui foutre la paix à l’humain???

    Un humain qui consomme comme dans les pays du Nord; sans énergie fossile (pauvre ou pas!) a 100 esclaves a sont service! Donc avec des énergies fossiles en voie de disparition en vivant à crédit aux deux tiers sur le dos d’autres; on va augmenter les salaires français pour régler les problèmes du monde entier! C’est ça??? J’ai bien compris le programme du front des gauches???

    Donc j’ai vu récemment une personne qui vivait en yourte; il paye un loyer de 20 euros par mois; il produit une partie de ce qu’il mange; en yourte ben fatalement il économise l’eau; il a un système d’éolienne et de panneaux solaire pour l’électricité en autonomie; il se chauffe très bien avec peu de bois; moins de stères que dans une grosse maison en dur…Mais bien sur il n’a pas l’autorisation de vivre ainsi!
    Il vit pourtant mieux que moi avec 400 euros par mois, alors que moi j’ai pas assez avec 1200…
    On fait quoi quand des choses comme ça existent on laisse les salariés pauvres vivre dans leur bagnoles, on leur promet plus de fric qui n’existent pas, on leur offre un tente quechua???
    Bien sûr les yourtes ne sont qu’un exemple, il existe des tas d’alternatives au « mal logement » et même en ville! Mais bien sûr c’est pas autorisé!
    J’ai vu des tas de gens vivre mieux que moi avec 400 euros par mois; je rêve de vivre avec 400 euros comme ça; et de voir les autres quitter leur bidonville!

    Pffffff J’ai bien fait de m’émanciper des programmes électoraux tiens; ça me donne du temps pour arroser mes légumes! De toutes façon faut vous réveiller les concepteurs et suiveurs de programmes électoraux; les gens ne vous attendent plus pour changer!

  35. la retraite à 60 ans était au programme commun en 1981 et oh stupeur ! elle a été votée, et jusqu’à très récemment elle était en vigueur.
    _______________________________
    Peut importe le jugement que l’on peut et pouvait porter sur l’homme Mitterrand.
    _______________________________
    On peut en dire autant de l’abolition de la peine de mort, de la 5e semaine de congés payés, du passage à la semaine de 39 heures (première réduction du temps de travail depuis 1936), de la hausse du SMIC de 10%, du minimum vieillesse de 20%, de l’abolition de la cour de sureté de l’Etat, de la création de l’impôt sur la fortune.
    _______________________________
    Alors, oui, je m’en tiens au programme, n’en déplaise à ceux qui comme nos médias préfèrent les querelles de personnes pour enfumer les citoyens.

    Merci à ce blog d’accepter des avis si divergents !

  36. Pour Laurent Fournier,

    Je suis désolé, car j’apprécie votre personne et vos propos, le plus souvent. Mais votre dernier commentaire ressortit, à mes yeux, à ce que je nomme le stalinisme mental. Vous ne vous reconnaîtrez sûrement pas dans ce qualificatif, mais quant à moi, je vous y place. Pourquoi ? Parce que le stalinisme mental, mal préexistant au stalinisme historique, et qui lui a évidemment survécu, fait perdre la vue. Il concentre le regard sur certaines plaies et le détourne dès qu’il est nécessaire.

    Pourquoi ? Mais parce qu’au motif que le Nord a mené, mène et mènera des guerres honteuses et même criminelles contre le Sud, qui ne passent d’ailleurs pas toujours par des Scud et des chars lourds, il faudrait faire attention quand on s’en prend à des satrapes. Chávez et son tryptique Jefe-Ejercito-Pueblo, directement inspiré par son ancien mentor fasciste Norberto Ceresole, est un satrape. Kadhafi, qui a torturé dans ses geôles pendant quatre décennies, puis tiré sur son peuple à l’arme lourde après avoir lancé son délirant programme de fleuves artificiels, est un satrape. Ahmadinejad, qui truande les élections et prépare ses bombinettes, rêvant de parachever le massacre des juifs,est un satrape.

    Au risque de faire sourire tel ou tel, je tente de maintenir – avec d’autres, bien entendu – un point de vue universaliste sur la politique et la conduite des hommes. On peut dénoncer, ce que j’ai toujours fait, les crimes « démocratiques » de masse. Mais on doit en ce cas dénoncer les crapules qui tiennent les rênes de tant de pays d’Afrique, d’Amérique ou d’Asie.

    Fabrice Nicolino

  37. (merci de supprimer mon message précédent qui est complètement tronqué)
    _________________________________
    @ Sylviane le 20 septembre 2011

    1. Mélenchon qu’est-ce qu’il en pense de la crise Grecque
    +++pas la peine d’inventer, il s’est largement exprimé sur le sujet, depuis le début il répète la même chose, alors les premières semaines il était raillé par les journalistes et petit à petit ses propositions ont été reprise ici et là . . .
    allez sur son blog ! et en plus il écrit bien, c’est un vrai plaisir de le lire !+++

    2. Reprendre le pouvoir au banques
    +++où allez vous chercher que les banques ont été nationalisées en 2008 ? vous ré-écrivez l’Histoire ! Le front de gauche propose un « pôle financier public » c’est à dire la mise en réseau des institutions financières publiques existantes (Caisse des dépôts, Crédit Foncier, OSEO, CNP, Banque Postale), des banques et des assurances mutualistes dans le respect de leurs statuts et la nationalisations de banques et de compagnies d’assurances.+++

    a) L’univers financier est devenu ingérable, 14 opérations spéculatives sont faite à la seconde et qu’aucun cerveau humain ne peut suivre ça!
    +++vous confondez, c’est 27000 opérations en 14 secondes (lu sur le site de Paul Jorion)+++

    b) Pour sortir du système financier, il faut en sortir pour de vrai
    +++combat contre la spéculation et la financiarisation de l’économie en interdisant les ventes de gré à gré, les ventes à découvert et les produits spéculatifs et en bloquant les échanges de capitaux avec les paradis fiscaux, ce qui contribuera à leur disparition, séparation des banques de dépôt et des banques d’investissement, interdiction des stock-option, des LBO, et des engagements hors bilan, obligation des entreprises à la transparence financière, protection des collectivités locales victimes des crédits toxiques, contrôle et taxation des mouvements de capitaux à des fins de spéculation et de placement financier+++

    3. La planification écologique… C’est quoi du développement durable ???
    +++la planification écologique c’est tourner le dos au productivisme (historiquement de droite et de gauche !)
    quelques mesures concrètes : moratoire sur toutes les politiques de dérèglementation de l’énergie, abrogation de la loi NOME, mise en place d’un plan de transition écologique réintroduisant la maitrise publique de l’énergie et promouvant des investissements publics conditionnés à des critères écologiques, sociaux et démocratiques, mise en place d’un plan de financement pour la sobriété et l’efficacité énergétique et pour la diversification des sources d’énergie, la maitrise publique de la gestion de l’eau et de l’assainissement+++

    4.Produire autrement…Produire quoi? C’est comme la planification écologique???
    +++création de pôle publics de l’industrie, plan national de transition écologique de l’agriculture, révision du mandat des Safer et du Code des marchés publics, soutien à l’installation des jeunes agriculteurs et à une agriculture responsable+++

    5. La république pour de vrai
    +++réaffirmation de la loi de 1905 sur la laïcité, instauration d’une négociation annuelle des partenaires sociaux pour le respect de l’égalité professionnelle entre femmes et hommes, abrogation des lois LOPPSI, HADOPI et des lois sécuritaires et liberticides, régularisation des sans-papiers, bilan annuel sur les discriminations, abrogation de la loi organique relative aux lois de finance (LOLF) de 2001 pour mettre en place des règles alternatives n’impliquant pas la réduction des dépenses publiques, abrogation de la RGPP et plan de création d’emploi publics (dans l’enseignement, la santé, la justice, la police), doublement de l’aide de l’Etat aux actions de prévention et d’aide sociale à destination des collectivités et des associations+++

    6. J’suis pas française, les trucs de VI république j’y comprend pas grand chose!
    +++convocation d’une assemblée constituante, abrogation de la réforme territoriale de 2010, rétablissement de la proportionnelle à toutes les élections, création du conseil national des médias, fondation d’une VIe république parlementaire, sociale et participative, élaboration du statut de l’élu et du statut du bénévole+++

    7. S’affranchir du traité de Lisbonne
    +++remise en cause du Pacte de l’Euro +, création d’un fonds de développement social, écologique et solidaire européen, bataille politique et diplomatique pour un nouveau traité européen, refonte des statuts et missions de la BCE, refus de tous les pactes et plans d’austérité qui concourent à amplifier la récession économique et la régression sociale au nom de la logique libérale de soumission aux marchés financiers, mettre un terme à la libéralisation des services publics encouragés par les directives européennes, refonte du code des marchés publics qui soumet l’action publique aux règles de la concurrence libre et non faussée, initiative d’Etats généraux de la refondation européenne en faisant appel à toutes les forces politiques et sociales disponibles en Europe+++

    8. La France pour changer la mondialisation; c’est bien ce que dis Fabrice donc: auto-centré!
    Je répète pour les durs de la feuille, le monsieur dit qu’on consomme l’équivalent de trois planètes(riches et pauvres réunis), donc pour ce faire il faut emprunter les deux tiers de ce qu’on consomme à quelqu’un!
    Donc on augmente les salaires pour arrêter d’emprunter deux tiers de ce qu’on emprunte déjà aux autres??? Mais c’est un magicien ce Mélenchon, il s’est trompé de carrière!
    +++L’organisation de la société doit viser un but : l’intérêt général et l’émancipation de chacune et chacun. Elle doit donc encourager les activités socialement utiles car il n’y a pas de progrès humain quand seules les activités offrant une rentabilité suffisante au capital se développent. Elle doit permettre une citoyenneté effective car il n’y a pas de progrès durable si les citoyens sont transformés en consommateurs sommés d’écouler une production qui croit sans cesse indépendamment de toute prise en compte de l’impact environnemental et des besoins réellement humains+++

    9. L’émancipation de l’humain en tête
    +++abrogation de la loi de 2003 sur l’assurance chômage des intermittents du spectacle et création d’un système mutualisé pérenne, plan de recrutement dans l’éducation nationale, abrogation de la loi LRU et du pacte pour la recherche, doublement du budget public de la recherche dans la législature, 1% du PIB consacré à l’art, à la culture et à la création, loi contre les concentrations dans les médias et pour défendre la presse d’opinion, adoption d’une loi cadre sur le sport, des prélèvements nationaux concertés sur les réimportations en Europe de productions délocalisées, une taxe kilométrique de manière à réduire les transports de marchandises évitables, les prélèvements et taxes seront alloués à un fonds pour le co-développement permettant de financer des politiques de développement social et environnemental, toutes les politiques publiques concourront à lutter contre l’émission de gaz à effet de serre, mise en place d’un pôle national des transports publics favorisant le développement des transports collectifs et leur accès par toutes et tous, abrogation des lois de libéralisation du rail, engagement d’un processus de désendettement du système ferroviaire, suppression des mesures de défiscalisation et exonération favorisant le transport aérien par les entreprises low-cost, développement des transports publics de proximité et de leur gratuité, développement du transport ferroviaire et fluvial et du transport maritime côtier, développement du ferroutage, baisse du tarif ferroviaire voyageurs et fixation d’un prix unique au kilomètre+++

    Un humain qui consomme comme dans les pays du Nord sans énergie fossile (pauvre ou pas!) a 100 esclaves a son service!
    +++droit inaliénable à l’eau comme bien commun de l’humanité, appropriation sociale de la gestion de l’eau et de l’assainissement, contrôle citoyen par les élus et usagers, débat public sur l’utilisation des biens communs, mise en œuvre de nouveaux indicateurs qui contribueront à engager une réorientation radicale de nos modes de production, d’échange et de consommation, mais aussi à inventer une nouvelle conception du progrès+++

    De toutes façon faut vous réveiller les concepteurs et suiveurs de programmes électoraux; les gens ne vous attendent plus pour changer!
    +++tous les chemins mènent à Rome . . . pourquoi revendiquer une exclusivité !+++

  38. @ Fabrice
    ______________________________
    « Chávez et son tryptique Jefe-Ejercito-Pueblo, directement inspiré par son ancien mentor fasciste Norberto Ceresole, est un satrape »

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Satrape_%28Perse%29

    Le mot « satrape » est maintenant utilisé pour désigner un homme exercant un pouvoir personnel fort.
    _______________________________
    mais on pourrait vous objecter :
    élections présidentielles le 6/12/1998 remportées avec 56% des voix
    consultation pour la convocation d’une assemblée constituante le 25/04/199 approuvée par 87.75% des voix
    élection de l’assemblée constituante, les pro Chavez obtiennet 92% des 131 sièges
    vote de la nouvelle constitution Bolivarienne le 15/11/1999 approuvée par 71% des voix
    élection d’une nouvelle constitution le 30/07/2000 remportée par Chavez avec 59% des voix
    référendum révocatoire du 15/08/2004 à l’initiative de l’opposition gagné par Chavez avec 59,1% des voix
    élections régionales, les Chavistes remportent 20 Etats sur 22 plus le district de la capitale, Caracas
    élections municipales du 07/08/2005, majorité pour le camp Chavez
    élections parlementaires du 04/12/2005, l’opposition ne présente aucun candidats, les Chavistes et leurs alliés remportent la totalité des sièges
    élection présidentielle du 03/12/2006 remportées avec 62.84% des voix, taux de participation, 75%
    référendum du 02/12/2007 de réforme de la constitution perdu par Chaves, 49,1% pour, 50,8% contre
    élections régionales du 23/11/2008 remportées par le Parti Socialiste Uni du Vénézuela avec 77% des voix
    référendum du 15/02/2010 sur la réforme de la Constitution, remporté par Chavez avec 54,86% des voix, taux de participation 70%
    élections législatives du 26/09/2010, les Chavistes et affiliès obtiennent 98 sièges contre 67 à l’opposition, taux de participation, 66,45%
    et
    toutes les élections qui se sont déroulées sous la présidence d’Hugo Chavez ont été reconnues comme démocratiques par la communauté internationale, incluant les observateurs et les commissions de l’UE, l’Organisation des Etats de’Amérique et la fondation Carter

    par ailleurs au Vénézuela il y a 32 chaines de TV privées et 6 chaines publiques
    les chaines privées recueillaient 97,96% de l’audience en 2000 et 94,56% en 2010

    Le vénézuela a développé des médias communautaires promus par le gouvernement
    Ces médias alternatifs étaient interdit avant Chavez
    En 2011 on en compte près de 400 gérés directement par les associations citoyennes

  39. Il est de bon ton à ma droite de ressortir l’épouvantail historique Staline lorsque l’on est à court d’arguments, je ne savais pas qu’il en était aussi de même à ma gauche !!!

    Désolant…

  40. A Sylviane,

    « Bien sûr les yourtes ne sont qu’un exemple, il existe des tas d’alternatives au “mal logement” et même en ville!  »

    A part la colocation, quels sont les alternatives concrètes au logement en ville ? Parce qu’il parait que nous sommes aujourd’hui plus de la moitié de la population à y résider…

  41. @ Fabrice: Je suis d’accord avec un point de vue universaliste. Mais l’action doit toujours etre ancree dans une realite locale, qui n’est jamais « universelle ».

    Qui est le pire ennemi de l’anti-nucléaire Iranien, du démocrate Lybien, du militant des droits de l’Homme au Venezuela ou des minorités au Pakistan ? Je ne crois pas que ce soit le gouvernement ou la société de son pays, qu’il ou elle a appris a négocier. Tout ce qu’on dit ou ne dit pas, a qui on le dit, ce qu’on fait ou ne fait pas, comporte un sens et un risque associe dans ces pays. Regardez les faits et vous verrez que le promoteur le plus ardent du nucléaire en Iran ce sont les Etats-Unis. Ahmadinejad perdrait le pouvoir s’il faisait volte-face sur le nucléaire. Comment écririez-vous votre blog s’il s’agissait d’une question a propos de laquelle votre pays est menace de bombardement ? Au delà du courage physique, la difficulté c’est que le débat serait tellement miné que le nombre de personnes capables de vous comprendre, et plus encore, capables de contribuer au débat, serait presque réduit a néant. A tel point que la seule manière de parler de nucléaire en Iran (je n’y ait jamais été mais c’est facile a imaginer) c’est dans des petites réunions privées ou l’on n’invite que des gens que l’on connait. Maintenant, imaginez que les Etats-Unis décident de menacer l’Iran de guerre a moins qu’ils ne mettent fin immédiatement a la peine de mort. Conséquence quasi immédiate, il deviendrait indécent, et probablement dangereux de discuter de la peine de mort, et le nombre de personnes pouvant encore participer au débat et prendre position se réduirait a presque rien. La continuation de la peine de mort serait contrôlée de l’extérieur.

    La question de savoir si tel ou tel dirigeant étranger est un satrape ne se pose vraiment pas. Le faire c’est du kitsch éthique, au service de groupes qui ne sont pas du tout « kitsch ». La question qui se pose, et qui est plus difficile sans doute, est comment s’associer en toute responsabilité avec les personnes et mouvements qui travaillent pour la justice et la démocratie, chez soi et plus loin.

  42. apparemment ma réponse à Sylviane a déplu puisqu’elle n’a pas passé la nuit . . .
    alors, nouvel essai, en plein jour
    ___________________________________________
    @ Sylviane le 20 septembre 2011

    1. Mélenchon qu’est-ce qu’il en pense de la crise Grecque
    +++pas la peine d’inventer, il s’est largement exprimé sur le sujet, depuis le début il répète la même chose, alors les premières semaines il était raillé par les journalistes et petit à petit ses propositions ont été reprise ici et là . . .
    allez sur son blog ! et en plus il écrit bien, c’est un vrai plaisir de le lire !+++

    2. Reprendre le pouvoir au banques
    +++où allez vous chercher que les banques ont été nationalisées en 2008 ? vous ré-écrivez l’Histoire ! Le front de gauche propose un « pôle financier public » c’est à dire la mise en réseau des institutions financières publiques existantes (Caisse des dépôts, Crédit Foncier, OSEO, CNP, Banque Postale), des banques et des assurances mutualistes dans le respect de leurs statuts et la nationalisations de banques et de compagnies d’assurances.+++

    a) L’univers financier est devenu ingérable, 14 opérations spéculatives sont faite à la seconde et qu’aucun cerveau humain ne peut suivre ça!
    +++vous confondez, c’est 27000 opérations en 14 secondes (lu sur le site de Paul Jorion)+++

    b) Pour sortir du système financier, il faut en sortir pour de vrai
    +++combat contre la spéculation et la financiarisation de l’économie en interdisant les ventes de gré à gré, les ventes à découvert et les produits spéculatifs et en bloquant les échanges de capitaux avec les paradis fiscaux, ce qui contribuera à leur disparition, séparation des banques de dépôt et des banques d’investissement, interdiction des stock-option, des LBO, et des engagements hors bilan, obligation des entreprises à la transparence financière, protection des collectivités locales victimes des crédits toxiques, contrôle et taxation des mouvements de capitaux à des fins de spéculation et de placement financier+++

    3. La planification écologique… C’est quoi du développement durable ???
    +++la planification écologique c’est tourner le dos au productivisme (historiquement de droite et de gauche !)
    quelques mesures concrètes : moratoire sur toutes les politiques de dérèglementation de l’énergie, abrogation de la loi NOME, mise en place d’un plan de transition écologique réintroduisant la maitrise publique de l’énergie et promouvant des investissements publics conditionnés à des critères écologiques, sociaux et démocratiques, mise en place d’un plan de financement pour la sobriété et l’efficacité énergétique et pour la diversification des sources d’énergie, la maitrise publique de la gestion de l’eau et de l’assainissement+++

    4.Produire autrement…Produire quoi? C’est comme la planification écologique???
    +++création de pôle publics de l’industrie, plan national de transition écologique de l’agriculture, révision du mandat des Safer et du Code des marchés publics, soutien à l’installation des jeunes agriculteurs et à une agriculture responsable+++

    5. La république pour de vrai
    +++réaffirmation de la loi de 1905 sur la laïcité, instauration d’une négociation annuelle des partenaires sociaux pour le respect de l’égalité professionnelle entre femmes et hommes, abrogation des lois LOPPSI, HADOPI et des lois sécuritaires et liberticides, régularisation des sans-papiers, bilan annuel sur les discriminations, abrogation de la loi organique relative aux lois de finance (LOLF) de 2001 pour mettre en place des règles alternatives n’impliquant pas la réduction des dépenses publiques, abrogation de la RGPP et plan de création d’emploi publics (dans l’enseignement, la santé, la justice, la police), doublement de l’aide de l’Etat aux actions de prévention et d’aide sociale à destination des collectivités et des associations+++

    6. J’suis pas française, les trucs de VI république j’y comprend pas grand chose!
    +++convocation d’une assemblée constituante, abrogation de la réforme territoriale de 2010, rétablissement de la proportionnelle à toutes les élections, création du conseil national des médias, fondation d’une VIe république parlementaire, sociale et participative, élaboration du statut de l’élu et du statut du bénévole+++

    7. S’affranchir du traité de Lisbonne
    +++remise en cause du Pacte de l’Euro +, création d’un fonds de développement social, écologique et solidaire européen, bataille politique et diplomatique pour un nouveau traité européen, refonte des statuts et missions de la BCE, refus de tous les pactes et plans d’austérité qui concourent à amplifier la récession économique et la régression sociale au nom de la logique libérale de soumission aux marchés financiers, mettre un terme à la libéralisation des services publics encouragés par les directives européennes, refonte du code des marchés publics qui soumet l’action publique aux règles de la concurrence libre et non faussée, initiative d’Etats généraux de la refondation européenne en faisant appel à toutes les forces politiques et sociales disponibles en Europe+++

    8. La France pour changer la mondialisation; c’est bien ce que dis Fabrice donc: auto-centré!
    Je répète pour les durs de la feuille, le monsieur dit qu’on consomme l’équivalent de trois planètes(riches et pauvres réunis), donc pour ce faire il faut emprunter les deux tiers de ce qu’on consomme à quelqu’un!
    Donc on augmente les salaires pour arrêter d’emprunter deux tiers de ce qu’on emprunte déjà aux autres??? Mais c’est un magicien ce Mélenchon, il s’est trompé de carrière!
    +++L’organisation de la société doit viser un but : l’intérêt général et l’émancipation de chacune et chacun. Elle doit donc encourager les activités socialement utiles car il n’y a pas de progrès humain quand seules les activités offrant une rentabilité suffisante au capital se développent. Elle doit permettre une citoyenneté effective car il n’y a pas de progrès durable si les citoyens sont transformés en consommateurs sommés d’écouler une production qui croit sans cesse indépendamment de toute prise en compte de l’impact environnemental et des besoins réellement humains+++

    9. L’émancipation de l’humain en tête
    +++abrogation de la loi de 2003 sur l’assurance chômage des intermittents du spectacle et création d’un système mutualisé pérenne, plan de recrutement dans l’éducation nationale, abrogation de la loi LRU et du pacte pour la recherche, doublement du budget public de la recherche dans la législature, 1% du PIB consacré à l’art, à la culture et à la création, loi contre les concentrations dans les médias et pour défendre la presse d’opinion, adoption d’une loi cadre sur le sport, des prélèvements nationaux concertés sur les réimportations en Europe de productions délocalisées, une taxe kilométrique de manière à réduire les transports de marchandises évitables, les prélèvements et taxes seront alloués à un fonds pour le co-développement permettant de financer des politiques de développement social et environnemental, toutes les politiques publiques concourront à lutter contre l’émission de gaz à effet de serre, mise en place d’un pôle national des transports publics favorisant le développement des transports collectifs et leur accès par toutes et tous, abrogation des lois de libéralisation du rail, engagement d’un processus de désendettement du système ferroviaire, suppression des mesures de défiscalisation et exonération favorisant le transport aérien par les entreprises low-cost, développement des transports publics de proximité et de leur gratuité, développement du transport ferroviaire et fluvial et du transport maritime côtier, développement du ferroutage, baisse du tarif ferroviaire voyageurs et fixation d’un prix unique au kilomètre+++

    Un humain qui consomme comme dans les pays du Nord sans énergie fossile (pauvre ou pas!) a 100 esclaves a son service!
    +++droit inaliénable à l’eau comme bien commun de l’humanité, appropriation sociale de la gestion de l’eau et de l’assainissement, contrôle citoyen par les élus et usagers, débat public sur l’utilisation des biens communs, mise en œuvre de nouveaux indicateurs qui contribueront à engager une réorientation radicale de nos modes de production, d’échange et de consommation, mais aussi à inventer une nouvelle conception du progrès+++

    De toutes façon faut vous réveiller les concepteurs et suiveurs de programmes électoraux; les gens ne vous attendent plus pour changer!
    +++tous les chemins mènent à Rome . . . pourquoi revendiquer une exclusivité !+++

  43. Cher Fabrice, mes remarques visaient vos propos moins que ceux de beaucoup d’autres, et je suis heureux de pouvoir en débattre avec quelqu’un qui n’a pas d’oeilleres. Comme chantait Brassens, « j’ai conchié Franco pendant pas mal d’années, oui mais entre lui et moi, simple petit détail, il y avait les Pyrénées ». Vous savez que le sens des mots que l’on prononce depend de la ou on se trouve. Emmanuel Levinas etait sans doute d’accord avec Brassens, lui qui disait, « Je ne m’autorise pas a m’exprimer sur Israël car je n’y vis pas » (je cite de memoire).

    Je ne connais pas le Venezuela, mais j’ai suivi attentivement l’histoire récente de l’Iran. Tenter d’expliquer a Ahmadinejad, en privé, que le nucléaire n’est pas bon pour l’Iran n’est sans doute pas très dangereux. Qui sait, il pourrait même avouer être d’accord ! Faire la même chose dans une réunion publique a Téhéran, ou même dans un blog, est probablement trop dangereux pour être vraiment utile. Même si l’on est un Iranien vivant aux Etats-Unis : Les services de renseignement Américains risqueraient de donner votre nom, en toute discrétion, a leurs homologues Iraniens, puis d’annuler votre visa. Ou bien votre famille restée au pays commencerait a avoir des ennuis. Mais vouloir expliquer a Sarkozy, Cameron ou Obama, dans une tribune ou un blog, pourquoi l’Iran ne devrait pas faire de nucléaire, serait l’acte le plus ridicule et le plus con qu’on puisse imaginer.

    Le seul moyen de sortir de cette situation est de renforcer les défenses (immunitaires, au sens quasi-biologique) de la société Iranienne. Cela ne se construit qu’avec un travail immense et du temps, avec une confiance en soi croissante.

    Le moyen le plus sur de s’assurer que la société Iranienne n’arrive jamais au point ou elle peut décider d’elle-même sur des questions essentielles (comme le nucléaire, la peine de mort, le respect des minorités, etc.) c’est d’imposer de manière démonstrative et spectaculaire des contraintes économiques, culturelles et militaires de l’extérieur.

    Une indication: Les Iraniens ont fait savoir, par l’intermédiaire de pays neutres comme la Russie et l’Inde, que tout est négociable a condition que ça reste secret. Imaginez Hillary Clinton déclarer, radieuse, quelque chose du style, « Les Etats-Unis sont heureux que les dirigeants Iraniens aient finalement accepté de co-opérer avec nous dans le domaine nucléaire, nous leur souhaitons la bienvenue au sein de la communauté internationale ». Combien de semaines donneriez-vous au gouvernement Iranien au pouvoir ? (Les « Pays du Sud » sont trop chatouilleux sur le prestige ? Ah oui ? Et envahir l’Irak après les attaques du 11 septembre c’est rationnel ? Passons) Le jeu de ce piège est de garder sa clé hors d’Iran, et il y a des discours « démocratisateurs » (Ce qui n’est pas votre cas, dieu merci !) qui enferment la clé plus profondément encore. Il y a des « Universalismes » d’apparence qui alimentent un « Exclusivisme » de fait.

    Les guerres qui ont sauvé des civils ont été extrêmement rares. Je ne suis pas historien mais je n’en vois que 4 depuis un siècle: L’intervention alliée a la 2nde guerre mondiale, celle de l’Inde au Pakistan Oriental en 1971, celle du Vietnam au Cambodge en 1979, et la coalition qui a empêché, avec une force très mesurée, l’extension des massacres de civils au Timor récemment. Et dans aucun de ces cas il ne s’agissait de retirer un « satrape » du pouvoir. (Même dans le cas du Nazisme, qui était un phénomène allant au-delà de la personne d’Hitler, comme le tribunal de Nuremberg et en Israël l’ont montré)

    Que se passerait-il si un parti d’extrême droite arrivait au pouvoir en France et les Américains commençaient a menacer l’industrie nucléaire Française de diverse manières, y compris en envoyant des virus ? Je défendrais mon pays et, paraphrasant Nixon, je dirais aux Américains, « Pas touche ! C’est peut-être un satrape, mais c’est notre satrape ! Laissez-nous nous en débarrasser nous-mêmes » D’abord parce que je tiens a la vie, ensuite parce que je tiens a la démocratie.

  44. Vraiment déçue de vous lire aujourd’hui… Je ne vous connaissais pas une pensée aussi caricaturale. Je reprends ici les propos de Corine Morel-Darleux, qui vous répond très justement :

    « On ne fera pas la révolution écologique sans un vaste mouvement populaire et sans justice sociale, c’est ce constat qui nous a conduits à mener la réflexion et adopter comme mesure principale le Revenu Maximum Autorisé et à discuter avec Hervé Kempf (Comment les riches détruisent la planète), ou encore explorer le champ de l’extension de la gratuité avec Paul Ariès. On ne changera pas les modes de production et de consommation en culpabilisant et en taxant les pauvres. Ce n’est pas le peuple qui est responsable de la crise, pas plus de la crise écologique que de celle de la dette ! Mais visiblement la revalorisation des salaires ne trouvent pas grâce aux yeux de Fabrice Nicolino. Et c’est bien dommage. Car la hausse du SMIC est une mesure élémentaire de justice sociale. Couplée au RMA et à un écart maximum de salaire de 1 à 20, comme c’est écrit dans le programme du méchant Mélenchon, elle n’a rien d’une logique productiviste ou croissanciste, elle veut juste dire que ce sont les mega riches qui nous polluent, qu’aujourd’hui dans ce pays on ne peut plus accepter que des gens qui bossent dorment dans leur voiture et ne peuvent plus se soigner. Parce que oui, il n’y a pas que dans les pays du Sud qu’il y a de la misère. Ici aussi, dans ce pays riche qu’est la France, il y a aussi du « Sud », des gens peinent à survivre. »

  45. Votre billet révèle une ignorance absolue et stupéfiante de la nature et des positions du Parti de Gauche de Mélenchon. 1/ La conscience de la catastrophe écologique en cours est CONSTITUTIVE du Parti de Gauche. 2/Notre dénonciation du système actuel s’appuie essentiellement sur le refus de l’exploitation du Sud par les pays riches et leurs multinationales.
    3/ l’expression « homme du passé » est un jugement vide de sens sans autre argument que l’évocation de son parcours : ce sont ses valeurs et ses propositions qui comptent pour porter un jugement.
    Conclusion : il faut éviter de parler de ce que l’on ignore aussi complètement, faute de quoi vous vous exposez à ne mouliner que vos idées reçues grossièrement fausses.
    Je regrette de devoir le dire, mais le « couillon » n’est pas celui que vous dites (triste)…
    Pour plus de détail sur les position du PG sur ce sujet, je renvoie vos lecteurs à la réponse argumentée de Corinne Morel-Darleux :
    http://www.lespetitspoissontrouges.org/

  46. Rebelote pour les amis de monsieur Mélenchon,

    Je déçois donc tel ou telle. Et je suis un gros couillon, car je ne comprends rien. Car le programme du Parti de Gauche est un modèle de pensée écologiste, etc. Je crois devoir employer l’expression de balivernes pour répondre en bloc. Balivernes, purement et simplement. « Those who cannot remember the past are condemned to repeat it* », comme l’a écrit George Santayana il y a plus d’un siècle. Ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le revivre. Aucun de mes glorieux adversaires mélenchonistes ne se hasarde à répondre sur le terrain des questions et des faits évoqués. Ce qui ne m’étonne guère, car seul compte pour eux le présent perpétuel. Les couillons et cocus d’un certain printemps 1981 en redemandent, voilà tout. Et en compagnie d’un homme, Mélenchon, qui avoue son amour éternel pour ce cher Mitterrand, auquel il doit sa belle carrière de bureaucrate politicien. Un Mitterrand protofasciste avant guerre, vichyste puis atlantiste puis guillotineur de militants algériens, avant d’être soutenu par cette canaille de Tixier-Vignancourt. Mais je vois que j’oublie son amitié sans limite pour René Bousquet, l’organisateur de la rafle du Vel’ d’Hiv’, en 1942.

    Le Mitterrand d’après 1981, et ses innombrables Mélenchon, je vous les laisse bien volontiers. Je ne suis pas de cette engeance, en effet. Je n’ai pas été copain comme cochon avec Dédé Bettencourt. Je n’ai pas ouvert en grand les vannes du capitalisme financier, de la mondialisation et de la destruction de la vie. Et je n’ai pas applaudi quand votre gauche l’a fait. Car elle l’a fait. Quant au mariage avec les restes du parti criminel appelé communiste, c’est vraiment la cerise empoisonnée sur le gâteau toxique. Je l’ai déjà dit, et je le répète : je connais mon histoire. Mes héros ne sont pas les vôtres. Et je ne suis pas des vôtres. Je demeure dans des valeurs politiques et morales dont vous n’avez pas la moindre idée.

    Fabrice Nicolino

    * Il existe une variante : « Those who cannot remember the past are condemned to fulfill it »

  47. Il me semble que votre si vive réaction relève d’un blocage intellectuel. les yeux rivés sur le passé, vous réfutez « en bloc » ce que vous qualifiez de « balivernes » : s’agit-il des positions connues du Parti de Gauche ? Du progamme partagé du Front de Gauche? Peu vous importe, de toute façon vous ne les avez pas lus, et vous ne les lirez pas. Je le répète, vous parlez d’un sujet que vous ignorez. L’enjeu ne serait pas si grave pour l’humanité, votre pathétique radotage sur le passé serait risible.
    Vous n’ètes pas dans l’argumentation, mais dans une rancoeur qui vous écarte de l’essentiel : quelles sont aujourd’hui les propositions les plus pertinentes pour répondre à la crise écologique ? C’est de cela qu’il s’agit. Il est dommage de voir vos qualités se dissoudre dans un prêchi-prêcha bilieux au lieu de contribuer au débat démocratique.

  48. Mr nicolino,

    si mélenchon est un homme du passé et qu’à ce titre il n’a plus voix au chapitre selon votre jurisprudence, prenez garde à votre propre destinée, votre droit à la parole devrait s’éteindre d’ici 4 ans, il n’est en effet votre aîné que de 4 petites années.

    Au-delà de cet argument à deux francs, que lui reprochez vous ?
    L’OCI ? Le reprochez-vous également à Lionel Jospin, qui a incarné la gauche plurielle ?

    Une carrière de 31 ans au PS ? Ça n’est que plus méritoire d’en être parti et de se lancer dans cette aventure du PG, il aurait pu rester un tranquille sénateur de l’Essonne et finir sa carrière sans fracas, il a tranché en conscience et ce faisant a revisité ses idées, ses convictions, ses valeurs, en un mot il a usé de son droit d’inventaire personnel.

    Qu’en est-il ressorti ?

    Des confirmations socialistes et républicaines (Jaurès), de l’ouverture à un horizon culturel qui n’était pas le sien (écologie politique) et des mea culpa, (sur l’europe et sur le productivisme) sur l’europe sociale comme objectif et la stratégie politique telle qu’envisagée pour l’atteindre par le PS depuis 1984 et les couleuvres de plus en plus difficiles à avaler pour le plus grand nombre au vu des résultats concrets dans la vie des gens (Maastricht, TCE, Lisbonne), sur le productivisme et ses effets délétères sur l’écosystème mais également sur l’humanité dans ce qu’elle est dans chacun de nous, notre sensibilité d’être humain touché au plus profond quant à notre capacité de ressentir le beau, l’amour et de vivre pour et avec autrui.

    Alors, on peut toujours y voir un jeu, du discours, de la manipulation, mais alors je vous fais le même procès, je n’en sais pas plus de vous que de lui !

    Quel est votre objectif personnel ? Pour qui roulez-vous ? Tous vos discours ne sont que des postures pour faire avancer votre carrière ? …

    Avouez que ça n’est pas agréable de faire l’objet de telles insinuations ? Et peu m’importe les réponses à dire vrai, ces questions, je ne me les pose pas. Passons donc, …

    Pour ma part, j’étais électeur fidèle des Verts depuis 1992 (local, régional, national et europe), fidèle non à un parti mais à un corpus d’idées, à une tradition, l’écologie politique qui affirme que les dégâts au monde et aux hommes ont une cause commune, le capitalisme.

    Et qu’ai-je découvert depuis 18 mois ? Que l’opération marketing EE-LV a téléporté ce parti de la gauche du PS au centre politique, et qu’il n’y est plus question d’anti-productivisme mais de croissance verte, de développement durable bla bla bla…

    Bref, qui assume et honore aujourd’hui l’héritage écologiste si ce n’est le PG ?

    Ah oui mais ça, pour le savoir, il faut lire les textes du PG, écouter les arguments, comprendre la cohérence du projet …

    Manifestement, vos obsessions anti-politiques vous aveuglent et ne vous permettent pas de voir cela, c’est bien dommage, d’autres journalistes plus exigeants n’ont pas ces oeillères, je pense à Kempf, schneidermann ou plenel.

    Alors, vous pouvez toujours gloser sur cet homme, lui reprocher jusqu’à la rafle du Vel d’Hiv’ pourquoi pas, au vu de ses ascendances politiques si je vous suis bien, vous ne nous donnez à voir que votre côté obscur alors que l’on attendrai de la lumière.

    Bien à vous.
    Arnaud Delcourt

  49. Louise M écrit : « Ce n’est pas le peuple qui est responsable de la crise, pas plus de la crise écologique » Si je suis d’accord avec l’idée de son irresponsabilité sur l’aspect financier et le problème de la dette sur l’aspect écologique je dirais ah bon? demandez donc au « peuple » de renoncer juste un jour à sa sacro sainte bagnole! la journée sans voiture est un véritable fiasco! demandez leur :
    de faire l’effort de manger bio! ils vous répondront que c’est de l’escroquerie; se soucient-ils de l’héacatombe des abeilles dues à un usage brutal et uniquement tourné vers le profit des pesticides? d’éteindre leurs lumières obscènes de boutiques allumées alors que le soleil règne en maitre dans la rue..; ils vous répondront que vous voulez retourner à la bougie et que çà fait marcher le commerce (ce qui est faux). les parkings des grandes surfaces installées sur des zones agricoles sont remplis de consommateurs avides et aveugles; enfin ils vous disent aussi que tout cela est flippant et ne veulent pas voir le rapport entre leur consommation effrénée de pétrole et, par exemple cette gigantesque marée noire du mexique qui a tué des millions de créatures marines qui ne demandaient rien que le droit de vivre dans des eaux propres; alors non le peuple aussi a sa grande part, lui aussi est créateur de culture; et un vrai homme politique doit pouvoir dire tout çà à ce peuple qui n’est plus qu’un ramassis inculte de consommateurs qui vire les gens sincères et lanceurs d’alerte; ce peuple qu’il faut toujours manipuler pour en obtenir les suffrages.

  50. Fabrice, je crois que ton anticommunisme t’aveugle complètement. Je ne roule pas pour Chavez, loin de là, mais (par exemple) cet article sur la pêche, pris sur un blog que je ne connais pas mais qui ne semble pas partisan, pourrait te faire admettre que Chavez n’est pas SEULEMENT un démon communiste.
    http://www.cncd.be/Venezuela-quand-le-poisson-revient

    Pour Mélenchon (je ne roule pas non plus pour lui, c’est certain) mais il va assez loin dans le domaine écolo, c’est d’autant plus remarquable qu’il ne l’était quasiment pas au départ, obnubilé par sa conception sacralisée du TRAVAIL comme valeur quasi unique.

    Sur le féminisme (qui m’importe beaucoup en tant que femme) il n’est pas mal non plus.

    Je lui reprocherai son style « grande gueule » dont il a tendance à jouer un peu trop (mais il se soigne, je crois) et aussi de parler comme s’il était seul au monde: je me méfie beaucoup des politiques qui oublient qu’ils sont membres d’une équipe, d’une communauté.

  51. ….. »votre côté obscur »…. !

    Que la force soit avec toi, Fabrice !

    … »on attendrai de la lumière. »…..

    Et bien vous l’aurez en 2012, cette lumière, faites gaffe, elle risquerait d’être « aveuglante », comme en 81 !

  52. Cher Fabrice, mon propos n’était certainement pas de vous dénier le droit de donner des baffes a droite, a gauche, devant et derrière, sans distinction d’appartenance ! Je suis bien persuadé qu’il n’y a aucun soupçon de racisme, d’ethnicisme ou de communautarisme dans vos prises de position.

    J’ai saisi certains de vos propos pour souligner qu’il convient de parler des « satrapes » étrangers avec plus de circonspection que de nos « satrapes » de terroir. Car il peut y avoir des centaines de milliers de vies en jeu !

    Cela est assez évident si l’on observe avec un peu de recul les intenses campagnes de propagande dans les medias Occidentaux qui ont précédé les guerres néo-coloniales récentes, guerres qui n’ont eu d’autre but, et d’effet, que de réduire encore plus la résilience de ces sociétés et leur capacité a se débarrasser d’elles-mêmes de leurs propres « satrapes », en général mis en place par les services de renseignement mêmes qui les retirent aujourd’hui au prix de massacres épouvantables et a grand renfort de bombes a l’uranium appauvri et autres armes experimentales. Il y a en ce moment une tentative, probablement plus intense dans les pays anglo-saxons, de rapprocher certains mouvements apparemment de la « société civile » (comme Avaaz.org, qui a lancé un appel pour l’intervention en Libye) de la guerre et de la géopolitique d’Etat. Un article dans The Guardian le 30 Aout, était quasiment un appel a une nouvelle croisade :
    http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2011/aug/30/politicians-oust-foreign-tyrants-alternatives
    Il s’agit donc d’un danger de plus en plus grave, et le reconnaitre, loin d’être du « stalinisme intellectuel », est une nécessité !

    Très peu d’intellectuels malheureusement ont conservé le recul (et l’humour) d’un Robert Solé dans sa « Lettre Persanne », parue dans Le Monde le 25.09.07 et très judicieusement préservée ici :

    http://iran-3-9-2007.peyman.org/forum/4672_0-lettre-persane-par-robert-sole-sur-fond-ironique.html

    Je reconnais que ce n’est pas avec vous qu’il convient d’en débattre car dans le fond vous n’avez absolument pas pris part à cette évolution inquiétante, je dirais même au contraire ! Mais j’ai profité de certaines de vos remarques pour pointer du doigt ce problème, profitant de la tribune de qualité que vous avez créé.

  53. Votre indépendance de journaliste. Balivernes.
    Votre sens de la déontologie. Balivernes.
    Votre capacité d’analyse et d’argumentation. Balivernes.
    Votre bonne foi. Baliverne.
    Par contre vous êtes bien le stéréotype du journaliste moderne, c’est à dire qui exprime des réactions épidermiques, qui donne son point de vue au mépris d’une analyse pertinente. Cependant votre coté revanchard sur la vie, le pauvre galérien devenue journaliste et conseiller chez Bayard est la parfaite illustration du « parce que je le vaux bien » autoproclamé, symptomatique de cette société du « Je ». Enfin je vous souhaite une bonne route sur le chemin de la pensée nulle du journalisme contemporain, et j’espère que vous trouverez dans le futur un emploi chez BNP-Paribas dont un représentant est membre du conseil de surveillance du Groupe si tolérant qui vous garantie votre pitance. Vous me faîte le même effet que la fondation Hulot avec des partenaires comme TF1 (Bouygues), L’Oréal et EDF.
    Hypocrites.

  54. Je ne vais pas m’étendre sur un commentaire long et chiant. Juste pour dire que votre billet est complètement méprisable. Vous attaquez ad hominem J.-L.Mélenchon sans contredire finalement son argumentaire, ce qui est insultant pour un homme dont on doit reconnaître le combat pour ces idées et la sincérité de ces propos même s’il s’y oppose. Vous réagissez comme un adolescent, c’est pitoyable. De plus vous demandez à Mme Corinne Morel-Darleux de choisir entre le front de gauche et l’écologie, preuve que vous n’avez rien compris à l’écologie politique et aux divergences de ce point de vue entre EELV et le Front de Gauche. Pfff, voici une bel acte de résignation, Monsieur, propre à notre belle époque..

    Mathieu Beau

  55. bénédicte : bj moi quand je dort pas ou je pense a trop de chose j’écoute ceci.
    01
    Giuseppe Verdi – Nabucco : Va pensiero, su l’ali dorate (Choeur des esclaves

    Giuseppe Verdi – Le Trouvère : Acte 2 – Vedi le fosche notturne spoglie (Choeur des bohémiens

    Et depuis je suis plus calme et reflechi

  56. Bonjour Fabrice,

    lorsque vous dites
    « Aucun de mes glorieux adversaires mélenchonistes ne se hasarde à répondre sur le terrain des questions et des faits évoqués »

    je ne vois pas à quoi vous faites allusion ??

    en relisant bien votre billet, les arguments que vous avancez sont :

    – Melenchon, ancien trotskiste, ps, un homme du passé, pro chavez
    – 1700 euros/mois c’est impossible parceque le sud, la crise ecologique…
    – la pauvreté est l’horizon indépassable de notre avenir commun

    donc en gros, je ne vois AUCUNE question mais uniquement des affirmations.

    maintenant si ce sont « ça » vos questions, alors les réponses vous sont données justement dans les commentaires ou la réponse de Morel-Darleux.

    bref, sans être pro-melenchon ou pg, j’avoue que j’aimerai bien que vous soyez plus claire sur ce que vous attendez parceque là, ça fais un peu…procès d’intention.

    bref, une méthode assez politicienne pour le coup je trouve.

  57. Dénoncer une proposition d’augmentation du smic, c’est effarant de stupidité. Si vous voulez réduire les salaires, diminuer le smic, pourquoi pas éradiquer les minimas sociaux, vous êtes mûr pour rejoindre l’UMP.

    OUI A L’AUGMENTATION DU SMIC !

  58. @ RV;
    Je ne revendique rien du tout contrairement à d’autres!

    Vous confondez opération spéculative et calcul informatique?

    En Belgique on a re-capitaliser Fortis avec de l’argent publique pour la revendre à BNP; et a vue de nez il va falloir bientôt ré-injecter des fonds publique dans cette même banque… Pourtant ils en ont fait du bénéf!

    Le co-développement; c’est un nouveau nom pour colonie???

    Favoriser les activités socialement utiles? Comme les titres services??? Un majorité de travailleuses pauvre qui coûte plus cher à l’état qu’un chômeur.

    Ben vous faites ce que vous voulez monsieur RV, mais moi je vous dis que vous êtes loin de vous affranchir de l’esclavage.

    Vous vous revendiquez d’un programme qui place l’humain au centre en lui collant des taxes pour qu’il apprenne à consommer!
    Moi je me revendique de l’humain responsabilisé et autonome!

  59. ben alors pourquoi il est resté si longtemps au PS,juste pour faire celui qui serait plus a gauche,on se marre ,mais de quoi,mystère,ben non,il fait parti des idéologues,les pires,les coupeurs de tête rougeâtre,le tribun,genre Danton,il n’a jamais été antinucléaire,ni ecolo,il en met un peu,faut bien s’adapter au changement ,mais la naiveté de certains devient suspecte,croire en ,mais rien n’est crédible chez cet homme,en tout cas rien qui est a voir avec Terre Mére et l’Ecologos!

  60. Dernier round (pour tous les mélenchonistes),

    Non, je n’y prends pas goût. D’ailleurs, j’arrête ici quels que soient les commentaires qui suivront. Tous les mélenchonistes ne sont sûrement pas des imbéciles, mais je vois que beaucoup de ceux qui interviennent ici le sont. Ma foi, ce n’est pas une énorme surprise.

    Pour Seb néanmoins, je me référais à mes propres commentaires, qui ne figurent pas, par définition, dans le billet. Et je me réfère aussi à d’autres articles de Planète sans visa consacrés à Chávez (pour faire plaisir à ce magnifique Smicard : Chávez est un salaud http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=590), Mélenchon, le trotskisme, le parti socialiste, et même le smic. Il suffit, mais je crains que peu ne souhaitent en faire l’effort, de taper des mots clés dans le petit moteur de recherche en haut et à droite.

    Pour le reste, les insultes de gens comme vous me sont des mots doux. J’ai choisi mon camp il y a bien longtemps, et ce n’est pas le vôtre. Si vous n’étiez aussi ignorants, vous sauriez d’ailleurs lequel. J’en suis fier, car jamais une crapule stalinienne n’est entrée ni n’entrera dans mon panthéon personnel. Je suis contre tous les petits et grands chefs de ce monde, et donc fatalement contre vous.

    Fabrice Nicolino

    PS1 : le propos de ce soi-disant smicard m’a arraché un sourire. Tant de sottises en si peu de mots ! Nous vivons dans une société mondiale, mon cher monsieur, où les gueux n’ont rien. Je suis, j’ai toujours été et serai toujours pour l’égalité universelle. Et justement : universelle. Autrement dit, non pour augmenter la part déjà insupportable de richesses matérielles que s’octroie le Nord. Je suis pour une discussion sincère sur les notions décisives de richesse, de pauvreté, de misère, et pour une mise en question radicale de l’aliénation par la possession de biens matériels. L’objectif ne saurait être, à mes yeux, de donner de quoi acheter un téléphone portable aux pauvres de notre Nord. Mais de commencer à poser la question des objets et de leur usage. Mais je ne parle plus depuis longtemps à monsieur Smicard, qui ne pense rien, mais aux autres.

    PS2 : Il est proprement fantastique de voir tant de gens prétendant rebâtir le monde refuser à ce point l’histoire et ses leçons. Fantastique, vraiment. L’histoire du mitterrandisme, celle du trotskisme policier version OCI, celle du parti stalinien n’auraient aucun sens. Et il faudrait donc enterrer le passé. Ne comptez pas trop sur moi.

  61. Bravo pour cet article courageux!!!
    La pensée économique qui en jaillit par moment est comme toujours limpide et puissante à la fois et fait penser dans sa simplicité à cette frugalité à laquelle nous aspirons tous. Quel puits de lumières ce site.

  62. Eh ben dis donc…

    Quel mépris dans cet article, et dans vos commentaires, pour les pauvres cons comme moi qui espèrent un avenir meilleur, un monde plus juste, et toutes ces sortes de considérations bassement matérielles, pour l’ensemble de l’humanité…

    Je ne savais pas qu’être sympathisant du Front de Gauche était antinomique avec l’écologie.

    Stalinien, vous dites ? L’impression que j’ai, moi, c’est que vous n’êtes pas exempt de cette maladie… Et c’est vrai, ça me rend triste.
    Moi qui croyais naïvement que c’était ensemble que l’on pouvait changer le monde.

    Et j’espère pour vous, sincèrement, que, du haut de votre tour d’ivoire, revêtu de votre uniforme de chevalier blanc :

    – vous ne vivrez jamais au RSA
    – vous ne serez pas trop seul…

    Bonne journée.

  63. Vous êtes bien plus anti-Mélenchoniste qu' » » »écologiste » » ».

    Je préfère nettement un Paul Ariès qui prend le chemin de la décroissance…

    Puis bon, vous n’êtes pas si jeune que ça, la période hippie a elle aussi révolue en son temps…

    A vomir.

  64. Merci d’avoir pris le temps de répondre fabrice.

    Ceci dis j’ai un problème, vraiment, quand vous parlez du parcours de melenchon.
    Ce monsieur, qui viens du trotskisme, du ps, qui a voter oui a maastricht a me semble t’ il bien changé. Il quitte le ps a 50 balai plutôt que de rester tranquille chez lui, c’est vraiment converti a l’écologie car c’est justement ce qui lui a redonner l’envie de lutter, et vote non au traité de lisbonne.
    Bref, la définition même d’un parcours. On fais des erreurs, on ne vois pas tjs les choses du bon angle…mais si vous commencez par dire que son passé représente l’identité d’une personne et qu’on ne peux changer…alors pourquoi lutter ? Ne vous êtes vous jamais trompé ?
    Ensuite, les leçons de l’histoire cest bien…mais il me semble que ce monsieur n’apelle pas les gens a descendre dans la rue le couteau aux dents, mais a utiliser son bulletin de vote.
    Ensuite un amical a 1700, a partir du moment ou on me dis comment ça se finance, ne me choc pas. Le pdg de total gagne 3 millions d’euros par an et lui vous expliquera bien comment il fais…l’inverse n’est pas impossible.

    Mais l’ histoire nous apprend aussi autre chose. Sans projets concret politique, les peuples en souffrance se tournent sois vers l’extrême droite, sois dans un enlisement ideologique qui finie toujours par profiter aux puissants.

    Pour le moteur de recherche, désolé de ne pas l’ avoir utilisé, mais votre propos sur les. Melanchonistes ne précisais pas que vous faisiez allusions a d’autres notes (mais je vais regarder pour le coup)

  65. Monsieur Nicolino, si je vous ai répondu de manière primaire dans un commentaire (censuré), c’est parce que votre article l’est tout autant.

    Pour Chavez, c’est peut-être un salaud, ça n’en fait pas un satrape pour autant.

    Pour le smic, je pense qu’il faut globalement réduire l’empreinte physique anthropique sur la planète, ça implique de réduire très sévèrement les richesses, oui, mais des riches !

    Je suis partisan du partage des richesses, de l’égalité sociale et des luttes sociales et écologiques.

    Pour le smic, je ne le touche effectivement pas, je touche deux fois moins (chômeur).

    J’ai lu votre lien, pour l’Amérique latine, vous parlez somme la droite conservatrice, désolé de le dire, c’est un fait.

  66. Ben mon vieux ! Je suis abstentionniste car contrairement aux croyants en la démocratie des urnes rien n’a jamais été changé par ce biais puisque le capitalisme n’a jamais autant prospéré que depuis que le vote existe. Mais lorsque je lis ici les commentaires des mélenchoniens je me dis que finalement il n’y a pas grande différence entre le votard de droite et le votard prétendument de gauche.
    Comme le disait si bien Elsa Morante :
    «  Une foule lucide qui affirme la liberté de l’esprit offre un spectacle sublime. Une foule aveuglée qui exalte le pouvoir offre un spectacle obscène. Qui se rend responsable d’une pareille obscénité ferait mieux de se pendre. »

  67. Votre citation n’est pas bien situé dans le contexte d’autant que le pg est loin d’avoir le moindre pouvoir 🙂

    ensuite, je ne suis pas naïf, je sais que notre démocratie n’est que de façade (oui j’ai lu tocqueville et de la boetie) mais permettez qu’avant d’en venir aux mains ou l’emergence d’une nouvelle société que nous aurions tous voulu en même temps (?) on puisse au moins tenter les moyens légaux a la dispositions de tous.

    si vous pensez que l’action du plus grand nombre peux retourner les cartes…j’en pense de même avec le vote.

    Ça va être dur de me traiter de stalinisme maintenant…

  68. Monsieur SMICARD,

    Je n’interviens que pour redresser une erreur. Vous n’avez évidemment pas été censuré. Pour être censuré, voyons, il faut le mériter.

    Fabrice Nicolino

  69. bonjour,
    M. Nicolino, je suis attristé de voir votre article. Parce que au fond je pensais que je vous aimais bien, vous et vos bouquins. Je garde vos bouquins (certains) et je jette le bonhomme. Faites vous cette différence entre Mélenchon, ses idées, et le Front de Gauche? Non. Par votre conception policière de l’histoire et des hommes, vous niez toute la dynamique collective présente au Front de Gauche (pas rempli de mélenchonnistes mais de citoyens impliqués). Vous niez toute la dynamique humaine : Mélenchon peut avoir été membre des jeunesses hitlériennes je m’en secoue le pompon si maintenant il est ce qu’il est : un espoir pour la prochaine présidence.
    Philosophiquement vous êtes de la posture du sage sur son rocher qui distribue des leçons de morale et de bien-pensance, vous êtes le moine qui rappelle la vraie foi avec sa bible en guise de cerveau sans mouiller la bure dans le débat contradictoire.
    Votre philosophie est une philosophie de victimes : il faut souffrir beaucoup car les pauvres du Sud souffrent, il faut se détester en tant qu’occidentaux car certains de notre société ont mal agi dans le passé. J’ai envie de vous parler de Nietzsche, de volonté de puissance, de la joie fulgurante qui nous rend hommes, contre le ressentimment qui nous rends rats. Or je ne vois que ressentimment et bassesse dans cet article.
    Rémi, paysan pas au smic

  70. @ Seb

    Si, la citation est parfaitement adaptée car elle vise non seulement ceux qui ont le pouvoir mais aussi ceux qui veulent y accéder. Que vous pensiez arriver à un changement grâce au vote je l’accepte, mais les faits qui sont têtus montrent très exactement le contraire : partout où le vote existe le capitalisme à étendu son emprise. Car il vous faut bien admettre une chose c’est qu’état et capitalisme sont liés comme les deux faces de la même pièce. Donc continuer à voter et à croire en l’homme ou au parti providentiel, mais vous pouvez être sûr qu’au prochain Grand Soir succédera le Petit Matin Blême.

  71. @wuwei

    et bien voilà, finalement nous sommes daccord…a la différence prêt que vous n’avez pas lu le programme du fdg.
    Et si ça avais été le cas, vous sauriez que la première mesure du fdg serait une constituante pour le passage a une VI ème république.
    Pourquoi faire me direz vous ? Et bien justement pour que la politique ne sois plus un métier dans laquelle on fais carrière (plus de cumul, renforcement des pouvoirs parlementaires au détriment de ceux du président, renouvellement régulier du corps électoral …)
    Bref. Je vous invite a lire ça car le but est justement que le pouvoir reste dans nos mains.
    En gros, le fdg a juste fais un programme avec ce que vous souhaitez dedans…

  72. @wuwei,
    « Que vous pensiez arriver à un changement grâce au vote je l’accepte, mais les faits qui sont têtus montrent très exactement le contraire : partout où le vote existe le capitalisme à étendu son emprise. Car il vous faut bien admettre une chose c’est qu’état et capitalisme sont liés comme les deux faces de la même pièce »

    100% d’accord avec vous.

    Il n’est question nulle part de sortir de la société capitaliste marchande, de la forme de vie capitaliste, du travail-fétiche, et ses catégories de base (travail abstrait, l’argent ,la valeur,la marchandise).

    Juste de ramener le capitalisme ultra-libéral à un capitalisme à visage humain, keynésien avec un État fort,un capitalisme du Plan, qui ne produirait que ce qui socialement utile -rires- (pour qui ?), l’utilité est une tautologie (Gilbert Rist le montre dans son dernier livre -L’économie ordinaire entre songes et mensonges, 2010-, « est utile ce qui est utile »)

    De faire payer ces crevards de spéculateurs, d’ultra-riches, de paradis fiscaux, véritables bouc-émissaires responsables de la captation extérieure du bon capital productif national !

    Sans jamais voir que le capitalisme ultra-libéral n’est que la suite logique de son prédécesseur keynésien dans la décomposition du capitalisme qui nous traîne tous avec lui en faisant toujours plus de non-rentables pour cette machine-travail.

    Que même muselé et adouci, ce capitalisme, au moindre pet, à la moindre crise de la valorisation, ça repart comme en 40 !

    1700€, pour acheter quoi ? une voiture, un téléphone portable, un wii, de red-bull, un blu-ray d’Avatar ?

    Il faut dépasser le travail et non se le réapproprier, sortir de l’économie c’est là une voie d’émancipation (en brisant l’envoûtement fétichiste de la marchandise et du travail).

  73. @ Erick , un peu de musique au coeur de cette tempête égocentresque qui sonne en bis repetitas ? je prends ! Il y a aussi le choeur des paysans dans Mireille de Gounod qui rappelle les textes chantant de Frédéric Mistral , Les notes de Debussy qui tombent en cascade pour évoquer la pluie, mais rien ne me calme davantage que celui des herbes folles dans le vent .

    @ PP j’avais déjà été sur votre site . J’en profite pour dire « bravo pour vos actions » .

  74. @ Seb

    Le problème et il est de taille, c’est qu’à 60 ans la liste des promesses que j’ai entendues de la part d’hommes et de femmes politiques et qu’ils (elles) ont oubliées une fois arrivé(e)s au pouvoir est tellement longue qu’à côté le catalogue de la Redoute fait figue de simple calepin. Alors le sort du programme de FDG suivra le même chemin que tant d’autres : celui de l’oubli et du cimetière des promesses non tenues.
    Bien à vous

  75. Je suis arrivé ici par hazard, par un lien twitter. Je suis assez choqué des propos tenus par Mr Nicolino sur Jlm.

    Une des choses constructives de ce billet est de laisser les commentaires ouverts; et alors apparaissent ci et là quelques vibrantes couleurs à ce tableau occis.

  76. Hé bé… quel déferlement!

    Dommage, car ça méritait d’être argumenté vraiment, cette histoire de Smic et de RSA. Suis pas sûre, Fabrice, que le Smic, même à 1700 euros, permette tant de gaspillage que ça. Déjà, rien que le loyer, ça t’en bouffe une bonne partie. Rajoute la bagnole et l’essence, quasi obligatoires pour bosser. Si tu es seul, tu peux faire mumuse avec quelques gadgets en plus, mais c’est même pas sûr.

    Sans doute, il faudrait changer de vie, changer la vie. Mais ils font quoi en attendant, ceux qui vivent comme ça?

    Et aussi: supposons qu’on accepte de vivre avec moins. Tu crois vraiment que ce sont les peuples du sud qui en profiteront? Macache, tout ça ira encore grossir ce fleuve imbécile de finances virtuelles qui menace de tout engloutir, avant même que le naufrage écologique que tu prévois en ait eu le temps.

    On a fait l’expérience avec « travailler moins pour travailler tous ». Ça a juste abouti à resserrer les rythmes de travail à la limite du supportable, limite parfois dépassée: se suicider pour son boulot, tu imagines ça? Et ça n’a guère profité aux autres, le chômage a continué de s’aggraver. Pire, ça « leur » a permis d’aller plus loin, les vieux continuent de travailler plus longtemps, les jeunes poireautent pour avoir un peu de stabilité dans leur vie.

    Les pays du sud, c’est par leurs propres moyens qu’ils vont se tirer d’affaire. Peut être nous donneront-ils des leçons.

  77. Le bonjour d’un créateur d’une AMAP.

    J’avais été assez choqué de vous entendre dire, sur une radio, que vous ne votiez pas.
    Pourtant, alors que vous avez portés une partie du combat anti gaz de schistes, votre logique politique s’arrête là. Pourquoi pas. Rester sur une logique d’opposition, de résistance, et finalement, de petit pas en avant, et de grand recul qui caractérise notre génération.
    Pourtant, aucun homme politique ne trouve grâce à vos yeux. Ni chez les verts, ni chez le front de gauche.
    Pourtant, n’ayant pas votre regard désabusé sur la politique, je lis les programmes consciencieusement depuis quelques décennies. Et je souligne bien, les programmes, et pas les promesses. Et depuis toujours, les programmes sont déroulés par les gouvernements au pouvoir, à 80% du contenu, à droite comme à gauche. En effet, c’est le logiciel politique : ils n’auraient pas la possibilité de faire autrement, sauf à perdre la majorité à l’assemblée, si par erreur, un gouvernement ne déroulerait pas le programme.
    Alors, sur étude comparative, j’ai aussi étudié celui des Verts, du Front de Gauche, du PS, et même de certaines motions PS, comme celle de Montebourg.
    De l’avis même de militants verts, le programme du Front de Gauche est béton, notamment parce ce que le dossier « écologie » a été écrit par des têtes du « contre grenelle » de l’environnement. Sobriété, efficacité, renouvelable.
    Le problème est donc où ? Le SMIC à 1 700 €, qui ferait frémir de peur le premier malthusien décervelé ?
    Et bien non : la décroissance, c’est surtout un meilleur partage des ressources, y compris dans notre pays. Et au SMIC actuel, nombreuses sont les familles qui se nourrissent de façon dégradée, avec des achats dans des hangars, sur palette, n’ayant pas la possibilité de cultiver un jardin.
    Je ne suis donc pas d’accord avec vous, votre sectarisme vous a coincé dans un placard devenu trop étroit, et c’est de la haine qui transpire maintenant.
    J’écoutais hier Frédéric Lordon, économiste des plus radicaux, qui vantait 2 programmes politiques actuels : celui de Montebourg et de Mélenchon, mais pas un mot pour les Verts, pourtant porté par la très juste Eva Joly.
    C’est toute la différence avec vous : radical, Lordon l’est. Mais il sait lire, éplucher les programmes, les juger, et les décrire, en conscience, pour aller voter.

    Ah oui, j’oubliais, vous ne votez pas. Donc acte…

  78. @wuwei et @lionel

    si ça peux vous consoler, à 40 ans, j’en ai entendu aussi des couleuvres de politiciens, j’y ai cru – parfois – et me suis fais avoir – souvent. donc de ce coté je vous rejoins complètement.

    Mais alors vous me direz, pourquoi aller voir le FDG ? et bien simplement parcequ’ils proposent quelquechose de « relativement » faisable parceque d’un part, ils restent dans un système d’ordre keynesiens (le coté relativement faisable) mais, d’autre part, change le plan institutionnel pour redonner le pouvoir au plus grand nombre.

    et c’est ça qui m’intéresse. Car je ne crois pas au grand soir, je ne crois pas qu’on puisse d’un coup de baguette magique faire comprendre aux gens le délire de cette société de consommation, du capitalisme…parcequ’au bout du compte et quoi qu’on en dise, la masse y trouve son compte et/ou est endoctriné.

    Donc je me suis dis que cette idée du FDG, qui rompt, quoi qu’on en dise, d’une façon formel avec le bipartisme pro-capital actuellement en place était le bon angle d’attaque pour alimenter enfin le débat de société et que les propositions viennent du bas, et non plus du haut, avec des technocrates coupés de la réalité.

    pour moi le FDG est un moyen,une première étape, mais qui à l’avantage d’être soluble avec « l’esprit ambiant » tout en permettant aux citoyens de se réapproprier une partie de leur choix d’avenir de façon légal et rapide (le vote).

    Après, j’ai envie de dire, tout serait possible…

    il suffis qu’un pays occidental donne l’exemple…mais il en faut un !

  79. Cultive ton jardin,

    Si j’interviens de nouveau, c’est de ta faute, sois-en certaine. Je maintiens bien entendu que la plupart des mélenchonistes qui ont écrit ici sont des abrutis. Mais tous ne le sont évidemment pas. Et je te connais assez pour savoir qu’il me faut mieux m’expliquer, même si je l’ai déjà fait des dizaines de fois ici depuis quatre ans.

    So what ? Le smic à 1700 euros ? Il faudrait être une crapule pour refuser – surtout si ça ne coûte rien, surtout quand on le réclame du haut d’une tribune électorale – une augmentation du salaire minimum. Seulement, la question n’est pas là. Transformer la revendication sociale en une demande monétaire est déjà une défaite consommée. De la sorte, on maintient l’ensemble de l’édifice en faisant croire que la voie est dans l’augmentation du salaire. Moi, je le conteste radicalement. J’ai dit de nombreuses fois qu’une société humaine doit assurer l’essentiel à ses membres. À savoir un toit, une assiette pleine, le droit à la santé.

    Tout le reste doit pouvoir être discuté, et contesté. Quand un Mélenchon défend cette thèse d’un smic à 1700 euros, il prend position, selon moi, pour la société des objets inutiles, à commencer par ce maudit téléphone portable que tant de pauvres s’arrachent.

    Il y a pire. Qui tient en peu de mots. Trois en réalité : la crise écologique. On n’a évidemment plus le droit de réclamer ici des augmentations de salaire sans replacer l’ensemble des mesures souhaitées et souhaitables dans le cadre qui convient. Celui d’un monde qui détruit les bases de la vie pour tous, smicards compris. Il va de soi que je suis pour l’expropriation de toutes les fortunes, sans considération aucune. Car ces fortunes sont non seulement une insulte au monde, mais aussi un rempart contre le changement nécessaire.

    Mais sur cette planète épuisée, il faut accepter de voir que les pauvres du Nord sont les riches de la terre. Je ne dis pas cela – encore heureux ! – pour les culpabiliser. Je le dis parce qu’il est temps de parler librement, et franchement. Les pauvres du Nord ont à perdre – de l’argent, des objets – dans la remise en cause de l’ordre mondial, dictée par l’apparition de limites physiques infranchissables. Ils ont à perdre, mais beaucoup à gagner sous une forme méprisée, et même ignorée par les Mélenchon d’ici et d’ailleurs. Je veux parler de beauté, de sagesse, de solidarité, de fraternité. Toutes choses qui n’ont évidemment aucune valeur monétaire.

    Mélenchon est du passé car il n’a rien compris à ce qui fait la nouveauté complète de la situation. Les écosystèmes se moquent de ses moulinets et de ses fadaises. Les écosystèmes menacent ruine. Pas demain. Pas dans une autre vie. Dans celle-ci, et maintenant. Il faut s’attaquer, d’une manière encore jamais vue au niveau de production et de consommation, en commençant par le Nord. Le dérèglement climatique, mère de toutes les menaces, oblige à mener le combat CONTRE la production. Il ne peut plus être question de revendications matérielles. Ce qui ne veut pas dire, évidemment, renoncer à se battre. Il faut envisager avec sérieux la destruction de l’organisation sociale et industrielle existante. Et donc s’en prendre sans hésitation aux puissants, mais sans jamais oublier le sort des uns et des autres. C’est par une vaste coalition inédite entre la partie consciente du Nord et les naufragés du Sud qu’on doit chercher une voie, aussi incertaine soit-elle. Mélenchon n’est jamais qu’une sorte de Jules Guesde qui se prend pour Jaurès. Je le trouve ridicule, quand d’autres en font un héros. Ma foi, il semble que nous ne voyons pas la même personne. Une chose me paraît certaine : ses partisans, à l’exception de quelques-uns, je veux le croire, n’ont jamais ouvert un livre rapportant l’étendue et la gravité de la crise de la vie sur terre. Leurs cris, dans ces interminables commentaires publiés ici, ne démontrent qu’une chose : leur vide. Leur incroyable et insupportable vide.

    Cultive ton jardin, le bonsoir.

    Fabrice Nicolino

  80. @Fabrice Nicolino

    ce que vous dites est totalement juste et je ne le remet nullement en cause.

    mais la question qui m’intéresse, c’est « comment y arriver ? »
    je vous l’ai dis, je ne crois pas au grand soir ou à la révélation soudaine des foules ou, encore plus improbable, à un changement productif radicale du système.

    tant que la finance sera au commande, tant que la majorité des peuples des pays du nord-dominant ne créveront pas la dalle, de soif, auront un toit (même insalubre, même un centre d’accueil), bref, tant qu’on ne touchera pas à l’un de nos besoins vitaux et que l’on nous laisse dans une sorte d’entre-deux, entre pauvreté et misère, que les médias tourneront à plein tube pour dévisser les cerveaux…

    alors rien ne viendra, ou de façon sporadique (manifs, actions médiatisés…). Et comme vous le dites, l’histoire nous le montre très bien (point de départ de presque toute révolutions)

    donc 2 choses :

    – on attend (tout en luttant au quotidien) cet état de fais, l’effondrement systémique du système financier qui viendra sans doute avant la rupture écologique, pour mettre en branle la société civile

    – on essaie aussi de passer par les moyens de notre temps, ceux qui sont partagé de tous, à savoir l’outil politique

    et là, le FDG – du moins dans mon raisonnement – est LE moyen pour accélerer les choses.

    si vous êtes capable de me prouver et m’assurer que les peuples seront capable de repeindre le système en blanc, alors qu’il est noir, avant que la catastrophe ne vienne taper à leurs porte pour leur rappeler que « c’est vrai « , je veux bien vous suivre.

    d’autant que je vous remarquerai qu’ici même, sur votre blog, vous en êtes réduit à traiter des gens; de stalinien, d’abruti ou de « creux », parcequ’ils n’on pas lu, pas compris etc…
    et en retour, vous vous prenez des commentaires de fanboy excédé (ah l’orgeil humain…), puis vos fanboy s’en mêlent et ainsi de suite

    bref, votre méthode de convaincre de l’urgence me semble insuffisament efficace (face à l’urgence) et ne fais que me conforter que les beaux discours / écrits / thèses, ne peuvent arriver rapidement à maturité dans le réel sans un support politique, qui, je le précise est amené à être dépassé.

  81. Il y a cette dichotomie , d’un coté le : « Je veux parler de beauté, de sagesse, de solidarité, de fraternité. Toutes choses qui n’ont évidemment aucune valeur monétaire. »

    Puis de l’autre :

    « Leurs cris, dans ces interminables commentaires publiés ici, ne démontrent qu’une chose : leur vide. Leur incroyable et insupportable vide. »

    « ses partisans, à l’exception de quelques-uns, je veux le croire, n’ont jamais ouvert un livre rapportant l’étendue et la gravité de la crise de la vie sur terre. Je maintiens bien entendu que la plupart des mélenchonistes qui ont écrit ici sont des abrutis. »

    Que cultivez vous vraiment ?..

  82. Fabrice, je souscrit :

    « Les pauvres du Nord ont à perdre – de l’argent, des objets – dans la remise en cause de l’ordre mondial, dictée par l’apparition de limites physiques infranchissables. Ils ont à perdre, mais beaucoup à gagner sous une forme méprisée, et même ignorée par les Mélenchon d’ici et d’ailleurs. Je veux parler de beauté, de sagesse, de solidarité, de fraternité. Toutes choses qui n’ont évidemment aucune valeur monétaire. »

    A Kolkata, certains pédaleurs de rickshaw ont des téléphones portables. Pas pour la frime, mais pour survivre. Ça ne veut pas dire qu’ils mangent a leur faim ou peuvent se soigner ! Les jeunes des bidonvilles ont des copies chinoises de « Blackberry », dans quelques années ils auront les « vrais », car Blackberry devra s’aligner sur les prix Chinois pour survivre. Les conditions économiques du Nord et du Sud se rapprochent, et la direction que Fabrice décrit est la seule possible de toute manière. S’il faut que tout le monde en prenne conscience ce n’est même pas pour rendre possible cette évolution puisqu’elle est inévitable, mais pour que les gens ordinaires soient mieux a même de l’aborder selon leurs termes, et d’empêcher l’élite dominante et leurs menteurs professionnels de tout saccager d’avance. Et s’il faut que les « gens ordinaires » reprennent du pouvoir ce n’est pas seulement par souci de justice, mais aussi parce que la créativité de tous est indispensable pour éviter des erreurs épouvantables.

  83. Bien, je suis frot-de-gauchiste et voila mon commentaire:
    premièrement, quand un programme vient de sortir, et si l’on veutt émettre une quelconque critique à son égart, il faut le lire. Vos propos sont criblés de contre-vérités à propos de ce qui a été écrit.
    Que vous ne soyez pas d’accord sur les propositions, aucun probllème, vos avez le droit! au contraire même : il est là pour en débattre.
    Mais de grâce, n’insultez pas les gens à dire que ce sont des abrutis, il faut que vous sachiez qu’il y a aussi des gens pas trop bête, de toutes les conditions. Chosse incroyable même, il y en a qui ont fait des études plus longues que les votres!!!
    Vous dites que mélenchon est du passé, soit, c’est la critique d’un argumentaire à tout épreuve, très pratique lorsque l’on a plus d’idée dans son sac. Mais en vérité, l’intéret du PROGRAMME DU FROT DE GAUCHE (et pas juste de mélenchon), est q’il s’attaque à tous les compartiments possibble et propose un ensemble cohérent, qui s’attèle également à régler le problème du réchaffement climatique par une réorientation industrielle et agricuulture (donc il y a effectivement une volonté écologique contraiirement à ce que vous dites), d’ailleurs si actuellement nous attendons, jamais nous n’aurons le moindre changement. Cela va également complètement modifier la donne au niveau des échanges Nord/Sud puisque que nous ne feront plus s’engouffrer nos tonnes de produits industriels et alimentaires de seconde vie qui ruine l’agriculturet l’économie du Sud. BRef, c’est un projet de société. Et j’ai l’impression que c’est là que se pose le problème, car vous tous n’arrivez pas à le concevoire.
    Mon vide, come vous dites, se porte sur un programme vaste, son débat, et une réflexion de font sur un changement de société et d’échanges. Vu que vous êtes encore fort loin de cela, on appelle cela comment : du néant?

  84. Fabrice, votre accusation de « stalinisme mental » se contredit elle-même: Justifier le massacre de centaines de milliers de personnes en Irak par le caractère immoral de Saddam Hussein, c’est du « stalinisme mental », qui « concentre le regard sur certaines plaies et le détourne dès qu’il est nécessaire ».(et Madeleine Albright fut donc une « stalinienne mentale », je ne parle pas de Rumsfeld & Cie qui eux furent trop intelligents pour être des « stalinien mentaux » mais furent tout simplement des criminels), Justifier les 50 000 victimes des bombardements de l’OTAN en Libye par le caractère immoral du colonel Kaddhafi, « stalinisme mental » au mieux, crime planifié au pire. Et les « fleuves artificiels » vont resurgir, puisque l’argent et la mentalité pour les faire n’ont aucunement disparu sous les bombes. Préparer l’acceptabilité d’une guerre contre l’Iran au motif que son président, Ahmadinejad serait antisémite est aussi du « stalinisme mental », surtout au vu que l’Iran n’a attaqué aucun pays étranger depuis au moins un siècle.

    Je n’arrive pas a retrouver la citation de Emmanuel Lévinas, mais j’ai fait l’erreur (assez grave par rapport a un philosophe de cette envergure) de ne pas citer la seconde partie. Voici ce dont je me souviens: « Je ne m’autorise pas a m’exprimer sur Israël car je n’y vis pas, je ne participe pas a cette haute et difficile aventure » C’est de mémoire, mais je ne crois pas avoir tronqué le sens. Je crois qu’il faut prendre cette phrase avec la plus grande gravité et au pied de la lettre. (Je m’abstiens de jugements arrogants sur Israël et la Palestine après avoir réfléchi sur cette phrase). Etre Iranien aujourd’hui, c’est aussi une haute et difficile aventure. (Avoir Ahmadinejad comme président rajoute peut-être a la difficulté mais qui sait, ce n’est probablement même pas la pire.) Il y a beaucoup trop de péroraisons arrogantes et guerrières dans les médias, trop de gens qui oublient que les pensées pour exister doivent être portées par des Humains de chair et de sang.

    Je maintiens donc mes propos.

  85. (Je ne veux pas suggérer que Madeleine Albright n’était pas intelligente… Mais envahir l’Irak fut la perpétuation consciente du mal, donc pire que ce que Albright a fait il me semble.)

  86. Qu’est ce qui est le plus important?
    La dérive totalitaire actuelle (loppsi3,clinatec…),le risque nucléaire, la paupérisation de la planète,les guerres pour le pétrole, le risque de ravages par l’exploitation des gaz de schistes, les nuisances des intégristes et des scientistes… ou la vie de Mélenchon, de Hollande ou de Fillon?

    Pour moi les projecteurs ont été mis en place sur Mélenchon pour brider le parti de gauche qui avait fait une percée aux régionales de 2012, notamment en passant devant le ps et l’ump dans certains cantons lors de la triangulaire du Limousin. Maintenant qu’il soit opportuniste ou non, je m’en fout, je ne suis pas dans un parti et cela ne changera pas grand chose à la situation actuelle.

  87. Il serait temps de passer à une 6ème république avec suppression de la présidence de la république pour éviter cette personnalisation mais aussi du sénat et d’un de ces 2 échelons en trop : communautés de communes ou conseil général.

  88. @ Salut Cultive ton jardin;

    C’est tentant hein, juste se dire qu’on aurait assez, qu’on ne se tracasserait plus pour une facture,le loyer, ou le chauffage…
    Sa ne marche pas, l’année dernière le front des gauches proposait un smic de 1500 euros (c’était Besancenot je crois?)… Et là ils le proposent à 1700 (et puis dans les plus pauvres qui a encore un smic?)
    Si l’argent est en grande partie virtuel, il ne faut jamais oublier qu’une partie ne l’est pas… Sa valeur dépend de matières premières!

    Ici on fonctionne depuis un moment sans gouvernement, cela leur a permit de faire tourner un pays en pleine tourmente financière, la Belgique a limiter les dégâts sans prendre de décisions d’austérité comme partout ailleurs en Europe… Cela n’a pas empêcher le creusement de la fracture sociale!
    On a notre indexation des revenus dés que l’inflation est là… Et pourtant ici aussi des gens finissent par dormir dans leur voitures aussi! Il y a un bug.

    Mes élus écolos font ce qu’ils peuvent, je « tape » souvent dessus, mais je sais qu’ils font ce qu’ils peuvent et qu’ils doivent gouverner avec d’autres!
    Je le sais parce que j’ai beaucoup d’amis parmi eux! Mon bourgmestre(maire) s’est fait « lyncher » il y a quelques mois.. Officiellement « entarté »; mais cela n’avait rien d’un entartrage!
    Il s’est retrouvé devant une foule en colère à Verviers où un projet de centre commerciale moche et appauvrissant avait été accepté.
    Je sais que ce projet était accepter à contre coeur; je sais que ma commune a été bien gérée depuis quatre ans que les écolos sont là!
    Les logements sociaux sont rénové et isolé… Mais il faut toujours une liste d’attente de plus de deux ans pour y avoir accès…
    Je sais aussi que ces même écolos sont conscient que des SEL, des villes en transition, etc sont possible; mais quand ils nous mettent ça en place, cela reste peu accessible ou très en surface… Pas parce qu’ils font semblant non, ils sont sincère mes élus écolos locaux… Mais parce qu’a eux seul avec un système donné ils ne savent pas plus.

    Quoi que fassent nos élus il va toujours y avoir plus de gens laisser sur le côté, tous ces gens qui ne rentre pas dans les petites cases administratives, ces gens qu’on peut employé pour des salaires de misères toujours plus petit alors que les moyens de vie augmente!

    Il faut dire non parce que ça ne marche pas et que l’état du monde s’aggrave et que de plus en plus de gens ne rentrerons plus dans les petites cases.
    C’est dur si on se retrouve seul; pourtant des gens y arrivent lorsque qu’ils ne sont pas seul, ils construisent des habitats groupés (des vrais pas des trucs de bobos au loyer très cher!); ils se mettent ensemble pour un accès à la terre et se lance dans le bio…
    Il est possible maintenant de voyager en monnaies locales parce que le maillage se densifie… Cela ne permet pas de prendre l’avion bien sur mais il est possible de voyager autrement!

    Il n’y a pas de solution toute faite, c’est ça qui est vachement difficile… Et la personne qui veut se faire élire ne va pas dire on diminue les salaires pour une meilleur répartition; ça va pas marcher non plus!
    Quelqu’un qui veux se faire élire en disant on sort du système financier en mettant tous le monde dans de grosses difficultés avant le mieux, ça va pas marcher non plus!

    C’est dur de se dire qu’on va sortir d’un système pour vivre mieux parce qu’on se sent seul!
    C’est sécurisant pour une foule de se dire qu’ils vont voter pour des gens remplis de bonnes intentions et raisonnable par rapport à ce qui est déjà en place! Mais ce qui est en place, ça marche plus depuis longtemps!

    J’ai lu il n’y a pas longtemps un article sur basta http://www.bastamag.net/article1719.html

    Les 700 plus riches du monde ils vont se laisser appauvrir pour le bien de tous???
    J’ai vraiment du mal à le croire; pas sur leur propre terrain de jeux en tous cas!

  89. @ Lionel

    En effet ce que les capitalistes et les états ont réussi à faire croire aux peuples c’est qu’il y avait un bon capitalisme, le Keynésien des Trente Glorieuses, et celui qui s’est mis en place depuis et qui serait ignoble. Mais le second n’est que le prolongement du premier ! Celui ci n’a servit qu’à faire entrer le citoyen dans la sphère de la consommation à outrance, de créer une petite bourgeoisie votant à droite (c’est à dire UMP et P »S ») et surtout de l’enchaîner à coup de crédits. Tant que l’imaginaire travail=salaire=consommation n’aura pas été détruit, avec son corolaire : plus de salaire pour plus consommer n’aura pas été extirpé des cerveaux lobotomisés par des décennies de pubs et propagandes rien ne changera. Quel politique avouera qu’augmenter les salaires ne résoudra rien ? Lequel avouera que sans le pillage du tiers-monde jamais ce système n’aurait pu être mis en place et exige que dès aujourd’hui il cesse ? Lequel affirmera que le niveau de vie à partir de la petite bourgeoisie ne pourra que diminuer ? Que cette baisse inéluctable devrait s’opérer volontairement pour qu’elle ne survienne pas violemment avec tout ce que cela laisse supposer comme drames ? En tout cas désolé pour certain(e)s vos héros/hérauts purs produit d’un système politique obsolète ne remettront jamais en cause les fondements même de ce qui les à fait : le capitalisme.

  90. la pensée de fabrice est touchante et je le rejoint dans l’idée,mais concretement cela ne ce fera pas maintenant,mais plus facilement en douceur.les gens ne sont pas pret a ce point.Aussi peut etre que certains adooorent leurs objets,et ne sont pas dans une visée autres que celle de l’économie.ce polarisé sur l’argent reste le piege.En attendant voté pour le moins mauvais est pas si idiot;une personne a le droit de changez,et mélanchon ne fait pas exeptions e cela;

  91. Monsieur Nicolino vous me décevez.

    Vous transformez par cette note le débat politique papotage de café du commerce. Il n’y qu’assertion, pas d’argumentation dans votre note: on passe sans explication du SMIC à 1700 euros à l’oubli du sud…, je vois mal le lien il faudrait nous l’expliquer car ça n’a rien dévident contrairement à ce que vous laissez entendre. Un seul exemple qui suffit à ruiner votre « argumentaire », si parallèlement, comme il l’est proposé dans le Progamme du FdG, on relocalise la production pour produire moins et mieux, on peut demander des prix rémunérateurs pour les producteurs grâce au fait que les citoyens pourront se permettre de les acheter, on n’aura plus besoin d’exporter des saloperies subventionnées vers « le sud » comme vous dites etc. Et on ne favorisait pas une hausse débile de la consommation, mais une augmentation de sa qualité.
    Mais je subsume que vous pensez que les gens font n’importe quoi avec leur argent, qu’ils achètent trop d’écrans plat à crédit etc., et qu’il n’est donc pas nécessaire de monter les salaires. Savez-vous que l’augmentation faramineuse des dossiers de surendettement est due au logement ?
    A moins que vous pensiez qu’il est impossible de monter les salaires car le sud nous concurrence, ce serait ça ? Savez-vous qu’on peut faire des choses contre cela, Sapir, Lordon ou Généreux, (que vous devriez lire de temps en temps car l’écologie ne suffit pas à irriguer le cerveau) l’ont montré. Vous reprendriez donc l’argument classique des libéraux ?
    Je m’excuse si je vous impute des opinions qui ne sont pas les vôtres, mais votre billet est tellement peu argumenté que je cherche les raisons de cet oukaze.
    Une dernière question M Nicolino: vivez-vous en ce moment avec 1 000 euros / mois ? C’est dur.
    Si vous aviez une minute pour me répondre, afin que j’y vois plus clair dans votre point de vue, merci d’avance.
    Cordialement,
    Arnaud

  92. Louise M écrit : “Ce n’est pas le peuple qui est responsable de la crise, pas plus de la crise écologique” Si je suis d’accord avec l’idée de son irresponsabilité sur l’aspect financier et le problème de la dette sur l’aspect écologique je dirais ah bon? demandez donc au “peuple” de renoncer juste un jour à sa sacro sainte bagnole! la journée sans voiture est un véritable fiasco! demandez leur :
    de faire l’effort de manger bio! ils vous répondront que c’est de l’escroquerie; se soucient-ils de l’hécatombe des abeilles dues à un usage brutal et uniquement tourné vers le profit des pesticides? d’éteindre leurs lumières obscènes de boutiques allumées alors que le soleil règne en maitre dans la rue..; ils vous répondront que vous voulez retourner à la bougie et que çà fait marcher le commerce (ce qui est faux). les parkings des grandes surfaces installées sur des zones agricoles sont remplis de consommateurs avides et aveugles; enfin ils vous disent aussi que tout cela est flippant et ne veulent pas voir le rapport entre leur consommation effrénée de pétrole et, par exemple cette gigantesque marée noire du mexique qui a tué des millions de créatures marines qui ne demandaient rien que le droit de vivre dans des eaux propres; alors non le peuple aussi a sa grande part, lui aussi est créateur de culture; et un vrai homme politique doit pouvoir dire tout çà à ce peuple qui n’est plus qu’un ramassis inculte de consommateurs qui vire les gens sincères et lanceurs d’alerte; ce peuple qu’il faut toujours manipuler pour en obtenir les suffrages.

  93. (et puis dans les plus pauvres qui a encore un smic?):

    Oui, Sylviane, c’est pourquoi je disais ailleurs que l’idée d’un minimum vital pour tous me paraissait plus intéressante qu’une nième augmentation du smic. Je suis bien entendu d’accord avec Fabrice sur le caractère pervers des revendications monétaires, mais en attendant mieux, il me semblait intéressant d’exiger l’unification de tous ces revenus bidons minimum ceci, solidarité cela, handicap machin, parent isolé ou autres masques de l’aliénation des « assistés », qui ne font que pourrir la vie de ceux qui y ont droit, les obliger à accepter d’intolérables intrusions dans leur vie privée et les dresser les uns contre les autres.

    Et aussi, le fait de remettre à plat ce fouillis bizarre me semblait susceptible de faire avancer dans leur compréhension de la logique d’assistanat tous ceux qui auraient intérêt à y voir plus clair. Soit victimes de ce système humiliant et aléatoire, soit juste un peu au dessus de ce minimum et tombant dans le piège « moi je bosse, eux se la coulent douce »

    Je ne me console pas de cette réunion syndicale, ancienne pourtant, où des chômeurs se sont acharnés haineusement sur les RMIstes sans qu’aucun responsable ne les ramène à la raison. Bien sûr, dans le même temps, ailleurs, les smicards bavaient sur les chômeurs…

    Et maintenant, des familles entières sont mises à la rue, sans AUCUN revenu pour vivre, victimes de ces OQTF ou autres qui les privent de tout recours. Ces gens là, Fabrice, sont-ils vraiment plus heureux que ceux du sud? Ou bien, en dessous d’un certain seuil, devient-il indécent de chipoter sur qui est le plus malheureux?

  94. Et bien sûr, l’article de « Basta » je l’avais lu et ça fait peur: peut-on imaginer que QUI QUE CE SOIT soit assez résolu et assez fort pour s’opposer à ça? Ou alors, il faut d’abord que toute cette puissance s’effondre (avec les conséquences d’un tsunami mondial) pour que les survivants puissent reconstruire sur les ruines d’un système mortifère?

  95. “Leurs cris, dans ces interminables commentaires publiés ici, ne démontrent qu’une chose : leur vide. Leur incroyable et insupportable vide.”
    ses partisans, à l’exception de quelques-uns, je veux le croire, n’ont jamais ouvert un livre rapportant l’étendue et la gravité de la crise de la vie sur terre. Je maintiens bien entendu que la plupart des mélenchonistes qui ont écrit ici sont des abrutis.”

    Pourquoi tant de haine ? Comment croire en votre sagesse ? D’où parlez-vous pour exprimer un tel mépris ? J’aimerais comprendre…

  96. Ce débat – très intéressant – me conduit à penser aux éléments suivants :

    1) Le changement doit-il se faire progressivement ou dans la rupture (révolution) ? Est-on certain que la rupture permet, in fine, une évolution supérieure à des petits changements successifs ?
    2) La rupture que vous invoquez de vos voeux, Fabrice, est motivée par une raison que vous considérez être supérieure à toutes les autres : la défense de la Vie sur terre.
    3) Cette raison supérieure n’en est pas une pour la plupart de nos contemporains pour lesquels le bien-être matériel, ici et maintenant, de l’homme, et de l’homme seul, passe avant tout.
    4) A partir de là, le seul espoir de changement réside dans l’espoir d’une prise de conscience massive des êtres humains de la primauté de la valeur « Vie » sur toutes les autres. En d’autres termes, la révolution espérée ne semble pouvoir être qu’une révolution des âmes ou des esprits.
    5) La question se pose de la démonstrabilité de la primauté de cette valeur « Vie » sur toutes les autres. Autrement formulé : au nom de quel principe réussir à convaincre les autres humains de la primauté de cette valeur sur toutes les autres ? Y a-t-il vraiment démonstration possible, par des arguments ? Ne doit-on pas déplacer le débat sur le terrain d’une expérimentation par les voies de la Sagesse, en deçà et au-delà de tout discours ?
    6) Où l’on en vient à évoquer les stades différents de prise de conscience auxquels nous sommes tous. Et la possibilité pour certains d’évoluer. Ne sommes-nous pas de plus en plus nombreux à être des écologistes « convertis », ayant acquis peu à peu une conscience de plus en plus aiguë et avisée du monde qui les entoure, grâce à des journalistes comme vous (cf. vos livres indispensables), mais également probablement grâce à un cheminement intérieur (voie vers une Sagesse profonde) ?

  97. Pour Louise et quelques autres,

    Je vais essayer de ne pas me montrer plus affreusement cruel que je ne suis. J’ai compris en lisant tant de commentaires mélenchoniens que certains étaient sincères et droits, et que j’avais en m’exprimant crûment heurté des sentiments respectables. Je le regrette, réellement.

    Sur le fond cependant, je ne retranche rien. Mais commençons par un détail de ma vie personnelle. Mon père était un ouvrier communiste de la banlieue parisienne. Un communiste stalinien, car en son temps, il n’était guère de choix. C’était un homme bon et bien, que j’aime toujours. Sa foi dans la détestable dictature soviétique était grande, et je dois vous dire que je l’ai toujours comprise. Désapprouvée en totalité, mais comprise. Et c’est en pensant à cet homme que j’ai décidé de reprendre la plume une seconde. J’ajoute pour répondre à quelques sottises écrites ici ou là que je suis issu du sous-prolétariat, car mon père étant mort alors que j’étais un enfant encore, la famille nombreuse à laquelle j’appartenais a vécu un temps qui m’a paru long dans la misère. Avant et après elle, j’ai vécu dans la pauvreté, qui ne m’a jamais fait peur. Je sais donc le poids des choses et ce qu’est une fin de mois. J’ai passé des années à acheter à croum, c’est-à-dire à crédit, et chaque jour, ce que nous mangions. Chaque jour, et à crédit.

    Mais je l’ai dit, je ne retranche rien au fond. Les mélenchoniens, tout soumis, quoi qu’ils en aient, au culte du chef, n’auront pas pris la peine d’expliquer ici pourquoi leur grand homme de poche admire Chavez l’autocrate, pourquoi il soutient la Chine stalinienne, et les raisons qui peuvent lui avoir fait choisir une alliance avec un parti criminel, à mes yeux en tout cas, le parti stalinien. Comble, nombre d’entre eux semblent considérer le passé et l’histoire comme une gêne empêchant de jouir tout à fait du présent de leurs illusions. On a le droit de reprocher à Madelin et Longuet un passé vieux de près de quarante ans, mais il faudrait oublier le laogai chinois, la Pologne de 1981, l’Afghanistan envahi par les Soviétiques, le soutien apporté, dans les premières années de massacre, aux Khmers rouges. Eh bien, assumez donc !

    Moi, pour être clair, je suis pour la destruction complète du système issu de la révolution industrielle. Et pour l’expropriation sans indemnité des fortunes établies sur le dos des pauvres du monde. Nous serions donc d’accord ? Eh non ! Mélenchon et ses dévots ignorent, malgré leurs affirmations, la réalité de la crise écologique planétaire. Leur point de vue, notamment à propos du smic à 1700 euros, est simplement franchouillard. Ni plus ni moins. Cette revendication matérielle diffuse auprès de ceux qu’elle influence l’idée folle que l’on peut, que l’on doit continuer dans la voie de la production et de la consommation. Qui peut encore ignorer que la consommation du peuple français, si elle était étendue au reste du monde, commanderait l’existence d’au moins trois planètes ? Et qui ne saisit l’absurdité de cette vision ?

    Il faut évidemment, et malheureusement dans un temps si bref que cela paraît impossible, repenser dans sa totalité l’idée de justice, à laquelle je suis passionnément attaché. Mais c’est parce que je souhaite de toutes mes forces la justice universelle que je sais avec tant d’évidence que la revendication mélenchonienne nous éloigne du chemin si étroit conduisant à l’avenir.

    Mélenchoniens, vous avez bien le droit de réclamer ce que vous voulez. Mais au moins, sachez que quelques esprits rétifs, ici ou là, jugent votre politique pour ce qu’elle est : une fantasmagorie pure et simple. Une resucée de ce qui a conduit à tant d’échecs de votre propre cause, qui n’est pas la mienne. Refuser cette idée de smic à 1700 euros ne signifie nullement que l’on applaudit à la situation faite aux dominés de chez nous. Bien entendu, il faut se battre. Bien entendu ! Mais pas de cette manière. Mais pas en acceptant la règle du jeu, monétaire, du monde que les mélenchoniens prétendent combattre. Et qu’ils renforcent pourtant.

    Fabrice Nicolino

  98. @ Cultive ton jardin;

    Franchement moi aussi j’aimerais bien que tous le monde puisse avoir accès à un minimum vital…
    J’ai vraiment peur de la suite, car il est claire que les pauvres sont toujours plus pauvres ici aussi!
    Je ne vois pas comment éviter le pire autrement qu’en faisant « gonfler » les alternatives; et ici il ne faut pas se contenter d’AMAP; les gens sans revenus n’y ont pas accès!

    Il faut vraiment limiter la casse au Sud comme au Nord!
    Je ne supporte plus de voir des gens dans la rue; alors que des logements alternatifs réglerait le problème…

    Moi je crois qu’on ne doit pas attendre de transition, ou de changement…On doit se bouger!
    C’est difficile, c’est vraiment difficile, mais j’ai pas envie d’attendre ce « tsunami mondiale » pour voir si quelqu’un bouge à ma place!

    Un accès au logement…Un squat (organisé), une yourte, une roulotte, une auto-construction…Tout est bon du moment que se soit sécurisé (dans le sens où il ne faut pas construire de bidon-ville!)
    Il faut un peu d’investissement et de l’aide administrative (où alors on se passe d’autorisation quand on en a le cran)!

    Un accès à la terre; soit on a les moyens d’acheter à plusieurs, soit on occupe le terrain d’un agriculteur qui ne sais pas tous faire et qui est content qu’on lui entretienne sa parcelle!
    Un accès a des toit en ville pour faire pousser de l’alimentaire!

    Si on a les moyens un endroit où on peut accueillir des gens qui ont besoin, où il peuvent travailler le sol où apporter d’autre savoir faire; où ils peuvent se reposer redevenir digne et acquérir au moins les moyens d’un logement alternatif!

    Il n’y a rien a faire, seul on est rien; ce n’est pas pour rien que les « assistés » se battent entre eux; ils survivent avec une aumône… C’est une culture qu’il faut dépasser!
    Un humain=Un humain!

    Il y a longtemps que les états ne sont plus solidaire de leur plus pauvres, les aides existent bien sur, mais ne sont accessible qu’a un petit nombre! Il faut dépasser la culture des aides de l’état et retrouver la solidarité entre les gens, les quartiers, les petits groupes!
    C’est difficile, mais j’ai pas d’autres solutions.
    Mais c’est plus digne que de bénéficier d’aide de l’état!
    La course à la prime au chauffage où il faut justifier ses faits et gestes, et en plus il n’y en a pas pour tous le monde; les attentes pour un logement d’urgence; et il n’y en a pas pour tout le monde; le petit chèque repas pour trois franc cinquante dans un magasin de m…; l’épicerie sociale où les voisins vous voit rentrer (bien stigmatisante)…
    Non tous ça n’a rien de digne; je sais j’ai tester! Et en plus le temps perdu pour avoir de quoi survivre dans les longues files de personnes énervées, alors que durant ce temps on pourrait récupérer un peu de cerveau pour se retourner et faire pour s’en sortir; ces aides paralyse la résilience!

    C’est vrai quoi, nous sommes tous précaire (vu l’état de cette triste civilisation!)… A nous de voir si on attend la solution miracle d’en haut avec toujours plus de « laisser sur le côté »; ou si on se simplifie les choses et qu’on arrête d’attendre d’être dans la merde pour bouger!

    Le FMI dicte ses lois d’austérités à l’Europe là… Je ne vois pas comment un programme d’élection d’un état: le plus beau qu’il soit, peut être mis en pratique face à ça! Même avec la meilleur volonté du monde!

    Il faut aller un peu voir du côté de la permaculture par exemple; c’est une mise en pratique d’une idée de décroissance!
    Les objecteurs de croissance qui titille nos élus, c’est bien; une mise en pratique c’est beaucoup mieux! La permaculture c’est au delà de la simplicité volontaire; parce que pour faire de la SV il faut un revenu!

  99. @ F. Nicolino

    2 remarques pour commencer :

    1/ la non-modération des commentaires – tous les commentaires – de ce blog est à votre honneur, merci pour cet espace de libre expression.

    2/ merci également de reconnaître qu’il peut y avoir de la sincérité et de la droiture (banale naïveté de votre point de vue) chez les « mélenchoniens » (absurde expression puisque le mélenchonisme n’existe pas).

    A la lecture de votre dernier commentaire, nous apprenons donc nous aussi à vous connaître puisque vous vous dévoilez et cela permet de comprendre votre virulence et vos obsessions.

    OK, vous êtes un anti-communiste éternel. Dont acte. Mais Pierre Laurent n’attends pas le couteau entre les dents derrière votre porte, je peux vous l’assurer.

    Manifestement, cette névrose là vous aveugle et vous amène à amalgamer communisme, marxisme, stalinisme, tout ça c’est du pareil au même.

    De deux choses l’une, vous pensez réellement que le PCF de 2011 est encore un parti stalinien ou c’est une facilité qui vous permet de jeter l’anathème sans chercher plus loin à argumenter.

    Soit c’est réellement votre analyse et j’en tire pour ma part la conclusion que vous n’êtes pas à la hauteur de la réputation qui vous est faite, car franchement, c’est digne d’un militant 1ère année des jeunes populaires en pleine crise d’adolescence voyant partout l’inquiétante main socialo-communiste,

    soit vous savez pertinemment que le stalinisme ou même le « communisme » soviétique n’a que peu à voir avec l’idéal communiste, qui lui n’a jamais été mis en œuvre si ce n’est lors des quelques semaines de 1871 lors de la Commune de Paris, dans cette hypothèse là, vous êtes border-line, limite malhonnête.

    Ce que vous nous demandez en quelque sorte, à nous partisans du front de gauche, quelque soit notre âge et notre parcours, c’est donc d’assumer tout de go le laogaï chinois, le goulag soviétique et le génocide khmers, considérant que le Parti Communiste Français a soutenu il y a 70, 50 ou 25 ans l’un ou l’autre de ses partis frères ?

    Dès lors demandez à chaque Français d’assumer l’esclavage pratiqué jusqu’en 1848, la torture en Algérie, la traite négrière, et tant d’autres atrocités de l’histoire, absurde n’est-ce pas ?

    Ben oui, comme on dit en arabe, Li fet met-Le Passé est mort ! Et cette séquence là s’est terminée à Berlin en 1989.

    Les communistes d’aujourd’hui n’ont plus grand chose à voir avec ceux de cette époque là, tout de même, ouvrez les yeux ! Je ne parle pas du comportement « culte du chef » et « petit soldat » que vous condamnez par ailleurs et qui je le déplore également persiste un peu trop à mon goût, même si assez commun et partagé dans tous les partis politiques y compris dans les plus fleuris du tournesol, mais je parle bien des idées – encore trop productiviste, nucléophile (ça évolue sur ce point, et plus rapidement qu’on n’osait l’imaginer il y a encore peu de temps) et technophile, mais enfin que de chemin parcouru, réécoutez Pierre Laurent à la dernière Fête de l’Humanité. Diantre, me voici défenseur des communistes !

    Incroyable tout de même de devoir écrire ces banalités à un homme qui fait profession de journaliste !!!

    Alors il nous faut aussi vous expliquer que Mélenchon n’est pas un admirateur de Chavez ? Et qu’il ne soutient pas le régime chinois !

    Si j’étais Mélenchon, j’ironiserai sur le fait qu’une fois encore, c’est à nous de faire le travail des journalistes, trop flemmard pour aller chercher l’info par eux-mêmes, car Mr Nicolino, sur Chavez comme sur la Chine, le Méluch, il s’est expliqué sur ses positions, que l’on peut ne pas partager évidemment mais que l’on n’a pas le droit de caricaturer si l’on se présente comme observateur et commentateur.

    Sur la situation Vénézuélienne, la grille d’analyse ne peut faire abstraction de l’histoire du continent depuis 1492 d’une part et 1776 d’autre part. Toute l’Amérique du Sud a un rapport conflictuel avec les États-Unis d’Amérique notamment depuis la 1ère intervention à Cuba en 1898, et toutes les forces de gauche en Amérique du Sud se méfient des intrusions nord-américaines, qu’elles soient diplomatiques, économiques, militaires, … le Chili l’a payé suffisamment cher, non pas ?

    Plus particulièrement au Venezuela, comprenez que Chavez n’est pas un homme isolé épaulé par une clique de barbudos qui a pris le pouvoir de force, (mais vous le savez déjà, le terme autocrate que vous utilisez est juste bon à provoquer les gentils « mélenchoniens » que nous sommes, non pas, sinon, je vous conseille cet article http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/124073/chavez-democrate-ou-graine-de-dictateur), c’est donc un homme qui dit non aux Américains, qui a dit à l’oligarchie locale « ça suffit ! » et qui est soutenu, je veux dire réélu démocratiquement – élections confirmées et validées par des observateurs internationaux américains et européens – par son peuple depuis 13 ans. Alors oui, il y a beaucoup de folklore dans ses attitudes, des choses déplaisantes et parfois même inquiétantes (l’article mis en référence n’en fait pas mystère), mais c’est un homme dont la voix porte dans tout le continent sud-américain et pas seulement à Cuba (ben oui, j’anticipe les remarques caricaturales que vous allez me faire, pas vrai coco ;o)) et qui quelque part a montré la voix aux autres pays Équateur, Bolivie, …

    C’est cette histoire là dans laquelle Mélenchon va puiser, puisqu’il considère, comme Chomsky, que les États-Unis d’Amérique est aujourd’hui le pays le plus dangereux sur la Planète (je vous épargne l’explication ok ?) et qu’il faut lui ré-si-ster ! Il aurait pu choisir De Gaulle, celui qui a dit Non à l’époque, mais pour séduire les communistes et les écologistes, c’était pas top.

    Donc Mélenchon n’admire pas Chavez, Mr Nicolino, il ne transige pas sur la réalité des faits et n’accepte pas la caricature propagée par notre bien-pensance médiatique (dictateur, quasi général Alcazar) qui est faite de cet homme-là, figure populaire de la lutte contre l’oligarchie économique, politique et médiatique sud-américaine « appuyée » par les agences nord-américaines.

    Et quand on va à l’encontre de cette corporation des médias dominants, on est traité en renégat et caricaturé, comme vous le faites en tombant dans le piège comme un benêt, à moins que …?

    Même procédé sur la Chine, Mélenchon ne soutient pas le régime Chinois, il regarde le monde et ses déséquilibres. Il considère les États-Unis d’Amérique comme le principal perturbateur de l’équilibre de ce Monde. Pourquoi ?

    Parce que lui aussi a ses névroses issues de son propre passé trotskiste ? C’est possible !

    Mais voici les arguments que j’ai cru entendre ici ou là : Compte-tenu tout d’abord, des évolutions économiques (perte de compétitivité des États-Unis d’Amérique), financières (dépendance des États-Unis d’Amérique vis à vis de ses créanciers) et géostratégiques (peak oil) à l’œuvre, compte-tenu ensuite, de la présence de 650 000 hommes de troupe hors des frontières des États-Unis d’Amérique et compte-tenu enfin que 50% des dépenses militaires mondiales le sont de son fait, les États-Unis d’Amérique sont la principale menace pour la paix dans le monde.

    Aussi, Mélenchon voit dans la Chine, celle qui existe aujourd’hui, donc la Chine libéral-communiste LA puissance en expansion capable de contrecarrer ou tout du moins de modérer la puissance US en pleine capilotade.

    Real politique, vous faîtes beurk d’un air dégoûté ? Je l’entends et le comprends mais il n’y a là pas de soutien au laogaï.

    Pour le reste, sincèrement vous ne pouvez revendiquer la beauté du monde (puisqu’une de vos rubriques en fait promotion) en maniant ainsi cynisme, dégoût des hommes, haine de soi (vu comme haine de son espèce) et provocation permanente comme d’autres la faucille, le marteau, le couteau ou la kalachnikov.

    1 Paccalet ça va, 2 packs à lait, bonjour les dégâts !

    Bien à vous,
    Arnaud Delcourt

  100. Fabrice, vos explications ainsi que celles qui les ont précédé sont on ne peut plus claires ! Peux-t-on vraiment construire une société écologique tout en gardant la même politique de promesses électorales et citoyens passifs ?

    Autre sujet, sans lien direct mais quand même:

    Ci-dessous une tentative de nous faire acheter, au prix (très) fort j’imagine, un mode de vie écologique sans RIEN changer a nos habitudes:

    http://www.concept-mfc-2020.fr/

    Votre voiture sera BMW, votre pavillon sera ARCELOR MITTAL, et votre « smart grid » sera EDF. « lissant la courbe de charge, permettant ainsi de réduire la production d’électricité par des énergies fossiles », c’est écrit.

    Comment, ce n’est pas clair ?

    Et oui, après 40 ans de nucléaire, la prose d’EDF est toujours aussi inintelligible sans l’éducation que nous ont donne les anti-nucléaires.

    Que vient faire ce mot malpoli, « nucléaire », qui n’apparaît pas une seule fois sur le site ?

    Ce que qu’évoque cette phrase cryptique, c’est le fait que le nucléaire étant peu adaptable aux variations de la demande, les pics de consommation (chauffage électrique dans les vagues de froid, par exemple) rendent indispensable le recours massif au charbon, gaz, fioul ou importations au prix fort pour répondre a la demande. De même, les creux de consommation, tout aussi dangereux pour la stabilité du réseau, nécessitent d’exporter a bas prix ou de pomper de l’eau dans nos propres barrages.

    Mais le plus ridicule, c’est que la tournure alambiquée de cette phrase suppose que le nucléaire n’est pas une « énergie fossile ». Première nouvelle !

    Ceci dit, il ne faut pas cracher sur toutes les tentatives de l’industrie de s’améliorer, et les « smart grid » ont des avantages techniques réels.

    Mais le combat pour l’écologie sera long…

  101. Par rapport a la référence précédente (promesses technologiques – autre forme de promesses électorales – d’un monde « vert » qui ne serait accessible qu’au prix de technologies futuristes et inabordables), je me permet de citer un passage éclairant de l’appel « Valognes, Stop Castor ! », qui nous demande, ni plus ni moins, de quitter l’age de la « pensée magique » et de nous hisser a l’age adulte en matière de technique :

    4 – La nécessité de nous opposer au nucléaire ne signifie pas qu’il faille lui opposer les « énergies alternatives », sous peine de nous retrouver aux côtés des nouvelles mafias industrielles qui exproprient les paysans des Pouilles et bientôt du Maghreb pour y construire leurs absurdes centrales solaires, et pour finir aux côtés du CEA devenu entre-temps Commissariat aux Energies Alternatives. La ligne de partage n’est pas entre le nucléaire et les énergies alternatives mais entre une production d’énergie centralisée, commerciale et gérée par en haut, et une production décentralisée, contrôlée localement et renouvelable ; une production en contact direct avec les besoins qu’elle doit satisfaire. C’est seulement à l’échelle locale que se dissout l’alternative entre le nucléaire et la bougie : car là les besoins existants peuvent se donner les moyens de la production qui leur est nécessaire, et en retour les possibilités de production peuvent redéfinir intelligemment les besoins. Il faut cesser de penser la question de l’énergie en terme national si l’on entend sortir de l’impuissance.

    http://valognesstopcastor.noblogs.org/

  102. Mr Nicolino, merci pour vos explications.

    Je comprend votre colère contre une augmentation du niveau de revenu.
    Mais est-il si sûr que cette augmentation va entraîner de facto une plus grande consommation, donc une plus grande pression des pays du Sud.
    Par exemple, les nouvelles réglementations sur la qualité des eaux. Le fait que la mise en conformité des dispositifs d’assainissement non-collectif risque pour beaucoup de personnes aux revenus modestes de représenter une dépense considérable et une obligation de se mettre dans les pattes des banques. Que personne ne dise, bien fait pour leur gueule, n’ont qu’à pas être propriétaire. D’autant que ceux qui ont une modeste yourte ne vont pas échapper aux contrôles et à une mise en conformité.
    Le gouvernement a choisi de faire supporter aux particuliers une mesure environnementale. Il faudra bien, dans l’état actuel, que ces particuliers trouvent l’argent nécessaire.
    Ceci n’est qu’un exemple des coûts que va entraîner des mesures à visées écologiques. D’autant que dans le système actuel, beaucoup vont se sucrer au passage. Il n’y a pas de service public dans ce domaine, pas de prise en charge collective.
    Sans doute peut-on interroger le Front de Gauche, pour savoir si cet augmentation du smic est aussi destiné à faire financer par les particuliers de meilleures pratiques écologiques. Ou si les travaux nécessaires à rendre les habitations moins énergivores et moins polluantes vont faire l’objet d’un grand chantier pris en charge par l’état avec, en particulier l’argent récupéré sur les trop riches et la spéculation.

  103. Bonjour,

    Monsieur Nicolino, juste une chose car je n’avais pas parfaitement compris au départ le sens de votre opposition au smic à 1700.

    Comment pensez-vous sortir du système monétaire sans transition du jour au lendemain ? Voulez-vous une guerre générale ou pense-vous sincèrement que le système des SEL (par exemple) est généralisable comme ça tout de suite. Oui le marxisme in fine théorise la fin de la monnaie, mais ça tombe pas du ciel.
    Vous n’êtes pas obligé d’être d’accord mais l’honnêteté devrait vous faire dire qu’un programme qui défend les services publics d’Etat (mais je suis sûr qu’avec ce mot aussi vous aurez un problème…), les retraites par répartition etc., en et maintient donc le maximum de secteurs hors du circuit marchant libre, est déjà plus avancé dans la socialisation des richesses essentielles (préalable indispensable à la sortie du système monétaire sans écrasement de ce qui ont par ceux qui n’ont rien)que le système actuel. Alors ne faites pas mine de croire que tout cela est pareil. Par là même quand tout un ensemble de bien (on pourra rajouter le logement etc.) sont assurés par la collectivité, on peut faire vivre les producteurs de bons produits en payant des prix normaux, non comprimés. Enfin en attendant on peut rétablir le contrôle des prix des producteurs.
    Sinon, juste une chose pourriez-vous me décrire le passage sans transition au système non monétaire tel que vous l’entendez: parce que je comprends bien vos objectifs, mais pour la méthode ? Si on le faisait comme ça maintenant tout de suite, vous pouvez être sûr que les grands vainqueurs seraient par définition ceux qui ont le plus, car vous auriez bien du mal à faire reconnaître un nouvel étalon en si peu de temps. On retomberait donc dans le rapport de forces à l’état pur entre prioprio et non proprio, puisque le statut de salariat serait par définition caduque.
    Enfin, dans le vie de tous les jours je me fais un défis de ne pas penser que « les gens font si, ça », sont des « consommateurs avachis » etc., regardez autour de vous ! C’est sûr c’est mieux de se dire qu’on fait partie des quelques uns qui ont compris ! Allez donc éclairer de votre lanterne alors. Mais avant, pour tous ceux qui dans les commentaires précédents semblent avoir une vision si simpliste du peuple, au sein duquel ils ne voient pas toutes les capacités de résistance, de travail, et de solidarité qui perdurent en notre sein, allez donc lire « La Sainte famille ou critique de la critique critique… » Où Marx dissèque la pensée de ceux qui pensent des systèmes parfaits sur le papier sans jamais s’engager dans les luttes, et comme leur système parfait n’arrive pas, ils se retournent dans une dernière réaction contre le peuple, forcément responsable de tout. C’est ainsi que sans s’en rendre compte ils deviennent tranquillement de droite.

    Amicalement

  104. @ Arnaud Delcourt :

    Votre rhétorique est miteuse et hideuse.

    Oui ! Le mélenchonisme existe ! Il consiste à faire croire que le collectivisme le plus usé est une grille de lecture moderne et une source de solutions aux horreurs et erreurs de notre monde ! Là est l’escroquerie intellectuelle majeure.

    Oui ! Les dirigeants communistes (catégorie dans laquelle il convient évidemment de placer votre guide, gourou et maître, épargnez-moi de devoir vous expliquer pourquoi) sont aujourd’hui encore, aujourd’hui plus que jamais, une menace « stalinienne » pour les libertés publiques et individuelles. Pourquoi ? Tout simplement parce que leurs « solutions » collectivistes, populistes et stériles ne marcheront pas (comme elles n’ont JAMAIS marché, nulle part, partout à la surface de la planète tout au long du vingtième siècle) et qu’ainsi, les mêmes causes, produisant les mêmes effets, ils ne manqueront pas, rapidement, de « forcer » la réalité, travestir les événements, et, en fin de compte, comme toujours, « bousculer » les libertés.

    Par ailleurs, il est tordant de noter que vous osez féliciter le responsable de ce blog pour la liberté d’expression et l’absence de censure qui règne ici alors que règne sur le blog de votre idole une censure d’acier, conceptualisée et assumée (reconnaissons lui cette franchise) par Mélenchon et explicitée au quotidien avec une morgue délirante par un « modérateur » dont la définition exacte devrait plutôt être « commissaire politique ». Bref, en matière de liberté d’expression, vos « bons points » ne valent rien. Strictement rien. Qu’un mélenchoniste parle de liberté, c’est comme entendre Benoît XVI parler de partouze !

    Dois-je préciser enfin que vos pseudos analyses géo-stratégiques poussives, pompeuses et emberlificotés ne présentent aucun intérêt, aucune substance, sauf de justifier maladroitement les errements abominables de votre chef.
    Honte à lui.
    Honte à vous.

    Et n’allez pas me traiter d’excité d’extrême droite, réflexe classique des gauchards quand ils se font démasquer. Je suis un petit et paisible écolo, sensible aux enjeux environnementaux actuels et aux folies d’un libéralisme devenu incontrôlable. Cette vision du monde humaniste et humble n’est toutefois pas incompatible avec la lucidité quime conduit à vous rappeler l’abomination des fondements de vos escroqueries politiques.

    Bonjour chez vous !

  105. je vous vois continuellement conspuer Hugo Chavez, tout comme le font en chœur les États-Unis et une bonne partie de nos dirigeants Européens. Mais réellement que savez vous sur lui, vous êtes vous renseigné sur ce qu’il essaie de mettre en place pour son pays, d’où viennent vos sources ? J’ai l’impression que vous n’entendez qu’un son de cloche, et je vous invite à lire le livre de Michel COLLON, journaliste d’investigation qui est allé sur place et a fait ce travail remarquable : « les 7 pêchers d’Hugo Chavez ». J’espère sincèrement que vous prendrez le temps de le lire, c’est un ouvrage qui aide à comprendre les relations entre les grandes puissances mondiales, les pays émergents et les autres. Il m’a paru aussi essentiel que votre « Bidoche » que j’ai dévoré tout en devenant végétarienne et quasiment végétalienne.
    Étonnamment, ce livre n’est pas disponible sur « Amazon » ! mais on peut le trouver directement sur le site de Michel COLLON : investig’action.
    En espérant que découvrir certaines vérités pourront vous faire changer d’avis, amicalement.
    Sabine DAVID

  106. Bonjour Fabrice,

    c’est la troisieme fois que je poste ce commentaire sans jamais me faire publier, un problemes technique ? une censure ? Si pas ok pour publier merci au moins de me dire pourquoi par mail… alors je recommence :

    En vous lisant, vous et vos camarades pro-MOI-FABRICE-le-super-hero-de-l-ecologie-qui-sait-plus-que-les-autres-ce-qu-ils-pensent-reelement-parce-que-j-ai-toujour-raison-contre-le-reste-du-monde, je ne peux m’empêcher de penser à cette ado (que vous êtes encore, vous qui n’avez pas encore l’âge adulte : 60 ans !) Steph le Décroissant (que l’on retrouve dans le journal La décroissance sous le jolie crayon de Druilne) :

    Steph projette son malaise d’adolescent sur le monde et vous votre Stalinisme sur Mélenchon et sur tous les militants du FG (salaud que nous somme, on devrait nous pendre avec les boyaux des capitaliste !).

    Ps : vous rappelez fort justement que nous voulons un smic à 1700€ brut (salaud de pauvre qui vont pouvoir se nourrir, se loger, se cultiver,…) sans rappeler ce qui va avec : le plafonnement des revenues à 360 000€ ce qui reviens à réduire la pollution des fortunés (doubles effets : on réduit leurs consommations donc leurs pollutions et on restreint leurs puissances de prescription , le niveaux de consommation des riches étant pris pour exemple par les autres, il faut donc casser leurs exemplarités).

    Ps 2 : A insulter ceux qui partagent certain de vos combats, vous risquez de bientôt avoir à rajouter votre nom dans la liste de votre livre : qui a tué l’écologie ?

    Bonne soirée.

    Rachid (fils d’un salaud d’ouvrier-agricole-pollueur qui gagnait le smic marocain mais en travaillant en France : si ce n’est pas trahir le tiers-monde !).

    ECOLOGIE-SOCIALISME-REPUBLIQUE.

  107. A Lionel,

     » Il faut dépasser le travail et non se le réapproprier, sortir de l’économie c’est là une voie d’émancipation (en brisant l’envoûtement fétichiste de la marchandise et du travail). »

    Entièrement d’accord. Tous les dirigeants politiques et les candidats à l’élection présidentielle font comme si le système économique dans lequel nous vivons n’était pas en bout de course et, refusant de voir la réalité, fondent leur programme sur des schémas du passé et dépassés.
    Merci d’avoir donné sur ce blog la référence à  »  Crédit à mort  » d’Anselm Jappe, dont les analyses sont particulièrement intéressantes.

  108. Le petit cathéchisme dogmatique de delcourt pour défendre les délires et les mensonges de son guide, gourou et maître est méprisable et terrifiant.
    Vive la liberté !

  109. Comme quoi, ça va mieux en le disant autrement.
    En lisant votre papier initial, j’en avais gros sur la patate. Une fois que vous avez mis vos mots sur ce sentiment, sans mépris, ça passe mieux. Merci.

    Moi aussi, mon père était un vieux stal un peu (beaucoup) borné. Un ouvrier. Et les fins de mois étaient aussi difficiles. Je partage votre point de vue, très souvent, y compris sur le partage des richesses, des ressources, entre le nord et le sud. Entre nous et le « tiers monde », comme on dit. Sur le respect de la planète. Mais c’est aussi parce que j’ai eu la chance de faire des études, d’avoir un métier autre qu’ouvrière d’usine … De rencontrer des gens qui m’ont fait réfléchir.

    Ce que je trouve dommage, c’est de se battre les uns contre les autres, alors que l’ennemi, on sait très bien qui c’est.

    Je crois très sincèrement qu’on ne pourra pas sauver notre terre sans changer de système. Sans jeter le libéralisme aux orties.

    Mélenchon n’est pas parfait, c’est vrai (bien que contrairement à ce que vous affirmez, il n’est pas un soutien inconditionnel de la Chine capitaliste et totalitaire, mais il est le seul aujourd’hui en France, à vouloir le changer, ce monde.

    C’est à nous d’influer pour qu’il aille encore plus loin.

  110. Rachid,

    Faudrait voir à pas trop déconner quand même. Le problème technique, c’est vous ! Vous avez posté votre commentaire sur un tout autre article, en dessous duquel il a été immédiatement publié. Je crois qu’il serait sage de regarder à deux fois avant de penser au pire. Et de l’écrire.

    Fabrice Nicolino

  111. @ F. Nicolino : merci à vous, j’ai manifestement un nouvel ami ;o)

    @ Jérôme : ok, je suis dévoilé, je suis mélenchonien, j’avoue et expie mes fautes.

    mais toi mon pote, tu as piqué ton style, fond et forme à ta Nicolidole, tu es donc nicolinien.

    sur la censure chez Mélenchon, mec, j’y suis pour rien moi, à toi de te relire, c’est peut-être ton orthographe qui ne passe pas …

    enfin, à l’issue de la lecture de ton commentaire de mon post, je n’en étais pas à te considérer comme un fasciste, mais un excité sans aucun doute.

    bon week-end
    A.D

  112. @ Laurent Fournier le 23 septembre 2011
    Cette idée de production « locale » ressort ici et là depuis quelques temps déjà. Elle m’interroge à plusieurs titres. Est-ce que produire local ne risque pas de créer des déserts énergétique ? Quand au sortir de la guerre a été créé EDF c’était dans le but d’apporter la fée électricité aux quatre coins de l’hexagone jusque dans les coins les plus reculés et pour un prix unique. Ce qui a été fait, il me semble. Depuis quelques temps déjà la politique d’EDF a été notablement modifiée et l’on a vu cette entreprise investir hors de France et se préparer à la privatisation. Si l’on récuse le danger de déserts énergétique c’est que cette électricité produite localement devra être transportée là où elle n’est pas produite localement, ce qui semble vouloir dire un fort développement du réseau de transport Donc la multiplication des lignes à haute tension. Haute tension parce que plus la tension est élevée moins il y a de pertes.
    Quels avantages voyez vous à la dissémination des moyens de production électrique ?

  113. @René,
    Je suis heureux que vous partagiez les analyses du philosophe et théoricien de la critique de la valeur Anselm Jappe que j’essaye effectivement, depuis un ou deux ans, d’apporter ici petit à petit.

    C’est une pensée très stimulante et une grille de lecture qui devient vite passionnante, même si cela peut sembler un peu rebutant au début.

    Je pense particulièrement à deux des premiers chapitres de son livre phare : Les aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur. Denoël, 2003(*)- qui m’ont effrayé un peu mais qui prennent tout leur sens dans la suite du livre.

    Livre que je vais relire certainement bientôt pour affiner ma compréhension de ce travail magistral pour m’attaquer peut être un jour à Temps, Travail et Domination sociale de Moishe Postone qui est une pièce maîtresse de la wertkritik (critique de la valeur).

    Avez vous vu que palim-psao (de palimpseste : litt. « de nouveau » « je gratte, j’écris ») avait mis en ligne les résumés de ces deux chapitres sur son blog ? :

    La marchandise cette inconnue

    et

    Critique du travail

    (*) que je ne peux que vous encourager à lire, surtout si vous avez lu Crédit à mort qui prépare bien le terrain.

  114. @ delcourt :

    Auriez-vous la courtoisie de lister mes erreurs d’orthographe que vous semblez suggérer et moquer ? Merci d’avance. Je compte sur vous !
    (Quand bien même, cela n’aurait rien à voir avec la censure honteuse qui règne sur le blog de votre guide et maître. Et dire que « ce n’est pas de votre fait, ni de votre faute » est d’une bêtise achevée. Faut-il considérer que n’étant pas l’auteur direct de la censure, elle ne vous gène pas ? Dans ce cas, pourquoi saluer auprès de Fabrice l’absence de censure qui existe ici ? Pauvre buse !)

    Quant au qualificatif d’excité, je l’assume volontiers concernant ma réactivité à vos mensonges et vos délires. C’est une preuve de bonne santé ! Toute forme d’apathie face à la dangerosité de vos concepts fous serait par contre inquiétante.

    Bon dimanche à toutes et tous.

  115. Joli numéro de victimisation de Rachid.

    C’est évidemment totalement inutile et mensonger, mais saluons l’exécution hardie.

  116. @ Sabine,

    Vous oubliez de préciser que le livre de COLLON n’est aucunement une livre d’investigation ; il s’agit d’un ouvrage de propagande.
    Pourquoi pas d’ailleurs. Mais ne pas le préciser comme vous le faites avec duplicité vous disqualifie.

  117. Je n’ai rien compris à ce post. Cela doit être du « private » post. Quel rapport entre le SMIC, le Sud (les pays du Sud ?) et la fabrication d’objets inutiles ? Mystère.
    Entre l’idéal écologique et la réalité il y a … beaucoup de temps. Il faut faire avec sinon la folie nous guette.

  118. Tous les défenseurs des libertés publiques et toutes les ligues de défense des droits de l’Homme vous le diront, le principal danger en France à l’heure actuelle, voire dans le monde, c’est Mélenchon, politicien macabre, sanglant Chavisto-antisémito-Ahmadinejado-fasciste.

    Guantanamo, c’est l’hôtel 3 étoiles à côté des sinistres cachots et du nouveau goulag que nous prépare l’horrifique Mélenchon aux dents pointus tel un vampire.

    Les brutes ultralibérales, l’UMP mafieuse et populiste, la droite « populaire », la chasse d’État aux étrangers, LOPPSI 2, tout ça c’est de la gnognote à côté du sinistre Mélenchon qui nous mets tous en péril.

    Sauvez la Patrie, mangez Mélenchon !

  119. Dans la série des contradictions de surface : M Nicolino a un blog, donc, j’imagine, un ordinateur et Internet…
    Voilà bien un objet complétement néfaste pour la planète. Pensez donc: non nécessaire, (un « objet inutile » comme les appelle Nicolino) l’ordinateur consomme énormément (autant pour sa construction que pour son utilisation. De plus n’est quasiment pas recyclable. S’ajoute à cela une connexion Internet qui suppose l’utilisation de serveurs extrêmement gourmands en énergie. Bref, l’ordinateur et internet, un désastre écologique.

    Conclusion: Un geste pour la planète? Fermez ce blog… Blogueur ou écolo, il faut choisir !

    PS: plus sérieusement, la décroissance a du mal à être crédible parce qu’on l’accuse de malthusianisme. Ce n’est pas avec des discours comme ceux-là qu’elle le sera.

  120. Jérome,
    Avez vous lu le livre de COLLON ?
    Si c’est un livre de propagande, alors l’information n’existe pas, et tout n’est que propagande.
    Bien sûr que les idées de cet ouvrage sont orientées, mais elles sont le résultat d’une observation précise et approfondie, tout comme le « Bidoche » de Fabrice.
    Je suis totalement sincère,et que vous parliez de « duplicité » dans mes propos m’attriste.
    Serait-il possible d’avoir un débat d’idées constructif, sans vouloir rabaisser l’autre, d’autant plus qu’au final nous avons le même objectif, celui d’élaborer un monde meilleur ?

  121. @ Fabrice,

    Je confirme qu’il s’agit bien d’un problème technique puisque le seul article que j’ai ouvert est celui-ci et que je n’ai pas reçu de confirmation de publication pour mes deux premiers envois.
    Merci pour la réponse et la publication ! (Etre soupçonné de stalinisme me donne le même sentiment d’injustice que celui d’être soupçonné de censeur !)

    @ Jérôme,

    Jolie Numéro de victimisation ? : Encore une fois Les-perroquets-et-petits-télégraphistes-de-la-Nicolinoni-qui-defendent-les-délires-et-les-mensonges-de-leur-guide-et-maitre-maiprisable (Jérôme vous avez le sens de la formule) projettent sur nous leurs obsessions…

    ECOLOGIE-SOCIALISME-REPUBLIQUE

    LIBERTE-EGALITE-FRATERNITE

    Ne vous en déplaise !

  122. je vous rassure les décroissants que j’ai croisés (qui ont adapté les idées de l’inventeur Nicolas Georgescu-Roegen, mais qui contrairement à lui ne parlent ni de réduction de ces p…de bagnoles, ni de réduction de la démographie la seule chose qui semble les occuper c’est « mort aux riches »; meme si ils ne le disent pas ainsi.

  123. Fabrice,

    Pourquoi un post assassin et si court qui t’oblige à t’étendre dans les commentaires?

    Ta réponse du 21 septembre à « Cultive ton Jardin » détaille tellement mieux ta pensée que tes phrases incisives qui paraissent si méprisantes…

    Si ton post originel avait contenu ce paragraphe ci-dessous, tu te serais épargné bien du débat inutile, et probablement que le débat avec Mme Morel Darleux (pour qui j’ai d’ailleurs beaucoup de respect) aurait été d’un autre niveau.

    « Transformer la revendication sociale en une demande monétaire est déjà une défaite consommée. De la sorte, on maintient l’ensemble de l’édifice en faisant croire que la voie est dans l’augmentation du salaire. Moi, je le conteste radicalement. J’ai dit de nombreuses fois qu’une société humaine doit assurer l’essentiel à ses membres. À savoir un toit, une assiette pleine, le droit à la santé. »

    Dans le fond tu as raison, c’est évident. Mais comment transformer le monde en partant de la réalité actuelle (ce qu’on sera bien obligé de faire)? Quelle mesure concrète préconises-tu pour « assurer l’essentiel (nourriture, toit, santé) » à tous? Un revenu inconditionnel d’existence?

    Deux choses encore : un SMIC plus élevé ne devrait pas être forcément synonyme de d’avantage de consommation matérielle (même si ça l’est malheureusement objectivement dans notre monde). L’argent supplémentaire peut servir à aller au restaurant, au cinéma, au théâtre, se cultiver, avoir une vie sociale, etc. Toutes ces choses dont sont exclus bon nombre de gens…

    Ou encore : l’augmentation du SMIC devrait être (à mon sens) couplée à une plus grande facilité de choisir un emploi à temps partiel, le salaire réel n’augmenterait donc pas mais le temps libre augmenterait (pour son potager, sa vie de famille, ses liens amicaux et sociaux, etc.)… Pas assez radical, évidemment… mais comment faire AUTREMENT? Et AVEC QUI?

  124. Monsieur Nicolino,

    La découverte de votre pensée, voilà un peu plus d’un an, a totalement chamboulé ma vision de l’écologie, de la politique, de la question de savoir en quoi nous pouvons espérer, car je suis totalement désespéré.

    Je suis admiratif de votre pensée, mais je serais très insulté que quelqu’un me dise que vous êtes pour moi un « gourou », un « chef » à qui je voue un « culte ». Mélenchon hélas croit au progrès, hélas peut-être il ne voit pas avec vos yeux, comme il dit, à quel point « la catastrophe écologique avance » et qu’elle est déjà là, qu’elle a déjà commencé et que nous n’avons pas quinze ans pour réagir. Mais pourquoi tant de mépris envers lui et envers les gens qui l’apprécient ? Me méprisez-vous, Monsieur Nicolino, parce que je ne mépris pas cet homme ? Croyez-vous que je vous voue un « culte », que vous êtes pour moi un « chef » parce que j’estime beaucoup votre pensée, vos propositions, votre « autre façon de voir la même chose » ? Croyez-vous que ceux qui apprécient Mélenchon soient « mélenchoniens », « mélenchonistes » ? Suis-je donc « nicolinien » ? nicoliniste, parce que je vous lis régulièrement et que vous éclairez ma pensée, la nourrissez ? Pourquoi ce mépris ? Pourquoi un tel déchaînement de haine ?

    Pourquoi est-ce que, comme la droite, vous dites que Mélenchon est stalinien ? Pourquoi faites-vous ça ? Pourquoi est-ce que, comme les médias de caniveau, vous utilisez une photo d’un Mélenchon vociférant (ici : http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1051) ? Une telle méthode n’est-elle pas stalinienne ?

    Mélenchon est très loin d’être parfait, mais enfin c’est un homme authentique, qui peut se tromper. Ne soyez pas si dur.

    Bien à vous,

    Henri D.

  125. Henri, la méthode « stalinienne » consistant à utiliser la photographie de M. Mélenchon dont vous parlez, n’est autre que celle de citer in extenso l’article de Le Monde qui la comporte. Allons, allons…

  126. Pour Sandro et Henri,

    J’avoue. Allez, j’avoue volontiers que j’aurais dû consacrer plus de temps à cet articulet. Je l’aurais écrit autrement, certes oui. Mais n’est-ce pas AUSSI le rôle d’un blog que d’exprimer rapidement un point de vue en réaction ? La revendication mélenchonienne m’a fait bondir, puis réagir vivement, puis écrire trop vite. Soit.

    La forme était comme si souvent – c’est un défaut récurrent chez moi – elliptique. Elle considérait comme acquis ce qui ne l’est pas, évidemment. Il me paraissait évident qu’on ne peut plus considérer les revendications matérielles, au Nord, sans tenir compte du fait que les pauvres d’ici sont les riches d’ailleurs. Et qu’il faudrait au moins trois planètes si les 7 milliards d’humains consommaient autant que les Français. Je n’y reviens pas, mais cette considération ne remet nullement en cause la lutte acharnée pour la justice universelle. Qui passe selon moi par l’expropriation de la richesse matérielle, où qu’elle se cache.

    Ceci posé, quoi ? Nous ne serons bientôt plus qu’une poignée à ergoter sur l’histoire du stalinisme et ses effets mentaux, moraux et politiques. Je le sais, mais n’y pouvant rien, je continue et continuerai. La France, marquée comme peu d’autres pays occidentaux par ce mal si profond, n’a pas su l’extirper pour la raison qu’elle n’a pas su en faire la critique véritable. Pour des raisons qui ont beaucoup à voir avec la puissance du parti stalinien jusqu’en 1981, ainsi que la politique dite d’union de la gauche.

    Le stalinisme a laissé des traces considérables dans de nombreux esprits qui en ignorent pourtant l’histoire et les méandres. Est-ce si surprenant ? Je prétends que Mélenchon – et tant d’autres ! tant d’autres ! – maintient des formes de pensée et d’action qui ont à voir avec le stalinisme. Peut-on juger sans importance son soutien à des despotes comme Chavez, Castro ou les bureaucrates chinois ? Son éducation politique dans la secte nommée OCI ? Ses 31 ans au parti socialiste et le modèle de gestion de la fédération qu’il dirigeait avec son ancien ami Dray, l’Essonne ? Sa prise de pouvoir dans Frères des Hommes, à l’automne 1991, dont plus personne n’entend parler ?

    Je n’y insiste même pas. Mélenchon est à mes yeux un politicien professionnel, qui doit – je l’espère en tout cas – avoir sa part de sincérité. Et alors ? Il suffirait donc d’une série de postures pour changer un cheval de retour de la politique en fringuant destrier ? Mais l’histoire est pleine de cocufiages de ce genre ! Et certains en redemandent ! Enfin, voyons ! Cet homme reprend à son compte l’héritage de Marchais et celui de Mitterrand ! Sans signification, vraiment ?

    L’un des drames de cette petite histoire, car c’est une petite histoire, c’est qu’elle révèle une fois de plus la soumission à l’autorité qui se trouve à la base même de la relation politique de tant de personnes, sans doute respectables pour la plupart. Ce qui me navre au-delà de ce que je peux livrer, c’est de constater combien il est facile de succomber à la fascination du Maître. « Ni Dieu,ni César, ni tribun ». Je crois que j’en suis encore là.

    Fabrice Nicolino

  127. A Lionel,

    Merci pour le lien du site de palim-psao que je ne connaissais pas et dans lequel j’ai pris connaissance des résumés que vous m’avez indiqués.
    Il y est fait référence au »Manifeste contre le travail » que j’avais lu avec intérêt il y a déjà quelques années et que vous devez sans doute connaître (un livre à mettre entre toutes les mains, surtout en cette période !).

    Cordialement.

    René.

  128. @René,
    Oui j’ai lu il y a quelques temps ce manifeste fort intéressant mais le livre n’est hélas plus publié.

    On peut cela dit le trouver en version intégrale ici

  129. Merci M. Nicolino pour votre réponse.

    Tout d’abord, Mélenchon ne soutient pas Chavez. Il s’inspire des révolutions des peuples d’Amérique du Sud, ce n’est pas pareil. Il reconnaît que les changements là-bas sont loin d’atteindre la perfection. Ils sont juste une source d’inspiration. Mélenchon a condamné les récents propos de Chavez concernant son soutien à Kadhafi, qui me font vomir autant que vous.
    Pour ce qui concerne la Chine, Mélenchon dit simplement que le dalaï-lama n’est pas un sage qu’on s’attendrait à voir léviter à tout moment ; que l’esclavage y était pratiqué encore il y a quelques années ; et que les Tibétains prétendent chasser plusieurs millions de Chinois (ou plusieurs centaines de milliers, je ne sais plus) qu’ils considèrent comme des occupants alors que ce n’est pas exactement la réalité. Ce n’est pas parce que Mélenchon dit ça qu’il est pro-Chinois.

    Pareil pour Cuba, il dit que ce n’est pas une dictature, mais il précise que ce n’est pas non plus une démocratie.

    Enfin, pourquoi parlez-vous de « soumission à l’autorité » ? Pourquoi cette insulte ? C’est une insulte de dire que les sympathisants/militants de Mélenchon sont soumis à son autorité ! Ne méprisez pas le monde entier, M. Nicolino. Nous sommes beaucoup à être du même côté, du votre, à vouloir la fin de l’industrie, à ne pas avoir la naïveté de prôner une « industrie verte », une « industrie à visage humain » et tout ce blabla ! Plus que vous ne le croyez !

    Aimeriez-vous qu’on dise de vos lecteurs qu’ils sont des nicoliniens/nicolinistes qui boivent vos paroles et vous vouent un culte ?

    « Succomber à la fascination du Maître. »

    Pourquoi, Monsieur Nicolino ? Pourquoi une telle rhétorique ? Pourquoi « Maître » ? Pourquoi « fascination » ?

    Je pense que je vais bientôt écrire un article en appliquant sur votre personne et sur vos lecteurs les méthodes que vous appliquez sur Mélenchon et ses « mélenchoniens »/ »mélenchonistes ».

    Je parlerai de « nicolinistes », de « niconiliens », de « nicolidolâtres ». Vous apprécierez le procédé.

    Vous insultez beaucoup de monde en disant que Mélenchon est pour ses sympathisants un « gourou », une « idole ». Je vais donc faire pareil avec vous : Nicolino le gourou, le chef, l’idole, le Maître (avec la majuscule) de ses fidèles nicoliniens.

    Enfin, je veux vous poser une question qui je pense vous mettra mal à l’aise : si les « mélenchoniens », comme vous dites, sont staliniens ou pas écologistes, ou simplement naïfs, est-ce valable pour les gens d’EE-LV, pour ceux du PS, pour ceux du NPA ?

    Mais alors tout est perdu, il n’y a plus que des capitalistes, des sociaux-mous et des stals dans le pays, à part vous et vous « nicoliniens ». Que faire alors si toute la terre est méprisable ?

    Il est vrai qu’au PS les gens ont abandonné toute ambition de changer le monde. Mais est-ce qu’en leur crachant dessus cela changera les choses ? Non ! Il faut les pousser ! Poussez tous ces gens, mais ne méprisez pas ce qui sont du même côté que vous ! Comme vous je méprise ces communistes staliniens pro-nucléaire INCURABLES. Comme vous je comprends qu’ils sont incurables. Quoi que. Pas tous. Et Mélenchon sait cela, il en est conscient. Il n’est pas stalinien. Mais ne méprisez pas la terre entière. J’aimerais tellement vous voir débattre avec lui ! Vous êtes allé à Arrêt sur images. Pourquoi ne pas l’y rencontrer un jour ?

  130. @ RV (le 23 septembre 2011)

    Il y a de nombreuses raisons pour une production d’énergie décentralisée, et généralement les raisons invoquées sont techniques. Comme par exemple, 2/3 de l’électricité est perdue en chaleur, 1/2 du coût de l’électricité est le coût du réseau, ou bien la cogénération, si efficace mais qui ne peut être que locale puisque la chaleur ne se transporte pas, etc. Le Rocky Mountain Institute

    http://www.rmi.org/rmi/Distributed+Energy

    est riche en informations de pointe sur l’énergie.

    D’ailleurs la grande majorité de l’énergie produite et dépensée aujourd’hui dans le monde, sous toutes ses formes, est produite et consommée localement, donc décentralisée. Que ce soit la biomasse, la nourriture (qui a une composante énergétique), et presque toutes les énergies renouvelables.

    Mais ce que je trouve vraiment remarquable dans le texte de

    http://valognesstopcastor.noblogs.org/

    c’est que l’argument n’est pas technique mais plus profond, c’est un argument qu’on pourrait qualifier de réellement technologique, au sens ou la technologie est le produit de la rencontre entre la nature et la physique d’une part, et la société et sa philosophie d’autre part.

    Tout le monde ou presque (y compris chez les « nucléocrates ») admet que le nucléaire oblige a repenser le rapport entre la technique et la démocratie. Le texte cité plus haut résume en quelques phrases ce qui me semble une attitude moderne et mature par rapport a la technique, attitude qui n’aurait peut-être pas été rendue si urgente si le nucléaire n’avait pas existé.

    Pour répondre plus spécifiquement a votre question sur le risque d’avoir des « déserts électriques », (je ne dis pas « déserts énergétiques » car les sources d’énergies locales sont toujours existantes et diverses) je pense que la question perd de sa gravité apparente si l’on reconnaît que chaque région a ses spécificités énergétiques. La mutualisation des coûts et des ressources est un choix politique très noble et justifié, qui ne nécessite aucunement l’imposition d’une solution technique unique. Au contraire, exploiter au mieux les spécificités régionales, au delà de l’efficacité purement technique, permet de faire le choix de la mutualisation de manière plus consciente et plus démocratique.

    De plus, il y a une taille optimale pour tout système technique, étroitement corrélé avec un choix de société. Un mur de briques ou de parpaings se monte a la main. Un mur d’éléments préfabriqués de hauteur d’étage se monte avec une grue. Au delà du calcul purement économique de l’économie d’échelle se pose la question du capital nécessaire et des possibilités que cela exclue. Il y a aussi des coûts de gestion et de non-flexibilité associés au gigantisme. Et puis d’une manière générale la diversité est toujours plus résistante aux accidents et crises en tous genres, plus « résiliente », que la solution unique.

    Tous ces aspects sont bien décrits par Schumacher, dans « small is beautiful ». Et c’est comme cela que le monde fonctionne dans les faits. Le gigantisme est une idéologie qui ne fonctionne que dans des circonstances exceptionnelles, des points de vue géographique ou historique !

    ——————————-

    @ Laurent Fournier le 23 septembre 2011
    Cette idée de production “locale” ressort ici et là depuis quelques temps déjà. Elle m’interroge à plusieurs titres. Est-ce que produire local ne risque pas de créer des déserts énergétique ? Quand au sortir de la guerre a été créé EDF c’était dans le but d’apporter la fée électricité aux quatre coins de l’hexagone jusque dans les coins les plus reculés et pour un prix unique. Ce qui a été fait, il me semble. Depuis quelques temps déjà la politique d’EDF a été notablement modifiée et l’on a vu cette entreprise investir hors de France et se préparer à la privatisation. Si l’on récuse le danger de déserts énergétique c’est que cette électricité produite localement devra être transportée là où elle n’est pas produite localement, ce qui semble vouloir dire un fort développement du réseau de transport Donc la multiplication des lignes à haute tension. Haute tension parce que plus la tension est élevée moins il y a de pertes.
    Quels avantages voyez vous à la dissémination des moyens de production électrique ?

  131. Chère Sabine,

    Merci de votre réponse mesurée et constructive. Je respecte pleinement votre point de vue et votre sincérité.
    Telle n’est pas ma façon de voir les choses, singulièrement, je le répète, au sujet de l’analyse plus qu’ « orientée » (selon vos propres mots !) de Collon.
    Cordialement,

  132. Rachid,

    Des formules, fussent celles de la République, ne démontrent rien. Sauf l’inanité de vos propos.

    Soyez aimable de ne pas mêler le noble triptyque de la République à vos délires collectivistes et mortifères.

    Merci.

  133. Henri D,

    Votre plaidoyer pour justifier le culte de la personnalité malsain et même poisseux qui règne autour de la personne de Mélenchon est pathétique et sidérant.

    Votre façon de ratiociner pour défendre l’indéfendable et justifier l’injustifiable fait froid dans le dos.

    Eclairez-moi : croyez-vous vraiment à ce que vous déblatérez ?

  134. @ Henri D;

    … »Pareil pour Cuba, il dit que ce n’est pas une dictature, mais il précise que ce n’est pas non plus une démocratie »…

    -Ouvrons un dictionaire:
    La dictature désigne un régime politique dans lequel une personne ou un groupe de personnes exercent tous les pouvoirs de façon absolue.

    -La constitution cubaine ne reconnaît qu’un seul parti légal: le Parti Communiste de Cuba !
    Il faudra expliquer à Mélenchon ce qu’est une dictature, ou le mot.
    Enfin, pour ma part, « ni dieux, ni maîtres », Fabrice n’est pas mon maître.

  135. @Fabrice, Philou, René, Bakounine :

    Fabrice a écrit : « Il faut envisager avec sérieux la destruction de l’organisation sociale et industrielle existante »

    A ce propos, un colloque organisé à Lyon le 11, 12 et 13 novembre 2011 par l’association La ligne d’horizon -les amis de François Partant-, penseurs d’une société de l’après développement, promet d’être carrément intéressant et j’espère bien y aller.

    Sans idolâtrie aucune, il y aura du beau monde : Bertrand Louart, Alain Gras, François Jarrige, Clément (de palim-psao) et des ex-admins de decroissance(point)info (bug-in, deun, ktche, ivani) qui sont vraiment pertinents sur des sujets comme ma technique et la critique de la valeur.

    ==============================
    Qu’est ce que l’industrialisme ?

    Voici la première question que ce colloque, à l’initiative de l’association La Ligne d’Horizon, souhaite mettre en lumière.
    Socialisme et capitalisme (ou plutôt socialismes et capitalismes ?) ont un fond commun, l’industrialisme, un système dont la production industrielle est le pivot, mais qui ne se limite pas au secteur industriel.
    L’industrialisme n’est pas seulement le productivisme. C’est un ensemble cohérent d’habitudes et de processus, incarné dans nos mentalités, dans des objets et dans une organisation de l’espace et du temps. Cette cohérence évolue au prix de multiples conflits.
    Est-il dissociable de l’appétit de profit et de domination ? Est-ce qu’il n’assujettit pas tous les champs de la vie humaine, par ses séductions et par une liberté illusoire ? Ne s’impose-t-il pas particulièrement par la violence des conditions de travail et par la marchandisation des rapports entre les hommes ?
    Aujourd’hui, avec le pillage des ressources et le rejet de ses déchets, l’industrialisme pèse sur la planète entière et se retourne contre le vivant. Son hégémonie prive le citoyen, à la fois coupable et victime, de la maîtrise de ses choix et de ses moyens d’existence, et nie finalement les valeurs du Progrès dont pourtant elle se réclame…

    Ensemble, nous chercherons à caractériser ce qu’est l’industrialisme et comment il nous tient, en examinant des domaines aussi divers que l’agriculture, l’industrie, les transports, l’urbanisme, le travail, l’éducation et la santé.

    programme :
    http://www.lalignedhorizon.net/wikka.php?wakka=Actualites

  136. @Lionel, d’accord avec toi, il est clair que l’industrialisme, avec ce qui en découle : valorisation de l’argent; du pouvoir; du travailler plus pour dépenser plus pour asservir et s’asservir plus est à l’origine de nombreux problèmes ou en amplifie.Et que si les hommes se libéraient du paraître et du superflu, nous pourrions vivre dans une société où moins de 2 jours de travail hebdomadaire suffiraient à assurer les services de bases : nourriture, santé…

    Cependant une écrasante majorité n’en non pas conscience, mais aussi certains jalousent celui qui se détourne du consumérisme actuel.

    Toutefois il ne faut pas tomber dans le sectarisme comme beaucoup de militants de partis politiques (ump, npa…)et considérer qu’une telle prise de conscience ne s’effectue pas forcément d’un claquement de doigts aussi il faut rester ouvert sur les différences d’autrui sans renier pour autant ses convictions.

  137. Evitons aussi les amalgames, athée et non communiste je ne considère pas pour autant un religieux comme un inquisiteur ou un communiste comme un stalinien s’il y a eu des Thorez il y a eu aussi des Guingouin.
    N’attendons pas de se retrouver entre personnes peu différentes pour agir, ce n’est pas en faisant 35000 groupuscules que nous serions efficaces, ne reproduisant pas les erreurs du passé comme les divisions du front républicain lors de la guerre d’Espagne.

  138. A Lionel,

    Merci pour l’information sur le colloque organisé en novembre à Lyon par « La ligne d’horizon », association dont j’ai appris l’existence grâce à vous.
    Malgré l’intérêt qu’il présente, je ne pense me rendre à pour des raisons d’éloignement ( j’habite à plus de 400 kilomètres de Lyon). J’espère que des actes de ce colloque seront publiés et j’ai l’intention d’en prendre connaissance à leur parution.

    Cordialement.

  139. @René,

    Je pense bien que les actes seront publiés.
    En 2002, lors de leur très bon colloque Défaire le développement, refaire le monde, un numéro de la revue l’écologiste (le n°6) les publiait :
    http://www.ecologiste.org/contents/fr/p33.html
    Ils sont ensuite sortis en livre :
    http://www.scribd.com/doc/35160506/Livre-Complet-397-Pages-Defaire-Le-Developpement-Refaire-Le-Monde-Decroissance-Latouche-Rist-Brune-Mondialisation-Ecologie-Capital-is-Me
    et même des extraits en émission de radio :
    http://www.lapetiteradio.org/spip/spip.php?article41

    J’essaierai de récupérer des enregistrements sonores.

    Cordialement.

  140. Si l’industrialisme forcément associé à l’argent « travailler plus pour gagner plus » pour dépenser et exploiter plus » conduit à la ruine.
    Il en va de même pour le pouvoir, permettant de s’enrichir et d’exploiter, il est aussi un outil pour le possédant, vivant dans la peur de perdre son statut, de continuer sa boulimie. Outil qui utilise la technologie (informatique, implants, drones…) pour dévaster plus.

  141. Je reviens vers ce blog (une fois par mois environ) et j’ai rarement vu un tel concentré de défenseurs de Mélenchon. J’espère qu’ils ont laissé au moins autant de commentaires sur les blogs de l’UMPS ou du FN.
    Fabrice est anti-stalinien de près et de loin, donc je me range à ses côtés, malgré certains de ses raccourcis un peu lapidaires. Surtout qu’il sent bon, aussi l’humaniste, le libertaire et l’écologiste RADICAL.
    La radicalité des valeurs écologiques, humanistes et libertaires est la SEULE attitude à avoir de nos jours, les dégats deviennent de plus en plus irréversibles. Ceux et celles qui viennent sur ce blog doivent s’attendre à prendre des coups dans la gueule, des électrochocs, et non pas des flateries ou autres tapettes sur le dos. Merci Fabrice pour tes écrits.

  142. @Alain Grizzly

    …et vous l’aurez peut-être remarqué, la très grande majorité des gens n’appliquent pas votre attitude.

    donc la question qui traverse tout ses posts est toujours entière.

    on fais quoi ? c’est bien les electrochocs, mais finalement il n’y à que les catastrophes qui amènent le peuple à se remettre vraiment en question.

    le front de gauche propose de redonner le pouvoir au peuple. je vois moi là une possibilité de faire avancer vos idées justement.

    je pense que vous ne saisissez pas suffisament les rapports de force sociaux en jeux, la domination totale de la finance…et si vous ne commencez pas par renverser cet état de fais, vous n’arriverez à rien.

    c’est ce que je pense, et la multitude de post précédent qui se contente de taper sur Melenchon parcequ’il n’est pas « assez » ou « trop » je sais pas quoi, finalement aboutisse à la réponse :

    – il faut se bouger, il faut sortir du productivisme.

    et bien bon courage les gars…

  143. A Lionel,

    Merci pour toutes les informations. J’ignore si vous connaissez la revue « Entropia » qui paraît deux fois par an (un numéro au printemps, le second à l’automne). Si tel n’est pas le cas, je ne peux que vous en recommander la lecture: les contributions que l’on y trouve sont de qualité, certaines étant excellentes.

    Cordialement.

  144. A René,
    L’organisateur du colloque m’a confirmé que les actes seront publiés aux éditions L’échappée (Biagini/Carnino) ! 🙂

    J’ai chez moi les 5 premiers Entropia, c’est une très bonne revue il est vrai, je ne sais pas ce que ça a donné par la suite.

    J’ai abandonné ensuite vu que j’ai connu la très bonne revue O.L.S. Offensive Libertaire et Sociale, qui en plus, publie les anciens numéros gratuitement sur son site :

    http://offensive.samizdat.net (le serveur web semble tombé ces temps-ci).

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Offensive_libertaire_et_sociale .

    Leur dernier numéro « La contre révolution informatique » est tout à fait pertinent.

    Faudra que je rejette un œil un jour sur Entropia.

    Merci pour le conseil.

  145. @ Lionel,
    « la très grande majorité des gens n’appliquent pas votre attitude » : CERTES, la majorité silencieuse se cache derrière des «je ne veux pas faire de la politique », « on n’y peut rien » ou autres « ça a toujours été comme ça ». Attention, je ne parle pas de Mélanchon et des militant(e)s qui l’accompagnent.
    Pour moi ces phrases ont toujours sonné comme un aveu de perte de son humanité et de sa dignité. Les mêmes perdent leur temps devant leur télévision, et souhaitent juste avoir une voiture, une maison ou une paire de basquettes meilleure que celles de son voisin le plus proche (société du Catalogue et de la façade). Les mêmes sont capables de dire, en prenant des airs de philosophes, des aberrations du style « il ne faut pas changer mon mode de vie » ou « il y a trop d’impots »… C’est une façon de vivre lamentable et pourtant chaque vie ne dure que quelques mois : la mienne je la critique, je la réfléchis et je l’inculque à mes enfants (parfois malgré moi).
    Mais même si la radicalité se veut exemplaire, effectivement, cela ne suffit pas, les actions exemplaires sont brouillées et détournées dans une société médiatique. Je peux illustrer avec le bio : on a beau montrer que le bio fonctionne, qu’il est efficace, qu’on l’importe des pays étrangers tellement il est réclamé etc … et bien il y aura toujours un « expert » à la radio ou à la TV pour dire que le bio ne pourra jamais nourrir toute la population française ou la population mondiale parce que c’est TROP cher. Devant l’expert aucun journaliste ne prend sur lui pour dire que la politique c’est justement d’intervenir et de rendre le bio moins cher localement pour éviter de l’importer et pour aider notre économie, baisser la pollution etc … Idem pour le nucléaire et tous les thèmes qui parcourent ce blog. La propagande marche à fond, nous sommes d’accord mais, PARDON (à moi les coups de bâton), je soupçonne Mélanchon de rester au niveau de la propagande : c’est sa propagande, réchauffée, vivifiante, exaltante, pleine d’espoirs (à mi-chemin …), CONTRE celles des autres, également réchauffées.
    « le front de gauche propose de redonner le pouvoir au peuple », Oulala ! ça c’est du Che Guevara ! Pourtant je n’avais pas lu dans le programme du Parti de Gauche(presque 200 articles de propositions) que les fonctionnaires allaient élire et mandater leur hiérarchie avec révocation de ceux qui seraient à la solde libérale. Je n’avais pas lu non plus que les salariés allaient transformer toutes les entreprises en SCOP et que les SARL et autres SA seraient interdites afin d’empêcher les riches de jouer ou de spéculer avec l’argent durement gagné … ou qu’il allait fermer la Bourse .. ou qu’il allait aider la paysannerie à s’organiser collectivement pour casser le vol des distributeurs (la proposition 120 est bien loin du compte)… ou qu’il allait INTERDIRE toute utilisation de produits chimiques dans l’agriculture et l’alimentation afin d’arrêter les maladies chroniques qui bousillent le peuple (les 50 propositions écologiques tournent autour de ça sans aller au fond du problème), ou qu’il allait confier l’éducation nationale aux enseignants et aux populations locales, ou qu’il allait abattre les reliquats centralistes et nombreux de l’ère naponéonienne (comme les préfectures) etc … etc … Il y a bien dans les propositions du Parti de Gauche un gros coup de nettoyage, un débat sur la place du travail, une remise en marche des services publics, un contrôle des banques et des médias etc … mais de là à « redonner le pouvoir au peuple ». .. Est-ce qu’il y aurait un début à une émancipation du peuple avec sa constituante ? Toutes ces propositions restent dans un cadre centralisateur et étatique, cadre qui, selon moi, devrait exploser sous risque de continuer à produire des lois inutiles ou contournables par les nuisibles.
    Ressortir les vieilles bibles (Jaures …) et les réchauffer est insuffisant.
    Premièrement parce que la population n’a plus de culture politique et qu ‘elle ne sait même plus , par exemple, pourquoi il y a des services publics. Tout au plus elle attend un homme ou une femme providentiel(le), ça c’est le réflexe qui fait le beurre d’une Marine Lepen …
    Deuxièmement parce ce ces recettes ont toutes mal virées malgré parfois les meilleurs intentions du monde et qu’elles sont toutes DIRIGISTES et PRODUCTIVISTES. (et qu’elles conviennent aussi aux hommes providentiel s).
    Que faire alors ? il y a une dizaine d’années j’ai cru, pendant un court moment, que Bové deviendrait un Ghandi à la française (sic !), entrainant derrière lui le PEUPLE (toujours l’homme providentiel), mais il s’est freiné (trop perso ou peur du collectif ?) ou ils l’ont abimé avec les séjours en prison et les procès … Mélenchon pourrait-il reprendre le flambeau ? Alors faut-il demander à un homme politique de notoriété publique qu’il fasse comme les faucheurs d’OGM mais au niveau social : qu’il occupe la bourse et se fasse mettre en prison, qu’il refuse de discuter avec Marine Lepen dans les couloirs du parlement européen, qu’il condamne tout ce qui est condamnable, qu’il aille jusqu’au fond de ses propositions … Peut-être, il y a toujours quelque chose à bousculer pour réveiller le PEUPLE. Mais avec Mélenchon je suis sceptique parce qu ‘il y a autre chose : les gens ne changent pas, certains se créent un costume ou une carapace mais ILS NE CHANGENT PAS ! J’ai assez vécu pour revoir les odieux ou les lèche-bottes que je fréquentais à l’école primaire : 40 ans après ce sont les mêmes, mêmes défauts, mêmes qualités, mêmes tendances et mêmes attitudes. Un homme ne change pas, comment penser que Mélenchon ferait mieux que ce qu’il a fait avant, malgré ses nouvelles paroles fortes qu’il développe et expose depuis une dizaine d’années et malgré sa nouvelle bande de camarades ???

  146. @Alain Grizzly,

    Merci pour ces explications mais je ne suis ni d’accord avec les mélenchonniens visés par vos propos, ni avec vous (sauf concernant les produits chimiques).

    Créer des SCOP et fermer la bourse ne redonnera pas le pouvoir au peuple : le peuple est possédé par la forme-sujet (qui est en crise aussi (*)) et a intériorisé les catégories de base de la forme de vie capitaliste (travail, marchandises, argent, valeur).

    Relocaliser l’économie, horizontaliser la hiérarchie dans le travail et partager équitablement les profits (SCOP) et s’attaquer à la finance ne rompt en rien les fétichismes à partir desquels les problèmes que nous connaissons prennent racine.

    Cela reculera le curseur éventuellement d’un cran pour vivre encore et toujours la même chose.

    (*) Comme Gérard Briche nous en parle dans son texte pertinent :
    Crise moderne de la forme sujet

  147. Très bon site que vous mettez en lien, j’adhère à bon nombre de ces critiques.

    Le salarié est physiquement et mentalement attrapé,
    comment va se libérer l’esclave, le prisonnier ?
    Lui montrer ses chaînes,
    va-t-il s’enlever tout seul les chaines ?
    Lui monter la porte de sortie,
    va-t-il tourner la poignée tout seul ?
    Passer par un long tunnel,
    va-t-il trouver le chemin tout seul dans la pénombre ?
    Au bout du tunnel il est est ébloui par le soleil,
    va-t-il se jeter dans la lumière ou faire demi-tour ? va-t-il devenir aveugle ou va-t-il trouver une protection, ou encore va-t-on lui prêter des lunettes de soleil ? ces lunettes ne seraient pas déformantes par hasard ? Pourvu qu’il ne reprenne pas un autre tunnel par mégarde et qu’il retombe dans un trou …
    Effectivement, sous le soleil il dispose de milliers de posibilités ?
    Va-t-il choisir la bonne ?

    A chaque étape son fardeau …

  148. À Alain Grizzly,

    Je pense que votre commentaire s’adressait à un certain seb en fait.

    Cela-dit, je suis content que le site sur la critique de la valeur (des fétichismes de la marchandise et du travail) – vous ait plu et que vous adhériez à nombre de ses critiques.

    Cette approche permet d’appréhender le mouvement perpétuel dans lequel nos vies sont prisonnières, et de s’en prendre à la société capitaliste marchande (qui est un fait social total avec d’être un système économique) et non pas au seul libéralisme (comme la plupart des soi-disant anticapitalistes ou la gauche en général le font).

    J’aime bien votre texte sur l’esclave et les milles possibilités.

  149. ah la la,qu’est ce que je déteste les situationnistes et leur théories… Il me semble toujours entendre un discours paranoïaque et platonicien basé sur des analyses policières de la société. Le « peuple » y est haï, car c’est la foule crétine et bête qui consomme de la merde, ne « change » pas et est responsable du merdier dans lequel on serait. Pour ma part j’essaie de naviguer entre la paranoïa (je suis émancipé de la société tyrannique et vois mes frêres humains entravés, aveugles et brutes) et la schizophrénie (décalage entre les pensées et les actes, discours d’impuissance). Mais politiquement je ne connais pas pire qu’un gauchiste qui tire dans le dos d’un autre gauchiste pour cause de non-orthodoxie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *