Je ne suis pas très bon client (sur l’iphone 4 S)

Sans me vanter, je ne crois pas être un très bon client de la marchandise. Je n’ai pas de bagnole, pas de télé, pas de téléphone portable. Mais j’ai un ordinateur – sigh -, ce qui me fait de temps à autre mal aux tripes. Compte tenu du travail que je fais, il m’eût fallu en changer pour ne pas posséder un ordinateur et me servir d’internet. J’aurais pu, certes. Je ne l’ai pas fait, et me contente de maudire Jobs et Gates, les frères jumeaux de la surveillance planétaire de tout ce qui bouge encore.

À ce propos, et pour compléter l’article précédent consacré à François Hollande, voulez-vous connaître un événement qui ne soit pas, lui, de détail ? Qui ne soit pas, lui, contingent ? Voyez donc le succès grandiose de l’iphone 4S de feu Steve Jobs (ici). En trois jours, quatre millions d’exemplaires de cette nouveauté ont été vendus dans les sept pays, dont le nôtre, où il était proposé. Soit deux fois plus que l’iphone 4 dans la même durée et les mêmes lieux. Bientôt, on le trouvera dans 22 pays, puis 70, et probablement le reste – la Guinée Équatoriale, le Zimbabwe, Belize, les îles Andaman ? – un peu plus tard. Je cite le journal La Tribune : « Plus de 25 millions de propriétaires d’iPhone de générations antérieures ont téléchargé la mise à jour logicielle iOS5 ».

Mais le temps est venu d’avouer que je ne comprends rien à cette dernière citation. Et que je n’ai aucune idée de ce qu’est un iphone 4, fût-il S. Bien entendu, vous n’êtes pas obligé de me croire. Je ne le sais pourtant pas. Je n’ai jamais envoyé un seul texto de ma vie et ne sais pas me servir d’un téléphone portable. Je crois que je mourrai au fond d’un ravin,  exsangue et seul, incapable d’appeler au secours par manque de téléphone portable. Et ce sera bien fait, car nombre de personnes attentionnées m’ont prévenu : je mourrai seul.

Sans rire, j’ignore tout des vraies merveilles du monde. Mais je vois en tout cas que l’un des ressorts premiers de notre marche à l’abîme, c’est ce délire de consommer n’importe quelle connerie, pourvu qu’elle fasse saliver, pourvu qu’elle soit propulsée convenablement par les réclames appropriées. Le succès de l’iphone 4 S est beaucoup, beaucoup plus important que celui de Hollande, et il rassemble au fait, dans une admirable unité nationale, fascistes et partisans du NPA, mélenchonistes et villepinistes, hollandais et staliniens, sarkozystes et laguillieristes. Ne cherchez pas plus loin la raison de notre incapacité à changer le monde : elle est là.

L’industrie a besoin d’objets et de gogos et gogols qui les achètent sans aucune cesse, criaillant ensuite sur le prix de l’alimentation bio. Les premiers les exténuent au travail puis les tuent. La seconde leur accorderait meilleure santé en permettant à de vrais paysans de poursuivre leur route. Et bien sûr, nos adeptes de l’unité nationale – vous, qui sait ? – choisissent les premiers, et vomissent la seconde.

Il n’y aura jamais le moindre changement sérieux sans une chasse aux objets, jusqu’au tréfonds des esprits. Elle passe évidemment par la destruction à la racine de la publicité industrielle. Elle oblige, plutôt elle obligerait à considérer l’aliénation comme le phénomène politique majeur, transcendant toutes les barrières politiques dont sont si fiers les militants. Que je plains, les pauvres, de prétendre – pour certains – condamner la société capitaliste quand ils en sont, en vérité, les soutiens les plus vibrants.

En somme et en résumé, le mécanisme industriel de production de masse d’objets inutiles et pourtant dévastateurs, voilà l’ennemi. Avis ! Dernière prime : « Attendu sans doute au printemps 2012, le prochain iPhone 5 a été supervisé par Steve Jobs de sa conception jusqu’au design final ». C’est tiré d’un site appelé Cnet France, sous le titre admirable : « Le projet posthume de Steve Jobs ? ». Non, ce n’est pas une farce.

54 réflexions au sujet de « Je ne suis pas très bon client (sur l’iphone 4 S) »

  1. Le buzz, toujours le buzz.

    Arrétez tous de parler de l’iPhone et d’Apple et le buzz s’éteindra, et les iPhones se vendront moins etc…

    Mais non tout le monde tombe dans le panneau, car il faut bien l’avouer, parler d’Apple rapporte des lecteurs…

  2. « Bien entendu, vous n’êtes pas obligé de me croire. Je ne le sais pourtant pas. Je n’ai jamais envoyé un seul texto de ma vie et ne sais pas me servir d’un téléphone portable. » Dis-tu.

    Je te crois, et tu sais que tu n’es pas seul.

  3. Je fais partie des hérétiques sans portable.
    Ce qui est marrant, c’est que, si, il y a 10 ans, on me disait « Quoi ? T’as pas de portable ? Mais comment tu fais ? », et ben maintenant on me dit « T’as pas de portable ? T’as de la chance ! ».

    Est passée sur Arte il y a quelques temps un reportage très bien fait sur l’obsolescence programmée, ou comment on ne nous vend que des trucs qui tombent en panne alors qu’on sait faire les mêmes trucs inusables (ampoules, collants, par ex.). Pire, on programme même certains bidules (imprimante par ex.) pour qu’ils tombent en panne après tant de temps d’utilisation. C’est le suicide programmé des objets !! STOP à tout ça, et vive la décroissance.

  4. « Je ne l’ai pas fait, et me contente de maudire Jobs et Gates, les frères jumeaux de la surveillance planétaire de tout ce qui bouge encore. »
    C’est comme pour le reste, on est pas obligé de subir. On peut se libérer et passer à des systèmes libres (par ex GNU Linux). Comme, en plus, c’est moins gourmand en ressoures tu pourras aussi moins consommer en ne changeant pas de PC tous les 3 ans parcequ’il est soit-disant dépassé…

  5. Attention, attention !
    Parmi les sources de suspicion (voire les pièces à conviction…) des très dangereux terroristes de Tarnac se trouvait le fait de ne pas posséder de téléphone portable.
    Alors, mourir seul dans un ravin avec un portable sur l’une des oreilles est-il préférable à mourir seul avec les oreilles tranquilles sous des cheveux (ou « feuilles » sur feuilles) ?
    Comme c’est moins drôle not’ monde que celui du Capitaine Haddock : pour lui, le problème, c’est juste dormir avec la barbe dessus ou dessous le drap du lit.

  6.  » En somme et en résumé, le mécanisme industriel de production de masse d’objets inutiles et pourtant dévastateurs, voilà l’ennemi  » nous dit Fabrice Nicolino.

    Encore que le vrai vrai ennemi soit moins le « mécanisme industriel » que le carburant qui alimente ce mécanisme industriel. Ce carburant-poison a 2 têtes: ils se nomment « mode » et « tendance », ils s’accouplent à l’infini créant chaque jour des objets sans lendemain, et donc inutiles. Cela va du gadget vestimentaire, style tong très tendance qui ne dure que l’espace d’1 mois, en passant par le verrouillage centralisé des bagnoles pour finir par le store électrique.
    Et j’en passe, et des bien meilleurs…

  7. Complètement d’accord avec ton analyse, Fabrice,et surtout cette phrase qui correspond à ce que je pense depuis quelques temps : »Le succès de l’iphone 4 S est beaucoup, beaucoup plus important que celui de Hollande, et il rassemble au fait, dans une admirable unité nationale, fascistes et partisans du NPA, mélenchonistes et villepinistes, hollandais et staliniens, sarkozystes et laguillieristes. Ne cherchez pas plus loin la raison de notre incapacité à changer le monde :elle est là. »
    Moi non plus je n’utilise pas de téléphone portable et toutes ces nouveautés me passent au dessus de la tête.A noter que l’entretien hygiénique des cabines téléphoniques n’est plus fait, ce qui est scandaleux, et qu’il faut parfois avoir le coeur bien accroché pour y passer un coup de fil…Mais ma tranquillité est à ce prix là .

  8. Moi aussi, sur ce site, j’étais contente d’affirmer il y a quelques années que j’avais supprimé le portable . Depuis j’encadre à nouveau des personnes, cette fois des enfants, souvent en ballade en forêt . Je n’imagine pas ces déplacements sans portable , ni mes employeurs et à juste titre, question de responsabilité et de sécurité . Mon portable vient de brocante. Il a peu de fonctions mais …fonctionne .
    la question, ce n’est pas pour ou contre le portable ,(ou l’ordinateur) car cette invention peut s’avérer très utile , mais effectivement, a-t-on besoin de toutes les applications d’un iphone ou d’un ordinateur ? Et a-t-on tous besoin d’un portable ?
    Devenir des humains (je déteste et refuse le terme « consommateur » dont nous affublent nos sociétés marchandes . Nous sommes bien plus que cela. ) responsables dans leurs façons de consommer les ressources terrestres me semble majeur .
    @ Fabrice, mourir seul ? Bah, on aura voulu maladroitement te faire réagir …mais laisse tomber les ravins quelques temps , oki ?!

  9. Ben moi avec le recul je n’arrive pas à être une sainte 😉
    Est-ce qu’on ne pourrait pas imaginer un monde où les personnes âgées, malades ou a mobilité réduite pourraient se déplacée en voiture…Garder un système d’appel d’urgence pour que les personnes âgées puissent restée indépendantes le plus longtemps possible?
    Moi même sur ma bécane dans les côtes je sens bien qu’a un moment donné je serais bien contente d’avoir un boitier électrique sur mon vélo…

    Est-ce qu’on ne peut pas imaginer qu’on ne rejette pas tout en bloc comme avec la médecine?
    Je suis restée sans GSM un moment, puis j’en ais repris un pour les seniors de ma famille; ça m’emmerde mais ça a permis a ma tante d’avoir une fin de vie plus confortable… Avec le sentiment désagréable que elle; a eut accès à un luxe que d’autres qui ont fabriqués cet engin n’ont pas eut.
    On est là pour imaginer un monde plus équilibré non?
    Une bonne utilisation où un mésusage, c’est une idée qui fait son chemin chez moi. Mais peut-être que je me plante?

  10. « Que je plains, les pauvres, de prétendre – pour certains – condamner la société capitaliste quand ils en sont, en vérité, les soutiens les plus vibrants. »

    C’est indéniable et tu aurais pu ajouter : « qui s’obstinent à se rendre aux urnes en croyant agir »

  11. Je cite :

    « …et me contente de maudire Jobs et Gates, les frères jumeaux de la surveillance planétaire de tout ce qui bouge encore.

    Mais je vois en tout cas que l’un des ressorts premiers de notre marche à l’abîme, c’est ce délire de consommer n’importe quelle connerie, pourvu qu’elle fasse saliver, pourvu qu’elle soit propulsée convenablement par les réclames appropriées.

    L’industrie a besoin d’objets et de gogos et gogols qui les achètent sans aucune cesse, criaillant ensuite sur le prix de l’alimentation bio. Les premiers les exténuent au travail puis les tuent. La seconde leur accorderait meilleure santé en permettant à de vrais paysans de poursuivre leur route. Et bien sûr, nos adeptes de l’unité nationale – vous, qui sait ? – choisissent les premiers, et vomissent la seconde. »

    Merci de cette limpidité simple qui correspond tellement à ce que je ressens en me sentant qqfois bien seul…

    Merci.

  12. Il m’énerve grave Fabrice… Il a toujours raison…

    Il y a deux ans, je m’étais mise en colère parce qu’il tapait sur le Roc. Depuis, j’ai compris. J’ai quitté le Roc, je suis à l’ASPAS, et à CVN. Les gros cons de chasseurs sont toujours interdits chez moi.

    Il y a un mois, je m’étais mise en colère parce qu’il tapait sur Mélenchon, et sur son SMIC à 1700 euros. Et aussi sur les militants… Bon, c’est vrai qu’il a été un peu dur sur ce coup, même s’il a expliqué ensuite … Je viens de lire le dernier Michéa, que je vous recommande à tous.

    « L’important, ce n’est pas que les esclaves soient mieux nourris, c’est qu’il n’y ait plus d’esclaves ».

    Rosa Luxembourg

    Ben ouais, il a encore raison le Fabrice, sur le Roc, sur Mélenchon, sur Francine Holbry…

    Et ça m’énerve…

  13. Pas de télé, pas de voiture (même pas le permis), pas de portable, plus de télé.
    Youpi, la vie est belle.
    Quant à « mourir seul », tant de personnes meurent seules aujourd’hui, avec ou sans portable.

  14. À celles et ceux qui ont un téléphone portable ou qui envisagent d’en acheter un, je conseille vivement la lecture de l’ouvrage « Le portable, gadget de destruction massive » dont la version pdf est téléchargeable sur l’excellent site Pièces et main-d’oeuvre : http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=7
    En espérant les faire changer d’avis ou reconsidérer leur discours sur la destruction de la planète

  15. Y en a-t-il beaucoup qui n’ont même pas de téléphone fixe? très très peu je suppose.

    Or quelle est la différence entre un portable et un fixe si nous ne nous en servons que pour téléphoner ?.
    Réponse :
    Le combiné fixe on peut quasiment le garder toute sa vie, le portable on nous incite à le changer tous les ans.
    Alors ne confondez pas ce qui peut être appelé progrès, et qui est neutre socialement, avec le développement mercantile d’objets jetables pour le plus grand profit de certains.

    Alors oui achetez un vieux prortable d’occase, le mien à 12 ans et il fonctionne bien, même s’il ne fait pas appareil photo, studio de cinéma, lecteur MP3, et que je ne pourrai jamais lire ce blog quand je marche seul en montagne.

  16. le pire c’est que les emissions de ces engins fusionnels brulent les cellules et font que les antennes relais sont 100 fois plus puissante,donc la cohérence,no killing,c’est de vivre sans etre en fusion permanente avec les gens et le silence devient rare,S avec leur fétichisme androidal,le meilleur site pour etre au top des mefaits c’est:next-up.org,linky,iphone,smart,gps and co,les ceux qui grillent tout et rendent les gens esclaves des programmes incorporés par les firmes dans ces merdes en plastocs,tous a vos filaires!!

  17. Bien dit. Une résistance éclairée s’impose. Trouver le moyen de rester humain malgré l’ordinateur et ses appendices d’assujettissement de la sensation a la machine, qu’il est de plus en plus difficile d’ignorer, comme en témoignent les réactions, toutes tapées sur un ordinateur (ou sur un téléphone)! Je suis « tombe dans le portable » un peu comme on tombe dans l’alcool, sur le tard, il y a 6 ans, parce que mon employeur me l’avait imposé (et payé y compris toutes les communications) pour raisons strictement professionnelles. Mais après avoir changé de boulot, je m’en suis racheté un avec mon propre argent, et je ne me sert presque plus de la ligne fixe. Qui serait prêt a s’imposer a nouveau la discipline qui était encore la notre il y a seulement quelques années, lorsqu’il était impossible d’être joint en dehors de chez soi ou du bureau ?

  18. Tout est très juste dans cette analyse : « Il n’y aura jamais le moindre changement sérieux sans une chasse aux objets, jusqu’au tréfonds des esprits. »
    Le pire est que les jeunes sont totalement formatés. Nous on sait encore ce qu’est vivre sans portable. Mais eux ??? Et là il n’y a pas de quoi être optimiste…

  19. @bénédicte :
    « la question, ce n’est pas pour ou contre le portable ,(ou l’ordinateur) car cette invention peut s’avérer très utile , mais effectivement, a-t-on besoin de toutes les applications d’un iphone ou d’un ordinateur ? Et a-t-on tous besoin d’un portable ? »

    En fait non, le portable n’est pas neutre, il crée un type de monde, de société et l’usage que l’on peut en faire individuellement compte peu lorsque son usage se généralise.

    Le portable tue évidemment plus qu’il ne sauve de vies.
    Des enfants et des personnes âgées descendent dans les mines de métaux rares comme le coltan (en Rép. Démocratique du Congo ) et meurent prématurément, des enfants et des personnes âgées encore ont leur lieu de vie pollué et sont intoxiqués par les décharges de déchets électroniques à ciel ouvert (inde / Bangladesh…).

    Les accidents dus aux portables en conduisant, les personnes qui se mettent en danger justement à cause du fait qu’elles se sentent en sécurité grâce à ce même portable.

    Les gens sont de plus en plus isolés derrière leurs écrans et le lien social est réifié en lien élecronique aliéné.

    Une névrose narcissique les pousse alors à désirer plus que tout le dernier modèle, les dernière applications pour ne pas être relégué au rancart des ringards de la socialisation l’électronique, à ressentir angoisse et stress si il n’y a pas de réseau, si on n’a pas vu ses textos, si on oublie sa batterie…

    On offre un portable à mamie en disant j’ai pas le temps d’aller te voir avec la vie moderne mais je te paye un portable pour que tu te sentes moins seule. Fi !

    Mais il n’y a pas que mamie, les mouflets aussi passent la plupart de leur temps seuls avec ce mouchard en poche (on s’occupe d’eux en moyenne 42 minutes pour les pères / 1h40 pour les mères), vive le techno-libéralisme et la dépossession générale qu’il engendre ! Et avec lequel ils pourront être joints par n’importe qui à tout moment, échappant à la bienveillance familiale du vieux téléphone filaire du salon.

    Voilà le monde du portable réellement existant. Il n’y en a pas d’autre.

    Contrairement à la voiture ou dans certains cas on ne peut plus se déplacer sans voiture à cause de l’éclatement géographique généré par la voiture, là on a le choix, suffit d’être un peu moins flippé.

    Est-il souhaitable ?

  20. @ Lionel,
    Ma tante a voulu que j’ai un GSM pour pouvoir me joindre à tous moment, évidement je ne suis pas joignable à tous moment… Elle n’en a pas voulu du tout, et ne voulait pas du système de bouton d’urgence parce que cela fait « vieux grabataire »…
    Elle ne savait quand même pas se servir d’un GSM ou n’a pas voulu! J’ai juste essayer d’être digne avec son désir de fin de vie.
    C’est claire qu’un I-phone avec ses applications pour aller sur facebook à tous moment ça n’a pas grand sens!
    Mais on peut imaginer un truc qui est moins polluant et stigmatisant.

    Maintenant va bientôt se poser la problématique de ma fille, elle a neuf ans et son père (en garde alternée) veux la « branché » parce que de temps en temps je l’envoie à la boulangerie du coin pour que petit à petit elle se sente indépendante!
    Temps que les os de son crane ne sont pas soudés, je tiens bon… Mais je ne sais pas combien de temps, jusque là pour elle un GSM c’est comme un paquet de clope « pas bon pour la santé »… Mais bientôt elle sera ado et je ne sais vraiment pas si elle finira « branchée » où non.
    Moi j’ai très bien survécu aux premières « courses » que mes parents m’ont fait faire sans GSM, mais ce monde est dingue!
    Son père panique parce que je lui apprend à faire du vélo sur la route; moi aussi ça me fais paniquer parce que les routes sont dangereuses…Mais c’est pas une raison pour l’élevée dans un bocal non plus, et qu’elle ait un GSM ou non ne change rien au fait que les routes sont dangereuse pour un enfant en vélo!
    Il y a des jeunes qui choisissent de ne pas se brancher, j’en ais croisé…
    A un moment c’est une question de choix, je l’ai dis que je n’étais pas une sainte.

  21. le portable, qui marche grace aux antennes relais surpuissante,fait que les oiseaux migrateurs se paument et meurrent,que les abeilles crevent,j’ai mis un portable pres d’une ruche,c’est radical,pres de mon chien il deteste,les ondes,tout marche dans le vivant avec,idem pour nous,alors,les mutants fusionnels et androides accros esclaves,la mairie de Paris vient de lâcher ,clash sur la chartre et sur seuil de 0,6V/m et sur Linky,a Paris cela va devenir invivable pour la faune et les electrosensibles dont je suis,alors les pseudos écolos de la mairie de Paris,ils font quoi ,ils demissionnent!!!!!!

  22. Lionel , tu compares la voiture et le portable , mais c’est la même chose . Tu parles d’ailleurs de l’éclatement géographique généré par les transports, mais également de l’éclatement temporel (à travers les exemples du portable et de l’ordinateur ) de notre société .Toi, moi, nous avons l’habitude de communiquer si rapidement et facilement via l’ordi . le portable est présent depuis plus de 20 ans, et il a modifier les comportements, les rapports au temps et à la distance, je ne te dis pas que c’est idéal ,loin de là , mais c’est comme ça . Quand on est moins de personnel cadrant parce que la moitié est virée chaque année, quand l’éducation et la santé sont les dernières roues du carosse, le portable peut s’avérer vital , et c’est du vécu à plusieurs reprises . Et puis la voiture ferait moins de morts ? On peut creuser aussi, sans parler de l’ordi .
    Le portable J’ai été très contente de m’en passer pendant 7 ans , mais ça a été impossible au-delà dans le cadre du boulot .
    Maintenant, j’ai adoré le goût de liberté de mon enfance et de mon adolescence, sans cordon ondé , et si j’ai un jour l’opportunité de travailler dans un cadre qui me semble plus cohérent , je fonce .
    Non , la vrai question c’est : quand est-ce qu’on se bouge tous ensemble pour défendre ce qui mérite véritablement de l’être ?

  23. Hors-sujet, et assez éloigné du dernier billet de Fabrice, voilà un constat de la FAO qui fera date.
    Mieux vaut tard que jamais…

    POUR la FAO, les AGROCARBURANTS MENACENT la SECURITE ALIMENTAIRE

    Ceux-ci pourraient, dans les vingt prochaines années,« exacerber les difficultés liées à la sécurité alimentaire ». Selon le groupe d’experts rattachés au CSA, la flambée des prix
    des produits alimentaires en 2007/2008 est en grande partie due aux politiques nationales de soutien aux biocarburants, qui ont engendré « un choc de la demande ».

    Les experts demandent donc aux États de suspendre ces soutiens, qui se font notamment, comme en France, via des exonérations fiscales.

    Réunis à Rome le 17 octobre, les membres du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA), rattaché à la FAO, tirent la sonnette d’alarme sur les menaces que représentent
    les agrocarburants. Concernant l’achat de terres, les experts soulignent que « seulement 20 % des investissements ont donné lieu à une production agricole sur les terres acquises ».
    Ce qui est probablement dû à « un comportement spéculatif ». Ils recommandent aux États de se doter « de politiques foncières claires, transparentes, équitables et accessibles ».
    Une question à ajouter dans les débats de l’élection présidentielle française !

    Le CSA s’est enfin prononcé pour « une transition des systèmes alimentaires et agricoles qui épuisent les ressources naturelles vers des systèmes moins gourmands en énergie
    fossile et moins polluants. »

  24. J’ai oublié de préciser l’auteur de cet article, voilà c’est réparé : NOLWENN WEILER (BASTAMAG / 19 OCTOBRE 2011)

  25. Je ne savais pas ce qu’était le iphone, je viens de le découvrir, et ce n’est pas demain que je acheter ce truc. A quand l’iphone quarantedouze, avec diffusion d’odeur pour voir et sentir des blaireaux qui pètent à distance.

  26. Décidément ce blog est un ilôt de vertu. Tant de commentaire, tant de personne de bon sens. Je me demande ce que cela donnerait si on débarquait tous sur un forum apple. A l’heure actuel ils sont tous en train d’échanger leur iphone 4 contre un 4S…
    Et oui, nous habitons la même planète

  27. @béndicte :
    Je n’ai pas dit que je ne souhaitais pas une société sans voiture.

    Je vais pour ma part au travail en stop et je marche et je travaille du coup à mi-temps (puisque je n’ai pas à travailler pour la voiture, donc cela réduit encore plus la dépendance à la voiture.

    Si je ne prends pas les transports en commun en abonnement c’est à cause de la carte RFID oùRA obligatoire pour avoir un abonnement et à laquelle je suis fermement opposé (tout comme tout pucage RFID qui se généralise dans le dos de gens et dont le princpal vecteur de mouchardage sera les portables avoisinants et les boxes en wifi.

    Donc obligé de faire du stop participatif (5cts euro / km) mais c’est un plaisir.

    La voiture ce n’est pas la même chose que le téléphone portable je ne suis pas d’accord et il y a beaucoup plus de morts avec ce boulet tu as raison.

    Ce n’est en tout cas pas une raison pour garder le portable. (comme si le fait qu’il existe pire justifierait une nuisance de plus).

  28. Comme Laurent Fournier, j’ai été détenteur pendant six ans d’un téléphone mobile imposé par mon entreprise qui payait forfait et communications. A mon départ de cette entreprise, j’ai restitué le téléphone en question et depuis je me sers d’un banal téléphone filaire. Le portable ne me manque absolument pas, bien au contraire ! J’ajouterai que je n’ai ni le souhait ni le besoin d’être joint ou de joindre à tout moment. Et ce n’est pas une question de discipline.
    Et comme Mouton noir, je ne peux que recommander la lecture salutaire et édifiante de l’opuscule de Pièces et Main d’Oeuvre  » Le portable, gadget de destruction massive « .

  29. Je bosse, je bosse, et je n’arrête pas de penser à ces échanges . Nous sommes tellement piégés par le système . Quand on sauve des vies ici grâce à notre confort, c’est en en tuant ailleurs, je le sais bien et effectivement, les ondes sont nocives . En même temps toute notre organisation de vie repose de plus en plus sur les progrès de la technologie , qui nous font gagner du temps , que nous perdons en bossant plus , en consommant plus . Que l’on consomme bio, que l’on soit décroissant , on se retrouve « obligé » de suivre .
    Peut-être que s’il y avait encore davantage de solidarité , de simplicité aussi (parce que les chefaillons…) entre les différents mouvements écologiques et , oui, Pierre, de fraternité …

  30. @ Lionel, la voiture, c’est,entre autre l’exploitation pétrolière (plate-formes en mer, sables bitumineux…) , les particules dans l’air…si tu as la possibilité de ne pas avoir de voiture, bravo ! en ce qui me concerne , le portable , ce n’est pas un choix personnel mais une exigence professionnelle .

  31. Entre les gorilles et les portables, il y a le coltan, ce minerai rare qui entre dans la fabrication des téléphones portables et autres gogophones, des ordinateurs et des consoles de jeux. La région de Kivu, en République démocratique du Congo possède 80 % des réserves mondiales. L´exploitation du coltan fait peser une menace supplémentaire sur l´habitat naturel des gorilles.

  32. Pour les portables et les troudeballes commerciaux des boutiques :
    Pour les personne agées, combien se sont fait en fait « isollée » en plus de grugées en se faisant refiler un mobile avec un « dégroupage » et donc supression la ligne le plus FIABLE qui soit pour elles = Un fixe qui fonctionne SANS piles, batteries et mode d’emploi complexe… Fonctionne même en cas de panne de jus, et aussi qaund les reseaux GSM ou le Net foire…

    Cet argumentaire semble dépassée et peut l’^tre vu l’état des chose actuelles, mais à méditer.

  33. Euh, pas un million!!! ils étaient beaucoup moins nombreux, mais ça a eu un très gros impact. Apparemment, je sais pas lire, alors référez vous directement au texte, ce sera plus sûr! À Bastamag, ils ont de vrais journalistes (denrée rare, à protéger, à réintroduire peut-être?)

  34. Le portable permet de modifier le programme de la journée a tout moment, d’annuler, remplacer les rendez-vous ou d’en décider d’autres, et aussi de décider ou de changer le point de rendez-vous au dernier moment selon les circonstances (transports, préférences des uns et des autres…) Envers de la médaille, manque de concentration, de discipline… le temps est devenu plus élastique. Avant le portable, le simple fait de réunir un groupe de personnes a un lieu et a une heure précise, nécessitait une somme d’engagements personnels qui d’elle-même conférait un certain sérieux a la rencontre. Il était impensable qu’il n’y ait pas un objet/but précis, accepte par tous. Maintenant qu’organiser des réunions est plus facile (moins « coûteux »), il faut faire plus d’efforts conscients pour définir l’objet de la réunion et s’assurer qu’il est atteint. Ce que j’appelle « discipline »…

  35. L’histoire d’un mec qui prendrait son GPS pour aller de la chambre à la salle de bain et qui atterrirait devant le double garage de son voisin dentiste qui l’écraserait avec son 4×4 MerdeSS (une voiture construite avec amour par oncle Benz) car il serait occupé à téléphoner avec son iPhone4S tout neuf ensuite le dentiste le jetterait au fond d’un ravin où il serait découvert par Fabrice qui serait OBLIGE D’ALLER A PIED avertir les keufs PARCE QU’IL N’A PAS DE PORTABLE….

  36. ouf,la mairie de Paris dit non au Linky,le super mouchard emettant des ondes mortelles,mais clash sur le seuil antenne relais signé par les opérateurs,ils refusent desormais de s’y soumettre,merci les I Phone qui ont besoin de plus de puissance,donc ,ici Paris nous ne sommes plus protégés par le seuil O,6 v/m a Paris,c’est la cata,je vais m’acheter une casquette speciale anti onde pour le train,je supporte plus le seuil fou emis dans les wagons TGV,plus ca roule,plus ca tire fort sur antenne et plus cela est nocif!

  37. S’agissant de distinguer un velouté d’un consommé, un de ces trucs à la con fut sorti. Ben, tout le monde avait l’air content du savoir de l’engin, surtout son possesseur.
    Moi aussi j’étais content: Mon pain bio de petit épeautre au cumin pour munster fermier, ben…il est pas dedans, mais chez moi!

  38. J’ai reçu ce message à faire passer pour essayer de nous exprimer sur les ondes concernant la mise au pas technique du pucage par RFID :

    ****************************************
    Amis opposants à la RFID, à la vidésosurveillance, à la biométrie, et à la société de contrainte,

    Le Téléphone sonne de France Inter est consacré ce jeudi soir au fichage, aux puces électroniques, à la biométrie, aux caméras, bref, vous voyez le tableau (cf ci-dessous).

    C’est une occasion de tous nous propulser sur les ondes, pour parler des cas concrets locaux et les relier au global : l’avènement de la société de contrainte. L’idéal serait que nous parvenions à nous succéder à l’antenne, avec nos provenances géographiques variées. On fait la course ? Qui y parviendra, et dans que ordre ?

    Pour les nouveaux sur Terre : 01 45 24 7000 à partir de 17h, et

    http://www.franceinter.fr/emission-le-telephone-sonne-biometrie-fichiers-puces-electroniques-geolocalisation-cameras-de-survei

    (commentaires en ligne)

    Faites passer,
    Pièces et main d’oeuvre

    **********
    biométrie, fichiers, puces électroniques, géolocalisation, caméras de surveillance : et notre vie privée dans tout ça ?

    En partenariat avec le Nouvel Obs : la vie privée à l’épreuve de la technologie………

    Invités : – Alex Türk, ancien Président de la Commission nationale de l’informatique et des libertés, Sénateur du Nord, qui a publié « La vie privée en péril, des citoyens sous contrôle » aux Editions Odile Jacob

    – Stéphane Arteta, journaliste au Nouvel Observateur (pour l’enquête « Tous fichés, tous surveillés » parue cette semaine)

    – Pierre Piazza, Maître de conférences en sciences politiques à l’Université de Cergy-Pontoise, qui a dirigé la publication de »L’identification biométrique : champs, acteurs, enjeux et controverses » aux
    Editions de la Maison des sciences de l’homme, et auteur de « Histoire
    de la carte nationale d’identité » aux Editions Odile Jacob

    – Pierre Fournié, Conservateur général du patrimoine aux Archives nationales, Co-commissaire de l’exposition « Fichés ? Photographies et identitifications du second empire aux années soixante »

  39. je suis d’accord avec ceux qui pensent (et disent!) que l’outil (et le gadget) est aussi indissociable de l’evolution humaine que le pouce opposable, les lobes prefrontaux et le langage (fritjof capra- les connections invisibles, entre autres). mais il me semble aussi avoir lu que l’instinct moral, l’empathie, et le soucis du bien etre collectif font eux aussi parti du genome humain (Steve Pinker, Frans de wall, David Korten…), et qui par ailleurs peuvent faciliter la prise de conscience permettant de freiner l’outil-isation, ne serait-ce que par pur instinct de survie de l’espece. En attendant, Fabrice a raison. L’alienation par l’objet, c’est franchement moche. On en pert notre humanite, justement. question de DOSage? L’analogie avec la drogue n’est pas fortuite: la prise de substances est intrinseque a l’evolution humaine (Ronald K. Siegel), mais l’OD, lui, ne l’est pas forcement.

  40. Dans ce monde de puces….
    Etonnant, jamais personne ne s’insurge contre le numéro de sécurité sociale !!!
    C’est votre code barre du début de votre vie jusqu’à votre mort (tout du moins en France)!
    Ce numéro sert plus que vous ne le pensez aux autorités de toutes sortes, et organismes plus ou moins affiliés aux autorités !
    Alors ?

  41. Quand j’étais un ado dépressif, je traînais sur des chats sur internet et passais mes soirées dessus, à raconter des âneries de mon âge, mais des soirées qui m’ont aussi emmené à découvrir des personnes et aussi la musique, dans toute sa diversité. De fil en aiguille, j’ai chatté avec des gens qui s’occupaient d’un magazine en ligne, un magazine de musique. J’ai écrit pour ce magazine et j’écris toujours, et quand, complètement déboussolé dans la recherche d’une voie sur laquelle m’engager, toujours adolescent dépressif, il a fallu que je démarche des universités pour apprendre un métier, une seule m’a accepté à l’aune de mon expérience sur ce site internet. Aujourd’hui grâce à cette université et à la passion que j’ai développée en dévorant des centaines de disques pour ce magazine en ligne, je travaille là où j’avais rêvé de travailler. Bien sûr j’aurais pu développer la même passion sans internet et l’accès immédiat et exhaustif qu’il délivre au monde, mais un peu isolé dans ma petite ville et mes relations, je ne serai pas allé aussi loin.

    Tout ça pour dire qu’internet a joué un grand rôle dans ma vie sans que je me sois senti un seul instant enrôlé par lui. Je me permets de commenter cet article car depuis le temps que je dévore ce blog, c’est la première fois que je lis quelque chose qui me paraît comme rétrograde de votre part et ça m’attriste car je vous ai en très grande estime. J’ai découvert votre blog sur recommandation facebook de mon « amie » rue89 et puis j’ai commandé Bidoche, puis Qui a Tué l’Ecologie, et par ces livres j’ai découvert les films de Marie Monique Robin, le grand Pierre Rabhi, et tout un tas d’autres choses qui ont forgé chez moi des convictions et m’ont poussé à adopter un regard et une attitude différente sur le monde qui m’entoure. Tout ça pour encore dire qu’internet n’est à mon sens qu’un canal : on ne peut juger que ce qui passe dedans, c’est une entité qui regarde partout, auquel nous faisons chaque jour davantage de concessions au détriment de nos vies privées mais pour ma part j’y consens. J’y consens car ce que j’y gagne en savoir, en indépendance d’esprit, en rencontres, vaut largement les pans de ma vie que je livre sur un plateau à Orange, à Google, à tous les Steve Jobs du monde. Ils savent que j’aime voyager et les glaces à la fraise ? et alors ? Qu’ils m’envoient des pubs ultra ciblées que de toute manière j’ignore, qu’ils me spamment ma boîte à mail que de toute manière je vide en un clic.

    Quand vous écrivez « On confère aux machines un poids sans aucun précédent dans l’histoire des hommes, de loin. », je pense que vous avez raison, mais je pense aussi aux grandes inventions, telle l’électricité, et je me dis que bien d’autres ont dû pester contre cette révolution. Vous écrivez que nous sommes à genoux face à l’omniscience d’internet, je pense aussi que nous avons concédé quelque chose d’essentiel à ce réseau, mais nous sommes plus libres dorénavant et c’est cette liberté d’internet que nous devons défendre à l’image des « partis pirates » qui fleurissent un peu partout dans le monde. Les forces qui avilissent notre rapport au monde réel sont les mêmes que celles qui avilissent notre rapport au monde virtuel : la soif d’argent, mais les résistances sont aussi les mêmes. Internet n’est certainement pas une police planétaire, ou alors c’est également une délinquance planétaire, bien plus efficace : vol de films, de disques, d’images, d’idées, diffusion d’œuvres contestatrices, communication entre les insurgés, achat de substances illicites etc.

    Je crois qu’internet et ses ramifications les plus intrusives (facebook, twitter) ne sont intrinsèquement ni bons ni mauvais : il est ce que nous en faisons, c’est une évidence. Si je cède à l’immédiateté, de l’internet, au buzz, à la non-pensée, au zapping, à la saturation d’information qui délite mon cerveau, à la trivialité érigée comme spiritualité, alors je céderai aussi à ces mêmes travers face à la télévision, face aux livres, au Ouest-France, aux gens. C’est bien davantage notre éducation ou non à ces formidables outils qui est la base du problème de la soumission à la technologie dans ce qu’elle a de plus avilissant car facilitant l’accès aux bassesses humaines. Qu’est ce qui me pousse à partager sur facebook un lien vers la vidéo d’une petite chinoise qui se fait écraser par un camion en direct plutôt qu’un lien vers la pétition soutenant l’action du chef raoni qui veut sauver sa forêt ? Pour moi c’est là qu’est la question et ça n’a rien à voir, ou presque, avec la technologie.

    Je ne sais pas non plus me servir d’un Iphone ou envoyer un texto avec l’écriture instinctive et je n’ai pas de télévision, mais je considère ça comme une tare, pas comme une preuve de mon indépendance. Le fait est que les gens de ma génération, ma famille, mes amis, ont pratiquement tous une télévision un Iphone avec des applications et tout le tralala et que c’est un langage que je n’ai pas en commun avec eux, je m’isole de cette manière un peu de mes proches, alors que je pourrai m’emparer de ces outils avec intelligence pour me grandir davantage. Mais j’ai pas un rond non plus, ce qui n’arrange rien. Ne pas vouloir de portable, d’ordinateur et dire que c’est par distinction, ça me fait sourire, car je pense que c’est bien plus par décalage générationnel (ce sont généralement des quadras ou plus qui tiennent ce discours) ou relative « flemme » devant la nouveauté qu’on en arrive à louper ces coches.

    En lisant votre blog régulièrement j’ai souvent la colère à la gorge mais souvent aussi je rêve d’un autre monde où il y a toujours facebook, un monde qui concilie la sobriété heureuse prônée par M. Rabhi et le progrès technologique au service de l’humain. C’est encore grâce à internet que, vivant aujourd’hui dans un village à une heure de toute ville d’importance, j’ai pu rentrer en contact avec des Indignés et travaille aujourd’hui sur un projet qu’avec quelques amis que je compte partager avec eux pour essayer de changer les choses.

  42. Merci pour cet article interessant. Ne penses-tu pas que la démocratisation d’internet passe par ce « délire de consommation » ? Je parle bien sûr des ordinateurs mais également des smartphones, d’objets emblématiques de cette consommation vulgaire à laquelle tu veux échapper. En clair, je voie un paradoxe ici : que serait ce billet et les échanges qui l’accompagnent si ton travail ne t’imposait pas de posséder un ordi ?

  43. Moi aussi, je n’ai pas de portable et comme vous on me prédit que je vais mourir dans un fossé, après avoir été projeté par une voiture, car je me déplace habituellement en vélo. Mais ce n’est pas mon propos; Je viens de finir: Qui a tué l’écologie. C’est vrai que je suis plutôt d’accord, aller dans le mur à 130kmh, ou à 100 kmh ça fait à peut près les mêmes dégats. mais comment faire pour inverser sérieusement cette tendance mortifère, certaines associations ont au moins le mérite d’éveiller les consciences chloroformées par la PUB.
    Michel

  44. pour rassurez tout le monde …
    je me suis retrouvée dans un fossé, en pleine campagne, tôt matin, seule,dans un amas de ferraille nommée voiture
    et bien, sachez que le téléphone n’est d’aucune utilité lorsqu’on est sans connaissance ;))
    les secours arrivent quand même

    et rassurez-vous aussi, je vais bien!

    j’aime beaucoup votre article Fabrice

    FranBoise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *