L’industrie commande (sur les biberons encore)

Comme je ne suis pas rentré chez moi, je ne peux écrire ce que je voudrais ici. Mais je reviendrai sur le fond de cette affaire d’oxyde d’éthylène destiné à la stérilisation des tétines de biberons. Avant cela, rappel de base, utile au moment où toutes les autorités tentent de transformer un authentique scandale de santé publique en simple « dysfonctionnement ». La langue du pouvoir, d’un bois bureaucratique, est lénifiante par définition.

Moi, je dis et répète des choses simples. Des millions de tétines de biberons destinées aux maternités françaises, à l’usage même des nourrissons prématurés, sont stérilisés à l’oxyde d’éthylène. Ce gaz cancérogène, génotoxique, reprotoxique, a servi à la fabrication du gaz de combat appelé ypérite, ou gaz moutarde. Il a été utilisé massivement comme pesticide, avant d’être interdit dans l’Union européenne dès 1991.

C’est ce gaz terrifiant qui est utilisé pour stériliser des tétines. En toute illégalité, car les pièces abondent, qui prouvent que les industriels concernés ont violé la loi avec une grossièreté rarement égalée. Le reste n’est que palinodie. L’affaire des tétines de biberons, dont je souhaite ardemment qu’elle n’en soit qu’à ses débuts, montre la faillite des systèmes de protection. Elle résonne comme un signal d’hallali. L’industrie mortifère, l’industrie criminelle commandent. Voilà la réalité.

25 réflexions au sujet de « L’industrie commande (sur les biberons encore) »

  1. « L’industrie mortifère, l’industrie criminelle commandent. Voilà la réalité. »

    Et c’est vérifié chaque jour pour l’industrie nucléaire.

  2. Bin v’la d’la prise de position. C’est pas  » rin  » comme l’on dit chez les  » gros  » (qualificatif Meusien sympa). Sagesse, vieillesse ou dernière période… La der des der tombant dans le lac. Qui l’eût  » grue  » ?

  3. Une palinodie est un acte intentionnel de contradiction à des propos que l’on a pu tenir auparavant…renier des déclarations anterieures…tourner sa veste…etre opportuniste par rapport à une majoritée nouvelle….être un homme (ou une femme) politique quoi..

  4. @ jeanne guarder, c’est , en quelques sorte le fait de se désavouer , d’affirmer le contraire de ce que l’on proclamait .

  5. Bon, en institut de soins infirmiers on enseigne plus cette méthode. Renseignement pris auprès d’une élève infirmière.

  6. « L’industrie mortifère, l’industrie criminelle commandent. »
    Et nos politiques sont couchés à terre devant elle, on ne peut pas compter sur eux pour nous protéger de quoi que ce soit, la visite nucléaire de Sarkozy au Tricastin n’en est qu’un mauvais épisode supplémentaire.
    Virons les tous !

  7. @jeanne, de rien ! Si tu as l’occasion de lire « Phèdre » de Platon, tu as une palinodie assez célèbre de Socrate, et dans « l’art d’aimer » d’Ovide ( pas aussi majeur que « les métamorphoses »), celle du poète Stésichore (je ne sais plus si ça s’écrit comme cela) qui doit se rétracter après avoir terni l’image d’Hélène : Castor et Pollux lui crèvent les yeux pour cela et il ne recouvre la vue qu’après l’avoir écrite . Voilà, voilà .

  8. @ jeanne (et aux autres): pour compléter les érudites définitions du mot « palinodie » proposées par Alex et Bénédicte, pourquoi ne pas réécouter la merveilleuse chanson de Dutronc, écrite par le regretté Jacques Lanzman : l’opportuniste ? Juste pour le plaisir…

  9. Plus sérieusement car le sujet que tu abordes, Fabrice, est des plus inquiétant, souhaitons que tes révélations publiées dans le Nouvel Obs et reprises par de nombreux médias auront pour effet de stopper au plus vite ces pratiques inqualifiables.

    Comment peut-on encore utiliser ce gaz cancérogène en France (et ailleurs) pour stériliser tétines et instruments chirurgicaux alors que depuis plus de dix ans il est interdit dans de nombreux pays ?

    Depuis le scandale de l’amiante, on sait qu’une accumulation de preuves et de cas dramatiques ne suffisent pas toujours à enrayer l’effroyable logique industrielle. Le combat acharné d’Henri Pézerat pour faire éclater la vérité n’aurait-il servi à rien ?

    Fabrice, merci de nous ouvrir les yeux une fois de plus.

  10. « en institut de soins infirmiers on enseigne plus cette méthode »

    Il serait intéressant de savoir depuis quand, et comment ça a cessé. Ça permettrait de mieux évaluer la relation dépendance/indépendance du secteur formation-santé avec les industries. On sait que la formation continue des médecins dépend des labos et ne trouve sa liberté qu’à la marge.

    J’ai entendu, par exemple, à une ou deux reprises (seulement) le présentateur d’un conférencier rappeler, timidement et respectueusement (courageux mais pas téméraire) que le gars qui disait le plus grand bien d’un médoc ou d’une technique était lié à la firme concernée.

    Par ailleurs, les buffets, pots, restaurants annexés à une formation sont, bien sûr, payés par les labos, et leurs représentants sont très aimables. On vous dira bien sûr (quelle idée!) que ça n’entrave en rien la liberté des médecins. Ça édulcore au moins leurs propos, ce qui n’est pas rien. On peut pas être goujat au point d’humilier publiquement la si élégante jeune femme qui vous nourrit.

  11. AGRICULTURE : Le DROIT de PLANTER et CULTIVER LIBREMENT bientôt INTERDIT ?
    Par Sophie CHAPELLE (BASTAMAG / 24 NOVEMBRE 2011)

    Les industries et multinationales semencières veulent rendre les paysans captifs… grâce à la loi. Les députés doivent examiner le 28 novembre un texte instaurant une « contribution volontaire obligatoire » : une véritable dîme sur les semences. Ressemer librement sa propre récolte ou échanger des variétés de plantes deviendra illégal. Soucieux de préserver l’autonomie alimentaire, des paysans et des citoyens entrent en résistance.

    Demain, graines et semences ne seront peut-être plus libres. Des agriculteurs s’inquiètent d’une proposition de loi votée par les sénateurs le 8 juillet dernier, et déjà appliquée par décret aux productions de blé tendre. S’ils veulent conserver une partie de leur récolte pour la ressemer l’année suivante (quoi de plus naturel ?), les producteurs de blé tendre doivent payer une redevance appelée « Contribution volontaire obligatoire » (sic). « L’enjeu de cette nouvelle proposition de loi est d’étendre ce mécanisme à tous les paysans, alerte Guy Kastler, du Réseau semences paysannes. Chaque fois qu’on cultivera un hectare, ils prendront un peu d’argent de nos poches pour payer les détenteurs de propriété intellectuelle. » La loi prévoit de considérer la reproduction de semences à la ferme, sans payer cette dîme moderne à leurs « propriétaires », comme une contrefaçon [1]. La récolte pourra alors être saisie.

    L’intégralité de l’article ici : http://www.bastamag.net/article1941.html

  12. Wolff

    Bonjour Fabrice,
    Finalement, tout est dit dans cet accord PS-EELV. J’ai préféré en rire, avec une lettre adressé à Eva Joly. Pas sûr que tout le monde en rigole, tant pis.

    Chère Eva Joly,
    Vous semblez connaître un début de campagne présidentielle difficile, c’est pourquoi je vous propose quelques conseils en communication.
    Commençons par la tenue vestimentaire, si vous le voulez bien. De l’ampleur, de la souplesse ! Tout politicien digne de ce nom doit être affublé d’une veste réversible. Ainsi, après avoir juré devant l’Eternel : « Pas d’accord avec le PS si pas de sortie du nucléaire », le lendemain, enfin le surlendemain si vous préférez, vous signez, avec en prime un bel aéroport à Notre-Dame des-Landes et l’EPR maintenu ! Les circonscriptions d’abord, soyez pragmatique !
    Certains mots doivent être utilisés avec beaucoup de discernement. « Rêver », par exemple, oubliez, c’est ringard. Aujourd’hui, il faut être réaliste. Pourquoi cette obstination avec le nucléaire ? A force, vous allez empêcher d’aborder les problèmes de fond, comme le salaire des cadres, le foot, les faits divers, la neige en hiver… Les Français ont le droit de savoir.
    Bon, si ça vous tient vraiment à cœur, d’accord, mais surveillez votre langage. Ne parlez plus de nuage radioactif mais d’énergie propre. Les expressions du style « erreur humaine, attentat terroriste, séisme, réaction en chaine », aux oubliettes ! Déclarez plutôt : La situation est parfaitement maîtrisée ! Enfin, le mot transparence ou démocratie, non, chez nous, on parle de secret défense.
    Et n’oubliez pas, le nucléaire créé des emplois. Les malades irradiés à soigner, les personnes évacuées à reloger, les morts à enterrer, les centrales à démanteler… En voilà, de la croissance économique ! Positivez !
    A ce propos, ne vous avisez jamais de suggérer une rupture avec la croissance, ou pire, avec le capitalisme. L’écologie moderne est parfaitement compatible avec le profit sans limites et la croissance infinie. Il existe d’excellentes peintures certifiées bio pour repeindre le monde, sachez-le. Et franchement, « l’environnement, ça commence à bien faire », comme l’a dit le premier écologiste de France. La condition animale, les personnes hyper-sensibles aux ondes de téléphonie mobile…, mettez ça au placard, soyez moderne !
    Une autre expression à éviter : « la morale en politique, l’exemplarité ». Si vous tenez vraiment à parler de morale et d’exemplarité, faites-le à propos de ceux qui osent faire la mendicité, ceux qui ont le toupet de tomber malades, ceux qui sont le cancer de notre société, les assistés-privilégiés à 460 euros par mois… Là, vous pouvez y aller sans crainte. Demandez des arrêtés anti-mendicité, des jours de carences supplémentaires pour toucher les allocs, stigmatisez les étrangers… Ça rapporte des voix, semble-t-il.
    Ne me dites pas qu’il s’agit là de langue de bois dont on fait les marionnettes. Ça ne serait pas gentil pour les marionnettes qui n’ont vraiment pas mérité ça. Ne serait-ce pas là insinuer que le monde politique serait parfois inféodé aux lobbies de l’industrie et de la finance ? Franchement, quelle idée.
    Un dernier détail, enfin. Travaillez votre accent. Par chez nous, radioactif se prononce radieux-actif !
    Frédéric Wolff, Plouguiel

  13. «  »Pour que ne se reproduisent pas à l’infini des drames comme celui de Nicolino, ouvrier d’Eternit qui vit aujourd’hui avec la peur que sa fille ne développe un jour un mésothéliome à cause des poussières qu’il rapportait à la maison sur son bleu de travail… Le verdict est attendu avant la fin 2011″ » dans La Croix de ce mardi, Cet homonyme transalpin a lui personnellement subit ce scandale planetaire cause par l’amiante.

  14. c’est la fête en ce moment, ça part dans tous les sens !

    Ressemer ces graines était théoriquement interdit. Mais cet usage demeurait, dans les faits, largement toléré en France. Il est désormais strictement réglementé par une proposition de loi UMP adoptée lundi 28 novembre par le Parlement.

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/11/29/pour-les-agriculteurs-ressemer-sa-propre-recolte-sera-interdit-ou-taxe_1610778_3244.html#ens_id=1610322

  15. Quelle honte…
    selon « semons la biodiversité » ils n’étaient que 30 (trente !)députés pour voter cette loi qui crée une nouvelle catégorie de délinquants: les semeurs.
    Rappelez-vous sur les pièces en francs et sur les timbres d’autrefois, il me semble qu’il y avait une femme semant à la main dans des sillons ouverts , n’était-ce pas une allégorie de la République ?
    Je n’ai pas entendu dans les médias beaucoup de républicains notoires sur ce sujet des semences et de leur multiplication devenue soumise à taxe.
    Et les grand « semenciers » qui déposent des brevets sur des gènes , issus la nature, que des milliers d’années de jardiniers ont soigneusement sélectionnés à qui doivent-ils une taxe pour les bénéfices futurs de ces brevets?

  16. Bonsoir, Malesmadoué…Wolf toi aussi tu es Plouguiellois comme moi, bravo ! Je voulais apporter mon soutient à ta vision EELV-PS-AREVA-EVA… et a celle de Sophie sur la proposition de loi UMP sur les semences de ferme, j’ en suis malade. Tout ça pour dire que l’ industrie et les multinationales sont prioritaires sur le bon sens et l’ environnement, inutile de se poser la question vu que nous sommes en période électorale et que ça coute cher une campagne. La philosophie du vote industriel est confirmée par ce dicton « voter c’ est devenir complice » tant le système en place ne donne aucun choix possible. Kénavo de Plouguiel. Hervé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *