Les truands en pleine action climatique

Interdira-t-on les prévisions climatiques ?

C’est une histoire tellement incroyable qu’il vaut mieux commencer par donner les faits tels que les a rapportés, lundi 28 mai, le News & Observer, journal implanté en Caroline du Nord. Les autorités fédérales américaines ayant estimé qu’en raison de leur relief peu élevé, les côtes de cet Etat étaient vulnérables face à la montée du niveau de l’océan due au réchauffement climatique, il a été demandé à une commission scientifique d’évaluer les risques. Son rapport, rendu à la Commission des ressources côtières de Caroline du Nord, a expliqué qu’il fallait s’attendre à une montée des eaux d’un mètre d’ici à la fin du siècle, avec pour corollaire quelque 5 000 kilomètres carrés de terres passant dans la catégorie des zones inondées ou inondables. Ce qui signifie, en clair, des conséquences économiques importantes avec le bouleversement de la politique locale d’aménagement du territoire, la fin de projets de stations balnéaires et l’obligation de construire des routes surélevées.

Beaucoup trop pour le NC-20, un groupement de 20 comtés côtiers de Caroline du Nord. Jugeant que le catastrophisme était mauvais pour les affaires et qu’il ne fallait pas s’appuyer sur « des modèles informatiques basés sur de simples hypothèses humaines », ce lobby local est donc passé à l’offensive contre ce rapport scientifique, avec tant d’efficacité que l’évaluation d’1 mètre de hausse du niveau de l’océan a été substantiellement revue à la baisse : la Commission des ressources côtières a finalement validé le chiffre de 15,6 pouces, soit un peu moins de 40 centimètres. Mais cette contre-attaque ne s’est pas arrêtée là. Un texte amendant une loi sur la politique d’aménagement des côtes de Caroline du Nord a même été préparé en avril, qui ajoute des restrictions sur l’évaluation de la hausse du niveau de l’océan dans cet Etat ! Il explique notamment que la Division de la gestion des côtes (qui n’est pas un organisme scientifique) sera la seule agence habilitée à la réaliser et ce uniquement à la demande de la Commission des ressources côtières. Les chercheurs pourront toujours effectuer des calculs dans leur coin, cela ne sera pas pris en compte par la Commission.

Ce texte présenté par des élus républicains va même plus loin en expliquant comment la hausse future du niveau de l’océan devra être estimée ! La prévision ne s’appuiera sur aucun modèle de climatologie mais devra seulement être extrapolée à partir des relevés historiques de niveau de la mer effectués depuis 1900. Quant à l’extrapolation elle-même, il s’agira d’une simple ligne droite prolongeant la tendance passée et « n’inclura pas de scénario prévoyant une accélération de la montée du niveau des océans ». Alors même que tous les modèles prévoient ce genre d’accélération et que les mesures effectuées ces dernières années, en particulier par les altimètres des satellites Topex-Poséidon et Jason 1 et 2, concordent avec ces prévisions.

On pourrait très bien arguer que la valeur de 15,6 pouces est tout à fait correcte puisqu’elle s’insère bien dans la fourchette allant de 18 à 59 centimètres inscrite dans le rapport du GIEC de 2007. Ce serait omettre que cette fourchette a été volontairement conservatrice comme le précisait à l’époque le GIEC lui-même : « Les projections ne tenant compte ni des incertitudes liées aux rétroactions entre le climat et le cycle du carbone, ni des effets complets de l’évolution de l’écoulement dans les nappes glaciaires, les valeurs supérieures des fourchettes ne doivent pas être considérées comme les limites supérieures de l’élévation du niveau de la mer. » Dans les faits, la perte de masse des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique s’accélère depuis plusieurs années comme l’ont montré les mesures des satellites GRACE. Une étude de 2009 a donc réévalué la hausse à venir du niveau des mers : selon le scénario le plus modéré (augmentation de température limitée à 2°C à la fin du siècle), la hausse moyenne serait de 104 centimètres, ce qui est en bon accord avec la mesure donnée par le panel de chercheurs s’intéressant aux côtes de la Caroline du Nord.

Le projet de loi en question n’a, à ma connaissance, pas encore été soumis au vote. Cela dit, et au-delà des disputes sur les chiffres, on ne peut que trouver inquiétantes cette envie de vouloir faire taire la science par la législation et cette manière de se dire qu’un phénomène naturel sera limité parce que des responsables politiques ont décidé de le sous-évaluer. Cela rappelle évidemment l’arrêt aux frontières de la France du « nuage » radioactif de Tchernobyl. La hausse conséquente du niveau des océans au XXIe siècle aura lieu partout sur la Terre sauf en Caroline du Nord où elle sera limitée à moins de 40 cm, alors que l’article du News & Observer fait remarquer que d’autres Etats côtiers américains comme la Louisiane, la Californie, le Delaware et le Maine se préparent respectivement à des hausses de 1, 1,4, 1,5 et 2 mètres.

Il se peut aussi que rien de tout cela n’arrive, à en croire le sénateur républicain de l’Oklahoma James Inhofe, tout simplement parce que Dieu ne permet pas le changement climatique. C’est écrit dans la Bible. Lors d’une intervention à la radio début mars, cet homme politique a cité un passage de la Genèse pour soutenir son propos : « Tant que la terre subsistera, les semailles et la moisson, le froid et la chaleur, l’été et l’hiver, le jour et la nuit ne cesseront point. » Il a ajouté : « Dieu est toujours là-haut. Je suis scandalisé par l’arrogance des gens qui pensent que nous, êtres humains, serions capables de changer ce qu’Il fait avec le climat. » Tout est dit.

Pierre Barthélémy (@PasseurSciences sur Twitter)

16 réflexions au sujet de « Les truands en pleine action climatique »

  1. Pas si drôle que cela. Meadows lui-même dit qu’il ne sera pas écouté (http://vahineblog.over-blog.com/article-dennis-meadows-la-croissance-mondiale-va-s-arreter-105991443.html). L’un des reprsentants français au Club de Rome n’a jamais cru au rapport Meadows (Halte à la croissance), que du pétrole il y en a et on va toujours en trouver… bref seuls des scientifiques illuminés peuvent croire aux limites de notre planète… mais peut-être que nos politiciens se croient immortel (mais non, ils veulent seulement être élus, c’est un bon job)
    Allons, lisez le dernier numéro d’Entropia, printemps 2012.

  2. A Fabrice.

    De la nef… Très jolies couleurs pour la part à doxal.

    Où en sommes nous à Fukushima et sur la charte pour les réfugiés climatiques ?

    Amicalement, stan.

  3. m le Foll se prononce pour l’interdiction du Cruiser! enfin! un peu de courage; syngenta a 15 jours pour faire ses observations; c’est terrible de voir que les abeilles et apiculteurs (les vrais, pas les affairistes du secteur) sont ainsi dans les mains des uns et des autres.

  4. Drole de nouvelle en provenance du pays de la « liberte » et de la « transparence »! Ce genre de manipulation n’est pas nouveau mais qu’il soit maintenant possible de le faire aussi ouvertement est inquietant, c’est comme l’invasion de l’Irak, on ne prend plus de gants et on ne fait meme plus semblant d’agir de maniere legale, logique ou « legitime » quelque maniere que ce soit. On est en de plus en plus dans l’epoque du « ministere de la verite » de 1984 d’Orwell… La science va-t-elle re-devenir, contrainte et forcee, rebelle et revolutionaire, comme a la Renaissance ?

  5. merde, un système insitutionnel ou politique ou c’est les considérations idéologiques, et politiques qui dictent à la science ce qu’elle doit faire, comment elle doit faire et ce qu’elle doit trouver… comment ça s’appel déjà, j’ai oublié le nom!!!!

  6. cette avalanche d’informations tout au long de ce blog et de tant d’autre, me sidere, m ‘angoisse et me terrorise..l’homme ne changera pas, la conscience et la bonté ne concerne que trop peu de gens…
    Fabrice, tu ne nous laisses que peu d’esperance (et volontairement je n ‘utilise pas le mot « espoir »)mais il faut des gens comme toi…mettre en evidence la noirceur générale sur laquelle ne surnage plus que quelques ilots de beauté
    tensions, desesperance, conflits, deloyauté, gâchis…même les ermitages deviennent rares..ah, St Arcons, ou es tu…

  7. La verite s’est toujours battue contre le pouvoir, partout.

    L’attitude « droits de l’homme et liberte » des Etats-Unis ne fut qu’une posture. Kissinger a lui-meme avoue il y a une dizaine d’annees, que le « theme » des droits de l’homme n’etait qu’une arme ideologique contre l’Union Sovietique, n’a jamais ete concu pour etre pris serieusement, et n’est plus utile aujourd’hui.

    Aujourd’hui les mathematiciens ne sont plus des poetes, ils ont les meilleures carrieres chez les militaires : faiseur de code, briseur de code, voila une profession qui a de l’avenir, a l’epoque d’internet, des nanotechnologies et de « flame » ! Les Americains (NSA) et les Anglais (GCHQ) construisent les plus grands « centres de donnees » du monde, des trucs qui avalent chacun 1/4 de la puissance d’une centrale nucleaire. Et des etudiants deja cyniques et desabuses choisissent la cryptographie : Il faut bien manger, n’est-ce pas !

    L’Etat liberal, patron des Arts et des Sciences, ne fut-il qu’une « posture utile », quelque part a l’Ouest entre 1945 et 1989 ?

  8. Le centre d’espionnage informatique de la NSA dans l’UTAH devait avoir une puissance de 60MW en 2010. En 2012, pas encore fini de construire, il a besoin de 200MW. A ce rythme, il n’est pas risque de parier qu’il atteindra ou depassera 1GW quand il sera operationnel !

  9. L’homme? Faut pas ce fier a l’homme moderne pour définir la « nature humaine », l’homme moderne est quand même sacrément dégénéré et dégradé, il ne représente en rien la « nature humaine »!

  10. Dans un premier temps, ils ont nié le phénomène,ensuite ils ont considéré qu’il était d’origine naturel, depuis quelques années,facteurs naturels comme l’irradiance allant vers un refroidissement, ils le minimisent et sortent une élévation de 40 cm du chapeau.
    Soit ils sont aveuglés, soit ils mentent mais dans les 2 cas ils veulent continuer à s’engraisser avec le pétrole, le gaz, le charbon et le nucléaire.

  11. Les Zétazunis, ce beau pays dans lequel il semble y avoir tant de regrets de n’avoir point connu le Moyen-Âge, au point de vouloir le reproduire. Ils sont sur la bonne voie.
    À l’étape suivante viseront-ils l’Antiquité, puis le néolithique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *