Madame Vallaud-Belkacem raconte des sornettes (politiques)

 Ci-dessous, un extrait d’une dépêche Reuters de ce 22 juin 2012, qui donne une bonne idée de la réalité. Je rappelle que madame Vallaud-Belkacem est la porte-parole du gouvernement.

« Najat Vallaud-Belkacem a essayé de minimiser la polémique [à propos du remplacement de Nicole Bricq par Delphine Batho au ministère de l’Écologie]. “Dans le contexte qui est celui de la France d’aujourd’hui, je ne crois pas que le Commerce extérieur constitue un enjeu moins important que l’Ecologie”, a-t-elle fait valoir ».

Comment peut-on dire quelque chose d’aussi imbécile ? Je me le demande, sincèrement.

19 réflexions au sujet de « Madame Vallaud-Belkacem raconte des sornettes (politiques) »

  1. Fabrice, dans leur étroits petits paradigme, ce n’est pas « imbécile », c’est Raisonnable!!! Ils sont dans leur étroit petit paradigme…

  2. Ce même commentaire entendu sur Fr Inter ce midi m’a juste donné envie d’aller faire une ballade à vélo…………… Rien ne change quand la politique reste du bla-bla politicien sous la férule des marchés…

  3. Oui c’est au moins aussi débile que de vouloir excuser le tweet de Trierweiller en arguant de la vie privée…

    Je ne sais pas si le commerce extérieur est aussi important que l’écologie, si c’est le cas autant éviter les intermédiaires et nommer le Président de Shell, ministre de l’écologie et celui de Total au commerce extérieur. Najat Vallaud-Belkacem elle, pourra continuer à assurer la communication du gouvernement, elle fait ca très bien…

  4. Fabrice, ce n’est pas imbécile, allons ! Ce n’est que leur triste et sinistre perception de la réalité…
    Ca fait frois dans le dos maios franchement, qu’attendre de plus du…. PS !
    Tant que l’on placera des inconscients à la tête de nos pays, pourquoi se plaindre ?
    J.V Placé d’EELV a beau jouer les vierges effarouchées à propos de la polémique sur l’éjection de l’ex ministre de l’écologie PS pour ses prises de position (supposées…) contre le forage pétrolier au large de la Guyane, il sait très bien ce qu’est le PS. Pire, il est exactement comme eux !
    Et puis, la Guyane, ce n’est q’une pompe à fric pour la France, tout le reste (les tortues luths, les indiens, la forêt, l’Océan) mais tout le monde s’en tape ! Une colonie je vous dis ! Exploitons, exploitons mais exploitons donc et vite : on n’est pas sur la Côte d’Azur où même l’UMP se paye le luxe de se la jouer écolo (en campagne électorale, certes)contre le forage pétrolier…

  5. pour un ministère dont la fonction est en fait de nous mener en bateau, le nom de la nouvelle ministre est parfait, c’est l’esprit farceur de la communication politique qui a fait le coup, c’est peut être lui aussi qui a poussé la porte parole a sortir une bourde pareille. On n’a pas fini de rire

  6. Bonsoir,

    Il est difficile de ne pas voir l’éviction de Nicole Bricq comme la conséquence possible d’un lobbying efficace mené par l’industrie pétrolière. Il est vrai qu’en période de crise, le chantage à l’emploi est d’une redoutable efficacité, s’est alarmée vendredi l’association France nature environnement dans un communiqué.

    Des soupçons d’intervention rejetés catégoriquement par le président de l’Ufip. On est dans le fantasme, c’est totalement inapproprié, a-t-il réagi.

    http://www.romandie.com/news/n/_Shell_autorise_a_forer_en_Guyane_apres_un_imbroglio_gouvernemental38220620121955.asp?

    ——-

    Imbécile.

    La différence entre un imbécile et un sage, c’est que l’imbécile commet des erreurs beaucoup plus graves, parce que personne ne confie des décisions importantes à un sage.

    Grosses bises, bien aux sages 🙂

  7. voir l’article du
    http://www.huffingtonpost.fr/2012/06/22/nicole-bricq-de-ministre-de-ecologie-commerce-exterieur_n_1617760.html
    Imaginons une économie où toutes les balances commerciales seraient excédentaires…on irait vendre sur Mars;
    donc nous en sommes encore au colonialisme avec cette phrase;
    d’ailleurs quand on regarde les cartes de demandes de permis de recherche d’hydrocarbures en France instruites par les gouvernements précédents, la rectitude des traits suivant parallèles et méridiens, évoque bien les découpages opérés par les dirigeants européens en Amérique et en Afrique aux siècles précédents;
    est-ce cela le « changement » cette perpétuation des errements de plusieurs siècles de commerce à tout prix? voir aussi les théories qui expliquent que la fourniture du pétrole a remplacé le commerce des esclaves

  8. Attendons pour voir madame Batho à l’oeuvre devant les lobbies , notamment de la FNSEA et de la chasse soutenus par ses petits camarades du parti en ce qui concerne les grands prédateurs . L’espoir fait vivre , mais sans grandes illusions .
    Nicole Bricq aura au moins le doute concernant son passage éclair au ministère croupion , d’avoir rien pu faire avant d’avont d’avoir fait , ce qui n’est à l’évidence pas rien .
    C’est tout de même curieux que François II n’est quand même choisi un membre d’EELV pour ce poste .

  9. Fabrice, je lis avec grand intérêt vos chroniques !
    Le constat de la cupidité de la plupart des associations écolos m’effraie!
    Cependant, j’ai envie de me battre ! N’y a-t-il pas un organisme non gangréné dans lequel je pourrai m’impliquer sans me dire que je me fais avoir !
    cordialement

  10. Cher Patrick,

    Merci pour votre mot. Je ne saurais réellement conseiller. Tel n’est pas mon rôle. Mais j’ai, ici ou ailleurs, signalé ma sympathie pour les Amis de la Terre. Ceux que je connais un peu, et parfois mieux – Sylvain Angerand, Christian Berdot, Alain Dordé notamment – sont des gens recommandables.

    Bien à vous,

    Fabrice Nicolino

  11. Les Amis de la Terre réclament un étiquetage vert des produits financiers

    PARIS – L’association les Amis de la Terre a demandé lundi au gouvernement de rendre obligatoire un étiquetage développement durable des produits financiers pour permettre aux épargnants d’évaluer l’impact de leurs placements sur l’environnement.

    C’est l’un des engagements non tenus du Grenelle de l’environnement, affirme l’association dans un communiqué.

    Les Amis de la Terre s’alarment de la dissolution d’un groupe de réflexion où plusieurs acteurs de l’assurance travaillaient sur le sujet, deux ans après l’abandon par les Caisses d’Epargne d’un affichage vert expérimental.

    Cet abandon de l’étiquetage développement durable démontre malheureusement l’échec programmé des initiatives volontaires d’entreprises, selon Juliette Renaud, chargée de campagne aux Amis de la Terre.

    Entre 2008 et 2010, l’étiquetage expérimenté par les Caisses d’Epargne permettait d’informer les clients des caractéristiques des produits financiers qui leur étaient proposés selon trois critères: le risque financier, le degré de responsabilité sociale et environnementale dans la sélection des activités financées, et l’impact sur le climat de ces activités, explique l’ONG.

    La décision de cesser l’expérimentation est d’autant plus inexcusable que la crise financière a magistralement démontré l’absence et la nécessité d’une transparence des produits financiers, ajoute-t-elle.

    Depuis plusieurs années, les Amis de la Terre évaluent l’impact des banques sur le climat non seulement à travers la consommation d’énergie de leurs bâtiments ou le transport des salariés, mais aussi en prenant en compte les émissions de CO2 des secteurs dans lesquels elles investissent.

    L’association avait publié en novembre 2010 le premier classement carbone des grandes banques françaises.

    Cette initiative a permis de démontrer de façon concrète et à grande échelle qu’il était possible d’imposer une traçabilité des produits financiers, estime Yann Louvel, référent sur le sujet aux Amis de la Terre.

    C’est pourquoi l’ONG se tourne aujourd’hui vers le gouvernement pour lui demander que l’étiquetage développement durable soit également rendu obligatoire pour tous les produits financiers.

    25 juin 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *