C’est la guerre (à Notre-Dame-des-Landes)

Vous êtes sans nul doute au courant. Ce matin, des centaines de flics et de militaires, appuyés par des hélicoptères, ont délogé par la force un grand nombre d’habitants de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, où ce pauvre imbécile de Jean-Marc Ayrault, ancien maire de la ville, aujourd’hui Premier ministre, entend bâtir un second aéroport (voir ici, ici et ). En agissant de la sorte, le triste gouvernement de la France vient de franchir un pas qui, pour moi, révèle l’ampleur du gouffre entre eux et nous. Cette expression, « eux et nous », a beaucoup servi dans le passé des idées, et pas toujours, loin s’en faut, d’heureuse manière. Il n’empêche qu’elle m’est venue spontanément. Car entre ceux qui défendent un avenir possible pour les hommes et tous les êtres vivants d’une part, dont je suis, et les autres, il existe un univers. Quand je dis les autres, inutile d’insister je pense, cela fait beaucoup de monde. Mais c’est ainsi que je vois les choses, qu’y puis-je ?

Foin d’illusions : le gouvernement socialiste est un adversaire. Et même un ennemi. L’incroyable opération militaire lancée contre les habitants de Notre-Dame-des-Landes n’a rien à voir, évidemment, avec les tueries d’Alep, les massacres de la République démocratique du Congo, ni même les ignobles opérations menées au Brésil, en Argentine, au Paraguay pour chasser les petits paysans de leurs terres et y imposer le soja transgénique. Non, rien à voir.

Pour autant, il s’agit à mes yeux d’un acte de guerre, dans un sens précis : il marque une frontière, infranchissable. Il désigne deux camps irréconciliables, qui défendent assurément deux manières de voir la vie ensemble, et l’avenir qui nous attend. Pour leur part, les socialistes sont maîtres de tout le jeu politique alors que leur candidat à l’élection présidentielle n’a recueilli, au premier tour, que 25 % des électeurs inscrits. Au pouvoir, ils se montrent incapables de seulement imaginer régler les problèmes du modèle qu’ils défendent pourtant. Cette économie, cette banlieue, ce racisme fou, cette lancinante question des retraites, ce prix de l’énergie, ce nucléaire, cet effondrement de l’industrie automobile, ce chômage de masse interminable, mais c’est leur legs ! Le leur et celui de leurs jumeaux de l’UMP, car tous deux se partagent le pouvoir depuis des décennies sans que rien n’ait bougé, sans que rien n’ait jamais été résolu.

Ces derniers jours, burlesques au possible, ont vu le gouvernement chanceler sous des coups de butoir en papier mâché. Ridicules « pigeons » défendant les patrons de start-up, ridicule Peillon réclamant un débat sur le shit, ridicule Tartempion s’embourbant au sujet de la taxe télé dans les résidences secondaires, etc. C’est bien parce que Jean-Marc Ayrault est incapable, et risible à force, qu’il a cru malin de monter l’odieuse opération aéroportée contre ceux de Notre-Dame-des-Landes. Quand tout s’effondre, quand tout démontre que la politique ancienne ne peut rien et ne sait pas davantage, reste l’apanage essentiel de l’État : la coercition. Autrement dit ce monopole de l’usage prétendument légitime de la force.

On peut aussi le dire autrement. Ayrault, nécessairement soutenu en la circonstance par Hollande, a voulu montrer qu’il bandait encore. C’est vulgaire ? Que oui, ce l’est. Mais personne ne saurait l’être davantage que Jean-Marc Ayrault, qui masque de la sorte sa si cruelle impuissance politique. Je l’accuse, en plus de tout le reste, de violer allègrement la loi du pays qu’il représente si mal. Car en effet, la France est dotée depuis juillet 2005 d’une loi sur l’énergie dont j’extrais, de l’article 2, cette phrase : « En outre, cette lutte [contre le dérèglement climatique] devant être conduite par l’ensemble des Etats, la France soutient la définition d’un objectif de division par deux des émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici à 2050, ce qui nécessite, compte tenu des différences de consommation entre pays, une division par quatre ou cinq de ces émissions pour les pays développés ».

De ce point de vue, Notre-Dame-des-Landes n’est pas seulement une lamentable ânerie, qui nous ramène de manière fantasmatique au temps où le climat semblait éternel. Franchement, est-il compatible de miser, avec de l’argent public, sur le développement du trafic aérien, et de prétendre diviser par cinq nos émissions de gaz ? Franchement. Mais ce foutu aéroport est aussi et surtout un symbole. Le symbole éclatant que culturellement parlant, au sens le plus profond, les socialistes ne lâcheront rien. Parce qu’ils en sont incapables. Parce qu’ils ne savent pas même ce que l’expression « crise écologique » contient d’inévitables contraintes au regard desquelles les leurs – par exemple le déficit public – perdent toute signification.

Bien entendu, mais faut-il, ici du moins, insister, les écologistes officiels EELV ne valent guère mieux. Ils ont abdiqué à propos de l’aéroport au moment où leurs petits chefs signaient un déshonorant accord électoral avec le parti socialiste. Et si j’écris déshonorant, ce n’est pas, non pas, pour me faire plaisir. C’est parce que lorsqu’on prétend que le feu est au lac, on ne se tourne pas vers le bac à sable pour y faire des pâtés. Alors que la crise infernale du climat est à nos portes, se vendre pour un ministère et demi est une insulte faite aux hommes.

Et pour le reste, bien sûr, MOBILISATION ! Non-violente, cela va de soi pour moi, mais MOBILISATION tout de même. Nous n’avons, nous les écologistes sincères, pas le droit de reculer. La bataille de Notre-Dame-des-Landes, qui ne fait que commencer, doit être gagnée. Perdre ici serait lâcher partout ailleurs. Ce combat est à mes yeux une cause sacrée. ¡ Sin jamás retroceder, adelante!

PS : j’attends les commentaires de tous les foutriquets écologistes enrubannés et décorés présents à la Conférence environnementale du mois dernier. Le mois dernier. Elle est bien belle, la transition écologique de cet excellent monsieur Hollande.

100 réflexions au sujet de « C’est la guerre (à Notre-Dame-des-Landes) »

  1. « Ridicules « pigeons » défendant les patrons de start-up, »

    À la grande époque, Charlie Hebdo leur avait trouvé une dénomination parfaite : « troo-du-cul.com ».

    Faut-il l’adapter, l’actualiser ?

  2. Insistera-t-on jamais assez sur le fait qu’il s’agit d’un équipement de loisir dont l’usage principal sera d’élargir encore plus l’offre en matière de charters touristiques vers le sud. Tout ça pour ça. Tout le monde n’a pas le courage d’empêcher les avions de décoller en se mettant sur la piste. Mais « objecteur de vol touristique » n’en reste pas moins une belle cause à promouvoir et qui n’est pas interdite par la loi.

  3. Europe Escroquerie Les Vendus est aussi crédible en défenseur de l’écologie que le P »S » pour s’occuper de social. Il fallait donc qu’ils s’unissent pour former ce qu’ils osent encore nommer gouvernement alors que ce n’est qu’une pétaudière de prévaricateurs.

  4. Non-violente ? Je veux bien.

    Mais la violence croissante exercée par l’Empire du Bien va forcément générer — génère déjà — de la violence en retour. De plus en plus de violence, de plus en plus de radicalité, de plus en plus de violence dans la radicalité et de radicalité dans la violence.

    Comment pourrait-il en être autrement ? Toutes les formes de contestations sont récupérées, détournées, retournées comme des gants, les non deviennent des oui, les promesses se transforment en leur contraire, le forcément-festif a gagné toutes les formes d’opposition, on ne proteste plus qu’avec le sourire et en musique, le désaccord ressemble à de l’assentiment, toutes les voies s’avèrent de garage. Quand on a une vraie colère, quand on est vraiment catastrophé par ce qui se passe, c’est à devenir dingue – ou terroriste.

    Ce que je sens profondément, et depuis longtemps, et de plus en plus — les derniers textes ici même le montrent parfaitement — c’est que les limites, les frontières entre terrorisme et résistance, désobéissance et folie, terrorisme et folie, désobéissance et résistance, vont aller en s’effaçant, en se confondant.

    La violence du système se traduit déjà par d’innombrables pathologies, par un mal-être et une folie plus en plus palpables, qui sont en pleine croissance et le seront aussi longtemps que la croissance, précisément, en restera le moteur et l’objectif. Mais elle va générer des formes de violence dont je pense que nous n’avons pas encore idée.

  5. « Et pour le reste, bien sûr, MOBILISATION ! Non-violente »
    C’est donc perdu d’avance.
    Malheureusement la non-violence ne rime plus à rien face aux escrocs qui nous gouvernent.

  6. Voilà au moins qui est clair : ce gouvernement socialo-écolo-tartuffo-godillot révèle son vrai visage, s’il en était besoin.
    Le réchauffement de la planète et le risque de voir anéantis les équilibres vitaux ? Ils s’en torchent.
    La rafle de terres nourricières pour en faire un désert de béton et de CO2 ? Ils s’en tapent.
    L’espoir né d’une communauté respectueuse du vivant ? Ils l’écrasent.
    Tout cela était écrit d’avance, en effet, dès la signature de l’accord électoral et s’en étonner comme le fait EELV est pathétique.
    D’une certaine façon, on s’éloigne des faux-semblants, des tartufferies, des grands discours dégoulinants de fausses promesses, des hommages risibles s’ils n’étaient tragiques, à l’issue de la conférence environnementale à la con.
    Après avoir jeté en taule Pierre-Emmanuel Neurohr, les chiens de garde font appel à l’armée pour expulser les bienfaiteurs de la vie. Quel mépris. Quelle honte.
    Les masques tombent et la violence de ce monde est là devant nous, comme elle est, plus insidieusement, répandue un peu partout dans les entreprises, les temples du commerce, les abattoirs, les cercles de la techno-science, le quotidien qui plonge tant et tant de gens dans la détresse…
    Que peut-on opposer à tant de violence ?

    A l’instant d’envoyer ce commentaire, je lis : « Bronca à l’Assemblée. Est-ce qu’il y a un pilote dans l’avion ? Sous les cris de démission, Jean-Marc Ayrault se défend ».
    Une fraction de secondes, je l’avoue piteusement, j’ai imaginé que des députés se levaient pour crier leur colère face à ces expulsions. Je vais y voir d’un peu plus près.
    Ce ne sont que des représentants de l’UMP s’indignant des cafouillages sur le cannabis, apparemment. Standing ovation des élus de gauche pour soutenir leur grand chef. L’article ne dit pas si les députés verts se sont joints (sans mauvais jeu de mots) aux applaudissements.
    La démocratie est sauve. Peut-on tomber plus bas ?
    Frédéric

  7. Valérie, je crois que ce que vous dîtes est profondément vrai, notamment, pour ce que j’ai pu analyser dans (mon)l’Entreprise: tout un code de conduite dicté par les tenants du système, vous interdit désormais toute contestation (pour mon cas particulier,l’expression d’une saine colère face à une tentative d’agression liée à de la mauvaise foi caractérisée): ayant bien compris que mon attitude était jugée limite, il aurait fallu que je sois devenu une victime pour que l’on m’aide avec plaisir (valeur « professionnalité » sauve),grâce à tout l’arsenal psycho-juridique mis en place toutes ces dernières années. Ce que je veux dire, c’est que l’humanité assumée à doses raisonnables (contrer une colère en fait partie tout comme l’indignation à ce qui nous semble injuste,qui doit être entendue en temps réel), est en train de se diluer dans cette mélasse technocratique, prétenduemment démocratique:règlements en tous genre, sourires publicitaires,…Effectivement, toute cette fausseté va exploser à la puissance 10. Nous sommes actuellement,je crois, en pleine banalité du mal décrite en son temps par Hannah Arendt et qui conduisit à la catastrophe de la seconde guerre mondiale.

  8. Fabrice,
    La leture de votre billet m’a mis en colere. Sentiment que j’essaye d’habitude d’eviter. Pourtant la , je dois vous avouer que meme après une heure de marche dans le jour naissant des montagnes bleues en des Nilgiris (Inde) , loin de m’etre calme, mon cerveau est a la charge et veut comprendre!
    Vous semblez dire qu’il existe maintenant une ligne de front clairement definie entre eux et nous. Amen.
    Dans un precedent papier vous comparez notre situation a celle de la seconde guerre mondiale, et de fait notre barbarie collective n’a rien a envier a celle du III reich et autres stalinisme……Re Amen.
    L’intervention a ND des LAndes est un acte de guerre , un de plus. Sera t’il suffisant a mettre le feu aux poudres, a declencher l’insuretion des consciences, a trouver le courage colletif de resister? Ma colere de ce matin me dit que oui, votre colere me dit que le temps de la revolte est enfin venue .Mais ca je m’en doutais depuis quelques semaines, au point d’avoir decider de rentrer en France. Nous etions venus vivre en Inde il y a plus de 5 ans avec aucune intention de retour et l’espoir que l’Inde pourrait encore faire pencher la bascule. L’Inde va en effet faire bouger les choses, mais ca aussi c’est certain maintenant , ce sera pour le pire….
    Alors c’est la guerre, la lute a mort entre eux et nous…….mais dans la non-violence selon vous!!!!!!!!!!!!!!
    Je vous en supplie arretez avec cette non pensee, cette croyance a deux balles dont on se gargarise comme d’une bonne conscience. Ou parlez moi de ces moines tibetains qui dans la non violence eclairent de leurs corps enflames notre lachete planetaire.
    Gandhi etait un triste clown … ses reponses aux propositions anglaises de Dominion en cas de collaboration de l’Inde a l’effort Allie ?….. il preconisait la non violence aux anglais…vous verrez ils finiront devant la force de votre determination par tomber les armes…..c’est la votre vision de la non violence?
    La non violence est le meilleur moyen de ne rien faire……pire de laisser faire….elle ne peut en rien consituer une arme de resistance a la violence.
    Si Ghandhi avait compris le sens de la “Guita “au lieu de se grater le nombril , il aurait dit au monde que la guerre est justement la voie et il aurait epargne a son pays une monstrueuse partition et plus de 2 millions de mort….. ( Laurent fournier a votre service sur cette question avec visite rapide de l’histoire politique de Sri Aurobindo inventeur avant Gandhi de cette strategie ….)
    Gandhi aujourd’hui c’est un portrait sur les billets de Banque, le symbole d’une Inde incapable de se ressourcer et de jouer son role historique de medecin de l’humanite. Je vous met au defi de me prouver la validite de la strategie guerriere de la non violence en vous servant comme exemple de l’Inde. Si vous etes un homme d’honneur vous relerez le defi et en cas de defaite je suis assure que vous laisserez definitivement tomber cette niaiserie qui ne fait bander que les impuissants……Attention , au dela de la farce philosophique humaniste vous aurez besoin pour defendre votre cause d’aller faire un detour dans le monde merveilleux de la spiritualite…ca c’est peut etre un peu trop vous demander, la critique histerique de Melenchon dont je me fous totalement, semblant etre plus votre truc actuellement.
    A la fin de votre billet vous mettez au defi les collabos du grenelle et les autres de vous repondre….il y a peu de chances . Mais la encore puisque votre colere a l’air sincere tout comme volonte d’en decoudre,
    Pourriez vous m’expliquer par exemple votre indulgence pour F veillerette qui bouffe veritablement a tous les rateliers…..a oui c’est vrai lui c’est pas pareil, c’est votre ami….c’est un mec bien lui ,il est pas comme les autres….Moi F veillerette c’est pas mon ami, c’est juste le representant d’une association que j’ai aide financierement et materielement pendant pres de 2 ans, j’ai herberge ses bureau pour lui et son “assistante” …. Aussi je connais la realite de son action et de son courage….c’est a dire nul, archi nul…. a l’image de l’ensemble du monde associatif. il collabore tout autant que les autres a tuer l’ecologie mais ca vous ne pouvez ni ne voulez le voir, l’amitie c’est au dessus de tout … foutaise foutaise et refoutaise….Je vous rassure je n’ai plus d’amis , il ne reste que des frères d’armes prets a verser leur sang pour le futur de leurs enfants. Mon intention n’est pas de faire ici une affaire de personne, mais vous devez reconnaitre que plus d’une fois dans vos textes vous posez un principe generale pour aussi tot le relativiser par des exceptions qui, relevant de votre seule subjectivite, lui retirent toute valeur.
    Sommes nous vraiment en guerre ou cela n’est pour vous qu’une occasion de causeries au coin du feu et de gagner dignement votre vie.
    Je vous avez prevenu….. y a de la colere……pas trop aime le sentiment que vous vous foutiez du Monde ave un peu trop de legerete intellectuelle.

  9. « les limites, les frontières entre terrorisme et résistance, désobéissance et folie, terrorisme et folie, désobéissance et résistance, vont aller en s’effaçant, en se confondant. »

    Je trouve cette formulation très ambigüe!

    Attention a ne pas jouer le role du « terroriste idealiste et irresponsable », ils n’attendentque ca! Leurs lois, leurs hopitaux psychiatriques sont deja prets! Ca serait trop facile, trop bete de perdre comme ca…

    – Pierre Fournier dans Charlie Hebdo (15 février 1971):

    « Que faire? la révolution. La vraie. Pas l’anticapitaliste, qui ne fait que déplacer les contradictions à l’intérieur du système technocrassique. L’antitechnocrassique. La radicale, la totale, l’irrécupérable et l’irréversible. Les rapports d’argent sont une forme des rapports de force. On supprime les rapports d’argent, il ne reste que les rapports de force. C’est pire. Il faut ruser. Il faut faire la révolution sans passer par la force, sans passer par la victoire (oh ! que ce sera pénible, ca !), la faire en douce, gentiment, avec le sourire, avec des fleurs, pour le plaisir – en restant sans cesse en-dessous du seuil de fascisation. Sinon, on y passera tous. »

    (in « Fournier précurseur de l’écologie », 2011)

  10. Pylm est fort en colère ..En meme temps je ne vois pas Fabrice Nicolino appeler à l’insurrection par les fourches! le milieu médiatique aurait vite fait de le mettre à l’index..et puis FN n’est pas un général.
    et enfin aussi « le vatican, combien de divisions? »
    pour rever un peu et rire jaune car en la matière il y a loin de la coupe aux lèvres! on peut peut être s’en prévaloir? voici un extrait du discours de FH lors de la conférence environnementale de septembre 2012…
    « Mais il y a un autre enjeu, pour notre planète et pour notre pays, c’est la biodiversité. Elle est notre bien commun, chacun d’entre nous doit en être convaincu. Cela commence d’ailleurs par l’éducation à l’environnement qui devra être mieux intégrée dans les programmes scolaires. Mais la biodiversité, ce sera le message de la France lors de la prochaine conférence des Nations Unies qui se tiendra sur ce thème en Inde au mois d’octobre, c’est aussi le fondement, je le rappelle, de notre stratégie nationale de la biodiversité, à condition que nous la mettions en œuvre dans la suite de l’accord de la Nagoya et des 20 cibles qui avaient été définies.

    Je vais en donner quelques illustrations. Préserver la biodiversité, c’est protéger les milieux et les habitants ; plus de 30% des 60 000 espèces vivantes sur notre terre sont aujourd’hui menacées. 13% des oiseaux, 35% des mammifères. Nous devons créer de nouvelles réserves naturelles et faire appliquer la loi. Préserver la biodiversité, c’est lutter contre la consommation rapide des terres agricoles. Les terres agricoles, c’est un patrimoine commun, pas simplement pour les agriculteurs, pour la capacité que nous devons avoir d’avoir des territoires équilibrés entre les productions animales et végétales. Lutter contre la consommation rapide des terres agricoles, ce n’est pas protéger une profession, c’est protéger le pays, c’est la raison pour laquelle nous ne pouvons pas accepter que disparaissent 100 000 hectares de terres agricoles tous les ans. La lutte contre le gaspillage qu’accentue l’étalement urbain sera menée avec tous les moyens juridiques nécessaires.

    Préserver la biodiversité, c’est limiter l’artificialisation des sols, c’est encourager le développement d’un nouveau modèle agricole, plus respectueux de l’environnement qui réduise l’usage des pesticides, protège les ressources en eau. Les agriculteurs ont réalisé des efforts considérables ces dernières années, ont fait en sorte de s’adapter, de se conformer souvent à des coûts élevés pour leur exploitation. Ils doivent donc être accompagnés et soutenus.

    Les politiques agricoles, aussi bien communautaires que nationales, seront réorientées pour atteindre cet objectif de ce que le ministre de l’Agriculture appelle la révolution doublement verte, enfin c’est ce que les agronomes avaient déjà évoqué. La nouvelle politique agricole européenne s’engage avec encore des prudences dans cette direction quand elle cherche à promouvoir les prairies, les rotations, les surfaces d’intérêt écologique. La France soutiendra le verdissement. La loi sur l’avenir de l’agriculture encouragera les comportements vertueux et établira un soutien à la diversité de tous nos modes de production qui permettent la diversité de nos cultures, la diversité de nos paysages, avec une ambition qui ne doit effrayer personne, parce que c’est un enjeu planétaire qui est de contribuer à notre place à nourrir la planète. »
    ah c’est beau! mais sur le terrain chacun de nous peut constater le nombre de projets d’aménagement routiers, « éco » villages etc…qui sont à l’opposé de ce joli discours; (fait penser à la fracture sociale de chirac)

    http://www.elysee.fr/president/les-actualites/discours/2012/discours-du-president-de-la-republique-a.13914.html

  11. Romulus

    Le bourrage de crâne permanent a peut-être fini par avoir raison de moi : voilà que je me mets à po-si-ti-ver et que votre mot désespérant me fait presque plaisir. Car il dit que nous sommes de plus en plus nombreux (n’est-ce pas Frédéric ?)à sentir que l’enjeu dans est bien désormais de retrouver l’humanité noyée, figée, vitrifiée dans « la mélasse technocratique et prétendument démocratique », dans la fausseté, la chosification,la nécrose.

    Ce sauvetage-là ne s’oppose pas à celui de ce qui reste de la vie, c’est le même, c’en est l’autre face, aussi vitale. Notre beau système ne tue pas seulement la vie biologique, il tue en nous la vie d’une façon plus insidieuse, en rendant impies la colère et la révolte, en remplaçant la sensibilité par la mièvrerie, en mettant le don hors la loi, etc.

    Le texte de Fabrice sur Cordier indiqué l’autre jour est incroyablement d’actualité. Nous sommes dans une période d’accumulation des forces, dit-il.
    Quand et comment aura lieu le basculement de ces forces, que va donner l’explosion de la fausseté à la puissance 10, j’avoue n’être pas certaine d’être impatiente de le savoir, tellement j’ai peur que ce soit terrible.

    Laurent

    Ambiguë ? Ah ?

    Pylm

    Fabrice apôtre de la non violence…
    Votre colère montre que vous y croyez, ce qui m’étonne, que vous y croyez au moins assez pour vous énerver. Pourtant… Aurait-il cherché à obtenir l’effet inverse qu’il ne s’y serait pas pris autrement. Non ?

  12. Il ya aussi un autre projet de bétonnage avec perte de biodiversité impact sur habitants etc.. auquel FH est attelé malgré ses grand discours c’est la ligne GV LYON TURIN pour lequel il doit rencontrer Mario monti en décembre
    http://www.rue89lyon.fr/2012/10/02/no-tav-francais-veulent-faire-entendre/
    Extrait « no tav savoie »
    Comme vous pourrez le lire sur notre blog, le Lyon-turin c’est aussi : 15 ans de travaux, c’est-à-dire de circulation de camions chargés de déblais (360 par jour en moyenne) pour certains avec de l’amiante, l’équivalent de 12 pyramide de Kéops de déblais à stocker côté français, l’assèchement de versants entiers (sources drainées par les tunnels), le bétonnage irrémédiable de terres agricoles.
    Les premiers travaux (descenderies de reconnaissance en maurienne) et les procédures d’Enquête d’Utilité Publique ont déjà démontré le mépris total du maitre d’oeuvre RFF pour les populations….

  13. Du 10 Juillet au 10 Août 2012 le Cociv (entreprise qui voudrait construire le Terzo Valico) a essayé d’exécuter des centaines d’expropriations dans les municipalités de Serravalle Scrivia, Arquata Scrivia, Gavi, Carrosio, Voltaggio, Fraconalto, Borgo Fornari, Gênes, Campomorone et Ceranesi [sud Piémont et Ligurie, N.D.T.] en fonction de la réalisation de la première partie des travaux du Troisième passage ferroviaire Gênes-Milan.
    Ils ont mal fait leurs comptes. Chaque fois qu’ils ont essayé de faire des expropriations ils ont toujours trouvé des centaines d’habitants qui défendaient pacifiquement leur terre.

    Ça a été un mois extraordinaire de mobilisations dans lequel des centaines de personnes, jeunes et vieux, hommes et femmes, Piémontaises et Ligures, ont tissé beaucoup de liens, démontrant que lorsque les gens recommencent à se réapproprier des décisions qui regardent leurs territoires, personne peut leur imposer une volonté destructrice.

    http://grenoble.indymedia.org/2012-09-24-No-TAV-Sud-Piemont-Ligurie-Marche

  14. PYLM, incroyable, alors vous etes devenu militant du BJP ou du RSS?

    Je ne vais pas m’etendre sur Gandhi, sujet tellement debattu, et qui fait tellement l’objet de reglement de comptes personnels utilisant l’icone qu’il est devenu (tout en denoncant ce statut d’icone, ce qui est un comble) tout en evitant de faire l’effort de le connaitre, que ca en devient fatiguant. Des victoires de la non-violence, il y en a plein. Il n’y a que des victoires de la non-violence. Les gens de Nandigram ont vaincu par la non-violence. Les gens de Kudankulam ont reussi a maintenir la lutte vivante et a la rendre populaire dans une classe moyenne tres pro-nucleaire, par la non-violence. Les gens de Tarun Bharat Sangh, dont l’ashram a ete detruit plusieurs fois, dont les arbres ont ete deracines, dont les micro-barrages ont ete detruits, ont vaincu par la non-violence. Medha Patkar, Mahasweta Devi ont un discours tres clair la-dessus. En revanche, voyez les resultats des maoistes, ce culte de la violence: En collaborant aux plans de l’appareil d’Etat d’instaurer un etat de guerre dans les regions tribales de Chhattisgarh, ils ont rendu possible le deplacement massif de la population, son deracinement, cette population qui etait le seul obstacle au pillage de cette region et a la destruction de son ecologie. Ils sont les meilleurs allies de l’Etat et de l’Industrie, qui n’en feront qu’une bouchee lorsqu’ils decideront que l’epoque est mure. Et il n’y aura plus personne pour les proteger au milieu du champ de ruines, social et ecologique, qu’ils auront largement contribue a creer. En acceptant la violence vous vous faites un instrument de cela meme que vous pretendez combattre, doublement victime.

    Sur la partition, lisez Markandey Katju dans The Hindu:

    http://www.thehindu.com/opinion/lead/rid-our-body-politic-of-communal-poison/article3985402.ece

    Lisez-le car c’est la meme pensee a l’oeuvre aujourd’hui en Europe a propos de l’Asie Occidentale, dont les journalistes Occidentaux au cerveau bien lave sont incapables d’ecrire un article sans le saupoudrer de references ethnico-religieuses (« regime pro-shiite », « regime pro-sunni », etc.), et dont l’Inde, les BRICS et le mouvement non-aligne commencent a sortir aujourd’hui.

  15. Quand je lis des commentaires appelant à la révolte armée, je repense à cette intervention de Noam Chomsky dans laquelle il disait :

    « (…) dès les années 1960, quand je parlais aux étudiants de militantisme, je leur conseillais de ne pas porter de casque pour les manifestations. Certes, la police est violente, mais si vous arborez un casque, elle le deviendra encore plus. Si vous arrivez avec un fusil, ils viendront avec un tank ; si vous venez avec un tank, ils débarqueront avec un B52 : c’est une bataille que vous allez forcément perdre. Chaque fois que vous prenez des décisions tactiques, vous devez vous poser la question : qui est-ce que j’essaie d’aider ? Est-ce que vous cherchez à vous donner bonne conscience ? Ou est-ce que vous essayez d’aider des gens, de faire quelque chose pour eux ? »

  16. Nous sommes au cœur d’une question qui m’obsède depuis un moment : Que faire, comment, avec qui ?
    Il y a plus de dix ans, j’ai pris un grand virage de vie pour aller vers de la cohérence, de l’harmonie. J’y ai mis l’essentiel de mon énergie, je continue parce qu’on n’en a jamais fini et parce que cet engagement me semble primordial.
    Pour autant, je vois les limites de la démarche individuelle et des petites actions ici et là.
    C’est une guerre qui est menée contre la vie. Une guerre totale, dans tous les domaines.
    Cette logique de guerre m’a conduit à une forme de désertion des champs de bataille économique, technologique (en partie, certes), consumériste… Un retrait du monde, de plus en plus, l’invention d’un mode de vie différent ayant du sens à mes yeux. Là aussi, je vois bien les limites pour peser vraiment sur le cours des choses.
    Logiquement, j’en viens à penser qu’il nous faudrait passer à un niveau supérieur dans la lutte. Et c’est là, pour tout dire, que je suis dans le questionnement. Pas de réponse absolue ni définitive, mais des questions.
    D’abord sur ma propre capacité de résistance physique à tenir dans un combat qui sera très dur. Je connais mes failles, mes fragilités, la précarité croissante de ma santé… Je dois en tenir compte, au nom de l’efficacité et de ma vie même, ce qui n’est tout de même pas rien.
    Ensuite sur les moyens d’action. Violence, non-violence, chacun met dans ces mots des sens parfois différents. Réduire la non-violence au « meilleur moyen de ne rien faire et pire, de laisser faire » me semble balayer un peu vite bien des formes d’actions efficientes, passées ou à inventer. Penser que « la guerre est justement la voie » me paraît perdu d’avance vu le contexte et je doute fort que l’entreprise guerrière soit souhaitable. Je me méfie des discours va-t-en guerre, d’où qu’ils viennent. Je ne n’y vois pas ma place, tout simplement.
    En même temps, je ne peux m’empêcher de voir toute la détresse humaine, toute la désespérance, y compris la mienne, face à l’évolution du monde, toute la colère qui peut faire basculer dans la folie, dans la violence, ce qu’exprime justement Valérie. Saurai-je un jour la proie de cette folie, de cette violence ? Qui peut le dire avec certitude ? Qui peut savoir si l’explosion qui en résultera ne sera pas pire que le mal ?
    Entièrement d’accord, également, avec Romulus, à propos des contestations diluées dans la « mélasse technocratique, prétendument démocratique », concernant la « banalité du mal » répandue un peu partout.
    Quant à « faire la révolution en douce, gentiment, avec le sourire, avec des fleurs, pour le plaisir », par contre, c’est bien gentil, mais plus de quarante années ont passé depuis 1971. L’heure est venue de changer de braquet, non ? Et le côté « forcément-festif », « le sourire et la musique » obligatoires aux manifs, qu’évoque Valérie, si vous saviez comme ça me gonfle.
    Entre ces deux voies, il me semble que des chemins sont possibles. Rassembler cette colère contre les atteintes à la vie, canaliser cette détresse au cœur d’une résistance active, mélanger les levains qui grandissent en nous, nous « irréconciliables » avec « eux »… A quel moment cette pâte va-t-elle lever ? Dans quelles circonstances va-t-elle déborder du bocal où les pouvoirs essaient de la contenir ? Bien malin qui pourrait le prévoir, mais quelque chose bouillonne, je crois, j’espère.
    Frédéric

  17. Bonjour,

    Merci Fabrice, merci a toutes et tous.

    Au sujet de la non violence.

    Si les révolutions d’antan avaient eues le merveilleux pouvoir d’un changement radical, cela se saurait. Au contraire, elles n’ont favorisées que les impulsions, les grande avancées d’un monde sous « tutelle ». Et toujours sous la coupe des mêmes …

    Que tous ceux qui râlent, qui pestent contre ce système, sa bouffe, ses politiques, ses guerres, tout son fonctionnement, etc … arrètent! Arrètent tout! Quelque chose ne vous convient pas, zapper! Dites NON. A côté, oeuvrer pour le meilleur. De bon coeur.

    Plus bouger! Ne plus rien faire qui enrichisse ce qui broie. C’est simple comme bonjour. Cesser de nourrir la main qui frappe. Main qui frappe? Tenez donc? Un hippie chevelu d’un autre âge n’avait il pas dit: si l’on te frappe, tend l’autre joue. Ben voila, nous y sommes.

    Quitte a rendre une claque, faisons le intelligement, sans bruit, ni joue tuméfiée. Le système ne vit que par la demande. Plus de demande, leur business s’effondre …

    Peu sont allés en ce sens, c’est sans doute le pourquoi de la continuité de ce que nous constatons aujourd’hui, partout dans le monde.

    Il suffirait d’un mois, sans consommer, sans télé, sans voiture, sans se rendre au travail, tutti quanti, pour que s’inverse les « rôles », et que les puissants prennent peur.

    La force, « notre » force n’est que le nombre. Saperlipopette, il est ou le singe? Le 100 ème?

    Attention les oreilles.

    Chacun ses vues, ses idées, ses solutions. Je sais respecter celles des autres. Que ceux qui ne sont pas d’accord avec ce commentaire ne se gènent pas de venir me « chier » dans les bottes. Elles sont pleines de bouses dehors et les rebords sont bouchés! Plus rien ne rentre …

    Si votre révolution passent par des gestes agressifs, ne venez pas vous plaindre, dans quelques temps, d’avoir une caméra qui filme vos déjections anales. Et peut être une jolie puce qui pourra vous dire le poids. 🙂

    Sur ce, je retourne dans « mon » monde. La ou les oiseaux parlent.

    Bien a vous toutes et tous,

  18. Ce que tu oublies lbl c’est que des tas de gens sont loin de vouloir détruire ce système , meme si ils y sont mal.
    pour raisonner sur la seconde guerre mondiale il ne fallait donc pas la faire? et laisser les nazis avancer? s’installer? et commettre leurs méfaits?

  19. http://leflochingtonpost.wordpress.com/2012/10/16/occupation-militaire-a-notre-dame-des-landes/

    Entre temps, entre 12h et 12 h 20, des plaques anti-squat sont mises sur la maison de la Gaîté, à l’est de la ZAD et à Bel-Air sur la D81. Aux Ardinières, un barrage policier permet de sortir de la zone mais pas d’y entrer. Au Pré Failli, à l’ouest de la ZAD sur le chemin de Suez, quinze fourgons de CRS sont basés, des CRS s’installent dans le jardin, dissimulés, afin d’empêcher l’accès de la ZAD et bloquer une éventuelle échappatoire. Les militants du Sabot ont besoin de vivres et d’eau. A 13 h 30, un barrage routier a été mis en place au sud des Domaines, au niveau du bois de Rohanne. Les CRS occupent aussi le bois, mais en sortent à 13 h 47. Un barrage de policiers est fait à 13 h 45 des deux côtés du Tertre pour en protéger la démolition, le chemin reste libre des Ardinières au Chêne des Perrières.

    [Mise à jour 17/10 12 h30] : La ferme des Planchettes à été détruite à toute vitesse par deux pelleteuses. 30 fourgons de policiers encerclent la maison du Tertre qui commence aussi à être démolie à 11 h 10. Des policiers enserrent la ZAD sur tout le front ouest, au débouché du Chemin de Suez au Pré Failli et au Chêne des Perrières, ainsi qu’au sud sur le…

  20. C’est comment ce vieux film où un monstre d’acier fabriqué par des hommes broie tout ? (métaphore du nazisme )
    Voilà à quoi me font penser les événements de NDDL;
    l’idéologie obscurantiste n’est pas du « côté » où M. ALLEGRE la situe , « le pouvoir de malfaisance  » qu’il attribue aux écolos, n’est pas chez ceux qui entretiennent un bocage millénaire sur des espaces qui ne sont pas dévolus aux cultures ou élevages industriels.

  21. LBL
    votre commentaire me fait chaud au coeur. Je le partage à 300, 3000 % ! 🙂
    Remettre le « système » en cause est une bonne chose, personne ne le contestera. S´en prendre aux décideurs, crier leur nullité haut et fort, aussi. Mais se demander en toute honnêteté pourquoi ce système débile fonctionne aussi bien, c´est l´étape suivante, incontournable si l´on veut commencer, ne serait-ce qu´un chouillat, à renverser la vapeur. Qu´adviendrait-il de tous ces containers qui sillonnent les mers du globe si personne n´achetait plus les « merdes » (pardon) qu´ils contiennent ?
    J´avais déjà raconté ici ce que Barnum, le directeur de cirque, avait répondu à un journaliste qui lui demandait la raison de son succès. « C´est parce qu´un gogo naît chaque seconde » ! 🙂 Alors tant que les gogos seront aussi nombreux, ils alimenteront le système qui les détruit et la planète avec eux.

  22. A LBL. Bien droite dans ses bottes.
    « Un hippie chevelu d’un autre âge »
    Peut-être…mais le « seul » vrai et « unique » communiste que cette terre aie porté. 😀

    A Marie.
    « l’équivalent de 12 pyramide de Kéops de déblais à stocker côté français »
    Tout en camions ! ça force l’admiration !
    Pour le reste, conflits en général, yaka envoyer les « divisions » du Vatican. 😀

  23. Martine et LBL,

    Je suis d’accord aussi.
    Ne pas acheter ces « merdes », ne pas avoir de télé, de téléphone portable, de tablettes numériques, c’est la première des choses à faire, le premier vote (avant de s’en prendre aux hommes politiques et aux industriels).

    Nous pouvons vivre sans eux, pas eux sans nous.

    Cet article me fait penser à cette chanson :
    http://www.dailymotion.com/video/xtncdv_saez-fin-des-mondes-les-echoues-messine-sur-les-quais_music

  24. Si personne n´achetait plus les “merdes” qui nous polluent,
    Si un gogo ne naissait pas à chaque seconde,
    Si le peuple cessait d’alimenter le système qui le détruit et la planète avec,
    Si les gens arrêtaient de consommer et de regarder la télé pendant un mois,
    Si les terriens n’avaient pas de télé, de téléphone portable, de tablettes numériques,
    Si les humains avaient des ailes… ils n’auraient pas besoin d’avions !
    Bon, j’arrête là avant de mettre Paris en bouteille. Tout ça pour dire quoi ? Qu’il faudrait dissoudre le peuple et le remplacer par un autre ?
    Avant que tous ces si deviennent réalité, on a le temps de bousiller le monde des millions de fois. Comme l’écrit Marie, « des tas de gens sont loin de vouloir détruire ce système ». Alors on fait quoi en attendant ?
    Frédéric

  25. Il y en a d’autres qui pensent que c’est la guerre à NDL et que chez Madame Duflot les sujets « sérieux » ne sont pas forcément écologiques.

    « Alors que le préfet annonçait aux médias une fin des opérations sans incidents dès 10h30 ce matin, la résistance face à l’occupation militaire aura duré l’ensemble de la journée, jusque dans la soirée. Mais ce mensonge préfectoral, n’est sans doute que peu de chose face à l’ambiguïté insoutenable de la direction d’Europe Ecologie-Les Verts sur ce dossier. Nous souhaitons ici interpeller Cécile Duflot, qui en 2011 promettait, à Notre-Dame-des-Landes même, qu’aucun accord de gouvernement ne serait signé avec le PS sans le retrait du projet. La ministre du Logement a su prendre la parole en marge de son gouvernement pour défendre la légalisation du cannabis ou les membres du groupe pussy riot, que dira-t-elle aux familles, aux habitants, qui se font expulser des maisons qu’ils occupent pour s’opposer à l’aéroport et tenir la terre ? Continuera-t-elle à défendre «l’efficacité d’être avec ce gouvernement plutôt qu’à l’extérieur» face à des personnes qui vivent aujourd’hui un véritable drame de s’être fait expulser de chez eux ? »

    http://www.breizhistance.tv/2012/10/17/notre-dame-des-landes-le-prefet-est-un-menteur-cecile-duflot-pareil/

  26. Bonjour,
    Je bous. C’est insupportable !
    Que disent nos ministres ? Que font nos parlementaires ?
    Comment EELV peut avaler cette pillule ?

    Géraldine Boÿer
    Groupe local Nord Vaucluse
    ——————

    Objet : Projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes: première destruction de maison

    Projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes: première destruction de maison

    17/10/2012 10h33 – TRANSPORTS-AÉROPORT-ENVIRONNEMENT – Monde (FRS) – AFP

    NOTRE-DAME-DES-LANDES (France / Loire-Atlantique), 17 oct 2012 (AFP) – Une première destruction de maison sur le site du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, au nord de Nantes, a débuté mercredi au lendemain de l’évacuation de 150 squatters de onze sites occupés illégalement, a constaté l’AFP.
    Une pelleteuse a commencé à détruire, peu après 9H00, une ferme appelée « Les planchettes », tandis qu’un important convoi de forces de l’ordre en sécurisait les abords. Des opérations de sécurisations ont débuté dès 6H00 dans tout le périmètre et des barrages de forces de l’ordre en limitait l’accès aux habitants et aux journalistes, a constaté l’AFP.

    Les cars scolaires qui y passaient habituellement n’étaient plus autorisés à y pénétrer depuis mardi soir, ont indiqué à l’AFP des riverains.

    Les forces de l’ordre procèdent à « la sécurisation physique des sites » et protègent « les entreprises qui vont intervenir », indiquait-on mercredi matin à la préfecture de Loire-Atlantique.

    Le préfet de Loire-Atlantique, Christian de Lavernée, avait indiqué mardi que les renforts de 500 gendarmes et CRS venus pour expulser onze lieux occupés illégalement resteraient sur place « quelques jours ». « Ces maisons vont être démolies, certaines dans les deux ou trois jours, d’autres d’ici une quinzaine de jours » en raison de présence d’amiante, avait également indiqué le préfet.

    Ce projet d’aéroport à 30 km au nord de Nantes, destiné à remplacer en 2017 l’actuel aéroport de Nantes Atlantique situé au sud de l’agglomération, a été déclaré d’utilité publique par l’Etat et soutenu par les collectivités locales socialistes.

    Cependant, il est contesté sur place par les agriculteurs et les anarchistes venus s’y installer, ainsi que, à l’échelle nationale, par EELV, le Parti de Gauche ou le Modem.

    axt/mcl/efr
    © 1994-2012 Agence France-Presse

  27. Envoyer signatures à
    fra.lotteau@gmail.com

    APPEL à signatures :

    Nous, signataires de cet appel, condamnons l’évacuation des occupants d’habitations sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes de ce matin du 16 octobre 2012,

    qui relève d’une opération plus militaire que policière, avec des moyens disproportionnés (plus de 500 gendarmes mobiles et CRS, hélicoptère, bulldozers).

    Rien ne justifie ce coup de force.

    Nous poursuivons, avec les agricultrices et agriculteurs, citoyen-nes, militant-es, la lutte contre le projet démentiel de nouvel aéroport,

    fleuron des grands travaux inutiles et nuisibles au moment où les ressources pétrolières deviennent rares.

    La question de cet aéroport était en dehors de l’accord EELV-PS, comme celle de l’EPR à Flamanville.

    François Hollande s’était engagé à mener à leur terme les procédures réglementaires, comme notamment le respect de la loi sur l’eau.

    L’emploi de la force, aujourd’hui, anticipe les conclusions, et manifeste une volonté politique qui s’apparente à une volte-face.

    L’abus de la violence « légitime » de l’État par le gouvernement nous inquiète, à Notre Dame des Landes ou ailleurs.
    Fébrilité ou acte de puissance, rien ne justifie cet usage disproportionné de la force, d’autant plus que des procédures juridiques sont en cours.
    Rien ne justifie non plus de supprimer de nouveaux espaces agricoles.
    Nous exigeons, comme l’exprime le communiqué national d’EELV de ce matin, l’arrêt des expulsions,
    mais aussi la non-destruction des maisons, et réaffirmons que « l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes,
    situé sur des terres agricoles, est pharaonique, dispendieux et inutile, à l’heure où les comptes publics sont dans une telle situation.
    Il ne doit pas voir le jour. »
    Nous appelons François Hollande et le gouvernement de Jean-Marc Ayrault à respecter leurs engagements.

    Le groupe Vinci ne doit pas dicter sa loi. La gauche, que nous avons contribué à porter au pouvoir, ferait-elle preuve de complaisance

    devant le pouvoir financier de l’ombre que dénonçait François Hollande lorsqu’il parlait de son ennemi sans nom et sans visage ?

    Y aurait-il un conservatisme de gauche ? Au moment où le pouvoir politique semble reculer, sous la pression de ces forces invisibles,

    sur l’Europe, sur les questions sociétales, sur la fiscalité, sur les enjeux économiques et environnementaux,

    la gauche a besoin de nous, écologistes, pour entamer de manière démocratique la nécessaire transition écologique de l’économie et de la société.

    François LOTTEAU.

    Merci pour vos signatures. Faites circuler ce texte.

    fra.lotteau@gmail.com

  28. Et entretemps BAA, société propriétaire de l’aéroport de Heathrow, achète maison par maison le village qui lui tenait tête. Les villageois dégoutés partent afin de ne pas être les derniers fous restés sous le bruit et la pollution de cette troisième piste qui se fera. Eh oui. Elle se fera. Elle sera faite. Elle sortira de terre qu’on le veuille ou pas détruisant au passage toutes ces petites vies sans importance. Les avions s’envoleront avec leur lot d’imbéciles à bord. L’imbécilité n’a pas de frontières. On vous emmènera nos imbéciles, vous nous enverrez les votres. Et quand les pilotes, exploités comme des ouvriers, feront grève alors là on criera au scandale. D’ailleurs ça sera le seul scandale permis au 20 heures et les imbéciles pourront s’informer et s’indigner du lieu ou ils se trouveront à travers ce monde qu’ils ont conquis.
    Alors oui. C’est la guerre. It’s them and us. It’s them and me. It’s them and you. It’s them and Pierre-Emmanuel, bless him. Mais la BAA et ces pieuvres sans âme qu’on traite de « sociétés », le si minuscule premier ministre français, les décideurs de la si petite grande Bretagne et tous les autres lamentables ne sont que les pions du mal. C’est par notre esprit, à tous réuni, qu’il va falloir engager la guerre contre lui.
    Et en musique ça donne :
    http://www.youtube.com/watch?v=iLddJ1WceHQ&feature=related

  29. « LBL » : Oui !
    Mais d’abord, au fil de quelques semaines, faire assez de provisions*si on n’a pas son jardin là, à côté. Puis, au jour dit (qui le dit ? Par quel canal ? etc.) plus personne ne sort de chez soi. Une semaine, deux semaines, trois ? Ça tombe comme un fruit blet. Ils ne peuvent aller chercher chacun at home. Mais gare ! Et après ? On fait quoi ? Faut peut-être en décider… Avant ? Sinon, revoilà l’homme (ou la femme, hein) providentiel(le) et c’est reparti pour un tour. Tout ça pour rien.

    “objecteur de vol touristique” (François). Parce que les vols « non touristiques » sont bon pour le climat ? Comme les tégévés ? Les zautoroutes ? Etc.

    « Europe Escroquerie Les Vendus » (wuwei) Bravo, je suis jaloux. (excellent pseudo, au passage… « […] Produire et entretenir/Produire sans s’approprier/agir sans rien attendre/Guider sans contraindre/voilà la vertu primordiale. »/Tao-tö king, X/Lao-tseu).
    _______________

    *Et pas tout d’un coup ! Quoique ce serait encore meilleur s’« ils » croyaient à une reprise du « moral des ménages » ;-)))

  30. Pardon de demander ce que cette phrase veut dire : »des tas de gens sont loin de vouloir détruire la planète ». Ces personnes sont-elles des victimes violées par le SYSTÈME, contraintes par la force à consommer, bien qu´elles soient rongées par la mauvaise conscience de voir que leur mode de fonctionnement provoque des dégâts irréversibles pour la planète ? Qui sont donc tous ces « tas de gens » ? Savent-ils ou non ? Pourquoi, s´ils ont conscience du drame qui se joue sur la terre, s´ils savent donc (homo sapiens, sort de ce corps :-)!), s´ils ont compris les effets dévastateurs de leur passage ici-bas, oui, pourquoi la destruction progresse-t-elle immuablement ? Je vais sans doute me faire mal voir, mais cela ne me dérange pas, ou disons, plus. C´est l´avantage de prendre de la bouteille. Donc, au risque de me retrouver au pilori virtuel, j´avoue que ce genre de phrases m´exaspère !!! Ceci dit sans aucune animosité à l´égard de ceux ou celles qui les profèrent ou les écrivent mais dans le plus grand respect de leurs opinions. Alors, comment comprendre cette affirmation ? Je l´interprète de la manière suivante : »Des tas de gens », pas méchants pour deux sous, sans aucune intention de faire du mal à la bonne grosse boule qui les héberge, la cochonnent, la foulent au pied, l´insultent et la meurtrissent sans le vouloir, tout simplement par bêtise et ignorance. Parce qu´ils ne réfléchissent pas aux conséquences de leurs actes, parce qu´ils ne se donnent pas la peine de comprendre, ne serait-ce qu´un tout petit peu, que tout se tient dans le grand ensemble du Vivant, parce qu´ils recherchent (gentiment, sans violence, avec bonhommie) la satisfaction immédiate de leurs besoins, parce qu´ils veulent tout avoir, le beurre, l´argent du beurre et les beaux yeux de la fermière en plus. Non, en effet, tous ces braves gens bien intentionnés ne veulent pas détruire la planète, mais ils le font quand même.
    L´enfer est pavé de bonnes intentions 🙁 !

  31. Mais demain ou un autre jour, Fabrice publiera un autre billet, qui sera suivi (avec raison) par autant de commentaires indignés. La vie de ce blog me fait penser à la fin de « La complainte du progrès » : « Et l’on vit comme ça / Jusqu’à la prochaine fois / Et l’on vit comme ça / Jusqu’à la prochaine fois »

  32. François,
    très bonne comparaison 🙂

    Pour quelques minutes de beauté :

    http://www.wat.tv/video/homme-qui-plantait-arbres-36e4d_35qat_.html
    pour la première partie et,

    http://www.wat.tv/video/homme-qui-plantait-arbres-36fst_35qat_.html
    pour la seconde.

    « Quand on se souvenait que tout était sorti des mains et de l´âme de cet homme, sans moyens techniques, on comprenait que les hommes pourraient être aussi efficaces que dieu dans d´autres domaines que la destruction. »
    Jean Giono, « L´homme qui plantait des arbres ».

  33. Martine,
    Vous écrivez : « Des tas de gens sont loin de vouloir détruire la planète » en faisant référence à une citation écrite par Marie. Je reprenais sa phrase, dont la teneur exacte était : « Des tas de gens sont loin de vouloir détruire le système ».
    Chaque mot a son importance, y compris le dernier.
    On peut regretter qu’il en soit ainsi, on peut maudire la passivité, la complicité des uns et des autres. On peut aussi se questionner sur sa propre passivité, sa complicité, parfois et essayer d’avancer.
    Et on peut tenter de passer de la lamentation à l’action, des « si les gens étaient comme ceci » au « si on faisait ceci… » C’était le sens de mon propos : réfléchir aux axes de résistance possibles. Avec, au passage, une question suggérée sur un ton plus léger : on dissout le peuple qui nous agace ou on s’attaque aux ressorts du système industriel ? Batailler contre ce système industriel n’exclue certes pas de se questionner sur l’être humain, y compris sur soi-même. Mais vu l’urgence, vu qu’on ne va pas changer de sitôt plusieurs milliards d’individus, où portons-nous nos efforts de lutte en priorité ?
    Frédéric

  34. Frédéric,
    autant pour moi. J´ai lu trop vite.

    Alors pourquoi restons-nous dans un système qui nous détruit ? Masochisme ? Goût pour l´esclavage ? Et si par hasard, l´humain ne pouvait exister que dans la servitude ?

    Il ne s´agit pas de se lamenter mais d´identifier l´origine des catastrophes qui malmènent la planète et l´humanité avec elle. Et à mon humble avis, seul l´esprit humain en est la source. Je n´en vois pas vraiment d´autre.
    Quant à la résistance contre le système industriel, elle n´est pas si difficile que cela.
    LBL en parle très bien. Elle se pratique chaque jour, chaque seconde, au vu et au su de tous, sans faire de bruit. Elle requiert le goût et l´aptitude à la sobriété, dans le sens que lui prête Pierre Rabhi. Il ne faut pas non plus avoir peur du regard des autres. Et puis, petit avantage collatéral, on peut procéder ainsi à un recyclage mental et donner ses lettres de noblesse à une situation financière peu reluisante :-)!
    Bon, plus sérieusement : le travail ne devrait être là que pour assurer les besoins fondamentaux de l´existence humaine. Bien sûr, vous me direz que ces besoins varient fortement d´un individu à l´autre. Certains se contentent volontairement de peu, d´autres comptent le gros 4×4 et d´innombrables biens matériels tous plus inutiles les uns que les autres, parmi les choses de première nécessité. Et c´est là que le « foutoire » commence ! Et que beaucoup tombent dans un engrenage infernal ! Consommation à outrance, crédits, traites à payer chaque mois, et pour ne pas couler, le travail (l´esclavage plutôt), complètement vidé de sa valeur morale, et sa rémunération, juste bonne à payer le prix de tous ces besoins factices, habilement suggérés, implantés dans le cerveau des gens comme des puces électroniques ! A l´image du hamster, l´être humain tourne dans sa cage.
    Attention, je précise que je ne parle pas ici des personnes en situation de grande précarité qui galèrent, avec trop d´argent pour mourir mais pas assez pour survivre (traduction d´un proverbe allemand).

  35. Bonsoir,

    « Ce que tu oublies lbl c’est que des tas de gens sont loin de vouloir détruire ce système , meme si ils y sont mal.
    pour raisonner sur la seconde guerre mondiale il ne fallait donc pas la faire? et laisser les nazis avancer? s’installer? et commettre leurs méfaits? »

    Marie, c’est la peur qui fait que beaucoup n’osent aller de l’avant. Mal dans leur vie ou pas. La peur de manquer. Ceux qui n’ont déja presque rien, ont d’autres soucis que de vouloir s’informer juste. Il y a aussi de quoi les distraire ailleurs, l’essentiel passe donc a la trappe.

    Marie, dites moi, que vient faire la seconde guerre la dedans? Aussi loin que je me souvienne, les nazis ont avancés, se sont installés, et ont commis des méfaits … pour un temps. Quant a la faire, ou ne pas la faire, ne vous leurrez pas, Marie, elle était voulue et toutes les ruses possibles ont été mises en oeuvre afin qu’elle aboutisse a ce quoi elle devait. Je n’en dirais pas plus, mon niveau de connaissances a ce sujet est restreint. Mais je vous suggère de prendre rendez vous avec Fabrice, qui vous aidera certainement a y voir plus clair. 🙂

    —–

    Martine,

    « votre commentaire me fait chaud au coeur. Je le partage à 300, 3000 % ! »

    C’est quand qu’on se pacse? :)))

    ——

    Stan,

    “Un hippie chevelu d’un autre âge”
    Peut-être…mais le “seul” vrai et “unique” communiste que cette terre aie porté »

    Arlette doit être ravie. 🙂

    ——

    Lionnel

    « Nous pouvons vivre sans eux, pas eux sans nous. »

    Exactement Lionnel! Eux, une poignée. Nous une multitude. De singes! :)))

    ——

    Fréderique, « notre » poète, 😉

    « Comme l’écrit Marie, « des tas de gens sont loin de vouloir détruire ce système ». Alors on fait quoi en attendant ? »

    Continuer d’informer, JUSTE, pas des mensonges.
    Sans brusquer autrui, le chemin d’ouverture a la réalité n’est pas le même pour tous.
    Mettre en place des réseaux d’entre aide, de partage.
    Ne pas consommer idiot. Eliminer ce qui n’est pas néccessaire. Y’en a un tas!
    Tout doit se faire dans la non violence.
    Certains attisent et n’attendent que l’étincelle pour y mettre le feu! Donnons leur le seau d’eau!Le contraire de leurs espoirs.

    Je n’ai jamais vraiment compris le sens des manifs. Battre les pavés, des kilomètres en scandant, revendiquant ce qui ne convient pas. Même en partant de bonnes intentions, elles sont toujours infiltrés par des fouteurs de bord aile, et cela dégenère souvent au profit de nouvelles lois plus restrictives. Il serait plus intelligent d’aller bloquer, en silence, les « visés » en bas de chez eux. Ceindre le quartier. Ben, oui! Vous allez voir si après ils ne balisent pas!

    ——-

    Karl-Groucho D.

    « Mais d’abord, au fil de quelques semaines, faire assez de provisions*si on n’a pas son jardin là, à côté. Puis, au jour dit (qui le dit ? Par quel canal ? etc.) plus personne ne sort de chez soi. Une semaine, deux semaines, trois ? Ça tombe comme un fruit blet. Ils ne peuvent aller chercher chacun at home. Mais gare ! Et après ? On fait quoi ? Faut peut-être en décider… Avant ? Sinon, revoilà l’homme (ou la femme, hein) providentiel(le) et c’est reparti pour un tour. Tout ça pour rien »

    🙂

    Mais gare ! Et après ? On fait quoi ? Faut peut-être en décider… Avant ?

    Rien, on fait. On continue a se passer d’eux! Si cela marche pendant des semaines, un nouveau système verra le jour. Sa force? Entre aide, échange ou gratuité, disponibilité, respect, etc … pas besoin de leader.

    ——

    François,

    François, les commentaires indignés n’empêchent pas de vivre simplement et de respecter le tout.

    ——–

    Je ne cause plus trop, suis en observation.
    J’observe jusqu’a ou la connerie humaine sera capable d’aller. Mon ressenti me fait dire que la socièté va en se divisant. Ceux qui sont et resteront accrocs, avec toutes les chaînes « invisibles », au système ne se basant que sur l’avoir et le paraître, monde ou l’argent est roi, qui accepterons par PEUR de perdre leur confort, les pires servitudes, et ceux qui se retirerons définitivement en vie simple. Montrés du doigt, pris pour des marginaux, des sectaires, des fous …

    Merci a toutes et tous, prenez bien soin de vous,

  36. @ Laurent et surtout Fabrice
    Il me reste ce matin un fond de colere qui reprend une vigueur plus conciliante en vous lisant laurent. Disons que l’effort que vous faites pour me repondre m’ouvre une porte pour essayer de mieux me faire comprendre (entendre).
    Je ne connais pas Gandhi, admettons??….. mais je connais Sri Aurobindo, est ce votre cas? Si vous ne connaissez que de nom ou de reputation , par respect pour vous meme et votre volonte d’objectivisation des connaissances, plongez vous dans “le cycle humain” chef d’Oeuvre absolu de sociologie……et reparlons de non violence….
    La non violence n’est pas une strategie de Guerre, cela peut en certains cas etre une forme d’action utile (comme certains de vos exemples). Vous pensez la non violence comme le moyen et le but de la victoire finale. Le but n’est pas la non violence , elle n’est qu’une consequence a terme…..
    Faire de la non violene la vision ideale de l’humanite est d’une tristesse sans fin, et si ce site tourne en rond , faut pas chercher plus loin.
    Vous ne voyez dans cette crise que les aspects qui parlent a vos domaines de competence. Mais cette crise n’est pas qu’une simple crise sociale, une simple question de petite moralite humaine. Nous vivons une crise evolutive !!!!! Plus precisement pour de nombreuses voix scientifiques dans des domaines aussi varies que l’astrologie, la biologie, anthropologie, la geologie……. et de maniere generale pour la nouvelle pensee quantique nous vivons une periode de transition de mutation qui vont bien au dela de vos preoccupations civiques . Il vous suffit de taper crise evolutive ou journal integral sur le net…..je vous recommande egalement vivement le site http://www.plusconscient.net/
    Vous me dites maoiste car contre le culte de la non-violence .
    Je dis que la seule victoire, la seule guerre que nous devons gagner collectivement est celle de la connaissance (d’ou l’utilite de ce site…???) le reste est une question de resistance individuelle organisee a se donner le plus vite possible les moyens de vivre dans l’autosuffisasnce . L’Autosuffisance prime de tres loin dans les lois de la vie la notion de non violence.
    Mon texte tout aussi colerique soit il, est il un ate de violence ou une recherche de verite qui par le seul fait qu’elle critique la non violence fait de moi un terroriste=cretin?
    Le plus triste dans tout ca c’est qu’en vous privant de cette vision integrale des phenomenes en Jeu reellement , vous persistez a voir un drame la ou se joue en realite l’acte final et glorieux de l’aventure de la conscience chez l’homme.
    Pendant que vous faites votre revue de presse quotidienne sans changer de lunettes, le monde voit naitre chaque seconde de nouveaux individus déjà dote des lois du nouveau monde ( je ne parle pas de moi rassurez vous). C’est ce nouveau monde qui a besion de nous, c’est lui le vrai enjeu de cette guerre.
    Vous resistez pour sauver le titanic toujours dans l’espoir qu’il pourra eviter l’iceberg….Mais ca fait longtemps qu’on l’a defonce notre coque de noix, l’eau s’engouffre déjà et vous voulez continuer a boire le the dans la non violence avec le capitaine pour le convaincre de changer de cap……cela devient franchement lassant a force de voir des gens aussi intelligents avec autant de bonnes volontes ne pas vouloir franchir ce pas dans le nouveau qui transforme la peur en courage et la crise en source providentielle d’espoir.
    En parlant de courage et d’ethique cela fait peut etre 5 ou 6 fois que j’interviens ici et qu’a ma facon j’interpelle notre hote. Je n’ai jamais eu la moindre reponse????? Pourquoi?
    J’ai bien ma petit idée la dessus et pour tout dire je m’en foutais, quand j’ai decide de quitter la france après 5 ans d’engagement , j’ai laisse pas mal d’ennemis derriere moi. En realite la quasi totalite des individus qui font leur vie de l’ecologie. (je n’ai jamais rencontre Fabfice c’est d’ailleurs pour ca que je suis venu sur ce site qui me semblait respirer un autre air.) Dans “qui a tue l’ecologie” Fabrice explique comment ces individus empechent en reailte toute chance de victoire. Cela je l’avais déjà compris en collaborant au comite de N.Hulot en 2004, j’en ai demissionne en leur disant clairement et ce bien avant Fabrice ma facon de penser . J’ai ensuite invente et fonde Objectif bio 2007 dont F veillerette pretend aujourd’hui etre le fondateur ce qui est un mensonge et une trahison sans nom…. Fabrice connaissez vous l’histoire d’Objectif bio autrement que par les oui dire de ces tartuffes( francois en tete??????????????) vous voila face a un choix et ne pas vouloir connaitre la verite et se contenter de ragots malfaisants venant d’incapable est ce vraiment une demarche de journaliste….c’est vrai que sur ce blogue vous etes chez vous alors merde pour la deontolgie et autres courages et vive l’amitie barbare.
    Alors je me crois en droit de demander pourquoi ce monsieur merite pour vous un autre sort que les autres……et pourquoi a moi auune reponse alors que vous n;hesitez pas a repondre au moindre touriste qui vient vous chanter Melenchon. Je m’en foutais , je m’en fous plus. Vous voulez vraiment faire advancer votre pensee alors il va vous falor faire un peu plus de travail de coherence de de mise en perspective le coup de rouge avec le poto ou le futur de Ma fille!!!!!!!!!……………
    Si je me trompe pas a la derniere sauterie hollandaise ecolo il y avait egalement Les Amis de la Terre pour lesquels Fabrice a egalement (et a juste titre un faible….c’est les moins pire) alors c’est des pourris ou pas…..De fait une bonne partie des intervenants sont aussi vos amis …..alors si en conclusion le fond de la pensee c’est de dire a ses amis “c’est vraiment pas bien ce que avez fait” arretez de vous servir de la gravite du monde pour mettre en valeur une vie pour le moins cynique……et merde me voila a nouveau en colere….. Je vous ai toujours cru sincere, libre a vous de me prouver le contraire.
    Bien a vous

  37. Vu de Kolkata…
    Je ne suis pas inquiet pour l’Inde, mais pour l’Europe. Il semble que la « mise au pas » (pour employer un euphémisme) annoncée le 11/09/2001 aux Etats-Unis a maintenant complètement pris pied sur le vieux continent, dans un style adapté à la culture locale, à la violence moins spectaculaire mais tout aussi réelle. Le prix Nobel de la Paix à l ’Union Européenne, au moment ou elle reprend le flambeau des guerres au Moyen-Orient des mains des Etats-Unis et d’organisations traditionnellement plus discrètes, la loi ridicule « anti-voile-islamique » sur les signes religieux (et « nike », « apple », etc. sont-ce des « signes religieux » ou pas ? Qui peut le dire ? La loi ?), la mise en coupe réglée de la Grèce, de l’Espagne, bientôt suivis par d’autres, la surveillance généralisée, etc. montrent que l’Europe a bien du mal à continuer à proposer des idées nouvelles, à « s’en sortir par le haut » face à ses problèmes. Le prestige de la créativité culturelle de l’Europe est ce qui lui a fait traditionellement pardonner son militarisme constant. Retirez la créativité, il ne reste plus que le militarisme. Ce n’est pas accueillir les Femen ou soutenir les Pussy Riot, groupes dont le projet politique ne semble guère aller au-delà des pubs de Benetton d’il y a quelques années (au fait, on n’a pas le droit d’être vieille ou d’avoir les seins qui pendent, pour être aux Femen ?), cette pensée réduite à l’état de ricanement, qui donnera le change.

  38. Vu l’avis de « Climax » tombé sur ce blog, j’en profite pour faire un tour côté migrations.

    Dans les « plumes » que j’affectionne…celles du Grand vautour fauve !

  39. En fait Castoriadis exprime bien mieux (!!!!) ce que je voulais dire par « des tas de gens…système) :

    … »Il y a donc une question très importante qui
    se pose : comment cette société arrive-t-elle à se
    maintenir et à tenir ensemble, alors qu’elle devrait susciter l’opposition de la grande majorité de ses membres ?Il y a une réponse qu’il faut éliminer définitivement de nos esprits, et qui caractérise toute la vieille mentalité
    de gauche : l’idée que le système établi ne tiendrait que par la répression et la manipulation des gens, en un sens
    extérieur et superficiel du terme manipulation.
    Cette idée est totalement fausse et, ce qui est encore plus grave, elle est pernicieuse parce qu’elle masque la profondeur du problème social et politique. Si nous voulons vraiment lutter contre le système, et aussi, si nous voulons voir les problèmes auxquels se heurte aujourd’hui par exemple un mouvement comme le mouvement écologique, nous devons comprendre une
    vérité élémentaire qui paraîtra très désagréable à
    certains : le système tient parce qu’il réussit à créer l’adhésion des gens à ce qui est. Il réussit à créer, tant bien que mal, pour la majorité des gens et pendant la
    grande majorité des moments de leur vie, leur adhésion au mode de vie effectif, institué, concret de cette société. C’est de cette constatation fondamentale que l’on doit partir, si l’on veut avoir une activité qui ne soit pas futile et vaine. »
    .

    http://www.les-renseignements-genereux.org/var/fichiers/textes/Tex_Casto_ecologie.pdf

  40. Comme l’écrit LBL, la solution de résistance est la non-participation à la gabegie. Seulement, pour peser, il faut que cette non-participation soit fournie et durable (excusez le terme). Si je me réfère à l’audience télé du 17 octobre (http://tele.premiere.fr/News-Tele/Audiences-TV-TF1-en-tete-grace-a-Espagne-France-3528634) je crois qu’en tout cas en France, la proportion de gens susceptibles d’avoir une démarche dans ce sens reste bien basse.

  41. Le 18/10 à 3h, la ZAD résiste encore et toujours à l’occupation militaire ! Appel à une mobilisation paysanne de soutien active !

    La résistance sur la ZAD continue, et ce grâce à vos soutiens extérieurs !

    Les camarades sur place ont cependant encore besoin de pas mal de soutien. La fatigue est présente malgré la détermination de ne pas voir les militaires occuper et araser la ZAD ! Venez nombreux-se-s sur la Zone pour les aider dans leur résistance contre la première phase d’expulsions qui annonce le début d’une occupation militaire permanente de la zone du projet d’aéroport de NDDL !

    Aujourd’hui, mercredi 17 Octobre 2012, les camarades ont remporté des victoires qui montrent que notre volonté est plus forte que leur cynisme !

    Voir la suite de l’article ici :

    http://wp.me/p1hwU8-Nf

    Au fait, merci fabrice pour ton soutien et ton article à la dynamite !

  42. Pylm,

    Vous avez envoyé coup sur coup deux messages ici, dont je ne passe que le premier. Le suivant est rempli d’insultes contre François Veillerette et raconte la façon, dont selon vous, il fait son désastreux travail. Et la manière dont, selon vous, il aurait torpillé l’association Objectif Bio.

    Un point de principe : je ne publie pas les insultes. Qu’elles concernent François Veillerette, qui est en effet mon ami, ou tout autre personnage, elles n’ont pas droit de cité sur Planète sans visa.

    Quant à votre aigreur, je vous prie de la garder pour vous. Ce site ne vous convient pas ? En ce cas, qu’y faites-vous ? Vos allusions à mon cas personnel, fielleuses, ne m’irritent même pas, soyez-en certain. J’ai le dos large. Vous avez le droit de penser de moi tout le mal que vous souhaitez. Si vous en êtes à ce point-là, après ce que j’ai écrit tant de fois, ici ou ailleurs, c’est que, de toute façon, vous ne me connaîtrez jamais. Soyons juste, vous n’êtes pas seul dans ce cas sur Terre.

    À la réflexion, un mot quand même sur François, que vous conspuez avec tant de hargne.Je le répète, il est mon ami. Cela ne m’empêche nullement de le critiquer, comme vous le sauriez si vous n’écriviez sans savoir. Et je l’ai fait même durement à propos du Grenelle de l’Environnement. Je recommencerai, figurez-vous, car j’ai une conception exigeante de l’amitié. Mais vous-même ? N’accordez-vous votre amitié qu’à des preux, débarrassés de toute contradiction, de toute erreur, de toute faute même ? Si tel est le cas, vous êtes fatalement seul. Pour ce qui me concerne, je n’oublie jamais Daniel Cordier, personnage magnifique qui me sert de viatique au long de ma vie. Et je garde en mémoire ce bout de phrase qui figure dans une lettre écrite en 1728 : « Je vous renvoie à ce que disoit madame Cornuel, qu’il n’y avoit point de héros pour les valets de chambre ». Ce que cette phrase m’évoque ? Simplement que les meilleurs, pris sous un certain angle, vus certains matins ou certains soirs, ont inévitablement des côtés pénibles, voire insupportables.
    D’autres, depuis, ont adapté cette évidence que nous avons tous nos faiblesses et même nos petitesses, sous cette forme qui me convient à la perfection : « Ni Dieu, ni César, ni tribun ».

    Fabrice Nicolino

  43. Si on se base sur les termes de Fabrice qui sont:
    « N’accordez-vous votre amitié qu’à des preux, débarrassés de toute contradiction, de toute erreur, de toute faute même ? »
    et
    « les meilleurs, pris sous un certain angle, vus certains matins ou certains soirs, ont inévitablement des côtés pénibles, voire insupportables. »

    Ces 2 petits morceaux qui lui permettent ainsi de compenser tout ce qu’on a dit ici sur un de ses amis, alors…

    Il n’y rien à critiquer nulle part car ce qui est valable pour ces amis l’est tout autant de Hollande, Ayrault, Sarkosy, Borlo et même Hitler, Mussolini, Mao, George Bush.

    C’est bien ce qu’on retrouve dans le bouddhisme: il y a de la dualité partout, partout on retrouve des excès.
    Passé ce constat, on peut toutefois dire que si la critique est valable pour tout un tas de personnes dénoncées justement sur ce blog, il est tout autant pour « les amis » quelqu’il soit. Ou alors, il a quelque chose que je n’ai pas compris.
    donc, si veillerette est tout aussi lamentable que d’autres sur certains sujets, ce n’est pas parce que c’et un « ami » que çà compense et qu’on excuse. Donc, non:
    « les meilleurs, pris sous un certain angle, vus certains matins ou certains soirs, ont inévitablement des côtés pénibles, voire insupportables. »
    Cela n’est pas une réponse. C’est un refus de voir.

  44. Alain,

    Et merde, à la fin ! François Veillerette est un homme comme vous et moi, qui a ses limites. Mais c’est tout ! Il a bâti un instrument de grande valeur, Générations futures, avec ses mains, son temps, son énergie. Avec quelques autres, certes – Nadine, je ne t’oublie pas -, mais dans des conditions matérielles très précaires. Que Pylm et tous autres commencent par en faire autant, on en reparlera.

    Et qu’est-ce que c’est que cette histoire de Mussolini ou Hitler ? Franchement, qu’est-ce que c’est ? Planète sans visa, et donc moi, est évidemment critiquable, mais pourquoi ce besoin de rabaisser ? Je ne comprends pas. Si François avait, à mes yeux, commis une vraie faute, il va de soi qu’il ne serait pas mon ami. Mais il l’est, et j’en suis heureux.

    Ce soir, je l’écris avec force, j’en ai marre de la calomnie et de la bassesse. J’essaie, sans forcément y parvenir, de respirer un autre air, et je rappelle une fois encore que j’ai écrit ici quelque chose comme 1200 articles, de manière strictement bénévole. Ou plutôt, j’ai écrit ici 1200 articles, sans être payé, mais en payant de ma poche l’hébergeur. Cela me rend raisonnablement libre. Je ne cherche nullement des lecteurs. Ou plutôt, je recherche à jamais il vero lettore, qui ne se trouve pas sous le sabot d’un cheval.

    Je me répète : merde.

    Fabrice Nicolino

  45. @ Fabrice Nicolino

    Cher Monsieur,
    Mes 2 derniers messages qui repondaient au votre n’ont pas ete publie. Autant pour celui un peu nerveux contre francois je pouvais le comprendre en attendant que vous puissiez verifier aupres de lui, voire lui demander de bien vouloir se defendre lui meme puisqu’il s’agissait sans conteste d’une attaque personnelle. En realite c’est vous qui en avait fait une affaire personnelle et ce avant meme cet echange, c’est pourquoi vous ne m’avez jamais repondu avant, vous pensiez deja me connaitre et vous m’avez deja juge…..
    Par contre Conernant ces 2 messages ils ne contiennent absolument rien qui justifie cette censure autre que votre bon vouloir. Vous ne connaissez pas Francois Veillerette, tout comme il est impossible de connaitre vraiment quelqu’un qui use du mensonge pour conduire sa vie. Vous pouvez certes etre l’ami d’un menteur, mais vous ne sonnaissez que sa verite, c‘est la un fait l’autre etant que vous ne me connaissez pas, mais alors pas du tout, vous croyez me connaitre. L’utilisation de la croyance comme source de connaissance et une demarche un peu legere ne croyez vous pas?
    Surtout que vous me jugez publiquement sur la base de cette croyance
    Alain,
    Et merde, à la fin ! François Veillerette est un homme comme vous et moi, qui a ses limites. Mais c’est tout ! Il a bâti un instrument de grande valeur, Générations futures, avec ses mains, son temps, son énergie. Avec quelques autres, certes – Nadine, je ne t’oublie pas -, mais dans des conditions matérielles très précaires. Que Pylm et tous autres commencent par en faire autant, on en reparlera.
    La Fabrice c’est vous qui etes dans la merde car ce seul paragraphe est la negation absolue de tout ce que vous pretendez defendre. Et si je n’attends pas forcement des excuses je vois mal comment vous pouvez retenir la presente reponse sans me liberer aussitot , car n’imaginez pas une seule seconde que j’eprouve le moindre plaisir depuis trois jours a essayer de pointer une incoherence dans votre papier (incoherence que partage au moins alain non?) et de recevoir en reponse insultes, car arretez de vous la jouer vous proceder egalement par l’insulte sauf que vous y rajoutez maintenant des contre verities si flagrantes que vous n’avez d’autres choix que de me faire taire…….ne sentez vous pas l’inconfort de votre position?
    Comment osez vous sans prendre le risque de vous ridiculiser dire et prouver que votre Ami fait des choses et moi non……c’est soit de l’ignorence crasse soit de la mauvaise foi totale. Vousme parlez de ses moyens precaires, alors qu’il porte le plus sacre des messages, sans y voir un signe d’incompetence , meme une association de quartier pour le marriage entre chiens et chats serait plus efficace
    Pour ne parlez que de la creation d’Objectif bio compare au MDRGF, si vous ne voyez pas le difference alors arretez de cherher des solutions, contentez vous en effet de critiquer et d’insulter a votre facon si courtoise et maintenant de censurer
    A cette heure et a la seule analyse de notre echange sur votre site rien ne justifie votre comportement a mon egard sauf la certitude de la fable qu’un menteur vous a chante me concernant.
    Votre position est intenable et je n’y trouve aucune satisfaction soyez en assure, tel n’etait certainement pas le but de mon intervention, car serieusement votre Ami francois m’indiferre totalement et que je pense a lui c’est plus avec la tristesse que l’on a pour un pauvre type, je ne le prend pas pour un salaud mais un garcon un peu limite qui se retrouve un peu malgre lui a un poste de responsablite un peu lourd. President du MOUVEMENT POUR LE DROIT ET LE RESPECT DES GENERATIONS FUTURES…. Il est le president du respect des droits de ma fille. Pour la petite histoire c’est le nom de son association qui m’a fait prendre contat avec lui des la creation d’H-50 , pas sa personne. Et c’esrt vrai qu’il fait suffisament illusion pour que je lui ai immediaterment mis des bureaux a sa disposition 92 rue de rihelieu au cabinet d’avocats LE mazou.
    Je n’ai rien fait, ce n’est donc rien que d’aider concretement le projet dont vous dites aujourd’hui qu’il est formidable…..Fabrice il y a fort a parier que sur le seul aspect financier j’ai sans doute plus aide votre ami que vous meme, il me semble que vous c’est plutot de l’argent que vous faites ave lui, mais si c’est pour la bonne cause.
    Si vous ne sentez pas que votre defense de l’amitie vous met sur une piste glissante , alors dommage…….
    La question sur Francois etait une vraie question parfaitement logique avec votre billet et votre provocation aux “ foutriquets”. Tout prouve que Francois est un foutriquet et au lieu de le reconnaitre dans le rire tout en lui maintenant votre amitie, vous etes entrain de violer tous vos principles .
    La censure camarade notre echange merite t’il une telle infamie…….
    PS. Une derniere question…..pour etre votre ami faut il obligatoirement etre un ami de francois, voir un lui un etre formidable en depit de toute objetivite? je ne pretend pas a votre amitiee, juste peut etre au respect de mon action depuis plus de 10 ans .
    Il y a 6 ans ( après avoir cree avec ma femme et ma fille agee de 8 ans a l’epoque, l’association l’association H-50, après un passage d’un an au comite de veille de Hulot dont je suis le seul a avoir demissionne d’ailleurs, après avoir invente et finance Objectif bio 2007, après avoir ecrit avec D Mallerin l’Election de la derniere chane, livre qui en 2006 expliquait déjà et mettait en perspective vos milliers d’articles et livres a venir, en decouvrant la realite morale de ces acteurs ecolo ou du bio que je ne connaissais pas autrement que par leur responsabilite et qui pour moi ancien barbare repenti representaient mes heros, en decouvrant avec stupeur la realite de la situation et l’incapacite de la societe civile de reagir, j’ai du faire un choix. Car malgre tout l’argent ( j’aimerai vraiment savoir quel bobard F a bien pu vous faire avaler a ce sujet) malgre l’energie, le temps, la mise a la disposition d’une bonne moitie de mon cabinet ( 10 collaborateurs) le processus en cours semblait irreversible sauf miracle. L’espoir de voire surgir une insurrection des consciences n’etait pas pour demain et c’est vrai qu’avec le torpillage d’Objectif bio, j’ai ete contraint de faire un point sur la realite de mon action et sa coherence. Une equation tres simple qu’on appelle obligation de resultat par opposition a l’obligation de moyens qui n’impose pas le resultat ( la posture suffit a vivre sa bonne conscience).
    Comment juger de l’utilite d’un moyen par ses resultants objectifs ou par la sympathie que l’on a pour son dirigeant……il est clair que si l’on attend des vrais resultants, l’accelaration des ravages pesticides en tete n’ont fait qu’aller en s’accelerant (pas seulement en France) c’est un terrain ou l’on ne remporte pas de victoire on ne fait que defendre des digues d’espoir qui brisent les unes après les autres en attendant le grand Chaos final.
    Mais pour moi ( et je l’espere encore pour d’autres) mon obligation de resultat elle est en premier lieu vis a vis de ma fille ( origine affection MDRGF) et pour elle au moins si je me devais d’en obtenir concretement…….
    Comment francois a t’il bien pu vous expliquer mon depard pour l’Inde. J’ai quitte un métier que j’adorais et dont en tout cas mes clients me disaient que j’etais bon…..j’avais en effet l’habitude de choisir et de gagner mes affaires, pour votre info une grande partie de l’argent qui a finance mon in-action provenait de VINCI dont j’etais l’avocat dans une affaire ontre la SNCF et le TGV Nord…..passons sur ce point il y a peu de chance qu’il vous impressionne pourtant j’ai vraiment fait un choix en renoncant aux pretoirs. Au debut j’ai cru faire un sacrifice maintenant je sais a quell point ces 5 ans en Inde ont ete un cadeau inespere et ont change mon regard sur ce que nous vivons en realite et ca c’est pas de l’aigreur c’est du Bonheur absolu, dommage encore que vous ne puissiez le sentir.
    Le fait est qu’aujourd’hui nous avons une empreinte ecologique la plus faible possible et vivons dans une structure autosuffisante, alors qu’a notre depard de paris malgre tous nos efforts et sans prendre en compte l’empreinte necessaire au paiement de mes honoraries elle depassait 3. Cela peut sembler ridicule pourtant elle me permet aujourd’hui dans mon action ici de pouvoir repondre que je ne prends rien au contraire tous nos projets sont orientes vers le re-donner….Oh bien sur notre action ici est d’une toute toute petite portee, elle fait vivre directement 20 familles autour d’un jardin potager et d’une mini banque de graine et d’un restaurant biologique dont le suces est croissant pour sa qualite et le travail de sensibilisation que nous y faisons (si vous tapez sur Google “HINDU la belle vie coonoor” vous pourrez verifier que nous avons eu pour notre action les honneurs de la couverture du premier quotidian en INde. Cela vous donnera egalement l’occasion dede decouvrir une des merveilles du Monde, les Nilgiris avec ses tribus dont la plus ancienne est ici depuis 7000 ans , les Todas…….)
    Vous voulez un scoop pour un mec qui n’a rien fait? En 2004 H-50 organisa les entretiens de Millancay sous le titre POUR QUE NOS ENFANTS NE NOUS TRAITENT PAS DE VOLEURS (c’est d’ailleurs lors de cette rencontre que j’ai propose la creation Objectif bio dont meme le nom est de mon insignifiante participation) cette formulation a ensuite je crois ete reprise par Hulot…..ce que je veux dire et je crois que si vous me laissez une seconde le benefice du doute vous comprendrez le sens de mes interventions. Je n’ai pas choisi cette situation et meme si par ignorance et grave connerie j’ai fait un temps partie des barbares, depuis 10 ans je n’ai plus qu’une seule cause une seule bataille. le sort de ma fille ce qui naturellement implique le sort des generations futures, et vraiment je n’arrive pas a croire que vous n’acceptiez pas en ce sens ma colere qui d’ailleurs n’etait que passagere……
    Si vous decidiez de maintenir votre position me concernant concernant notre echange sur VOTRE site,Auriez vous l’extreme courtoisie de bien vouloir considerer la presente comme une lettre que je vous adresse personnellement et a laquelle vous pouvez repondre sur mon adresse mail
    Avec l’espoir de sortir de cette mauvaise position dont je suis prêt soyez en assure a prendre pleinement ma part de responsabilite
    Pierre-Yves Le MAZOU

  46. Chers tous, je suggère humblement de faire attention à deux choses:

    1. Ne jamais critiquer une personne mais ses actions. Et ne pas se laisser tromper par une lecture mot-à-mot (voire hypocrite) : Quand on écrit que untel « est un imbécile » ou « un satrape » sur la base d’actions précises que l’on documente, c’est bel et bien critiquer les actions et pas la personne. Il me semble bien que c’est ce que notre hôte Fabrice fait : dénoncer les actions, pas les personnes. (En revanche, c’est ce que les politiciens ont souvent tendance a ne pas faire, soit par facilité comme lorsqu’ils se battent entre eux, soit même par intention, comme lorsqu’on justifie des guerres faisant des centaines de milliers de morts, par les turpitudes morales réelles ou supposées d’un seul homme, qu’on appelle et ce n’est pas un hasard par un seul mot, de préférence son prénom: « Saddam », « Khadafi », « Bachar »… Le jour ou notre pays sera désigné dans la presse internationale comme « le régime de François » il faudra s’attendre a recevoir des bombes sur nos centrales nucléaires)

    2. Se méfier des descriptions « neutres », ce style venu de l’anthropologie qui consiste à utiliser les mots de son sujet d’étude sans utiliser de guillemets. Il y a des cas ou s’abstenir de prendre position vide les mots mêmes de leur sens, par exemple lorsqu’on parle de violence évidemment. (Voila pourquoi j’étais gêné par l’ambiguïté des mots de Valérie Quilis le 16 octobre : « les limites, les frontières entre terrorisme et résistance, désobéissance et folie, terrorisme et folie, désobéissance et résistance, vont aller en s’effaçant, en se confondant. ») Mais peut-être qu’en suivant Badiou, toute vraie parole est « performative », elle accomplit de qu’elle décrit, et vouloir se cantonner a la description « neutre » risque de nous engager dans une action alors même que nous l’ignorons et nous privons de moyens d’en être maitre.

  47. Mon allusion à Hitler et Mussolini était faite pour montrer que dans tout homme il y a dualité. Si Hitler et Mussolini sont des êtres ignobles, ils ont aussi eu des instants d’hommes normaux, souriants, agréables. Ils n’étaient pas des salauds 24h/24h. Alors, en se basant sur les propos de Fabrice qui dit que tout homme a des excès lorsqu’il veut défendre son « ami » Veillerette, on pourrait tout aussi bien défendre sur les mêmes bases de raisonnement Hitler ou Mussolini.
    Rappelons toutefois que Fabrice dénonce à longueur de pages Greenpeace. Veillerette a eu des fonctions chez greenpeace pendant 7 ans. Sans que rien ne soit transcendant…
    De même, il est maintenant chez Europe-Ecologie, fait de la politique, sans qu’on ne voit vraiment le moindre résultat tangible. D’autres ayant les mêmes fonctions seraient sous le joug de la colère.
    Tiens, une autre? Lors du grenelle de l’environnement, ou était Veillerette? Dans les commissions avec les autres écolo-tartuffes.

    Il y a à peine 2 mois, il disait:
    « Gaz de schiste, aéroport de Notre-Dame des Landes, nucléaire, on a fait savoir notre mauvaise humeur, mais on jouera la construction avec des propositions réalistes ».

    Construire? Construire quoi? la destruction en cours?
    si c’est un ami à toi, tant mieux. Mais c’est aussi un doux rêveur qui ne sert plus à grand chose, trop impliqué dans les choses que je n’admet plus.

  48. A Laurent

    Laurent, s’il vous plaît, appliquez-vous à vous-même vos règles de rigueur, votre crédit de modérateur y gagnera.
    J’ai toujours le souci, l’obsession même, d’être claire et, pour cela, de revendiquer ma subjectivité quand c’est elle qui s’exprime. L’énoncé de moi que vous citez, qui n’était et se ne se voulait que l’expression de mon ressenti, est parfaitement clair SI ON LE PREND EN ENTIER, ce que vous ne faites pas en l’occurrence. « Ce que je sens profondément », le début de ma phrase, n’est pas là pour faire joli mais par nécessité. Voici le paragraphe non tronqué (désolée de me citer moi-même, ça fait un peu con mais là je ne peux faire autrement) :

    « Ce que je sens profondément, et depuis longtemps, et de plus en plus — les derniers textes ici même le montrent parfaitement — c’est que les limites, les frontières entre terrorisme et résistance, désobéissance et folie, terrorisme et folie, désobéissance et résistance, vont aller en s’effaçant, en se confondant. »

    Cette mise au point importante étant faite, je prends des vacances de blog. l’atmosphère de curée qu’on y respire ces jours-ci me soulève le cœur. Il y en a qui se trompent d’ennemi. Et qui ont la sensibilité dans les chaussettes, et ce que vous savez dans les yeux.
    Heureusement que le nouveau monde écologiquement correct n’est pas pour demain, on regretterait peut-être celui-ci.

    Bien à vous, en mémoire des excellents échanges vécus ici

    Valérie

  49. PYLM, il a l’air sympa votre restaurant bio!

    Avez-vous lu la tribune de Markandey Katju citee plus haut? Est-ce que ca n’eclaire pas la reponse de Gandhi a la politique Anglaise en Inde?

    Et que pensez-vous des Maoistes Indiens? Pensez-vous que leur culte de la violence « au service du peuple » a servi les interets du peuple? Appartenez-vous a cette classe moyenne qui se pense « eclairee » (dont certains de mes amis) parce qu’elle approuve les Maoistes mais sans prendre elle-meme le risque de passer sa vie dans la foret, malade et epuise, a tuer et a se faire tuer, sans honneur mais comme des chiens?

    Les vrais resistants ce sont ceux qui refusent la violence. C’est parcequ’ils sont identifies comme les ennemis les plus irreductibles qu’ils sont attaques des deux cotes.

  50. C’est la guerre à Notre-Dame-des-Landes, ici aussi depuis quelques jours. Je lis avec une stupeur consternée les commentaires de Pylm et d’Alain. Ces allusions à Hitler et à Mussolini, ces sommations à bazarder ses amis qui ne seraient pas des écolos labellisés purs et durs à 100%… sont tout simplement affligeantes. C’est perdre bien du temps et de l’énergie.
    Ça brûle à Notre-Dame-des-Landes et un peu partout sur la terre. Franchement, nous avons mieux à faire que de nous chercher querelle sur des amitiés qui ne seraient pas conformes en tous points à une écologie certifiée, par qui d’ailleurs ?
    Faudra-t-il demain passer ses amis au crible d’un cahier des charges comme le font les organismes certificateurs qui délivrent le label bio ? Faudra-t-il arborer un CV irréprochable pour être digne d’amitié sur cette terre ? Faudra-t-il soi-même se faire contrôler tous les ans et s’auto-bazarder si l’on constate des non-conformités avec le règlement en vigueur ?
    Bienvenue dans l’enfer vert…
    Merci à Fabrice pour le temps et l’énergie qu’il nous donne.
    Frédéric

  51. Vous vous feriez moins de noeuds au cerveau à vous engueuler si vous partiez du constat que la morale est relative comme je l’ai souvent écrit ici; on peut être acète le matin, casuiste un peu plus tard éventuellement héroïque à l’occasion.

    MAIS il ne faut absolument pas confondre ce relativisme moral qd il ya bien effectivement décision morale implicite, avec arbitrage entre des projets valorisés ou intéressés donc des choix (utilitaristes)

    La meilleure façon de pouvoir décoder ce double relativisme restera de construire des codes contre lesquels il serait illégitime de se révolter. ce sera la seule façon de faire le différence entre ceux qui de bonne foi tentent quelque chose qui pourra nous sauver de la façon dont les choses se sont intituées lamentablement, et les tartuffes.

    Sera-ce la guerre? Oui et de façon paisible contre l’inhumanité de ceux qui prétendent gouverner en quelque domaine que ce soit mais ne se gouvernent pas eux-mêmes autrement que par le seul assouvissement de leurs envies!

    @ Marie; Casto avait super bossé, la tdm permet de remettre un peu d’ordre et de voir exactement le point sur lequel il faut bosser: le couplage cohérent de la politique et de la morale à travers des applications qui restent à construire. Politique et morale relèvent de duex rationalités isolables, en théorie.

  52. Alain,
    que veut dire « normal », pour vous ?
    Etre normal, dans la norme, dans la normalité, mais pour qui, mais par rapport à quoi ?
    Je n´ai pas le temps de développer plus avant, mais je vous donne un exemple bien concret qui illustre ma méfiance envers ce mot : il y a quelques jours, lors d´une discussion spontanée qui a eu lieu dans une file d´attente, j´ai tenté d´expliquer aux personnes présentes qu´il faut se battre contre un nouveau projet de route qui menace l´une des dernières zones humides dans les environs de notre ville. Un petit coin de paradis pour toutes les espèces aquatiques. Peine perdue, pour tous ces gens, ce que j´avançais n´était pas « normal ». Ce n´est pas « normal » de vouloir bloquer la voie au « progrès », à la « libre circulation des citoyens », de mettre les animaux sur le même plan que les humains, etc, etc, j´en passe et des meilleures ! Sentant la colère monter, j´ai renoncé au dialogue avec la « normalité » 🙂 !

  53. Chere Valerie, pourquoi serais-je plus « moderateur » que vous? Excusez-moi si je n’ai pas trouve votre expression tres claire, je veux croire maintenant que vous deplorez cette evolution et qu’il faut la combattre… meme si la tonalite de votre billet allait plutot dans le sens d’une remise en cause de la credibilite de la non-violence. Excusez-moi de n’avoir pas compris!
    Bien a vous,
    Laurent

  54. Laurent,

    Vous écrivez que « Les vrais résistants ce sont qui refusent la violence » !!!
    Ceci me consterne profondément.
    Comme je ne veux pas envenimer encore plus l´atmosphère déjà tendue qui règne ici en ce moment, je me contenterais de vous dire que si les membres de la résistance française ou les partisans italiens, pour ne citer que ceux-là, n´avaient pas employé la lutte armée, donc violente, vous ne seriez pas là où vous êtes aujourd´hui !
    Votre point de vue est une insulte à tous ceux qui ont payé le prix fort dans le combat qu´ils menèrent contre l´oppresseur. Une insulte à tous ceux qui le mènent encore aujourd´hui !

  55. « Ce que je sens profondément, et depuis longtemps, et de plus en plus — les derniers textes ici même le montrent parfaitement — c’est que les limites, les frontières entre terrorisme et résistance, désobéissance et folie, terrorisme et folie, désobéissance et résistance, vont aller en s’effaçant, en se confondant.” je vois tout à fait ce qu’elle veut dire le système et ses adeptes criminalise tout ce qui le « menace » et tous les déviants, il y a un tas de livres de science fiction sur le sujet; le système nous engloutira tous petit à petit, chacun jettera l’éponge las, fatigué ou dégouté…pendant que les bonnes âmes se posent la question du recours à la force. .
    la guerre, la violence, ce n’est jamais de gaité de coeur que les hommes s’y résolvent! je redemande : que fallait-il faire en 1940? Churchill « Vous aviez à choisir entre la guerre et le déshonneur ; vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre. »

  56. Pour LBL en son jardin un texte de ce monsieur en prison depuis belle lurette pour avoir envoyé des colis piégés à des acteurs clés et emblématiques du système ..: Kasinski un fou disent certains.
    http://fr.wikisource.org/wiki/Quand_la_non-violence_%C3%A9quivaut_au_suicide

    « Quand la non-violence équivaut au suicide »

    « …C’est l’automne 2025 AD. Le système techno-industriel s’est effondré il y a un an, mais vous et vos amis vous vous en sortez bien. Votre jardin a fleuri l’été …..Soudain, l’ami qui est à vos côtés vous pousse du coude et vous levez les yeux. Uh-oh. Un gang d’hommes à l’air mauvais vient dans votre direction. Ils ont des armes. Ça ressemble à des ennuis, mais vous tenez ferme. Le chef… »

  57. Valérie, ce qui se passe partout dans le monde, c’est que la frontière entre action militaire et action terroriste, entre action de police et action terroriste, entre action légale et action terroriste, entre action économique et action terroriste, devient de plus en plus ténue.

    C’est justement pour camoufler cela que certains ont intérêt à ce que cette confusion s’étende aussi à l’action militante, au civisme, à la résistance.

    Si je suis gêné par votre phrase, ce n’est pas parce que j’ignore ou que je refuse de voir cette évolution, mais c’est parce que je la refuse, que je m’insurge intérieurement, en d’autres termes je refuse de la comprendre cette phrase car je n’accepte pas ce qu’elle implique, la manière dont elle associe des mots, qui pour moi n’a aucun sens.

    Voila… Ce ne sont que des mots, et je ne crois pas qu’il y ait beaucoup de différence entre nous dans la pratique, mais je crois cela a aussi son importance. Il faut se battre aussi pour les mots. Refuser le terrorisme, aussi clair et net que possible, et le dire. C’est pourquoi l’action la plus radicale contre le pouvoir, la plus dangereuse pour sa survie, et la seule qui peut avoir quelque chance de succes, c’est aujourd’hui encore, la non-violence.

    Bien amicalement.

  58. De la violence, j’en ai plein. Qu’est-ce que je fais ? Tiens, en plus, un type armé blindé jusqu’aux dents (aussi abstraitement que physiquement, puisque nous y sommes – ah la décomplexion) me vise, ou plus exactement me touche une partie ultra-sensible (c’est pas difficile) tout comme s’il voulait que j’explose…

    Nota : je distingue violence et agressivité : la violence comme énergie négative, l’agressivité trouvant destinataire (victime) en plus d’être violence. Cette distinction me vient de l’observation de mon petit garçon, qui ne cherche par forcément à faire mal, mais doit parfois libérer une énergie dévastatrice. J’ai cependant lue à l’envers la distinction que je fais, dans un numéro de Passerelle Eco (n°45, printemps 2012). La violence y est incriminée, tandis que l’agressivité est posée comme puissance d’affirmation de soi. A voir…

    Revenons à la chatouillerie. Chance. Mon petit cerveau aime lire (quand il pense y trouver trouvailles, ou baume qui fait repartir du pied galopin : soit courir comme un lapin malicieux devant quelque vicieux à mitrailles).

    J’ai Castoriadis en réserve, mais c’est avec Franck Nathié que je vais loin en ce moment. J’y trouve des raccourcis complémentaires à ma vision noirâtre, et peut-être des idées pour gambader moins seule (suite à lire). La simplicité est parfois nourricière.

    L’on peut commander le travail de ce jeune permaculteur qui semble s’être profondément interrogé sur nos chères relations humaines. Attention, le bonheur en grand empire peut sûrement y trouver occas’ de se répandre sournoisement là aussi ! Mais d’un contrepied flagrant et je crois, déjà expérimenté à la morale mortifère ambiante, du courage et de bonnes questions surgissent, du moins à ma lecture.

    http://www.foretscomestibles.com/livre

    Il s’agit du deuxième ouvrage cité dans le texte.

  59. Bof, normal, pas normal. Ce n’était peut-être pas le bon terme. Dans tout homme, il y a du bon et du mauvais, certains excellent plus dans le bon et d’autres dans le mauvais.
    A part çà, Fréderic Wolf me dit que nous avons mieux à faire que de nous quereller.
    Bof, nos ennemis sont partout et certains sont même dans « notre » camp mais il ne faudrait pas les dénoncer (genre veillerette qui était au grenelle, la grande tartufferie ou qui était président de Greenpeace, une autre grande tartufferie).
    bof encore… Après tout, il fait ce qu’il veut. Je m’en fous. Je n’écoute plus ces idiots qui se la pètent et qui finissent politiciens ou chez europe-escrologie.
    C’est le feu partout. Les sociétés humaines courent à leur déclin. On est trop nombreux sur cette planète et il y a trop de cons (mais chut, c’est tabou ce sujet).
    Et non, à notre Dame des Landes, ce n’est la guerre. La guerre, c’est autre chose. Et mieux vaudrait ne pas la connaitre. La guerre, c’est pire. A Notre Dame des Landes, c’est juste le déclin en cours et l’exemple de comment fonctionne une dictature.
    Mais à voir le béton progresser, la bêtise diriger, les rendements agricoles baisser, le climat se dérégler,tout est déjà acté.
    Comme le chantait un célèbre groupe punk il y a un bon paquet d’année:
    Le monde est une toile d’araignée/ De laquelle on ne peut s’échapper.

  60. Aux Etats-Unis, les activistes de l´écologie radicale sont considérés par le FBI comme des terroristes. L´agence fédérale les désigne officiellement comme la seconde menace pour la sécurité intérieure de la nation après Al-Quaida. L´antiterrorisme est devenu un moyen bien commode de criminaliser la désobéissance civile. C´est un mode de contrôle politique qui fabrique, en grande partie, l´ennemi dont il a besoin pour exister. Cette dérive liberticide se retrouve également en Europe. C´est la raison pour laquelle la justice allemande envisageait l´extradition de Paul Watson, le chef de Sea Shepherd, vers le Costa Rica. Il faut frapper fort pour impressionner l´opinion publique. Les citoyens craintifs sont plus faciles à gouverner.
    Tiens, tout cela me donne envie de revoir l´un de mes films préférés : « Fahrenheit 451 ». Toujours d´actualité. Plus que jamais !

    Alain,
    Bof !
    « L´homme est capable du pire comme du meilleur mais c´est vraiment dans le pire qu´il est le meilleur » 🙂 (je sais plus de qui c´est).

  61. Chère Martine, je ne crois pas avoir insulté personne, et surtout pas les gens qui ont cru, ou qui croient, devoir prendre les armes au prix de leur vie. Croire en la non-violence ce n’est pas insulter ceux qui sont morts les armes à la main, ni ceux, bien plus nombreux encore, tués alors qu’ils n’avaient pas d’armes ou étaient blessés ou désarmés.

    Croire en la non-violence ce n’est pas insulter non plus ceux qui ont survécu, comme les résistants Jacques de Bollardière, Jacques Lusseyran ou Primo Levi, tous ceux qui ont prouve que l’esprit est plus fort que la violence.

    Je n’ai voulu insulter ni les 6 millions de Juifs morts dans les chambres à gaz des Nazis, ni les 3 millions de Bengali affamés par les Anglais en 1943, ni les 8000 soldats Irakiens enterrés vivants le 24 février 1991, ni même les mille marins de l’Indianapolis, mangés par les requins quelques jours après avoir livré sans encombres la première bombe atomique à l’ile de Tinian dans le Pacifique, alors qu’un avion la lâchait sur Hiroshima.

    La guerre moderne consiste à fabriquer ses propres ennemis et à les faire se battre entre eux. Méthode expérimentée par les Anglais en Inde à partir de la fin du XIX siècle et qui a abouti à ce que ce pays soit coupé en deux encore aujourd’hui, (et la ligne de fracture est régulièrement maintenue vivante par les Etats-Unis, par exemple en envoyant David Headley préparer les massacres du 26/11/2008), et méthode qui triomphe aujourd’hui en Syrie et dans tout l’Asie Occidentale (y compris Israël), littéralement dépossédée de son propre destin, menant des guerres qu’elle n’a pas choisie, qui ne sont pas les siennes. Actrice de sa propre destruction selon un plan conçu par d’autres, avec des armes livrées par d’autres.

    Plus proche de Planète sans Visa, avoir réussi à faire passer dans l’opinion les anti-nucléaires pour des irrationnels idéalistes irresponsables et facilement excitables, c’est-à-dire exactement ce qu’ils n’ont jamais été, est l’un des plus grands succès du lobby pro-nucléaire. Méthode expérimentée en France des la fin des années 1960, imitée partout, battue en brèche aujourd’hui en Inde, ou la classe moyenne traditionnelle, ignare et arrogante, découvre avec stupéfaction que les « pécheurs analphabètes » lisent sur internet Bandajevsky et Nesterenko.

    Violent ou non-violent, il faut se battre avec ses propres armes. Mais seule la non-violence mène cette logique jusqu’à son terme : L’action est sa propre arme. Seule la non-violence est irrécupérable. Seule la non-violence peut vraiment changer les choses.

  62. Bonsoir Marie,

    Merci.
    Ben … Marie, quoi qui se passe? 🙂
    Vous voulez me mettre le trouillomètre au maximum?
    Marie, désolée, c’est raté!
    Il y a trop d’amour dans mon coeur, plus de place pour la peur!

    Oh mon Dieu! C’est ballot!

    Bonne fin de semaine a toutes et tous, 🙂

  63. La démocratie est malade, nos hommes politiques sont des arrivistes qui se moquent des citoyens! une fois élus ils ne nous connaissent plus! ne pensent qu’à marquer leur empreinte par des projets pharaoniques, coûteux, inutiles alors que le pays est dans une crise et un déficit sans nom!pour cet aéroport on va trouver l’argent, alors que pour des priorités on va restreindre les financements. Ce Ayrault est méprisant,il est totalement indigne d’être ministre!il crée un climat de haine, de révolte qui gronde!où est passé le socialisme, ils se moquent de nous, ce sont des prédateurs au service des lobbies!ils sont responsables de cet état de révolte, avec ce déploiement de police! ce sont eux les coupables! et les agriculteurs les victimes! Monsieur le préfet il ne faut pas prendre le problème à l’envers! la révolte à Notre Dame des Landes ne faiblira pas! ne se calmera pas!AYRAULT, VINCI, préfet,Hollande, c’est vous les coupables de cette situation!la France gronde!

  64. Une lettre ouverte au préfet écrite par une assiégée de Notre-Dame-des-Landes. Le lien et quelques extraits :
    http://zad.nadir.org/spip.php?article374

    « Vous envoyez l’armée à notre porte et vous vous permettez de nous présenter comme des agresseurs…

    Vous venez jeter des gens à la rue, détruire des maisons, passer la pelleteuse dans des jardins cultivés qui nourrissent des dizaines de personnes. Vous détruisez même les habitations situées sur des terrains qui ne vous appartiennent pas encore et osez nous faire la morale sur le respect de la propriété privée !

    Vous avez fait mettre le feu à une cabane sans vérifier si des personnes s’y trouvaient encore ou non et vous refusez d’appeler cela un incident ou une bavure…

    Nous produisons notre pain, notre lait, notre électricité, nos légumes et notre viande et construisons nous mêmes nos habitats. C’est peut être cela qui vous insupporte le plus, la démonstration qu’il est possible de s’affranchir de l’emprise de l’État que vous représentez et du capitalisme que représente ici Vinci et ses partenaires.

    Ce qui alimente notre colère et nous rend plus que jamais déterminés à résister et à rester ici, ce n’est pas la destruction violente de nos maisons. C’est la destruction de notre maison à toutes et tous, notre terre, là où vivent nos enfants…

    Vous arrivez avec votre armée et vos machines de destruction pour saccager un bocage qui est à la fois une des plus importantes réserves d’eau de la région et l’habitat d’espèces en voie de disparition. C’est aussi des terres agricoles qui nourrissent vos concitoyens depuis des centaines d’années. L’argent ne se mange pas M. le Préfet !…

    Alors oui, M. le Préfet, si vous envoyez des machines détruire les seuls espaces de vie qu’il reste pour nos enfants, nous appelons en retour à détruire ces engins de mort avant qu’il ne soit trop tard. Cela n’a rien d’une « lutte armée », M. le Préfet, mais tout d’une « riposte graduée » ! »

  65. Ici photos des opposants au tgv lyon turin val de susa : 9 photos; François Hollande est aussi impliqué dans ce projet, lui qui déplore et veut mettre frein à disparition terres agricoles
    Ici les opposants manifestent lors de la tenue d’un colloque sur le développement de la val de susa. (relire l’article du monde diplo sur « grands projets inutiles)
    http://www.lastampa.it/2012/10/22/multimedia/cronaca/avigliana-il-pd-al-convegno-tav-blindata-la-zona-tzLR8FvY7beswG5k0TV80N/pagina.html

  66. Oui, c’est la guerre, et s’ils ont des buldozers les militaires, les paysans ont sûrements des engins qui ne servent plus, qui pourraient se retrouver devant sa porte, à l’imbécile

  67. Et si et Si !!!! le gros projet inutile de ND des Landes, avait pour effet (ou cause?) de libérer en terrains immobiliers l’actuel aéroport de Nantes??? vu la pression immobilière sur une ville en expansion..
    Et qui poserait les 1eres pierres??? sinon VINCI et consort !
    Nous savons tous, que l’intelligence politique de demain (dès aujourd’hui) serait de favoriser des ceintures agricoles et maraîchères autour des grandes villes.. et préserver les zonez humides.
    Est- ce là l’entêtement de Ayrault sur ce projet, lui l’ami de VINCI (qui soutient localement le PS)

  68. Le lapin étant souvent considéré comme civet. Se voir civet est une projection mi-figue mi-raisin (en finir enfin / vivre résolument et hors de ce qui répugne).

    Extrait du n° 45 de Passerelle Eco déjà cité. Auteur Jean-Marie Muller.

    « Nécessité ne vaut pas légitimité.

    Il se peut, pourtant, que je me trouve dans une situation où je ne saurai faire autrement que d’être violent à l’égard de l’autre, voire de le tuer. Il me semble que nous devons nous en tenir à un principe essentiel : légitimité ne vaut nécessité. Même lorsqu’elle apparaît nécessaire, la violence n’en devient pas légitime pour autant. Justifier la violence sous couvert de nécessité, c’est rendre la violence sûrement nécessaire. C’est déjà justifier les violences à venir et enfermer l’avenir dans la nécessité de la violence. Je dirais même que c’est au moment où je me trouve contraint d’y recourir, que je dois plus que jamais me souvenir que c’est l’exigence de non-violence qui fonde mon humanité. Et je dois m’efforcer de faire en sorte que la prochaine fois que je me trouverai dans une situation semblable, je sois en mesure d’échapper à la nécessité de la violence. Je suis responsable des violences nécessaires, dans la mesure où je n’ai rien fait pour être capable de recourir à la non-violence. Simone Weil dit parfaitement : « S’efforcer de devenir tel qu’on puisse être non-violent. » Tout est dit, et bien dit : la non-violence est une conquête et elle implique un apprentissage. »

    Avec une distinction sur « la non-violence comme stratégie qui est la recherche de l’efficacité dans l’action. » (face à la non-violence philosophique)

    Mais aussi : distinction radicale que Günther Anders observe entre son rapport à la violence et celle des religieux chrétiens qu’il a cotoyés. (Et si je suis désespéré, que voulez-vous que j’y fasse ?, p. 79.)

    Des mots. Nous en sommes à peu près là seulement.

  69. Merci pour les citations de J.M. Muller et Simone Weil. Elle savait de quoi elle parlait, puisqu’elle fut soldate volontaire en Espagne en 1936. Quel contraste par rapport a ceux qui aujourd’hui prennent la plume pour reclamer que l’armee bombarde et envoie des armes ici ou la…

  70. Pour suivre la situation au jour le jour depuis l’intérieur de la zone :
    http://zad.nadir.org/

    Désolé si l’adresse du site a déjà été donnée dans la centaine de commentaires, ça la fait remonter. C’est bien d’avoir des sources sous la main

    Merci Fabrice pour ce nouveau billet.

  71. partout c’est pareil! si une « armée » ne se lève pas; tout cela est fichu! vhttp://www.laprovence.com/article/actualites/avignon-loutarde-pourrait-retarder-le-pole-pegase
    avec le pole pégase

    dans la région se concocte aussi le beau projet de la leo voie rapide qui va passer sur des terres agricoles en les détruisant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *