Je me dévoue (pour dire du mal de Jean-Luc Mélenchon)

Les plus fidèles lecteurs de Planète sans visa reconnaîtront, je l’espère, que je n’ai pas aboyé  contre Mélenchon depuis un petit moment. Évidemment, cela ne pouvait pas durer. Je viens de voir un échange entre lui et le journaliste Jean-Jacques Bourdin. Peu m’importe, en la circonstance, que le Líder Máximo du Parti de Gauche dise n’importe quoi – c’est le cas – sur les temps de parole accordés d’une part au Front National, et d’autre part au Front de Gauche. Oui, je m’en moque.

En revanche, pas question de laisser passer ses propos sur la mer, qui ne lui appartient pas encore. Ce grand « écologiste » autoproclamé rêve d’une vaste « exploitation » océanique. Pas un mot bien sûr sur le désastre biblique des pollutions marines et de la surpêche, car un tel homme est au-dessus de ces menues questions. Mais son œil de tribun s’allume quand il s’agit d’hydroliennes, d’éoliennes, d’aquaculture (ici, à partir de la minute 15).

En avant vers l’industrialisation des océans ! Sans évidemment s’en rendre compte, il donne la main aux relances productivistes qui sont au centre de toutes les stratégies des transnationales. Sous couvert de « développement durable » et de capitalisme vert, elles ne songent qu’à une chose : détruire le peu qui reste. Suez annonce ces jours-ci la mise en service d’une ferme éolienne colossale dans le nord du Brésil ET termine du même mouvement l’immonde barrage de Jirau, en Amazonie du Brésil.

Nul n’est obligé d’être d’accord avec moi, mais la flamme imbécile de Mélenchon, qui me rappelle, mutatis mutandis, les envolées staliniennes à la gloire des hauts-fourneaux, le rend complice de ce qui se prépare sur nos côtes déjà si éprouvées. Savez-vous qu’il existe des projets d’hydroliennes dans le raz Blanchard, à l’ouest de Cherbourg ? Que les fermes d’éoliennes off-shore d’Areva ou Alstom, champions du nucléaire et des turbines, poussent comme autant de bubons de la peste, jusque en baie de Seine ? Mélenchon y voit l’avenir. Pauvre monsieur, si ignorant des réalités élémentaires qu’il ose, face à Bourdin, parler d’un millier de kilomètres de côtes en France métropolitaine, alors qu’on en compte en vérité plusieurs milliers. Je ne donne pas de chiffre précis, car tout dépend du mode de calcul. En tout cas, 1 000 kilomètres, cela ne veut rien dire du tout.Peut-être aura-t-il pris un double-décimètre ? Peut-être n’est-il jamais allé à la mer ?

Franchement, vous qui croyez en l’écologie et en Mélenchon, ne voyez-vous pas comme un problème ?

30 réflexions au sujet de « Je me dévoue (pour dire du mal de Jean-Luc Mélenchon) »

  1. 🙂

    Pour notre ami Frédéric, s’il passe par ici. S’il ne passe point …. merci de faire suivre. C’est gentil de votre part.

    Magazine Nexus.Mars Avril 2014.

    Ondes, science et manigances.

    Beau jour,

  2. Bonjour,

    Non je ne vois pas le problème. Je crois en l’écologie (je l’avoue, je n’en suis pas un expert, mais je suis désespéré par ce qui va nous arriver sur la tronche) et je crois également en Mélenchon, j’aurais aimé je l’avoue un gros pavé de la taille de celui sur Borloo, afin de justifier cette haine que vous lui vouez. Dommage. S’il ne s’agit que d’une question de 1000 ou de plusieurs milliers de kilomètres, quelle importance ?

    Sans doute n’est-il pas un écolo extrême, sûrement pas comme vous aimeriez qu’il soit, mais il a plusieurs fois fait référence à Négawatt pour une transition énergétique, et peut-être y a-t-il une part de productivisme là-dedans mais je le préfère cent fois, mille fois à EELV, au PS, à l’UMP et le reste. Autant miser sur un cheval imparfait plutôt que de faire du surplace.

  3. Corinne Lepage a lancé un appel en janvier pour une initiative nouvelle : la création d’un tribunal pénal européen et d’une cour pénale internationale de l’environnement et de la santé.

    http://www.corinnelepage.eu/lancement-de-la-charte-de-bruxelles-pour-la-creation-dun-tribunal-penal-europeen-et-dune-cour-penale-internationale-pour-lenvironnement/

    Ceci fait suite à de nombreux débats mais aussi à la volonté de nombreuses associations, partis politiques ou simples citoyens d’en finir avec l’impunité des pollueurs et des atteintes à notre patrimoine commun : notre Terre.

    Il n’est pas trop tard pour signer cette pétition qui a besoin de votre soutien !!! => http://iecc-tpie.org/

    Cordialement

  4. La transition énergétique passe par là, je préfère des éoliennes (partout) comme aux pays-bas plutôt Que des centrales nucléaires (partout).
    Par ailleurs, dans un autre secteur concernant l’écologie, Le Front de Gauche est pour le transport par rail* des camions sur des tronçons.
    * couloir rhodanien.

  5. Mike le parigo,

    Désolé de vous contredire : je n’ai pas de haine à l’encontre de Mélenchon. Je n’ai pas l’once d’un début de sympathie pour lui, ce qui n’est pas exactement la même chose.

    Laissons de côté cette histoire de kilométrage. Non parce que ce ne serait pas intéressant. Pour moi, ça l’est, mais venons-en au fond, que vous évitez soigneusement. Êtes-vous comme lui partisan de l’industrialisation des mers ? Telle est la question. Sujet corollaire ? Pourquoi JAMAIS aucune campagne de Mélenchon et de ses amis au sujet de la bagnole individuelle et de ses ravages ? Pourquoi JAMAIS aucune campagne sur les effets déjà certains de l’industrialisation à terre ? À le suivre, il faudrait donc, après s-avoir tout salopé sur les continents, passer aux mers ? J’aimerais connaître votre point de vue. Bien à vous,

    Fabrice Nicolino

  6. EELV n’étant plus « encarté » au sein du gouvernement, que disent-ils à ce sujet?
    (sujet ci-dessus post)

  7. Concernant remarques ci-dessus, c’est moi qui répondrait avant quiconque:
    La bagnole sera toujours là sachant qu’elle évoluera inévitablement…, technologiquement bien que ça commencé.
    La transition énergétique en voie d’être considérée, oui à l’hydrolienne.
    (non à l’aquaculture)
    J’ai un peu (et beaucoup) l’impression que Fabrice ressemble « étrangement » à Gérard Charollois (CVN) Dans ses éditoriaux.
    L’écologie est universelle alors pourquoi Mélenchon (ou autre) n’aurait pas le droit de s’y adonner?
    C’est un bon exemple sachant (par exemple) que l’UMP est « désinvolte » vis à vis de l’écologie.

  8. Bonjour, je vous suis depuis quelques temps et apprécie l’information que vous apportez dans vos articles.

    Mais là je vous trouve dur avec Mélenchon.

    Effectivement pour l’instant il ne propose pas un programme 100% écolo mais il cherche a capter l’attention sur le sujet et montrer du doigt le problème. C’est bien le seul dans le paysage politique.
    S’il rabâche qu’on peut installer des éoliennes et autres engins sur nos cotes, c’est pour montrer qu’il y a une sortie possible du nucléaire et qu’on est capables de le faire. Il parle aussi beaucoup de géothermie comme alternative ou complément, au passage.
    Mélenchon n’est pas spécialiste de l’écologie, c’est évident, mais il semble ouvert et sensible à ce type de discours.
    Pourquoi ne pas industrialiser les mers, utiliser les courants et marées, les différences de température si c’est pour arrêter le nucléaire?
    Moi dans son discours j’entends transition énergétique, pas addition énergétique et c’est bien ça l’important.
    Au sujet de la bagnole individuelle, il me semble que Mélenchon a toujours parlé de (re)développer les transports en commun voir les rendre gratuits, développer le fret ferroviaire, souligner l’aberration des lignes TGV…

    Bref, vous taclez un des rares politiques qui met l’écologie au milieu de la table et qui propose de rebattre les cartes. Et là vous ne l’aidez pas à avoir du jeu. Ça me fait penser aux petites querelles politicardes des verts, on voit à quel point c’est contreproductif.
    Comment voyez-vous notre avenir? Il se décidera bien par le vote, la scène sera comme toujours médiatique. Autant aider le camp qui réfléchit le plus à l’écologie pour avoir un espoir, même infime, que les choses changent.

  9. Fabrice,

    Je suis votre blog depuis quelques temps maintenant (quelques mois), et je sais que les insultes qui pleuvent dans vos billets à propos des politiciens ou autres membres d’affaires, c’est votre style, un peu comme une marque de fabrique, ça ne m’affecte pas plus que cela même lorsqu’il s’agit de Mélenchon, mais si vous n’avez pas une once de sympathie pour lui, je n’imagine pas ceux que vous pouvez haïr !

    Concernant le kilométrage, je suis curieux de savoir pourquoi pour vous ça reste important, pouvez-vous m’expliquer ?

    L’industrialisation de la mer et telle qu’il la voit est assez bien expliqué dans une partie d’un billet de son blog : http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/01/29/avant-de-faire-entrer-la-mer-en-politique/#article2

    Il y fait mention de la façon dont on salope déjà la mer, comment la pisciculture est pire encore que la façon dont on élève le porc, et surtout il explique que nous ne devons plus produire n’importe quoi, n’importe comment, quelles que soient les conditions pourvues que des gens achètent. Pour moi déjà avoir conscience de ce fait c’est être plus écologiste que tous les autres partis réunis pendant la présidentielle. C’est donc pour moi le cheval sur lequel il vaut mieux miser.

    Concernant la bagnole, je ne crois pas du tout que la technologie va nous sauver. En revanche, et d’accord je vais passer pour le gros naïf, mais lorsqu’un candidat dit qu’il ne faut plus produire comme on le fait aujourd’hui, qu’il faut relocaliser les productions régionalement et tout le toutim, je me dis que logiquement la voiture faisant partie du problème, le rapport que l’on a avec sera modifiée par ce même élan, sur décret s’il le faut.

    De toute façon, quel parti parle de voiture ?

  10. Suite post ci-dessus.
    Cependant Mélenchon a un mauvais sentiment envers les animaux destinés à la boucherie, et là c’est un très mauvais point pour lui puisqu’il n’a pas voté « la nécessité » du transport (par camions) inférieur à 1 semaine au sein de l’UE étant député européen.
    (voir Internet)

  11. Mike le parigo,

    La haine, c’est la haine, et je suis bien certain qu’il ne faut pas la confondre avec la critique, aussi dure et polémique qu’elle est ici.

    Pour le reste, que vous dire ? Que nous ne sommes pas d’accord ? En effet, nous ne le sommes pas. Je ne supporte plus les pétitions de principe, car à ce compte-là, il faudrait exonérer tous les politiciens, qui ont dit un jour ou un autre quelque chose qu’ils ressortent opportunément quand cela leur convient.

    Voyez, je veux bien croire que Mélenchon a sa part de sincérité. Qui n’en a pas ? Mais quand il parle de la mer, désolé, c’est pour imaginer aussitôt une exploitation industrielle et dévastatrice. Je vois qu’à nouveau, vous ne répondez pas sur ses envolées concernant les hydroliennes ou l’aquaculture, désastre d’entre les désastres. Pourquoi donc ? Puis, un homme qui serait écologiste, parlant de la mer, commencerait par réclamer l’interdiction de la pêche industrielle, qui n’est pas compatible avec les écosystèmes marins.

    Mélenchon ne le fait évidemment pas, et pour revenir à cette histoire des 1000 km, puisque vous m’y ramenez, eh bien, cela me semble caractéristique. Les politiciens comme votre ami Mélenchon ne prennent pas le temps de lire sérieusement quoi que ce soit, et se lancent dans des annonces extravagantes qui, elles étaient suivies d’effet, auraient des conséquences lourdes.Si Mélenchon a envie de parler de ses fantasmes sur la mer, qu’il commence donc par un peu d’humilité, qualité qui ne semble pas, chez lui, première.

    Cela me rappelle ce mot désastreux prêté à Napoléon : « On avance, et puis on voit ». J’estime que nous avons assez avancé et que nous avons vu. Je n’ai pas la moindre confiance dans cet homme. Vous oui. Cela nous oppose.

    Fabrice Nicolino

  12. Clément,

    Je respecte votre propos, mais il n’est pas le mien. La clé de tout programme écologiste, à mon sens, c’est la mise en cause de la voie industrialiste suivie depuis plus de 200 ans par toutes les gauches et toutes les droites.

    Il existait sans aucun doute une autre voie, qui n’a pas été suivie. Ce n’est pas une raison pour s’obstiner.

    Je suis dans le désaccord radical avec votre souhait d’industrialiser les mers. C’est exactement la poursuite du grand rêve de domination, que j’exècre entre tous. Bien à vous,

    Fabrice Nicolino

  13. Mélenchon aurait souligné (ci-dessus)l’aberration du TGV sachant que ce train est électrique donc non polluant comparativement aux avions eux polluants, et desservant en péri-urbain?
    Il n’est vraiment pas bon sur ce coup là!?

  14. L’attitude intellectuelle de Mélenchon est aussi déterminée par un besoin électoraliste, les communistes n’ont pas seulement toujours voué au nucléaire et au productivisme un culte sans borne, ils font ainsi le jeu du néolibéralisme et comme partenaires du FdG il faut faire avec !
    Mais c’est aussi une démonstration d’une certaine volonté de ne pas perturber le paysage politique en incluant un programme pas uniquement écolo ( après tout, EELV est un Parti écolo…) mais aussi un esprit critique tenant compte des impératifs dû aux réserves naturelles.
    La gauche dans son ensemble fait le dos rond depuis des décennies à propos des questions écologiques en prétextant qu’il faut d’abord résoudre les problèmes sociétaux…
    On voit le résultat, mais Mélenchon comme tous les autres ne prône pas une politique mais s’aligne sur les besoins du moment, à savoir le courant populaire le plus porteur ( à très court terme ).
    Le jour où la gauche admettra que la voie industrialisée est un choix de société et que seul un changement de perspective ( autre qu’une industrialisation de plus pour échapper aux conséquences de la précédente ) est la demande de la majorité, alors seulement nous serons en mesure de nous réconcilier et je ne crois pas que Mélenchon sera au RdV…
    Sinon, pour ce qui est de la culture de Mélenchon, rendons lui ce qui lui appartient, c’est un féru d’histoire et il prend n’importe qui !

  15. Je suis attentivement ce qu’écrit Mélenchon, je pense que c’est en effet un productiviste (mal) converti, il lui reste des réflexes d’exploitant. Sur la mer, en particulier. Il est aussi plombé par la « nécessité » électoraliste de s’allier au PC. Sur les 1000 kilomètres, c’est un mauvais procès: on fait de ces bourdes quand on parle: Mélenchon doit savoir que la France, en rectiligne, les fait, ces 1000 km, et il doit savoir aussi que ses côtes sont tout sauf rectilignes.
    Je suis non moins attentivement le blog de Corinne Morel Darleux, militante PG et, me semble-t-il, nettement plus cohérente. Ça m’intéresserait de savoir ce que tu penses d’elle. Cet article, par exemple:
    http://www.lespetitspoissontrouges.org/index.php?post/2014/03/28/Sauver-la-foret–c-est-se-battre-pour-l-humanite-Loi-d-avenir-agricole

  16. Je suis allée voir le blog de Luce Lapin. Rapidement. Je suis tombée sur cet article, qui me fait mal:
    http://luce-lapin-et-copains.com/2014/03/31/cruaute-et-criminalite/
    Un enfant qui maltraite les animaux n’est PAS un futur criminel. C’est un enfant en souffrance et en danger qui PEUT devenir criminel si personne ne prend en compte son malheur. Ça me navre de voir quelqu’un aussi sensible à la souffrance des animaux être aveugle et sourde à celle des enfants. Les enfants SONT des animaux.
    Ça me navre aussi de la voir ainsi sacrifier au rite du « haro sur le hallal »: cohérent avec l’esprit de Charlie, certes. Mais les abattoirs hallal sont l’arbre qui nous cache la forêt des abattoirs pas hallal. Ce n’est pas toi, Fabrice, qui dira le contraire, ton livre « Bidoche » m’a appris beaucoup de ce que je sais sur ce thème.

  17. Bonjour,

    De toute manière, le programme du Front de gauche est incohérent (comme pour les autres, mais l’incohérence n’est pas la même), il ne va pas au bout de son raisonnement. Pour le dire vite, l’idée est de mettre fin à la finance et autres ponctions de l’économie réelle. Mais ces ponctions sont nécessaires à la survie du système : nous produisons aujourd’hui largement de quoi satisfaire les besoins de base de tous (la solidarité), et nombreux sont ceux qui s’en contenteraient si les ponctions disparaissaient, et ne seraient ainsi plus contraints (par le manque, d’argent notamment) de produire encore et toujours…

    Quant à l’écologie : sans redéfinir (radicalement) le travail, ne serait-ce que par une baisse (radicale) du temps, je ne vois pas bien comment ça pourrait fonctionner !

  18. Sur le TGV (réponse à ai, plus haut):
    Il ne suffit pas d’être électrique pour être non polluant, car l’électricité, ça se fabrique (avec quoi?). Par ailleurs, le réseau TGV s’est construit aux dépens du reste du réseau, qui se déglingue de plus en plus: le temps gagné sur un tronçon TGV est largement perdu dès qu’il y a correspondance. Le TGV ne profite vraiment qu’aux habitants des grandes villes qui vont dans une (autre) grande ville. Enfin, pour obtenir la « grande vitesse », il faut de sacrées infrastructures. Genre « Grands travaux inutiles » dont le coût écologique est loin d’être négligeable.

  19. Fabrice,

    Je me pose la question depuis un moment : connais-tu les bouquins d’un romancier nommé Régis Messac ?

    C’était un pacifiste de l’entre-deux-guerres, déporté « Nacht und Nebel », il a disparu comme tant d’autres. Je suis en train de lire son roman « Quinzinzinzili » et je me dis que ça pourrait te plaire. J’imagine que tu as déjà beaucoup à lire, mais bon, peut-être que ça peut intéresser d’autres personnes sur ce blog.

  20. Il serait plus que temps que le Parti de Gauche en finisse avec le productivisme, la valorisation idéologique des « mobilités économiques », la relégation de la protection de la nature au rayon des futilités. Je n’ai pas pu voter pour la liste « L’humain d’abord » présentée à Nice pour ces raisons, parce que l’écologie sert d’habillage racoleur. Finalement, je n’ai pas voté.
    Fabrice Nicolino nous apporte dans son blog des éléments de réflexion majeurs, avec un courage et un recul critique précieux. Des politiciens comme J. L. Mélenchon gagneraient à s’en inspirer.

  21. En solo Corinne Lepage ? Le projet que je vous ai invités à consulter ne dit-il pas exactement le contraire ? Et tout le travail de fond fourni sur les sujets les plus graves nous concernant tous ? Et la création du Rassemblement citoyen (http://lerassemblementcitoyen.fr/), les projets pour les européennes ? . Des actions positives pour tous, peu relayées il est vrai par les media…

  22. « Il serait plus que temps que le Parti de Gauche en finisse avec le productivisme » (Osito)

    Il serait peut être temps de s’apercevoir que le PG ne se résume pas à Mélenchon, et encore moins aux seules saillies médiatiques soigneusement sélectionnées de ce dernier. Finalement, même ici, la culture du chef et la croyance aux médias n’ont pas complètement disparu. Comme le productivisme, ce sont des tares difficiles à extirper de nos esprits.

  23. @ LBL : Nexus, un magazine terriblement écologique. Je connais un peu, mais j’ai trouvé stupide d’investir dans une telle revue.
    Au fait, elle parle des ovnis et des extraterrestres celle-ci ?

    La Suisse vient de construire le premier immeuble pour hypersensibles. Tellement hypersensibles, qu’une gonzesse en est vite repartie, le vernis à ongles y étant interdit (c’est un produit chimique)
    http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/le-premier-immeuble-suisse-pour-hypersensibles-voit-le-jour-a-zurich-06-04-2014-3745331.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *