Ce dégoût qui m’étreint (à propos du Loup)

Si je pouvais changer en force matérielle le dégoût qui me ravage, je crois réellement qu’ils seraient tous balayés. Tous les salauds, et ça fait du monde. Je suis au-delà de l’écœurement, au-delà du pleur, mais en pleine souffrance, car d’épouvantables humains sont en train de se livrer à une chasse au Loup, à l’ancienne, comme les barbares qu’ils sont et seront. Vous lirez plus bas deux communiqués, qui disent les faits. Un parc national français met la main à la belle ouvrage, organisant une battue de manière qu’un loup sorte de l’espace soi-disant protégé avant d’être abattu.

C’est immonde, c’est évidemment une régression sans appel, et cela ridiculise un peu, beaucoup, toutes ces excellentes personnes qui ont cru en la pompeuse « politique de protection de la nature ». Cette politique lancée en 1971 par la création du ministère de l’environnement, puis la si fameuse « Loi n° 76-629 du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature ».

C’est fini, pauvres amis des associations. Les masques ne cessent de tomber depuis tant d’années qu’on est surpris de constater qu’il y a encore quelque chose à dévoiler. J’ai dénoncé dans Qui a tué l’écologie ? la dérive, la dégénérescence des associations officielles, celles qui envoient leurs gens manger les petits fours dans les sauteries ministérielles. Je ne regrette qu’une chose, et c’est d’avoir parfois retenu ma plume, de peur d’être encore moins compris que je ne l’ai été. Mais cette fois, l’Empereur du conte d’Andersen est désespérément nu.

C’est une Bérézina. Et pour m’en tenir au Loup, à mon si cher Loup, animal aussi réel que mythique, et même mythologique, je veux au moins leur dire en face que je leur crache au visage. À toute cette bande qui regroupe chasseurs fanatiques, détrousseurs de subventions de la FNSEA, droite à la façon Estrosi – le maire-histrion sarkozyste de Nice, gauche à la manière Ségolène Royal, qui a osé déclarer qu’il y avait trop de loups – ils sont 300 ! – en France.

Je vois qu’aucun compromis n’est possible avec ces gens-là, qui ne s’arrêteront jamais. Les tueurs de loups, jusqu’à Bové, sont les héritiers d’une histoire maudite, dans laquelle les hommes ont tous les droits, et jamais aucun devoir. La bataille en cours est peut-être perdue, et le long conflit engagé au nom de la vie est peut-être désespéré, mais quant à moi, je le mènerai jusqu’au bout, flamberge au vent. Qu’au moins nous osions dire ce que nous pensons !  Si nous devons plier le genou en face de leur arrogance armée, nous le ferons, mais dans l’honneur, sans jamais renoncer à hurler avec nos frères animaux. Vive le Loup ! Mort aux cons !

——————————————-
Communiqué de FERUS

le 10 juillet 2014

Autorisation pour tuer un loup du parc national des Écrins : ILS SONT DEVENUS FOUS !

Les autorités françaises touchent décidément le fond… Puisqu’on ne peut pas abattre un loup, espèce protégée, dans le cœur d’un parc national, on va donc faire une battue d’effarouchement (et au passage déranger toute la faune sauvage en pleine période de reproduction notamment pour les chamois, bouquetins, chevreuils, tétras-lyres etc) pour faire sortir le loup du parc et le flinguer ensuite.

C’est ce qui est actuellement en train de se passer dans le parc national des Écrins depuis ce matin, suite à des attaques sur troupeaux dans le Valgaudemar.

« L’opération a été organisée par le parc national des Écrins en concertation avec des représentants des agriculteurs. C’est avec des pétards de forte puissance, qu’une quinzaine d’équipes constituées d’un agent du parc et d’un éleveur, sont parties des crêtes, formant une “ligne” qui, en descendant, doit repousser le prédateur. » indique le parc national des Écrins aujourd’hui sur son site web en tentant de justifier cette opération HONTEUSE. Le parc des Écrins indique également que « le conseil scientifique a donné son accord pour cette démarche. » SCANDALEUX !

Le préfet des Hautes-Alpes a signé de son côté une autorisation de prélèvement pour tuer un loup dès qu’il franchira les limites protectrices du parc.

Le loup est une espèce protégée. Les parcs nationaux sont les ultimes refuges pour la faune sauvage et les moutons ne devraient pas en être la priorité (c’est dans le cœur du parc national que les attaques ont eu lieu).

RENDEZ LES PARCS NATIONAUX AUX LOUPS ET A LA FAUNE SAUVAGE  ET STOP A CES PRATIQUES MOYENÂGEUSES !

—————————————————-

Communiqué de l’ASPAS

Communiqué de presse, le 10 juillet 2014

Ségolène Royal chasse une espèce protégée dans un espace protégé. Où va la protection de la nature ?

Alors que Mme Royal reconnaissait le 28 juin dernier que « pour la première fois les dommages n’ont pas augmenté entre 2012 et 2013 » ses services et préfectures organisent « la chasse au loup » y compris au cœur même du Parc National des Écrins, zone censée préserver le patrimoine naturel des Français.

Le Préfet des Hautes-Alpes vient d’autoriser des battues d’effarouchement en zone cœur du Parc National des Écrins ! Alors que ces espaces sont en théorie les mieux protégés par l’arsenal législatif français (interdiction de perturbation sonore entre autres), des chasseurs, lieutenants de louveterie, agents ONCFS et de parcs nationaux sont depuis tôt ce matin en train d’effaroucher l’ensemble de la faune sauvage du parc des Écrins pour tenter d’en faire sortir des loups, attendus en limite extérieure au parc par des chasseurs pour être abattus !

Cela représente une très grave entorse à la réglementation sur les parcs nationaux, à une période où la plupart des jeunes animaux sauvages sont totalement dépendants de leurs parents. Ces effarouchements à l’aide de pétards et autres moyens sonores vont gravement perturber le milieu, avec de graves conséquences pour une grande partie de la faune sauvage.

L’ASPAS dépose donc un recours aujourd’hui même contre ces arrêtés tout aussi illégaux que dangereux.

Par ailleurs, le même préfet des Hautes-Alpes a annoncé mettre en place une mesure “expérimentale” consistant à ne plus faire de constat et d’expertise lors « d’attaque » sur des troupeaux concernant moins de 5 animaux. Les éleveurs seraient donc remboursés sans constat, et les dégâts directement imputés au loup ! Quelle que soit la cause de la mort …

L’ASPAS demande à Mme la Ministre et aux préfets de ne plus céder au populisme anti-loup qui ne résoudra en rien les problèmes de la crise de la filière ovine. Ceux-ci sont dus à des accords commerciaux internationaux et non à la présence de 300 loups. Nos voisins espagnols cohabitent avec plus de 2500 loups, les italiens avec 1500. Pourtant là-bas, il n’y a pas de battues au loup, ni dans les espaces protégés, ni ailleurs. La filière ovine n’y est pas non plus en crise.
L’ASPAS exhorte la ministre de l’Écologie à passer, enfin, des discours aux actes concernant la protection de la biodiversité, dont le loup est un bel ambassadeur, pour le respect du patrimoine national et des générations futures.

BP 505 – 26401 CREST Cedex – France – Tel. 04 75 25 10 00 – Fax. 04 75 76 77 58
info@aspas-nature.org – www.aspas-nature.org
Association reconnue d’utilité publique – Membre du Bureau de l’Environnement – Bruxelles

55 réflexions au sujet de « Ce dégoût qui m’étreint (à propos du Loup) »

  1. En France ,pays rationnel ,centré sur les interetś,la nature doit être un jardin ,avec moutons,vaches.les pays de l’est que je connais bien,ils sont fier de leurs bison,loups,ours,élans,et autres castors.une forêt sans ours ,ni loups,n’est pas une vrais forêt pour eux d’ailleurs .la France ne favorise pas l’emploi,le sauvage,le rêve,triste sir sans âme

  2. c’est en cohérence avec ce qu'”ils” font dans tous les domaines. Une autre tragédie se joue par exemple dans le Donbass, où l’arméee de Kiev soutenue par l’UERSS est en train à se livrer à une véritable épuration ethnique de la population, qui est en train de s’enfuir de l’autre côté de la frontière , en Russie.
    Pas un mot de nos merdias aux ordres là dessus non plus.
    Epoque ignoble!

  3. Ils massacrent absolument toute la faune sauvage,tout étant classé nuisible,dérogations multiple,ils peuvent tuer les blaireaux toutes l’année,en gestation et la nuit au tir infra rouge,les 3 millions de cretins killers qui tuent tout ,ont tout les droits,Royal est un clone sans consistance qui signe les dossiers pré préparés ,un genocide ultime folie de ces êtres coupés de la réalité,mais mon Dieu ,tuer est il donc le credo de ces salauds,comme toi ecoeurée,on en peux plus……….

  4. Bon, un petit WE de 3 jours se pointe à l’horizon.
    Largement le temps de lire plus en détail ton article, les communiqués… Largement le temps également de saisir ma plume la plus virulente, même si elle doit être électronique, et je m’en va écrire, moi, petite et simple “citoyenne”, ce que je pense à Madame Ségolène, comme je suis en colère et honteuse d’être française quand de telles décisions sont prises.
    Je dois pouvoir trouver son adresse e-mail quelque part.
    A qui d’autre écrire ? Des idées à me soumettre ? D’autres volontaires ayant suffisamment de courage pour user de leur droit d’expression tant que c’est encore possible ? Un avocat parmi nous ? Quelqu’un pour porter plainte ? N’y a-t-il pas une loi (française ou européenne) qui est ici transgressée ?

  5. Et puis, tiens, soyons folle, je profite de mon passage pour vous signaler (si ce n’est déjà fait), un documentaire de 2013 sur la dramatique histoire de l’orque Tilikum et de ses congénères prisonnières de “parcs” et maltraitées. Déjà diffusé sur Arte le 29 juin, des rediffs sont annoncées les 13, 22 et 30 juillet. Peut-être aurez-vous envie ensuite de signer une pétition pour sa libération (partielle, puisqu’elle ne pourra jamais retrouver son véritable milieu naturel) :
    [www.arte.tv/guide/fr/050327-000/l-orque-tueuse%29/?vid=050327-000_EXTRAIT-F#details-videos]

  6. En même temps est-ce qu’il restait quelqu’un pour nourrir encore quelques illusions que ce soit vis-à-vis de Ségolène?…
    Ajouter à cela l’abandon du projet d’interdire les épandages à moins de 200 m des écoles (d’ailleurs est-ce que quelqu’un pourrait à la question suivante SVP: sachant la nocivité de ces pesticides, n’y-a-t-il pas moyen d’intenter une action collective à l’encontre de l’état pour empoisonnement ou mise en danger de la vie d’autrui ou autres?).
    Pour ma part c’est bon, j’en ai terminé avec ce gouvernement de toutes les traitrises et tous les renoncements: duel Hollande-Marine en 2017? Hé bien faudra pas compter sur moi!

  7. 300 loups, vous vous rendez compte? “La France a peur”, les chemins ne sont plus sûrs, et on n’ose plus sortir de chez soi. C’est comme ces requins qui osent venir jusque dans nos océans pour nous exterminer, il faut vite s’en débarrasser jusqu’au dernier.

  8. Un espoir peut être, que le loup soit plus malin qu’eux, qu’il sache se faire insaisissable et invisible, avec l’aide de ses amis humains, qui ont la consigne de détruire tout signe de présence et de ne rien communiquer de ce qu’ils seraient amenés à observer de sa présence?

  9. Nous avons la possibilité de faire “bouger les choses” en ayant plus d’adhérents dans une association totalement indépendante type ASPAS, que de votants à des politiques soi-disant démocratiques.

    A Anne,

    Le Loup réussit, parfois, ce tour de force. “se faire insaisissable et invisible”

    Toujours avoir à l’esprit que si “le Loup tue !” l’homme, lui, tue le loup et la brebis !

  10. et ça marche aussi au féminin:
    “vive la louve! mort aux connes!”.

    Je me souviens avoir entendu A. Montebourg (en 2005 à St Rémy, 71) traité Ségolène Royale de fasciste, d’avoir des idées pétinistes…

    allez d’accord “mort aux cons aussi”

  11. Les socialistes caressent encore et toujours les chasseurs dans le sens du poil ….Il faut bien donner quelque satisfaction à ces tueurs et leurs familles en prévision des prochaines élections !

  12. (Ce message remplace le précédent validé par erreur avant d’être terminé…)

    C’est avec tristesse que j’ai pu constater que Ruth Stégassy (“Terre à terre”, France-Culture) a consacré sa dernière émission de la saison au loup.

    À écouter sur http://www.franceculture.fr/emission-terre-a-terre-retour-du-loup-2014-07-05

    Vite dit : un portrait idyllique des bergers sans qui aucune faune n’existerait + portrait diabolique du loup méchant et mangeur d’hommes.

    Un procès à charge sans avocat et à sens unique. Verdict : la peine de mort.

  13. Quel triste billet, cher Fabrice, mais aussi vivifiant : ta violence fait du bien.

    J’ai eu très mal rien qu’à imaginer ces pétards, ce bruit, ces coups de feu et toutes ces paniques, tous ces battements de coeur accélérés…

    J’ai eu la chance – et la malchance – de vivre en pleine nature et je sais ce que c’est qu’une bande de chasseurs hurlante qui traverse votre jardin entouré de forêts pour y poursuivre leur oeuvre de mort. Et je peux dire à ceux qui ne connaissent pas cela : c’est la guerre à votre porte – ah cette odeur de poudre ! – ce sont aussi des oreilles que l’on finit par se boucher pour passer le terrible moment et faire baisser un peu l’angoisse.

    Une image me vient : ma mère, six ans,réfugiée avec d’autres dans une cave, et voyant surgir une bande de nazis hurlante ayant auparavant ouvert les portes à coups de bottes, traînant tout le monde dans les rues, mettant le feu au village. C’était à Tourouvre.

    Traquer. Forcer. Humilier. Volonté de détruire. Volonté délibérée de faire le mal.
    Oui, Fabrice : mort aux cons !

    Bon : le loup a gagné. Vive toi, le loup ! Ça a finalement foiré, tout leur cinéma. Quelle joie !

  14. Ruth Stagassi (…bip) refuse de faire des émissions sur les bêtes vu du côté Biocentriste,vision hèlas anthropocentriste,,et je lui ais envoyé maintes fois des dossiers sur des assoces de terrains qui se battent contre les killers du sauvage et du domestique,elle veux pas aborder ce sujet,(bip), elle veux mettre a la conscience la barbarie de l’élevage,elle ne parle des bêtes que en technique ou en scientifique,voir en New Zélande la barbarie faites par les éleveurs sur les brebis qui donnent leur laine,barre de fer,coup de tondeuse,etc,ici pareil,

  15. Bonsoir,

    Triste société, sans nulle conscience.

    Avec tout mon respect.

    Vous êtes un écorché vif, et votre coeur est très gros. Dur d’ encaisser toutes les injustices de ce bas monde, mais de chagrins en douleurs, vous vous rendrez malade. Et si vous vous trouviez, en face d’un petit, a genoux, pour bien être a la hauteur de son regard, vous allez le faire pleurer toutes les larmes de son corps.

    Epargnons leur nos états d’âmes les plus douloureux, laissons nos larmes derrières portes closes a leur yeux, afin qu’ils puissent envisager un futur. C’est d’espoir qu’ils ont besoin. D’espoir d’un meilleur.

    La tête haute, le torse bombé, et sans peur.

    Bien a vous toustes, et grand Merci.

  16. stegassy ne parle jamais des betes! son format est celui propre et net sans bavure et ne dérange jamais grand monde dans le fond: en outre elle passe à 7 heures, et cette émission n’est JAMAIS annoncée par l’animatrice qui présente le déroulé de la matinée du samedi; contentons nous de çà il ya de l’info ;

  17. à Marc Giraud:
    N’est-il pas arrivé ce moment opportun où sur la base du volontariat, que des jeunes adhérents (et moins jeunes) emmènent dans le sacs à dos des dépliants “loup” au cours de leur randonnées en montagne afin de les distribuer aux gens sur les sentiers et dans les refuges, naturellement après avoir présenté l’aspas?
    Ceci, je l’ai fait, ce n’est pas compliqué, il suffit que les interlocuteurs soit intéressés.

  18. à Marc Giraud:
    ça se trouve, vous ne connaissez pas ce texte, il figure en ligne sur le Site internet de Michelle Chagnon 36: Ode à lupus TR: info texte adhérent aspas.
    j’ai rédigé ce poème sachant qu’il sera toujours d’actualité!

  19. A toute vitesse, pour vous dire mon entier soutien. Que la rage emporte plus de coeurs. Fraternellement vôtre.

  20. J’arrive juste d’un séjour dans un pays rude à la lisière de l’Europe où le loup est présent et où l’élevage est une des maigres ressources des campagnes. Pourtant le loup n’en a pas disparu et apparemment l’homme supporte la concurrence du prédateur. En ville, j’ai aussi vu des mendiants partager leurs maigres repas avec des chats errants et j’ai même vu des touristes occidentaux repus détourner la tête devant la misère. Au retour, en me connectant pour ce qui s’était passé pendant mon absence, je vois que des responsables de Parcs nationaux organisent des chasses aux loups (trop drôle !) et je vois un ministre qui encourage officiellement les comportements destructeurs d’une partie de la population au lieu de les combattre.

    Je crois que je vais retourner en vacances.

  21. à Jacques: nous sommes allés en Russie, notamment dans le nord. Là bas il y a des loups…, ma campagne ayant des origines ukrainiennes par son père. (pro-russe)
    En France, lorsque je vois des mendiants accompagnés de chiens aux abords des supermarchés, j’achète des croquettes et une bouteille d’eau que je leur remets. Aimer “les bêtes” c’est cela avant tout.

  22. pardon pour la faute dans mon post à la suite de celui de jacques Baillon ci-dessus: c’est l’écriture “compagne” qu’il faut retenir.
    je souhaite revenir sur le fait qu’à chaque fois que je me rends dans un supérette, un supermarché où sont postés devant des pauvres, des sans-abris, des personnes en fin de droit, j’accomplis un acte “de solidarité” aux animaux que sont les chiens de compagnie. Acheter un sachet de 3 kg de croquettes et une bouteille d’eau me réjouis, ne coûte pas même s’il est souvent répété.
    Cela n’est pas de la sensiblerie, ce n’est qu’une satisfaction éprouvée envers le vivant.
    Souvent, ces chiens me léchent la main, font le beau lorsque je le tend la nourriture.
    Pourquoi n’en faites vous pas autant?

  23. Pas du tout d’accord avec ce qui est écrit ici.
    IL me semble que l’Aspas amplifie cet événement et de part ce fait devient manipulateur d’opinions.
    Qui connait le Valgaudemar? Moi, je ne connais pas bien, je n’y suis aller qu’une seule fois. Mais j’ai été un peu impressionnée par l’étroitesse abrupte de cette vallée et je pense volontiers que la cohabitation avec un loup dans ce coin ne doit pas être évidente. Et pas seulement avec l’éleveur qui à eu des attaques, mais aussi avec une partie des habitants, des touristes (et de ceux qui en vivent) qui doivent avoir les jetons.
    Le PN des Ecrins a des moyens que les parcs régionaux n’ont pas. Entre autre, en terme de communication… c’est pas parce que le Préfet du coin à signé une autorisation de tir que le loup à été tué.Par contre, ça fait bien de le dire…

    Quand a l’effarouchement, même si je trouve ça horrible, je pense qu’il faut relativiser en terme d’impact sur la faune sauvage, d’abord parce qu’on est en fin de période de repro et que la ligne d’hommes employés à la tache n’est qu’une pissette dans l’espace du massif. Et puis, il faut penser que les animaux des Parcs nationaux ne subissent pas la pression de chasse que subissent tous les autres partout ailleurs sur le territoire. Pour le dire autrement, ils restent en quelques sorte des “privilégiés” malgré le dérangement.

    Voilà, je comprend que l’occasion était inespérée pour les pros loups de crier au loup sur cette affaire qui n’en est pas vraiment une selon moi.
    Mais je trouve particulièrement débile de faire semblant de découvrir le fonctionnement hypocrite des Parcs Nationaux.

    Pour ma part, je pleure le meurtre de masse bien réel des bouquetins du massif du Bargy.

  24. Ha oui, j’aimerais rajouter une réflexion: la présence pastorale dans ces secteurs dure environ 4 mois par an. Peut-être que le loup doit lui aussi accepter de partager la montagne dans ces périodes là et ne pas se sentir bienvenu à proximité des troupeaux, si cela lui garanti la totalité de l’espace pour les 8 autres mois restants?

  25. A AnneJ,

    Ben…je n’ai pas compris la blague : “Il me semble que l’Aspas amplifie cet événement et de part ce fait devient manipulateur d’opinions.”

    Par contre je vous remercie pour ces nouvelles normes que je ne connais pas : “privilégiés” et l’obligation faite au loup 4 mois par an.

    Pour l’effarouchement (pouvant entraîner la mort) sur des animaux non soumis à la pression de la chasse, je pense que le stress engendré est pire que sur les animaux “chassables”.

    Subitement, j’ai un doute…seriez vous éleveur de brebis ?

    😀

  26. à stan:
    Il y a les tirs d’effarouchement.
    Il y a les tirs de défense.
    Il y a les tirs de prélèvement.
    Ceci est l’arsenal juridique en vigueur.
    les tirs d’effarouchement n’entraînent pas la mort de l’animal, ils sont effectués avec des plombs de 2,5 mm. les premiers essais avaient eut lieu sur des cibles fictives au parc de Ste-Croix-en-Moselle par l’oncfs à l’époque.
    Cordialement

  27. Oui, je suis éléveur de brebis et j’ai été bergère là où il y a des loups. Mon avis compte largement au tant que le vôtre, Stan ou que celui de Fabrice. Et vous, vous faites quoi dans la vie?

    Je maintient qu’il me semble que l’Aspas amplifie les faits dans un but de propagande. C’est du militantisme là où José Bové fait de la politique. Entre les deux, y’a un pays dont la priorité nationale est le développement touristique et une guerre de l’espace qui est en passe de devenir sans merci.

    Ce qui est une vraie blague, c’est de croire que si le Parc National des Ecrins ne veut pas de loups dans son enceinte, c’est parce qu’il y a des troupeaux de moutons. Le parc ne veut pas du loup, il l’a toujours dit haut et fort depuis 20 ans. Et tandis que dans la Clarée et le Queyras, on découvrait que la présence des loups allait changer le paysage de la montagne et les relations humaines pour très longtemps, dans le parc des Ecrins, on fanfaronnait fièrement de la non présence du loup, due,selon les spécialistes, à l’environnement hostile de la haute montagne. Bon, ils avaient tord, mais ça, on l’a toujours su…

    Les loups ont un impact sur la faune sauvage et si ils s’installaient durablement dans l’enceinte du parc, les touristes ne verront plus aussi facilement que maintenant les chamois et les marmottes à leurs pieds. Pas bon pour le business…

  28. Pour AnneJ :

    Stan n’est pas disponible pour te répondre, et je ne peux répondre à sa place, de crainte de trahir sa pensée. Ce que je peux te dire de façon certaine, c’est qu’il est généralement de ton avis, qu’il connaît le problème des moutonniers, et qu’il en tient compte. Par contre, il se contrefout du développement touristique … et je crois que l’idée ne l’a même pas effleuré. Il corrigera quand il sera de retour, si je me suis trompée, ce qui est encore possible, avec ce zèbre …
    Bien à vous tous et toutes

  29. à AnneJ:
    Si la présence de loups s’est avérée dans les écrins, il est probable qu’ils ne resteront pas vu le fort dénivelé des écrins. celui-ci étant un animal opportuniste, il sait économiser ses forces cependant il pourrait habiter le versant Valouise que je connais bien pour y avoir randonner.
    Avez-vous des patous?
    Avez-vous un berger conducteur de troupeau et gardien?
    Dans le/les parcs de nuit, érigez-vous une clôture électrifiée suffisamment haute?
    la question est là!

  30. à AnneJ:
    vous ne répondez pas à ma question pourtant concise!
    Pourquoi?
    Nombre de fois, lors de mes congés d’été, je me suis rendu en montagne pour discuter avec les bergers salariés, voir les patous à l’oeuvre lorsqu’ils y en avaient, et plus souvent avec les éleveurs afin de prendre le pouls… pour le compte d’une association prenant en compte le pastoralisme.(entre 2002 et 2007)
    J’ai même rencontré Anita Jouffrey sur son estive en Belledonne. cette personne avait écrit à Sarkosy.

  31. A AnneJ,

    Entièrement d’accord que votre avis vaille celui de Fabrice ou le mien…mais encore faut-il qu’il soye juste en ce qui concerne l’ASPAS. 😀

    Pour les vraies blagues il est bon de reparler du Queyras, pourquoi pas de La Grande Motte et de la stérilisation des Marmottes au PN des Ecrins. 😀

    Dans la vie ?
    Je ne cesse de crier “au Loup” mais tout le monde, ou presque, s’en contre-fout ! 🙁

    Par curiosité : êtes vous sur une Réserve Naturelle Nationale ou un site Conservatoire d’Espace Naturel ?

  32. à AnneJ:
    l’année dernière, ma compagne et moi (son soutien) nous nous sommes rendu dans les Cévennes là ou le loup a fait son apparition, polémique et affiche hostile en Lozère s’en est suivies dans ntamment dans les Causses.
    Sur un contrefort côté Lozère du mont Aigoual, un éleveur berger du Gard gardait uniquement de jour ses 400 chèvres disséminées sans qu’il puissent véritablement observer l’ensemble de son troupeau.
    je suis allé le voir, avons discuté longuement de la protection imminente à mettre en place le concernant, “il ne m’a à aucun moment fait quelconque réflexion, invective désobligeante démontrant une opposition”. A la fin de la conversation, il m’a précisé opter pour la bonne résolution suite aux prérogatives et conseils sur la démarche à entamer que je lui ai apporté. De même, il m’a précisé vouloir téléphoner à un autre éleveur (estive) d’un autre versant de ce massif afin d’en communiquer la conversation utile.
    Pourquoi pas vous suite post ci-dessus?

  33. Votre copine BB vient à la rescousse! Encore une qui connait tellement bien le métier, retirée dans sa villa de Saint Tropez:

    http://www.midilibre.fr/2014/07/20/questions-a,1027343.php

    Moi aussi, le dégoût m’étreint.Tous ces raccourcis et stéréotypes lamentables.

    Allez, salut, je ne répond pas aux interrogatoires débiles seulement parce que j’ai écris que l’Aspas amplifie selon moi un fait pour l’utiliser à ses propres fins. On dirait presque un tribunal.

    Et économisons cet espace virtuel. N’est-ce pas Monsieur aïe.

  34. à AnneJ:
    “tous ces raccourcis et stéréotypes lamentables” signifie la fuite en avant pour vous. Surtout ne pas discuter de manière constructive laisse à penser que vous avez reçu des ordres. Vous faites partie des obstinées voilà tout en résumé.

  35. Ai,

    Je vois que, malgré mes précédentes interventions, vous vous obstinez à attaquer ad hominem. C’est donc terminé ici. Allez voir ailleurs, les lieux ne manquent pas. AnneJ est une amie de Planète sans visa, qui a évidemment toute sa place – elle le sait – dans cette maison éphémère. Même quand je ne suis pas d’accord avec elle. Surtout ?

    Fabrice Nicolino

  36. Intrigué par le message de Fabrice à propos de échanges de type « ping-pong » entre Anne et d’autres personnes, j’ai lu (presque) tous ses messages. Et je dis, comme Fabrice, que je ne suis pas d’accord avec elle. Sur à peu près tout.

    Oui, les Parcs nationaux sont faits pour protéger la faune, loup compris. Oui le métier d’éleveur est aussi honorable que celui de cordonnier, mais ce n’est pas une raison pour envoyer à tout bout de champ à la figure de tous ceux qui s’inscrivent dans une démarche de protection de la biodiversité qu’ils ne connaissent rien au métier d’éleveur. Tout le monde ne peut pas être éleveur, n’est-ce-pas ?

    En fait, il faudrait que les éleveurs fassent leur boulot (qu’ils gardent leurs moutons par exemple) que les cordonniers fassent le leur, que l’ASPAS continue de pourfendre les destructeurs de la faune et que Dieu bénisse tout le monde.

  37. @Jacques,
    Merci pour votre commentaire. Beaucoup de bon sens et de mesure dans vos propos, je les partage à 100%, même si je ne crois pas en Dieu 🙂 !

  38. Jacques, je ressens a vous lire une sorte de sentiment de supériorité qui me gène. Vous semblez être convaincu qu’un éleveur ou un berger ne peut pas être écologiste et qu’un écologiste ne peut pas être un mesure de faire une saison d’estive pastorale. Mélanger les genres est preuve d’ouverture d’esprit et je pense que c’est vraiment ce qu’il vous manque…

  39. @ Anne : Bonjour Anne. Si vous ressentez, à me lire, « une sorte de sentiment de supériorité qui vous gêne » il suffira de ne plus me lire pour que ça se passe ( c’est mieux que de prendre des anti-inflammatoires.. ).

    Sinon, pour le reste je ne vois pas bien où vous voulez m’entraîner. Ou plutôt je le vois trop bien. Etre éleveur est certes un métier comme un autre mais il n’y a aucune raison de parler davantage des éleveurs que des cordonniers. Je ne vois donc pas pourquoi j’irais passer du temps en « estive pastorale » pour me rendre compte de ce qu’est un mouton ou de comment il faut s’en occuper. Chacun son boulot.

    Le respect des espèces animales sauvages est un devoir qui s’impose aujourd’hui à chacun, paysans compris, et il est honteux de revendiquer sans complexe la destruction d’espèces comme les loups, ou les ours, ou les vautours comme le font quotidiennement les milieux de l’élevage et leurs relais dans les médias ou dans la politique.

    Les loups sont des carnivores, ils s’attaquent donc aux moutons, ce n’est pas un scoop. Et ça ne va pas s’arrêter, même en braillant plus fort encore. Les éleveurs souffrent de cette prédation, c’est certain, mais c’est un risque naturel que l’on ne peut qu’accepter dès lors que l’on travaille dans la nature. Comme la grêle, la sécheresse, le mildiou, le gel ou le cours des produits agricoles..

    Il y a sans doute des éleveurs un peu « écologistes » (commes vous dites) qui pourraient avoir une attitude moins extrémiste que leurs portes-paroles mais ils sont étrangement silencieux. Pourquoi ?

    Cela fait penser aux agriculteurs qui avaient choisi de faire du bio il y a quelques décennies et qui étaient montrés du doigt par le reste de la profession. Aujourd’hui le vent a tourné et tout le monde et son père produisent du bio.

    Que les éleveurs qui acceptent de respecter la faune sauvage se lèvent, agissent, parlent et réussissent. Ce sont eux qui sont dans le vrai. Amen.

    Bien à vous.

    Jacques

  40. Cher Monsieur,

    Merci pour cette tribune courageuse et criante de vérité. Sachez que vous n’êtes pas seul dans ce combat de la protection de la nature et des êtres qui l’habitent.

    Pour faire court, je me contenterai de citer cette phrase bien connue et tout à fait appropriée face à toutes ces absurdités qui font notre actualité:

    “Ne doutez jamais qu’un petit groupe d’individus conscients et engagés puisse changer le monde. C’est d’ailleurs toujours comme cela que ça s’est passé.”

    Bien à vous.

  41. Cher Monsieur,

    Merci pour cette tribune courageuse et criante de vérité. Sachez que vous n’êtes pas seul dans ce combat de la protection de la nature et des êtres qui l’habitent.

    Pour faire court, je me contenterai de citer cette phrase bien connue et tout à fait appropriée face à toutes ces absurdités qui font notre actualité:

    “Ne doutez jamais qu’un petit groupe d’individus conscients et engagés puisse changer le monde. C’est d’ailleurs toujours comme cela que ça s’est passé.”

    Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *