Les flamants roses aussi (un cadeau de Ségolène Royal)

 Pour Christian et Babeth Errath, pour Loïc Matringe, pour Yves Le Quellec

Vous lirez ci-dessous la réaction de l’association Ferus à la déclaration de guerre de Ségolène Royal. La dame, qui n’a jamais mis le pied dans la vraie nature sauvage, refuse donc le retour de quelques ours dans les Pyrénées. Dans la brèche géante ouverte par ses propos stupides, d’autres s’engouffrent évidemment. Sus aux loups, aux ours donc, aux vautours, aux blaireaux, aux bouquetins, aux phoques veau-marin, aux cormorans, et sus aux flamants roses. Une blague ? Pas du tout. Des riziculteurs de Camargue, dopés aux subventions et aux pesticides, réclament des mesures radicales contre les flamants roses, qui gêneraient leurs saines activités. Je crois qu’on peut parler d’un début d’hallali. Un début seulement, car la suite viendra. Je rappelle que l’hallali est une sorte de cri de victoire obscène, quand la bête acculée par les chasseurs est proche de la mort.

Vous lirez donc Ferus. Ma contribution sera modeste. En 1991 – à la fin de l’été, je crois -, j’ai rendu visite à une députée, Ségolène Royal. Elle n’était pas connue, elle n’avait pas encore été ministre, elle représentait les Deux-Sèvres à l’Assemblée nationale. Moi, je faisais un dossier sur le Marais poitevin, pour l’hebdomadaire Politis. Sur place, j’avais pu mesurer l’ampleur de ce que j’appelle une tragédie : la transformation de la deuxième zone humide de France – après la Camargue – en une zone purulente vouée au maïs intensif. Des dizaines de milliers d’hectares avaient été livrés au pillage des céréaliers, qui ne supportaient plus – c’est la logique de l’escalade – que l’eau pénètre dans le marais, car elle nuisait au rendement.

Ce pays grandiose avait appartenu aux oiseaux sauvages, aux troupeaux de bovins dans d’immenses prairies humides – les communaux -, et deux générations d’imbéciles au pouvoir avaient suffi pour tout ruiner. Mais quel immense malheur ! Royal se fendait à l’époque de déclarations pour gogos en faveur de la « Venise verte », minuscule territoire de carte postale où les touristes circulaient en barque. Il fallait sauver le marais ! Il fallait agir ! Tout de suite ! Je n’y croyais pas beaucoup – déjà -, mais je suis allé voir la dame en son bureau.

Je n’ai pas pris de notes, et je ne suis pas chez moi. Je n’ai donc aucun moyen de vérifier, et ce que je vous livre est ce qu’il y a dans ma tête. J’ai passé un couple d’heures avec elle, et j’en ai tiré un entretien, publié dans mon dossier. Dans les grandes lignes, Ségolène jouait les matamores et réclamait des mesures d’urgence. Le gouvernement était socialiste, avec un certain Brice Lalonde à l’Environnement, mais elle accusait absurdement Jean-Pierre Raffarin, déjà président du conseil régional de Poitou-Charentes, d’être l’un des vrais responsables du désastre.

Moi, comme je revenais d’une visite sur place – oh Loïc ! oh Christian et Babeth, encore merci -, je lui avais parlé de l’éleveur André Grizeau.Un type formidable dont je ne partageais pas les vues politiques – Dieu du ciel, non -, mais qui était un éleveur exemplaire, clair, cohérent, intelligent. Il avait fait les comptes, et savait beaucoup mieux que Royal que l’État, en vomissant ses subventions sur les producteurs de maïs – l’un des grands lobbies français -, sacrifiait évidemment les vastes prairies humides, qui ne recevaient, elles, que des miettes. Il gueulait, Dédé Grizeau. Il avait derrière lui une partie des éleveurs de la région. Il fallait, d’évidence, tout miser sur lui.

Royal, pensez donc, était absolument d’accord. Dédé était formidable. Elle allait. Elle ne manquerait pas de. Elle savait d’ailleurs quoi faire, car elle était déjà écologiste. Voyons, puisque je vous le dis. Le dossier a paru dans Politis et Royal m’a envoyé un petit mot manuscrit en regrettant le ton que j’avais conservé. Son ton à elle. Si lumineux. Tellement imagé. Elle avait même employé le mot de « raffarinade » pour désigner les moulinets et l’inertie combinés de Raffarin, que personne ne connaissait, à commencer par moi. Elle me disait en toutes lettres qu’elle craignait des retours de bâton – contre elle, cela va de soi – à cause d’une franchise trop manifeste. Mais elle se trompait.

Elle se trompait, et le Marais, somptueux legs d’une histoire se comptant en millénaires, allait droit à sa vraie mort. Grâce à elle ? Grâce à elle, grâce à ses moulinets, grâce à ses « raffarinades ». Elle deviendrait en 1992 ministre de l’Environnement de son cher Mitterrand, elle ne ferait rien. Rien. Son bilan au ministère : une loi sur les déchets, qui devait imposer, à l’horizon 2002 la fin de presque toutes les décharges en France. Il n’y en a que des milliers.

Elle ne ferait rien, car tel est son rôle sur la scène : blablater et toujours choisir le camp des puissants véritables. Je ne suis donc pas très étonné de ses dernières sorties sur le Loup ou l’Ours. Elle est, avec ses petits amis socialistes, sur la pente qui conduit à la destruction de tout. Un dernier point. Je suis sorti de l’entretien avec Royal, en ce jour de 1991, avec le sentiment, qui ne m’a guère quitté, d’avoir rencontré une politicienne inculte. Je m’en souviens fort bien, et je me souviens même d’en avoir parlé de la sorte autour de moi. Inculte et, dois-je ajouter, sotte. Nous n’avons pas tous, de loin, la même définition de la sottise. J’admets très bien que tel autre que moi juge Ségolène Royal intelligente. Moi, je me contente de dire ce que j’ai pensé. J’ai trouvé cette responsable limitée. Très.

On excusera, ou non, cette incursion et des propos qui ne sont pas amènes. Je rappelle ce qui figure dans la déclaration d’intention : « Ce site parlera donc de la crise écologique, à ma manière. Sans concessions, sans inutiles précautions, sans vain respect pour les hommes et les institutions qui ne le méritent pas. S’il doit avoir un sens, ce sera celui d’écrire librement ».

————————–

Communiqué

Le 21 juillet 2014

Ségolène Royal a tout faux !

L’association Ferus demande la démission de la ministre de l’Écologie

L’association Ferus est stupéfaite et scandalisée par les propos tenus par Ségolène Royal samedi dernier dans les Pyrénées. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la ministre de l’Écologie n’a rien compris et n’y connaît rien ! Se permettre de prendre des décisions sans avoir pris la peine d’étudier ses dossiers est très grave et lourd de conséquences catastrophiques.

Déclarer « le territoire des Pyrénées n’est pas adapté à la réintroduction de l’ours », c’est méconnaître la plus élémentaire réalité biologique, faire un déni sur la réussite du renforcement du noyau central (et sur l’action positive de ses prédécesseurs) et ignorer les travaux et recommandations scientifiques les plus récentes (établis par le Muséum National d ‘Histoire Naturelle à la demande de son ministère).

Déclarer « les réintroductions d’espèces ne doivent pas avoir lieu dans des zones de pastoralismes. Je suis intervenue sur les loups, ce qui n’est pas forcément facile pour un ministre de l’Écologie. Je fais le choix des zones où il y a incompatibilité entre le pastoralisme et des espèces qui peuvent être prédatrices », c’est laisser croire qu’elle (l’État) réintroduit des loups en choisissant le lieu et laisser penser que les animaux restent là où ils ont été réintroduits. Quelle absurdité !

Déclarer « quand il y a pastoralisme, ma préférence va au pastoralisme », c’est revenir  à cette opposition archaïque et stérile de l’ours contre berger, ignorer les millions d’aides au pastoralisme en zones à ours et loups, les efforts de son ministère et des associations pour aider à cette cohabitation effective depuis des décennies et  toujours possible et réussie en Espagne, en Italie mais aussi en France.

C’est aussi rallumer de vielles querelles, donner raison aux plus extrémistes et aux plus violents et ignorer que la biodiversité c’est aussi un partage de l’espace et non son occupation exclusive par une seule espèce ou une catégorie socio-professionnelle par ailleurs largement soutenue par l’argent de tous les contribuables.

Ségolène Royal a tout faux !

75% des français sont opposés à l’abattage de loups*. La consultation publique relative aux deux récents arrêtés de tirs de loups proposés par Ségolène Royal a montré une opposition massive à ces textes.

71 % des Français sont favorables à la réintroduction de nouveaux ours dans les Pyrénées pour assurer la présence de cette espèce protégée et menacée dans les Pyrénées **.

Le moins que l’on puisse demander, c’est le départ d’une ministre de l’Écologie  qui  manifestement n’est pas à la hauteur de ce qui devrait être, selon ses dires, « un travail intelligent et difficile à mener ».

Puisque la priorité de Madame la ministre de l’Écologie est le pastoralisme, Ferus invite le Premier Ministre à revoir la composition de son gouvernement et de confier à Ségolène Royal un ministère qui lui siéra davantage comme celui de l’agriculture !
La sauvegarde de la biodiversité qui est aussi l’avenir de l’espèce humaine mérite un ministre de l’Écologie digne de ce nom.
*sondage IFOP septembre 2013 pour l’ASPAS et One Voice

**sondage IFOP septembre 2012 réalisé pour le WWF et Rassemblement pour la planète sur les thématiques environnementales prioritaires pour les Français

22 réflexions au sujet de « Les flamants roses aussi (un cadeau de Ségolène Royal) »

  1. Merci surtout Fabrice pour ta franchise et ton verbe à toi.
    On voit les méfaits des gens qui parlent avec leur ego tout puissant comme les députés que tu interviewa il y a quelques années déjà…
    Moi j’aime bien les linottes mélodieuses pour leurs cris et leurs chants « pépillants »
    d’autres têtes de linottes par contre sont bien moins agréables à entendre, et leurs déclarations à peine intéressées révèlent le vide intérieur qui les gonfle, et moi ça me remplit de colère et de tristesse…

  2. C’est déprimant, rageant, dire que j’ai voté pour ces gens là (pour évincer Sarko, ouais, j’en étais là).

    Le seul truc qui intéresse les despotes qu’on appelle « gestionnaires », c’est ce qui rapporte du fric. Si les loups et les ours en rapportaient, ils les défendraient, au lieu de prendre fait et cause pour les bergers.

    On pourrait leur dire qu’une nature pleine de vie et de diversité, ça peut intéresser des gens, qui viendraient peut être dans les coins où y’a de la vie, et qui, en venant, pourraient, sait-on jamais, dépenser quelques fifrelins dans des restos, dans des hôtels ou des campings ? Ou alors cotiser à l’entretien de parcs, ce qui permettrait à l’État d’économiser un peu, en s’adaptant. Bref, tout ça pour dire qu’il y a des solutions pour favoriser la vie, quand on veut se donner la peine d’y réfléchir.

    C’est quand même dingue qu’il faille que je tombe sur un article angliche sur notre pays pour apprendre une bonne nouvelle : suite à une menace européenne, la France (enfin, la région Alsace), va débourser 3 millions d’euros pour protéger le grand hamster. 3 millions ? Mazette ! Oui mais voilà, l’Europe menaçait d’une amende de 24,6 millions de dollars. Toujours les histoires de calculs…

    (Source : http://www.smithsonianmag.com/smart-news/saving-great-hamster-alsace-180951359/?no-ist)

  3. Cher Fabrice,

    Eh oui, ta mémoire est fidèle… et précieuse en l’occurrence.

    Je pourrais ajouter bien d’autres épisodes de cette tragédie du marais – c’est le mot qui convient, en effet.

    Je m’en tiendrai au tout dernier, qi est tellement « raccord » avec ce que tu écris. En mai dernier, donc, on a vu Ségolène Royal, redevenue ministre (de l’écologie, paraît-il !), signer un décret redonnant à ce territoire la qualification perdue en 1996 (et pour cause !)de Parc naturel régional.

    Or, cette ré-attribution est bien sûr une pure opération politicienne, basée sur une charte dévoyée, d’une faiblesse insigne. Bien des déclarations publiques en témoignent, ce qui motive la chose (outre les piètres manœuvres et tactiques qui font le quotidien des professionnels de la politique), c’est la volonté de développer le tourisme par la captation d’un public international, tout en autorisant la poursuite de la banalisation.

    C’est décidément tout faux, oui !

    amitié à toi,

    Yves

  4. Cher Fabrice,
    Comme beaucoup je suis atterré. Ségolène au ministère dit de l’écologie ou l’incompétence et le sectarisme au service du clientélisme le plus abject. On en arriverait presque à regretter tous les ministres de l’environnement qui l’ont précédée et pourtant peu furent à la hauteur de leur tâche. Mais au moins aucun n’avait eu l’indécence d’ouvrir de manière aussi obscène la boîte de Pandore. J’ai peur pour mes amis les ours et cela m’empêche de dormir.
    Que faut-il faire? Car il faut bien faire quelque chose.

    Amitiés.

  5. Ségolène Royal, est une digne représentante de la classe politique actuelle et de son ignominie, des membre de cette oligarchie qui dirige la France, d´une main de fer peut-on affirmer. Comme tous ses collègues, elle se brade sur le marché où les lobbies viennent faire leurs emplettes de privilèges, de passe-droit de toute nature, de faveurs accordées au mépris de l´opinion générale. Si la plupart des gouvernements du passé furent médiocres, voire calamiteux, celui d´aujourd´hui concrétise magistralement les craintes les plus folles. Personnellement, je m´attendais au pire. C´est allé bien au-delà, et ça continue. La citoyenne Royal, pour ne citer que celle-là, n´a pas encore donné toute la mesure de sa bassesse.

    Même sujet sur :
    http://www.buvettedesalpages.be/2014/07/reintroduction-d-ours-sur-le-banc-d-arguin-1.html

  6. @fabrice
    d’abord, félicitations et respect pour ta pugnacité! Je suis épaté par ta capacité à te mobiliser sans te décourager(apparemment..)alors que moi je me sens d’un pessimisme abyssal!(lucidité?)
    Pour ce qui est de la Royal, je ne pense pas qu’elle soi pire que les autres, le problème étant déterminé par le PROFESSIONNALISME en POLITIQUE et la DEMOCRATIE REPRESENTATIVE (oxymore!)qui ,immanquablement drainent les pires pour prendre en main notre destinée
    Comment changer les choses et les hommes, cad décoloniser les imaginaires (serge Latouche)?
    Je n’en ai aucune idée, d’où mon pessimisme
    bien à toi
    fraternellement
    gilbert

  7. Yves, une seule chose a de l’importance pour cette maffia politique que nous avons le devoir de virer : la com’ et l’affichage.
    Rien d’autre.
    Attention : je ne dis pas ça en l’air, je le vérifie depuis 20 ans dans mon boulot et mes actions associatives.
    Ils se foutent complètement de la qualité du boulot fourni, tout ce qui compte, c’est l’affichage médiatique.
    Alors un label PNR creux (pléonasme….) pour un marais en perdition, ça lui va très bien à Royal…

  8. Dès sa nomination, contrairement à beaucoup qui criaient à la joie, j’avais indiqué que plus que des mots, il fallait regarder aux actes. Je ne me suis pas trompé, et elle ne m’a pas déçu : une catastrophe ambulante, une de plus. Il n’existe pas de Ministère de l’Environnement en France, et cela fait bien longtemps. Sous le règne socialiste, il n’aura duré que 2 mois, avant l’éviction rapide de la seule qui avait un tant soit peu d’ambition dans le domaine.

  9. oui, oui, on se demande tous quoi faire et on reste assis sur notre derrière en découvrant des infos toutes plus tristes les unes que les autres…

    et on ne fait rien d’autre que signer des pétitions électroniques et se balader le samedi avec une pancarte anti ogm à bout de bras, les ours et les flamants doivent nous trouver ridicules…

  10. J’ai rencontré une fois Ségolène Royale. A un meeting pour le oui au référendum pour l’Europe. Elle était pour et j’étais contre.
    Dans la salle, pas grand monde. Que des socialistes qui étaient tellement heureux parce que Ségo était là, en chair et en os.
    Bon, elle parle. blablabla.
    Et moi, je pose une question, intelligente et soutenue par ma femmme, car sans vouloir me vanter, nous étions les seuls à avoir une intelligence et un sens de la critique.
    Bingo. Elle répond. Mais elle répond le contraire de ce qu’elle venait de dire. Elle répondait pour me faire plaisir en somme. Lisser l’électeur dans le sens du poil…
    Je reprends la parole et démontre son revirement que je ne comprends pas. Mais trop tard, les socialistes reprennent la main: je parlais trop.
    Ma femme comme moi, étions morts de rire devant cette mascarade.
    Un homme placé devant nous se tourne alors vers nous et nous dit: vous avez raison et nous allons perdre.
    Seul moment de ma vie où j’ai vu un socialiste qui ne mentait pas.

  11. @ Fabrice. En Amérique centrale. Une révolution y est en marche, où les petits paysans reprennent le contrôle de leur destinée, alors je me mets à son service.

  12. Nous pourrions rire de telles sottises en proposant des réponses possibles
    A Laurent Berthod a changé de sexe et s’est transformé en Ségo
    B Ségo fait une compétition avec Morano, Sarko et Bachelot pour le mur du çon
    C Claude Allègre s’est travesti en Royal
    D Ségo et la plus part des politiciens ont le niveau du caniveau.

    Le problème est que beaucoup pratiquent la politique de l’autruche face au désastre écologique en cours, nient les faits pour tenter de se rassurer ou de conserver leur vie jet7, sarko avait ouvert le bal avec « L’écologie ça commence a bien faire ».

  13. Si ont devaient faire le bilan de 2003-2014, des ministres de l’écologie, sur bien des sujets, en deux mots catastrophe .
    Voici les propos de NKM, sur le loup.
    ————————————————
    Morizet prête au tir de défense sans autorisation administrative
    Hier, à Bonneville, au sujet du loup, la ministre Nathalie Kosciusko-Morizet a affirmé : « Je vais proposer de travailler sur un arrêté permanent de périmètre sur lequel le tir de défense serait autorisé sans autorisation administrative, dans le but d’alléger les contraintes. »
    En présence de quatre ministres et même un candidat à la Présidentielle en la personne de Frédéric Nihous, ce rassemblement du “parti de la montagne” attire depuis hier, sur les bords de l’Arve, une audience plus qualitative que quantitative. « En tant que Béarnais, conseiller régional d’Aquitaine, je ne veux pas que la gestion de la montagne se réduise à la butte Montmartre », nous confiait le leader de Chasse, Pêche, Nature et Tradition qui revendique 120 signatures en vue de la course à l’Élysée et se montre soucieux de l’avenir de la loi montagne ou du règlement du dossier grands prédateurs.
    Justement hier soir Nathalie Kosciusko-Morizet a clôturé la journée par ce sujet brûlant. « J’ai la volonté de faire baisser la pression sur les élevages. Je crois que l’on est parvenu cette saison à un meilleur équilibre, a estimé la ministre de l’Écologie. Tous les arrêtés préfectoraux de prélèvements ou de défense ont été réalisés. » Rappelant qu’elle avait autorisé les tirs à canons rayés, la ministre dresse l’inventaire 2011: « Trois loups tués par défense, deux de manière artificielle et deux louves mortes dans des circonstances qui font l’objet d’étude. » Le quota de six prélèvements est donc atteint ou pas loin de l’être. Et d’annoncer sa volonté d’aller plus loin l’an prochain avec le groupe loup. « Je vais proposer de travailler sur un arrêté permanent de périmètre sur lequel le tir de défense serait autorisé sans autorisation administrative, dans le but d’alléger les contraintes. » Réaction des milieux chasseurs ou éleveurs : « Bien mais peut mieux faire. » Tout dépend de la définition du périmètre et des quotas de loups qui pourront être abattus.
    Source Dauphiné.

  14. @ ARTZA le 22 juillet 2014
    Voici les propos de NKM, sur le loup.
    ————————————————
    Morizet prête au tir de défense sans autorisation administrative
    Hier, à Bonneville, au sujet du loup, la ministre Nathalie Kosciusko-Morizet a affirmé : « Je vais proposer de travailler sur un arrêté permanent de périmètre sur lequel le tir de défense serait autorisé sans autorisation administrative, dans le but d’alléger les contraintes. »
    En présence de quatre ministres et même un candidat à la Présidentielle en la personne de Frédéric Nihous, ce rassemblement du “parti de la montagne” attire depuis hier, sur les bords de l’Arve, une audience plus qualitative que quantitative. « En tant que Béarnais, conseiller régional d’Aquitaine, je ne veux pas que la gestion de la montagne se réduise à la butte Montmartre », nous confiait le leader de Chasse, Pêche, Nature et Tradition qui revendique 120 signatures en vue de la course à l’Élysée et se montre soucieux de l’avenir de la loi montagne ou du règlement du dossier grands prédateurs.
    Justement hier soir Nathalie Kosciusko-Morizet a clôturé la journée par ce sujet brûlant. « J’ai la volonté de faire baisser la pression sur les élevages. Je crois que l’on est parvenu cette saison à un meilleur équilibre, a estimé la ministre de l’Écologie. Tous les arrêtés préfectoraux de prélèvements ou de défense ont été réalisés. » Rappelant qu’elle avait autorisé les tirs à canons rayés, la ministre dresse l’inventaire 2011: « Trois loups tués par défense, deux de manière artificielle et deux louves mortes dans des circonstances qui font l’objet d’étude. » Le quota de six prélèvements est donc atteint ou pas loin de l’être. Et d’annoncer sa volonté d’aller plus loin l’an prochain avec le groupe loup. « Je vais proposer de travailler sur un arrêté permanent de périmètre sur lequel le tir de défense serait autorisé sans autorisation administrative, dans le but d’alléger les contraintes. » Réaction des milieux chasseurs ou éleveurs : « Bien mais peut mieux faire. » Tout dépend de la définition du périmètre et des quotas de loups qui pourront être abattus.
    Source Dauphiné.

  15. Ce qui est hallucinant dans les Pyrénées c’est qu’une Ministre de l’écologie puisse s’autoriser par ses déclarations irresponsables à condamner officiellement le plantigrade à l’extinction finale en Béarn! Ce qui est, ni plus ni moins, la conséquence des propos ahurissants de Me Royal à Cauterets … Pour l’anniversaire des 10 ans de la mort de Cannelle, il fallait le faire !

    Que ce soit pour l’ours, le loup, le lynx et autres animaux que l’économie qualifie de nuisibles, l’écologue JC Génot nous livre une analyse fort pertinente de la situation anti nature qui ne fait, en France, que s’aggraver au fil des Ministres qui passent …
    L’article de M. Genot est essentiel pour comprendre la relation délétère de la France avec son milieu naturel. Cette analyse de M. Génot me semble en accord avec beaucoup d’écrits de F. Nicolino …

    Ce n’est pas rassurant pour l’avenir et ce qu’il restera de patrimoine Naturel à transmettre à nos prochaines générations!

    Il est à craindre pour l’avenir que le sauvage que l’homme retire à la Nature ne se rajoute au final à la sauvagerie de notre civilisation…

    Qui sait, peut-être que la sauvagerie de notre Civilisations n’est que le sauvage que l’homme a retiré à la Nature ?

    http://www.politis.fr/Nature-l-exception-culturelle,27917.html

    Quant à Ségolène et son ivresse des cimes …

    http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/segolene-royal-ministre-un-sourire-154852

    …  » entre les dizaines de plateaux de petits fours et les tonneaux de sangria « … Si ça a été pareil dans les Pyrénées que ce le fut dans les Alpes je comprends mieux ce qui a délié la langue de Me Royal à Cauterets pour qu’elle dise n’importe quoi alors qu’à l’origine il était prévu qu’elle se taise!

    Il faut lire cet article édifiant sur  » Me Royal et les bouquetins  » qui nous éclaire sur la connaissance plus qu’approximative que Me la Ministre porte sur certains de ses dossiers ! … Sans doute les dossiers qui ne l’intéressent pas et pour lesquels elle restera éternellement incompétente! …

    On appréciera, par ailleurs, tout le paradoxe de notre humanité entre les quelques bouquetins lâchés cérémonieusement à Cauterets et les centaines de bouquetins exterminés sans aucun discernement ni remords, quasi dans l’indifférence générale, au Bargy en Haute Savoie… Pas joli-joli!

    Un immense merci à F. Nicolino pour son soutien aux grands prédateurs et à la Nature d’autant qu’on ne peut pas dire que l’Ecologie conventionnelle et politique mouille beaucoup son maillot sur le sujet! Faut dire qu’on voit mal José Bové prendre la défense de l’ours dans les Pyrénées ou condamner les effarouchements du loup au cœur du Parc des Ecrins! Quand on a lu l’article de JC Génot on comprend de suite pourquoi !!!

    Amicalement à tous les colibris qui voyagent sans visa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *